Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

Le fardeau de la dépression (3 ; suite et fin)

6 Juin 2016 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

Le fardeau de la dépression (3 ; suite et fin)

Le fardeau de la dépression (3 ; suite et fin)

Dr. Peter Masters

Dans les 2 derniers numéros de Promesses, le pasteur Peter Masters a défini les différentes formes que peut prendre la dépression, décrit quelques facteurs qui la déclenchent, et indiqué des stratégies de redressement.

En introduction de cet article, on formulera quelques conseils importants dans la pratique de la relation d'aide avec un dépressif. Premièrement, il ne paraît pas souhaitable, ni utile, que les croyants touchés par ce mal soient aidés et suivis par la moitié de l'assemblée, car la dépression tombée «dans le domaine public» conduit à coup sûr à une recherche ou une soif exagérée de marques de sympathie, jusqu'à en rendre le malade dépendant. Ensuite il faut insister sur le rôle vital du sommeil, même si la plupart des dépressifs n'en sentent pas la valeur. Nous devons affirmer que le sommeil est une compensation normale lors d'un tel épuisement physique, psychique et moral. En dernier lieu, on évitera tant que possible d'aborder des thèmes conflictuels à une heure avancée de la nuit, de peur que l'angoisse s'installe jusqu'au petit matin.

Voici les prises de conscience et les attitudes correctives qui devraient ponctuer le retour d'un dépressif à la vie normale:

1) Admettre le côté irrationnel de la maladie

Les personnes qui traversent la vallée de la dépression devraient être conduites, peu à peu, à admettre qu'elles ont une forme de pensée moins rationnelle que d'habitude, puisque par définition cet état est caractérisé par les jugements négatifs et les conclusions pessimistes. David en donne la description en l Sam 27.1 : Je périrai un jour par la main de Saül; il n'y a rien de mieux pour moi que de me réfugier au pays des Philistins. Dans son découragement et son anxiété, David développe une vision déformée de la situation. Toute l'évidence de la puissance protectrice de Dieu sur lui s'évanouit de par la surestimation des dangers environnants. Pour la seconde fois il paraît incapable de se souvenir de l'onction et des affirmations de Dieu en relation avec la royauté à laquelle il est destiné. Sa souffrance intérieure affaiblit sa foi au point de le faire succomber à une folle attitude de fuite et d'abandon. La dépression doit être reconnue comme une atteinte de l'être intérieur tendant à déformer les choses et à ébranler les certitudes, oscillant du simple doute à l'incrédulité ouverte. Par conséquent, il est vital de rééquilibrer le fonctionnement et la faculté de penser de celui que nous voulons aider!

2) Refuser les coups de tête

Aussi longtemps qu'une personne n'est pas complètement hors d'affaire, il faudrait l'empêcher de prendre des grandes décisions. Je connais une quantité de gens qui ont commis des actes plus qu'absurdes en pleine phase d'irréalité, tels que quitter leur emploi, déménager ou briser une amitié; ils en arrivent à développer des situations préjudiciables pour tout le monde; j'ai vu des pasteurs s'écarter de l'église et des anciens, des missionnaires se désintéresser de leur service. A chaque fois, ils sont convaincus que leur situation est insoutenable, leur travail une faillite, leurs collègues antipathiques et que toute espérance de bénédiction est vaine. S'il faut dissuader un dépressif de défaire et briser son oeuvre par un coup de tête, il faut en revanche lui souligner l'obéissance à la volonté de Dieu et chercher à la découvrir avec un esprit sain (cf 2 Tim 1.7 v.a.), en le persuadant que les décisions prises sous le coup du découragement sont émotionnelles et déséquilibrées. Pour arriver à ce résultat, je pense qu'il faut protéger la personne des autres croyants, bien intentionnés, mais formant un cercle de pseudo-psychiatres peu qualifiés !

3) Discerner l'activité du diable

Au cours de l'approche pastorale de celui qui souffre d'abattement, on peut lui expliquer la signification du combat spirituel décrit en Ephésiens 6, même s'il connaît ce thème. Il n'est pas inutile de rappeler que le diable est cruel au point d'attaquer durement celui qui est par terre. Il faut dire aussi que les pensées les plus cyniques, incrédules, accusatrices et pessimistes sont suscitées par Satan. S'il ne peut pas ôter le salut d'un enfant de Dieu, il peut, pour un temps, lui enlever toute joie et toute paix dans la foi et le pousser dans les extrêmes limites de l'angoisse.

4) S'appuyer sur la Parole

Une des caractéristiques de la dépression réside dans le fait que la rébellion et la tromperie propres au coeur humain accablent le malade au point qu'il se croit continuellement sous la condamnation de Dieu. Il incombe au pasteur d'être très clair et de revenir fermement sur l'enseignement biblique des deux natures du croyant sans esquiver le conflit entre la nouvelle nature donnée par Dieu et la vieille nature charnelle déchue. Malgré la turpitude de la vieille nature, il faut reconnaître les marques de la nouvelle, car c'est une réalité infiniment précieuse. Lorsqu'on perd de vue cette doctrine, on se met immédiatement au service de la vieille nature. La nouvelle nature doit être considérée comme le «vrai moi», et la vieille comme un «squatter» blessant qui sera finalement expulsé au seuil de l'éternité. Romains 7, après un dur constat, enseigne une totale délivrance grâce à la force de Jésus-Christ.

5) Exercer sa foi

L'exercice de la foi paraît souvent hors de question pour un dépressif. Il n'éprouve aucune assurance et ne tente rien pour s'approcher de Dieu. Il fait penser à un naufragé qui s'agrippe désespérément à une pièce de bois, sans rien voir d'autre à l'horizon qu'une tempête et des requins! Dans le texte du Psaume 42.6 et 50.15 on lit que l'abattement et la détresse ne suppriment pas la foi; au contraire, l'espérance, la louange et la délivrance prennent la place de la tristesse. Le texte d'Esaïe 50.10, bien connu pour les temps d'obscurité, nous donne l'assurance que l'expression de la foi ne dépend pas de ce que l'on sent: Quiconque marche dans l'obscurité et manque de lumière, qu'il se confie dans le nom de l'Eternel, et qu'il s'appuie sur son Dieu. Il faut oser déclarer qu'il y a des périodes dans la vie, et la dépression en est une, où la faculté de sentir et la force de l'assurance ne sont pas nécessaires à l'exercice de la foi. Assommé par une espèce de torpeur, l'enfant de Dieu connaît l'impasse, mais il lui est demandé de s'appuyer sur son Dieu, de considérer la prière comme un devoir plus qu'un besoin en l'absence de sentiments. C'est la forme la plus élevée de l'adoration, elle est précieuse pour Dieu. Cela s'appelle la foi nue, c'est un noble cri, une loyale adoration que nous trouvons dans le Psaume 130. 1, 5, 6: Du fond de l'abîme je t'invoque, ô Eternel!... J'espère en l'Eternel, mon âme espère, et j'attends sa promesse. Mon âme compte sur le Seigneur, plus que les gardes sur le matin, que les gardes sur le matin.

