Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

LES INVENTIONS FAITES PAR LES NOIRS

28 Novembre 2016 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Exhortation

LES INVENTIONS FAITES PAR LES NOIRS

NATURE DE L’INVENTION

DATE DE L’INVENTION

NOM DE L’INVENTEUR

  1.  

L’antenne parabolique

07 Juillet 1887

Granville T. Woods

  1.  

Moteur à Combustion

05 Juillet 1892

Andrew J. Beard

  1.  

Masque à gaz

13 Octobre 1914

Garett A. Morgan

  1.  

Bouche de Secours Incendie

07 Mai 1878

Joseph R. Winters

  1.  

Charpente Métallique

02 Février 1892

Carter William

  1.  

Lentilles de protection des yeux

02 Novembre 1880

Powell Johnson

  1.  

L’Ascenseur

11 Octobre 1867

Alexander Miles

  1.  

Le Taille crayon

11 Octobre 1867

John L Loove

  1.  

Les Manèges pour divertissement

19 Décembre 1899

Granville T. Woods

  1.  

Cheminée de Locomotive

23 Mai 1871

Landro Bell

  1.  

Le Piano Mécanique

11 Juin 1912

Joseph H. Dickinson

  1.  

Les W.C. (Toilettes)

19 Décembre 1889

Jérome B. Rhode

  1.  

Le Cachet et le Tampon

27 Février 1883

William B. Purvis

  1.  

Le Refrigirateur (Frigo)

14 Juillet 1891

John Stenard

  1.  

L’interrupteur (Le Commutateur)

1er Janvier 1889

Granville T. Woods

  1.  

Le Révélateur Photographique

23 Avril 1895

Clatonia Joaquin Dorticus

  1.  

La Machine à Composter

22 Juin 1897

William Barry

  1.  

La Machine à Ecrire

07Avril 1885

Lee S. Burridge

et Mashman

  1.  

Le système d’alarme des trains

15 Juin 18897

Richard A. butler

  1.  

Le Sèche-Linge

07 Juin 18892

George T. Sampson

  1.  

La peinture et les colorants

14 Juin 1927

George Washington Carver

  1.  

Les Freins de Voiture

06 Août 1872

John V. Smith

  1.  

La Machine à pétrir

07 Août

Joseph H. Dickinson

  1.  

La Machine de Cordonnerie

20 Mars 1884

Jan E. Matzeliger

  1.  

Le Stylo Plume à Réservoir

07 Janvier 1980

William B. Purvis

  1.  

Le tunel pour Train Electrique

17 Juillet 1888

Granville T. Woods

  1.  

Le Feu de Signalisation (Feu Rouge)

20 Novembre 1923

Garett A. Morgan

  1.  

La Guitare

30 Mars 1886

Robert F. Flemmings Jr

  1.  

Le Peigne à Cheveux

21 Décembre 1920

Walter H. Sammons

  1.  

Le Trolley Electrique sur Rail

19 Septembre 1893

Elbert R. robinson

  1.  

Le Fouet Batteur d’oeufs

05 Février 1884

Willis Johnson

  1.  

Les Rotatives de Presse (Imprimerie)

17 Septembre 1878

W. A. Lavalette

  1.  

Le Système de Sécurité des Ascenseurs

02 Avril 1895

James Cooper

  1.  

La Balayeuse de Rue

17 Mars 1890

Charles B. Brooks

  1.  

Les Systèmes et les Appareils Téléphoniques

11 Octobre 1887

Granville T. Woods

  1.  

La Tondeuse à Gazon

09 mai 1899

John Albert Burr

  1.  

Les Vitesses automatiques (des Véhicules)

06 Décembre 1932

Richard B. Spikes

  1.  

Le Thermostat

06 mars 1928

David N. Chrosthwait Jr

  1.  

Le Conditionnement d’Air (Split)

12 Juillet 1949

Frederick M. Jones

  1.  

La Gâchette de fusil (Le Détonateur)

03 Mai 1897

Adward R. Lewis

  1.  

Extincteur de Feu

26 Mars 1872

Thomas J. Matain

  1.  

Le Canapé – Lit Convertible

05 Octobre 1897

J. H. Evans

  1.  

Lave - Vitres Electriques

27 Septembre 1882

A. L. Lewis

  1.  

Les Lubrifiants de Moteurs

15 Novembre 1898

Elijah Mc Coy

  1.  

Bande Magnétique d’ordinateurs

24 Août 1971

Larry T. Preston

  1.  

Antenne de Détection par Radars

11 Juin 1968

James E. Lewis

  1.  

Engins de Levage et monte - Charge

02 Mai

Mary Jane Reynolds

  1.  

Le système de Réfrigération (Frigo et Congélateur)

04 Novembre 1879

Thomas Elkins

  1.  

La signalisation (Balises d’aéroport, grue, immeubles…)

30 Mars 1937

Lewis WW. Chubb

  1.  

Le Savon

 

George Washington Carver

  1.  

Une Couveuse Artificielle

1890

Granville T. Woods

  1.  

Opération à Cœur Ouvert

09 Juillet 1893

Daniel Hale williams

  1.  

La Lampe  Electrique

13 Septembre 1881

Joseph V. Nichols

Et Lewis H. Latimer

Voir les commentaires

COMMENT VAINCRE LA PEUR ET L’ANGOISSE ?

28 Novembre 2016 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

COMMENT VAINCRE LA PEUR ET L’ANGOISSE ?

