enseignements - Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

Articles avec #enseignements tag

LA CROIX

28 Octobre 2015 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

LA CROIX

LA CROIX

  1. ORIGINE DE LA CROIX

En dehors d’Israël, la crucifixion était un supplice commun à divers peuples de l’antiquité. Bien avant Jésus-Christ, la croix existait déjà. Pour tous ces peules, existe tout une gamme de croix dont la plus importante est celle qui nous concerne : la Croix de Jésus.

  1. BUT DE LA CROIX

Jusqu'à la mort de Christ, et même après, la croix suscitait l’horreur et le dégoût. Même de nos jours, la croix est un gibet, une potence, faite d’un poteau coupé par une traverse sur laquelle on attachait les criminelles pour les faire mourir. C’était donc une malédiction pour être pendue sur la croix (Col 3.13). Cette malédiction provenait et provient encore de l’inobservation de la loi (Deut 27.26). Tout homme de nature a violé la loi et est d’office voué à la malédiction ; donc méritant la croix. Dieu avait crée l’homme pour vivre en harmonie avec lui et pour sa gloire. Mais, sa chute, provoque une séparation avec lui (Genèse 3.15).

Dieu avait dans son cœur, un système universel qui devait avoir pour chef, Christ, son Fils. Car c’est en Lui qu’ont été créées toutes choses dans les cieux et sur la terre, les invisibles et les visibles ; soit les trônes, les dominations, les autorités et les puissances. Tout a été crée par Lui et pour Lui (Col 1.146-17).

Mais, Satan agissant par la chair de l’homme, a établi à sa place, un système rival que les Ecritures appellent ‘‘ce monde’’ ; le prince de ce monde étant le Diable (Jean 12.31).

La croix a été le moyen dont Dieu s’est servi pour mettre fin aux ‘’choses vieilles’’, mettent de côté notre ‘’vieil homme’’. C’est la première création devenue vielle création qui n’a plus d’intérêt de Dieu, se porte désormais vers une seconde et nouvelle création qu’il édifie en nouveau royaume et en nouveau monde ou rien de l’ancien ne sera transféré. La croix exprime l’œuvre rédemptrice complète, accomplie prophétiquement dans la mort, l’ensevelissement, la résurrection et l’ascension du Seigneur Jésus-Christ (Philippe 2.8-9)

La croix se distingue par la bataille décisive à Golgotha, d’où l’inimité proclamée par Dieu du Jardin d’Eden et son accomplissement : « Je mettrai l’inimité entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité : celle-ci t’écrasera la tête et tu lui blesseras le talon » (Genèse 3.15).

  1. SIGNIFICATION DE LA CROIX POUR DIEU
  1. La bataille décisive de Golgotha

La haine des Pharisiens porta le Christ à la croix. Son exécution fut le plus grand meurtre judiciaire jamais connu de l’histoire du monde. Mais, que fit Dieu ? Il changea cet objecte et diabolique rébellion contre sa personne en expiation pour le salut des rebelles. Il répondit aux coups portés à sa face sacrée par le baiser de l’amour réconciliateur. Ainsi, au même moment, l’action honteuse de la crucifixion devenait par la rédemption, le point tournant de l’histoire humaine et tout le drame de l’histoire universelle. Dès lors, l’ancien était appelé à disparaître au profit du nouveau. Le début de l’histoire de la nouvelle humanité en Christ montrait ses couleurs.

  1. L’importance de la croix

Dans l’histoire du salut, la croix est le plus grand évènement, plus grand même que la résurrection, celle dernière n’étant que la conséquence logique de l’autre, à savoir la croix (Col 2.13-15). La croix était le coup fatal donné à Satan et son système. A la croix, le péché, la justice de la loi, la chair ont montré leur limite. La croix est la victoire et cette victoire était complète en elle –même (Jean 19.30). La résurrection est une suite logique de la victoire du mont Calvaire :

  • La croix est l’évidence suprême de l’amour divin.
  • Pour en faire la démonstration, le Seigneur de toute vie livra à la mort son bien-aimé Fils unique ; le médiateur et l’héritier de la création (Colossiens 1.16 ; Hébreux 1.2-3). Christ le Seigneur mourut sur la croix, lui pour qui sont toutes choses (Hébreux 2.9-11. Jésus, le Fils unique de Dieu meurt, lui le juste, pour nous les injustes (Rom 5.8).
  • La croix est l’évidence suprême de la justice divine.
  • De l’arbre sortit le fruit que mangèrent Adam et Eve, source de la première mort spirituelle, de l’arbre sortit le bois de la croix d’où vint la vie par la mort de Christ.

Pour montrer sa justice (Romains 3.25), le juge du monde n’a pas épargné son propre Fils (Romains 8.32). Dans le passé, avant la croix, exception faite pour quelques jugements divins (Romains 1.18). Dieu n’avait à aucun moment, infligé au péché, une entière punition (Actes 17.39) ; à la longue, la justice semblait être mise en cause parce qu’il avait laissé impunis, les péchés commis auparavant, au temps de sa patience (Romains 3.25). Seule la mort expiatoire du rédempteur démontre la justice irréfutable du juge suprême en ce qu’elle justifie l’attitude divine tout au long de l’histoire passée de l’humanité. Toute la patience passée de Dieu n’avait été possible qu’à cause de la croix en vue (Romains 3.25) ; tout pardon à venir n’est juste qu’à travers un regard rétrospectif vers la croix (Romains 3.26 ; 1Jean 1.9).

Patience passée (Romains 3.25), Jugement présent (Jean 12.31) et Grâce future se rencontrent à la croix (Romains 5.8-9).

La justice de Dieu se révèle dans l’Evangile d’une manière unique (Romains 1.17 ; 2Cor 3.9). Cette justice, Sa justice est à la fois comme attribut divin et comme don céleste émanant de lui et valable à ses yeux (2Corinthiens 5.21) :

  • La croix est le prix d’une nouvelle manifestation de la gloire divine.

Par sa mort expiatoire, il a racheté par son sang, des hommes de toutes tribus, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation. Christ a fait d’eux, un royaume de sacrificateurs par Dieu (Apoc 5.9-10). Les rachetés forment un peuple pour Christ, zélés pour les bonnes œuvres (1Pierre 2.9 ; Tite 2.14). A travers l’Eglise, Jésus démontre l’infinie sagesse variée de Dieu (Ephésiens 3.10-11).

  1. LA SIGNIFICATION DE LA CROIX POUR CHRIST
  1. Relativement à Dieu, par la croix, Christ reconnaît aussi explicitement que possible, l’autorité de Dieu, en ce qu’il se rendit obéissant jusqu’à la mort, même la mort de la croix (Philippe 2.8).
  2. Christ élève la foi à un plus haut degré de perfection en apprenant « l’obéissance par des choses qu’il a souffertes » (Hébreux 5.8-9), de la foi (Hébreux 12.2).
  3. Jésus Christ réalise le plus pleinement le bon plaisir de son Père en ce donnant lui-même comme « une offrande et un sacrifice de bonne odeur » (Ephésiens 5.2)
  4. Christ concrétise le fondement éternel de l’amour du Père pour le Fils « le Père m’aime parce que je donne ma vie » (Jean 10.17).
  5. En ce qui concerne le Christ, personnellement, la croix est le chemin qui émane d’une position d’amour et de puissance à la position de victoire, Lui qui était « dans le sein du Père » (Jean 1.18). Après avoir parcouru le chemin, s’est maintenant « assis à la droite du trône de la Majesté divine » Philippe 2.9 ; Hébreux 2.9 ; 8.1).
  6. C’est aussi le processus d’acquisition de son Eglise : Il fut d’abord seul comme le grain de blé (Jean 12.24) ; à travers la mort, il atteint la glorification et la fécondité. Ainsi, seulement obtient-il la joie qui lui était réservée (Hébreux 12.2). Ainsi peut-il devenir le premier né d’entre plusieurs frères (Romains 8.29), la tête de ses membres (Ephésiens 1.22).

Par ce chemin, il peut être rendu parfait comme « Prince du salut » (Hébreux 2.10) et acquérir « sa plénitude », son corps ; l’Eglise qu’est la plénitude de Celui qui remplit tout en tous (Ephésiens 1.23). En personne, Christ n’a évidemment rien gagné par la croix. Glorifié dans les cieux depuis avant les temps les plus anciens, il n’a maintenant ni plus de divinité, ni plus de gloire qu’il avait en sa qualité de verbe éternel, avant l’incarnation. Il pouvait prier ainsi « Père glorifie-moi auprès de toi-même de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde fut » (Jean 17.5). Cependant, comme rédempteur, et dernier Adam (Romains 5.12 ; 1Cor 15.45). Il a atteint une nouvelle élévation, voir un nom plus glorieux ; celui qui est au dessus de tout nom, auquel tous genoux fléchira dans les cieux et sur la terre (Philippiens 2.9-10).

  1. Dans ses relations avec nous, la croix est la plus merveilleuse expression de l’amour du Fils de Dieu. Christ a aimé l’Eglise et s’est livré lui-même pour elle (Ephésiens 5.25 ; Colossiens 2.20). De la mort de Golgotha, il a fait la source de la vie, répandant son amour rédempteur en réponse à ses oppositions et nos haines. La victoire apparentée de Satan devint ainsi sa défaite la plus définitive et l’apparente défaite de Jésus Christ, devint sa plus décisive victoire.
  1. LA SIGNIFICATION DE LA CROIX POUR NOUS
  1. L’aspect personnel

Pour l’individu, la croix a une double signification ; elle est en premier lieu, le fondement de sa justification, mise en ordre juridique de son passée et la base de sa sanctification, règle morale de son présent telle que le veut son Créateur.

  1. Le fondement de la justification

Nos péchés doivent être tous déposés sur celui qui est notre garant (Esaïe 53.6) ; il les porte pour plusieurs (1Pierre 2.24 ; Hébreux 9.28), afin qu’étant mort en lui aux péchés, ils vivent désormais pour la justice (2Cor 5.21). De même que la destruction de l’homme eut pour cause un fait historiquement unique, la chute (Genèse 3), le relèvement de l’homme doit maintenant s’accomplir par le garant à travers un évènement unique « le seul acte de justice de Golgotha » (Romains 5.18).

La vraie nature du péché pour la créature est de se séparer du Créateur, source de toute vie. Elle va alors au devant de la mort. Péché et propitiation devant correspondre, il faut donc nécessairement que le rédempteur endure cette sentence de mort, afin d’effectuer à travers elle, la restauration de la vie : « Sans effusion de sang, il n’y a pas de pardon » (Hébreux 9.25). C’est par la mort qu’il périt pour ainsi « rendre impuissant celui qui a la puissance de la mort » (Hébreux 2.14). Ainsi, la mort, ce grave ennemi des hommes, (1Cor 15.26) devient l’instrument de leur salut. Ce qui est la conséquence et la punition inévitable du péché devient le moyen de leur rachat (Ephésiens 2.16). La mort du Christ est la mort de la mort. Cela est comparable à l’histoire des serpents brûlants du désert (Nombres 21.6-8 ; Jean 3.14) et de David décapitant Goliath avec l’épée même du géant- (1Samuel 17.51). C’est la logique du salut, vérité inattaquable, fermement enracinée dans le plan divin de la rédemption.

  1. Pour ceux qui sont sauvés, la croix est la base de la sanctification

Christ le Seigneur, mourant sur la croix enfin de nous sauver de la croix. C’est le côté juridique et exclusif de sa mort. C’est Golgotha pourvoyant à la libération du coupable. Mais, en dépit de cela, le Christ y mourut afin que nous puissions mourir avec lui. C’est le côté moral et exclusif de sa mort, l’impératif de Golgotha. Nous sommes « plantés ensembles » avec le crucifié, organiquement associé en « conformité à sa mort » (Romains 6.5).