C'est au plus bas de sa forme que Job prouve son attachement à Dieu; dépourvu de joie et de réconfort, terrassé par les épreuves, il donne toute la gloire à Dieu. Il faut rappeler à celui qui est touché par la grande lassitude que provoque la dépression, que son bien-être spirituel repose entièrement sur l'oeuvre de Christ et non sur ses performances, et lui dire que la période qu'il traverse en ce moment lui permet de fixer son esprit sur les mérites et la justice de Christ, sur son oeuvre parfaite et achevée. Si nos élans de foi ont de la valeur devant Dieu lorsque nous nous sentons heureux et bénis, quel prix ont-ils lorsque nous sommes perdus dans les brumes de la dépression! C'est pourquoi l'impératif de se confier dans le nom de l'Eternel et de s'appuyer sur Dieu (cf Esaïe 50.10) sauvera les dépressifs du pire symptôme de cet état, à savoir l'amour de soi.

6) Persévérer dans la prière

La prière est un exercice pénible quand il y a désintérêt spirituel et difficulté à se sortir de ses propres misères. Lorsque le dépressif prie, c'est un appel au secours continuel; l'engorgement de ses pensées fait penser à un automobiliste qui tente de se maintenir à une distance de 4 ou 5 voitures en pleine circulation alors que l'espace se comble au fur et à mesure. La source intarissable des perceptions négatives se combat Bible en main pour amener à considérer les promesses de Dieu. La lecture de la Parole de Dieu permet de redécouvrir les justes proportions des choses.

De plus, elle pousse à la consécration, à la louange et à la repentance. Il faut limiter la lecture à 10 ou 15 versets dans certains cas, jusqu'à ce que l'influence de l'Ecriture sainte pénètre, noyaute l'obsession personnelle et subordonne l'âme abattue. La persévérance dans la prière est une tâche que le dépressif doit accomplir, non seulement pour sortir de son tunnel, mais pour honorer Dieu. Nous avons le devoir, comme pasteurs, de rappeler le texte d'Ephésiens 6.18... toutes sortes de prières. Le découragement et la blessure intérieure ne dispensent pas des devoirs fondamentaux du chrétien. En dépit du mal-être qui enlise dans l'égoïsme et l'indifférence aux autres, il faut batailler sans faiblir pour amener un croyant démoralisé à sonder l'Ecriture Sainte, à louer Dieu, à le remercier pour son salut, pour la vie nouvelle en Jésus-Christ, l'inviter à persévérer dans la prière et croire, malgré la tristesse de ses sentiments, que Dieu est fidèle, qu'il donne la glorieuse promesse de bonheur éternel, qui surpasse de loin les afflictions présentes.

Dans cet article, je me suis efforcé de fournir une panoplie biblique concrète pour lutter contre la dépression, mais je ne cache pas que souvent tout est par terre le lendemain d'un entretien pastoral et qu'il faut alors recommencer à zéro, rappeler sans cesse que la prière est un ministère que Dieu attend des croyants en dépit de la sensibilité spirituelle engourdie. L'esprit peut être fatigué, diminué, tourmenté et accablé, mais un véritable enfant de Dieu demeure un sacrificateur pour son Père (cf Apocalypse 1.6).

Source : http://www.promesses.org/arts/108p3-6f.html

Voir les commentaires

Le fardeau de la dépression (2)

6 Juin 2016 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

Le fardeau de la dépression (2)

Le fardeau de la dépression (2)

Dr. Peter Masters

Dans la 1ère partie de cet article parue dans le numéro 106 de Promesses, Peter Masters, pasteur à Londres, a défini les différentes formes que peut prendre la dépression. Il nous montre maintenant comment dépister la maladie et l'affronter.

Déceler la dépression

La première étape, c'est d'apprendre aux gens à démasquer leur dépression. Les chrétiens touchés doivent absolument la découvrir eux-mêmes, en prendre conscience et c'est parfois au pasteur qu'il incombe de signaler cet état. Il ne s'agit pas, bien évidemment, d'encourager une préoccupation excessive au sujet de la santé, mais de détecter l'inconfort, le mal-être, afin de mieux le soigner. C'est en reconnaissant nos points faibles que nous pouvons le mieux résister, prendre les mesures nécessaires pour maîtriser l'autodépréciation.

Il faut bien sûr de très bonnes raisons pour oser suggérer à quelqu'un qu'il pourrait être atteint de dépression. On évitera en particulier de le confondre avec une personne mal en point à cause de son indiscipline. Le spécialiste en relation d'aide doit en effet distinguer entre un état dépressionnaire et un problème non réglé dû au péché. Nous rappelons ici que des croyants peuvent se sentir très abattus par une vie non sanctifiée et par la désapprobation de leurs amis quant à ce relâchement. Mais il y a des moments où les croyants sont envahis par une étrange angoisse et ils ont besoin de comprendre ce qui leur arrive. ils doivent savoir que ce n'est pas un problème spirituel qui les trouble, mais une faiblesse constitutionnelle. S'ils estiment que la question est spirituelle, ils en déduisent à tort que Dieu les punit pour quelque péché et ils en viennent à mettre leur conversion en doute.

La dépression conduit parfois dans une direction tout à fait inverse: le blâme sur soi est alors remplacé par une haine farouche envers les circonstances et les événements, ou bien par un agacement permanent contre les autres et l'Eglise au point de créer la discorde. Tout y passe: la famille, les chrétiens et même le Seigneur. On ne peut pas tellement aider dans ce type de dépression, sinon en signalant à la personne concernée qu'il s'agit d'une crise intérieure irrationnelle et destructrice où seul le secours des Ecritures saintes est efficace et permet de maîtriser la situation.