Mt 14.26

La liste ci –après vous aidera peut – être à identifier certaines des peurs dont s’est servi le diable pour vous empêcher de marcher par la foi. Cochez celles qui s’appliquent à votre vie. Le cas échéant, notez les autres peurs que vous remémorera l’Esprit de Dieu. Ensuite, l’une après l’autre, renoncez à ces peurs à haute voix, en utilisant la déclaration qui figure après la liste.

Peur de la mort.

Peur de Satan

Peur de l’échec

Peur d’être rejeté

Peur de devenir / d’être homosexuel

Peur des problèmes financiers.

Peur de ne jamais se marier

Peur de la mort d’un être cher

Peur d’être un cas désespéré

Peur de peur son salut

Peur d’avoir commis le péché impardonnable

Peur de ne pas être aimé par Dieu

Peur de ne jamais aimer ou de ne jamais être aimé par les autre

Peur de se retrouver dans une situation embarrassante

Peur d’être victime d’un crime

Peur du mariage

Peur du divorce

Peur de devenir fou

Peur de la douleur / de la maladie

Peur de l’avenir

Peur de la confrontation

Peur de personnes particulières qui vous viennent à l’esprit en ce moment

         Je renonce à (nommez la peur en question) car Dieu ne m’a pas donné un esprit de peur. Je choisis de vivre par la foi dans le Dieu qui promis de me protéger et de répondre à tous mes besoins dès lors que je marche par la foi en lui. (ps27. 1 ; Mt6.33-34 ; 2TI1.7)

Une fois que vous avez fini de renoncer à toutes les peurs spécifiques par les quelles vous vous êtes laissé dominer, dites la prière suivante.

Père céleste, je te remercie parce que tu es digne de confiance. Je choisis de te croire, même quand mes sentiments et les circonstances de ma vie m’inciteront à éprouver de la peur. Tu m’as dit d’être sans crainte, car tu es avec mou, et de ne pas regarder avec anxiété autour de moi,, car tu es mon Dieu. Tu me fortifieras, tu viendras à mon secours et tu me soutiendras de ta droite victorieuse. Je  prie cela affirmant ma foi dans le nom de jésus mon Maître. Amen. (Esaïe41.10)

(si vous souhaitez mieux comprendre dans quelle mesure la crainte de l’Eternel est  le commencement de la sagesse, et celle qui chasse toutes les autres peurs, je vous renvoie à l’ouvrage que j’ai cosigné avec Rich Miller : Libérés de la peur (Maison de la bible).

La foi doit être basée sur la vérité de la parole de Dieu

Le mouvement du Nouvel Age a dénaturé la notion de foi en affirmant que les choses deviennent vraies dès lors qu’on y croit profondément. Mais c’est faux : l’homme ne peut créer la réalité par la pensée – seul Dieu en capable. L’homme ne peut que faire face à la réalité par la pensée. La foi consiste à choisir de croire ce que dit Dieu et d’agir en conséquence, indépendamment de ce qu’on éprouve ou des circonstances de la vie. Néanmoins, ce n’est pas le fait de croire quelque chose qui en fait une vérité. C’est parce qu’une vérité existe que nous choisissons de la croire.

Le simple fait « d’avoir la foi » ne suffit pas. La question fondamentale est de savoir si l’objet de notre foi est digne de confiance ou non. Si l’objet de notre foi n’est pas fiable, la foi la plus grande n’y changera rien. C’est pourquoi notre foi doit s’appuyer sur le rocher inébranlable que sont pour nous Dieu et sa parole. C’est le seul moyen d’avoir une vie responsable et féconde. Par contre, si ce en quoi vous croyez n’est pas vrai, alors le mode de vie que vous adopterez ne sera pas bon.

Depuis des générations, les chrétiens savent à quel point il est important qu’ils déclarent publiquement ce en quoi ils croient. Je vous suggère de lire à haute voix la « Déclaration de vérité » ci –dessous, en réfléchissant bien à ce que vous dites. Cela vous fera sans doute beaucoup de bien de la lire chaque jour pendant plusieurs semaines : vous pourrez ainsi renouveler votre intelligence par la vérité et remplacer les mensonges auxquels vous avez cru jusqu’ici.

Déclaration de vérité.

Je reconnais qu’il n’existe qu’un seul Dieu vivant et vrai, constitué du père, du fils et du saint – Esprit. Il est digne de recevoir tout l’honneur, la louange et la gloire, car c’est lui qui a tout créé et qui soutient toutes choses. (Exode20.2-3 ; Colossiens1.16-17)

Je reconnais que jésus – Christ est le messie, la parole qui a été faite chair et qui a habité parmi nous. Je crois qu’il est venu pour détruire les œuvres du diable, qu’il a dépouillé les principautés et les pouvoirs, et qu’il les a publiquement livrés en spectacle, en triomphant d’eux par la croix. (jean 1.1 et 14 ; Colossiens 2.15 ; 1 Jean 3.8)

Je crois que Dieu a manifesté son amour pour moi en ce que Christ est mort pour alors que j’étais encore pécheur. Je crois qu’il m’a libéré du pouvoir des ténèbres et m’a transporté dans le royaume de son fils, en qui j’ai la rédemption et le pardon de mes péchés. (Romains 5. 8 ; Colossiens 1.13-14.)

Je crois que je suis désormais un enfant de Dieu et que je suis assis avec Christ dans les lieux célestes. Je crois que j’ai été sauvé par la grâce de Dieu, par le moyen de la foi ; il s’agit d’un don gratuit et non de la conséquence d’oeuvres que j’aurais accomplies. (Ephésiens2.6 et 8-9 ; 1 Jn3.1-3.

