Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

LA DÉMOCRATIE DANS L’EGLISE

26 Mai 2015 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

LA DÉMOCRATIE DANS L’EGLISE

Introduction :

On nous disait que la démocratie était le système parfait de gouvernement du peuple par le peuple. A la lumière des actions des illuminatis, les choses sont-elles vraies ? Le peule est-il toujours au courant des décisions ? Les accords secrets des pays occidentaux avec les anciennes colonies se font-ils avec l'accord du peuple ? Piller les nations pauvres pour s'enrichir, est-ce encore et toujours la démocratie ? ‘‘Order ab chao’’, mot d’ordre des grands maîtres de la franc-maçonnerie signifiant ‘‘l’ordre par le désordre’’ consiste à créer des fléaux divers pour instaurer leur sinistre programme, est-il toujours une démocratie ? La démocratie a tellement de méfaits que je me demande si le système de monarchie des empires anciens n’était pas plus adapté qu’à ce que nous vivons aujourd’hui !

Quant à moi, je vote et demeure dans le système de gouvernement théocratique dont Dieu est le Roi éternel. Son règne depuis avant tous les temps n’a ni bavures, ni crimes, ni plaintes justifiées, ni injustices d’aucune espèce.

Aspirons tous à ce gouvernement théocratique de Dieu. Comme chrétiens, rattachons-nous fermement au gouvernement et principes théocratiques de Dieu sans nous compromettre aucunement. Alors comme membres de l’Eglise, institution divine sur terre, agissons dans le sens des desseins divins pour que ne s'accomplissent que le programme de Dieu d’avance planifié. Puissions-nous avec la dernière énergie, combattre, dénoncer et refuser la compromission et les richesses empoisonnées de ces groupes politiques qui cherchent à acheter nos consciences. Proclamons la paix, la justice et l'unité du peuple de Dieu dans la vérité car c'est la seule issue pour rester toujours sous la grâce de la protection divine. ‘‘Car le royaume de Dieu, ce n'est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint Esprit’’ (Rom 14:17).

Plus que jamais, l’église est polluée par des enseignements, des méthodes, administration et principes calqués non sur le modèle d’en haut, mais d’en bas pourtant, il avait été dit : « selon que Moïse en fut divinement averti lorsqu’il allait construire le tabernacle: Aie soin, lui fut-il dit, de faire tout d’après le modèle qui t’a été montré sur la montagne » (Hébreux 8.5b). Tous sont-ils allés à la montagne de la présence de Dieu poussés par le Saint-Esprit pour recevoir le « job description » de l’activité ou plutôt du ministère qu’ils vont exercer devant Dieu ? Non, car sur coup de tête parce qu’ils s’estiment insatisfaits de ce qu’ils veulent voir et ne voient pas (justement parce qu’ils sont dans un état d’aveuglement spirituel), ils ont senti leur orgueil blessé et leur égo humilié. Aussi, ils ont divisé leur église locale pour aller avec la bande qui s’est attaché à eux par pollution de leur conscience pour disent-ils bâtir leur ministère. Nous constatons que le Pasteur a perdu la vision, alors, nous nous sommes concerté en groupe séparé et avons réalisé sur consensus qu’il faut aller nous chercher ailleurs en fondant un ministère. Dieu n’a pas été consulté, mais la voix du peuple rebelle s’est mise en accord pour construire la tour de Babel.

Soyons non ces hommes que l’on achète avec de l’argent ou des honneurs, mais des hommes fidèles à leur unique Maître Jésus Christ, portant à tout instant contre vents et marées et tout haut, la sainte bannière du Crucifié. Alors, demeurant fidèles comme la boussole l’est au pôle, la gloire de Dieu ne tardera pas à se manifester à travers nos paroles, notre vie entière et nos actions toujours saines et paisibles. Nous pourrons alors être appelés enfants de Dieu, ceux-là dont la cité est au ciel et d’où nous attendons avec empressement, notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ qui revient bientôt pour essuyer nos larmes et nous consoler de toutes les afflictions diverses et injustices subies pendant son paisible règne de 1000 ans.