Expliquer la dépression

La seconde question à élucider, c'est de comprendre la nature de la dépression, car le fait même de savoir qu'on souffre d'une prédisposition naturelle à ce fléau provoque une réaction néfaste. On peut s'imaginer toutes sortes de choses, en passant d'une profonde angoisse à la peur de devenir à moitié fou. Il est clair que nous ne pouvons pas tout expliquer et que bien des phénomènes nous échappent, comme ils échappent au corps médical... mais il nous faut admettre que la dépression est une affliction que le Seigneur permet, dans sa sagesse, dans la vie de plusieurs de ses enfants. Il connaît tout à notre sujet; bien que tout-puissant et plein d'amour, il ne nous évite pas toutes les épreuves. En outre, la dépression est souvent la contrepartie de certains dons ou d'une sensibilité affûtée. Une bonne proportion de gens doués d'aptitudes exceptionnelles pour la poésie ou la musique, les arts en général, manifestent cette tendance. Il semble qu'une sorte d'étiquette négative soit attachée aux traits les plus positifs de nos dons personnels.

Les gens énergiques et entreprenants paient souvent le prix de cet avantage par une frustration continuelle au vu de leurs performances, alors que les gens studieux, prudents et rangés souffrent d'un manque d'en-train tel qu'ils sont obligés de pédaler deux fois plus vite que les autres pour arriver à faire face aux exigences de la vie! Ces considérations sont des généralités mais elles illustrent le fait qu'à chaque mouvement de force correspond un mouvement de faiblesse et le penchant à l'humeur chagrine, dans beaucoup de cas, est la contre-partie de quelque don. C'est presque comme si nos compétences les plus remarquables étaient trop fragiles pour ce monde de péché.

La disposition à la souffrance morale ne doit par conséquent pas être regardée uniquement comme un handicap et encore moins comme le symptôme d'une infirmité mentale. Il est essentiel d'expliquer tout cela aux personnes atteintes et de leur souligner avec compassion et franchise que leurs souffrances intérieures ne vont pas disparaître d'un jour à l'autre, et que leur prédisposition les accompagnera longtemps encore. La dépression doit suivre son cours. S'il est possible de calmer la crise de découragement par quelque diversion afin d'atténuer le paroxysme, rien ou presque ne peut anesthésier la détresse fondamentale de la dépression. Les remèdes soulagent la souffrance un moment, mais les inconvénients sont bien trop nombreux pour en justifier l'emploi continu, j'en parlerai plus tard.

Les gens qui souffrent d'une plaie morale profonde ne doivent pas s'attendre à un grand soulagement à la suite d'une entrevue avec le pasteur ou le confident. Ces derniers doivent disposer de temps pour chercher à comprendre leur langueur, à la contenir de sorte qu'elle ne dégénère pas, à en limiter la durée, et si possible, à en arriver à bout, de sorte que les composantes les plus nocives et les plus destructrices soient neutralisées. Ainsi nous pouvons communiquer l'espérance et la confiance, chez les plus jeunes surtout, en leur faisant comprendre que leur vulnérabilité va disparaître au bout de quelques années. Si bien des adolescents ont connu ces crises de désarroi entre 15 et 25 ans, ils les ont vues s'espacer puis complètement cesser. Il est très encourageant de savoir que ceux qui ont connu les pires tempêtes naviguent en eaux calmes aujourd'hui. Mais je ne cache pas que plusieurs auront à combattre avec opiniâtreté tout retour de manivelle jusqu'à ce que les passages scabreux s'éloignent. Il y aurait beaucoup à dire sur le contrôle des pensées qui nous rongent. Plus nous localisons le point faible, plus nous sommes en mesure de combler le vide intérieur et de combattre la torpeur.

Relativiser la dépression

Il est utile de signaler aux dépressifs que leur condition n'a rien d'exceptionnel et que leur maladie atteint des chrétiens consacrés aussi bien que des personnes notoires de ce monde. Un grand nombre de serviteurs de Dieu ont connu ce déferlement de souffrances et parmi eux on trouve des hommes éminents comme Luther, Calvin, Richard Baxter, Whitefield et Spurgeon pour ne nommer que ceux-là. Plusieurs compositeurs de cantiques ont aussi leur place parmi les mélancoliques, dont deux hommes sévèrement touchés, William Cowper et James Montgomery. De nombreux poètes chrétiens ont présenté cette même tendance à la tristesse.

Par contre, et c'est très encourageant de le savoir, les Réformateurs et les instruments du réveil qui ont souffert de dépression étaient parfaitement conscients de la puissance de Dieu en dépit de leurs afflictions émotionnelles. Il y a donc moyen de contenir et maîtriser la dépression et d'affirmer que rien n'empêche Dieu de bénir et de faire éclater sa gloire au moment voulu.

C.H. Spurgeon a laissé plusieurs descriptions de moments d'anxiété et d'émotion soudains et violents qui le paralysaient, particulièrement à l'âge de 45 ans. Il eut fréquemment à combattre des crises de découragement, spécialement le dimanche soir. Alors sa femme, Mrs Susannah Spurgeon, lui lisait des poésies, ou quelques pages du livre de Bayter «Le pasteur réformé»; elle percevait la peine de son mari, le fortifiait, l'encourageait et compatissait jusqu'à ce que la paix soit revenue. Quelquefois le grand prédicateur était en proie à un accablement tel qu'il se rendait dans un chalet loué dans les «South Downs» avec son ami et confident William Upton afin de surmonter les pires moments. Pouvons-nous en déduire que l'Esprit de Dieu abandonnait Spurgeon et le privait de capacité spirituelle? Bien sûr que non, car les eaux profondes de la mélancolie n'indiquent pas nécessairement une vie de péché ou un abandon du Seigneur. Les dépressifs sont souvent rassurés lorsqu'ils découvrent que l'abattement a été le lot de plusieurs hommes de Dieu.