Je choisis de me fortifier dans le Seigneur et par sa force souveraine. Je ne place aucune confiance dans la chair car les armes avec lesquelles je combats n’appartiennent pas à la chair, mais elles sont puissantes devant Dieu pour renverser des forteresses. Je revêts toutes les armes de Dieu. Je prends la résolution de tenir ferme dans la foi et de résister au Malin. (2 Corinthiens 10.4 ; Ephésiens 6.10-20 ; philippiens3.3)

je crois que sans Christ, je ne peux rien faire ; par conséquent, je déclare être totalement dépendant de lui. Je choisis de demeurer en Christ afin de porter beaucoup de fruit et de glorifier mon Seigneur. Je rejette tout don ou toute œuvre mensongère de Satan dans ma vie. (Jean 1.5 et 8 ; 1 Corinthiens 12.3)

je crois que la vérité me rendra libre et que Jésus est la vérité. S’il me rend libre et que le seul moyen d’être en réelle communion avec Dieu et les hommes est de marcher dans la lumière. Par conséquent, je m’oppose à tous les mensonges de Satan en amenant toute pensée captive à l’obéissance au Christ. je déclare que la bible est la seule norme faisant autorité en ce qui concerne la vérité et la vie. (Jean 8/ 32 et 36 ; 14.6 ; 2 Corinthiens 10.5 ; 2Timothée 3.15-17 ; 1 Jean1.3-7)

je choisis d’offrir mon corps à Dieu comme un sacrifice vivant et saint, et les membres de mon corps comme des armes pour la justice. Je choisis de renouveler mon intelligence par la Parole vivante de Dieu, afin de pouvoir discerner que la volonté de Dieu est bonne, agréable et parfaite. Je me dépouille de ma vieille nature et de sa tendance à pratiquer le mal, et je revêts ma nature nouvelle en Christ. (Romains 6.13 et 12.1-2 ; 2 Corinthiens 5.17 ; Colossiens 3.9-10.)

par la foi, je chois d’être rempli de l’Esprit afin de pouvoir être conduit dans toute la vérité. Je choisis également de marcher par l’Esprit afin de ne pas accomplir les désirs de la chair. (Jean 16.13 ; Galates 5. 16 ; Ephésiens 5.18)

je rejette tous les objectifs égoïstes et choisis le but suprême qu’est l’amour. Je choisis d’obéir aux deux plus grands commandements : d’aimer le Seigneur mon Dieu de tout cœur, de toute mon âme, de toute ma pensée et de toute ma force, et d’aider mon prochain comme moi – même. (Matthieu 22 .37-39 ; 1Timothée 1.5)

Je crois que Jésus possède tout pouvoir dans le ciel et sur la terre, et qu’il est le chef de toutes principautés et tout pouvoir. J’ai tout pleinement en lui. Je crois que Satan et ses démons me sont soumis en Christ parce que je suis membre du corps de Christ. J’obéis donc au commandement qui nous demande de nous demande de nous soumettre à Dieu et de résister au diable, et nom de Jésus – Christ j’ordonne à Satan de s’en aller hors de ma pensée. (Matthieu 28.18. Ephésiens 1.19-23 ; Colossiens 2.10 ; Jaques4.7)

 

Voir les commentaires

Que la volonté de Dieu soit faite

22 Novembre 2016 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

Que la volonté de Dieu soit faite

“Que Ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.”

Matthieu 6. 10

Jésus n’a jamais promis aux Siens que leur vie terrestre serait aisée et tranquille. Au contraire Il affirme “Vous aurez des tribulations dans le monde” (Jean 16.33). Que veut dire précisément ce mot “tribulations” ? Le mot grec thlipsis signifie : pression, oppression, stress, angoisse, affliction, désespoir. C’est le même mot qui est utilisé pour l’action de presser les raisins dans un pressoir pour en extraire le jus ou des olives pour en extraire l’huile. Ne vous leurrez pas : connaître des “tribulations” en ce monde est tout à fait normal ! Ne vous laissez pas entraîner par cet enseignement erroné dans certaines églises qui veut vous faire croire qu’avec davantage de foi vous connaîtrez le succès, l’accomplissement de vos rêves et une certaine perfection ici-bas ! Fuyez ce genre de mensonges. Si vous leur donnez crédit vous risquez de vous sentir désespéré, confus et coupable lorsque vous vous rendrez compte que vos espoirs ne se sont pas réalisés. Jésus a déclaré : “Mon royaume n’est pas de ce monde” (Jean 18. 36) et nous a demandé de prier pour l’avènement de Son royaume (Matthieu 6. 10).

Certes la Bible nous parle beaucoup de l’importance de la foi et il est tout à fait légitime de vouloir “élargir” notre foi, mais elle nous parle aussi de la “volonté parfaite” de Dieu et du choix qu’Il est le seul à faire quant au moment où elle s’accomplit. Dans la fameuse prière dite du Notre Père Jésus nous enseigne très vite à demander “que Ta volonté soit faite...” Nous lisons également : “Nous pouvons regarder à Dieu avec assurance, car Il nous écoute si nous demandons quelque chose de conforme à Sa volonté” (1 Jean 5. 14). Toutes les promesses divines sont certaines et quand Dieu décide d’intervenir, rien dans tout l’univers ne peut Lui faire obstacle. Il nous demande seulement de marcher humblement dans le chemin qu’Il nous a tracé, de persévérer dans la prière et, malgré les circonstances adverses d’accepter en nous la paix que Jésus nous offre à tous sans exception.