Nous le suivions portant la croix (Mt 10.38), semblable comme il le fut à des grains de blé qui ne vivent réellement qu’à travers la mort (Jean 10.24-25). Nous avons été « crucifiés avec Christ » (Colossiens 2.20) :

  1. Le monde autour de nous est mort à travers le crucifié. Il est crucifié pour nous par la croix et nous les sommes pour lui (Galates 6.14).
  2. Le monde qui est au-dedans est pareillement cloué avec nous sur la croix. Notre viel homme a été crucifié avec lui afin que le corps du péché fut détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché (Romains 6.6-11).
  3. Le monde au dessous de nous est complètement conquis par la croix «Il a dépouillé les dominations et les autorités et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elle par la croix » (Colossiens 2.15).
  4. Enfin, le monde qui est au dessus de nous, devient pour nous par la croix, grâce et bénédiction. L’acte d’accusation que contenaient ses commandements et qui témoignaient contre tous, est annulé et cloué à la croix (Colossiens 2.14). Le regard de Dieu ne peut s’y arrêter sans s’arrêter en même temps sur la croix. Crucifié avec le Christ, l’acte d’accusation lui aussi est mort, donc rendu impuissant « c’est par la foi que je suis mort à la loi, afin de vivre pour Dieu » (Colossiens 2.19).
  1. L’aspect collectif

C’est ainsi sur le plan de l’humanité dans son ensemble que la croix introduit un ordre complètement nouveau :

  1. Intérieurement, par l’abrogation de la loi.
  2. Extérieurement, par l’admission de toutes les nations au salut.
  3. En général, par le triomphe universel du crucifié.
  4. Le jardin d’Eden supposé initialement être la demeure de tout temps de l’homme, est remplacée par l’éternité en Christ dans la cité céleste
  5. L’arbre du bien et du mal du Jardin d’Eden deviendra au ciel, l’arbre de vie
  1. L’abrogation de la loi :

La croix est l’accomplissement et par là, l’abolition de tous les sacrifices lévitiques (Hébreux 10.10-14) et de la lévitique en général (Hébreux 7.18). Puisque les sacrifices étaient la base de la sacrificature, et que celle-ci était le fondement de la loi (Romains 10.4) et le garant d’une meilleure alliance (Mt 26.28) dont il est le médiateur, afin que « ceux qui ont été appelés reçoivent l’héritage éternel » (Hébreux 9.15-17). La sacrificature lévitique étant abolie avec le « premier tabernacle » (Hébreux 9.8) et le voile au temple étant déchiré (Mt 27.51), le chemin du lieu très saint est maintenant ouvert (Hébreux 10.19-28). Et le peuple de Dieu forme un royaume de prêtres (1Pierre 2.9 ; Apocalypse 1.6).

  1. L’admission de toutes les nations au salut :

La loi en tant que tuteur pour conduire Israël jusqu’au Christ était, jusqu’à la croix, come le signe distinctif de ce peuple de la terre. Les nations étaient « sans loi » (Romains 2.2), étrangères aux alliances de la promesse (Ephésiens 2.12). Une tension existait entre ceux qui était « loin » et ceux qui étaient « près ». Maintenant, Christ est notre paix ayant ôté « le mûr de séparation » par l’accomplissement de la loi, il a fait des deux, un seul homme nouveau. Dans l’Eglise, Dieu est son corps ; Juifs et Gentils, réconciliés avec Dieu, ont accès auprès de lui, d’une même manière, ensemble et dans unmême esprit (Ephésiens 2.13-18).

La mort du Christ était l’accomplissementde la loi, la promesse faite à Abraham peut maintenant se répandre, débordant le cadre de la loi mosaïque, et apporter la bénédiction au-delà d’Israël, à tous les peules de la terre. Le nationalisme du temps de la préparation fait place à une universalisation d’accomplissement (Jean 11.52) : « Et moi, quand j’aurai élevé de la terre, j’attirai tous les hommes à moi » (Jean 12.32).

  1. Le triomphe universel du crucifié : « Maintenant a lieu le jugement de ce monde, maintenant le prince de ce monde est jeté dehors » (Jean 12.13). Par la croix, le mourant triomphant (Apocalypse 5.5-6), à travers elle, il dépouillait de leurs armures les principautés ennemis, anéantissant la puissance de celui qui avait le pouvoir de la mort, le diable (Hébreux 2.14). De là, le cri victorieux : « Tout est à accomplit » (Jean 19.30).

L’expulsion de Satan justifie sa force sur Golgotha (Jean 12.31), poursuit sa réalisation graduellement (Mt 12.29) jusqu’au temps marqué de son plein effet (Apocalypse 20.10). Tout ceci met en relief le sens double que donnent les Ecritures dans l’expression « être élevé » (Jean 13.14 ; 12.32 ; Philippe 2.9). Une étroite relation unie en effet l’élévation sur la croix et l’élévation sur le trône des cieux. Le couronné c’est le Prince crucifié (Philippiens 2.8-11 ; Hébreux 2.9). Le Prince légitime, maintenant couronné, va faire son entrée. C’est pourquoi, l’usurpation ancienne de ce monde doit être jetée dehors.

La croix est le grand « NON » de Dieu, prononcé contre toute manifestation du péché, aussi à la mort du Seigneur, la terre trembla (Mt 27.51-52 ; Luc 23.44-45). La terre ébranlée (Agée 2.6 ; Hébreux 12.26-27). Le soleil couvert de honte (Esaïe 24.23) ; la lune et ses étoiles sans éclats (Apocalypse 20.11), exprimeront sur la base de la croix, leur résurrection. C’est cette réalité qu’annoncent prophétiquement la terre qui tremble et le soleil qui s’obscurcit lors de la mort du Christ à Golgotha.

  1. LA CROIX, PASSAGE DE LA LIBERATION D’ESCLAVAGE

La croix est le passage qui nous libère de l’esclavage de Satan (ou la séparation d’avec lui) et nous introduit dans l’union des croyants avec Christ, en tout ce qu’il a traversé, par sa grâce (Ephésiens 2.5-6). Ainsi, se trouve dépeints les divers aspects de la croix :

  1. Selon Dieu, l’apaisement de sa colère.
  2. Selon Christ, l’obéissance complète au Père et l’amour de ses créatures.
  3. Selon l’homme, la réconciliation avec Dieu et la libération par Christ de la malédiction de la loi :
  • La libération de la mort et de ma crainte de la mort
  • La défaite éternelle de Satan et de son système
  • L’espérance d’une vie éternelle dans la cité céleste
  • La félicité éternelle en Christ

.

.

Voir les commentaires

INSCRIT AVEC LES JUSTES

18 Octobre 2015 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

INSCRIT AVEC LES JUSTES

INSCRIT AVEC LES JUSTES

Michel Field

Ajoute cette faute à leurs fautes. Et qu'ils n'aient pas accès à ta justice! Qu'ils soient effacés du livre de vie, Et qu'ils ne soient pas inscrits avec les justes! - Psaumes 69:28-29

Les ennemis de David l'avaient poussé finalement à la limite. Il avait grandi las de traiter avec eux. Il y en avait assez de leurs commérages et mensonges calomnieux. Il était prêt pour Dieu d'intenter une poursuite sérieuse contre eux. Donc il a demandé qu'ils soient effacés du livre de vie.

Ces versets, comme Apocalypse 3:5, ont causé à certains à se sentir dans l’insécurité à propos de la permanence de leur salut. C'est compréhensible. Ici nous trouvons le Roi David qui demande à Dieu d'effacer les noms de ses ennemis du livre de vie. Sûrement il n'aurait pas demandé une telle chose s'il n'avait pas cru que cela était possible.

À la lumière de ce que nous avons découvert dans notre étude d'Apocalypse 3:5, ce serait tentant de manipuler ce passage en disant que David s'était tout simplement trompé dans sa demande; peut-être il ne savait pas que Dieu n'avait pas l'habitude d'effacer des noms de personnes de Son livre.

Cette évaluation, cependant, soulève des questions concernant l'inspiration du psaume. Si David a été guidé par le Saint-Esprit lorsqu'il l'a écrit, il est douteux qu'il soit porté à demander quelque chose extérieur du domaine des possibilités théologiques (voir 2 Pierre 1:21). David savait pour ce qu'il priait, était bien. Et comme nous le verrons, sa demande était entièrement dans la structure des activités normales de Dieu.

Choses Anciennes Devenues Nouvelles

Ce passage et d'autres comme tels posent un problème pour nous parce que nous avons une tendance à les interpréter d'une perspective du Nouveau Testament. C'est que, nous prenons ce que nous savons du Nouveau Testament et nous relisons ces versets dans l'Ancien Testament. Au lieu de chercher à découvrir ce que les auteurs de l'Ancien Testament voulaient dire par certains mots et phrases, nous concluons vite et nous les interprétons en gardant l'usage du Nouveau Testament.

Dans ce cas nous avons pris l'expression “livre de vie”comme il apparaît dans le Psaume 69 et interprété d'après ce que dit le Nouveau Testament à propos du “livre de vie.” Nous avons assumé que le livre de vie que David fait allusion est le même que celui mentionné dans l’Apocalypse. Une approche plus exacte serait de demander, Qu'est-ce que David avait à l'esprit par expression “livre de vie?” Pour répondre à cette question, nous n'allons pas nous tourner vers le Nouveau Testament mais à d'autres portions de l'Ancien Testament.

Des Livres, Des Livres et Plus de Livres

Les anciens Hébreux visionnaient Dieu comme un grand Registraire. Ils Le décrivaient ayant en Sa possession un livre avec une liste de toutes les personnes vivantes. Peu importe s’ils croyaient que c’était un livre littéral ou pas, cela n’est pas le point. Ils ont rapporté ce livre dans leur littérature de la même façon que les auteurs du Nouveau Testament rapportent le livre de vie.

Quiconque a beaucoup lu l'Ancien Testament sait que les noms et les généalogies étaient très importants aux Juifs, qu’ils prenaient très sérieusement de garder l'ensemble des registres. C'est pourquoi de telles références sont éparpillées partout dans l'Ancien Testament aussi bien que dans le commencement de Matthieu et Luc. Les Juifs assument que Dieu aussi garde de bons registres, ce qu'Il fait. D’ailleurs les écrivains de l'Ancien Testament font de fréquentes références à cette pratique divine. Cinq passages d'intérêt particulier viennent tout droit du livre des Psaumes :

L'Éternel compte en inscrivant les peuples :
“C'est là qu'ils sont nés.” -Psaumes 87:6

Tu comptes les pas de ma vie errante; Recueille mes larmes
dans ton outre : Ne sont-elles pas inscrites dans ton livre?
-Psaumes 56:9, de moi l'accentuation

Mon corps n'était point caché devant toi, lorsque j'ai été fait dans
un lieu secret, tissé dans les profondeurs de la terre. Quand je
n'étais qu'une masse informe, tes yeux me voyaient; et sur ton livre
étaient tous inscrits les jours qui m'étaient destinés, avant qu'aucun
d'eux existât.
-Psaumes 139:15-16, de moi l'accentuation

…Selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions;
Psaumes 51:3

Certaines choses intéressantes font surface dans ces versets. Dans le premier passage nous apprenons que Dieu a un registre dans lequel Il garde un comptage des vivants. Dans le second passage nous lisons que Dieu enregistre les événements de nos vies. Dans le troisième passage nous découvrons que Dieu a un registre contenant le nombre de jours décrétés pour la vie de chaque personne.

Dans Psaumes 51 le terme livre n'est pas réellement utilisé. Cependant, le mot “efface” apparaît. Ce sont les mêmes mots utilisés dans Psaumes 69 où David parle d'effacer les noms de ses ennemis. Psaumes 51 insinue que Dieu a aussi un registre pour les péchés.

Avec toutes ces références aux livres dans les Psaumes, pas une seule fois nous rencontrons un livre décrivant le contenu des noms de ceux qui sont sauvés ou de ceux qui sont perdus. La chose la plus proche à cela se trouve dans le passage sous considération quand David écrit, “Et qu'ils ne soient point inscrits avec les justes”


Pensez-Y

La joie et l'insécurité
peuvent-elles vraiment coexister?
Comment réaliste
est-il de s'attendre à ce que
nous nous réjouissions
sur une relation qui est seulement
aussi sûre que notre comportement
est conséquent?

Quand David se rapporte au “livre de vie” dans le Psaume 69, il parle du registre de Dieu concernant les vivants. “Vie” est une référence à la vie physique, pas à la vie éternelle. Cette interprétation est consistante avec les versets que nous avons regardés au Psaume 139. David ne demande pas à Dieu d'envoyer ses ennemis en enfer. Il veut simplement que leurs vies raccourcissent.

Plusieurs éléments du texte supportent cette interprétation. Premièrement, les autres choses que David demande à Dieu de faire à ses ennemis sont de nature physique (voir vv. 22-26). Il commence par lancer un appel à Dieu d'envoyer la maladie sur eux. Ensuite il demande que leurs familles souffrent. Après il demande que leurs noms soient enlevés du livre de vie. C'est comme s'il construisait jusqu'au point d'invoquer Dieu d'aller de l'avant et de les enlever complètement de la scène.