Passer à travers la dépression

Dans notre lutte contre la dépression, nous établissons une ligne de conduite au sujet des médicaments que les croyants souffrants vont devoir absorber. Nous les encourageons à venir à bout de leur crise sans le recours systématique à la chimie. Bien entendu, je ne suis pas contre les médicaments lorsqu'il s'agit de cas graves, de souffrances intolérables, de pensées suicidaires ou de chute dans l'irrationnel, mais la grande majorité des déprimés ne vont pas jusque-là et peuvent affronter cette étape difficile sans le support des remèdes. En vérité, il est largement reconnu parmi les pasteurs, et les médecins aussi, que l'usage abusif et précoce des antidépresseurs place les patients sur la pente glissante de la dépendance quasi permanente des drogues. Les médicaments détruisent et affaiblissent inévitablement la capacité individuelle à composer avec la dépression. Dans la plupart des cas, l'esprit et l'émotions ressemblent à un membre sévèrement endolori , rudement meurtri, mais pas complètement brisé, et la médication joue le rôle de plâtre sur ce membre au point de l'insensibiliser; lorsqu'il émerge quelques semaines plus tard, ses muscles sont affaiblis, diminués et plus incapables que jamais de résister, de gagner la bataille. La «béquille» antidépressive utilisée trop vite provoque des résultats spectaculaires au début, c'est vrai, mais le prix en est trop élevé. Non seulement les drogues amoindrissent la capacité de lutte, mais elles changent et dégradent tragiquement la personnalité. Une personne aux idées précises devient vague et terne, une autre intelligente et énergique ne se concentre plus et s'épuise en permanence, enfin quelqu'un de vif et entreprenant se déconsidère sans cesse par des promesses non tenues.

L'auteur souligne que beaucoup de dépressifs sont parvenus à un état d'indécision tel après quelques années de traitement, qu'il ne leur est plus possible de réagir et de combattre leur épuisement moral. Il faut savoir qu'un psychiatre qui déclenche un peu trop vite la spirale abominable des tranquillisants d'abord, puis des puissants antidépresseurs, oblige les pasteurs à remonter des sujets qui ignorent que les remèdes sont parfois pires que le mal! Il y a 30 ans environ, j'ai rencontré un jeune homme hospitalisé depuis des mois, à tel point ébranlé par une série d'électrochocs qu'il en était venu à l'idée du suicide. A la suite de cette expérience, il n'était plus que l'ombre de lui-même, assailli de craintes et complètement dépendant des drogues. Ceux qui l'ont connu avant sont persuadés qu'il a été détruit par les traitements psychiatriques. Heureusement pour la société, beaucoup de psychiatres réagissent contre ces traitements, mais il reste encore, hélas, quelques praticiens ultra-rationalistes. Les pasteurs se doivent de faire barrage à l'assistance chimique facile et abusive.

Affronter sa dépression

Le grand avantage de la victoire non-chimique sur la dépression consiste dans la part active que la personne prend dans sa guérison: elle observe sa remontée. La diminution de la souffrance et l'espacement des crises qui ne se réduisent bientôt plus qu'à des malaises exceptionnels encouragent et motivent sérieusement. Le principe biblique de 1 Cor 10,13: Aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter, s'applique particulièrement au croyant qui porte en lui le penchant à l'amour de soi, aux doutes, aux ressentiments et aux assauts de toutes sortes. Il ne faut rien de moins que toutes les promesses de Dieu pour sortir du mal-être qui sape la vie intérieure. Des textes vitaux seront mentionnés et il est primordial d'offrir un solide fondement biblique pour chasser les pensées folles. Grâce à une telle approche, l'emprise émotionnelle va se déserrer et pourra être maîtrisée, ainsi que tout le cortège des pensées négatives. La possibilité de baser ses progrès sur les promesses de la Parole de Dieu encourage vivement les dépressifs, même s'ils ne goûtent pas immédiatement une entière délivrance; une telle démarche est difficilement envisageable chez des sujets abrutis par les médicaments et sans réactions depuis plusieurs années.

Définir le rapport avec la dépression

On épaissit l'angoisse en voulant établir à tout prix la cause d'une dépression. Malgré les respectables exceptions que je nommerai plus loin, les prétextes au désespoir n'ont pas une signification très profonde. Je m'explique: une difficulté rencontrée dans le traitement de la dépression réside dans le fait que chacun semble avoir assimilé une manière freudienne de voir les choses et s'imagine qu'elle aidera à surmonter la maladie. Est-ce un traumatisme de l'enfance? Un choc? Un rejet? Est-ce un péché inavoué, retenu, oublié? Qui ne serait tenté de disséquer son passé pour mettre en lumière «la» cause secrète de son tourment? Il n'est en tout cas pas surprenant que des patients à l'imagination fertile, supposant qu'ils ont enfin découvert l'origine de ce qui les tenaille, avec l'aide d'un guérisseur charismatique vaniteux, ressentent un soulagement immédiat. Malheureusement, l'amélioration ne sera ni profonde ni durable.

En vérité, et nous l'avons déjà observé précédemment, celui qui est affecté par le syndrome de la dépression a accumulé déception, fatigue, ressentiments, désunion avec autrui et dégoût de soi au point de craquer un jour, sans raison clairement apparente. Il nous incombe donc d'instruire celui que nous voulons aider et de le convaincre que la «cause» de sa dépression n'est pas l'élément déterminant d'une solution. Il ne faut jamais perdre de vue que la thérapie biblique a pour objectif d'apprendre à sortir de la dépression et non de perdre du temps à chercher ce qui la provoque. Pour la plupart des gens, la dépression ressemble à un rapace qui plane en rond dans le ciel pour fondre brutalement sur sa proie, qui s'écroule sous un poids jusque là ignoré.

Bien des malades décèlent, à l'origine de leur état un péché ignoble, qui les discrédite et les place sous le jugement de Dieu. Ces pensées sont renforcées par le freudisme latent de la société; il doit y avoir une bonne raison, et s'il y en a une, c'est le jugement de Dieu... Dans de tels cas, une liste interminable de vieux péchés se fait jour. Nous avons pour tâche de répéter inlassablement que Dieu est fidèle et juste pour pardonner tous nos péchés (cf l Jean 1.9) et souligner que la souffrance actuelle n'a rien à voir avec le passé.