Pour qu’il en soit vraiment ainsi, faisons de l’Eglise, un champ d’application des vérités divines du royaume de Dieu. Laissons le seul et véritable conseiller politique du gouvernement théocratique nous instruire, nous inspirer pour une transformation qui fera de nous, le modèle du gouvernant des gouvernants, Jésus-Christ. Les poste de l’église ne s’obtiennent ni par vote, ni par corruption ou au plus offrant, mais par le choix du Saint-Esprit à l’instar du modèle de Acte 6. L’église a besoin du nettoyage comme le fis le Pasteur Néhémie pour un retour à la sainteté comme voulue par Dieu.

Il me souvient un Pasteur avait estimé que son père spirituel le retenait dans les jougs de la captivité et avait opté pour la création de son ministère qui pourtant n’était différent de celui de son père que par la lettre ‘‘International’’. Avec son éloquence bien connue, il avait comme Absalom séduit les riches à qui il promettait des postes et fonctions dans la nouvelle église. Puisque la cupidité d’honneur est un poison pour les parvenus, vite, les rebelles se sont rangé au point de faire une contribution prompte pour mettre en exécution leur projet inique. En trois mois, leur vacarme attirait des gens car ils avaient mis de grands moyens de séduction. Alors, un comité des anciens, non selon la parole de Dieu, mais des membres fondateurs a vite vu le jour. C’est dans ce comité que toute décision relative à l’administration de l’église devait avoir lieu. Pour la bonne cause, le fameux comité était constitué d’un juriste, un commerçant, un planteur, un géomètre, un architecte et un homme d’affaire. Au moment des décisions, la tension était toujours si vive qu’on ne parvenait jamais à un compromis ou accord. Alors, aucune solution ni planification spirituelle ne pouvait être apportée. Au moment des débats, chacun réfléchissait selon l’esprit de son activité spirituelle et se refusait d’accepter autre chose que cela car hors de la méthode usuelle dans son domaine, il n’y a pas espoir d’un progrès. Il n’a pas fallu du temps pour qu’un profond désaccord semblable à celui de Paul et Barnabas conduise au pire et l’église fondée sur la démocratie fut fermé non sans grand ravages entres ses dirigeants.

En toute obéissance et en toute adoration au Seigneur, nous devons rester proches de la Parole de Dieu, car elle est la seule « référence » spirituelle. La dispensation de l’église contient toutes les promesses de toutes bénédictions spirituelles, et de la vie éternelle, révélées dans l’Évangile, et rendues certaines, grâce à Christ, et ont une valeur infiniment plus grande ! C’est donc d’en haut que toute décision pour le gouvernement ou la gestion de l’église devrait se faire. Mais en est-il ainsi ?

Bénissons Dieu, car nous avons un Souverain Sacrificateur (Christ) qui subvient parfaitement à notre impuissance spirituelle ! Retournons à la vieille Ecole de Dieu aux pieds du Saint-Esprit et soumettons-nous à Lui pour la construction de l'église locale selon le modèle voulu et attendu de nous.

Débarrassons-nous comme David de tout manteau guerrier roulé dans le sang et avançons avec foi vers celui devant qui tout genoux sans exception ploiera.

Maranatha !

Dr André CHOUBEU

Voir les commentaires

LA PRESERVATION DES VALEURS MORALES, EXEMPLE DE LA RENE VASHTI

21 Mai 2015 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Etudes Bibliques

LA PRESERVATION DES VALEURS MORALES, EXEMPLE DE LA RENE VASHTI

LA PRESERVATION DES VALEURS MORALES, EXEMPLE DE LA RENE VASHTI

Dans le livre d’Esther, il est fait mention d’un cas souvent très mal compris et à tort interprété sans que l’on comprenne en profondeur les motivations qui en constitue le contexte. Essayons de lire ce texte avec une approche différente pour en ressortir des éléments de fond, propre à la nature féminine, qui nous interpellent tant de nos jours. Il s’agit bel et bien de l’acte posé par Vashti à l’égard de l’interpellation du roi, son mari.