Deuxièmement, interpréter le “livre de vie” comme le livre de vie de l'Agneau implique que les ennemis de David étaient croyants. Autrement, comment ont-ils eu leurs noms dans le livre de vie de l'Agneau? Mais le psaume entier présente les personnes comme injustes et mauvaises.

Troisièmement, dans le verset antérieur, David demande que ses ennemis, n'est “pas accès à” la justice de Dieu (voir Ps. 69:28). Si leurs noms étaient dans le livre de vie de l'Agneau, ils auraient hérité déjà de Sa justice. Par conséquent, cela aurait beaucoup plus de sens de comprendre ce livre comme une liste des vivants, pas une liste des justes.

“Efface-Moi...”

Assez intéressant, David n'est pas la seule figure dans l'Ancien Testament à demander à Dieu d'effacer quelqu'un d'un livre. Moïse a fait une requête d'être effacé :

Moïse retourna vers l'Éternel et dit : “ Ah! Ce peuple a commis un grand péché. Ils se sont fait un dieu.
d’or. Pardonne maintenant leur péché! Sinon, efface-moi de ton livre que tu as écrit.” L'Éternel dit à
Moïse : “C'est celui qui a péché contre moi que j'effacerai de mon livre.”
- Exode 32:31-33, de moi l'accentuation

Ici encore, le “livre” se rapporte à un registre des vivants. Moïse demandait à Dieu de prendre sa vie physique, non pas de l’envoyé en enfer. Dieu, cependant, a refusé. Mais Il a promis de prendre les vies de ceux dans le groupe qui ont péchés contre Lui, et Il l'a fait (voir Ex. 32: 35; Dt. 1: 35-36 ; 2:14). Nulle part, est-il même insinué que ces hommes et ces femmes ont été envoyés en enfer.

Encore Sur, Encore Enlevé

Cela serait plutôt déconcertant de penser qu'un homme qui a le coeur pour Dieu prierait pour enlever le nom de quelqu'un du livre de vie de l'Agneau. Si vous y pensez, vraiment, cela n'a pas beaucoup de sens. Ce même Dieu a envoyé Son fils dans le monde pour sauver le monde. Et Il a payé un grand prix à faire ce salut possible.

Notre Père céleste est dans les affaires pour obtenir des noms sur la liste, non pas pour les enlever. Pour ceux d'entre nous qui sommes sur la liste, il y a lieu de se réjouir. Jésus a rappelé à Ses disciples ceci quand Il a dit,

Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la
puissance de l'ennemi ; et rien ne pourra vous nuire. Cependant, ne vous réjouissez pas de ce
que les esprits vous sont soumis; mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont écrits dans
les cieux. - Luc 10:19-20

Puisse cette vérité glorieuse devenir une source d'assurance aussi bien que de joie.

Notes

1. Keil-Delitzsch, Commentary on the Old Testament, vol. 5 (Grand Rapids, Mich.: Eerdmans, réimprimé 1982), p. 285. "C'est seulement dans le Nouveau Testament que nous rencontrons le livre de vie comme une liste de noms des héritiers de la vie éternelle."

Diffusion de l’Évangile
Michel Field, Évangéliste
fieldmichel@sympatico.ca
www.facebook.com/evangeliste.michel.field

Voir les commentaires

WHAT ARE THE MARKS OF A FALSE TEACHER ?

18 Octobre 2015 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

 WHAT ARE THE MARKS OF A FALSE TEACHER ?

WHAT ARE THE MARKS OF A FALSE TEACHER ?

Michel Field

First of all, read 2 Corinthians 11:3-¬15. Paul labels as a false prophet the man who denies the deity of the Lord Jesus Christ. You have no right to claim to be a preacher of the gospel of Jesus Christ and then deny the very One that you are preaching. And then, the office of the apostles went out a long time ago, after the death of the original apostles and those who saw the living Christ. After that it's the written record that they gave to us that we are to turn to. So the minute anyone takes the title of "apostle" you can mark him off your list.

Paul says the devil makes himself an angel light. If you could really see him I think you'd see the most beautiful creature you've ever seen, and you can be deceived. There are abroad today many men who are handsome, dignified, never say an unkind word, just lovey-dovey all the way through. But they're apostles of Satan, you see. Now that is one group of false teachers, and I think they're easily detected today.

There's another group, and that is the religious racketeer. I listened to one of them on the radio. Why, he preached the gospel, friends! But Paul says beware of those that are taking you away from the simplicity of Christ. Now I detect one little thing in this man's teaching: it involves all kinds of little performances and rituals. It takes you pretty far from the Word of God. That is taking you away from the simplicity that's in Christ. My friend, you and I are lost sinners and we come to Jesus Christ bringing nothing and receiving everything from Him. You can't do anything for Him without being filled by the Holy Spirit. That's the real test. You see, it's so easy to get away from the simplicity that is in Christ.


Diffusion of the Gospel
Evangelist Michel Field
fieldmichel@sympatico.ca
www.facebook.com/evangeliste.michel.field

“My people perish for lack of knowledge” Hosea 4:6
"Shout it aloud, do not hold back, raise your voice like a trumpet" Isaiah 58:1

Voir les commentaires

QUEL FUT L'OBJECTIF ORIGINAL DE DIEU CONCERNANT L'HOMME ET POURQUOI

9 Octobre 2015 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

QUEL FUT L'OBJECTIF ORIGINAL DE DIEU CONCERNANT L'HOMME ET POURQUOI

QUEL FUT L'OBJECTIF ORIGINAL DE DIEU CONCERNANT L'HOMME ET POURQUOI ?

Il y a eu beaucoup de spéculation et plusieurs études qui essayent de révéler l’objectif de Dieu en faveurs de l’homme. Cependant pour comprendre ce sujet, nous devons simplement rentrer au commencement du temps, parce que tout est résumé dans Genèse 1 : 26-28.L’objectif de Dieu était que l’homme soit « féconds, qu’il se multiplie, qu’il remplisse la terre, et qu’il l'assujettisse (avoir la domination sur la terre). »L’homme fut créé par Dieu pour ce but. Ce but de Dieu n’a pas changé.

Le livre de Genèse reprend la révélation du commencement de l’homme, mais pas le commencement de toute chose parce que la terre existait avant le commencement de l’homme. Il est important de noter le mot « remplir ». Quelque chose s’est passé sur la terre et elle fut changé en masse informe plongée dans les ténèbres et le vide. La terre fut ainsi détruite et réduite dans cet état par Satan et les esprits démoniaques qui furent chassés du Ciel vers la terre (Isaie 14 : 12-17), mais le but de Dieu en plaçant l’homme sur la terre fut la restauration de la terre. Une partie de sa mission fut de « remplir » la terre. Le préfixe « re » signifie faire encore. L’établissement du Royaume de Dieu sur la terre est une restauration Divine en faveur de l’Eglise, afin que la terre rentre en ordre comme ce fut le cas au commencement avant qu’elle n’ai été détruite et réduite en masse informe de Genèse 1 : 2. La Souveraineté du Royaume de Dieu a commencé au commencement et le désir de Dieu en faveur de l’homme est qu’il puisse dominer sur toute chose. (Genèse 1 : 26).

Dieu est un Esprit qui ne peut pas mourir. L’homme est un Esprit créé à l’image et à la ressemblance de Dieu. Avant la chute, l’homme était immortel comme Le Créateur, Qui est éternel. Adam vécu et expérimenta cette sphère d’immortalité jusqu’à sa chute. La mort et la mortalité prévalurent sur l’homme à cause du péché qui consistait à la désobéissance de l’instruction de Dieu de ne pas manger l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Le péché emmena la mort. (Genèse 2 : 16-17).

La manifestation de Christ sur la terre sous la forme de Jésus (Dieu-Homme) avait comme objectif la restauration de l’homme dans son état original comme ce fut le cas au commencement avant la chute. Dieu voulait faire de nous des Esprits, des êtres immortels, créés et conçus selon la ressemblance de Dieu, afin de dominer sur toutes les choses dans la sphère terrestre. Ce fut la sphère original d’Adam. Cause pour laquelle si un homme est en Christ, il est une nouvelle créature restaurée à l’image de Dieu. Une restauration prend place dans notre Esprit et cela affecte notre être. L’Apôtre Paul se vante de la victoire que nous avons sur la mort après cet échange Divin (1 Corinthiens 15 : 49-57).

www.metaneo.org

Voir les commentaires

QUALIFICATIONS FOR CHRISTIAN DISCIPLESHIP

6 Octobre 2015 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

QUALIFICATIONS FOR CHRISTIAN DISCIPLESHIP

QUALIFICATIONS FOR CHRISTIAN DISCIPLESHIP

Michel Field

1. You must be born again (John 3:1-8), for all have sinned, and come short of the glory of God (Romans 3:23). The wages of sin is death, but the gift of God is eternal life through Jesus Christ our Lord (Romans 6:23).

2. If we confess our sins, he is faithful and just to forgive us our sins, and to cleanse us from all unrighteousness (1 John 1:9).

3. Faith cometh by hearing, and hearing by the word of God (Romans 10:17).

4. There is no difference between the Jew and the Greek: for the same Lord over all is rich unto all that call upon him. For whosoever shall call upon the name of the Lord shall be saved (Romans 10:12-13).

5. If thou shalt confess with thy mouth the Lord Jesus, and shalt believe in thine heart that God hath raised him from the dead, thou shalt be saved. For with the heart man believeth unto righ-teousness: and with the mouth confession is made unto salvation (Romans 10:9-10).

6. For as many of you as have been baptized into Christ have put on Christ (Galatians 3:27).

7. Repent and be baptized every one of you for the remission of sins, and ye shall receive the gift of the Holy Ghost (Acts 2:38).

8. If ye then, being evil, know how to give good gifts unto your children; how much more shall your heavenly Father give the Holy Spirit to them that ask him? (Luke 11:13).

9. Ye shall receive power, after that the Holy Ghost is come upon you: and ye shall be witnesses unto me both in Jerusalem, and in all Judea, and in Samaria, and unto the uttermost part of the
earth (Acts 1:8).

10. For we are his workmanship, created in Christ Jesus unto good works, which God hath before ordained that we should walk in them (Ephesians 2:10).

11. He that taketh not his cross, and followeth after me, is not worthy of me. He that findeth his life shall lose it: and he that loseth his life for my sake shall find it (Matthew 10:38-39).

12. Verily, verily, I say unto you, Except ye eat the flesh of the Son of man, and drink his blood, ye have no life in you (John 6:53).

13. Think not that I am come to send peace on earth: I came not to send peace, but a sword. For I am come to set a man at variance against his father, and the daughter against her mother, and the daughter-in-law against her mother-in-law. And a man's foes shall be they of his own household. He that loveth father or mother more than me is not worthy of me: and he that loveth son or daughter more than me is not worthy of me (Matthew 10:34-37).

14. If we walk in the light, as he is in the light, we have fellowship one with another, and the blood of Jesus Christ his Son cleanseth us from all sin (1 John 1:7).

15. By this shall all men know that ye are my disciples, if ye have love one to another (John 13:35).

16. If ye continue in my word, then are ye my disciples indeed; and ye shall know the truth, and the truth shall make you free (John 8:31-32).

17. Then said Jesus unto the twelve, Will ye also go away? Then Simon Peter answered him, Lord, to whom shall we go? Thou hast the words of eternal life. And we believe and are sure that thou art the Christ, the Son of the living God (John 6:67-69).

18. If ye abide in me, and my words abide in you, ye shall ask what ye will, and it shall be done unto you. Herein is my Father glorified, that ye bear much fruit; so shall ye be my disciples (John 15:7-8).

Diffusion of the Gospel
Evangelist Michel Field
fieldmichel@sympatico.ca
www.facebook.com/evangeliste.michel.field

Putting the Go in the Gospel

“My people perish for lack of knowledge” Hosea 4:6
"Shout it aloud, do not hold back, raise your voice like a trumpet" Isaiah 58:1

Voir les commentaires

FEMMES À SURVEILLER

1 Octobre 2015 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

FEMMES À SURVEILLER

FEMMES À SURVEILLER

Michel Field

Il y a certaines femmes qui ne peuvent jamais devenir de bonnes épouses. Elles ne seront jamais capables de répondre, jamais capables d'être d'accord avec n'importe quel homme. Numéro un est la femme dominante. Appelons-la Dalila la Dominante. C’est la femme qui dirige chaque aspect de sa maison et son mari. Quand elle le fait, elle est entièrement hors caractère. Je ne crois pas que la plupart des femmes veulent prendre l'initiative, alors qu’est-ce qui cause cette domination ? Bien, elle peut avoir un QUOTIENT INTELLECTUEL plus élevé que son mari ou elle peut avoir une personnalité plus forte. En conséquence, il peut devenir un petit Monsieur Pain au lait. Je suis désolé quand un tel mariage a lieu aujourd'hui. Elle devient frustrée et commence à harceler et à critiquer son mari et lui trouver des torts.

