Le blog de Dr André CHOUBEU - - Enseignements bibliques - Etudes bibliques - Conseils bibliques - Cours de Formation en théologie - Réponses aux questions bibliques
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

Articles récents

LES PECHES SEXUELS (2)

14 Décembre 2011 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

CONFESSION DES PECHES SEXUELS

 

Les fausses conceptions et notion du péché :    

Il devient de plus en plus incontestable que les vies sont ruinées au jour le jour et des gémissements plaintifs s’élèvent chaque jour vers Dieu qui est constant sur le banc des accusés par ceux là qu’il aime, mais qui ne veulent pas se conformer aux principes du royaume. Le silence du  Créateur face à notre préoccupation et la piteuse situation que nous traversons, et qui s’empire chaque jour, nous poussent à chaque instant soit à douter de nous-mêmes, soit à douter de Dieu, voire mettre en cause le fondement des Ecritures Saintes comme si se sont elles qui ne disent pas la vérité. Un diagnostic sévère mais nécessaire nous amène à déduire que nos confessions faussées sont souvent la cause de nos malheurs. Plusieurs ont fait la cure d’âme des millions de fois, une quantité très importante d’huile d’onction a été versée sur leur tête à chaque séance de délivrance et autres. D’autres sont même allés jusqu’à boire une bonne dose voire se faire purger de cette huile d’onction à laquelle un grande nombre de Ministre donne une vertu au-dessus de son rôle et signification.

Face à ce drame, plusieurs s’interrogent, mais de manière plaintive : ‘‘Pourquoi ma souffrance est-elle continuelle? Pourquoi ma plaie est-elle douloureuse, et ne veut-elle pas se guérir? Serais-tu pour moi comme une source trompeuse, Comme une eau dont on n'est pas sûr?’’ (Jérémie 15.18)

Où se cache la cause de nos problèmes à répétition ? Sans ambiguïté, Dieu nous dit par son Prophète :‘‘C'est pourquoi ainsi parle l'Éternel : Si tu te rattaches à moi, je te répondrai, et tu te tiendras devant moi ; si tu sépares ce qui est précieux de ce qui est vil, tu seras comme ma bouche’’ (Jérémie 15.19).

Dans les précédentes confessions, plusieurs se sont repentis de leurs iniquités et d’autres sont allés jusqu’à confesser certains manquements imaginaires dans le but de plaire à Dieu et rechercher sa face ; une dernière classe très zélés a confessé les péchés des parents, arrières parents, ancêtres jusqu’à la septième génération, mais la plaie persiste et aucun changement positif n’est envisageable tellement, ‘‘le ciel sur ta tête sera d'airain, et la terre sous toi sera de fer’’ dit Deutéronome 28.23. Parce que l’aspect de notre péché reste, la malédiction demeure selon qu’il est écrit : « Mais si vous n’agissez pas ainsi, vous péchez contre l’Eternel. Sachez alors que les conséquences de votre péché retomberont sur vous » (Nombres 32.23). Nos confessions ont-elles vraiment tenu compte du péché dans ses implications réelles telles que vu par Dieu ?

Qu’est-ce que le péché ?

Le péché en effet qui est une faillite, un manquement, un manque d’objectif, une déviation, ce qui est faux, ce qui n’est pas juste, ce qui est tordu, ce qui n’est pas droit, une erreur ou une faute, une chute, une inutilité ou futilité, une ignorance de Dieu ou des choses de Dieu, une inattention, une insuffisance, une infraction à la loi de Dieu, un refus d’admission et un refus de soumission à la loi de Dieu. Le péché dans sa multi dimension en hébreux peut se classer ainsi :

Transgression : une violation délibérée de la loi ; l’homme est placé à la croisée du bien et du mal et choisi volontairement la voie du mal en franchissant la ligne de démarcation divine entre le bien et le mal (Actes 5.8-9 ; Psaumes 51.3-6 ; Gen. 2.17 ; 3.6-7 ; 1 Jean 3.4).

Exemple : l’homicide, le vol, l’escroquerie, l’adultère, la fornication (2 Sam 13.1-17), le mensonge, la rétention de la dîme, la résistance au Saint-Esprit, la vengeance, la désobéissance etc.)

Iniquité : Un acte mauvais en soi, acte inné, acquis par les habitudes ou l’environnement étant expressément interdit ou non (Esther 1.10-12 ; Rom 1.21-25 ; Prov. 6.12-14).

Exemple : Psaumes 51.7 ; Lév. 10.1-2 ; Gen 5.13 ; Gen 4.3,5,8-17. Un habillement indécent, une attitude provocante, incitation à la convoitise etc.

Descendance de Caïn :

Lemec devient le père de la polygamie (Gen 4.19)

Jabal (petit fils de Lemec) est le père des nomades (instabilité) (Gen 4.20)

Jubal (autre petit fils de Lemec) est le père de la musique mondaine (4.21)

Tubal (petit fils de Caïn) inventa les armes de destruction massive (4.22)

Lemec tua plus de personnes que son père Caïn (Gen 4.23-24)

Un milieu, une ville, une famille, une habitude, une tradition peut être un facteur potentiel d’iniquité. Il est dit en leadership : « une pensée créé un acte, un acte créé une habitude et une habitude créé une destinée »

La faute : Un abandon du droit chemin (Rom 1.18 ; Jacques 4.17 ; Luc 12.47 ; Prov. 18.9).

Exemple : la désobéissance, l’orgueil, la résistance, la cupidité, la corruption,   le découragement, la rétrogression, le retard, le bavardage, les plaisanteries, les moqueries, les insultes, les mauvaises manières héritées des autres, etc.

L’égarement : Un échec dans la tentative d’atteindre le but divin (Rom 10.2-4 ; 9.30-33 ; Gal 4.17 ; 5.4 ; Phil 3.6-9 ; Nombres 22).

Exemple : la non-réalisation d’un vœu, le refus de payer ses dîmes pensant pénaliser le Pasteur ou l’église, un service mal rendu devant Dieu (prier sans concentration, prier sans s’être dépouillé au préalable, œuvrer pour Dieu avec murmures, servir avec des buts inavoués etc.)

Les fausses conceptions, le jugement, les critiques, les préjugés, les intoxications, les fausses confessions, l’attitude de Saphira et Ananias, la dissimulation, la duplicité, la ruse, la malice, l’hypocrisie, l’expansion de faux bruits.