Pendant six mois, le roi déploya l’opulence de son grand royaume et festoya avec ses responsables militaires, les princes et la noblesse (Esther 1.4,5). Au septième et dernier jour de ces festivités, après avoir beaucoup bu au point d’être hors du contrôle de soi, devant les faits et actes qui interpellent ses facultés, le roi demanda que la reine lui soit amenée afin de ‘‘montrer sa beauté’’ à tous ses invités présents (Esther 1.11). En effet, elle était élégante, distinguée parmi toutes et très attirante. Ce charme naturelle de Vashti ne pouvait laisser indifférent tout cœur d’homme, c’est pourquoi, le roi Assuérus lorsqu’il la vie, ne put résister un seul instant au point de dégager ses yeux de cette charmante créature aux yeux et corps envoûtant. Le maintien de sa beauté, sa démarche et son caractère faisait le charme tout entier de son être taillé sur mesure par le Souverain Créateur. Oui, Vashti était charmante, élégante, spirituelle, délicate et délicieuse. De son nom Vashti qui signifie ‘‘belle femme’’, belle elle était vraiment. Devenue la première dame du royaume, elle tenait à conserver cette beauté non seulement physique, mais bien plus spirituelle par une intégrité qui devait non seulement nous marquer, mais nous motiver pour en être le modèle dans notre quotidien.

Le roi lui demanda alors, devant tous ses invités, de révéler son corps à tous ses hommes ivres et concupiscents. Dans son état d’ivresse, il ne se rendait pas compte de la gravité de cette demande qu’il faisait à la reine. Se déshabiller, ôter sa tenue de reine, et se mettre toute nue devant ses hommes, tous inférieurs à son mari, le roi. Cela paraissait tout à fit hors de sens pour Vashti, et à raison, parce que constituant un acte inacceptable et déshonorant à la fois. Ce comportement inconcevable pour une reine qu’on imposait à Vasthi suscitait tout de même de grandes interrogations inquiétantes. Comment le roi Assuérus pouvait-il exiger de telles choses ? Consentir à un tel désir, inciterait la reine à offrir aux hommes en état d’ivresse notoire de tout bord, un spectacle désolant, totalement avilissant et humiliant. Elle porterait là une lourde responsabilité d’introduire le striptease dans le royaume. Ce serait une introduction abominable de chosification de la femme transformée en instrument de divertissement. La responsabilité devenait très lourde et un choix s’imposait.

En refusant de se plier à ces horreurs, il fallait s’attendre à de tristes conséquences. Elle perdrait la place de la reine. Mais une question fondamentale mérite d’être posée : sa position royale a-t-elle du fond de son âme et devant Dieu plus d’importance que la sainteté qu’exige le Créateur ou sa propre dignité ? Combien de femmes à sa place décideraient différemment ?

Heureusement, le reine Vashti opta pour une attitude plus digne, pudique qui allait à l’encontre de l’exigence du roi (Esther 1.1). Elle se résigna fermement à refuser de se déshabiller devant les hommes en état d’ivresse très avancé. C’est ainsi que nait la décision de désobéir à l’ordre du roi, son mari (Esther 1.12). Elle était conscience qu’une telle attitude produirait des conséquences amères pour elle, la punition pouvant être sa destitution comme reine, la perte de sa position d’honneur, et même son exécution pouvait être envisageable, mais il faudrait mieux qu’il en soit ainsi que de trahir la vérité révélée de la Parole de Dieu. Mieux valait souffrir de la punition des hommes et être accueilli par Dieu que de faire plaisir aux hommes pour être par la suite, rejeté de Dieu. Il faut parfois le faire pour marquer la différence. En effet, « c’est par la foi que Moïse, devenu grand, refusa d’être appelé fils de la fille de Pharaon, aimant mieux être maltraité avec le peuple de Dieu que d’avoir pour un temps la jouissance du péché, regardant l’opprobre de Christ comme une richesse plus grande que les trésors de l’Egypte, car il avait les yeux fixés sur la rémunération » (Hébreux 11.24-26).