Deux filles qui avaient été ensemble au collège ce sont rencontrées des années plus tard sur la rue. L’une d’elle dit à l'autre, ‘’Es-tu marié ?’’

‘’Oui.’’

‘’Pardonne-moi de rire, mais je me rappelle que quand nous étions au collège tu avais l'habitude de dire que tu n’épouserais pas l’homme le plus parfait de la terre.’’

Sa réponse brusque, était, ‘’Je ne l’ai pas fait!’’

Quelques hommes épousent des femmes qui sont entêtés et compétitrices avec leurs hommes. Quand une femme fait cela, elle perd sa féminité. Parfois après qu'elle gouverne le perchoir à la maison, elle cherche d'autres mondes à conquérir. Elle s’implique dans des clubs—ce sont les clubs de femmes que nous voyons aujourd'hui. Certaines sont même impliquées en politique. D'autres deviennent exceptionnellement de bonnes femmes d'affaires et lancent leur propre carrière. Ceci ne veut pas dire que toutes les femmes de carrière sont des Dalila la Dominant. Parfois elles viennent à l'église et essayent de diriger le pasteur. C’est-là que les pasteurs ont du plaisir.

Je me souviens il a était dit du Dr. Jim McGinley que quand une de ces Dominantes Dalila lui a dit dans le dégoût, ‘’Si vous étiez mon mari, j’empoisonne votre café,’’ sa réponse instantanée était, ‘’Si vous étiez ma femme, je le bois!’’ La femelle dominante n'est jamais préparée pour être une vraie épouse.

La deuxième femme est celle qui est gouverné par l'envie et la jalousie. Vous trouverez toujours que ces femmes sont les commérages. Alors on l’appelle Gussie la Bavarde. Je n'ai jamais encore vu de commérage qui avait une maison heureuse. Ceux-ci sont les femmes glaciales d'aujourd'hui. Le mari et les enfants sont malheureux et comme épouse elle est incapable de réponse ou d’être d’accord. Chaque église en a quelques-unes d'entre-elles. Elles détruisent leurs propres maisons et elles essayent de détruire leurs églises.

Le troisième est la femme névrosée. Appelons-la Hortense L’Hystérique ou si elle n’est pas trop extrême, nous pourrions l’appeler Nellie la Nerveuse. Quand cela ne fait pas son bonheur, elle est celle qui s’agite. Son mari marche toujours sur des coquilles d’œufs. Il n’était pas tout à fait ce qu'elle a pensé qu’il était, et elle commence à le transformer. J'ai entendu parler d'un mari qui a demandé à sa femme un jour, ‘’Pourquoi au monde m'as-tu épousé quand tu as trouvé tant de défauts en moi ?’’ Elle a voulu le transformer complètement. Qu’arrive-t-il s’il ne tombe pas dans son modèle? Elle lui donnera le traitement du silence et le boudera pendant des jours. Il y aura une atmosphère tendue dans la maison. Cette femme, bien sûr, n'est jamais préparée du tout pour le mariage.

Puis il y a la femme qui se marie pour qu'elle puisse avoir la sécurité financière. Nous l’appellerons Gertie l’Aventurière, et malheureusement, il y a des Chrétiens aujourd'hui qui sont comme ça. Puis-je vous dire ceci, chères dames, si vous cherchez le type d'homme qui peut s'occuper de vous financièrement, vous pouvez avoir la paix et la sécurité quant aux finances, mais vous ne saurez jamais ce qu’est l’amour réel, ni la paix et la joie d’être capable de s’accorder avec un mari qui vous aime vraiment.

Ministère pour la Connaissance de Dieu
(Bibliothèque Chrétienne Évangélique)

Michel Field, Évangéliste
fieldmichel@sympatico.ca
www.facebook.com/evangeliste.michel.field

Mettant l’Élan dans l’Évangile

"Mon peuple péril, parce qu’il lui manque la connaissance" Osée 4:6
"Crie à plein gosier, ne te retiens pas, élève ta voix comme un cor" Ésaïe58:1

Voir les commentaires

LES QUALIFICATIONS DU DISCIPLE CHRÉTIEN

29 Septembre 2015 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

LES QUALIFICATIONS DU DISCIPLE CHRÉTIEN

LES QUALIFICATIONS DU DISCIPLE CHRÉTIEN

Michel Field

1, Vous devez être né de nouveau (Jean 3:1-8), Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu (Romains 3:23). Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ; Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur. (Romains 6:23).

2, Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité (1 Jean 1:9).

3. Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ (Romains 10:17).

4. Il n’y a aucune différence, en effet, entre le Juif et le Grec, puisqu’ils ont tous un même Seigneur, qui est riche pour tous ceux qui l’invoquent. Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé (Romains 10:12-13).

5. Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Car c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut (Romains 10:9-10).

6. Vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ (Galates 3:27).

7. Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. (Actes 2:38).

8. Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison le Père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent (Luc 11:13).

9. Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre (Actes 1:8).

10. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions. (Ephésiens 2:10).

11. Celui qui ne prend pas sa croix, et ne me suit pas, n’est pas digne de moi. Celui qui conservera sa vie la perdra, et celui qui perdra sa vie à cause de moi la retrouvera. (Matthieu 10:38-39).

12. En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez son sang, vous n’avez point la vie en vous-mêmes (Jean 6:53).

13. Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère; et l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison. Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi (Matthieu 10:34-37).

14. Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. (1 Jean 1:7).

15. A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres. (Jean 13:35).

16. Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira. (Jean 8:31-32).

17. Jésus donc dit aux douze : Et vous, ne voulez-vous pas aussi vous en aller ? Simon Pierre lui répondit : Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Et nous avons cru et nous avons connu que tu es le Christ, le Saint de Dieu. (Jean 6:67-69).

18. Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. Si vous portez beaucoup de fruit, c’est ainsi que mon Père sera glorifié, et que vous serez mes disciples (Jean 15:7-8).

Ministère pour la Connaissance de Dieu
(Bibliothèque Chrétienne Évangélique)

Michel Field, Évangéliste
fieldmichel@sympatico.ca
www.facebook.com/evangeliste.michel.field

Mettant l’Élan dans l’Évangile

"Mon peuple péril, parce qu’il lui manque la connaissance" Osée 4:6
"Crie à plein gosier, ne te retiens pas, élève ta voix comme un cor" Ésaïe58:1

Voir les commentaires

LES 20 CARACTERISTIQUES DE LA FEMME VERTUEUSE

26 Septembre 2015 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

LES 20 CARACTERISTIQUES DE LA FEMME VERTUEUSE

Michel Field

Si la bible nous donne tous ces détails sur cette femme vertueuse, c'est que Dieu a prévu que chacune d'entre nous ai aussi la personnalité et les caractéristiques de cette femme de Dieu. SON CHAMP D'ACTION EST BIEN PLUS CENTRÉ SUR SA MAISON QUE VERS L'EXTERIEUR.

Une femme vertueuse : Qui a de la vertu, honnête, intègre, juste, scrupuleuse, consciencieuse, louable, digne, responsable, exemplaire, courageuse... Qui a une morale

Hébreu : khah’yil : Force de caractère, qui évite le mal, retenue, gracieuse.

Proverbes 31.1-31

1/ Verset 11 : C'est une femme de CONFIANCE, son mari peut lui faire confiance, il peut partir la conscience tranquille, c'est une personne avec qui on est rassuré, elle donne un bon témoignage dans son foyer.

2/ Verset 12 : Elle est STABLE et constante, non pas un jour au jour en bas. Elle fait du bien à son mari et non du mal, elle sait garder ses émotions. Elle est fidèle et constante dans les actions, surtout envers sa famille, tous les jours elles s'appliquent dans les affaires de la vie avec force les disciplines.

3/ Verset 13 : Elle est TRAVAILLEUSE, assidue et non paresseuse, elle cherche à accomplir quelque chose avec ses mains. (Elle ne reste pas assise devant la TV, toute la journée en attendant que les enfants rentrent de l'école !! ). C'est une femme qui sait prendre des initiatives, elle travaille, c'est une entrepreneuse qui sait porter du fruit, elle ne perd pas son temps.

4/ Verset 14 : Elle est comme un « NAVIRE MARCHAND » : en d'autres termes, elle est très active et productive. À l'époque, les « navires marchands » avaient la réputation de parcourir, de faire des aller-retour uniquement dans le but de faire du commerce, il agissait par-ci par-là.... Cette femme vertueuse « amène son pain de loin », c'est-à-dire qu'elle paie le prix.

5/ Verset 15 : Elle est PREVISIBLE, la Bible déclare qu'elle se lève alors qu'il fait encore nuit, c'est-à-dire qu'elle se lève très tôt avant le lever du soleil afin de prévoir sa journée. Elle anticipe afin de bien gérer sa maison et ses affaires. (Elle ne se lève pas à 11 heure, pour rester en pyjama jusqu'à 15 heure, prend une douche à 16 heure...) C’est une excellente gestionnaire de son temps.

6 / Verset 16 : C’est une CONQUERANTE, CAPABLE, la Bible déclare, « elle pense un champ et elle l’acquiert », elle est réactive, et fait en sorte à ce que les choses se passent.
Elle ne laisse pas « en plan » ses rêves et ses visions, mais elle agit afin d'obtenir le meilleur.
« Du fruit de son travail, elle plante une vigne » c'est-à-dire qu'elle progresse et évolue, elle ne reste pas dans une condition stagnante et statique.

7/ Verset 17 : Elle AFFRONTE le travail, elle reste forte et déterminée, elle ne cherche pas à éviter les choses difficiles à faire, bien au contraire elles se fortifient et se préparent à affronter les difficultés.

8/ Verset 18 : Elle a du DISCERNEMENT, « elle sent que ce qu'elle gagne est bon » le mot sentir ici en hébreu veut dire : Percevoir. Elle a une capacité à percevoir et à discerner, elle n'est pas indécise et confuse, mais elle connaît parfaitement les directives qu'elle doit prendre.

Même si la femme vertueuse semble « une femme parfaite », ce qui fait sa force et sa spiritualité, c’est son attachement à Dieu. Sans cet attachement à Dieu, elle ne serait pas dans la capacité d'accomplir toutes les tâches aussi parfaitement dans son foyer et à l'extérieur de son foyer.

Une femme vertueuse : Qui a de la vertu, honnête, intègre, juste, scrupuleuse, consciencieuse, louable, digne, responsable, exemplaire, courageuse... Qui a une morale

Hébreu : khah’yil : Force de caractère, qui évite le mal, retenue, gracieuse.

PROVERBES 31 le chapitre 9/ Verset 18 : C'est une femme qui VEILLE, « Sa lampe ne s'éteint pas », elle est alerte, elle ne s'endort pas, dans le sens qu'elle ne ralentit pas, elle ne rétrograde pas. Le fait d'avoir « une lampe qui ne s'éteint pas », signifie qu'elle y met de l'huile constamment, cela nous parle de sa condition spirituelle éveillée.

10/ Verset 19 : Elle est PRODUCTIVE, « elle met la main à la quenouille … » Elle fait des chemises, des tricots, de la couture, etc. À cette époque la femme devait tout particulièrement s'occuper de la décoration intérieure de sa maison. Elle est productive dans le naturel, mais aussi dans le spirituel dans son foyer. Elle enjolive et façonne sa relation, avec ses enfants, et son mari. Elle fait en sorte que tout « soit beau !». Contrairement à la femme insensée qui renverse sa maison de ses propres mains.

Proverbes 14.1-11/ Verset 20 : Elle a de la COMPASSION, « elle tend la main à l'indigent », c'est une femme qui a le souci de son prochain elle est généreuse son cœur n'est pas dur, mais il est tourné vers les autres et leurs besoins. Elle n'agit pas dans un esprit d'égoïsme ou pour son propre intérêt. Elles manifestent un cœur selon Dieu.

12/ Verset 21/22 : Elle est PROTECTRICE » : « elle ne craint pas la neige... Sa maison est vêtue de cramoisi ». La femme de proverbes 31, confectionnait des laines, des couvertures des rideaux, etc. Afin de garder sa maison chaleureuse au temps de la neige. En d'autres termes, elle protégeait sa maison pour les temps difficiles.

