exhortation - Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

Articles avec #exhortation tag

LES INVENTIONS FAITES PAR LES NOIRS

28 Novembre 2016 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Exhortation

LES INVENTIONS FAITES PAR LES NOIRS

NATURE DE L’INVENTION

DATE DE L’INVENTION

NOM DE L’INVENTEUR

  1.  

L’antenne parabolique

07 Juillet 1887

Granville T. Woods

  1.  

Moteur à Combustion

05 Juillet 1892

Andrew J. Beard

  1.  

Masque à gaz

13 Octobre 1914

Garett A. Morgan

  1.  

Bouche de Secours Incendie

07 Mai 1878

Joseph R. Winters

  1.  

Charpente Métallique

02 Février 1892

Carter William

  1.  

Lentilles de protection des yeux

02 Novembre 1880

Powell Johnson

  1.  

L’Ascenseur

11 Octobre 1867

Alexander Miles

  1.  

Le Taille crayon

11 Octobre 1867

John L Loove

  1.  

Les Manèges pour divertissement

19 Décembre 1899

Granville T. Woods

  1.  

Cheminée de Locomotive

23 Mai 1871

Landro Bell

  1.  

Le Piano Mécanique

11 Juin 1912

Joseph H. Dickinson

  1.  

Les W.C. (Toilettes)

19 Décembre 1889

Jérome B. Rhode

  1.  

Le Cachet et le Tampon

27 Février 1883

William B. Purvis

  1.  

Le Refrigirateur (Frigo)

14 Juillet 1891

John Stenard

  1.  

L’interrupteur (Le Commutateur)

1er Janvier 1889

Granville T. Woods

  1.  

Le Révélateur Photographique

23 Avril 1895

Clatonia Joaquin Dorticus

  1.  

La Machine à Composter

22 Juin 1897

William Barry

  1.  

La Machine à Ecrire

07Avril 1885

Lee S. Burridge

et Mashman

  1.  

Le système d’alarme des trains

15 Juin 18897

Richard A. butler

  1.  

Le Sèche-Linge

07 Juin 18892

George T. Sampson

  1.  

La peinture et les colorants

14 Juin 1927

George Washington Carver

  1.  

Les Freins de Voiture

06 Août 1872

John V. Smith

  1.  

La Machine à pétrir

07 Août

Joseph H. Dickinson

  1.  

La Machine de Cordonnerie

20 Mars 1884

Jan E. Matzeliger

  1.  

Le Stylo Plume à Réservoir

07 Janvier 1980

William B. Purvis

  1.  

Le tunel pour Train Electrique

17 Juillet 1888

Granville T. Woods

  1.  

Le Feu de Signalisation (Feu Rouge)

20 Novembre 1923

Garett A. Morgan

  1.  

La Guitare

30 Mars 1886

Robert F. Flemmings Jr

  1.  

Le Peigne à Cheveux

21 Décembre 1920

Walter H. Sammons

  1.  

Le Trolley Electrique sur Rail

19 Septembre 1893

Elbert R. robinson

  1.  

Le Fouet Batteur d’oeufs

05 Février 1884

Willis Johnson

  1.  

Les Rotatives de Presse (Imprimerie)

17 Septembre 1878

W. A. Lavalette

  1.  

Le Système de Sécurité des Ascenseurs

02 Avril 1895

James Cooper

  1.  

La Balayeuse de Rue

17 Mars 1890

Charles B. Brooks

  1.  

Les Systèmes et les Appareils Téléphoniques

11 Octobre 1887

Granville T. Woods

  1.  

La Tondeuse à Gazon

09 mai 1899

John Albert Burr

  1.  

Les Vitesses automatiques (des Véhicules)

06 Décembre 1932

Richard B. Spikes

  1.  

Le Thermostat

06 mars 1928

David N. Chrosthwait Jr

  1.  

Le Conditionnement d’Air (Split)

12 Juillet 1949

Frederick M. Jones

  1.  

La Gâchette de fusil (Le Détonateur)

03 Mai 1897

Adward R. Lewis

  1.  

Extincteur de Feu

26 Mars 1872

Thomas J. Matain

  1.  

Le Canapé – Lit Convertible

05 Octobre 1897

J. H. Evans

  1.  

Lave - Vitres Electriques

27 Septembre 1882

A. L. Lewis

  1.  

Les Lubrifiants de Moteurs

15 Novembre 1898

Elijah Mc Coy

  1.  

Bande Magnétique d’ordinateurs

24 Août 1971

Larry T. Preston

  1.  

Antenne de Détection par Radars

11 Juin 1968

James E. Lewis

  1.  

Engins de Levage et monte - Charge

02 Mai

Mary Jane Reynolds

  1.  

Le système de Réfrigération (Frigo et Congélateur)

04 Novembre 1879

Thomas Elkins

  1.  

La signalisation (Balises d’aéroport, grue, immeubles…)

30 Mars 1937

Lewis WW. Chubb

  1.  

Le Savon

 

George Washington Carver

  1.  

Une Couveuse Artificielle

1890

Granville T. Woods

  1.  

Opération à Cœur Ouvert

09 Juillet 1893

Daniel Hale williams

  1.  

