QUE TOUS SOIENT UN - Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

QUE TOUS SOIENT UN

10 Février 2012 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

                                                                                QUE TOUS SOIENT UN

 

Introduction :

 

Dans une intense prière selon Jean 17 qui servait à la fois de son rapport de mission, le Seigneur Jésus pendant plusieurs heures à genoux sans doute, à élevé sa voix vers le Père avec insistance sur trois sujets capitaux à savoir :

-      Jésus prie pour lui-même

-      Jésus prie pour ses disciples

-      Jésus prie pour ceux qui croiront en Lui éventuellement par la prédication de ses disciples

Dans le troisième volet de cette prière donc l’écho devant Dieu à ce jour reste inchangé, il convient de croire que plus que par le passé, le besoin est présent.

L’Eglise de Jésus Christ en effet est passé par des tribulations, persécutions, attaques diversifiées au cours des siècles allant de ses membres aux puissances des ténèbres en passant par les adversaires assis sur le fondement de diverses idéologies tant philosophiques qu’humanistes. Mais nous qui somme parvenus à la fin des temps, divers signes irréfutables à nos yeux manifestés, somme-nous enfin conscient de la nécessité de l’unité dans son sens que voulu par le Seigneur avant son départ ?

 

Que tous soient un :

La Bible du Semeur reprend ces lignes sacrées en ces termes :

 

‘‘Ce n’est pas seulement pour eux que je prie : c’est aussi pour ceux qui croiront en moi grâce à leur témoignage. Je te demande qu’ils soient tous un. Comme toi, Père, tu es en moi et comme moi je suis en toi, qu’ils soient un en nous pour que le monde croie que c’est toi qui m’as envoyé. Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un, comme toi et moi nous sommes un, moi en eux et toi en moi. Qu’ils soient parfaitement un et qu’ainsi le monde puisse reconnaître que c’est toi qui m’as envoyé et que tu les aimes comme tu m’aime.

Père, mon désir est que ceux que tu m’as donnés soient avec moi là où je serai et qu’ils contemplent ma gloire, celle que tu m’as donnée, parce que tu m’as aimé avant la création du monde.

Père, toi qui es juste, le monde ne t’a point connu, mais moi je t’ai connu, et ceux-ci ont compris que c’est toi qui m’as envoyé. Je t’ai fait connaître à eux et je continuerai à te faire connaître, pour que l’amour que tu m’as témoigné soit en eux et que moi-même je sois en eux’’ (Jean 17.20-26).

 

Le croyant attentif peut facilement découvrir à travers requête du Seigneur, l’intimité du cœur de Jésus à l’égard du Père céleste et à l’égard des siens. Loin du caractère très personnel de cette prière qui traduit aussi un exemple frappant d’intercession divine du Seigneur Jésus, nous pouvons facilement de Jean 17 ressortir sept requêtes particulières :

  1. Que le Fils soit glorifié parmi les hommes, afin qu’il glorifie le Père à son tour (Jn 17.1 ; Phil 2.9-11)
  2. Que le Père lui rende la gloire éternelle qui est la sienne depuis toujours (Jean 17.5)
  3. Que les croyants soient protégés des attaques du monde et du malin (Jean 17.11,15)
  4. Que les croyants soient sanctifiés par sa Parole (Jean 17.17)
  5. Que l’unité spirituelle des croyants soit une réalité comme celle qui existe entre le Père et le Fils (Jean 17.21-23)
  6. Que le monde croie en voyant le Père et le Fils en nous (Jean 17.21)
  7. Que les croyants soient avec Lui au ciel et partage sa gloire (Jean 17.24) 

La preuve de l’amour de Christ pour ceux que le Père lui a donnés :