Qui ne connaît ce verset qui fait partie de la prière suggérée par Jésus à Ses disciples ? Prière qui ne constitue pas une formule ou une méthode infaillible destinée à obtenir ce que notre coeur désire. Méfiez-vous de tout enseignement qui tendrait à vous faire croire que certaines “techniques” de prière donneront de meilleurs résultats que d’autres. Cela équivaut à rejeter la souveraineté de Dieu. Au lieu de se soumettre humblement à la volonté divine, l’homme cède à la tentation de commander à Dieu ce qu’il veut obtenir. Cette forme d’orgueil transforme la prière en une “arme” capable d’obliger Dieu à réaliser Ses promesses dans notre vie selon notre bon vouloir. Des centaines de livres ont été écrits par des soit-disant chrétiens prônant des techniques de prières censées obtenir des résultats positifs. Par exemple : proclamer avec force et conviction que Dieu va répondre, ou même apprendre à visualiser les réponses divines à nos prières avant même que Dieu ne Se soit manifesté. Même si ces “méthodes” semblent prometteuses, ne vous leurrez pas : cette force ne vient pas de Dieu.

Certes Dieu veut que nous placions notre confiance en Sa parole et que notre bouche affirme Ses promesses, et la Bible nous encourage dans ce sens, nous enseignant que nos paroles, nos actions et nos pensées, si elles s’appuient sur Sa parole, ne manqueront pas de Lui plaire (Lisez Philippiens 4.8 ; Psaume 19. 14 ; Proverbes 16. 23, 14 : Matthieu 15. 16-19). Cependant lorsque nous avons recours à des “techniques” douteuses pour “garantir” des réponses positives de la part de Dieu nous entrons sur le dangereux terrain de l’occultisme et de la sorcellerie, choses que Dieu réprouve au plus haut point ! Cela équivaut à prendre la place de Dieu, usurpant Sa gloire et Sa puissance, comme ce fut le cas au Jardin d’Eden (Genèse 3. 4-7). Chaque fois que nous refusons de nous soumettre à Dieu et de rechercher Sa volonté, nous ouvrons la porte à Satan, même si nous ne nous en rendons pas compte immédiatement. Souvenez-vous qu’il est maître dans l’art de la dissimulation et de la contrefaçon ! L’humilité devant Dieu et une bonne connaissance de la Parole de Dieu sont les garanties que nous ne tomberons pas dans les pièges de l’ennemi.

Erica, une mère non-croyante, était hospitalisée dans le service des soins intensifs. Ses deux enfants, Todd et Susan, tous les deux croyants priaient pour elle avec toute la ferveur de leur foi. Todd déclara à Susan qu’il priait pour que leur maman guérisse miraculeusement. Susan répondit qu’elle avait l’intime conviction que Dieu la poussait à prier plutôt pour le salut de leur maman. Au fil des jours la condition d’Erica empira. Les deux enfants continuèrent à supplier Dieu d’intervenir dans la vie de leur maman. Après une semaine passée en soins intensifs, Erica entra dans le coma et s’éteignit trois jours plus tard. En fin de compte, on pourrait se poser la question : “Qui, des deux enfants, a prié selon la volonté de Dieu ?” Dans le sac à main d’Erica, à l’hôpital, se trouvait une petite Bible. Mais rien ne prouve qu’Erica ait ouvert cette Bible, ni qu’elle ait accepté le salut en Jésus-Christ avant de sombrer dans le coma. Elle ne fut pas guérie miraculeusement non plus. Les prières de Todd ont-elle été ignorées ? Susan avait-elle raison de prier pour le salut de sa maman ?

Tous les deux faisaient-ils fausse route ? Le fait est que les deux prières étaient correctes car le salut et la guérison font tous deux partie du plan divin pour l’humanité. Néanmoins il est clair que Dieu est toujours souverain. Lui seul connaît le nombre exact des jours de notre vie sur cette terre. Un pasteur a dit : “Notre responsabilité est de prier pour la guérison de tous, tout en acceptant que la souveraineté de Dieu est l’ultime autorité sur le choix de qui sera guéri et qui ne le sera pas !” Dans toute situation humaine la sagesse implique que nous recherchions la volonté de Dieu, en espérant que nos prières s’aligneront sur Sa volonté parfaite. Parfois Dieu nous permet d’entrevoir la grandeur de Son plan, nous permettant de prier de manière précise sur un sujet spécifique. Sinon nous devons nous contenter de Lui faire confiance et de continuer à prier que Sa volonté parfaite s’accomplisse même si la tournure des événements ne semble pas l’indiquer aujourd’hui !

Source : http://us6.campaign-archive2.com/?u=5bc79ce092&id=2cc17c9b93&e=838a47046d


Voir les commentaires

Sur le bord du Kérith

5 Novembre 2016 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

(1)

“Les corbeaux lui apportaient du pain et de la viande matin et soir, et il buvait l'eau du torrent.”