La Lampe  Electrique

13 Septembre 1881

Joseph V. Nichols

Et Lewis H. Latimer

Voir les commentaires

COMMENTAIRE DE MICHEL FABRICE TABA SUR L’ARTICLE LES PECHES SEXUELS

12 Août 2015 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Exhortation

COMMENTAIRE DE MICHEL FABRICE TABA SUR L’ARTICLE LES PECHES SEXUELS

COMMENTAIRE DE MICHEL FABRICE TABA SUR L’ARTICLE LES PECHES SEXUELS

Nous sommes à une époque où prolifèrent des prédicateurs qui ne se privent pas de dire aux croyants ce qu'ils veulent entendre ; notamment à "sanctifier " les inconduites sexuelles des uns et des autres au motif que "Dieu est amour", "Il comprend" "Il connaît nos besoins" "Il connait aussi nos faiblesses ainsi que nos péchés mignons qu’Il se plait à toujours les pardonner ! Certains de ses "prêcheurs", dont la robe sacerdotale, si tant est qu'ils ont une fois été appelés, n'est que trop salie par des infidélités conjugales. Ils font partie du sel qui n'ayant plus de saveur doit être foulé au pied et voué à l'enfer. L'acte sexuel en fait, n'est prévu dans le plan de Dieu que (uniquement) pour être consommé maritalement (pas en dehors du mariage), car, il a une profonde implication spirituelle ! Dans beaucoup de sectes, c'est un moyen d'initiation, et vivre dans l'immoralité, au détriment des prescriptions bibliques, renforce la communion entre Satan et certains hommes/femmes, qui ne s'y adonnent plus seulement pour le plaisir, mais aussi à but fortement mystique. Pour le croyant, ce péché introduit souvent la mort physique prématurée après celui de la mort spirituelle qui caractérisait déjà son quotidien. En effet, l'adultère, tout comme l'impudicité, offre leurs victimes comme captifs aux démons qui attendent cette porte ouverte pour les précipiter dans un enfer qui ne dit pas son nom. N’est-il pas écrit : " Je vis cette femme ("Babylone la grande, la mère des prostituées et des abominations de la terre" Apocalypse 17-5) ivre du sang des saints, du sang des témoins de Jésus... " (Apocalypse 17-6). Ainsi le croyant vivant dans l'immoralité offre dans les ténèbres son sang à un esprit impur qui devient ivre quand les croyants en font un peu trop. Voilà la clé permettant de déchiffrer une partie de l'énigme de la mort prématurée de certains croyants, hommes et femmes de Dieu. En effet la vie se trouve dans le sang, qui s'il est bu va manquer entrainant la fin de vie à plus ou moins long terme ! Ce qui nous aide à comprendre pourquoi Paul, sous onction divine, parlait de mort au sujet de l'immoralité des croyants. "Livrez un tel homme à Satan pour la destruction de la nature pécheresse afin que l'esprit soit sauvé le jour du Seigneur Jésus" (1 Corinthiens 5-5). Que celui qui a des oreilles entendent ce que l'Esprit dit aux Eglise !

Fabrice TABA

Voir les commentaires

Moi aussi, j'aime ma femme!

29 Octobre 2014 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Exhortation

Moi aussi, j'aime ma femme!

Moi aussi, j'aime ma femme!

Charles Chauvet

(histoire vécue)

Un soir de travail, de dînais dans l'unique restaurant du village, seul avec trois convives à qui je tournais le dos. Les langues allaient bon train et, bon gré mal gré, j'entendais leur bruyante conversation, lorsqu'ils se mirent à commenter un fait divers du journal: un homme connu comme fort honorable et respectable, avait tué sa femme.

Les gendarmes lui avaient demandé:
- Mais enfin, Monsieur X comment en êtes-vous arrivé là?
- Ah, répondit-il, j'avais confiance en ma femme et je l'aimais. Elle me trompait, alors je l'ai tuée.

Les trois compagnons étaient unanimes à dire que pareille mésaventure ne pourrait leur arriver: opinion tout à leur honneur, car bien qu'absents du foyer toute la semaine, ils avaient une confiance totale en leur épouse.

C'est alors que l'un d'eux dit à son voisin:
- Supposons quand même que pareil malheur conjugal nous arrive. Que ferais-tu?
- Je ferais comme le bonhomme. J'aime beaucoup ma femme, mais je ne tolérerais pas cela, je la tuerais.

Vexé, il avait répondu spontanément: la bouche avait parlé de l'abondance du cour.

Le second, interrogé à son tour, se trouva aussi humilié que le précédent et répondit tout aussi spontanément:
- Moi, je ne me rendrais pas criminel pour une femme qui n'en vaut pas la peine, mais ce serait fini, je ne pourrais plus l'aimer. Je lui flanquerais une bonne «raclée» et la mettrais à la porte.

Et prudent:
- Et si je suis assez fort, je donnerais aussi une «raclée» à l'homme.

Le troisième, celui qui avait émis l'hypothèse, restait silencieux.
- Et toi, que ferais-tu? demandèrent enfin les autres.

Après un long silence, il répondit:
- Moi, j'irais la trouver et je lui demanderais ce que j'ai bien pu faire ou ne pas faire pour provoquer sa conduite. Et après une franche explication, je lui dirais: Si tu me promets d'essayer de ne plus recommencer, je passe l'éponge, n'en parlons plus jamais et repartons «à zéro», comme si rien ne s'était passé. Car voyez-vous, moi aussi j'aime beaucoup ma femme, et je ne voudrais pas la perdre.

Tous aimaient sincèrement leur femme, mais devant la même épreuve, l'amour de chacun se serait manifesté très différemment.

Cette histoire est très ancienne et à l'époque je n'étais pas marié. Malgré tout je m'étais posé la même question que les compagnons. Aujourd'hui, me semble-t-il, chacun pourrait également s'interroger: «Qu'aurais-je répondu à la question?» Et aussi: «Quelle réponse aurait été conforme à la pensée du Seigneur?»

Un jour, le Seigneur fut en admiration devant un officier romain (Mat 8.10), et il conclut:
- Je vous l'assure, dans tout Israël, je n'ai encore trouvé chez personne une telle foi.

Le Seigneur a sans doute apprécié de la même façon les paroles du troisième convive. Dans l'Eglise, trouverait-il souvent un tel amour pour le prochain? A chacun de s'examiner et de s'éprouver lui-même (2 Cor 13.5).

Personnellement, c'est bien la plus grande leçon d'amour et de pardon que j'aie jamais reçue d'un homme. Et pourtant, d'après les conversations entendues, il était certainement inconverti.

Source : http://www.promesses.org/arts/98p8-9f.html

Voir les commentaires

L’EGLISE QUI MARCHE AVEC LE MONDE

20 Mai 2014 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Exhortation

L’EGLISE QUI MARCHE AVEC LE MONDE

L’EGLISE QUI MARCHE AVEC LE MONDE

Auteur Inconnu

En parcourant la revue mensuelle de «MAYIM FOUNDATION», nous avons trouvé cet article en anglais sous le titre de ‘‘THE CHURCH THAT WALKS WITH THE WORLD’’ que nous avons traduit en français. Les lignes de cette traduction interpellent chaque église et chaque frère en Christ à un retour aux sources de l’Eglise Primitive. Cet article d’un auteur inconnu retrace la réalité spirituelle de la marche du christianisme jusqu’à ce jour. Peut-être cher lecteur en étiez-vous un peu écarté comme cette église que vous êtes par votre être qui est le Corps de Christ ou comme membre de l’Eglise qui est le Corps de Christ.