L’offense : Une intrusion de la volonté propre dans un domaine appartenant à l’autorité divine (Ex 32.1-6 ; Dan 3.1-5 ; 1 Sam 13.8-12 ; Rom 10.2-3 ; Ez 28.2

Exemple : l’idolâtrie, la fausse adoration, les pratiques occultes dans l’intention de fasciner les gens empruntant les œuvres du diable à la manifestation du Saint-Esprit. Tenter d’aider Dieu dans son action (2Sam 6.1-11)

Auto-attribution des titres et ministères dans l’église pour des buts inavoués. Refus de se soumettre aux autorités spirituels sous prétexte qu’on dépend du Saint-Esprit.

La licence : Une situation d’anarchie d’ordre spirituel (1 Tim 1.9-10 ; 2 Tim 3.1-5 ; Rom 2.17-24 ; Jude 16-19 ; 2 Chron 26.16-21).

Exemple : la polygamie ou vie de débauche dans l’église, la révolte, l’insoumission à Dieu et l’autorité spirituelle, la rébellion, l’intoxication, le blasphème, la vie d’indépendance, la prostitution (vagabondage) spirituelle etc. Vivre hypocritement dans le péché ; monter à la chair étant dans le péché ; le mépris de la piété et le manque de dévotion pour Dieu et les choses saintes.

Incrédulité : Une insulte à la véracité divine ; c’est par fausseté que l’homme refuse de connaître Dieu (Jér. 9.6), car Dieu s’est révélé à tout homme par :

la création (Rom 1.20 ; Ps 19.2-5)

la conscience (Rom 2.14-15 ; 1 Jean 3.20)

le témoignage de l’histoire (Nombre 32.23 ; Ps 7.15-17)

           Deux expressions françaises sont employées pour marquer notre foi en Dieu. Il nous faut donc de manière précise reconnaître où nous nous trouvons. En Français parle de ‘‘Croire en Dieu et croire Dieu’’ :

           Croire en Dieu : reconnaître l’existence de Dieu. Le diable croit en Dieu et tremble (Jacques 2.19)

          Croire Dieu : reconnaître la véracité du témoignage de Dieu (1 Jean 5.9-13). Accepter les déclarations de Dieu et s’y attacher. Esaïe 5.2 ; Mt 27.3-5 ; 2 Cor 10.3-5

 Le péché place l’homme devant une triple situation :

un acte : la violation volontaire ou la faillite dans l’accomplissement dans la volonté révélée de Dieu (Gen 3.6)

un état : l’absence de droiture : Gen 3.7 ; Ps 32.1-5)

une disposition : l’inimitié contre Dieu (Gen 3.8-13)

Les mots, qui décrivent le péché dans quelques-unes de ses formes. Hébreu:

1. « CHATA, »        sortir du chemin, manquer le but. 2. « PESHA, » transgresser. 3. « AVLAH, »         tordre, agir d’une manière perverse.

Grec:

1. « HAMARTIA, »  manquer le but. 2.   « PARAPTOMA, »    s’éloigner de la loi, de la vérité, du droit. Offense. 3.  « PARABASIS, »    aller au delà de la vérité et du bien, une transgression.                                 4.  « ANOMIA, »   indiscipliné. Iniquité. 5.  « ASEBEIA, » irrévérence. Impiété

Définition.  « Le péché est le manque de conformité, ou la transgression de la loi de Dieu. »

 Les enfants de Dieu dans leur majorité ne sont pas totalement conscients des enjeux et de la dimension exacte du combat spirituel auquel ils font face chaque jour. Toute attaque aussi petite soit-elle fait partie de la stratégie parfois très subtile du malin tendant à nous déstabiliser dans un domaine : Une fatigue sans cause quand nous voulons prier, une occupation brusque pour nous écarter d’une urgence spirituelle, un risque quelconque d’accident et bien d’autres sont des astuces du monde des ténèbres pour nous pousser à la dépression afin d’avoir une porte ouverte qui favorisera l’accès par un droit légal des esprits démoniaques dans notre vie. Très occupé généralement, nous sommes dans le collimateur du mot anglais BUSY dont la décomposition nous conduira à :

B = being    U= under     S= Satan           Y= yoke (Being Under Satan’s Yoke)

La fausse confession :

Depuis la nuit des temps, Caïn reste le père de l’anti-confession authentique (Gen 4.3). Pour semer encore plus de confusion avec l’intention de faire perdre les traces de la confession telle qu’instituée par Dieu, Lucifer dans le Jardin d’Eden introduisit des formes de confessions inconnues de Dieu dont le caractère et la nature sont est essentiellement la vérité : « la femme que tu as mise à côté de moi » ; le serpent m’a séduit et j’ai mangé ». C’est ainsi que de nos jours, on distingue plusieurs formes de confessions dont le seul but est de faire perdre les traces de la vérité. La visée du diable étant de semer le désordre et la confusion. Quelques formes de la confession :

- la confession auriculaire (tire son origine de Nimrod dans le but de maîtriser le peuple sous sa domination. Plus tard, le Catholicisme romain repris cette méthode antibiblique.

- la confession isolée, secrète et individuelle qui est un subterfuge pour cacher son mal (2 Samuel 11.4 ; Psaumes 32.41-5)

- la confession publique et détaillée (Josué 7.19-21)

- la confession hypocrite, (en dissimulant d’autres faits)                 

- la justification (on avoue son mal en justifiant la raison de son forfait)

- on donne des cadeaux au lieu d’avouer ouvertement son mal et demander pardon.

Le mot confession a plusieurs sens et signifie :

faire une déclaration de ses péchés (Esdras 10.1)

Faire un aveu (Daniel 9.4)

Faire une déclaration publique de sa foi (1Tite 6.13)

Manifestation de sa croyance religieuse (1 Tim 6.12)

Dans les textes hébreux et grecs, la confession des péchés implique le brisement, le regret, le dégoût de soi, l’humiliation, le cœur brisé, le chagrin :

1 Rois 21.27-29

Jonas 3.4-10

2 Chron 7.14

Esaïe 38.2-3

Luc 15.17 

Dans l’expression hébraïque, confesser veut dire : ‘‘faire une alliance avec sa bouche et s’y adhérer dans l’accomplissement de sa manifestation’’. En grec, le sens signifie tout simplement faire une alliance avec sa bouche.