1 Rois 17. 6

L’épisode du séjour d’Elie sur le bord du torrent du Kérith nous dévoile un peu comment Dieu agit dans notre vie aujourd’hui. C’est au cours du règne d’Ahab, le pire des rois d’Israël, que Dieu choisit de susciter l’un des plus connus et des plus puissants prophètes de l’Ancien Testament : Elie, dont le premier “exploit” fut de prédire qu’une sècheresse catastrophique allait s’abattre sur toute l’étendue du territoire d’Israël. Dieu entendait ainsi juger Son peuple pour s’être fourvoyé dans le culte de faux dieux introduits par Jézabel, la femme d’Ahab. Elie annonça également que Dieu lui avait accordé le pouvoir de faire cesser la sècheresse, et donc la famine qui en résulterait, lorsque Celui-ci le déciderait (v.1). Cette proclamation dramatique mit immédiatement Elie en danger. Si nous obéissons à l’appel de Dieu et sortons du rang pour Le suivre, nous risquons nous aussi de courir certains dangers, de subir des menaces et de souffrir de brimades ou même de persécutions. Mais courage ! Non seulement Dieu fournit à Elie un lieu de refuge où il put échapper aux représailles du roi Ahab, mais Il organisa également un service de repas à domicile afin qu’Elie ait de quoi manger et boire et puisse survivre à la famine annoncée.

Le torrent du Kérith lui offrait une eau fraîche et pure et, chaque matin et chaque soir, des corbeaux mandatés par Dieu lui apportaient du pain et de la viande (v. 2-6). Nul doute qu’Elie aurait choisi d’autres oiseaux moins “charognards” comme porteurs de repas ! Pourquoi Dieu a-t-Il choisi des corbeaux ? 1- probablement pour enseigner à Elie à accepter l’aide divine quelle que soit la méthode employée 2- qui aurait imaginé que ces corbeaux, avec du pain et de la viande dans le bec, allaient en fait nourrir le prophète dans sa cachette ? Dans ces circonstances difficiles Dieu a merveilleusement pourvu aux besoins du prophète. Quand nous marchons avec courage sur le chemin tracé par Dieu pour nous, soyons confiants qu’Il nous protègera et pourvoira à nos besoins car Il n’est jamais indifférent à notre situation. Faisons-Lui confiance, sachant qu’Il prendra soin de nous de manière naturelle ou surnaturelle, à Son gré !

Source : http://us6.campaign-archive1.com/?u=5bc79ce092&id=8945bed064&e=838a47046d

Sur le bord du Kérith (2)

“Mais au bout d'un certain temps, le torrent fut à sec, parce qu'il n'avait pas plu dans le pays.”

1 Rois 17. 7

D’autres détails encourageants émaillent cet épisode de la vie d’Elie. Examinons comment ils peuvent nous encourager aussi dans notre vie. Grâce à l’intervention divine Elie avait de quoi manger et boire sur le bord du Kérith, et de plus se sentait en parfaite sécurité dans ce lieu discret. Il ne semblait pas non plus se plaindre de la solitude. Tout allait bien dans son petit paradis secret. Mais alors nous lisons : “Au bout d’un certain temps le torrent fut à sec parce qu’il n’avait pas plu dans le pays.” Sans doute Elie avait-il observé la lente diminution du débit du torrent. Imaginez ce qu’il a dû penser : “Comment Dieu peut-il ainsi laisser le torrent tarir ?” “Ne peut-Il pas maintenir le débit de l’eau de manière surnaturelle ?” “Va-t-Il m’abandonner maintenant ?” “En a-t-Il assez de moi ?” Homme de prière s’il en fut, Elie a dû entrer en conversation intense avec son Dieu. Malgré tout nous pouvons imaginer qu’en attendant la réponse divine il a souffert d’une certaine dose de frustration et de peur assortie de quelques doutes ! Après tout Elie était un être humain comme nous tous (Jacques 5.17). Ne ressentez-vous pas la même chose parfois en traversant des circonstances difficiles ?

Dieu nous place dans une situation où nous sommes obligés de Lui faire confiance, sachant qu’Il orchestre tout de manière à la fois naturelle et surnaturelle afin de nous “porter” entièrement sur Ses épaules. Nous savons que nous sommes au bon endroit, et nous nous sentons heureux et en sécurité entre Ses mains. Puis soudain quelque événement nous fait glisser de notre refuge et nous nous sentons alors poussés hors de notre nid tranquille. Nous prions sincèrement, implorons Dieu, mais aucune réponse ne semble nous parvenir. Notre foi est mise à rude épreuve. Mais Dieu n’avait pas abandonné Elie et Il ne vous abandonnera pas non plus. Au moment opportun Il a révélé à Elie la prochaine étape de Son plan (v. 8-9). Prenez courage : Dieu orchestrera parfois des circonstances apparemment défavorables pour nous faire avancer dans le plan qu’Il a dessiné pour nous, un plan que la Bible définit comme certain et digne de confiance (Psaumes 133.11).

Sur le bord du Kérith (3)

“Ne vous inquiétez donc pas du lendemain... A chaque jour suffit sa peine.”

Matthieu 6.34

Elie fut l’un des prophètes les plus puissants de l’Ancien Testament. A travers lui Dieu accomplit des exploits incroyables (Lisez 1 Rois 17-19 et 2 Rois 2). Les prophéties d’Elie se réalisèrent toutes sans la moindre marge d’erreur. Comme tout vrai prophète de Dieu il n’avait pas le droit de se tromper, ce qui est la preuve qu’un prophète parle au nom de Dieu. C’était aussi un grand homme de prière. Notez cependant qu’en dépit de ses talents indéniables, Elie était un homme semblable à chacun d’entre nous. C’est l’apôtre Jacques qui l’affirme avec ces mots : “Elie était un être humain, de la même nature que nous” (Jacques 5.17). Autrement dit le prophète ne connaissait pas de formule magique lui permettant d’obtenir de Dieu une révélation instantanée. Il ne possédait aucun pouvoir secret et ne pouvait conjurer aucun “génie” capable de le sortir de situations difficiles. Comme vous et moi, il dépendait de Dieu et pouvait seulement de temps en temps être investi de la puissance surnaturelle de Dieu ou recevoir une révélation spécifique de Sa part. Au cours des trois ans et demi durant lesquels sévit la sècheresse, Celui-ci ne lui dévoila Ses plans qu’étape par étape.

