LA COMPLEMENTARITE DES CINQ MINISTERES BIBLIQUES - Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

LA COMPLEMENTARITE DES CINQ MINISTERES BIBLIQUES

5 Novembre 2013 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

LA COMPLEMENTARITE DES CINQ MINISTERES BIBLIQUES

LA COMPLEMENTARITE DES CINQ MINISTERES BIBLIQUES

Introduction :

De plus en plus, nous assistons à une tragédie des siècles par l’effondrement des valeurs morales. Ce fait indéniable est dû à la falsification des Saintes Ecritures au profit d’une interprétation plus libérale de la Parole de Dieu. Cette Théologie libérale comme on l’appelle s’efforce tant bien que mal à concilier le monde avec l’Eglise sur un terrain subtilement neutre diront les géants de ce principe afin de trouver un terrain d’entente entre les extrémiste entendons intégriste et les modérés. Cela permettra diront-ils de voir tout le monde s’allier à la foi. Mais la foi de foi, de qui et en qui. De toute façon, le mot croire dans ses fondements originaux diffère les expressions « croire en Dieu et croire Dieu ». Croire en Dieu veut simplement traduire l’implémentation de son adhésion intellectuelle en Dieu par la reconnaissance de son existence. Jacques 2.19 ne dira-t-il pas que nous croyons qu’il existe un seul Dieu, nous faisons bien, mais que le diable croyait aussi et il tremblait ? Croire Dieu signifie au contraire reconnaître sa Parole pour vraie et s’unir à elle non pour accepter sa véracité, mais pour se soumettre désormais à elle. Il est dit que la Parole de Dieu a été faite chair et elle a habité parmi nous. Se soumettre à la Parole de Dieu et la laisser se manifester dans notre vie, fera que le vieil homme soit crucifié et Cette Parole manifestera la nature de Christ en nous. Malheureusement, cet objectif n’est pas souvent atteint par tous à cause de l’inefficacité de la communion des cinq ministères établis : « Et il a donné les uns comme Apôtres, les autres comme Prophètes, les autres comme Evangélistes, les autres comme Pasteurs et docteurs » (Ephésiens 4.11).

La priorité, le rôle de chaque ministère :

Les ministères dans la pensée de Dieu sont complémentaires et non jamais ni suffisants en eux-mêmes, encore moins isolés. La force de l'Eglise Primitive demeurait dans la compréhension de cette pensée divine. C'est ainsi que qu'il est simple de savoir :

  1. le pouce désigne l'Apôtre. Dans les fonctions du perfectionnement du Corps de Christ qui est l’Eglise, il peut facilement exercer les quatre autres ministères en l’absence de ceux-ci. Il est facile au pouce de toucher les quatre autres doigts sans difficulté. Il détient le plan de l’œuvre qui lui a été confié. Il porte la vision reçu de Dieu (Hébreux 8.5). Dans l’œuvre qu’il dirige, il peut facilement coordonner sans difficulté à cause de ce que Dieu lui a donné le plan de construction. Il sait qui convient où et a l’habileté de corriger afin de maintenir le standard divin selon la vision reçue d’en haut. Il est comparé au chef chantier, le Saint-Esprit étant l’Architecte divin qui veille pour que tout soit conforme au modèle céleste. L’Apôtre en sa qualité de Chef Chantier de la construction de l’édifice qui est la maison de Dieu, distribue les tâches et veille pour s’assurer que chacun accomplit sa tâche en conformité avec le plan qu’il détient du Saint-Esprit. Il lui revient de blâmer, imposer la discipline, l’ordre pour que les objectifs divins soient atteint selon le standard céleste. De même le pouce bien que faisant partie des cinq doigts, le pouce est légèrement indépendant par rapport aux auprès quatre doigts qui sont collés directement les uns sur les autres. Avec l’index et l’auriculaire, le pouce constituent les points d’appui d’un objet que l’on tient en main. L’Apôtre est parfois intransigeant et incompris parce qu’il voit seul le modèle qui lui est demandé. C’est de là que vient la chute de plusieurs qui loin de reconnaître et se soumettre à la souveraineté de Dieu dans son choix, s’égarent pour être rejeté à la fin. Il ya l’éthique dans le ministère.
  2. l’index désigne le Prophète. Ce doigt a la particularité d’indexer, de menacer, d’apostropher, de d’indiquer une direction. Le Prophète est comme le géomètre qui plante les jalons, mesure le tracée de la route pour permettre au bulldozer de créer la route ou le passage. Le Prophète en effet devait voir dans la vision du Très Haut pour indiquer au peuple de Dieu la vraie voie.
  3. le majeur représente l’Evangéliste. Il est semblable au bulldozer qui écrase tout sur son passage, renversant les baobabs (gros arbres) qui en tombant écrasent les petits arbres. Tout pour lui, c’est de tout faire tomber, même avec force, exerçant la puissance nécessaire pour que le chemin soit créé. Si opéré quelqu’un pour mettre Jésus dans le cœur du pécheur était possible, l’Evangéliste le ferait sans hésitation et avec la plus grande satisfaction. Pour l’Evangéliste, le péché est partout ; tout péché doit être sévèrement sanctionné parce que le ciel est pur et tout homme doit être pur maintenant. Le processus de croissance normale dans la vie chrétienne lui est inconnu. Si un vrai Evangéliste fait longtemps dans une église locale qu’il a créé, il dispersera les âmes par sa violence. Pour l’Evangéliste, tout doit être pureté absolue ou rien.