Nous espérons qu’en lisant le Saint-Esprit attirera votre attention sur la révélation spéciale qu'il transmet au travers de ces lignes, afin que loin de la mondanité et proche de la montagne vers laquelle courait Loth, les vérités essentielles et primaires du Royaume ne nous soient plus inconnues :

L’Eglise et le monde marchaient chacun de son côté, sur les rivages changeant du temps ;

Le monde chantait une chanson enivrée et l’Eglise un hymne sublime.

‘‘Viens et donne-moi ta main, dit le monde joyeux et alors marche avec moi dans cette voie ;’’

Mais la bonne Eglise cacha sa main blanche comme neige et répondit solennellement : «Non».

‘‘Je ne te donnerai pas du tout ma main et je ne marcherai pas avec toi. Ta voix est celle de la mort éternelle et tes paroles sont mensongères'’.

‘‘Non ! Marche avec moi un petit bout ‘’ dit le monde avec un air aimable.

‘‘La route que j’emprunte est une route gaie et le soleil y brille toujours’’.

‘‘Ta voie est étroite et épineuse et rocailleuse alors que la mienne est fleurie et lisse.

Ton lot est triste avec reproche et travail, mais je marche dans des tourbillons de joie.

Ma voie, comme tu peux voir, est large et belle et mon portail est haut et large ;

Il y a suffisamment de place pour toi et moi et nous voyageons côte à côte.’’

Quelque peu timidement, l’Eglise approcha le monde et lui donna sa main de neige ;

Et le monde faux s’en saisit et avança en murmurant tout bas ;

‘‘Ta robe est trop simple pour plaire – j’ai de l’or et des perles à porter ;

Du velours riche et des soies pour ta forme pleine de grâce et des diamants pour parer ta chevelure’’.

L’Eglise considéra ses habits simples et blancs et ensuite le monde éblouissant et rougit lorsqu’elle vit la belle lèvre du monde qui souriait avec mépris.

‘‘Je changerai mon habillement pour quelque chose de plus coûteux’’

Dit l’Eglise avec un sourire plein de grâce.

Alors son vêtement blanc comme neige fut poussé au loin et le monde prit sa place.

De beaux satins et des soies à la mode, et des roses, et des pierres précieuses et des perles ; et sur son front ses cheveux brillants tombaient et dansaient au vent en mille boucles.

‘‘Ta maison est trop laide’’, dit l’orgueilleux vieux monde.

‘‘Construisons-en une pour toi qui soit semblable à la mienne.

Avec des cuisines pour festoyer et un salon pour jouer et des meubles d’excellente qualité.’’

Ainsi le monde lui construisit une maison belle et coûteuse, splendide à contempler ; les filles et les garçons de l’Eglise s’y rencontraient souvent, brillante de pourpre et d’or.

Ses foires et des festivals, des ébats indicibles, étaient tenus et célébrés à la place de la prière ; et des jeunes filles charmantes telles de vieilles sirènes et des rares beautés qui attirent au monde.

Parées aux beaux bijoux, avec des cheveux bouclés, insensibles à l’évangile et aux lois ;

Pour séduire et distraire et gagner du monde quelque aide pour la bonne cause.

L’ange de miséricorde réprimanda l’Eglise et murmura : ‘‘Je connais ton péché !’’

Alors l’Eglise sembla triste et anxieusement désira réunir de nouveau ses enfants.

Mais certains étaient loin au bal de minuit et d’autres étaient au jeu ;

D’autres buvaient dans des salons fastueux, et l’ange s’en alla.

Et alors le monde dit dans un langage plein de douceur : ‘‘Tes bien-aimés ne pensent à aucun mal. Seulement ils aiment les sports innocents’’, ainsi elle s’appuya sur la main que lui offrait le monde.

Elle sourit et bavarda et chercha des fleurs et marcha avec le monde.

Alors que d’innombrables millions d’âmes étaient assoiffées pour la vérité non prêchée.

‘’Tes prédicateurs sont tous trop vieux et francs’’, dit le joyeux monde d’un ton railleur. Ils effraient mes enfants avec des histoires horribles que je n’aime pas écouter.

Ils parlent de jugements et de feu et de peine et de condamnation dans la nuit la plus noire.

Ils avertissent au sujet d’une place dont on ne devrait pas parler ainsi à des oreilles délicates’’.

‘’Je t’enverrai quelque meilleure étiquette, plus brillante, plus gaie et plus agréable, qui montrera comment l’homme peut vivre comme il lui plaît et finalement aller au ciel.

Le Père est miséricordieux, grand et bon, aimable, tendre et gentil.

Penses-tu qu’il prendrait un enfant au ciel et laisserait un autre en arrière ?’’

Ainsi elle appela les prêtres gais, réputés, doués et grands et doctes ;

Et les vieux hommes bigots qui avaient prêché la croix furent chassés de ses autels.

Alors Mammon vint et supporta l’Eglise et loua un banc en exergue et prêcha et chanta et fit une démonstration fleurie pour annoncer le nouvel évangile.

‘’Tu donnes trop aux pauvres’’, dit le monde – beaucoup plus que tu ne devrais. Bien que le pauvre ait besoin de refuge, de nourriture et d’habitats, pourquoi est-ce que cela te troublerait tant ?

‘’Vas, prends ton argent et paye des habits riches, des beaux chevaux et de belles voitures, et des perles et des bijoux et de la nourriture délicieuse, du vin le plus rare et le plus cher’’.

‘’Mes enfants aiment éperdument toutes choses pareilles, et si toi, tu veux les gagner, tu dois faire comme ils font, et marcher dans la voie, à l’intérieur de la voie fleurie’’.

L’Eglise, déliant les cordons de sa bourse courba sa tête et sourit avec flatterie :

‘’J’ai trop lâché du lest. Je ferai, monsieur comme vous l’avez dit’’

Ainsi les pauvres étaient repoussés loin des portes et méprisés ; l’église n’entendit plus le cri de l’orphelin ;

Et elle se pavanait dans ses beaux vêtements alors que la veuve s’en allait en pleurant.