Il l’envoya d’abord au torrent du Kérith où les corbeaux le nourrirent, puis lui donna l’ordre de se déplacer vers Sarepta et de s’installer chez une veuve. Dieu ne lui révéla pas, alors qu’il demeurait caché sur le bord du torrent, où son périple le mènerait. Il en est souvent de même pour nous aujourd’hui : même si, à de rares occasions, Dieu nous révèle davantage que le strict nécessaire afin de nous donner du temps pour nous préparer à affronter tel ou tel événement futur, la plupart du temps Il agit avec nous comme avec Elie, et nous révèle seulement ce que nous avons besoin de savoir aujourd’hui. Soyons-en satisfaits et contentons-nous de ressentir Sa paix. Ne succombons pas à la tentation de courir trop vite et de Le devancer, motivés par nos propres forces souvent minées par la peur et le manque d’assurance. Sa parole pour vous aujourd’hui sont les mots de Jésus : “Ne vous inquiétez donc pas du lendemain... A chaque jour suffit sa peine” (Matthieu 6. 34).

 

Voir les commentaires

Jusqu’à quand Seigneur ?

2 Novembre 2016 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

(1)

“N'abandonnez donc pas votre assurance... Oui, vous avez besoin de persévérance pour accomplir la volonté de Dieu et obtenir ainsi ce qui vous est promis”

Hébreux 10. 35-36

Anne, l’épouse d’Elkanna avait de bonnes raisons de se sentir découragée : “Sa rivale, Pennina, la provoquait pour la pousser à s'irriter de ce que l’Eternel l'avait rendue stérile. Et toutes les années il en allait de même : chaque fois qu'Anne montait à la maison de l'Eternel, Pennina la provoquait de la même manière. Alors elle pleurait et ne mangeait pas” (1 Samuel 1. 5-7). Elle ne pouvait pas avoir d’enfants, sa rivale, l’autre femme d’Elkanna, se moquait d’elle sans cesse et son mari ne comprenait pas sa souffrance ! (v. 8). Elle ne pouvait rien faire d’autre que crier à Dieu. Peut-être vous trouvez-vous dans une situation similaire ? Etes-vous prêt à jeter l’éponge ? Anne était accablée de douleur, elle pleurait au point de ne pas vouloir manger. Elle était mal comprise, persécutée, déçue et frustrée… Mais notez bien qu’elle continuait à prier et à espérer en Dieu: “Pleine d’amertume, elle adressa une prière au Seigneur en pleurant à chaudes larmes” (v. 10). Avant même d’avoir reçu la réponse à ses prières, elle ose envisager l’avenir en promettant de consacrer à Dieu le garçon dont elle implore la naissance !

“Eternel, maître de l’univers, si Tu consens à regarder la détresse de Ta servante, si Tu Te souviens de moi, si Tu n'oublies pas Ta servante et lui donnes un fils, je le consacrerai à l'Eternel pour toute la durée de sa vie et le rasoir ne passera pas sur sa tête” (1 Samuel 1. 11). Si vous vous sentez “stérile” aujourd’hui, frustré de vos échecs, en mal d’espoir, ne laissez pas vos états d’âme et vos émotions vous enfermer dans votre prison. La Bible dit : “N’abandonnez donc pas votre assurance, qui est porteuse d’une grande récompense.” (Hébreux 10.35). La récompense que Dieu accorda à Anne dépassa largement son humble prière: elle donna naissance non pas à un seul garçon, Samuel, mais à 7 enfants au total ! Cette femme qui se décrivait ainsi : “Je suis une femme à l’esprit abattu” dans 1 Samuel 2 nous chante un cantique de louange dans lequel transparaissent une joie et une force étonnants. “Mon coeur se réjouit en l'Eternel, ma force a été relevée par l'Eternel” (1 Samuel 2. 1). Sa Parole pour vous aujourd’hui : persévérez !

Jusqu’à quand Seigneur ? (2)

“Et voici, il y avait à Jérusalem un homme appelé Siméon.”

Luc 2 : 25

Le trouble dépressif (nous ne parlons pas ici de dépression clinique) est une maladie psychique qui malheureusement peut toucher aussi bien des chrétiens que des non-chrétiens. Dr. Michael Youssef s’est penché là-dessus et l’une de ses conclusions est la suivante : trop de croyants nourrissent des espoirs irréalistes, et se sentent frustrés quand leurs attentes ne se matérialisent pas. Ils attendent trop de leurs églises, de leurs pasteurs, de leurs enfants, de leurs conjoints, et même de leur gouvernement, de l’enseignement dispensé dans les écoles, de leur emploi... etc. Sans sombrer dans le fatalisme, que Dieu condamne car il est l’opposé de la foi, nous devons entretenir des attentes réalistes fondées sur les promesses divines contenues dans Sa Parole. L’exemple de Siméon devrait être une source d’encouragement et d’inspiration. Son attente était simple : avant de mourir il devait voir le Messie. “Cet homme était juste et pieux, il attendait la consolation d'Israël, et l'Esprit Saint était sur lui” (Luc 2. 26). Etait-il différent de vous et de moi ? Non, c’était un homme ordinaire qui vivait à Jérusalem, comme un monsieur Dupont vivant à Paris ou ailleurs. Nous ne savons à peu près rien d’autre de lui !