  1. Il donne la vie éternelle évidemment en mourant à leur place pour que sa justice leur soit imputée (Jean 17)
  2. Il leur a révélé le Père et les a introduit dans la sainte présence du Dieu Très Haut (Jean 6.26 ; 20.17)
  3. Il leur a donné les paroles du Père (Jean 17.8,14)
  4. Il leur a donné la parfaite joie qui vient du salut (Jean 17.13)
  5. Il leur a donné sa propre gloire (Jean 17.22) 

Il devient donc facile de comprendre une chose très importante :

  1. Nous croyants, lui avons été donné par le Père (Jean 17.2,6a,6b,9,12,24)
  2. Jésus est le don de l’amour de Dieu au monde (Jean 3.16)
  3. Nous croyants sommes le don de l’amour du Père à Jésus Christ
  4. Jésus Christ nous confie au Père afin que nous soyons gardés et protégés
  5. Notre sécurité dépend non de nous ou des circonstances, mais de la fidélité du Père à l’égard du Fils 

Le livre des Actes est une preuve irréfutable que les premiers disciples ayant compris l’importance et l’impact de l’unité ont bénéficié de la présence de Dieu (sa gloire) pour faire la démonstration de la souveraineté de Jésus dans les vies l’humaines (3000 conversions dans Actes 2.41), sur les esprits impurs (guérisons diverses) et les circonstances (délivrance de Pierre).

Le secret de cette réussite résidait dans l’unité des cœurs (Actes 4.32 ; Phil 2.2-7).

Plus que jamais, l’unité s’impose et l’orgueil dans sa large composante est la cause première de la division dans le corps de Christ qui est l’Eglise.

 

La jalousie, péché très proche de l'orgueil est un grand ennemi de l’unité. Le jaloux craint et suspecte ses rivaux. Moïse a lui aussi, été tenté par ce péché (Nbres 11.28-29). La jalousie et l'envie ne trouvant pas de place dans le cœur de quelqu'un qui parle avec Dieu, Moïse qui savait laisser ses préoccupations entre les mains de Dieu a répliqué à Josué : "es-tu jaloux pour moi ? Puisse tout le peuple de Dieu être composé de prophètes".

Le serviteur de Dieu dont la seule préoccupation est de glorifier Dieu ne s'inquiète pas pour son propre compte, son prestige ou ses privilèges personnels. Il connaît laisser tout entre les mains de Dieu.

 

L’humilité est le chemin de la libération de l’orgueil :

‘‘Quand je fermerai le ciel et qu'il n'y aura point de pluie, quand j'ordonnerai aux sauterelles de consumer le pays, quand j'enverrai la peste parmi mon peuple; si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s'humilie, prie, et cherche ma face, et s'il se détourne de ses mauvaises voies, je l'exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays ’’ (2 Chron 7.14)

 

Cherchons l’unité au-delà de nos conflits :

 

Le grand obstacle de tout temps (résultat de l’orgueil), à l’unité du Corps de Christ est la manière de nous étiqueter les uns les autres, nous jugeant par tous les mots démoniaques. La Bible dit pourtant : ‘‘Nous tous donc qui sommes parfaits, ayons cette même pensée; et si vous êtes en quelque point d'un autre avis, Dieu vous éclairera aussi là-dessus. Seulement, au point où nous sommes parvenus, marchons d'un même pas’’ (Phil 3.15-16).

 

Le conflit de personnalité est à l’origine de tout le problème et symbolise non seulement une immaturité spirituelle, mais caractérise encore la nature charnelle et l’incompréhension des vies du Saint-Esprit dans la marche prophétique de l’église, Corps de Christ. Ce genre de conflit est principalement axé sur quatre raisons qui ne trouvent leur existence qu’en Satan : 