Sa maison était vêtue de cramoisi : le cramoisi est le symbole du sang de Jésus (rouge, pourpre).La femme vertueuse, connaît parfaitement la puissance de la parole, la puissance du sang qu’elle invoque tous les jours sur sa maison.

13/ Verset 23 : Elle fait la FIERTE DE SON MARI, dans la Bible, son mari est un homme de bien, en position d'autorité, il était dirigeant de la cité, un homme d'État très occupé, mais surtout très considéré. La considération que les gens avaient pour cet homme, était aussi du à son épouse, qui avait une excellente réputation, et qui était une femme appréciée.
Une personne a déclaré : « montre-moi ta femme je te dirai qui tu es ! », tout cela nous montre que l'autorité n'a pas été donnée à l'épouse, mais celle-ci a une très grande influence sur son mari. Son cœur et son attitude peuvent amener une grande bénédiction dans son foyer.

14/ Verset 25 : Elle a une très bonne APPARENCE, « elle est revêtue de force et de gloire », ce verset nous parle de son apparence de ce que les gens pouvaient voir d’elle. Son témoignage et l'impression qu'elle pouvait donner. Cette force, et cette gloire (magnifique et splendide)
lui venaient de Dieu. Ce qu'elle était intérieurement pouvait se voir extérieurement.
Aussi, elle très positive, « elle se rit de l'avenir », elle n'est pas anxieuse, inquiète, elle ne craint pas pour son lendemain elle reste positive. C'est une femme de la parole confiante en Dieu, elle voit son avenir positivement.

15/ Verset 26 : Elle est sage EN PAROLE, « elle ouvre la bouche avec sagesse, instruction aimable... », en hébreu le mot « aimable » veut dire : instruire éduquer. En d'autres termes, c'est une mère qui instruit et enseigne ses enfants, elle leur donne une bonne éducation, elle utilise de la sagesse dans ses paroles. Contrairement à la femme de Proverbes 21.19 (la femme querelleuse).
Elle ne dit pas n'importe quoi lorsqu'elle ouvre la bouche, elle prononce des paroles habiles prudentes et puissantes, elle révèle son intelligence par ces paroles. Elle contrôle sa langue !
À quoi peut nous servir la réputation, la beauté et si notre foyer s'écroule, si nos enfants ne sont pas sauvés, et si notre mari n'est pas heureux ! Sa qualité la plus grande, son point le plus fort était : la crainte de Dieu, c'est pourquoi Dieu l'a comblée de bénédictions dans son foyer et à l'extérieur tout ce qu'elle fait lui réussit.

Une femme vertueuse : Qui a de la vertu, honnête, intègre, juste, scrupuleuse, consciencieuse, louable, digne, responsable, exemplaire, courageuse... Qui a une morale
Hébreu : khah’yil : Force de caractère, qui évite le mal, retenue, gracieuse.

PROVERBES 31 le chapitre 16/ Verset 27 : C'est une femme qui VEILLE SUR SA MAISON, « elle veille sur ce qu'il se passe dans sa maison », elle assume ses responsabilités de mère, elle s'occupe de l'éducation de ses enfants. Elle garde sa maison des mauvaises influences extérieures. Cette femme est non seulement une femme d'affaires, mais c'est aussi une très bonne mère au foyer elle veille, enseigne et protège.

17/ Verset 27 bis: Elle est EQUILIBREE, elle ne passe pas son temps à l'extérieur, pendant que ses enfants sont livrés à eux-mêmes. Elle équilibre sa vie entre sa famille et ses activités. Voyez-vous ce problème « d'équilibre familial » est réellement un fléau de nos jours.
De nombreuses mères passent beaucoup de temps affairés en dehors de leur foyer, ce qui crée à long terme des carences familiales et des dysfonctionnements dans l'éducation des enfants. Cette femme de proverbes 31 nous montre qu’il existe un équilibre entre notre foyer et nos activités.

18/ Verset 27 bis : Elle n’est pas PARESSEUSE, « elle ne mange pas le pain de la paresse » Le mot « mange » ici dans ce verset, signifie : de façon quotidienne (car nous prenons nos repas quotidiennement). Cette femme affairée, utilisait efficacement tous les jours le temps qu'elle avait.

Quand est-il de nous ? Dieu dans sa parole nous demande de « racheter le temps », nous devons faire le point est voir si nous sommes une personne qui « perd et gaspille » son temps à des choses futiles ou si notre temps journalier est correctement réparti entre Dieu, notre famille et le reste…

19/ Verset 28 : Elle est INFLUENTE ET EXEMPLAIRE » : « ces fils se lèvent et la bénissent son mari lui donne des louanges ». Sa famille, reconnaît ses qualités, ses vertus elle est une grande influence dans son foyer. À cause de l'attitude de cette femme vertueuse, son mari et ses enfants sont heureux. Elle est comme le fondement, les colonnes de sa maison. Sans cette femme, son foyer ne serait pas ce qu'il est. Cette femme avait une très bonne influence sur sa famille.


19/ Verset 30 : Elle est AUTHENTIQUE et INTEGRE, « la grâce est trompeuse, et la beauté vaine, la femme qui craint l'éternel sera celle qui sera louée. », ce verset nous enseigne, que la vraie femme de Dieu, la véritable femme vertueuse n'est pas celle qui en a les apparences, mais son cœur est entier à Dieu avant tout, cela nous parle de ce qu’elle est réellement au fond d’elle.

Elle est intègre, la crainte de Dieu est dans son cœur, c'est la raison pour laquelle elle mène si bien sa vie et son foyer.

Une femme qui ne craint pas Dieu, et qui ne respecte pas Dieu, aura peut-être une bonne apparence, mais elle ne portera pas de fruits véritables dans sa maison et plus.
À quoi peut nous servir la réputation, la beauté et si notre foyer s'écroule, si nos enfants ne sont pas sauvés, et si notre mari n'est pas heureux !

Cette femme vertueuse l'avait bien compris

Proverbes 22.4-20/ Verset 31 : CONCLUSION « elle sera récompensée », cette femme vertueuse, sera récompensée par Dieu. Tout le bien qu'elle a fait dans le privé, sera récompensé publiquement. Ses œuvres, lui rendent témoignage.

Ce que nous devons retenir, c'est que « la crainte de Dieu dans nos vies » nous qualifiera à devenir une femme vertueuse.

Sa qualité la plus grande, son point le plus fort était : la crainte de Dieu, c'est pourquoi Dieu l'a comblée de bénédictions dans son foyer et à l'extérieur, tout ce qu'elle fait lui réussit.

Matthieu 7.25

Josué 1.8

Que Dieu vous bénisse

– Notre mission –
Conduire les gens dans le monde entier vers une relation croissante
avec Jésus-Christ.

Ministère pour la
Connaissance de Dieu
(Bibliothèque Chrétienne Évangélique)

Diffusion de l’Évangile
Michel Field, Évangéliste
fieldmichel@sympatico.ca
www.facebook.com/evangeliste.michel.field

Mettant l’Élan dans l’Évangile

"Mon peuple péril, parce qu’il lui manque la connaissance" Osée 4:6
"Crie à plein gosier, ne te retiens pas, élève ta voix comme un cor" Ésaïe58:1

 

 

Voir les commentaires

LE PROPHETIQUE DANS LA VIE (2)

18 Septembre 2015 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

LE PROPHETIQUE DANS LA VIE (2)

LA VOIX DE DIEU ET LES DIFFERENTES VOIX

La voix en qowl לוק ou לק, vient d’une racine du sens d’appeler à haute voix pouvant caractériser un cri, une demande, un bruit, le tonnerre, un son, une parole, un bêlement, des instances, un murmure, faire retentir, un rugissement, une clameur, un chante, les gémissements, le tumulte, les pleurs, les pétillements, etc…

L’hébreux va plus loin jusqu’à qualifier la voix de légèreté et frivolité. Il en va de soi que la légèreté dans la compréhension profonde est la soumission de l’homme à ses instants naturel pour poser des actes offensant soit le prochain, soi lui-même ou encore Dieu.

Ecouter la voix de quelqu’un, c’est lui obéir. « Si Israël avait écouté ma voix, j’aurais humilié ses ennemis » (Psaumes 80.14,15) « :Si vous écoutez la voix du Seigneur votre Dieu; si vous faites ce qui est juste en sa présence, et si vous obéissez à ses commandements, il vous garantira de tous les fléaux dont il a frappé l’Egypte » (Exode 15.26). « Si au contraire vous ne voulez point écouter la voix du Seigneur votre Dieu pour observer et pratiquer ses commandements, toutes sortes de malédictions tomberont sur vous » (Deut 28.15).

L’Apôtre bien-aimé Paul dit qu’il n’y a rien dans le monde qui n’ait sa voix : les instruments de musique, la trompette, la cithare, etc. (1Cor 13.7,8,10).

La voix du sang d’Abel crie au Seigneur de dessus la terre (Genèse 4.10).

Comme le jeune Samuel, attachons-nous à nos pères pour être instruit dans les choses que Dieu leur confié pour nous. Dieu le leur ayant donné mandat pour nous instruire, ne peut jamais revenir sur sa parole pour nous dire quoi que ce soit d’autre. Dans ses principes, Dieu est immuable (1Samuel 3.1-10).

Plusieurs choses captent souvent notre attention et plus ou moins nous empêchent de marcher dans le prophétique du plan réel de Dieu pour nous. Ici, nous allons nous focaliser sur différentes voix qui nous influencent au quotidien. La distinction des voix s’impose pour que celle de Dieu s’impose.

Il est à noter que la voix par excellence est la voix de Dieu ; qui est aussi la voix de la vérité ou encore la voix de la vie. Jean 14.6 dit que Jésus est le chemin de la vérité qui mène à la vie. Plusieurs voix au cours de notre vie s’élèvent soit pour nous, soit contre nous, influençant parfois positivement ou négativement notre vie, troublant ou favorisant l’écoute de la voix de Dieu. Puisse Dieu nous aider à nous séparer des autres voix pour faire de la voix de Dieu, la voix qui conditionne notre vie pour l’accomplissement prophétique de notre destinée.

  1. La voix de Dieu :

Genèse 3.8 : « Alors ils entendirent la voix de l’Eternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l’homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l’Eternel Dieu, au milieu des arbres du jardin ».

Nombres 7.89 : « Lorsque Moïse entrait dans la tente d’assignation pour parler avec l’Eternel, il entendait la voix qui lui parlait du haut du propitiatoire placé sur l’arche du témoignage, entre les deux chérubins. Et il parlait avec l’Eternel ».

La voix de Dieu, seule source possible de Direction de l’homme dans sa destinée prophétique est semblable à la boussole qui guide le pèlerin dans sa pérégrination du désert vers Canaan. Dieu étant le constructeur et l’organisateur de tout ce que nous devons et pouvons être, sa voix seule doit nous diriger, orienter et mener à bon port. Mais cette voix de Dieu, complexité, hésitation, syncrétisme, physique font parfois route commune, créant un mélange disparate pour laisser place à tort à ce que l’on appellera onction, révélation dont l’issue est souvent la catastrophe fatalité parce que Dieu ne se mélange à rien d’impur. Toute révélation en fait tire son origine de quatre sources non négligeables l’une comme l’autre. En effet, une inspiration peut provenir de l’Esprit de Dieu, du diable, de l’esprit de l’homme ou de l’influence de l’environnement immédiat. Il arrive également que la rupture entre l’esprit et Dieu à cause d’une souillure pour laquelle on a encore quelques affections. Alors, l’intelligence prend la place de l’intuition et bienvenue les fausses révélations. Cette voix de Dieu peut aussi avoir sa manifestation en plusieurs circonstances comme le précise les Ecritures Saintes : « Dieu parle tantôt d’une manière, tantôt de l’autre, mais l’homme n’y prend point garde ».

Ne soyons pas des automates, mais reconnaissons d’où nous venons et vivons par notre spirituelle, considérant à tout moment la suprématie de Celui par qui nous existons.

  1. La voix de la femme

Genèse 3.17 : « Il dit à l’homme: Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’avais donné cet ordre: Tu n’en mangeras point! le sol sera maudit à cause de toi. C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie »

La voix de la femme, a un effet si puissant sur l’homme qu’il devient très simple de croire à ce que dit le livre de Proverbes 5.3-5 à propos de la voix d’une femme prostituée : Car les lèvres de l’étrangère distillent le miel, Et son palais est plus doux que l’huile; Mais à la fin elle est amère comme l’absinthe, Aiguë comme un glaive à deux tranchants. Ses pieds descendent vers la mort, Ses pas atteignent le séjour des morts.