4 l’annulaire représente le Pasteur. Le doigt qui symbolise le Pasteur est celui sur lequel on met l’alliance lors de la bénédiction nuptial. Il est l’artisan qui œuvre avec Dieu pour établir une alliance entre le croyant et Dieu par le moyen de l’enseignement des Ecritures. Il est appelé berger parce que son aptitude par la grâce qui est attaché à son ministère lui permet de supporter, d’être patient, doux pour conduite le troupeau. Le mot Pasteur tire son origine de pâtre. Le pâtre estun homme qui garde et prend soin de son troupeau. De ce mot est né paître qui signifie entre autre conduire, guider, prendre soin, nourrir, éduquer, soigner, équiper, garder, protéger, etc. Voilà le Pasteur qui au quotidien veille étroitement sur son troupeau avec l’attitude que décrit l’Apôtre Paul en ces termes : « souvent dans les veilles, dans la faim et la soif ; souvent dans les jeûnes, dans le froid et le dénuement. Sans parler du reste, ma préoccupation quotidienne, l’inquiétude au sujet de (l’église) toutes les Eglises ! Qui est faible sans que je sois faible ? De qui cause–t–on la chute, sans que moi–même je brûle ? S’il faut faire le fier, c’est de ma faiblesse que je ferai ma fierté » (2 Cor 11.27-30).

Le Pasteur est comme la niveleuse qui vient dégager les troncs, les branches et tout ce que le bulldozer en passant a broyé pour faciliter le passage de la route. Après avoir donc dégagé la voie telle que tracée, il nivelle et trace les rigoles pour permettre à l’eau de couler aisément sans laisser la route boueuse. Toutefois, la garantie d’une route non boueuse n’est effective. C’est pourquoi le Docteur interviendra.

5. l’auriculaire représente le Docteur (Enseignant). Il est le dernier des cinq doigts de la main non parce ce que son ministère est le plus petit. Loin de-là, au contraire, voici ce qui est écrit à propos de l’importance des ministères dans l’église locale : « Or Dieu a placé dans l’Eglise premièrement des Apôtres, deuxièmement des Prophètes, troisièmement des maîtres ; ensuite il y a des miracles, ensuite des dons de guérison, des aptitudes à secourir, à gouverner, diverses langues » (1 Cor 12.28). Le Docteur est comparé à un compacteur qui dame la route, compacte la terre pour qu’après, le bitume y soit versée afin d’assurer une circulation sur une voie assurée et précise qui conduit à une destination certaine.