L’important est ailleurs : il attendait “la consolation d’Israël”, une attente réaliste fondée sur les promesses prophétiques de Dieu. Notez : “il avait été divinement averti par le Saint Esprit qu'il ne mourrait point avant d'avoir vu le Christ du Seigneur” (Luc 2. 27). Autrement dit, il se montrait attentif à la voix du Saint-Esprit . Quand nous recherchons “le plan de paix” et “l’avenir et l’espérance” (Jérémie 29. 11) que le Seigneur veut nous donner, nous devons attendre le coeur serein l’accomplissement de Sa Parole à notre égard. Siméon “le reçut dans ses bras, bénit Dieu, et dit : Maintenant, Seigneur, tu laisses ton serviteur s’en aller en paix, selon Ta parole” (Luc 2. 28-29). Nous ne savons pas depuis combien de temps Siméon attendait l’accomplissement de la parole que Dieu lui avait transmise. Néanmoins si, comme Siméon, vous basez vos espoirs sur les promesses que Dieu vous a faites à travers Sa Parole, vos attentes seront satisfaites et vous souffrirez moins de troubles dépressifs.

(Tiré de Sa Parole Pour Aujourd’hui)

Source : http://us6.campaign-archive1.com/?u=5bc79ce092&id=c481e449f0&e=838a47046d

 

Voir les commentaires

A propos d’expérience

1 Novembre 2016 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

(1)

“L’expérience qu’Il a vécue l’a rendu parfaitement apte à apporter le salut...”

Hébreux 5.9 TP

N’avez-vous jamais postulé pour des emplois avant de découvrir que, dans chaque cas, la condition essentielle était d’avoir de l’expérience dans ce domaine ? N’est-ce pas très frustrant ? Comment acquérir de l’expérience sans emploi ? Un jeune directeur de banque demanda à son prédécesseur sur le point de prendre sa retraite quel était le secret de sa réussite. Celui-ci répondit : “Il faut savoir prendre de bonnes décisions.” “Mais comment peut-on apprendre à le faire ?” continua le jeune homme. “C’est l’expérience qui fait la différence !” répliqua le vieux directeur. “Et comment vais-je acquérir de l’expérience ?” poursuivit le plus jeune, quelque peu étonné. “Tout simplement en prenant de mauvaises décisions !” L’expérience est un professeur difficile à comprendre : vous passez le test d’abord, et vous apprenez la leçon ensuite ! Et Dieu cherche des assistants pleins d’expérience pour L’aider dans Ses tâches. Lorsque vous commencez à travailler pour Lui, Il se sert de toutes vos expériences, même les plus douloureuses. Il a déjà payé “les cours particuliers” nécessaires pour vous enseigner l’essentiel ! Ecoutez : “Jésus apprit l’obéissance à travers les souffrances qu’Il dut traverser. L’expérience qu’Il a vécue L’a rendu parfaitement apte à apporter le salut...” (Hébreux 5.8-9).

Tout est affaire de perspective, surtout si vous apprenez à voir les expériences de votre vie sous un jour nouveau. Par exemple, souffrir dans un domaine particulier de votre vie, peur, sentiment de culpabilité, colère, dépendance ou sentiment d’insécurité... peut vous rendre apte à comprendre et à aider ceux qui, comme vous, souffrent de la même blessure. Acquérir de l’expérience n’est pas tant la somme des événements et des difficultés que vous avez dû affronter, que votre attitude, votre comportement face à ces événements ou épreuves. Gardant cela à l’esprit posez-vous la question : “Ma souffrance actuelle peut-elle devenir source de bénédiction pour quelqu’un d’autre ?” Face à l’épreuve, vous pouvez choisir entre baisser les bras ou acquérir de l’expérience. Pierre trembla jusqu’au plus profond de son être lorsqu’il entendit la question: “Et toi, n’es-tu aussi l’un de Ses disciples ?” Il s’empressa de le nier, affirmant : “Jamais de la vie !” (Jean 18.25). Après s’être repenti et avoir retrouvé Jésus ressuscité, il fut rempli de l’Esprit de Dieu et se retrouva à la tête de l’Eglise. Rien ne remplace l’expérience !

A propos d’expérience (2)

“C'est le Seigneur qui donne la sagesse.”

Proverbes 2.6

L’expérience seule ne suffit pas ! Il faut apprendre à l’évaluer, à en tirer la substance. Tout le monde vit des expériences diverses au cours de sa vie, mais le plus important, c’est ce que vous apprenez de ces expériences. A l’aube de notre vie nous ressemblons à un cahier aux pages toutes blanches. Chaque jour de notre existence constitue une occasion d’y consigner de nouvelles expériences. Chaque page nous offre une chance d’acquérir de la sagesse. L’idéal, c’est de pouvoir remplir ces pages d’observations et d’enseignements divers. Mais chacun d’entre nous n’acquiert pas le même degré de sagesse. Certains évitent de se servir de leur cahier, préférant garder la plupart des pages blanches. D’autres noircissent page après page, mais ne prennent jamais le temps de les relire, d’y réfléchir afin d’acquérir davantage de sagesse. Un petit nombre d’entre nous s’applique à remplir les pages, mais aussi à les relire et à y réfléchir afin d’en extraire le meilleur. La réflexion mène à la perspicacité, c’est ainsi que l’expérience vécue peut être transformée en enseignement de valeur.