La voix de la femme est très subtile et a renversé bien des projets familiaux, de la société, de l’intimité et même dans l’église. La voix de la femme revoie très vite à une influence intime qui bouleverse les sentiments de l’homme, et celui-ci souvent par crainte de blesser son épouse, voire la perdre, il cède très vite, mais parfois pour en regretter toute une vie. Ecouter la voix de sa femme fait penser à une persuasion de celle dernière visant à incliner la décision de son époux. Nos épouses nous ont-elles conduit à des fléchir nos résolutions pour nous incliner vers leur penchants parfois égoïstes ? Les conséquences tirées peuvent-elle nous rendre sages pour l’avenir ?

Genèse 16.2 Et Saraï dit à Abram: Voici, l’Eternel m’a rendue stérile; viens, je te prie, vers ma servante; peut-être aurai-je par elle des enfants. Abram écouta la voix de Saraï.

  1. La voix du sang

Genèse 4.10 : « Et Dieu dit: Qu’as-tu fait? La voix du sang de ton frère crie de la terre jusqu’à moi »

  1. La voix de l’enfant

Genèse 21.17 : « Dieu entendit la voix de l’enfant; et l’ange de Dieu appela du ciel Agar, et lui dit: Qu’as-tu, Agar? Ne crains point, car Dieu a entendu la voix de l’enfant dans le lieu où il est ».

  1. La voix discordante

Genèse 27.22 : « Jacob s’approcha d’Isaac, son père, qui le toucha, et dit : La voix est la voix de Jacob, mais les mains sont les mains d’Esaü ».

Par cette voix de Jacob, mais portant la main d’Esaü, une identification différente de la nature de Jacob au ciel s’imposait. Il dira quelque chose comme Jacob, mais il agira comme Esaü parce que sa destinée prophétique a été modifiée par l’aveu de la voix la plus autorisée que la terre et le ciel connaissent. Combien la voix de la supercherie crie contre nous et empêche Dieu de nous écouter.

  1. La voix des lamentations

Genèse 27.38 : « Esaü dit à son père: n’as-tu que cette seule bénédiction, mon père? Bénis-moi aussi, mon père! Et Esaü éleva la voix, et pleura ».

Nombres 14.1 : « Toute l’assemblée éleva la voix et poussa des cris, et le peuple pleura pendant la nuit ».

  1. La voix de la ruse

Genèse 45.2 : « Il éleva la voix, en pleurant. Les Egyptiens l’entendirent, et la maison de Pharaon l’entendit ».

La femme de Potiphar utilisa la ruse pour dissimuler sa forfaiture envers l’engagement qu’elle avait envers son époux. La honteuse de son échec laissa dans le cœur de cette prostitué un sentiment de déshonneur et de rancune, alors, la haine s’installa et sa voix loin d’être une voix de véritable plaignante est plutôt une voix de traitre. Ces voix sont nombreuses dans nos foyers, assemblées et milieux.

  1. La voix d’accusateur

Genèse 39.15 « Et quand il a entendu que j’élevais la voix et que je criais, il a laissé son vêtement à côté de moi et s’est enfui dehors ».

  1. La voix de la pression

Exode 4.8 : « S’ils ne te croient pas, dit l’Eternel, et n’écoutent pas la voix du premier signe, ils croiront à la voix du dernier signe ».

« Comme elle était chaque jour à le tourmenter et à l’importuner par ses instances, son âme s’impatienta à la mort, il lui ouvrit tout son coeur, et lui dit: Le rasoir n’a point passé sur ma tête, parce que je suis consacré à Dieu dès le ventre de ma mère. Si j’étais rasé, ma force m’abandonnerait, je deviendrais faible, et je serais comme tout autre homme » Juges 16.16-17).

Une statistique américaine dit que dans la rétrogression et l’abandon du ministère de plusieurs hommes de Dieu très intègres hier, il y a 49% de la voix pressante de leurs épouses.

  1. La voix du beau-père

Exode 18.24 : « Moïse écouta la voix de son beau-père, et fit tout ce qu’il avait dit ».

De tout temps l’alliance entre le beau-père et son beau-fils est capital parce que pouvant produire des effets autant favorable que défavorable à l’homme qui a épouser sa fille. Que de beau-père et belle-mère cherchent à diriger le foyer de leur fille ou fils ! Un couple pourtant est libre, mais que de foyers ont été brisé par l’effet de l’intrusion des familles et belles-familles. Puisse Dieu aider chaque couple à rester dans le but de Dieu pour leur union.

  1. La voix du peuple

Exode 32.17 : « Josué entendit la voix du peuple, qui poussait des cris, et il dit à Moïse: Il y a un cri de guerre dans le camp ».

Tout véritable conducteur ou leader de peuple tôt ou tard affronte la situation de Moise sur la montagne. Saül alla jusqu’à perdre la faveur de Dieu parce qu’il a écouté la voix du peuple sous lui. Lorsqu’au cours de la marche, la pression devient grande et grave, le peuple tente toujours de faire fléchir le leader pour abandonner le chemin étroit et resserré pour embrasser le chemin large et spacieux de la perdition. Un jour, me dit un collègue : une de mes filles est venue vers moi, disant : papa, mon corps a un besoin, ce besoin est pressant et je ne peux plus ; ce n’est pas un démon, si oui, je t’aurai demandé de le chasser ; ma chair réclame le désir de se satisfaire ; il faut un homme car je suis étouffée et essoufflée dans la marche de résistance ! N’ayant pu la convaincre, son Pasteur fni par lui donner l’ordre d’aller se satisfaire, mais sans abuser. Elle s’en est allé et premier coup d’essai, premier coup de colère de Dieu, car elle fut atteinte de VIH Sida et en mourra. Le Pasteur n’en a jamais eu la conscience tranquille.

  1. La voix des vainqueurs ou des vaincus

Exode 32.18 : « Moïse répondit: Ce n’est ni un cri de vainqueurs, ni un cri de vaincus; ce que j’entends, c’est la voix de gens qui chantent ».

  1. La voix du père ou de la mère (1Sam 2.5 ; Deut 21.18)

Deutéronome 21.18 : « Si un homme a un fils indocile et rebelle, n’écoutant ni la voix de son père, ni la voix de sa mère, et ne leur obéissant pas même après qu’ils l’ont châtié »

  1. La voix de la repentance (Juges 2.4 ; Juges 21.2 ; Actes 2.38)

Juges 2.4 : « Lorsque l’envoyé de l’Eternel eut dit ces paroles à tous les enfants d’Israël, le peuple éleva la voix et pleura ».

Juges 21.2 : « Le peuple vint à Béthel, et il y resta devant Dieu jusqu’au soir. Ils élevèrent la voix, ils versèrent d’abondantes larmes »

  1. La voix familière (Juges18.3 ; 20.13 ; 1Sam 26.17)

Jug 18:3 : « Comme ils étaient près de la maison de Mica, ils reconnurent la voix du jeune Lévite, s’approchèrent et lui dirent: Qui t’a amené ici? que fais-tu dans ce lieu? et qu’as-tu ici? »

Jug 20:13 : « Livrez maintenant les gens pervers qui sont à Guibea, afin que nous les fassions mourir et que nous ôtions le mal du milieu d’Israël. Mais les Benjamites ne voulurent point écouter la voix de leurs frères, les enfants d’Israël ».

  1. La voix des chanteurs et chanteuses (2Sam 19.35) « ambiance »

2Sam 19.35 : « Je suis aujourd’hui âgé de quatre-vingts ans. Puis-je connaître ce qui est bon et ce qui est mauvais? Ton serviteur peut-il savourer ce qu’il mange et ce qu’il boit? Puis-je encore entendre la voix des chanteurs et des chanteuses? Et pourquoi ton serviteur serait-il encore à charge à mon seigneur le roi? »

  1. La voix du cœur

1Rois 19.22 : « Qui as-tu insulté et outragé? Contre qui as-tu élevé la voix? Tu as porté tes yeux en haut Sur le Saint d’Israël! »

  1. La voix de l’oppresseur

Job 3.18 : « Les captifs sont tous en paix, Ils n’entendent pas la voix de l’oppresseur »

  1. La voix de la teneur

Job 15.21 : « La voix de la terreur retentit à ses oreilles; Au sein de la paix, le dévastateur va fondre sur lui; »

  1. La voix des chefs

Job 29.10 : « La voix des chefs se taisait, Et leur langue s’attachait à leur palais ».

  1. La voix de commandement

Job 39.25 : « Quand la trompette sonne, il dit: En avant! Et de loin il flaire la bataille, La voix tonnante des chefs et les cris de guerre ».

  1. La voix des larmes

Psaume 6.8 : « Eloignez-vous de moi, vous tous qui faites le mal! Car l’Eternel entend la voix de mes larmes; »

  1. La voix des supplications

Psaume 31.22 : « Je disais dans ma précipitation: Je suis chassé loin de ton regard! Mais tu as entendu la voix de mes supplications, Quand j’ai crié vers toi ».

Psaumes 28.2 : « Écoute ma voix suppliante, quand je crie vers toi, Quand j’élève mes mains vers ton sanctuaire ».

Psaumes 130.2 : « Seigneur, écoute ma voix! Que tes oreilles soient attentives A la voix de mes supplications! »

  1. La voix de celui qui insulte et outrage (Psaume 44.16)

Ps 44:16 (44-17) : « A la voix de celui qui m’insulte et m’outrage, A la vue de l’ennemi et du vindicatif ».

  1. La voix de l’ennemi

Psaume 55.3 : « A cause de la voix de l’ennemi et de l’oppression du méchant; Car ils font tomber sur moi le malheur, Et me poursuivent avec colère ».

  1. La voix des magiciens

Psaume 58.5 : » Qui n’entend pas la voix des enchanteurs, Du magicien le plus habile ».

  1. La voix de la prière

Psaume 66.19 : « Mais Dieu m’a exaucé, Il a été attentif à la voix de ma prière ».

Psaume 86.6 Eternel, prête l’oreille à ma prière, Sois attentif à la voix de mes supplications!

  1. La voix des grandes eaux

Psaume 93.4 : « Plus que la voix des grandes, des puissantes eaux, Des flots impétueux de la mer, L’Eternel est puissant dans les lieux célestes ».

La voix des maîtres

Prov 5.13 : « Comment ai-je pu ne pas écouter la voix de mes maîtres, Ne pas prêter l’oreille à ceux qui m’instruisaient? »

  1. . La voix de l’insensé

Ecclésiaste 5.3 : » Car, si les songes naissent de la multitude des occupations, la voix de l’insensé se fait entendre dans la multitude

  1. La voix du bien-aimé

« J’étais endormie, mais mon cœur veillait… C’est la voix de mon bien-aimé,qui frappe: Ouvre-moi, ma sœur, mon amie, Ma colombe, ma parfaite!Car ma tête est couverte de rosée, Mes boucles sont pleines des gouttesde la nuit » (Cantique 5.2)

  1. La voix des lieux

Esaïe 42.11 : » Que le désert et ses villes élèvent la voix! Que les villages occupés par Kédar élèvent la voix! Que les habitants des rochers tressaillent d’allégresse! Que du sommet des montagnes retentissent des cris de joie! »

Jérémie 9.10 : « Sur les montagnes je veux pleurer et gémir, Sur les plaines du désert je prononce une complainte; Car elles sont brûlées, personne n’y passe, On n’y entend plus la voix des troupeaux; Les oiseaux du ciel et les bêtes ont pris la fuite, ont disparu»

  1. La voix du serviteur de Dieu

« Quiconque parmi vous craint l’Eternel, Qu’il écoute la voix de son serviteur! Quiconque marche dans l’obscurité et manque de lumière, Qu’il se confie dans le nom de l’Eternel, Et qu’il s’appuie sur son Dieu! » (Esaïe 50.10)

  1. La voix des sentinelles

« La voix de tes sentinelles retentit; Elles élèvent la voix, Elles poussent ensemble des cris d’allégresse; Car de leurs propres yeux elles voientQue l’Eternel ramène Sion » (Esaïe 52.8)

  1. La voix des adorateurs

« Les cris de réjouissance et les cris d’allégresse, Les chants du fiancéet les chants de la fiancée, La voix de ceux qui disent: Louez l’Eterneldes armées, Car l’Eternel est bon, car sa miséricorde dure à toujours!La voix de ceux qui offrent des sacrifices d’actions de grâces Dans la maison de l’Eternel. Car je ramènerai les captifs du pays, je lesrétablirai comme autrefois, Dit l’Eternel » (Jérémie 33.11)

  1. La voix des messagers

« Voici, j’en veux à toi, dit l’Eternel des armées; Je réduirai teschars en fumée, L’épée dévorera tes lionceaux, J’arracherai du pays taproie, Et l’on n’entendra plus la voix de tes messagers » (Nahum 2.13)

  1. La voix de l’étranger

« Jamais elles ne suivront un étranger; elles fuiront au contraire loin de lui, car elles ne connaissent pas la voix des étrangers» (Jean 10.5)

  1. La voix du bon berger

« Mes brebis entendent ma voix; je les connais, et elles me suivent » (Jean 10.27)

  1. La voix de la vérité

« Je suis le chemin et la vérité et la vie: personne ne va au Père si ce n’est par moi » (Jean 14.6)

  1. La voix du chemin

« Je suis le chemin et la vérité et la vie: personne ne va au Père si ce n’est par moi » (Jean 14.6)

40. La voix des avertissements

Exode 15.26 : Il dit: Si tu écoutes attentivement la voix de l’Eternel, ton Dieu, si tu fais ce qui est droit à ses yeux, si tu prêtes l’oreille à ses commandements, et si tu observes toutes ses lois, je ne te frapperai d’aucune des maladies dont j’ai frappé les Egyptiens; car je suis l’Eternel, qui te guérit.