L’auriculaire a la particularité de nettoyer l’oreille pour facilite une bonne compréhension. Une expérience a permis de comprendre que l’usage de l’auriculaire dans la saisie d’objets est incontournable. Si on veut s’abstenir de son service, l’objet que l’on tient ne pourra pas être employé efficacement et par conséquent, on échouera dans ce qu’on voulait faire ou on le fera mal.

Cette précision permet de comprendre que la complémentarité dans les cinq ministères. Selon le plan divin, les cinq Ministère existent« pour le perfectionnement des saints en vue de l’œuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ, jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ, afin que nous ne soyons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction, mais que, professant la vérité dans la charité, nous croissions à tous égards en celui qui est le chef, Christ » (Eph 4.11-15).

L’une des particularités de la force de l’Eglise Primitive demeurait dans la compréhension des cinq ministères entre eux. La fragilité de nos églises locales de nos jours demeure dans le manque de collaboration des cinq ministères. Il suffit aujourd’hui qu’un Evangéliste commence une œuvre pour Dieu et devient tout à la fois. Son église sera forte dans l’évangélisation et faible dans tous les autres domaines qui sont qualifiés par les quatre autres ministères. On entendra d’ailleurs dire et c’est très fréquent : « Mon leader est Révérend Apôtre, Prophète, Evangéliste, Pasteur, Docteur ». Quelle utopie !

Mes frères, revenons sur la base des Saintes Ecritures pour bâtir sur le modèle divin qui est Jésus Christ et selon les principes du Saint-Esprit. Si nous n’agissons pas ainsi, nous travaillerons pour le feu selon qu’il est écrit :

« Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ. Or, si quelqu’un bâtit sur ce fondement avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l’œuvre de chacun sera manifestée; car le jour la fera connaître, parce qu’elle se révèlera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu’est l’œuvre de chacun. Si l’œuvre bâtie par quelqu’un sur le fondement subsiste, il recevra une récompense. Si l’œuvre de quelqu’un est consumée, il perdra sa récompense; pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu»(Cor 3.1-15).

COMPRENDRE LA CLASSIFICATION DE CHAQUE MINISTERE

Une approche ignorante fera croire que les cinq ministères sont classés par simple hasard. Notons très bien que les choses de Dieu sont toujours faites de très haute précision en tenant compte du lieu, de la nation, du contexte, de l’époque, des chiffre et que sais-je encore ? C’est ainsi que nous comprendrons par les lignes qui suivent, le message que Dieu véhicule par le positionnement de chaque ministère par rapport aux cinq doigts de la main dans le sens ascendant et descendant :

  1. Sens descendant :

Pour bien saisir le but et le fonctionnement des ministères, nous devons retenir que toute tentative pour atteindre ou servir Dieu avait de tout temps été un échec cuisant pour l’homme. Le livre de Romains retrace avec précision le mécanisme ou le processus qui a conduit à la juste selon Dieu, clôturant de son chapitre 12 à 16 par l’application de la justice au sens de la prescription et perception divine. Ainsi, dans le sens descendant, Dieu vient vers nous exerçant ministère pour nous donner un exemple du modèle céleste. Il deviendra aisé par-là de saisir le sens du nom de Jésus, Emmanuel qui signifie ‘‘Dieu avec nous’’ ou simplement, ‘‘Dieu parmi nous’’. Ainsi, chaque ministère dans son positionnement divin signifie :