Et ceux de l’Eglise, et ceux du monde, firent route côte à côte, la main au cœur ; et personne en dehors du Maître qui savait tout, ne pouvait discerner les deux.

Alors l’Eglise s’assit à son aise et dit : ‘’Je suis riche et mes possessions ont augmenté ; Je n’ai besoin de rien et rien à faire sinon rire et danser et festoyer.’’

Le monde astucieux entendit et rit en lui-même et, d’un air moqueur, dit en aparté :’’l’Eglise est tombée, la belle Eglise, sa honte dans sa gloire et dans sa fierté’’.

Ainsi, son pouvoir de témoignage, hélas, avait disparu et des temps périlleux vinrent ; les moments de la fin dont on avait tant parlé, souvent formés de plaisir et de péché.

Et l’ange s’approcha du trône de grâce et murmura et soupira son nom ; et les saints arrêtèrent leur hymne joyeuse et couvrirent leurs têtes avec honte.

Une voix se fit entendre dans le silence du ciel, de Celui qui est assis sur le trône ; ‘’Je connais tes œuvres et ce que tu as dit ; mais hélas, tu n’as pas su que tu es pauvre et nue, aveugle et orgueilleuse et ta ruine est assurée ; L’épouse supposée d’un (fiancé) époux céleste est la prostituée du monde.

Tu as cessé de vivre pour cette espérance bénie, tu es tombée du zèle et de la grâce. Ainsi, hélas, je dois te jeter au dehors et effacer ton nom de sa place.

Mais, de la côte de l’Eglise prostituée, pendant qu’elle dormait dans une honte indolente,

Sera sortie le petit nombre qui a gardé la Parole de Dieu et a honoré Son Saint Nom.

Par la parole de leur témoignage, et le sang de l’Agneau, ils ont vaincu le monde ; ils ont prié pour le jour où leurs puissants ennemis seraient jetés dans l’abîme.

Car ceux qui ont gardé leurs vêtements propres, marcheront avec lui en blanc, le jour où il viendra pour réclamer les siens pour en faire Ses bijoux éclatants.

Cher lecteur, nous sommes au terme de ces lignes et appelons chacun à une plus grande prise de conscience. Ne sommes-nous pas cette Eglise qui a troqué sa gloire céleste contre une certaine mondanité proclamée être la nouvelle révélation de l’Evangile de Jésus Christ ?

N’avons-nous pas au nom de Dieu changé l’évangile pur, authentique, non dilué au profit de l’évangile de la prospérité, de la santé et de l’onction même vivant dans le péché ?

L’Apôtre Paul dit : ‘‘Je suis consterné de la rapidité avec laquelle vous avez abandonné Celui qui vous a si généreusement invités à bénéficier de la grâce de Christ. Si vite, vous vous êtes laissés gagner à un autre «évangile» ! Vraiment, vous m’étonnez ! Comme s’il pouvait y avoir un autre Evangile ! Non, il n’en existe pas d’autre, mais certains sèment la confusion et cherchent à vous troubler ! Ils tordent le sens de l’Evangile du Christ, au point de lui faire dire le contraire. Et bien ! Si jamais quelqu’un venait vous apporter, sous le nom d’Evangile, un message différent de celui que nous vous avons prêché, qu’il tombe sous le coup du châtiment divin. Même si moi ou un ange descendu du ciel venions proclamer au milieu de vous une « Bonne Nouvelle » contredisant celle que je vous ai annoncée, que la malédiction divine (Anathème) nous frappe. Je l’ai déjà dit autrefois, et je le répète aujourd’hui : si quelqu’un vous prêche un autre Evangile que celui que vous avez reçu, mettez-le au ban de l’Eglise et interdisez-lui d’enseigner !’’ (Gal 1.6-9) Version de la Parole Vivante.

Sans fausse humilité, si nous sommes tombés sous le coup de l’anathème, ne serait-il pas juste de tout déposer et rechercher la face de Dieu en nous inscrivant à son Ecole dans la classe du «Retour aux anciens sentiers» (Jérémie 6.16) pour fonder notre foi et nos pratiques selon les principes de l’Eglise Primitive ? Un jour, un homme de Dieu a dit que parce que Dieu est le Dieu de recommencement, il n’a pas peur de recommencer. Ayons du courage, ôtons la honte et rentrons à Dieu qui peut tout recommencer et nous faire vivre une ère nouvelle selon qu’Il dit : « Je descendis dans la maison du potier, Et voici, il travaillait sur un tour. Le vase qu’il faisait ne réussit pas, Comme il arrive à l’argile dans la main du potier; Il en refit un autre vase, Tel qu’il trouva bon de le faire. Et la parole de l’Eternel me fut adressée, en ces mots: Ne puis-je pas agir envers vous comme ce potier, maison d’Israël? Dit l’Eternel. Voici, comme l’argile est dans la main du potier, Ainsi vous êtes dans ma main, maison d’Israël » (Jér 18.3-6).

Puissions-nous agir ainsi pour dire ensemble avec l’Esprit Saint : Amen ! Viens, Seigneur Jésus ! (Apoc. 22).

Dr. André CHOUBEU

Voir les commentaires

MINUIT CHRETIEN

14 Avril 2014 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Exhortation

MINUIT CHRETIEN

Minuit chrétien

H. Lüscher

Nous vivons des temps extraordinaires. Le monde entier est en ébullition. Satan, meurtrier dès le commencement, est à l'origine des guerres et des meurtres toujours plus fréquents.

Sur le plan social,
une vague de haine, de révolte, de racisme et de nationalisme à outrance déferle sur tous les peuples.
La théologie moderne
n'arrange guère les choses et la Bible, Parole de Dieu, subit ses attaques violentes. Aussi assistons-nous à une union d'églises multitudinistes où l'on ne tient plus tellement compte du message central de l'Evangile: la déité de Jésus-Christ, son oeuvre rédemptrice et expiatoire à la Croix du Calvaire et son sang précieux, versé pour racheter le pécheur perdu. Il n'est pas exclu que les chrétiens fidèles auront à subir des persécutions de la part de la grande pseudo-église dont l'oecuménisme est le précurseur.
Des catastrophes naturelles
se suivent à des rythmes toujours plus rapprochés.
Le monde politique,
les gouvernements commencent à être dépassés par des situations jusqu'ici inconnues. Le mot anarchie prend un sens plus réel, hélas!