Vashti évalua sérieusement toutes ces alternatives et décida que sa dignité est un bien plus précieux que le déshonneur qu’elle pouvait expérimenter par le rejet de son titre de reine. Il fallait une détermination et un courage fou pour dire non au roi dans une telle circonstance. Il est vrai que faussant toute notion d’éthique et d’esthétique, la triste initiative fut prise, elle fut bannie et remplacé disent-ils pour ne pas donner de mauvais exemples aux autres femmes. Mais quel exemple !

A l’issue de cette réflexion, de nombreuses questions peuvent se poser :

  • Pouvons-nous ressembler à Vashti en refusant le compromis quoiqu’il en coûte ?
  • Quel prix attachons-nous à notre dignité ?
  • Abaissons-nous parfois des critères de conduite de vie morale ou spirituelle pour plaire à quelqu’un ?
  • Avons-nous peur d’être rejeté et perdre plus tard quelques miettes de quelqu’un qui réclame de nous un acte ou une attitude de compromission ?
  • L’appât des choses du monde n’exerce-t-il pas une forte pression sur nous au point de nous ridiculiser en objet de plaisir pour les yeux des autres ?
  • Le dernier cri de la mode nous attire-t-il au point où entacher, avilir ou dévaluer notre personne devienne un fait du quotidien ?
  • Quelle est la valeur de la modestie et comment estimons-nous l’honneur et la dignité de notre personne face aux critériums voulus par Dieu ?
  • 1 Corinthiens 6.19-20 dit : « Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes ? Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu ». Vashti a été pudique et courageuse, une femme qui se respectait et faisait preuve d’une grande personnalité. Mais combien de femme laisse glisser les mains salles dans leur dessous pour de caresses démoniques qui progressivement éveilleront les désirs impurs et pour finalité produiront des actes d’impudicité ?
  • Comme Vashti, il faut avoir le courage d’abandonner certains privilèges passagers de ce monde et préserver sa dignité car la couronne éternelle ne se donnera qu’au ciel. L’honneur de Dieu à notre égard est de loin supérieur au déshonneur que peuvent nous infliger les hommes, pensons-y toujours : « et maintenant, dit l’Eternel, loin de moi! Car j’honorerai celui qui m’honore, mais ceux qui me méprisent seront méprisés » (1 Sam 2.30).
  • Avons-nous souvent cette force de caractère pour prendre des décisions importantes de ce type qui élève Dieu dans notre vie et entourage ?

Il nous connaissons des couples pastoraux qui mènent une vie conjugale exemplaire diront un grand nombre. Cependant la réalité n’est qu’autre chose. Ce calme apparent est un lac qui cache tout ce qu’il a d’abominable. En effet, m’avait avoué l’épouse en pleurant, je suis misérable car dans tous nos rapports sexuels, je dois faire la fellation à mon mari et lui, il doit me faire la pipe, entendons cunnilingus, faute de quoi, je dois subir des sévices allant jusqu’à la bastonnade. Progressivement poursuivit cette dame, les films pornographiques ont un véritable impact dans la vie de mon époux. Nous visionnons ensemble, puis nous pratiquons ce que nous avons vu. Si une telle femme suivait l’exemple de Vashti, serait-elle coupable pour autant ?

Dans la vie disait quelqu’un, il est plus important de se rappeler que ce que nous sommes est bien plus grand que ce que nous avons. We must always think about conclurait l’Anglais !

Dr André CHOUBEU

Voir les commentaires

LES REGLES D’OR POUR UNE FEMME DE QUALITE

6 Mai 2015 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

LES REGLES D’OR POUR UNE FEMME DE QUALITE

LES VINGT REGLES D’OR POUR UNE FEMME DE QUALITE


1.) Ton homme est ton Roi. Ne jamais oublier de faire de son époux une priorité absolue. Ton époux est celui qui doit avoir l’unique place de choix dans ton cœur. Plus que les parents, les intérêts extérieurs, et même les enfants, le mari est la chose la plus importante dans la vie.