Conséquences du péché : La confession rétablie la communion, l’intimité rompue entre Dieu et le coupable, mais n’ôte pas les conséquences :

Prov. 6.24-31 ; Gal 6.7 ; 2 Sam 12.7-14 ; 1 Cor 3.10-15

Le péché sexuel tel que nous l’avons vu dans ses implications spirituelles enchaine l’homme à un esclavagisme sans précédent, ruinant son potentiel spirituel pour faire de lui un vrai cadavre spirituel ambulant. La confession des péchés ne devrait pas souffrir d’entorse, mais devrait respecter les principes scripturaires faute de se voir nulle et désapprouvée par Dieu. Toutefois, un seul péché est commis à la fois et jamais deux en même temps :

     « Et vous, lorsque vous étiez morts dans vos fautes et dans l'incirconcision de votre chair, il vous a vivifiés ensemble avec lui, nous ayant pardonnés toutes nos fautes,  ayant effacé l'obligation qui était contre nous, laquelle consistait en ordonnances et qui nous était contraire, et il l'a ôtée en la clouant à la croix : ayant dépouillé les principautés et les autorités, il les a produites en public, triomphant d'elles en la croix » (Col 2.13-15).

« Et il arrivera, s'il est coupable en l'un de ces points-là, qu'il confessera ce en quoi il aura péché ; et il amènera à l'Éternel son sacrifice pour le délit, pour son péché qu'il a commis, une femelle du menu bétail, soit brebis, soit chèvre, en sacrifice pour le péché; et le sacrificateur fera propitiation pour lui pour le purifier de son péché » (Lév. 5.5-6)

De ce texte, il ressort que ce n’est pas la personne du coupable qui est concernées, mais les actes posés par cette personne. Dans ce chapitre, nus ressortirons trois différents parmi les nombreux autres renfermés dans les Ecritures :

  1. la souillure contactée personnellement par inadvertance, les paroles prononcées à la légère (Lév. 5.1-13).
  2. Les infidélités commises envers ce qui est consacré à l’Eternel (Lév. 5.14-19)
  3. Les infidélités commises délibérément au préjudice du prochain (implication d’un sacrifice de bélier, de la restitution augmenté du 5ème de sa valeur) (Lév. 5.20-26).

Généralement, le péché entre en relation avec quatre parties différentes :

  1. Dieu
  2. le diable
  3. le pécheur
  4. le prochain

La confession est l'aveu, l'affirmation publique de sa foi et de ses péchés. (Josué 7.20 ; Juges 10.10 ; Daniel 9.5). En gardant les péchés,  on perd la paix du cœur car il est écrit : "Il n'y a point de paix pour le méchant" (Esaïe 57.21 ; Ps 32.1-5 ; 1 Jean 1.7-9).

La confession des péchés est donc publique et non privée :

« Confessez donc vos fautes l'un à l'autre, et priez l'un pour l'autre, en sorte que vos soyez guéris: la fervente supplication du juste peut beaucoup » (Jacques 5.16). Darby

« Reconnaissez donc vos péchés les uns devant les autres et souhaitez–vous du bien les uns aux autres, pour que vous soyez guéris. La prière du juste, mise en œuvre, a beaucoup de force »(Jacques 5.16). 16 

« Prenez l’habitude de vous confesser mutuellement vos péchés et de prier les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente d’un homme juste possède une singulière puissance »(Jacques 5.16 – Parole Vivante).

« Alors reconnaissez vos péchés les uns devant les autres. Priez les uns pour les autres afin d’être guéris. La prière d’un homme juste est très puissante » (Jacques 5.16–Parole de Vie)

 

-Israël confessa ses péchés, les péchés de leurs pères, les résistances qu'ils ont opposées à l'Eternel.

-Si le peuple sur qui le nom de Dieu est invoqué s'humilie prie, et cherche Dieu, Dieu le guérira : 2 Chron. 7.14 :

-Confession et séparation d'avec le péché (Esdras 10.11)

-La dissimulation de ses iniquités produit l'échec (Prov. 28.13)

-Reconnaître ses fautes sans se justifier (Jérémie 3.13)

-Dieu est fidèle et juste pour pardonner les péchés (1 Jean 1.9)

        Exemple de confession des péchés :

                              -Acan : Josué 7.20 (Il reconnaît implicitement ses péchés et explique comment il a succombé à la tentation, détaille les objets volés ; il procède même à la restitution en indiquant où il les a cachés pour qu'on les reprenne.

                              -Saül : 1 Samuel 15.24

                              -David : 2 Samuel 12.13

                              -Le fils prodigue : Luc 15.17-18

 

L'abandon du mal : la vraie repentance produit un dégoût du péché, une rupture des mauvaises habitudes, suivi jusque là. Il s'agit de changement de vie, produire les fruits dignes de la repentance (Luc 3.8 ; Actes 26.20). Cette étape en sept points bien accomplie conduit à la restauration.

 

LES MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

 

On appelle MST toutes les maladies pouvant être transmises lors d'un rapport sexuel. Ces maladies, présentent d'autres singularités : 
- Le début de leur évolution peut rester longtemps silencieux. 
- Leur traitement est quasi inexistant ou difficile dans de nombreux cas. 
- Les séquelles sont parfois dramatiques voir mortelles pour certaines maladies. 
Le responsable peut être : un virus, une levure, un parasite ou une bactérie. 

 

Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST, les “maladies vénériennes”) sont des infections transmises d’une personne à une autre par contact sexuel. Ces infections provoquent souvent des symptômes (irritations, boutons, plaies, écoulements...) au niveau du sexe ainsi que sur la peau autour du vagin, du pénis, de la bouche, de l’anus, ou parfois sur tout le corps.

Les IST se transmettent très facilement, parfois par simple contact ou même par le baiser (herpès, syphilis, etc.) : le préservatif ne suffit pas toujours pour se protéger. Les IST rendent les muqueuses plus fragiles et augmentent le risque d’attraper ou de transmettre le VIH, le virus qui cause le sida.

Attention : la plupart des IST passent inaperçues et peuvent être à l’origine de cancer si elles ne sont pas dépistées ni traitées, surtout chez les femmes.

 

Aujourd'hui, on les appelle plutôt I.S.T. (infections sexuellement transmissibles). Le grand public connaît, des maladies sexuellement transmissibles, les maladies vénériennes classiques c'est-à-dire la syphilis, la gonococcie, le chancre mou, le lympho granulome vénérien et éventuellement le granulome inguinal. D'autres infections bactériennes ou virale virales ont une transmission également sexuelle et font partie des maladies sexuellement transmissibles.