Tout cela est le prélude
à des conflits mondiaux inconnus jusqu'ici: les jugements apocalyptiques. Et notre globe est mûr pour cela; il faut le dire. D'ailleurs, la décadence morale s'étend, comme jadis au temps de Noé et de Sodome. Mais, pour le chrétien, c'est l'approche de la délivrance finale. Le Seigneur Jésus va venir chercher tous les siens avant le déclenchement de ces jugements (1 Thess. l, 10; chap. 4; Jean 14). L'atmosphère est chargée de mal. Satan sait qu'il a peu de temps. Le terme «enlevé» ou «ravi» (dans 1 Thess. 4,17) exprime l'idée d'une délivrance de l'Eglise de Christ (composée de tous ceux qui ont cru en Lui), avant un grand danger. Nul n'est besoin de prouver cette affirmation. Face aux difficultés grandissantes, au chaos de plus en plus général, l'Eglise de Christ tout entière sera enlevée dans les cieux, pour être toujours avec le Seigneur.
Sommes-nous prêts
à rencontrer notre Seigneur? Si c'était aujourd'hui ou un de ces prochains jours, que ferions-nous?
-Nous nous réconcilierions avec les frères qui nous ont fait du tort.
-Nous demanderions pardon à ceux que nous avons offensés.
-Nous prierions avec ferveur et intensité.
-Nous travaillerions d'une façon différente. Le travail serait accompli avec plus de conscience professionnelle et le Seigneur aurait la première place dans nos coeurs.
-Nous ne manquerions aucune occasion de témoigner pour Jésus-Christ devant les incroyants. Non seulement nos paroles, mais notre attitude, notre vie tout entière deviendraient la manifestation d'une Bible lue devant les hommes perdus. Et il y aurait des âmes sauvées autour de nous.
-Nous pratiquerions l'amour fraternel sans partialité et nos églises locales seraient un coeur et une âme pour adorer Dieu, pour méditer sa Parole, pour prier avec ferveur et pour évangéliser ceux qui nous entourent.

Pourquoi
ne le faisons-nous pas, puisque le Seigneur va venir? Chrétiens, humilions-nous sous la puissante main de Dieu. Conscient de ses faiblesses, l'auteur de ces lignes supplie tous les lecteurs de PROMESSES de crier à Dieu, pour qu'il donne 1a force et l'énergie spirituelles de faire face à nos responsabilités de chrétiens dignes de son appel.

Communion Bien des gens pensent que la communion est de se sentir heureux. C'est être dans la pensée de Dieu. La communion est de faire la chose juste au bon moment de la bonne façon. En dehors de la communion, vous ne pouvez faire aucune chose correctement..

Lien : http://www.promesses.org/arts/8p154-155f.html

Voir les commentaires

L'ESPRIT DIT EXPRESEMENT QUE

9 Avril 2014 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Exhortation

L'ESPRIT DIT EXPRESEMENT QUE

L'ESPRIT DIT EXPRESSEMENT QUE

1Tim. 3.16; 4:1-3.

R. H. Guignard

A plusieurs reprises, la Parole de Dieu donne des avertissements concernant « les derniers jours », par quoi elle sous-entend la fin d'une époque ou, selon l'anglais, la fin d'une « dispensation », c'est-à-dire d'un temps spécifié de grâce de la part de Dieu envers l'humanité.

Sommes-nous, selon la description biblique, « dans les derniers jours » OU « les derniers temps » ? Au dixième siècle de notre ère, la population chrétienne de l'Europe était en effervescence: elle croyait communément qu'avec l'an mille, la fin du monde était certaine. Ce chiffre frappait la conscience de chacun et amenait l'homme à se préparer à ce grand événement.

Rien ne se passa! Alors, dit-on, on s'est trompé, Jésus-Christ est mort environ quarante ans après l'année une. Ainsi, nous devons attendre pour ce grand jour, l'an mille et quarante.

De nouveau, rien ne se passa! Puis le cours de la vie reprit et le christianisme d'alors repartit en avant. Ce fut l'époque des Croisades et de la construction des grandes cathédrales. Une époque de foi, sans doute, mais on n'attendait plus le retour de Christ pour son église.

Plus tard, la lecture de la Bible amena les regards de chrétiens fidèles à considérer les promesses divines répandues ici et là dans la Parole. Tout au long des 19e et 20e siècles, des étudiants de l'Ecriture annoncèrent le retour plus ou moins rapproché de Celui qui avait « commencé une bonne oeuvre et qui devait l'amener à sa conclusion » (voir Ph. 1 : 6.).

Rien ne se passa, mais le fait que le peuple juif règne à nouveau dans le pays de la promesse et tout particulièrement à Jérusalem ravive l'espérance d'un retour prochain du Christ pour chercher son Epouse. Cela constituerait la fin d'une époque, la fin de l'église chrétienne, de la dernière, grande et somptueuse église qui dit: « Je suis riche, je me suis enrichie, et je n'ai besoin de rien...» mais que le Seigneur déclare être « malheureuse, misérable, pauvre, aveugle et nue ». Avec, toutefois, une lueur d'espoir, pour « celui qui vaincra » : « je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi, j'ai vaincu et je me suis assis avec mon Père sur son trône » (Ap. 3 : 14-22).

Sommes-nous aux « derniers temps » ? Nous ne voulons pas répondre, mais dirons simplement: « Soyez prêts! » Dieu, en effet, s'est réservé de donner ses ordres au moment qui lui semblera convenable. C'est lui qui ouvre la porte et personne ne la fermera...

Que dit la Parole ? « L'Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s'attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, par l'hypocrisie de faux docteurs, portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience » (4: 1, 2).