2.) Se lever tôt : il faut être certain de se réveiller toujours avant lui dans la matinée afin de lui faire un joli petit déjeuner sain et s’assurer que sa journée commence bien. S’il est de ceux qui partent au travail très tôt, il faut s’assurer qu’il y a à chaque fois quelque chose de déjà prêt dans la cuisine pour le satisfaire. Tout homme qui prend son petit déjeuner et aussi le repas de midi dehors, finira par devenir familier avec les serveuses de restaurant ou les vendeuses de repas de midi. Alors, bienvenue le deuxième bureau.

3.) Pour bien garder et contrôler son homme, il faut éviter de le harceler. Il finira par voir son autorité froissée et la porte de la déchirure s’ouvrira pour lui. Les scènes de ménages, entendons disputes, éclats de voix, bouderies, mutismes sont les grands facteurs de rupture dans les foyers. Tout gestes ou envie inhabituels après son arrivée à la maison, ont souvent un rapport avec sa journée de travail. Lorsqu’il rentre étant dans une grande lassitude, il faut beaucoup de tact et d’affection envers lui, car il peut être sous l’effet de grand stress. Eviter de le pousser à bout.

4.) Sauf impossibilité convenue, il faut être à la maison pour lui quand il rentre à la maison après une longue journée de travail. Un bon accueil, une chaude bise, une belle accolade sont des bons ingrédients pour conserver la chaleur matrimoniale dans le foyer. Sauf horaire de travail difficilement modifiable, la femme si elle travaille, devrait même si elle est occupée en journée, essayer de toujours rentrer à la maison aussi vite que possible, avant lui évidemment.

5.) Quand votre homme rentre à la maison, très bien l’accueillir avec un sourire sincère, lui apportera la joie qu’il n’a peut-être pas eut en journée. A la mesure du possible, lui apporter un verre d’une boisson fraîche. Ne pas souvent oublier de le déshabiller, lui apporter les sandalettes en emportant les chaussures pour garder dans la penderie.

6.) Lui préparer toujours un plat délicieux qu’il pourra manger peu après son retour. Souvent les hommes sont sous un grand charme lorsque son épouse, discernant quelques signes de fatigue à cause de son travail, lui fait un petit massage.

7.) Lorsqu’il désire à certains moments sortir avec des amis, il ne faut pas trop de remontrances. Il n’est pas bon de s’énerver lorsqu’il veut sortir pour voir ses amis ou faire du sport avec eux. Lui montrer sa contribution en faisant son sac de sport ou en lui emballant une boisson fraîche et un pain chargé serait l’idéal. La jalousie excessive traduira un manque de confiance et exaspéré, il peut dans le stress, céder aux gestes et actes des séductrices.

8.) Avant d’effectuer une quelconque dépense importante par prélèvement sur le budget familiale, le lui en parler avant serait un ace de grande sagesse. La femme sage par son amour, réussi à conquérir le cœur de son cher époux qui très vite s’empressera à investir pour elle, ce au-delà même de la norme. N’est-ce pas un acte de grandeur que de dire à son homme quand on sait le séduire et le gagner chaque jour de lui dire lorsqu’enivré d’amour il va au-delà en lui disant : « chéri, ça va pour moi, nous pourrons avec cette autre somme que tu veux dépenser investir dans tel autre domaine commun pour le bien-être de notre foyer ?

9.) Lorsque vous êtes ensemble devant la télévision, renoncer à la télécommande et laissez votre homme décider ce qu’il faut regarder à la télévision. Plusieurs femmes à cause d’un feuilleton qu’elle privilégiait à leur époux ont malheureusement pour leur résistance et imposition, détruit leur foyer. Les séquences des feuilletons se reprennent toujours, pourquoi ne pas sacrifier cet intérêt égoïste au profit de l’amour pour son époux ?

