Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

LA PUISSANCE DE LA GRACE DE DIEU

12 Août 2011 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Etudes Bibliques

Nouvelle-image--32-.png

Définition :

Tiré du mot hébreu chên (khane), le mot grâce exprime une action gracieusement faite, ce qui conduit au sens de compassion, faveur imméritée accordées à quelqu’un afin de le sortir de l’affliction à la joie, du désespoir à l’espoir.

Il est évident que ce mot khane est dérivé de khaw-nan' et khaw-naw' décrivant l’attitude ou la manifestation de la grâce par le mot incliner ou l’abaissement de soi même par un geste ou acte de compassion afin de secourir un inférieur qui ne méritait pas cette occasion. Dans ce mot, il est exclu une donation à la suite d’une supplication. D’où l’intention d’accorder une miséricorde à quelqu’un parce qu’ayant eu pitié de lui. L’intention réelle de la grâce est caractérisée selon le mot hébreu khaw-naw' comme un refus volontaire, un renoncement à ses droits en se dépouiller de son honneur pour s’abaisser et tendre la main favorable à un ennemi en lui accordant la paix et sa restauration dans ce qu’il avait perdu et ne méritait plus de l’obtenir. L’effet particulier de cet aspect est de veiller sur ce dernier afin qu’il reste dans la constante faveur qui lui a été accordée.

Le grec quant à lui, traduit grâce par charis, mot dérivéde chairō, qui explique un bienfait, une chose, une disposition nouvelle reçue sans cause fondée comme gratification par une action abstraite ou concrète, littéralement, figurativement ou spirituellement par l’effet d’une influence divine sur un cœur, caractérisé par la manifestation dans la vie. Cette attitude conduit à l’acceptation, au bénéfice, à la faveur, au don de Dieu qui produit la joie libératrice, la reconnaissance et l’adoration pour les bienfaits reçus. La nouvelle attitude est une nouvelle vie  remplie de joie, parce qu’on expérimente une paix dans la tranquillité et une pleine satisfaction.

Selon le dictionnaire, la grâce est une faveur divine faite aux pécheurs qui ne la méritaient pas.

La grâce est une manifestation de l'Amour de Dieu pour l'homme pécheur. Tout comme sa bonté, sa miséricorde, sa patience....

Ephésiens 2:8-9" Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie.

I) La manifestation de la grâce de Dieu dans nos vies

La grâce trouve sa source en Dieu et en Jésus Christ (que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu le Père et de notre Seigneur Jésus-Christ). (Galates 1.3)

L'Évangile de Christ est l'Évangile de la grâce : il ne tient pas compte de l'œuvre ni d'aucun mérite de l'homme. Selon Actes 20.24, l'apôtre Paul dit : «Mais je ne fais pour moi-même aucun cas de ma vie, comme si elle m’était précieuse, pourvu que j’accomplisse ma course avec joie, et le ministère que j’ai reçu du Seigneur Jésus, d’annoncer la bonne nouvelle de la grâce de Dieu."

La grâce de Dieu se manifeste donc dans nos vies de diverses manières auxquelles il faut faire attention et ne pas l’ériger en points doctrinaux pour les autres :

a) Dieu nous a appelés au salut par la grâce de Christ :                                                                      Le salut nous est accordé par la mort et la résurrection de Jésus (Galates 1.6,15)

Lorsqu'une personne vient à Dieu, cela est un effet de sa grâce et de sa souveraineté. Par sa grâce, Dieu amène à lui celui qu'il avait souverainement choisi (Romains 8.30) : "Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés ; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés ; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés". Et selon, 2 Thessaloniciens 2.13-14, il est dit : "Pour nous, frères bien-aimés du Seigneur, nous devons à votre sujet rendre continuellement grâces à Dieu, parce que Dieu vous a choisis dès le commencement pour le salut, par la sanctification de l’Esprit et par la foi en la vérité.