 

D'après l'OMS l'incidence chaque année, en ce qui concerne les maladies sexuellement transmissibles (en dehors du sida) est d'environ 350 millions de cas.

Les personnes les plus touchées sont celles qui ont de nombreux partenaires sexuels.

Les MST les plus fréquentes sont aujourd'hui :

  • L'herpès génital.
  • La syphilis.
  • Les condylomes génitaux.
  • Les infections à chlamydia (chlamydiose) et la trichomonase.
  • La gonococcie.
  • Le sida.

Jusqu'aux années 1970, les MST étaient presqu'exclusivement :

  • la blennoragie
  • la syphilis
  • le chancre mou
  • la lymphogranulomatose vénérienne

Elles étaient assez facilement traitées par les antibiotiques.

Ces 4 maladies ne constituent aujourd'hui qu'environ 15% des MST traitées.
Depuis le début des années 1980, les MST se sont multipliées, avec notamment le développement de l'herpès, de l'hépatite B et du sida (identifié en 1982) : les MST sont redevenues des maladies pouvant entraîner la mort.

 

Liste (non exhaustive) des micro-organismes responsables de maladies sexuellement transmissibles (MST) et des pathologies qu'elles entraînent.

Bactéries

  • Gardelerella vaginalis : inflammation du vagin de nature bactérienne.
  • Treponema pallidum : syphilis.
  • Shigella : shigellose essentiellement chez l'homme homosexuel.
  • Calymmapobacterium granulomatis : granulome inguinal.
  • Haemophilus Ducreyi : chancre mou.
  • Neisseria gonorrhée : gonococcie et inflammation du rectum (rectite).
  • Mycoplasma hominis : inflammation de l'urètre non lié à gonocoque et inflammation des trompes utérines (salpingite).
  • Streptocoque du groupe B : septicémie chez le nouveau-né.
  • Ureaplasma urealyticum (le plus souvent associée à mycoplasma) :urétrite (inflammations de l'urètre, pyélonéphrite (infections du rein proprement dit, pneumonie chez le nouveau-né, péricardite (inflammation du péricarde : membrane de protection et de recouvrement du cœur), infections des plaies après une césarienne.
  • Chlamydia trachomatis : lympho granulome vénérienne, inflammation du col de l'utérus (cervicites), inflammation des trompes de Fallope (salpingite) inflammation du vagin (vaginite) de nature bactérienne, inflammation de l'urètre (urétrite) non liée à gonocoque.

Virus

  • Cytomégalovirus : infection de nature congénitale ou survenant après la naissance.
  • Papillomavirus : condylome acuminé.
  • Virus V. I. H. : syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA).
  • Virus molluscum contagiosum : molluscum contagiosum.
  • Virus d'hépatite essentiellement du groupe B : hépatite virale.
  • Herpès virus simplex : herpès génital et herpès chez le nouveau-né.

Protozoaire 

  • Entamoeba histolytica : amibiase surtout chez homosexuel mal.
  • Trichomonase vaginalis : trichomonase urogénitale.
  • Giardia lamblia : giardiase surtout chez homosexuel mal.

Levure

  • Candida albicans : bureau vaginite et balanite.

Ectoparasite

  • Sarcoptes scabiei : gale.
  • Phtirius pubis : Phtiriase.

Il existe un grand nombre de maladies vénériennes (liste non exhaustive) :

La chlamydiose urogénitale concernait, en 2007, plus de 90 millions de nouveaux cas. Une récente enquête effectuée aux États-Unis montre que cette affection est la maladie sexuellement transmissible la plus fréquente. Cette infection n'entraîne pas, le plus souvent, de symptômes évidents. Quand une infection à Chlamydia n'est pas diagnostiquée, elle est susceptible d'entraîner la stérilité chez certaines femmes. La transmission au moment de l'accouchement entre la mère et l'enfant est possible et aboutit à une conjonctivite ou à une inflammation de l'oeil chez le nouveau-né. Chez l'homme l'inflammation de l'urètre est susceptible d'aboutir à une infection des canaux déférents et des testicules ainsi qu'une épididymite (inflammation de l'épididyme). Les examens de laboratoire permettent, à travers la PCR (polymérisation en chaîne) à partir d'échantillons d'urine ou de prélèvement provenant de l'intérieur d'une urètre ou du col de l'utérus, de poser le diagnostic. Le traitement nécessite une antibiothérapie (administration d'antibiotiques).

La blennorragie
 est due au gonocoque et se caractérise par une inflammation des organes génitaux associée à un écoulement purulent (de pus).

La chancrelle, appelée également chancroïde, chancre mou ou simple, est une maladie spécifiquement locale, due au bacille de Ducrey. Elle consiste en un ulcère sécrétant du pus qui est inoculable (contagieux, qui peut être transmis),  se caractérisant par des bords taillés à pic, dont le fond est suppurant, et s'accompagnant d'une adénopathie (ganglions malades) de nature inflammatoire.

La maladie de Nicolas et Favre
 est due à un Chlamydia et se caractérise chez l'homme par une inflammation des ganglions (qui augmentent de volume) qui s'accompagne de pus (fistules : communications multiples) et chez la femme spécifiquement par une inflammation de la vulve et quelquefois du rectum.

La complication des maladies sexuellement transmissibles conduit tour à tour au :

  1. Salpingite : inflammation des trompes de Fallope, pouvant entraîner une stérilité.
    2.     Cancer de l'utérus : risque accru par les papillomatose.
    3.     L'hépatite B et le sida mettent en danger la vie du patient. 

Il est important de ressortir ces éléments dont l’importance n’est pas de moindre afin que nous connaissions que les recommandations de Die sont pour notre bien. Le péché sexuel, nous ne devons jamais l’oublier, a de grave conséquences spirituelles et physiques. Alors, fuyons le péché sexuel.

  • Renoncement à l’homosexualité, fellation, masturbation et lesbianisme 

Père céleste, au nom de Jésus-Christ, je confesse et je me repens de tout péché de lesbianisme, d’homosexualité, de fellation et masturbation et je te demande de me pardonner au nom de Jésus Christ. Je renonce maintenant et je brise la malédiction de la sodomie sur ma vie et sur ma famille. Je renonce, brise et me délie de toute malédiction et toute implication dans l’homosexualité, la fellation, le cunnilingus, l’analingus, la masturbation par l’autorité de Jésus Christ.