  1. Des droits auxquels on n’a pas renoncé et qu’on estime violés :

Les réactions sont très mitigées à notre époque. Les réactions sont plus caractérisées par l’amertume, la colère, la rancœur, l’attitude critique et souvent destructive qui intoxique et engendre des gangrènes qui finissent par détruire un grand nombre pourtant il est bien écrit : ‘‘Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu; à ce qu'aucune racine d'amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n'en soient infectés; à ce qu'il n'y ait ni impudique, ni profane comme Ésaü, qui pour un mets vendit son droit d'aînesse. Vous savez que, plus tard, voulant obtenir la bénédiction, il fut rejeté, quoiqu'il la sollicitât avec larmes; car son repentir ne put avoir aucun effet ’’ (Hébreux 12. Ce qui intéresse le Seigneur comme nous dit Floyd McClung dans ‘‘Mosaïque’’, ce n’est pas de savoir celui qui a tort ou qui a raison, mais comment nous allons répondre, réagir ? Si face à une attaque, une critique ou autre, nous réagissons par la douceur, la douceur, la patience, la miséricorde, la tendresse conformément au fruit de l’Esprit, nous avons répondu de la meilleure manière.

Ce ne sont pas les problèmes qui font obstacles à la vie chrétienne, mais la manière de gérer ces problèmes. 

  1. 2.   Le manque de pardon

La désunion parmi les frères en Christ vient moins d’un désaccord que d’un manque de pardon. Si nous savons pardonner, si nous savons réagir par l’amour, il n’y aura pas de conflit, mais plutôt une épreuve, une tentation visant à affermir notre foi. A travers ces épreuves, Dieu veut nous apprendre à nous laisser façonner par lui pour être davantage rempli d’amour.

‘‘Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous d'entrailles de miséricorde, de bonté, d'humilité, de douceur, de patience. Supportez-vous les uns les autres, et, si l'un a sujet de se plaindre de l'autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi ’’ (Col 3.12-13) 

  1. 3.   Le manque de loyauté et d’engagement

On manque de loyauté dans les principes sacrés du leadership, faisant opposition à la vison du leader, s’attribuant des titres et ministère que le Saint-Esprit ignore. On manque de la loyauté envers des personnes quand elles ont des problèmes et sont vraiment dans le  besoin. A ce moment où notre présence se veut constructive à côté d’eux, nous devenons pour eux ce que furent les amis de Job pendant son épreuve. Lorsque nous constatons un problème dans la vie d’un autre frère, nous devenons là l’instrument du choix de Dieu pour être la personne ressource et non un agent de destruction du malin.

Accepter loyalement une personne, c’est rester à ses côtés quand elle a des problèmes. Nous pouvons aimer facilement des gens qui nous aiment, mais c’est difficile d’aimer quelqu’un qui n’est pas aimable, et c’est là l’épreuve de notre loyauté envers lui et envers le Seigneur qui a dit : ‘‘Vous avez appris qu'il a été dit: Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous? Les publicains aussi n'agissent-ils pas de même? Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d'extraordinaire? Les païens aussi n'agissent-ils pas de même? Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait ’’ Mt 5.43-48).L-unite.jpg 

  1. Les problèmes doctrinaux

Il y a tant de conflit à propos de la doctrine et de la foi ! Les gens s’intéressent à la perfection doctrinale. Dieu quant à lui s’intéresse à la perfection des cœurs. La doctrine fondamentale de base de la vie chrétienne est plus que jamais controversée. Bien des déclarations de fois disent qui est le Père, qui est le Fils, qui est l’Esprit, ce qu’est la Bible… Je n’ai pas vu des gens argumenter sur l’humanité. L’insistance sur l’humilité dans le Corps de Christ est un impératif. Les arguments théologiques sont souvent concentrés sur de faux domaines. Il convient vraiment de commencer par notre cœur : Si par contre notre cœur se met en ordre devant le Seigneur, l est certain que notre doctrine se réglera d’elle-même. L’Esprit du Seigneur Jésus nous conduira alors dans la vérité toute entière. Plusieurs raisons existent aux conflits doctrinaux mais le principal est l’orgueil. Au fond, nous n’avons pas vraiment cru la vérité qui produit l’humilité. Croire quelque chose avec notre tête, ce n’est pas la foi chrétienne. La chrétienne authentique, c’est-à-dire biblique ne sépare pas la tête du cœur et produit toujours l’obéissance. Ainsi, quand les gens disent : je crois au Père, au Fils et au Saint-Esprit, s’il le croit d’une manière biblique, cela le conduira au pied de la croix, à une marche humble avec le Seigneur.