  1. Le pouce ou Apôtre désigne Christ, l’Envoyé de Dieu vers nous selon qu’il est écrit : ‘‘ Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, de ce qu’il a visité et racheté son peuple, et nous a suscité un puissant Sauveur dans la maison de David, son serviteur, comme il l’avait annoncé par la bouche de ses saints prophètes des temps anciens, un Sauveur qui nous délivre de nos ennemis et de la main de tous ceux qui nous haïssent ! C’est ainsi qu’il manifeste sa miséricorde envers nos pères, et se souvient de sa sainte alliance, selon le serment par lequel il avait juré à Abraham, notre père, de nous permettre, après que nous serions délivrés de la main de nos ennemis, de le servir sans crainte, en marchant devant lui dans la sainteté et dans la justice tous les jours de notre vie’’ (Luc 1.68-75).
  2. l’index qui désigne le Prophète, est Christ, le Messager de Dieu pour nous afin que s’accomplisse ce qui est écrit : ‘‘afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation, dans sa connaissance, et qu’il illumine les yeux de votre cœur, pour que vous sachiez quelle est l’espérance qui s’attache à son appel, quelle est la richesse de la gloire de son héritage qu’il réserve aux saints, et quelle est envers nous qui croyons l’infinie grandeur de sa puissance, se manifestant avec efficacité par la vertu de sa force’’ (Ephésiens 1.17-19).
  3. le majeur représente l’Evangéliste, Christ venu dans le monde pour ce message de l’Ecriture : ‘‘L’Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres ; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés, pour publier une année de grâce du Seigneur. Ensuite, il roula le livre, le remit au serviteur, et s’assit. Tous ceux qui se trouvaient dans la synagogue avaient les regards fixés sur lui. Alors il commença à leur dire : Aujourd’hui cette parole de l’Ecriture, que vous venez d’entendre, est accomplie. Et tous lui rendaient témoignage ; ils étaient étonnés des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche, et ils disaient : N’est-ce pas le fils de Joseph ?’’ (Luc 4.18-22).

4. l’annulaire représente le Pasteur qui n’est autre que Christ car il est écrit de lui : ‘‘Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis. Je suis le bon berger. Je connais mes brebis, et elles me connaissent, comme le Père me connaît et comme je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis. J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie ; celles-là, il faut que je les amène ; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger’’ (Jean 10.11,14-16).

5. l’auriculaire représente le Docteur (Enseignant). Au cours de son ministère terrestre, son ministère d’Enseignant spécialement oint a fait ses preuves et obtenu de grands témoignages, même de ses ennemis : ‘‘Il descendit à Capernaüm, ville de la Galilée ; et il enseignait, le jour du sabbat. On était frappé de sa doctrine ; car il parlait avec autorité. Il se trouva dans la synagogue un homme qui avait un esprit de démon impur, et qui s’écria d’une voix forte : Ah ! Qu’y a-t-il entre nous et toi, Jésus de Nazareth ? Tu es venu pour nous perdre. Je sais qui tu es : le Saint de Dieu. Jésus le menaça, disant: Tais-toi, et sors de cet homme. Et le démon le jeta au milieu de l’assemblée, et sortit de lui, sans lui faire aucun mal. Tous furent saisis de stupeur, et ils se disaient les uns aux autres : Quelle est cette parole ? Il commande avec autorité et puissance aux esprits impurs, et ils sortent ! Et sa renommée se répandit dans tous les lieux d’alentour’’ (Luc 4.31-37).

Tout ceci nous atteste fort bien que Jésus est l’auteur des cinq ministères qu’il a lui-même exercé selon la prescience du Père. Pour assurer la continuité de ce qu’il a commencé et ainsi pérenniser son œuvre, il continue bien qu’étant au ciel à exercer au travers de chaque ministère don, le perfectionnement des saints en vue d’une Eglise irréprochable, sans tâche ni ride qu’il viendra bientôt chercher.

Cette première approche retrace le chemin du Tabernacle duquel Dieu quitte le lieu Très Saint pour se manifester aux hommes, montrant son amour, accomplissant tout ce qui était requis par la loi en vue du salut. Ainsi en chair, il ira au parvis extérieur prendre le pécheur pour ensuite le ramener vers lui, dans le lieu Très Saint, en sa Sainte présence selon le processus ci-après, en utilisant les hommes qu’il a souverainement choisis :