C’est à quoi il vous a appelés par notre Évangile, pour que vous possédiez la gloire de notre Seigneur Jésus-Christ."

b) Dieu nous a sauvés par sa grâce : la grâce est un moyen d'obtenir le salut

En Ephésiens 2.8-10, il dit que c'est par grâce que vous êtes sauvés......Ce n'est point pas les œuvres, afin que personne ne se glorifie....

c) Le chrétien vit et demeure dans la grâce dès le moment de sa conversion jusqu'à sa glorification et selon Romains 5.1-2 : Grâce à Jésus nous avons accès à Dieu ((1 Cor 1.8-9 ; Rom 8.31-34 ; Jean 6.37 ; Jude 24)

Le texte de 2 Corinthiens 12.9, montre que Dieu accorde continuellement sa grâce (Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi.)

Il nous a ressuscités ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ, afin de montrer dans les siècles à venir l'infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus Christ (Eph 2.6,7).

Nous pouvons donc dire : Que ceux qui ont placé leur confiance en Jésus-Christ bénéficient sans limite de l'infinie richesse de sa grâce et ce jusque dans l'éternité.

II) Les résultats de l'effet de la grâce de Dieu :

a) La grâce conduit à la paix (Galates 1.3)

Si la grâce est la source de toutes bénédictions, la paix en est le résultat dans la vie de celui qui accepte la grâce de Dieu.

Nous avons trouvé la paix avec Dieu, alors que nous étions ses ennemis. En Colossiens 1.21-22, il est dit: «Et vous, qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises œuvres, il vous a maintenant réconciliés par sa mort dans le corps de sa chair, pour vous faire paraître devant lui saints, irrépréhensibles et sans reproche. " De plus le chrétien est réconcilié avec Dieu :

Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, à qui nous devons d’avoir eu par la foi accès à cette grâce, dans laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l’espérance de la gloire de Dieu. Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à plus forte raison, étant réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie. Et non seulement cela, mais encore nous nous glorifions en Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, par qui maintenant nous avons obtenu la réconciliation (Romains 5.2,10,11).

Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation. Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n’imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation. Nous faisons donc les fonctions d’ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous; nous vous en supplions au nom de Christ: Soyez réconciliés avec Dieu! (2 Cor 5.18-20)

L'homme ne peut trouver la paix du cœur que s'il se met au bénéfice de la grâce de DIEU :

b) La grâce donne l'efficacité et la force dans le service :

"et ayant reconnu la grâce qui m’avait été accordée, Jacques, Céphas et Jean, qui sont regardés comme des colonnes, me donnèrent, à moi et à Barnabas, la main d’association, afin que nous allassions, nous vers les païens, et eux vers les circoncis" (Galates 2.9)

Par sa grâce Dieu se sert de nous pour faire avancer son œuvre. Et c'est aussi sa grâce qui nous donne la puissance pour accomplir son service.

Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n'a pas été vaine; loin de là, j'ai travaillé plus qu'eux tous, non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu qui est avec moi. Et 1Corinthiens 3:10 , il ajoute: "Selon la grâce de Dieu qui m’a été donnée, j’ai posé le fondement comme un sage architecte, et un autre bâtit dessus. Mais que chacun prenne garde à la manière dont il bâtit dessus" ( 1 Corinthiens 15.10)

Parlant à son enfant dans la foi l’Apôtre Paul recommande :" Toi donc, mon enfant, fortifie-toi dans la grâce qui est en Jésus-Christ" (2Timothée 2.1)

c) La grâce nous aide à vivre une vie qui honore Dieu :

‘‘Car ce qui fait notre gloire, c’est ce témoignage de notre conscience, que nous nous sommes conduits dans le monde, et surtout à votre égard, avec sainteté et pureté devant Dieu, non point avec une sagesse charnelle, mais avec la grâce de Dieu’’ (2 Corinthiens1:12).

d) La grâce nous rends capable de souffrir sans nous plaindre :

‘‘Et pour que je ne sois pas enflé d’orgueil, à cause de l’excellence de ces révélations, il m’a été mis une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m’empêcher de m’enorgueillir. Trois fois j’ai prié le Seigneur de l’éloigner de moi, et il m’a dit: Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi’’ (2 Corinthiens 12.7-9).

III) Conséquences d'un retour à la loi (ou au salut par les œuvres) :

 ‘‘Je m’étonne que vous vous détourniez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à un autre Évangile. Non pas qu’il y ait un autre Évangile, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l'Évangile de Christ’’ (Galates 1.6-7).