 

Je renonce et brise chacune de toutes les malédictions et démons relatifs à l’homosexualité, la fellation, le cunnilingus, l’analingus, la masturbation  que j’ai pu contacter ou hériter de chaque côté de ma famille jusqu’à la septième génération. Je lie les démons l’homosexualité, la fellation, le cunnilingus, l’analingus, la masturbation et leur commande de me quitter tout de suite au nom de Jésus. Vous n’avez pas de place, ni de droits légaux de demeurer encore en moi parce que j’ai été racheté par le sang de Jésus Christ. Je refuse et renonce à toute impureté, perversion, maladie, ou affection causée dans ma vie en rapport au péché l’homosexualité, la fellation, le cunnilingus, l’analingus, la masturbation.

 

Je te remercie Seigneur Jésus de me purifier de toutes ces choses qui me tenaient loin de ta sainte présence. Je te loue, car tu es mon rédempteur, mon libérateur, mon Sauveur et je te remercie de m’avoir affranchi. Amen !

 

Délivrance du Péché Sexuel

 

Le péché sexuel est une offense délibérée, à la loi divine. Au regard des textes de Genèse 35.22, 49.3-4 et Malachie 2.14-15, il s’établit de fait qu’Agar et Bilha sont considérées comme les femmes d’Abraham et Jacob pourtant l’une et l’autre n’était que concubine.

Puisque le péché sexuel unit physiquement, spirituellement, il touche les principales parties composantes de l’homme à savoir : esprit, âme et corps. De cette déduction, ce péché fait de deux un. Un lien s’établie donc de fait entre les deux partenaires sexuels qui, par le contact du sexe, se partagent l’un et l’autre les malédictions et caractères.

Ce péché ne se commet pas en bloc, mais par cas isolé dans les circonstances pas forcément semblables et dans un caractère toujours particulier, chaque être étant une entité. Cette union demande toujours un accord de l’autre partie, d’où une alliance établie avant l’acte sexuel. Chaque alliance a ses clauses.

La libération du péché sexuel demande au préalable :

  1. Le recensement de tous les partenaires sexuels
  2. Confesser ce péché cas par cas en citant nommément le partenaire illégal.
  3. Renoncer à ce péché dans chacun des cas, et briser les liens d’âme impie établis avec chaque partenaire illégal.
  4. Dénoncer les esprits d’impudicité qui ont été introduits dans nos vies par le contact sexuel et ordonner leur départ au nom de Jésus.
  5. Retirer aux esprits d’impudicité le pouvoir que nous leur avons donné dans nos vies
  6. Délier les bénédictions qui ont été retenues, rendant nos vies désertiques par le péché sexuel
  7. Fermer les portes d’entrée de ces péchés et proclamer la délivrance
  8. Remercier Dieu pour la délivrance et inviter le Saint-Esprit pour contrer notre vie sexuel et émotionnelle.

 Prière de Délivrance

Au nom de Jésus, je dénonce le péché commis par mes parents, mes grands-parents ou mes ancêtres à travers l’adoration des idoles. Je révoque ainsi la malédiction qui pèse sur ma vie, la vie mon épouse, mon mari, de mon frère, de ma sœur ou de quelqu’un des miens en raison de leur participation à l’adoration des idoles.

 

Vous, esprits de qui êtes en mission dans ma vie, dans la vie de mon épouse, de mon mari, dans la vie de mon frère ou de quelqu’un des miens, je  vous lie et je vous ordonne de libérer votre emprise à ce instant même au nom Tout-Puissant de Jésus.

Au nom de Jésus, je vous ordonne de prendre tout ce que vous représentez dans ma vie, dans la vie de mon épouse, de mon mari, dans la vie des miens et de sortir sous la forme de l’air ou sous la forme liquide par toutes les ouvertures de mon corps.

Je me libère, libère mon épouse, mon mari, mon frère ou ma sœur et libère les miens, de vos manipulations par la puissance du Saint Esprit. J’efface toutes vos marques d’identification sur son corps avec le sang de Jésus. A partir d’aujourd’hui, je dessine  une nouvelle marque de bénédiction sur sa vie, sur ma vie, sur la vie des miens. Au nom de Jésus, je libère toutes ces bénédictions que vous avez interceptées en raison de la malédiction sur ma vie, sur la vie de mon épouse, de mon mari, sur la vie de mon frère, sur la vie des miens. Je déclare ouvertes, toutes les portes de bénédictions, de faveurs et de progrès, qui avaient été auparavant fermées.

I- Consécration ou alliance Parentales de la Sexualité occulte 

Au nom de Jésus, volontairement et par la puissance du Saint-Esprit, je brise toute alliance passée en mon nom,           au nom de mon épouse, de mon mari, au nom de mon frère, de ma sœur ou au nom de quelqu’un des miens, par mes parents, ses parents ou leurs parents avec vous esprits (citer leurs noms).

 

Je détruis toute consécration qu’ils ont faite en mon nom, au nom de mon épouse, de mon mari, au nom de mon frère, de ma sœur, ou au nom de quelqu’un des  miens.

 

Au nom de Jésus, je vous lie, vous esprits qui êtes en mission dans la vie de ma me vie, la vie de mon épouse, de mon mari,  la vie de ma sœur, de mon frère ou de quelqu’un de miens  et je mets un terme à vos missions maintenant. Je vous ordonne de prendre tout ce qui vous sert de point de contact ainsi que tout ce que vous avez déposé dans ma vie, dans sa vie ou dans leur vie et de sortir sous la forme de l’air ou sous la forme liquide par toutes les ouvertures de son corps.

 

Je libère chacune de mes bénédictions, de ses bénédictions ou de leurs bénédictions que vous avez interceptées dans le nom de Jésus. 

II.           Esprit de sorcellerie & Occultisme sexuel 

                          Au nom de Jésus, je m’élève contre les esprits de sorcellerie qui opèrent dans ma vie, dans la vie mon épouse, de mon mari, de mon frère, de ma sœur ou de quelqu’un des miens.  

 

                         Esprit de sorcellerie, je vous lie dans le nom de Jésus. Je détruis tous vos points de contacts dans ma vie, dans sa vie et dans leur vie. Je détruis chaque chose qui me, qui le, qui la ou qui les représente dans votre réunion.

 

           Au nom de Jésus, je vous ordonne esprits de sorcellerie de libérer votre emprise sur ma vie, sur la vie de mon épouse, de mon mari, de mon frère, de ma sœur ou de quelqu’un des miens, sur nos affaires, sur nos mariages, sur nos études, sur nos finances, prenez tout ce qui vous sert de points de contact et sortez.