10.) La docilité est la clé de succès dans l’harmonie conjugal. Faire ce que son homme aime est un canal par excellence de maintien de la victoire dans le foyer. Toujours éviter de se plaindre et porter devant Dieu les situations qui méritent un changement d’habitude. Si votre homme ne veut pas regarder avec vous une émission ou s’il ne veut pas que vous sortiez ce soir-là, écoutez-le. Cela vous apportera du bonheur dans votre couple. Favoriser la relation au sein du couple est un grand privilège.

11.) Consommer l’aspect d’intimité sans modération est recommandé. Multiplier les positions et les stratégies au lit, l’enivrer d’amour, l’envoûter avec le meilleur de vous-même le rendra fou de vous. Si votre homme aime les sous-vêtements sexys, alors portez-en. Porter des vêtements provoquant qui l’exciteront est une stratégie meilleure. Etre timide et pudique en présence des autres est recommandable, mais quand les lumières s’éteignent, lâchez-vous, et il vous rendra heureuse. Laissez-lui savoir qu’il est le seul homme au monde pour vous et que vous ferez tout pour être le sucre de l’unique excellente qualité au monde pour le rendre heureux. Surtout, le dire et le faire.

12.) S’investir dans les domaines qu’il affectionne fera de vous un compagnon intéressant. Au lieu d’aller commenter avec les autres ou partager l’expérience, demander un conseil sur le domaine en question, vous serez l’unique interlocuteur et cela fera du bien pour le couple.

13.) Faire de votre homme votre confident, votre compagnon, le sujet de votre attention, admiration, le rapprochera toujours de vous. Toujours avoir une communication franche sans colère et passion avec lui. Partager vos journées avec lui. Souvent lui soumettre vos points de vue en attendant de lui la dernière décision.

14) Les hommes aiment que leurs épouses restent en forme. Alors, éviter d’être toujours sale car il peut vous désirer à tout moment. Le dégouter par la saleté peut créer un grand gouffre. Votre partenaire doit être fier de dire à qui veut l’entendre que vous être celle qui est son poumon droit, celle en qui il a confiance. Pour y parvenir, il faut faire attention à sa tenue, comportement, attitude, gestes et fait dans le langage, l’habillement et les relations.

15) La propreté de votre maison toujours propre, l’ordre dans le classement et le positionnement des effets domestiques sont des facteurs à succès. Souvent changer la position des choses dans la maison jusqu’au lit de la chambre à coucher sont des touches qui charment l’homme. Faites ça et votre partenaire préférera rester à la maison. Il ne devrait pas avoir à chercher ses chaussettes ou des sous-vêtements propres.

16) Lorsque votre époux est absent, ne prenez aucune décision sur son dos. Même lorsqu’on vous demandera une chose qui est de votre ressort de compétence, dites que vous consulterez d’abord votre époux ou qu’on aille le lui demander personnellement. Ne jamais prendre autorité et usurper le titre de chef de famille.

17) Lorsque le foyer vit une forte tension, la douceur et l’action maternelle de la femme brisera son homme orgueilleux. Le bras de fer avec son époux qui incarne naturellement l’autorité donnée sans partage par Dieu ne fera qu’empirer la situation. S’abaisser en prière devant l’époux hautain et Dieu l’humiliera à votre niveau pour plus d’harmonie dans le couple.

18) Un bain commun de temps en temps fera beaucoup de bain pour l’union du couple, renforçant l’intimité conjugal.

19) Lorsque des efforts sont fournis pour que les repas soit en famille sir la même table, les liens se nouent chaque jour un peu plus. Il arrivera que de temps en temps, Madame prenne la nourriture dans son plat pour mettre dans la bouche de Monsieur, et ceci, lorsque c’est en famille ou lors des visites chez les amis, un plus s’ajoute dans le cœur de l’un et d’autre pour un rapprochement très affectueux.

20) Lorsque la femme réussi à manger régulièrement dans le même plat avec son chéri, elle gagne des points et accroit son amour dans le cœur de son partenaire.

Dr. André CHOUBEU

Voir les commentaires