Traquer la dépression

Au point où nous sommes parvenus, je veux citer quelques pièges qui peuvent nous entraîner dans l'uni vers de la dépression.
- Le premier de ces pièges est un état de révolte permanent contre le Seigneur, une désobéissance volontaire et persistante à sa loi; Un croyant obstiné dans son opposition va tôt ou tard au-devant de l'abattement ( cf Héb 12.5) et s'il s'entête sur une voie de non-sanctification, s'il refuse de faire mourir ce qui est terrestre (Col 3.5), il est un candidat à l'angoisse et aux tourments. Comment faire la différence entre l'affolement d'une conscience qui perd le nord et un dérèglement délibéré? Voici la réponse: si après un sincère repentir et une consécration entière au Seigneur l'abattement demeure, il faut en déduire que cet état n'est pas d'ordre spirituel.
- Un autre piège est celui de l'énervement et de la colère. Attention, nous n'avons pas ici l'explication complète de la dépression comme plusieurs aimeraient l'entendre; ces sentiments ne sont jamais la seule cause! La colère et l'amertume se donnent la main (cf Eph 4.31) et nombreux sont les jeunes gens déprimés par des ressentiments. Qui n'a jamais été désavantagé? Qui ne connaît pas la déception suscitée par la façon dont les autres estiment notre travail? L'incompréhension et la frustration sont certainement les composantes de la dépression chez les adolescents. L'amertume conduit à la haine de l'autre et à l'amour de soi, elle met les nerfs à vif et conduit à un comportement tel que les meilleurs amis en sont surpris. La forme de dépression engendrée par l'agacement et la contrariété n'aboutit qu'à l'égoïsme et il est vital de savoir que le ferment de haine sape les capacités morales. Le travail pastoral s'exerce alors par la mention et l'application quotidienne de textes bibliques appropriés.
- On peut aussi mentionner le piège du blocage secret causé par la rupture d'une promesse faite à Dieu. Il convient au spécialiste en relation d'aide de découvrir dans quelles circonstances la promesse a été faite et d'amener la personne à comprendre que Dieu ne demandait pas un tel engagement. On aidera ensuite la personne à se dégager du poids de cette promesse, spécialement dans le domaine intime et privé du célibat. Le désengagement d'une promesse à ce sujet conduit un hypersensible à des conflits et il se sent dévalorisé.
- Enfin, il faut encore déjouer le piège de l'autodépréciation, qui menace des gens enclins à manipuler un entourage réceptif. Ce type de dépression commence par la frustration, l'amour de soi poussé à l'extrême. A l'origine, le sujet est contrarié parce que les choses ne se déroulent pas comme il le souhaiterait. Il découvre alors que sa condition de malade psychique lui assure une plus grande attention de la part des autres. La maladie devient un instrument de chantage pour en exiger davantage. Si, en tant que pasteur, ou aide, vous percevez que quelqu'un essaye de vous amener à faire ce qu'il veut en jouant de sa prétendue dépression, il vous appartient d'être très ferme et de lui montrer que ses manoeuvres et ses intrigues sont purement charnelles, et qu'elles caractérisent même une tendance à la convoitise antérieure à la conversion. La cause directe de l'autodépréciation est l'entretien volontaire de griefs, de problèmes personnels liés à l'amour de soi. Lorsque nous sommes sûrs que nous sommes en face de ce type de de dépression, nous devons citer les passages de l'Ecriture qui aident à prendre conscience du problème et conduisent à la guérison.

P.M.

Dans le prochain numéro de Promesses, pour la troisième et dernière partie, le pasteur Peter Masters encouragera les dépressifs à exercer leur foi malgré l'épreuve.

Source : http://www.promesses.org/arts/107p3-10f.html

Voir les commentaires

Le fardeau de la dépression (1)

6 Juin 2016 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

Le fardeau de la dépression (1)

Le fardeau de la dépression (1)

Dr. Peter Masters1

Pourquoi donne-t-il la lumière à celui qui souffre, et la vie à ceux qui ont l'amertume dans l'âme, qui espèrent en vain la mort, et qui la convoitent plus qu'un trésor, qui seraient transportés de joie et saisis d'allégresse, s'ils trouvaient le tombeau? A l'homme qui ne sait où aller, et que Dieu cerne de toutes parts ? Mes soupirs sont ma nourriture, et mes cris se répandent comme l'eau. Ce que je crains, c'est ce qui m'arrive; ce que je redoute, c'est ce qui m'atteint. Je n'ai ni tranquillité, ni paix, ni repos, et le trouble s'est emparé de moi (Job 30.20-26).

Il est étrange et paradoxal de constater que la dépression - qui est le plus commun des malaises inorganiques - reçoive une attention si mince dans la plupart des livres de relation d'aide écrits d'un point de vue chrétien. Même les meilleurs ouvrages n'échappent pas à cette observation. Ceci est sûrement dû à l'incertitude largement répandue quant à la cause de la dépression, et aussi aux multiples formes de mélancolies qui défient les théories les plus courantes du traitement de cet état d'abattement psychologique. Cet article n'est pas un essai d'identification des causes ou une liste de remèdes à appliquer au traitement de la dépression -pour des raisons évidentes - mais une offre de suggestions pour aider les personnes atteintes à sortir de leur état.

1. Aux sources de la dépression

Quelques écrivains spécialisés dans la question de la relation d'aide se donnent un mal fou pour trouver exactement les causes de chaque maladie de l'humeur. Ils espèrent ainsi qu'une fois l'origine du mal mise en évidence, ils pourront le traiter de façon appropriée. Parmi les raisons de l'accablement soudain, on trouve des problèmes liés à la culpabilité, à la colère, au chagrin, à la pensée négative, aux difficultés de relation à autrui, aux traumatismes de l'enfance, à une estime de soi réduite à zéro et à l'épuisement physique. Des époques de stress prolongé comme la maladie et le deuil sont aussi regardées comme des états menant à la dépression. Il n'y a pas de doute qu'une accumulation de tels facteurs peut déclencher et aggraver le découragement et la mélancolie, mais les regarder simplement comme la cause est sûrement trop simple. «Une colère refoulée est le point de départ de presque toutes les dépressions cliniques» a déclaré un psychiatre chrétien. «Le but inaccessible» est une école de pensée défendue par les docteurs Paul Meier, Frank Minirth et quelques autres. Une personne déprimée peut tenir compte de tels points de vue, mais il faut reconnaître qu'une frustration ou une colère rentrée ne conduisent pas fatalement à la dépression. Pourquoi une minorité de gens brusquement soumis à une tension intérieure plongent-ils dans des états d'âme frisant le désespoir profond alors que la plupart des autres ressortent indemnes d'un bref passage à vide? En outre, il y a des moments où les chrétiens sont pressés de toutes manières... dans la détresse... persécutés... abattus comme l'apôtre Paul (2 Cor 4.8-9) sans que la «colère censurée» n'entre en ligne de compte. Quelques auteurs citent le texte du Psaume 32.4 où David décrit une grande lassitude, semblable à une dépression, reconnaissant qu'elle est le résultat d'un péché non confessé. On prétend alors très vite que la plupart des crises d'abattement sont motivées par un sentiment de culpabilité. Il est clair, selon l'Ecriture, que la désobéissance et le péché conduisent au châtiment et au chagrin, mais voir ces comportements comme la seule source de découragement est tout à fait injustifié, car il y a beaucoup d'autres exemples dans la Bible de gens abattus et accablés sans raisons spécifiques. Rappelons-nous de quelques grands héros de la réformation ou des réveils qui ont souffert de sévère mélancolie, parfois même dans leurs plus belles heures de service.