 

                     Au nom de Jésus, j’aveugle tout esprit de sorcellerie sur moi, mon épouse, mon mari, sur mon frère, sur ma sœur, sur chacun des miens, sur nos familles, nos affaires, nos finances, nos mariages, nos enfants, nos projets, notre vie spirituelle et matérielle etc..

                     Au nom de Jésus, je ferme la bouche de tout esprit de sorcellerie qui fait des incantations ou prononce des malédictions contre moi, contre mon épouse, mon mari, mon frère, ma sœur ou quelqu’un des miens.

 

                     Au nom de Jésus, je ferme la bouche de tout esprit de sorcellerie qui fait des incantations ou prononce des malédictions contre moi, contre mon épouse, mon mari, mon frère, ma sœur ou quelqu’un des miens.

 

                     Au nom de Jésus, je paralyse la main de tout esprit de sorcellerie contre moi, contre mon épouse, contre mon frère, contre ma sœur, contre chaque membre de ma famille.

                   Au nom de Jésus, je mets fin à vos missions, à vous esprits de sorcellerie, qui avez été dirigés contre moi, contre mon épouse, contre mon frère, contre ma sœur ou contre chaque membre de ma famille. Je vous ordonne de repartir d’où vous venez étant enveloppés mille fois de puissance pour accomplir votre mission sur celui qui vous a envoyés. 

III.    REVOCATION DES COLONS SPIRITUELS & MARIS SPIRITUELS 

Je renonce, révoque, brise et me délie des Colons et geôliers spirituels, par le sang de Jésus Christ.

Je renonce, révoque, brise et me délie de la sexualité occulte par moi-même, par mes parents, grands-parents ou ancêtres par le sang de Jésus Christ.

Je renonce, révoque, brise et me délie des fiançailles et mariages spirituels, des enfants spirituels,  des fiancés et maris spirituels par le sang de Jésus Christ.

Je renonce, révoque les pactes et engagements occultes dans le domaine du mariage par le sang de Jésus Christ.

Je brise toutes les alliances maritales illégales conscientes et inconscientes par le sang de Jésus Christ.

Par le sang de Jésus Christ, je détruis toute la forteresse de contrôle spirituelle placée par le monde des ténèbres pour me surveiller.

Je brise leurs effets et influences sur moi par le sang de Jésus Christ.

Par le sang de Jésus Christ, je détruis la bague, la tenue de mariage, le contact et les alliances maritales allant de la dot à la cérémonie de mariage.

Je brise toutes les alliances et engagements relatifs au domaine occulte de mariage par le sang de Jésus Christ.

Je romps les liens et révoque les alliances avec les servantes spirituelles du mariage occulte du monde des ténèbres par le sang de Jésus Christ.

J’ordonne au nom de Jésus Christ que le feu du ciel consume les résidences et biens maritaux m’appartenant dans le monde des ténèbres.

Je brise les liens avec les résidences du monde des eaux, des cimetières, des airs et des brousses, des déserts et du monde des ténèbres avec le sang de Jésus Christ.

Je révoque et anéantis toutes poursuites et réclamations du monde des ténèbres contre moi par le Tout-Puissant nom de Jésus Christ.

Je révoque de ma vie tout autre partenaire marital illégal par le sang de Jésus Christ.

J’ordonne au nom de Jésus Christ, que le feu du Saint-Esprit et le sang de Jésus Christ consume et efface mon nom et mes traces dans les registres et documents du monde des ténèbres en rapport avec toute alliance et mariage non réglementé par la volonté de Dieu.

Je révoque et brise toute cage, envoûtement, sort, incantation, conjuration, charme, rite, rituel et implant, qui me retenait captif au détriment de la volonté de Dieu sur le plan marital.

Je révoque sur ma vie toute emprise de Satana Chia et d’Asmodée par le sang de Jésus Christ. Je prophétise la prospérité et la bénédiction divine sur mon foyer.

Dr André CHOUBEU  

 

 

 

download.jpg

 

Voir les commentaires

LES PECHES SEXUELS (1)

14 Décembre 2011 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

LES PECHES  SEXUELS

 

Introduction :

A la lumière des Saintes Ecritures, le monde de Noé fut détruit à cause de la perversion sexuelle qui plongea les hommes d’alors  dans la dépravation et une déperdition sans précédent.

Le monde était alors constitué de deux races : celle de Caïn et de Seth. La postérité de Caïn était impie et celle de Seth pieuse. Une minutieuse considération des Sainte Ecritures laisse voir de manière on ne peut plus claire, que la postérité de Caïn prit un envol très matérialiste au grand dam (préjudice) de  la spiritualité (Gen 4.16-24). La descendance de Caïn par Lemec introduisit une déchéance totale dans l’institution divine du mariage par l’instauration de la polygamie (Gen 4.19). Satan pour exciter la colère de Dieu sur le monde, plongea l’humanité dans un péché contre nature. Les anges couchèrent avec les belles filles, abandonnant leur domicile céleste.

De cette abominable union entre les filles des hommes et les anges, naquirent une race de géant impie (Gen. 6.1-12, 4-5), que l’on appelait les «Néphilim».

La rapide croissance de cette race attrista Dieu au point où il regretta d’avoir créer l’homme (Gen. 6. 6-7). Satan voulait par une totale corruption de la race humaine empêcher qu’il se trouve sur la terre un fils de descendance directe et pure d’Adam, de qui fusse sorti le fils promis qui écrasera la tête du serpent.

Noé fut  la seule pure descendance en qui ne fut point trouvé la compromission (Gen. 6. 10-13). A cause de cette perversion généralisée, Dieu dû détruire toute la terre pour préserver une saine race humaine encore conservée par l'intègre Noé.

Plus tard, Dieu a détruit Sodome et Gomorrhe toujours à cause de la perversion sexuelle qui avait gagné les mœurs de ces villes-là (Gen. 19.5).

Le diable œuvre chaque jour de manière plus efficace pour l’expansion et la promotion de ce péché dont les conséquences sont multiples et sur plusieurs aspects. Alors que les non- avertis focalisent leur regard sur les traditionnelles méthodes du péché sexuel, le diable multiplie très subtilement les manières de commettre ce péché aujourd’hui à large spectre.

Pour vulgariser ce péché, Satan a multiplié ses voies d’accès, en sorte que les mots pudeur, bon sens, honte ont perdu leur signification réelle. «Pourvu que l’on y trouve son plaisir» est devenu le credo international des professionnels sous ses diverses formes.