Nous  avons tous rencontré des gens doués de beaucoup de savoir, mais de peu de sagesse. Ils ont accumulé une somme de connaissances, sans en extraire le moindre enseignement profond. Les expériences qu’ils ont vécues ne leur ont rien apporté parce qu’ils n’ont pas su réfléchir et évaluer l’expérience acquise au cours des années. Pour réussir dans la vie, pour vous épanouir, vous devez transformer votre expérience en sagesse. Prenez votre temps : la sagesse ne s’acquiert pas en une nuit. Faites des efforts pour la trouver. Le trésor est là, il suffit de creuser pour le trouver, vous devez en faire l’effort. Et vous devez aussi vous mettre à genoux, oui, tomber à genoux en prière devant Dieu, car c’est le Seigneur qui donne la sagesse...” (Proverbes 2.6)

A propos d’expérience (3)

“Acquiers l'intelligence. Exalte-la : elle t'élèvera. Elle fera ta gloire...”

Proverbes 4.7-8

Nous vivons tous tant d’expériences dans notre vie que nous ne pouvons pas toutes les comprendre. Earl Wilson a dit un jour : “L’expérience, c’est ce qui nous permet de reconnaître une erreur quand nous la commettons pour la seconde fois !” Admettons-le, nous vivons tant d’événements dans notre vie qu’il nous est impossible de tout assimiler. Même si nous sommes doués de beaucoup d’intelligence, notre compréhension ne rattrapera jamais notre expérience. Aussi devons-nous extraire l’essentiel de ce que nous comprenons. Au soir de chaque journée, nous devrions nous demander : “Qu’ai-je appris aujourd’hui ?” Notre attitude face aux événements imprévisibles et parfois déplaisants que nous devons affronter détermine notre aptitude à progresser. Steve Penny a écrit : “La vie est faite de détours imprévisibles. Nos plans semblent parfois réduits à néant par des conséquences d’événements qui nous échappent totalement. Apprenez à voir dans ces détours de véritables trésors. Considérez-les comme des voyages d’enseignement, des excursions privilégiées. Ne fermez pas les yeux pour ne pas les voir en face, sinon vous n’apprendrez pas grand-chose.

Appréciez ces moments particuliers et bientôt vous vous retrouverez sur le chemin habituel, probablement un peu plus sage et un peu plus fort qu’avant votre petit détour !” Le manque d’expérience peut s’avérer lourd de conséquences. Notre ignorance la plus grave ne concerne pas ce que nous n’avons pas encore appris, mais le peu de connaissances que nous avons déjà accumulées. Harry Golden a remarqué : “L’arrogance des jeunes vient de ce qu’ils n’ont pas accumulé assez d’expérience sur les conséquences possibles des événements de la vie. Le chapon qui, chaque jour, se précipite vers le fermier qui vient lui apporter des grains de maïs, ne commet aucune erreur, puisque personne ne lui a expliqué ce qui va se passer aux alentours de Noël !” Vous ne pouvez pas espérer ne jamais commettre d’erreur, mais vous pouvez en limiter la fréquence, tirer les leçons de chacune et essayer d’éviter de les refaire.

 

 

A propos d’expérience (4)

“Heureux celui qui a trouvé la sagesse, celui qui obtient l'intelligence !”

Proverbes 3.13

Acquérir de l’expérience vous en coûtera. Il faut savoir en payer le prix, en espérant que la sagesse que vous en retirerez excèdera le prix que vous avez accepté de payer. Parfois vous ne saurez quel prix vous devrez payer avant d’avoir acquis l’expérience. Mais ne rien apprendre des expériences que vous aurez vécues sera encore plus coûteux. Pourtant, cela arrive souvent. Quand une expérience s’avère négative, nous essayons de nous enfuir loin d’elle et nous affirmons : “On ne m’y reprendra plus !” Pourtant, vous ne devriez jamais fuir les expériences qui se présenteront sur votre chemin. Au contraire, vous devez les évaluer et en tirer les leçons qui s’imposent. Savoir évaluer nos expériences est une qualité rare. Peu de gens sont capables d’analyser avec lucidité les expériences qu’ils ont vécues et d’en tirer des leçons valables. On raconte l’histoire d’un ours, d’un loup et d’un renard qui partirent chasser ensemble. Chacun réussit à tuer un daim.

L’ours demanda alors au loup comment ils devaient se partager le butin. Le loup répondit : “chacun d’entre nous doit prendre un daim.” Sur ce, l’ours attrapa le loup et le dévora. Puis il se tourna vers le renard et lui demanda ce qu’il en pensait. Le renard offrit le daim qu’il avait tué et suggéra à l’ours de prendre aussi celui du loup. L’ours, étonné, s’écria : “Mais d’où te vient autant de sagesse ?” Le renard répondit : “C’est le loup qui me l’a apprise !” L’école de la vie offre beaucoup de cours très difficiles à suivre. Nous nous portons volontaires pour certains d’entre eux. D’autres nous sont imposés presque par hasard. Mais tous nous enseignent des leçons de très haute valeur à condition que nous ayons le désir d’apprendre et de réfléchir attentivement sur ces leçons

Source : http://us6.campaign-archive2.com/?u=5bc79ce092&id=9c33561a23&e=838a47046d

Voir les commentaires