Sommes-nous aux derniers temps ? Voici un premier signe à étudier : « Quelques-uns (parmi les croyants) abandonneront la foi ». De quelle foi s'agit-il ? (car on peut avoir foi en différentes personnes, théories ou choses). De la foi au mystère de la piété, que nous trouvons décrite au verset précédent (3 : 16). Nous posons une nouvelle question : qu'est-ce que la piété ? C'est le respect dû à Dieu, notre Créateur, c'est l'ensemble des sentiments que nous devons posséder et exprimer face à la Déité, face à Celui dont tout dépend. « Exerce-toi à la piété... car elle est utile à tout; elle a la promesse de la vie présente et de la vie à venir » (4 : 8), écrivait Paul à Timothée.

Voici la description de ce mystère: « sans contredit, le mystère de la piété est grand; QUI (Dieu ou Jésus-Christ Lui-même) a été manifesté en chair, justifié par l'Esprit (voir Ep. 3: 4, 5), vu des anges, prêché aux nations, cru dans le monde, élevé dans la gloire ». C'est la base du christianisme décrite en deux lignes, l'oeuvre de grâce de Dieu en faveur de l'homme, que nous a apporté l'évangile, la foi aux vérités fondamentales concernant l'incarnation du Fils de Dieu.

C'est cette foi que quelques-uns abandonneront tout en émettant la prétention d'être encore chrétiens.

La piété est donc la base de notre foi en Dieu qui consiste à recevoir ce qui nous est révélé par l'Ecriture et en particulier par le verset (3 : 16) que nous avons reproduit ci-dessus. C'est la confiance que nous éprouvons à l'égard du Créateur, lequel n'a pas hésité à envoyer sur cette terre son Fils, Jésus-Christ. C'est l'acceptation de ce Jésus comme Sauveur, puis comme Seigneur. C'est une invitation à manifester un sentiment de reconnaissance toujours renouvelé. C'est un désir tout nouveau dans le coeur d'obéir à la Parole de Dieu.

L'Esprit dit expressément que quelques-uns abandonneront l'une ou l'autre des caractéristiques de la foi chrétienne. L'enseignement de ces gens-là pourra paraître encore très correct. Ils éviteront simplement de parler des choses dont ils doutent (ce qui est honnête de leur part), mais leur doctrine sera incomplète et de ce fait boiteuse. Il y manquera une (ou des) vérité nécessaire à la marche chrétienne.

Ne se nourrissant plus de toute la Parole, il se formera dans la pensée de ces gens, dans leur conviction, un vide... Cherchant à le combler par d'autres réflexions, des « esprits séducteurs » suggéreront, insinueront des solutions de remplacement. Peu à peu, la Parole sera altérée par des considérations nouvelles, qui pourront alors se transformer en « fausses doctrines ». La Parole appelle cela « abandonner la foi ».

Parmi tant de voix qui se font entendre dans le christianisme, il est difficile de découvrir les hommes qui, partis de la foi en la bonne doctrine, s'en éloignent plus ou moins lentement. L'Ennemi est si habile que la vérité n'est plus qu'à un fil du mensonge. Comment s'y reconnaître ? Dans certains milieux, le Saint-Esprit a accordé à quelques chrétiens le don de discernement des esprits. Sont-ils écoutés ? Au verset 4: 2, il est parlé de « faux docteurs » qui, au verset 3, prescrivent « de ne pas se marier ». En Europe occidentale, le mariage est mis sur la sellette, et nombreux sont ceux qui voudraient se débarrasser de ses liens ou obligations !

Quant au troisième signe, « s'abstenir d'aliments que Dieu a créés », nous arrivera-t-il peut-être sur les ailes d'un vent d'Orient ?

Les signes peuvent ne pas se présenter partout sur la terre à la même période. C'est pourquoi les croyants sont invités à prendre garde aux avertissements que donne la Parole. « Tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus-Christ seront persécutés ».

« En exposant ces choses aux frères écrivait Paul, tu seras un bon ministre de Jésus-Christ. nourri des paroles de la foi et de la bonne doctrine que tu as exactement suivie » (4 : 6).

« La piété est utile à tout: elle a la promesse de la vie présente et de celle qui est à venir » (4: 8).

Lien : http://www.promesses.org/arts/43p57-60f.html

Voir les commentaires

CHRIST, L’AVOCAT FIDELE

5 Avril 2014 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Exhortation

CHRIST, L’AVOCAT FIDELE

CHRIST, L’AVOCAT FIDELE

Après avoir mené une vie indécente, une homme rencontra Christ et l’accepta comme son Seigneur et Sauveur personnel. Dans sa vie chrétienne, il se battait pour vivre dans l’intégrité bien que plusieurs le qualifiaient toujours d’extrémiste. Dans son cœur, il s’interrogeait toujours comment on dit que Satan accuse. Mais se disait-il souvent, comment Satan m’accusera-t-il ? Il n’a rien en moi. Il oubliait une triste réalité ; Satan non seulement est un accusateur, mais il est un maître menteur, le père du mensonge. Mentir pour Satan n’est pas un problème puisqu’il est l’impulsion, l’incitateur, l’orchestration même du péché.

C’est alors, qu’un jour après un temps de prière, il eut en vision, la scène suivante :

‘‘Assis dans une salle d’attente de ce qui semblait être un palais de justice, il vit son tour arriver enfin et on l’introduisit dans une salle d’audience. A peine entré dans cette salle d’audience, on lui demanda de venir m'asseoir près de la table de la défense. Dans les multiples interrogations très inquiétantes de son cœur, il regarda autour de lui et vit LE PROCUREUR, un homme au regard infâme qui grognait de rage en me fixant. Il est en définitive la personne la plus hideuse que j'ai vue jusqu’à présent. Je me suis assis et j'ai regardé à ma gauche. Là était assis MON AVOCAT, un homme doux et gentil qui avait une apparence qui m'était familière. La porte du coin s'ouvrit brusquement et LE JUGE apparut dans une robe flottante. Il a une présence impressionnante, alors qu'Il traverse la salle. Je ne pouvais transporter mes yeux vers lui tellement, une très forte lumière émanait de lui. S'asseyant au tribunal, il dit : commençons.