Altérer, ou se détourner de l'Évangile de Christ, c'est abandonner la grâce de Dieu, et abandonner le Dieu qui fait grâce. C'est aussi délaisser la puissance de Dieu pour se tourner vers nos propres efforts.

En passant à un autre évangile, on se prive de la grâce de Dieu, pour compter que sur ses propres forces. Malheureusement cela conduit l'homme à l'échec et à la déception. Car il cesse de dépendre de la ressource divine pour dépendre des siens. C’est ainsi que l’Apôtre Paul pourra renchérir en ces termes : Vous êtes séparés de Christ, vous tous qui cherchez la justification dans la loi; vous êtes déchus de la grâce" (Gal 5.4).

Par conséquent, ceux qui cherchent la justification (le fait d'être déclaré juste) dans la loi sont séparés de Christ, et sont déchus (déchoir c'est se détacher) de la grâce.

Nous devons garder en esprit qu’agir comme dit ci-haut :

Il n'est pas question de la perte du salut, mais en agissant ainsi, on met un obstacle entre Christ et nous. Nous nous privons de sa puissance et de la communion avec lui.

Pour ceux qui ne sont pas sauvés cela prouve que leur foi n'est pas authentique (1 Jean 2.19)

Je ne rejette pas la grâce de Dieu ; car si la justice s’obtient par la loi, Christ est donc mort en vain (Galates 2.2).

Un retour à la loi, c'est rejeter la grâce de Dieu et dire que Christ est mort inutilement

IV) Comment pouvons-nous manifester la grâce de Dieu dans ce monde ?

En renonçant à nous-mêmes à l'exemple de Christ :

Car vous connaissez la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ, qui pour vous s’est fait pauvre, de riche qu’il était, afin que par sa pauvreté vous fussiez enrichis (2 Cor 8.9)

En travaillant davantage:

Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n’a pas été vaine; loin de là, j’ai travaillé plus qu’eux tous, non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu qui est avec moi (1 Cor 15.10)

En supportant nos épreuves ...pour Christ:

C’est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les calamités, dans les persécutions, dans les détresses, pour Christ; car, quand je suis faible, c’est alors que je suis fort (2 Cor 12.10)

En parlant aux autres avec grâce à l'exemple de Christ:

Que votre parole soit toujours accompagnée de grâce, assaisonnée de sel, afin que vous sachiez comment il faut répondre à chacun (Col 4.6).

Qu’il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise, mais, s’il y a lieu, quelque bonne parole, qui serve à l’édification et communique une grâce à ceux qui l’entendent (Eph 4.29).

Et tous lui rendaient témoignage; ils étaient étonnés des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche, et ils disaient: N’est-ce pas le fils de Joseph ? (Luc 4.22)

Conclusion :

L'apôtre Paul dit :" Je rends à mon Dieu de continuelles actions de grâces à votre sujet, pour la grâce de Dieu qui vous a été accordée en Jésus-Christ" (1 Corinthiens 1.4).

Nous avons l'obligation de rendre grâces à Dieu, en lui montrant notre reconnaissance et notre joie : "Rendez continuellement grâces à Dieu le Père pour toutes choses, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ...." (Ephésiens 5.20 ; 1 Tim 1.12-14)

Nous ne devons pas nous attendre à recevoir la grâce de Dieu en vain, mais il nous faut travailler avec Dieu, car c'est le temps favorable, la porte de la grâce est encore ouverte (2 Cor 6.1-2). Gardons toujours à l’esprit cette portion très importante des Ecritures de l’Apôtre Paul aux Corinthiens : ‘‘C'est à cause de vous, frères, que j'ai fait de ces choses une application à ma personne et à celle d'Apollos, afin que vous appreniez en nos personnes à ne pas aller au delà de ce qui est écrit, et que nul de vous ne conçoive de l'orgueil en faveur de l'un contre l'autre. Car qui est-ce qui te distingue? Qu'as-tu que tu n'aies reçu? Et si tu l'as reçu, pourquoi te glorifies-tu, comme si tu ne l'avais pas reçu?’’ (1 Cor 4.6-7)

Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec notre esprit

Voir les commentaires

PEUT-IL SORTIR QUELQUE CHOSE DE BON DE NAZARETH ?