IL est évident que plusieurs ont une tendance innée à la lassitude et la tristesse, mais les phases dépressives peuvent provenir des causes les plus diverses. En vérité, et le plus souvent, il n'y a pas de cause clairement apparente. Le voile pénible de la mélancolie tombe bien des fois de façon inattendue et inexplicable. Dès que l'humeur morose s'installe, elle entraîne une succession de lamentations et ceux qui les entendent en déduisent forcément qu'elles sont vraiment la source de la tristesse. Mais le problème de base est sans doute une prédisposition constitutive à la dépression, dans la plupart des cas.

Les circonstances aggravantes viennent parfois de la propre expérience du conseiller spirituel qui, s'il a lui-même souffert d'un méchant assaut de mélancolie dans le passé, peut suggérer que la dépression doit toujours être complètement guérie. Il fera peut-être valoir qu'il a été libéré de toute rechute pendant des années.

2. Conseiller spirituel ou psychiatre: que choisir ?

Pour un grand nombre de personnes, la dépression ne s'abat qu'une seule fois sur elles, entre 18 et 25 ans et ne réapparaît plus, sinon après une grossesse ou dans l'âge avancé. Bien des gens ne se montrent vulnérables qu'à ces époques de la vie, alors que beaucoup d'autres restent fragiles et proches de cet état pathologique jusqu'à la mort. Bien qu'une minorité seulement souffre durement et à plusieurs reprises d'un tel délabrement psychique, c'est néanmoins un mal très commun, si commun même que dans toute Eglise d'une centaine de membres, cinq à dix de ceux-ci en sont touchés à divers degrés. il a été maintes fois affirmé par les médecins que les femmes en sont affectées deux fois plus que les hommes, mais les pasteurs en exercice n'appuient pas ce point de vue. Une assez grande proportion de serviteurs de Dieu certifient avoir connu l'angoisse et la dépression; c'est un fait que l'on retrouve dans beaucoup de biographies de chrétiens. il n'y a pas très longtemps, un magazine évangélique publiait un article sur la dépression dans le service de Dieu et dévoilait que les pasteurs ne sont pas étrangers à ses atteintes. Peut-être que le Grand Médecin a voulu qu'il en soit ainsi afin que ses aides s'équipent d'une bonne dose de compréhension et de compassion pour les autres (voir 2 Cor 1.4). il va sans dire que le secours pastoral seul ne peut pas toujours remédier à toutes les manifestations de souffrance intérieure. La force du désespoir du coeur est parfois si intense, que celui qui en souffre ne peut tout simplement plus faire face à la vie et doit recourir aux médicaments. Dans ce cas, la règle de 1 Cor 10.13 ne peut pas être appliquée parce que la personne se trouve dans l'incapacité de supporter l'épreuve et ne peut plus prier ni faire appel aux promesses de Dieu.
Dans le même ordre d'idées, je souligne que si le vide intérieur provoque des troubles de comportement au point de fausser le sens de la réalité des choses, le problème déborde le cadre de la relation d'aide, du moins pour un temps. Les hallucinations sont un signe d'irrationalité, mais elles ne sont pas aussi sérieuses qu'elles le paraissent. Quelques-uns voient, entendent et profèrent des choses incohérentes à la suite de tensions, de chocs ou d'insomnies, mais recouvrent tout aussi vite leur équilibre et la stabilité s'ils retrouvent le sommeil et l'amitié de quelqu'un. Nous ne devons pas nécessairement pousser à consulter un psychiatre lorsque nous observons une détérioration de l'humeur, car le rétablissement s'opérera peut-être avant l'obtention d'un rendez-vous chez le médecin!

Si des idées noires se sont fermement installées, il faut reconnaître que nous ne sommes plus dans notre élément et le secours médical devient pressant. Si une personne dépressive présente d'autres problèmes sérieux et tente de s'enlever la vie, le meilleur spécialiste en relation d'aide est incompétent, il ne doit même pas essayer d'agir seul. Le dépressif a besoin du soutien préventif de la médecine. Mais la plupart des manifestations de la dépression ne vont pas si loin, malgré le profond désespoir et le dégoût. il faudrait être en mesure de porter secours à notre prochain sans intervention psychiatrique tant que possible - les avantages de la mise à l'écart de la médecine seront mentionnés plus tard.

3. Les formes de la dépression

Avant de considérer les mesures d'aide que nous pouvons prendre, nous voulons décrire rapidement les symptômes de cette expérience. La dépression survient sous la forme d'une tristesse marquée et continue qui, bien des fois, imprègne toute la personnalité. Lorsque nous sommes en dépression, nous envisageons les choses d'une manière extrêmement pessimiste, allant jusqu'à la perte totale de l'assurance du salut.