  1. Sens ascendant :
  1. l’auriculaire représente le Docteur (Enseignant).Lorsque le pécheur se convertit, le Docteur lui enseigne avec précision la voie du salut et les principes de Dieu qui régissent la nouvelle vie en Christ. Lorsque ce fondement est posé selon les Écritures, le nouveau converti qui sort de l’Ecole de fondement est remis au soin du Pasteur.
  2. l’annulaire représente le Pasteur qui avec ses vertus de berger, encadrera ce nouveau venu dans le royaume. Il veillera sur lui, lui montrant comment vivre dans cette nouvelle famille en harmonie avec Dieu, avec les autres membres de famille qu’il a trouvé aussi bien que ceux qui viendront après. Le Pasteur pour ce faire, soigne ses plaies, panse ses blessures et le façonne pour passer du stade de l’enfant à fils. Il est formé dans la prière, la communion fraternelle, la vie communautaire et les principes de la vie dans le royaume dont il est devenu fils, faisant partie intégrante des membres de la famille de Dieu. Devenu fils, il sent la nécessité d’accomplir la volonté de Dieu pour l’accroissement de la famille. Il passe alors entre les mains de l’Evangéliste.
  3. le majeur représente l’Evangéliste qui passe dans l’église locale et forme ce fils dans la conquête des âmes perdues, le combat spirituel, la guerre défensive et offensive contre le royaume des ténèbres. Par ce ministère, le fils ressent la douleur du cœur de Dieu pour les perdus et s’y investi sans réserve, sachant qu’il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir et que le salut d’un seul pécheur réjouit tout le ciel. La passion pour les choses du royaume devenant sa raison d’être, il est peut maintenant recevoir du Prochaine pour sa croissance vers la maturité spirituelle.
  4. l’index désigne le Prophète qui de messager de Dieu qu’il est peut transmettre la connaissance de la révélation divine au nouveau fils du royaume. Cette connexion lui apprendra non plus à rester dépendant des rudiments, mais à être éveillé dans son homme intérieur et voir dans la vision de Dieu pour accomplir les œuvres agréables, comprenant que la dispensation de Dieu pour un homme, une famille, une tribu, un peuple, une nation ou un continent fait l’objet de la prescience divine et il faut s’y atteler pour rester dans l’intimité avec Dieu. On peut aisément pour cette circonstance lire Nombres 24.4 : Parole de celui qui entend les paroles de Dieu, de celui qui voit la vision du Tout-Puissant, de celui qui se prosterne et dont les yeux s’ouvrent.

Nombres 24.16 : Parole de celui qui entend les paroles de Dieu, de celui qui connaît les desseins du Très-Haut, de celui qui voit la vision du Tout-Puissant, de celui qui se prosterne et dont les yeux s’ouvrent.

Lorsqu’on a la révélation des choses de Dieu et s’y attache avec fermeté, on n’a plus raison de ne pas être envoyé.

  1. Le pouce désigne l'Apôtre. La réformation apostolique est l’étape du retour à la case départ pour attendre le retour du Christ.

Ce processus montre fort bien que le nouveau converti peut et doit être formé par les cinq ministères dons qui lui passeront le relai pour l’œuvre de Dieu dans l’aspect spécifique de la multiplication comme l’a si bien dit l’Apôtre Paul à son fils Timothée par ces mots profonds dans leur implication et responsabilité : ‘‘Toi donc, mon enfant, fortifie-toi dans la grâce qui est en Jésus-Christ. Et ce que tu as entendu de moi en présence de beaucoup de témoins, confie-le à des hommes fidèles, qui soient capables de l’enseigner aussi à d’autres’’ (2 Tim 2.1-2).Il faut cela pour transmettre la connaissance aux hommes car ‘‘Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice’’ (2 Tim 3.16).

Extrait du livre en correction ‘‘Les cinq Ministères bibliques’’

Dr. André CHOUBEU

Partager cet article

Commenter cet article

Dr. CHOUBEU 06/11/2013 13:19

Sois béni mon bien-aimé
Sois fortifié en Christ

mabehi 05/11/2013 21:54

bonsoir homme de Dieu ,j'aime beaucoup vos enseignements