6 Août 2011 , Rédigé par Dr André CHOUBEU

 

PEUT-IL SORTIR QUELQUE CHOSE DE BON DE NAZARETH ?

(Jean 1.16)

 

Introduction :

 

Jusqu’à ce jour, bien que Dieu ait tout accompli en Christ, plusieurs, même de ceux qui confessent Christ de leur bouche comme Sauveur et Seigneur personnel, restent incrédules dan leur cœur quant à l’entendement spirituel des Ecritures pour vivre les bénédictions divines qui y sont attachées car tout a été accomplit sur la croix du Calvaire.

Le paradigme demeure dans le refus parfois inconscient de la persistance à vivre le passé et non le futur dès le présent. Les diverses malédictions du passé étaient attachées à nous à cause de la loi, or, la loi a montré ses limites à la croix. En effet, il est écrit : ‘ Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce pour grâce ; car la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ’’ (Jean 1.16-17).

Notre tendance en effet a toujours cette perspicacité de nous suivre de manière très têtue afin de nous faire croire ce que nous ne somme pas vraiment et nous pousser à nous conduire comme tels.

Quelques textes bibliques devraient nous amener à changer notre façon de penser et de concevoir :

1Cor 1.27 : ‘‘Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes’’

1Sam 16.7 : ‘‘Et l'Éternel dit à Samuel: Ne prends point garde à son apparence et à la hauteur de sa taille, car je l'ai rejeté. L'Éternel ne considère pas ce que l'homme considère; l'homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l'Éternel regarde au cœur’’.

1Sam 2.8 : ‘‘De la poussière il retire le pauvre, du fumier il relève l'indigent, pour les faire asseoir avec les grands. Et il leur donne en partage un trône de gloire; car à l'Éternel sont les colonnes de la terre, et c'est sur elles qu'il a posé le monde’’.

 

La préscience de Dieu dans notre choix :

 

Dieu n’a pas choisi des philosophes, ni des orateurs, ni des hommes politiques, ni des hommes de la richesse, du pouvoir, et ayant de l’intérêt dans le monde pour publier l’évangile de grâce et de paix. Il juge le mieux quels sont les hommes et les moyens qui servent le mieux les buts de sa gloire.

Souvent, un humble chrétien, bien que pauvre quant à ce monde, a une connaissance plus vraie de l’évangile, que ceux qui ont fait de la lettre de l’Écriture l’étude de leurs vies, mais qui l’ont étudiée plutôt comme un témoignage d’hommes, que comme la parole de Dieu. Les pauvres qui sont sauvés, se mettent bien souvent sous le complexe de l’infériorité, oubliant que leur choix venait du dessein éternel et souverain de la grâce régénératrice de Dieu, car ils étaient en Jésus-Christ par la foi bien avant même l’existence du monde. C’est de Dieu que nous viennent sagesse, justice, sanctification, et rédemption ; tout ce dont nous avons besoin, ou que nous pouvons désirer. Et il est fait sagesse pour nous, par sa parole, son Esprit, et depuis sa plénitude et ses trésors de sagesse et de connaissance, nous pouvons recevoir tout ce qui nous rendra sages à salut, et aptes à tout service auquel nous sommes appelés. Nous sommes coupables et exposés à un juste châtiment ; et il est fait justice, notre grande expiation et sacrifice. Nous sommes dépravés et corrompus et il est fait sanctification, la source de notre vie spirituelle : de lui, comme la Tête, ceci est donné à son corps par son Saint-Esprit.

Il est écrit :

Matthieu 11.25 : ‘‘En ce temps là, Jésus prit la parole et dit : Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents et de ce que tu les as révélées aux enfants’’.

Matthieu 11.26 : ‘‘Oui, Père, je te loue de ce que tel a été ton bienveillant dessein’’.

Luc 10.21 : ‘‘En ce moment même, Jésus tressaillit de joie par le Saint–Esprit et dit : Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants. Oui, Père, parce que tel a été ton bienveillant dessein’’.