Le procureur se leva et dit : Mon nom est Satan et je suis ici pour vous montrer pourquoi cet homme, en me doigtant d’un air farouche, appartient à l'enfer. Il énumère les mensonges que j'ai dits, les choses que j'ai volées, et les gens que j'ai trompés dans le passé, tout ceci avec précision des faits et dates. Je m’en souvenais avec clarté et une sueur froide traversa mon dos. Le timbre de sa voix était si sévère et méchant que je me croyais dors et déjà perdu. Satan parla des perversions horribles qui ont fait parties de ma vie passée. Plus il parlait, plus je m'enfonçais dans mon siège, complètement désemparé, j'étais tellement embarrassé que je ne pouvais regarder personne, pas même mon propre avocat. Pendant que le diable parlait des péchés que même moi, j'avais oublié, j'étais aussi bouleversé d'entendre Satan parler de moi avec tant de détail, que voir même mon Avocat, ce représentant silencieux, n'offrir aucune opposition, me devint terrifiant. En effet, je savais que j'étais coupable de ces choses, mais j'avais quand même fait de bonnes choses, somme toute insignifiante vraiment par rapport à la longue liste des choses ressorties dans le réquisitoire du Procureur Satan. Cela pouvait-il vraiment égaler toutes les condamnations qui pesaient contre moi ? Satan fini en furie par ces mots : "cet homme appartient à l'enfer, il est coupable de toutes les charges portées contre lui et personne ne peut prouver autrement."

Quand est venu son tour, mon AVOCAT demanda d'abord s'il peut s'approcher du tribunal. Le juge d’un air ferme le lui autorisa et lui faire signe de s'avancer, malgré les objections de Satan. Comme il se levait et s'avançait, je pouvais le voir dans sa splendeur et sa majesté. J'ai réalisai alors pourquoi il m'était si familier.

C'était JESUS qui me représentait, mon SEIGNEUR et MON SAUVEUR. Il s'arrêta devant le tribunal et dit doucement au juge : "BONJOUR PAPA." Puis il s'est tourné pour s'adresser à la cour. "SATAN dit vrai, cet homme a péché, je ne nie aucune de ses allégations. Oui le salaire du péché c'est la mort et cet homme mérite d'être puni." JESUS a pris une grande respiration et s'est tourné vers son PERE, les bras tendus et a proclamé : "cependant, je suis mort sur la croix afin que cette personne ait la vie éternelle et il m'a accepté comme son Sauveur et son Seigneur personnel, alors il est à MOI. MON SEIGNEUR continu "SON NOM est écrit dans le livre de vie et personne ne peut Me le ravir." SATAN ne semblait pas encore avoir compris. "Cet homme ne doit pas être remis à la justice, mais plutôt à la grâce". Comme JESUS s'asseyait, il s'est arrêté doucement, a regardé SON PERE et a repris : "rien d'autre n'a besoin d'être fait J'ai tout accompli, car je ne mettrais pas dehors quiconque vient à moi. Il est venu à moi et je suis son berger, ses péchés ont été lavés dans mon sang, il est libre. N’est-il pas écrit : Maintenant, il n’y a plus de condamnation pour tous ceux qui sont en Jésus christ, qui vivent non selon la chair, mais selon l’Esprit ? Il est à moi, il a vécu selon l’Esprit, et qui condamnera les élus ? Il a été affranchi et il est libre, papa, je suis la Vérité, voilà la vérité".

Pendant que mon Avocat parlait, je ressentais la vie me revenir, la confiance revenait et l’autorité des paroles douces, mais puissante de mon illustre Avocat imposait respect, silence clame et paix dans l’auditoire de ce vaste tribunal. Pendant qu’il parlait, le Procureur se tordait les doigts, confus à chaque parole bien placée, rempli d’amour de mon Avocat.

LE JUGE leva sa main puissante et fit claquer le marteau et proclama de ses lèvres cette parole autoritairement absolue : "cet homme est libre, la punition pour lui a déjà été payée en entier, cas acquitté."

Pendant que mon SEIGNEUR me conduit au loin, j'ai pu entendre SATAN déclarer en divaguant, "je ne laisse pas tomber, je gagnerai la prochaine fois". Pendant que Jésus, mon Avocat céleste me donnait les instructions de la prochaine étape, je lui ai demandé : "As-tu déjà perdu un cas ?" Christ me sourit avec Amour et dit : "tous ceux qui sont venus me demander de les représenter ont reçu le même verdict que toi, payé totalement, acquitté complètement de toutes accusations".

Conclusion : Bien que ce ne soit qu’une histoire, si tu passais à ce moment au Tribunal de Dieu, serais-tu trouvé complètement acquittable ou coupable ? Et si Jésus revenait maintenant, serait-il ton Seigneur ou un ennemi par ta vie intimement secrète, remplie de fraudes, mensonges, ruses, hypocrisie, duplicité, parce que tu n’es qu’un figuratif dans l’église, menant double vie ?

Dr. André CHOUBEU

Voir les commentaires

SIGNIFICATION DE ''AIDE SEMBLABLE A LUI''

31 Décembre 2013 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Exhortation

SIGNIFICATION DE ''AIDE SEMBLABLE A LUI''

L’appréhension du symbolisme et de la signification précise ainsi que du sens profond du mot ‘‘aide semblable’’ à lui permettra aisément de s’introduire en plein dans une parfaite compréhension du mariage selon la vision du législateur divin, auteur, instituteur et instructeur du mariage. En effet aide semble à lui ou précisément vis-à-vis traduit de l’hébreu «‛âzar», «neged» et «nâgad», signifie : aborder résolument de front en se tenant courageusement sans contradiction, prenant place en opposition dans le but d’assurer la complémentarité, agissant comme une amie, une âme sœur, un compagnon, un assistant, une aide, pour donner son corps, entourer, couvrir, lier, côtoyer, envelopper en signe de protection contre l’intempérie extérieure, étant la pointure convenable, pour obtenir et élire domicile, établir un siège quelque part, cernant la limitation, grimpant pour un banquet ou festin dans son hébergement.

Puisse ne 2014, toutes les femmes et les hommes saisir cette compréhension pour que le foyer loin d’être un ring de boxe, devienne et par la suite, une cellule de communication constructive pour un meilleur futur à la joie de chaque conjoint et aussi à la gloire de Dieu.

BONNE ANNÉE 2014.

Dr. André CHOUBEU

Voir les commentaires

COMMENT ETRE PLUS UTILE SOUS UN LEADER ?