Il peut arriver que la dépression entraîne une hypersensibilité à l'état de révolte et de péché du coeur humain et à une perception inhabituelle de notre déchéance, vision dévastatrice qui se transforme en auto-accusation.
1. Estimation de soi perturbée: la dépression peut se greffer sur un sentiment d'indignité, nous précipitant dans une orgie de dénigration de soi, ou elle peut laisser notre orgueil intact et prendre la forme d'une extrême pitié de soi à la suite d'une vague monumentale de blessures, d'injustices, de coups durs et de déboires.
2. Perte de maîtrise émotionnelle: quelquefois la dépression agit davantage sur les sentiments que dans les pensées par une terrible combinaison d'abattement, de misère, d'anxiété, de terreur et une perte de confiance et de motivation. Nous sommes touchés par le fond, frustrés ou entièrement épuisés et exténués. La souffrance intérieure nous rend indécis et apathiques, imprévisibles et impulsifs en peu de temps.
3. Personnalité altérée: pour beaucoup de gens, la dépression est génératrice de frayeurs nocturnes avec des coups de boutoir d'angoisse si terrifiants que l'on désespère de voir arriver le jour. D'autres deviennent irritables et franchement désagréables alors que certains deviennent anormalement placides et prennent quotidiennement le rôle du paillasson.
4. Obsessions: pour plusieurs, la dépression se manifeste par des idées défaitistes; ils les rabâchent continuellement, les passent à la moulinette jusqu'à ce que l'esprit soit trop alourdi pour réagir et penser objectivement.
5. Perception du monde extérieur faussée: les tourments de la dépression font pleurer sans raison, en cachette, et amènent à regarder les autres avec effroi. Le diable bien sûr prend avantage de ce vide intérieur, insinuant les pensées les plus folles, le doute et les soupçons, jusqu'au désespoir total.
6. Plaisir morbide: la dépression favorise aussi la tendance perverse à l'autodestruction; il ne s'agit pas exclusivement de suicide, mais d'un violent désir de tout abandonner, de tout quitter, de prendre congé et d'oublier ce que Dieu avait commencé par sa grâce. Le déprimé a envie de s'écarter de tout et de se réduire ainsi à la non-existence.La raison peut admettre une chose et en même temps se laisser aller à une excitation morbide de la tragédie, s'en délectant secrètement.
7. Obstination à souffrir: beaucoup de dépressifs déterminés à regarder les choses sous leur aspect le plus négatif sont étrangement résolus à rester dans leur état, ce qui est une forme de masochisme: leur peine, leur humiliation et leur langueur sont finalement voulues et recherchées.
8. Souffrance morale: par dessus tout, cette mystérieuse et réelle souffrance morale est le facteur le plus significatif. On peut en subir les assauts à un degré très élevé pendant quelques heures, plusieurs jours à la file, des semaines, des années.
9. Atteintes corporelles: les formes extrêmement variées de la dépression, avec sa cruauté unique, ont pour effet de nous mettre en garde contre des explications simplistes des causes et des moyens de guérison. Les gens touchés par ce trouble inorganique souffrent souvent d'anomalies physiques parallèlement à leurs angoisses. Nous ne saurions passer sous silence leurs craintes devant les manifestations de cet ordre. Il faut les rassurer, car de tels symptômes n'ont rien d'extraordinaire. On relève des sueurs froides ou des bouffées de chaleur, des palpitations, des démangeaisons du cuir chevelu, la bouche sèche, des difficultés de déglutition, de violents maux de tête, une foule de désagréments digestifs ou autres. On ressent souvent une impression de substance acide nocive dans le corps, dans le sang et même sur la langue. Souvent ces ennuis baissent d'intensité ou disparaissent carrément au moment où le dépressif apprend que ces symptômes sont courants.

Notre but, dans la relation d'aide, c'est d'épauler un croyant qui traverse le désert brûlant de la dépression. Si nous tendons la main à quelqu'un qui souffre de ce vide intérieur et de cette extrême lassitude, c'est pour le convaincre que la dépression peut être vaincue grâce à l'application des règles de l'Ecriture. Cette découverte achevée, le dépressif est préparé pour repousser les vagues de tristesse. L'objectif pastoral, par conséquent, est d'enseigner à composer de la meilleure façon avec cet état de manière à tenir le coup aux pires moments.

Dans le prochain numéro de Promesses, l'auteur fournira quelques outils pour dépister, comprendre, définir et affronter la dépression.

1 Pasteur au Metropolitan Tabernacle à Londres. C'est dans cet édifice que C.H. Spurgeon prêcha avec fruit de 1861 à 1892. L'article que nous publions ici paraîtra en trois fois. Il est emprunté à la revue «Sword and Trowel» (No 111989) et adapté.

Source : http://www.promesses.org/arts/106p3-7f.html

Voir les commentaires

Conducteurs dans l'Eglise

6 Juin 2016 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

Conducteurs dans l'Eglise

Conducteurs dans l'Eglise

Domination, direction ou dévouement

Une réflexion sur Marc 10 : 43

A. M. I., Zaïre.

« J'ai l'ambition d'être un conducteur dans l'Eglise - j'aimerais occuper une position d'importance, d'autorité, d'influence ».

« Je voudrais diriger les membres de l'église de manière que l'église prospère et porte des fruits spirituels de première qualité ».

Ce sont des paroles jamais entendues, mais ne sont-elles pas souvent les paroles secrètes du coeur d'un ancien, d'un pasteur, d'un missionnaire, même si, dans la sincérité de leur désir de servir Dieu, ils ne s'en rendent pas compte ?

Parfois une telle ambition pourrait être entièrement charnelle, comme celle de Jean et de Jacques qui désiraient être assis, dans sa gloire, l'un à la droite de Jésus, l'autre à sa gauche (Marc 10: 37).

En répondant à cette demande, Jésus fait remarquer une nette distinction entre les moeurs des royaumes du monde et celles du royaume de Dieu, les moeurs du monde (voir Jean 17: 14-19) et celles qui doivent prévaloir parmi les chrétiens. Jésus dit: « Vous savez que... les chefs des nations les tyrannisent et que les grands les dominent. Il n'en est pas de même au milieu de vous ».

Or, l'usage du mot « nations » dans le Nouveau Testament est souvent religieux plutôt qu'ethnologique, c'est-à-dire qu'il ne s'agit pas tout simplement de peuples physiquement différents des Juifs, mais spirituellement différents. Ce mot grec « ethnoi » est traduit quelquefois par « païens » (I Cor. 12: 2; Eph. 2: 11; Math. 5: 47). il est, d'ailleurs, intéressant de remarquer que dans Luc 6 : 35, verset parallèle à Math. 5 47, « hamartoloi », pécheurs, remplace « ethnoi », justifiant la traduction de « ethnoi » par « païens » plutôt que « nations » et, dès lors, le sens religieux que nous attachons à « nations ».