41. La voix de la présence de Dieu

Nombres 7.89 : Lorsque Moïse entrait dans la tente d’assignation pour parler avec l’Eternel, il entendait la voix qui lui parlait du haut du propitiatoire placé sur l’arche du témoignage, entre les deux chérubins. Et il parlait avec l’Eternel.

42. La voix qui parle comme le feu

Deutéronome 4.33 : Fut-il jamais un peuple qui entendît la voix de Dieu parlant du milieu du feu, comme tu l’as entendue, et qui soit demeuré vivant ?

43. La voix qui parle au milieu des ténèbres

Deutéronome 5.23 : Lorsque vous eûtes entendu la voix du milieu des ténèbres, et tandis que la montagne était toute en feu, vos chefs de tribus et vos anciens s’approchèrent tous de moi,

Les caractéristiques de la voix de Dieu

« La voix de l’Eternel fait enfanter les biches, Elle dépouille les forêts. Dans son palais tout s’écrie: Gloire! » (Psaume 29.9)

Samuel entendit la voix de Dieu. Au milieu des voix, laquelle nous dirige-t-elle ? Nombres 24.4-9 :

4 « Parole de celui qui entend les paroles de Dieu, De celui qui voit la vision du Tout-Puissant, De celui qui se prosterne et dont les yeux s’ouvrent.

5 Qu’elles sont belles, tes tentes, ô Jacob! Tes demeures, ô Israël!

6 Elles s’étendent comme des vallées, Comme des jardins près d’un fleuve, Comme des aloès que l’Eternel a plantés, Comme des cèdres le long des eaux.

7 L’eau coule de ses seaux, Et sa semence est fécondée par d’abondantes eaux. Son roi s’élève au-dessus

8 Dieu l’a fait sortir d’Egypte, Il est pour lui comme la vigueur du buffle. Il dévore les nations qui s’élèvent contre lui, Il brise leurs os, et les abat de ses flèches.

9 Il ploie les genoux, il se couche comme un lion, comme une lionne: Qui le fera lever? Béni soit quiconque te bénira, Et maudit soit quiconque te maudira! Parole de celui qui entend les paroles de Dieu, De celui qui voit la vision du Tout-Puissant, De celui qui se prosterne et dont les yeux s’ouvrent ».

Dr André CHOUBEU

Voir les commentaires

LE PROPHETIQUE DANS LA VIE (1)

11 Septembre 2015 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

LE PROPHETIQUE DANS LA VIE (1)

(Jean 3.8 – 1 Samuel 3.1-10)

Introduction :

L’homme est essentiellement spirituel car l’être humain se définit non selon son corps physique, mais selon son âme qui qui opère par les actions, gestes et faits qui résultent de l’action de son intelligence, des sentiments et enfin de sa volonté. L’homme est donc une âme vivante dans un corps physique. L’âme tire son origine du latin ‘‘anima’’ et se définit comme le principe de vie chez un être humain. C’est la partie immatérielle de l’homme, opposé au corps qui est matériel. Par extension, l’âme est le principe du sentiment, de la pensée, de la volonté dans l’homme, conscience morale. Fort de cette définition, nous sommes tous unanime que l’homme dans son essence est spirituel de par son âme et son esprit qui constituent sa personne immatérielle qui le lie à son origine avec le créateur qui est esprit. Dieu créa l’homme par un processus prophétique. Dieu dans son conseil décida de créer l’homme (Genèse 1.26-27). La conception de la création de l’homme étant maîtrisée clairement par Dieu, il devenait facile et aisé de matérialiser cette création dans Genèse 2.7. L’homme de même agit prophétiquement car personne ne peut aller dans un lieu sans que dans son esprit, il n’y ait allé. Pour préparer, une femme doit d’abord concevoir le met jusqu’à le maîtriser dans sa pensée et alors, la réalisation est possible. Pour rédiger un texte, il faut le concevoir dans son esprit et puis le coucher par écrit. C’est pour cela que les ouvrages écrits sont appelés ‘‘œuvre de l’esprit’’. Pour poser un acte quelconque, la conception et la délibération dans l’esprit se fait pour qu’une matérialisation soit rendue possible. Raison pour laquelle tout ce que l’homme fait est d’abord spirituel avant d’être physique.

Il ne serait pas inutile de préciser que certaines prières sont vagues, absurdes parce que lorsque nous sommes dans le besoin de nous approcher de Dieu, nous ne projetons pas nos yeux spirituels sur le trône de grâce où nous nous voyons prosternés ou tombés face contre terre devant la Majesté divine. Il en va également de nos chants pendant lesquels, nous devons nous voir spirituellement dans un moment de contemplation véritable de Celui à qui revient tout honneur.

Pourquoi donc, l’adaptation de l’homme aux principes des actes prophétiques est-elle si compliquée ?

La problématique :

L’homme étant très influencé par les évènements de son entourage dont il en est très sensible, son intérieur est semblable au flot mugissant de la mer. Lorsque l’agitation intérieure est forte, la déstabilisation de la personnalité intérieure devient évidente et le déséquilibre est au rendez-vous. L’âme naturellement a des désirs contraires à ceux de l’esprit. D’où les problématiques suivantes :

Inconstance, instabilité : « Mes pensées me forcent à répondre, Et mon agitation ne peut se contenir. J’ai entendu des reproches qui m’outragent; Le souffle de mon intelligence donnera la réplique » (Job 20.2-3).

Agitation intérieure : « Ici finirent les paroles. Moi, Daniel, je fus extrêmement troublé par mes pensées, je changeai de couleur, et je conservai ces paroles dans mon cœur » (Daniel 7.28)

Difficultés à comprendre Dieu : «Car mes pensées ne sont pas vos pensées, Et vos voies ne sont pas mes voies, Dit l’Eternel. Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, Et mes pensées au-dessus de vos pensées » (Esaïe 55.8-9).

Ces circonstances nous obligent à tout niveau à vivre le brisement pour une mort en nous-même afin que progressivement, l’esprit prenne les commandes sur la chair dont les aspirations sont profondément opposés à celles de l’esprit.

La complexité :

L’œuvre de l’esprit quand elle s’accomplie dans une vie, il y a conscience de la transformation qui s’opère. On en constate les effets, mais ignore comment elle s’accomplit.

Toute vie est un mystère. Aucune vie n’est comme l’autre. Celui qui s’identifie par la vie de l’autre, n’est plus lui-même ; car il a choisi d’être l’autre. Dès lors, il fonctionne dans l’autre, s’y étant prophétiquement infiltré, quoique n’étant pas l’autre. Par cet acte, celui-là a effacé sa destinée prophétique. Nous ne vivons pas pour vivre, mais pour accomplir un plan préétabli par Dieu afin que s’accomplissent ses buts pour nous. Plusieurs textes bibliques l’attestent : « Car je connais les projets que j’ai formés sur vous, dit l’Eternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance » (Jérémie 29.11).

« Moi qui dès le commencement annonce la fin, et longtemps à l’avance ce qui n’est pas encore; qui dis : Mon dessein subsistera, et je ferai toute ma volonté! » (Esaïe 46.10).

« Mais il a pris une résolution; qui l’en fera revenir? Ce que son âme a souhaité, il le fait » (Job 23.13).

« Le dessein de l’Eternel subsiste éternellement, Les projets de son cœur subsistent d’âge en âge » (Psaume 33.11).

Nous ne nous connaissons pas toujours très bien nous-mêmes, mais le Seigneur, quant à Lui, nous connaît parfaitement ! Nous sommes parfois prêts à croire que les desseins divins s’opposent en totalité à notre bien : tout ce que Dieu accomplit en notre faveur, est pour le bien de chacun de nous. Il ne nous donnera pas ce qui représente notre convoitise, ni ne nous épargne ce qui peut nous effrayer ; Il nous accorde sa bonté à la mesure de notre foi. La destinée qu’Il a promise à chacun de nous est pour nous la meilleure part.

Il est sans contredit, nous sommes tous prophétiques dans notre vie et vécu lorsque nous comprenons qu’avant que notre vie existe, sa programmation divine avait d’avance été arrêté en sorte que mêmes les actions journalières ont été programmées d’avance « Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions » (Ephésiens 2.10).

« Mon corps n’était point caché devant toi, lorsque j’ai été fait dans un lieu secret, tissé dans les profondeurs de la terre. Quand je n’étais qu’une masse informe, tes yeux me voyaient; et sur ton livre étaient tous inscrits Les jours qui m’étaient destinés, avant qu’aucun d’eux existât » (Psaumes 139.15-16).

Il devient clair par ces textes d’Ephésiens 2.10 autant que de Psaume 139.15-16 que notre existence pour accomplir son but pour lequel il existe sur la terre, doit se conformer à son dessein prophétique prédéterminé par le Créateur avant notre existence. Aussi, devant tout fait et situation existante ou préoccupante devait en cas de culpabilité, nous rapprocher de Dieu par la confession ; en cas de non culpabilité, au lieu de nous morfondre, la louange et l’adoration doivent animer nos pensées ; par la suite, prier pour les coupables.

Lorsque nous sommes indûment mis en cause, Dieu veut tester notre degré de maturité. Si un travail est encore à faire dans notre vie, notre agitation et manque de confiance en Dieu et à sa souveraineté sera caractérisé par la peur, les inquiétudes, les soucis, le désir de vengeance entaché de jalousie seront tout de suite manifestes. Alors, plaidons devant Dieu pour le changement de notre caractère afin que la nature de Christ nous habite. Par contre, si nous sommes déjà matures spirituellement, Dieu veut faire de nous des intercesseurs pour nos bourreaux.

Différence entre la pensée de Dieu et la pensée des Hommes

Pensées de Dieu

Pensées Humaines

Appartiennent à une autre sphère que les pensées des hommes

Sont variantes et impuissantes

Sont élevées au-dessus des vicissitudes humaines

Les projets humains sont variant et impuissants

Inquiétante Interrogation

  • « Comment le jeune homme rendra-t-il pur son sentier ? En se dirigeant d’après ta parole » (Psaumes 119.9)
  • « L’Eternel avait dit à Achija : La femme de Jéroboam va venir te consulter au sujet de son fils, parce qu’il est malade. Tu lui parleras de telle et de telle manière. Quand elle arrivera, elle se donnera pour une autre. Lorsque Achija entendit le bruit de ses pas, au moment où elle franchissait la porte, il dit: Entre, femme de Jéroboam; pourquoi veux-tu te donner pour une autre? Je suis chargé de t’annoncer des choses dures. Va, dis à Jéroboam: Ainsi parle l’Eternel, le Dieu d’Israël: Je t’ai élevé du milieu du peuple, je t’ai établi chef de mon peuple d’Israël, j’ai arraché le royaume de la maison de David et je te l’ai donné. Et tu n’as pas été comme mon serviteur David, qui a observé mes commandements et qui a marché après moi de tout son cœur, ne faisant que ce qui est droit à mes yeux » (9 1Rois 14.5-8)
  • « Tu as retiré toute ta fureur, Tu es revenu de l’ardeur de ta colère » (Psaume 85.13)
  • « C’est alors qu’ils trembleront d’épouvante, Quand Dieu paraîtra au milieu de la race juste » (Proverbes 14.15)
  • « Le cœur de l’homme médite sa voie, Mais c’est l’Eternel qui dirige ses pas » (Proverbes 16.9)
  • « Je le sais, ô Eternel! La voie de l’homme n’est pas en son pouvoir; Ce n’est pas à l’homme, quand il marche, A diriger ses pas » (Jérémie 10.23)

Au-delà de ces paroles qui nous interpellent tous, il est évident que nous devons avouer et méditer sérieusement sur des points qui font parfois à tort le sujet de notre orgueils, surtout quand nos exploits nous poussent à croire à tort que nous sommes excellents ou supérieurs aux autres, ce, mêmes à ceux qui ont de grandes expériences que nous : « Que celui qui revêt une armure ne se glorifie pas comme celui qui la dépose ! » (1Ro 20.11). La considération de ce texte des Ecritures attire notre attention sur ce mal qui nous hante ou habite ne nous, et par là, apprenons que nous ne devons jamais nous glorifier de la victoire avant la bataille. La compréhension de ceci nous conduira à comprendre que notre vie et marche étant essentiellement prophétique dans son fond comme doit l’être sa forme, que notre sujet de suffisance peut être vraiment éphémère.