Les différentes voies d’accès et méthodes par Satan instituées pour l’adorer par l’impudicité sont : l’orgueil, l’Asexualité, l’aphrodisiaque, le crime, les relations sexuelles buccales - génitales, la sexualité occulte, la misogynie et la misanthropie.

La confession authentique tient compte du détail des péchés. La lecture du livre de Lévitique 18.6-23 ; 20.10-21, permet de découvrir plusieurs types de péchés sexuels

ayant des conséquences diversifiées : 

 

‘‘A - Les 12 fausses idées qui poussent les gens à l'impudicité

William Backus dans son livre «Changer pour mieux vivre» dit : Êtes-vous dominés par vos pulsions sexuelles ? Les idées fausses conduisent au désordre sexuel :

1° Je ne peux pas contrôler mes pulsions sexuelles

Adoptez un nouvel état d'esprit et dites-vous: «Je suis capable de dominer mes impulsions; jamais plus je ne dirai que cela m'est impossible.»

2° Vous êtes un vrai homme si vous avez de nombreuses aventures sexuelles.

3° Les femmes libérées font l'amour quand et avec qui elles veulent, c'est un des  privilèges qu'elles ont obtenus avec l'égalité des sexes.

 

 4° Si vous n'avez pas d'aventures sexuelles régulières vous n'êtes pas normal.

Ces trois dernières idées erronées ont une racine commune: «Les aventures sexuelles prouvent quelque chose». C'est un signe de réussite, un exploit, une prouesse. Vous démontrez ainsi au monde qui vous entoure que vous êtes désirable, amusant, libéré de principes dépassés et surtout, très normal.

Il est faux de croire que l'on jugera votre valeur humaine, votre beauté ou votre intelligence d'après vos performances sexuelles. La féminité ou la virilité ne se démontrent pas ainsi. Et de fait, les psychologues estiment que les comportements sexuels immoraux sont source de souffrance psychologique, et que par contre, la pureté sexuelle est source de bonheur.

5° Les autres semblent très heureux dans leurs aventures sexuelles. Si je n'en ai pas moi aussi, je suis laissé pour compte. C'est injuste.

6° Les autres ne se sentent ni honteux ni coupables d'avoir de nombreux partenaires. Il n'est pas juste que j'éprouve ces mêmes sentiments.

Sommes-nous au cœur de la vie intime des autres pour savoir si ce dont ils se vantent est réellement juste? Non, bien sûr... Nous ne savons ce qu'ils font, ressentent ou aiment, que par nos hypothèses, nos conclusions et par les propos vantards qu'ils tiennent dans le but de susciter notre envie et de provoquer notre admiration.

7° L'acte sexuel n'est qu'un acte mécanique sans aucune implication morale; la morale n'est plus nécessaire comme du temps où la contraception n'était pas au point et où les maladies vénériennes étaient difficilement guérissables.

8° Le mariage n'est qu'une formalité administrative, un simple morceau de papier; ceux qui s'aiment n'ont nul besoin de se marier.

9° La sexualité est une affaire privée qui ne regarde personne d'autre que vous et votre partenaire.

Certes, votre sexualité ne concerne que vous. Cependant il est important de prendre conscience que tout acte sexuel a des répercussions non seulement personnelles mais également sociales. Familles monoparentales, couples séparés, pauvreté liée à la surpopulation, maladies transmises sexuellement, sont autant de raisons qui nous interdisent de dire: «Ma sexualité ne concerne que moi.»

10° Le seul moyen d'éviter qu'il nous quitte c'est d'accepter des relations sexuelles avec lui.

Les rapports sexuels en dehors du mariage intensifient rarement l'amour ou l'intérêt d'une personne, au contraire.

(Le webmestre: On peut penser à Amnon qui éprouvait une grande passion pour Tamar mais qui l'a prise en dégoût après avoir assouvi ses désirs.)

11° Il n'y a rien de mal à ce que deux adultes consentants aient des relations sexuelles.

Apparemment aucun mal en effet. Lorsque deux personnes s'unissent, leur intimité ne se restreint pas uniquement à leur couple mais s'étend à chacune des personnes ayant vécu un rapport charnel avec l'un des partenaires. Cet état de fait est devenu une question de vie ou de mort depuis que le SIDA a radicalement transformé la signification des relations sexuelles occasionnelles. Ainsi une seule relation avec un partenaire de passage suffit pour vous conduire à la mort.

(Le webmestre: L'ex-joueur de hockey Bill Goldsworthy a passé dans les médias pour témoigner des dangers des relations sexuelles inconsidérées. Il avait quitté sa femme et s'était envoyé en l'air avec un peu n'importe qui. Il a attrapé le SIDA. IL est revenu auprès de sa femme, et il est mort pas longtemps après.)

12° La chasteté est néfaste.

Si effectivement la chasteté était néfaste pour l'homme, Dieu serait un mauvais Père en nous la proposant. Nous savons qu'il n'en n'est rien. En outre les plus récentes recherches en psychologie n'ont jamais démontré que le manque d'activité sexuelle soit nuisible. Certes l'abstinence est rarement plaisante, agréable ou facile; certains la vivent parfois plus difficilement que d'autres mais soyez convaincu qu'elle ne vous fera aucun mal’’.

La lecture du livre de Lévitique 18.6-23 ; 20.10-21, permet de découvrir plusieurs types de péchés sexuels ayant des conséquences diversifiées : 

  1. 1.   ADULTERE (v. 10) : Infidélité conjugale. (Le coupable était puni de mort physique) Aujourd’hui,  cette mort est spirituelle. Toutefois, sa manifestation sur le corps physique est réelle. Cette personne est morte quoique vivante (1 Tim 5.6 ; Apoc 3.1c). L’adultère peut être en esprit lorsque l’un des partenaires est dans son foyer de corps et non de cœur. Dans son cœur, il est en situation de divorce, bien qu’étant fictivement dans son foyer. Les sœurs qui résistent à 1 Cor 7.4 sont en position d’adultère. Il arrive que certains partenaires pour des raisons diverses n’arrivent jamais à l’orgasme sans penser à un ancien partenaire X. Ceci est une situation d’adultère de fait.  Les partenaires qui pour quelque raison que ce soit regrettent d’être en mariage à cause de leurs conjoints sont des adultères (Mal 2.13-16). Le partenaire qui a une personne autre que son conjoint légal, attachée en son esprit, ou qui convoite le foyer d’autrui est un adultère devant Dieu.     