10 Septembre 2013 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Exhortation

COMMENT ETRE PLUS UTILE SOUS UN LEADER ?

Comment être plus utile sous un leader ?

(Phil 2.20-21 ; 2 Tim. 4.11)

  1. Servir l'homme de Dieu ou ton chef "comme étant le Seigneur " (Col. 4.1)
  2. Essayer de bien connaître ses supérieurs.
  3. Rester dans les limites de ses responsabilités (1 Tim. 2.12).
  4. Retenir toujours que si la chair prend autorité sur l’esprit, une confusion s’installera dans sa vie ;
  5. S’attribuer une l'autorité qu’on ne possède pas ou qui appartient à un autre, produira les mêmes effets : Alors,
    1. Faire ce qu’on est appelé à faire
    2. Penser aux 99% du bon travail qui a été fait et persévérer
    3. Prier pour les problèmes personnels et ceux des autres
    4. Parler au Seigneur
    5. S’assurer toujours avoir accompli parfaitement toute sa tâche
  6. Maîtriser parfaitement les aspects du leadership en général
  7. Connaître bien le fonctionnement de l’autorité et la direction dans l'église locale.
  8. Se laisser enseigner et corriger lorsque le Saint-Esprit l’impose
  9. Gagner la confiance du Seigneur, des dirigeants et des frères et sœurs
  10. Travailler en ami et non ennemi de la croix (Actes 9.5)
  11. Eviter d’être le super connaisseur, un conseiller en tout
  12. Ne jamais oublier la loi de cause à effet (ce que tu sèmes, tu le récolte)
  13. Retenir toujours que tôt ou tard rendre compte de tes actes
  14. S’armer du courage, de la patience et de l’endurance dans la maîtrise de soi
  15. Faire en son temps tout ce qui devait être fait
  16. Etre équiper d’un cœur humble et une vie de fidélité, soumission, loyauté et intégrité

Dr André CHOUBEU

Voir les commentaires

LES DIX REGLES D'OR DU DIALOGUE

8 Décembre 2012 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Exhortation

LES DIX REGLES D'OR DU DIALOGUE

Samuel et Dorothée HATZAKORTZIAN1

1. Sachez écouter avec attention et ne répondre que lorsque votre conjoint a fini de parler.

" Celui qui répond avant d'avoir écouté, fait un acte de folie et s'attire laDialogue confusion" (Pr 18.13).
" Ainsi, que tout homme soit prompt à écouter, lent à parler, lent à se mettre en colère" (Jac 1.19).

2. Soyez lent à parler. Réfléchissez d'abord. Parlez de telle façon que votre conjoint comprenne bien ce que vous voulez dire.

" Le cœur du juste médite pour répondre, mais la bouche des méchants répand de la méchanceté (Pr 15.28)."Si tu vois un homme irréfléchi dans ses paroles, il y a plus à espérer d'un insensé que de lui (Pr 29.20).

3. Dites toujours la vérité, mais dans l'amour. N'exagérerez en rien.

" C'est pourquoi, renoncez au mensonge, et que chacun de vous parle selon la vérité à son prochain; car nous sommes membres les uns des autres (Eph 4.25). "Ne mentez pas les uns aux autres, vous étant dépouillés du vieil homme et de ses œuvres" (Col 3.9).

4. N'utilisez pas le silence pour frustrer votre conjoint. Expliquez-lui la raison de votre hésitation momentanée.

" Autrefois vous étiez ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de lumière! Car le fruit de la lumière consiste en toute sorte de bonté, de justice et de vérité. Examinez ce qui est agréable au Seigneur" (Eph 5.5-8).

5. Ne vous querellez point; n'oubliez pas qu'il est possible d'avoir un avis différent sans pour autant devoir se disputer.

" Commencer une querelle, c'est ouvrir une digue; avant que la dispute s'anime, retire-toi" (Pr 17.14).
" C'est une gloire pour l'homme de s'abstenir des querelles, mais tout insensé se livre à l'emportement" (Pr 20.3).

6. Soyez aimable dans vos réponses. Ne répliquez pas avec colère.

" Celui qui est lent à la colère a une grande intelligence, mais celui qui est prompt à s'emporter proclame sa folie" (Pr 14.29). "Une réponse douce calme la fureur. Mais une parole dure excite la colère" (Pr 15.1).

7. Sachez reconnaître vos torts et demander pardon.

" Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris" (Jac 5.16). "Supportez- vous les uns les autres, et, si l'un a sujet de se plaindre de l'autres, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez vous aussi" (Col 3.13).

8. Cessez de harceler votre conjoint de doléances. Evitez de l'agacer continuellement.

" Celui qui parle beaucoup ne manque pas de pécher, mais celui qui retient ses lèvres est un hommes prudent" (Pr 10.19). "Celui qui couvre une faute cherche l'amour, et celui qui la rappelle dans ses discours divise les amis" (Pr 17.9).

9. Ne critiquez pas votre conjoint et ne le blâmez pas, mais cherchez plutôt à l'encourager et à l'édifier.

" Ne rendez à personne le mal pour le mal. Recherchez ce qui est bien devant tous les hommes" (Rom 12.17). "Ne rendez point mal pour mal, ou injure pour injure; bénissez, au contraire, car c'est à cela que vous avez été appelés, afin d'hériter la bénédiction" (1 Pi 3.9).

10. Cherchez à comprendre, avant d'être compris. Soyez tolérant et prenez sincèrement à cœur les intérêts de votre conjoint.

" Ayant un même sentiment, un même amour, une même âme, une même pensée. Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l'humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes. Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres. Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ" (Phil 2.2-5).
" Marchez d'une manière digne de la vocation qui vous a été adressée, en toute humilité et douceur, avec patience, vous supportant les uns les autres avec charité, vous efforçant de conserver l'unité de l'esprit par le lien de la paix" (Eph 4.1-3).

1 Extrait avec autorisation du livre MARIES ET HEUREUX de Samuel et Dorothée HATZAKORTZIAN, pages 98 - 101, Editions Compassion FR-73190 Saint-Baldoph, e-mail: ass.compassion@wanadoo.fr ; site web: www.compassion-France.com . Nous recommandons ce livre.

Lien : http://www.promesses.org/arts/144p23f.html

 

Voir les commentaires
1 2 > >>