L’orthodoxie de notre vérité se mesure par l’amour que nous aurons pour les autres chrétiens. Dans quelle mesure devenons-nous humbles ? Voilà l’étalon de mesure de Dieu. On se divise souvent sur des points de doctrine, mais Jésus ne renvoie jamais quelqu’un sur cette base là. Quand la prostituée s’est trouvée devant le Seigneur Jésus, il ne lui a pas demandé : crois-tu que je suis le Messie ? Que j’accomplis toutes les prophéties ? Crois-tu que l’Ancien Testament est la Parole inspirée de Dieu ? Il a simplement répondu à son cœur. Quand le cœur est droit, il conduit l’homme à la vérité. Nous pouvons recevoir un bon enseignement, nous pouvons étudier toute la Bible, mais Dieu veut une réponse du cœur. Et si vraiment nous croyons à la vérité, elle nous conduira à l’humilité.

Saint Augustin a dit : ‘‘dans les choses essentielles, l’unité ; dans les choses secondaires, liberté ; et en toute chose charité’’.

 

-          Ayons un esprit enseignable et ne croyons pas trop vite tout savoir sans avoir besoin des autres dans le Corps de Christ.

-          Sachons souligner ce qui nous est commun au lieu de nous arrêter surtout aux différences.

-          Ne manquons plus terriblement de sagesse : nous découvrons quelque chose, nous emballons facilement, nous recroquevillons sur nous-mêmes, revenons chez nous pour enseigner cela à nos proches. Cela les fait fuir !

-          Considérons le contexte socioculturel :

  1. Ce facteur est capital pour l’unité. Chaque région a sa culture qui ne peut transcender la vérité fondamentale. En Ecosse ou en Malaisie, les hommes s’habillent soit en jupe soit en culotte. Si nous y allions pour que notre message passe, nous serons amenés à agir comme Paul afin de récolter vraiment du fruit pour Christ :

‘‘Quelle est donc ma récompense? C'est d'offrir gratuitement l’Evangile que j'annonce, sans user de mon droit de prédicateur de l’Evangile. Car, bien que je sois libre à l'égard de tous, je me suis rendu le serviteur de tous, afin de gagner le plus grand nombre. Avec les Juifs, j'ai été comme Juif, afin de gagner les Juifs; avec ceux qui sont sous la loi, comme sous la loi (quoique je ne sois pas moi-même sous la loi), afin de gagner ceux qui sont sous la loi; avec ceux qui sont sans loi, comme sans loi (quoique je ne sois point sans la loi de Dieu, étant sous la loi de Christ), afin de gagner ceux qui sont sans loi. J'ai été faible avec les faibles, afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous, afin d'en sauver de toute manière quelques-uns. Je fais tout à cause de l’Evangile, afin d'y avoir part. Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans le stade courent tous, mais qu'un seul remporte le prix? Courez de manière à le remporter. Tous ceux qui combattent s'imposent toute espèce d'abstinences, et ils le font pour obtenir une couronne corruptible; mais nous, faisons-le pour une couronne incorruptible. Moi donc, je cours, non pas comme à l'aventure; je frappe, non pas comme battant l'air. Mais je traite durement mon corps et je le tiens assujetti, de peur d'être moi-même rejeté, après avoir prêché aux autres’’ (1 Cor 9.15-27).

Conclusion :

Revenons à l’Eternel de tout notre cœur et reconsidérons nos voies pour nous tenir sur les anciens sentiers, alors Dieu sera avec nous.

Dr André CHOUBEU

Tél. (237) 77 75 71 60 / 99 58 65 05

Partager cet article

Commenter cet article