Remarquons aussi que Jésus parle à ses disciples non seulement comme aux adhérents de la race juive, mais comme aux hommes qui se soumettent aux lois de son royaume, comme à son peuple spirituel. La distinction dont il s'agit ici n'est pas entre Juifs et Gentils, mais entre chrétiens et païens.

Dans le cadre de cette distinction entre les païens et le peuple de Dieu, Jésus relève une différence particulière, la conception de la grandeur humaine. Dans la mentalité païenne. suggère-t-il, la grandeur et la supériorité d'un homme sont évaluées en fonction de sa position, de la mesure de son autorité, tandis que la vraie grandeur d'un homme « parmi vous », c'est-à-dire d'après les valeurs du royaume de Dieu, est une grandeur non pas de position mais de caractère, dont la qualité est démontrée par le travail accompli au service du Seigneur. La conséquence de la prééminence dans le monde est l'exercice de l'autorité, de la domination, tandis que la primauté dans le royaume de Dieu résulte du choix réel, intime de la dernière place au service de tous.

Cela ne veut pas dire qu'il ne doit pas y avoir de positions de responsabilité ou d'autorité dans l'église. Certes, tous les croyants sont des prêtres, devant offrir sans cesse à Dieu un sacrifice de louange; il est vrai, en outre, que les dons de l'Esprit sont distribués à tous les croyants de sorte que nul n'est sans fonction dans la communauté. Mais dans le Nouveau Testament, il est également évident que certains hommes oeuvrent comme conducteurs, occupant une position de responsabilité particulière, voire d'autorité parmi les autres chrétiens. Jésus lui-même n'a-t-il pas choisi parmi tous ses disciples une douzaine d'hommes auxquels il a donné une formation spéciale. Ce sont ceux qui l'ont accompagné dans ses voyages, et qui devaient devenir les conducteurs, les responsables de la première élise locale.

L'existence des charismes et des charges dans l'église n'est donc pas mise en question par Jésus, mais bien la façon d'évaluer et d'occuper ces ministères. La vraie grandeur d'un homme de Dieu ne doit pas être jugée à la position qu'il occupe, mais à son caractère.

Nous ferions bien de nous demander si notre mentalité est réellement chrétienne, si nous évaluons la grandeur d'un pasteur ou d'un ancien simplement par sa position, ou même par les résultats visibles, voire spectaculaires, de son travail, et non pas par le degré de dévouement apporté à son service.

Nous devons sans doute admettre que l'Eglise a été et est encore souvent influencée par la mentalité du monde en ce qui concerne les positions de responsabilité spéciale. Ce n'est pas uniquement le cas dans les églises institutionnelles où opère un système hiérarchique. Même dans les églises de structure plus simple, dans les assemblées locales autonomes, les pasteurs et les anciens risquent de concevoir et de jouer leur rôle de conducteurs dans une perspective mondaine, de donner à leur charge l'image d'un conducteur dans la société contemporaine. En occident, cela pourrait être l'image d'un directeur ou d'un gérant dans une entreprise industrielle ou commerciale dont le travail est de surveiller un ensemble de subordonnés et envers qui ces subordonnés seraient responsables; ou bien du leader ou de l'animateur d'une oeuvre sociale avec droit de délégation de travail et d'organisation des travailleurs. En culture africaine, un pasteur pourrait s'attribuer dans l'église le rôle d'un chef coutumier dans une position d'autorité sans limite, avec des sujets à qui incomberait le devoir de le servir, de pourvoir à ses besoins, sous peine de sanctions.

Jésus dit: « Il n'en est pas de même au milieu de vous ». Dans beaucoup de régions du monde, il est de coutume que les hauts fonctionnaires soient accompagnés en voyage d'une suite nombreuse; mais dans la société chrétienne, qui est l'Eglise, le conducteur doit être l'esclave de tous.

Ni la culture européenne, ni la culture africaine ne nous offrent l'image biblique d'un leader chrétien. En effet, quand nous considérons la relation entre le christianisme et les diverses cultures du monde, il ne s'agit pas de l'adapter à telle ou telle culture, ni d'adapter une culture humaine au christianisme, mais de rechercher et d'appliquer la culture spécifiquement chrétienne qui franchit les frontières politiques, culturelles, raciales et sociales du monde. Le conducteur spécifiquement chrétien ne se conforme point à l'image païenne d'un conducteur, qu'il soit en Afrique, en Asie, en Amérique ou en Europe. « Ne vous conformez pas au monde présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence » (Rom. 12: 2). Nous devons cultiver la mentalité chrétienne. Chez les païens, conduire, c'est dominer, commander, régner, gouverner; c'est l'arrogance, la parade, la primauté, même l'effronterie. Dans la mentalité chrétienne, conduire c'est servir; c'est l'humilité, l'obscurité.

Cette leçon est difficile à apprendre en pratique, que l'on soit ancien dans une assemblée, missionnaire ou pasteur dans une église de brousse. Ici en Afrique, le missionnaire aura de la peine, peut-être, à ne plus se considérer comme le dirigeant d'une oeuvre et dont la parole s'impose en toute affaire; le pasteur africain aura peut-être de la peine à ne pas s'attribuer les droits d'un chef, à être esclave de ceux qui sont moins instruits que lui.

Oui, très difficile pour tous, et pourtant non pas plus difficile que pour le Fils de l'homme qui est venu, comme il l'explique à Jacques et à Jean (Marc 10: 45), « non pour être servi, mais pour servir ». Le Roi des rois prit la forme de serviteur, ôta ses vêtements, prit un linge et lava les pieds de ses disciples. Il exhorta ses disciples avec ces paroles: « Je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait ».

* * *

Ce qui importe !

Ce qui importe, ce n'est pas ce que pensent et disent de nous les gens, mais ce que nous sommes devant Dieu.
Ce qui importe, ce n'est pas qui nous sommes, mais comment nous sommes.
Ce qui importe, ce n'est pas d'avoir beaucoup de connaissance, mais de mettre en pratique la connaissance que nous avons.
Ce qui importe, ce n'est pas ce que nous paraissons être, mais ce que nous sommes.
Ce qui importe, ce n'est pas que la souffrance nous épargne, mais que les souffrances atteignent en nous leur but.

Source : http://www.promesses.org/arts/29p16-19f.html

Voir les commentaires