Psaumes 139.16 : ‘‘Quand je n’étais qu’une masse informe, tes yeux me voyaient ; Et sur ton livre étaient tous inscrits Les jours qui m’étaient destinés, Avant qu’aucun d’eux existât’’.

Psaumes 56.9 : ‘‘Tu as compté mes allées et venues ; mets mes larmes dans tes vaisseaux ; ne sont elles pas écrites dans ton registre ?’’

LA QUESTION CONSTANTE : Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon ?

 

Contexte justificatif de la question de Natanaël :

 

Tant que les êtres humains existent, il y aura toujours des préjugés entre eux sur tel ou tel autre sujet ! Nazareth, était une petite et obscure localité  en Galilée ; cette ville aurait été de mauvaise réputation sous le rapport de la moralité ? Sur ce point, M. Godet quant à lui, pense que le doute de Nathanaël venait de ce qu’aucune prophétie n’assignait à Nazareth un rôle si important. La question de Nathanaël, du fait de son origine plutôt de Cana (Jean 21.2), à une lieue seulement de Nazareth, pouvait paraître plutôt comme une mesquine jalousie qui existe souvent de village à village et qui ne lui permettait pas de croire que cette localité, aussi obscure que la sienne, avait part à une gloire si éclatante. Quoi qu’il en soit, la parole de Dieu dans Esaïe 8.23-9.1 dit expressément : ‘‘Mais les ténèbres ne régneront pas toujours Sur la terre où il y a maintenant des angoisses: Si les temps passés ont couvert d'opprobre Le pays de Zabulon et le pays de Nephthali, Les temps à venir couvriront de gloire La contrée voisine de la mer, au delà du Jourdain, Le territoire des Gentils. Le peuple qui marchait dans les ténèbres Voit une grande lumière; Sur ceux qui habitaient le pays de l'ombre de la mort Une lumière resplendit’’.

Souvent, certaines situations de nos vies nous poussent à une interrogation fréquemment inquiétante car comme Jaébets ; nous sommes conscients comme lui, qu’une malédiction pesait sur lui à travers le lien de son nom ; Fort de ces choses, il se reconnaissait limité dans sur plusieurs plans.

La défaite du passé :

 

Notre nouvelle vie en Christ, démontrera aux yeux de tous, les effets du royaume de Dieu parmi les hommes par ceux qui ont cru et ceci établira le témoignage de la puissance de Dieu et le pouvoir créateur du Tout Puissant. Les leçons suivantes qui établissent une rupture systématique avec notre passé peuvent être tirées :

 

Dieu : L’homme a péché contre Dieu et tombe par sa chute dans un état de mort spirituelle par son inimitié avec Dieu et sa séparation de l’essence de la vie qui est Dieu.

Satan qui avait tenu tête à Dieu depuis sa révolte au ciel et avait fait de grand ravage contre la créature et la création de Dieu fut de façon humiliante battu à Golgotha. Dès lors, il reconnaît que ces jours sont désormais comptés. Il sait que sa demeure éternelle est désormais l’enfer.

Homme qui à cause de son malheureux choix du jardin d’Eden était à jamais perdant trouve grâce aux yeux de Dieu et entre dans le processus de la restauration totale. Il ne sera plus par sa réconciliation destiné à la mort ni à la vie sur terre, mais désormais, il est habitant éternel du ciel où il ira après le dernier jugement qui enverra Lucifer et ses anges en enfer.

Loi qui servait de guide, de garde-fou est désormais à cause de son inefficacité, remplacée par Christ, Justice de Dieu, Chemin pour conduire toute chose selon le principe de Dieu, Vérité pour conduire toue chose dans la vérité divine, Vie pour communiquer la vie de Dieu à quiconque croit en Lui.

Péché du fait de fait de l’inculpation injuste de Jésus a accompli son œuvre de la colère divine sur Jésus, le juste. Parce que le Christ porte sur lui les péchés et leurs conséquences sur la croix, le péché dans son pouvoir meurt avec Lui.

Sacrifice pour le péché devait avoir lieu à chaque péché commis (Lév. 5.5), mais le Christ étant devenu selon la prescience divine le sacrifice pour le péché de l’humanité, les animaux et autres qu’on offrait pour l’expiation est aboli, le Christ ayant été le sacrifice parfait une fois pour toute.