Comment comprendre et faire ce qu’exige le prophétique ?

« La main de l’Eternel fut sur moi, et l’Eternel me transporta en esprit, et me déposa dans le milieu d’une vallée remplie d’ossements. Il me fit passer auprès d’eux, tout autour; et voici, ils étaient fort nombreux, à la surface de la vallée, et ils étaient complètement secs. Il me dit: Fils de l’homme, ces os pourront-ils revivre? Je répondis : Seigneur Eternel, tu le sais. Il me dit: Prophétise sur ces os, et dis-leur : Ossements desséchés, écoutez la parole de l’Eternel ! Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel, à ces os: Voici, je vais faire entrer en vous un esprit, et vous vivrez; je vous donnerai des nerfs, je ferai croître sur vous de la chair, je vous couvrirai de peau, je mettrai en vous un esprit, et vous vivrez. Et vous saurez que je suis l’Eternel. Je prophétisai, selon l’ordre que j’avais reçu. Et comme je prophétisais, il y eut un bruit, et voici, il se fit un mouvement, et les os s’approchèrent les uns des autres. Je regardai, et voici, il leur vint des nerfs, la chair crût, et la peau les couvrit par-dessus; mais il n’y avait point en eux d’esprit. Il me dit: Prophétise, et parle à l’esprit ! Prophétise, fils de l’homme, et dis à l’esprit: Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel: Esprit, viens des quatre vents, souffle sur ces morts, et qu’ils revivent ! Je prophétisai, selon l’ordre qu’il m’avait donné. Et l’esprit entra en eux, et ils reprirent vie, et ils se tinrent sur leurs pieds: c’était une armée nombreuse, très nombreuse » (Ezéchiel 37.1-10).

Dans la première partie du chapitre 37 du livre d’Ezéchiel. Dieu promet à Israël le règne d’un nouveau David, le rétablissement national dans son pays, le renouvellement spirituel complet, enfin une ère de prospérité et de gloire. Toutefois, la réalité physique en est une autre car le peuple est en captivité, le pays est dévasté, ruiné, ne laissant aucune espérance possible au regard des réalités physiques.

Pour mieux fixer le prophète sur le sort de la marche prophétique arrêtée pour son pays et ôter l’expression du plus complet découragement dans lequel tous sont trempés, l’Eternel fait assister le peuple à sa propre résurrection nationale et spirituelle par une vision. Il ne s’agit pas de la résurrection des morts, mais de l’introduction du peuple dans les desseins redemptifs ou prophétiques de Dieu pour la nation juive dépeint en quatre étapes :

- l’état actuel, en apparence désespéré, du peuple, sous l’image d’ossements entièrement desséchés (Ezéchiel 37.1-3).

- le passage des ossements à l’état de corps inanimés (Ezéchiel 37.4-8)

- l’entrée de la vie dans les corps (Ezéchiel 37.9-10)

- l’explication de la vision (Ezéchiel 37.11-14).

Aucune nouvelle introduction ne lie ce morceau aux précédents, ce qui prouve qu’il en est simplement la continuation.

La démarche divine pour atteindre la destinée prophétique du peuple est saisissante :

La main de l’Eternel fut sur moi, et l’Eternel me transporta en esprit, et me déposa dans le milieu d’une vallée remplie d’ossements : Ces mots indiquent l’action surnaturelle par laquelle Dieu transporte l’esprit d’Ezéchiel dans une sphère supérieure, afin de montrer au Prophète la démarche dans la mouvance de l’Esprit-Saint. Il fallait que le Prophète soit saisit et transporté non dans son corps, mais dans son esprit pour l’amener à la réalité surnaturelle du futur réservée au peuple. Aussi longtemps que l’esprit du prophète n’est pas impliqué à part entière dans le processus de Dieu, aucune suite possible n’est envisageable.

En portant une attention aux versets 11 à 14 (Ezéchiel 37.11-14), cette vision saisissante s’applique à la résurrection nationale d’Israël (après l’enlèvement de l’Église). Le retour actuel des Juifs en Israël semble en être le prélude. Dans toute action prophétique sous la mouvance de l’Esprit de Dieu, des instruments doivent se laisser utiliser pour l’accomplissement de ce qui est prévu. Lorsque le Prophète se laisse utiliser par Dieu, les os se rejoignent, les nerfs, la chair et la peau viennent les recouvrir ; l’état de mort n’a pas changé, mais le début du processus est engagé. Cette leçon dans le déroulement des actes prophétiques doit être par nous retenue car c’est la façon divine dans sa démarche. Cette étape dans l’histoire prophétique du peuple d’Israël est un réveil national qui n’a rien de comparable avec le réveil spirituel que connaîtra ensuite le peuple à l’aube du règne de Christ. Cette étape est pourtant indispensable pour atteindre l’objectif divin. Toutefois, pour donner la vie, l’Esprit de Dieu agit et ensuite réveille la conscience et les affections de ce peuple comme nous l’indique les Ecritures : « Tu envoies ton souffle: ils sont créés, Et tu renouvelles la face de la terre » (Psaume 104.30).

Dans le processus prophétique des actes divins, il est toujours certains que la complète impuissance humaine est manifeste par des interrogations qui ressortent de l’irrationalité de la méthode opérationnelle de notre intellect (Ezéchiel 37.3). Il est vrai que l’acte premier ordonné par l’Esprit de Dieu au Prophète a conduit au rapprochement des ossements, ce qui implique l’unité indispensable pour tout résultat qui honore Dieu. Certes, dans ces os il n’y a ni force ni vie, mais ceci fait précisément ressortir la puissance du Dieu « qui fait vivre les morts et appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient » (Romains 4.17).

Cet acte nous indique prophétiquement l’œuvre que Dieu a accomplie en nous ! Autrefois morts dans nos fautes, nous avons été vivifiés ensemble avec le Christ (Ephésiens 2.5 ; Col 2.13 ; Jean 5.21).

L’état du peuple à cette époque était lamentable, mais Dieu en redonnant vie à des ossements morts, représente la maison d’Israël dans le futur, jouissant des bénédictions du Royaume de Christ (Ezéchiel 37.15-28). Nous devons vivre non en raison de ce que nous voyons ou qui se passe, mais de ce que Dieu a dit et planifié pour nous. C’est ce qui doit nous donner de l’espoir en tout temps.

Cette démarche prophétique doit nous encourager dans notre vie chrétienne car, par la résurrection des os desséchés, l’espérance morte d’Israël est ranimée. Par le rassemblement des deux pièces de bois, est montrée l’incorporation d’Israël à Juda. Les promesses du royaume de Christ. Pourquoi ne devons-nous pas regarder vers l’avenir en Christ au lieu de regarder vers les choses qui nous accablent ? Soyons en tout temps comme ces braves femmes qui ont défié l’histoire en regardant au-delà des soldats et de la grosse pierre devant la tombe du Seigneur ? Le prophétique nous interpelle en tout temps de nos heures, jours, semaines et années. Soyons attentifs.

Il nous faut toujours la faveur divine qui nous rend agréable à Dieu :

  • Une vie assurée : « Quand l’Eternel approuve les voies d’un homme, Il dispose favorablement à son égard même ses ennemis » (Prov 16.7)
  • Une nature de Christ « Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection » (Mat 3.17)
  • Le but du vrai ministère « Au reste, frères, puisque vous avez appris de nous comment vous devez vous conduire et plaire à Dieu, et que c’est là ce que vous faites, nous vous prions et nous vous conjurons au nom du Seigneur Jésus de marcher à cet égard de progrès en progrès » (1Thess 4.1).

Lorsque nous parvenons à réaliser que Dieu a mis en nous ce qui lui est agréable, pouvant en nous produire la capacité pour faire sa volonté (Hébreux 13.2021), un fait est évident, toujours recourir à la source de notre existence pour que notre fabricant nous utilise dans le domaine de compétence qu’il a à dessein mis en nous. Nos capacités humaines sont incapables et incompétentes. Les fameux mots de l’Apôtre Paule ‘‘Ma grâce te suffit’’, que nous prononçons avec légèreté est interpellatif car poursuivra-t-il en d’autres termes ‘‘qu’avez-vous que vous n’avez reçu’’ ? Reconnaissons la grâce de Dieu en nous, cette grâce qui peut en nous produire le vouloir de Dieu à toute dimension et ne tombons pas sous le coup de l’orgueil de suffisante, d’efficacité qui a projeté plusieurs loin de a présence de Dieu en sorte qu’aujourd’hui, non seulement ils se donnent à souhait des titres, mais qui se font passer pour ce qu’ils ne sont pas, laissant à leur passage des effets nocifs et toxiques pour la foi des faibles. Comment dont parvenir à cet état pour bénéficier de la marche prophétique conformément à la dispensation divine pour notre vie ?

Se laisser entièrement au Saint-Esprit pour être :

  • Conduit dans la vérité : « Toutefois, lorsqu’il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira vers la vérité tout entière. Car il ne parlera pas de son propre chef, mais il dira tout ce qu’il entendra et il vous dévoilera les choses à venir » (Jean 16.13)
  • Contrôlé dans nos moments personnels : « Et comme Pierre était à réfléchir sur la vision, l’Esprit lui dit: Voici, trois hommes te demandent ; lève-toi, descends, et pars avec eux sans hésiter, car c’est moi qui les ai envoyés » (Actes 10.19,20)
  • Dirigé dans les choix : « Pendant qu’ils servaient le Seigneur dans leur ministère et qu’ils jeûnaient, le Saint-Esprit dit: Mettez-moi à part Barnabas et Saul pour l’œuvre à laquelle je les ai appelés ». (Actes 13.2)
  • Choisir les champs d’action : « Comme nous allions au lieu de prière, une servante qui avait un esprit de Python, et qui, en devinant, procurait un grand profit à ses maîtres, vint au-devant de nous « (Actes 16.16)
  • dans la direction divine : « Je t’instruirai et t’enseignerai le chemin où tu dois marcher; je te guiderai de mon œil » (Psaume 32.8)
  • Etre orienté par le Saint-Esprit pour l’activité convenable au programme de Dieu : « Pendant la nuit, Paul eut une vision: un Macédonien lui apparut, et lui fit cette prière: Passe en Macédoine, secours-nous ! Après cette vision de Paul, nous cherchâmes aussitôt à nous rendre en Macédoine, concluant que le Seigneur nous appelait à y annoncer la bonne nouvelle » (Actes 16.9-10).
  • Dans le programme d’intervention de Dieu : « Et comme Pierre était à réfléchir sur la vision, l’Esprit lui dit: Voici, trois hommes te demandent ; lève-toi, descends, et pars avec eux sans hésiter, car c’est moi qui les ai envoyés » (Actes 10.19-20).

De tout temps, Dieu est dans le champ missionnaire avec les siens et dirige leurs pas vers ce qu’ils doivent accomplir pour eux au temps convenable. Malheureusement, notre disponibilité au moment que Dieu attend est souvent difficile. Plusieurs de nos programmes et activités sont « nos choses » parce que Dieu n’y étant pas impliqué regarde avec dédain divers programmes pompeux dans lesquels il n’est en rien impliqué. Puissions-nous comprendre avec un esprit brisé que notre destinée prophétique est souvent en danger à cause de notre intrusion frauduleuse dans les autres en épousant leurs actes et idées qui ne convergent en rien au programme prophétique de Dieu pour nous. Que Dieu nous aide afin qu’à la fin de cette étude, chacun de nous s’asseye pour réexaminer ses voies et chercher à entendre la voix de Dieu pour un retour total et véritable au programme prophétique de Dieu pour nous.

Dr. André CHOUBEU

Voir les commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>