Grâce qui était impossible car quiconque péchait devait mourir a vu sa manifestation à cause de la miséricorde de Dieu.

‘‘Un Sauveur qui nous délivre de nos ennemis et de la main de tous ceux qui nous haïssent! C'est ainsi qu'il manifeste sa miséricorde envers nos pères, et se souvient de sa sainte alliance, Selon le serment par lequel il avait juré à Abraham, notre père, de nous permettre, après que nous serions délivrés de la main de nos ennemis, De le servir sans crainte, en marchant devant lui dans la sainteté et dans la justice tous les jours de notre vie’’ (Luc 1.71-5).

Rédemption, substitution, justification sont devenu effective car elle Christ nous les avons totalement l’une comme l’autre :

 De perdu que nous étions, nous sommes rachetés et sauvés

Christ ayant pris notre place, nous n’avons plus à souffrir pour nos péchés

D’injustes chroniques, nous avons hérité la justice de Christ

Mort de la mort est devenue une réalité car nous sommes passé de la mort à la vie

Jésus est notre Sauveur et Seigneur, notre désormais nouveau Maître pour toujours

 

Conséquence : Nous vivons désormais par amour Lui, en raison de tout ce qu’il a fait pour nous et qu’il nous est impossible de rembourser. Nous sommes donc, esclaves de jésus, non par contrainte, mais par amour pour tout ce qu’il a fait et est pour nous.

 

Conclusion :

Si nous sommes dans les liens, il a été fait rédemption pour nous, notre Sauveur et notre Libérateur. Là où Christ est fait justice pour une âme, il est fait également sanctification. Il ne supprime jamais la culpabilité du péché sans délivrer du pouvoir de ce péché ; et il est fait justice et sanctification afin qu’il puisse à la fin être fait totalement rédemption ; qu’il puisse libérer l’âme de l’existence du péché, et détacher le corps des liens de la tombe. Et ceci pour que toute chair, d’après la prophétie de Jérémie, (Jérémie 9.23-24) puisse se glorifier dans la faveur spéciale, la grâce toute suffisante, et le salut précieux de l’Éternel.

Tous ceux qui désirent tirer profit de la parole de Dieu, doivent se méfier des préjugés contre les lieux, ou les dénominations des hommes. Ils doivent examiner par eux-mêmes, et ils trouveront quelquefois le bien là où ils ne pensaient pas le trouver. De nombreuses personnes sont tenues à l’écart de la religion par les préjugés déraisonnables qu’ils conçoivent. Le meilleur moyen pour se débarrasser des fausses notions de la religion, est de les éprouver. En Nathanaël il n’y avait pas de fraude. Sa confession n’était pas hypocrite. Il n’était ni cachottier, ni malhonnête ; il avait un caractère sain, était un homme vraiment droit et pieux. Christ connaît ce que sont réellement les hommes. Nous connaît-il ? Que notre désir soit de le connaître, lui. Cherchons à être vraiment des Israélites dans lesquels il n’y a point de fraude, prions pour cela ; de vrais chrétiens, approuvés par le Christ lui-même. Certaines choses faibles, imparfaites, et coupables, se trouvent en tous, mais l’hypocrisie n’appartient pas au caractère d’un croyant.  Jésus a été témoin de ce qui se passait lorsque Nathanaël était sous le figuier. Il était probablement dans une prière fervente, recherchant une direction pour l’espérance et la consolation d’Israël, là où aucun œil humain ne l’observait. Ceci lui a montré que notre Seigneur connaissait les secrets de son cœur. Au travers de Christ nous communions avec les saints anges, et nous sommes à leur bénéfice ; les choses qui sont dans les cieux et les choses qui sont sur la terre sont réconciliées et unies dans un ensemble.

De tout temps, nous devons pour manifester notre destinée, dire par notre vie sans compromis à l’exemple de Jésus : ‘‘Viens et vois !’’. De cette manière, nous serons des instruments de Dieu pour le changement d’un grand nombre.

Dr André CHOUBEU

 

Voir les commentaires