- L’INFIDELITE CONJUGALE ou adultère se manifeste à une grande échelle. Beaucoup de couples sont visiblement ensemble, mais en esprit, le divorce entre eux a longtemps été consommé. Lorsque pour un conflit la communion se coupe, la femme sur le lit conjugal regarde au septentrion (Nord) alors que l’époux est au midi (sud), quel esprit anime l’un et l’autre ? Dans leur esprit, n’y a-t-il pas répudiation ? Pourtant,  il est écrit : …’’Dieu est témoin entre toi et la femme de ta jeunesse à laquelle tu es infidèle… Prenez donc garde en votre esprit et ne soyez pas infidèle, car je hais la répudiation’’ (Mal 2.13-16). ‘‘L’homme qui répudie sa femme ou vice versa, l’expose à devenir adultère’’ (Mc 10.11-12.

  1. 2.   INCESTE (v.11-12,17) : Relation coupable avec une parenté :

     Acte sexuel avec   :

     -    la femme de son père (1 Cor 5.1-5 ; Lév. 18.16)

-      son frère ou sa sœur (Lév. 18.9)

-      sa belle-fille ou son beau-fils (Lév. 18.10,15)

-      son oncle ou sa tante (Lév. 18.12-14)

-      son cousin, sa cousine, son neveu ou sa nièce Lév. 18.11)

-      etc.        

             Les coupables étaient punis de mort.

             L’inceste ramène les coupables à l’état animal. Les animaux dans leurs divers rapports ne distinguent ni mère, ni sœurs, ni tantes, grands-mères et autres. Le seul objectif chez l’animal est la satisfaction de l’instinct sexuel. La lecture du livre de Lév. 18.6-30 ; 20.5-22 apportera une lumière sur la loi divine et ses conséquences quant à la vie du péché sexuel. 

  1. 3.   HOMOSEXUALITE (v.13) : Inversion sexuelle ou affinité sexuelle éprouvée pour une personne de son sexe. Relation sexuelle par voie anale (anus) entre deux hommes (Rom. 1.26-28). Les coupables étaient punis de mort. 
  1. 4.   LESBIANISME / SAPHISME : Perversion sexuelle entre deux femmes qui se prennent comme mâle et femelle. Homosexualité féminine. La femme se couche sur l’autre comme en position sexuelle et caresse son partenaire jusqu’à ce qu’orgasme s’en suive. 
  1. 5.   EROTOMANIE : Illusion délirante d’être aimé. Obsession sexuelle et sa préoccupation. Le démon pousse les concernés à investir en temps, en argent et même faire des caprices pour attirer toujours à soi la partie qu’on veut séduire. On passe le temps à raconter les parties inventées des scènes d’amour avec des personnes pour qui on veut faire croire qu’on aime. -  L’érotisme pousse beaucoup de femmes à la cupidité d’honneur, de compliment et à des exigences fréquentes des paroles telles que : «tu es belle, coquette, tu es. tu es. «Cette attitude pousse certaines même à la folie des réclamations des choses qui ne sont pas siennes pour lesquelles elles voudraient s’en réclamer ou faire. 
  2. 6.   NARCISSISME : Contemplation et adoration de soi. Constamment, on se regarde dans de miroirs géants, se met nu, admire la charpente de son corps, apprécie les modifications qu’on peut en faire pour être le modèle qu’on veut se fabriquer.- L’esprit du narcissisme pousse au maquillage et autres astuces humaines par lesquelles  on prétend être plus élégant. C’est un esprit qui pousse aussi à l’orgueil, au lesbianisme et à une espèce de charme qui n’est en réalité que de l’occultisme.
  3. 7.   CONVOITISE : Désir immodéré de possession ; avidité, cupidité. 

Des cœurs montent diverses astuces de séduction à l’endroit de la partie pour qui on a un faible. On fait tout pour être toujours à ses côtés et le conserver pour soi seul (conquête). Dès lors, la jalousie, la haine, la surveillance très stricte de son gibier commence, une fois le plan échoué. Lorsque la convoitise s’installe dans un cœur, de nombreuses manifestations visibles voient le jour : amaigrissements anormaux, yeux brillants comme ceux d’un chat, agressivité très accentuée, manque de paix intérieure et extérieure, pensées de crime de celui qu’on convoite, et pensée de suicide de soi (en cas d’échec). Le fait de  garder le désir impudique dans le cœur poussera à la sexualité occulte en pensée avec celui qu’on convoite. 

 La convoitise pousse à la possession et même à la folie. On s’affiche ou se ridiculise, s’avilissant aux yeux de ceux pour qui on veut avoir de l’estime. Tout le cours de la vie est bouleversé et désorganisé au profit de l’homme ou de la femme pour qui on est prêt à tout pourvu que l’instinct sexuel soit satisfait. Parfois pour parvenir, on utilise de basses manœuvres, ayant déjà un instinct possessif de ce que l’on veut conquérir même au prix de la vie.

  1. 8.   APHRODISIAQUE : Attachement aux choses qui créent et stimule le désir sexuel. (A nos jours, ce domaine s’intensifie par les audiovisuels, les journaux, les contacts et les produits).               
  1. 9.   PORNOGRAPHIE : Représentation des choses obscènes et immorales : écrits, desseins, peintures, photos, images, films, romans  étalant la nudité, les méthodes et pratiques perverties des relations sexuelle.

- Par la vision des films, photos et images pornographiques, les messages subliminaux sont enregistrés dans le subconscient et la restitution des ces images se fera plus tard, constituant  pour  les démons, une opportunité de pousser sa victime à exercer ce qui est en lui par les choses qu’elle a vues. 

  1. 10.       ATTOUCHEMENTS IMPURS : Baisers, caresses, chatouillements des parties sensibles ou manipulations digitales des organes intimes d’un partenaire illégale dans le but de l’exciter pour aiguiser sa sensualité, ou pour  satisfaire son instinct.  Les attouchements impurs ouvrent la porte à la masturbation et à des puissants esprits d’impudicité.
  2. 11.       LASCIVITE : Ce qui évoque le plaisir sexuel : coiffure, habillement, paroles, démarches …

      La lascivité pousse son sujet à devenir un mannequin qui est un instrument démoniaque au  service de l’expansion de l’impudicité. On devient par le fait, une viande pourrie dont la mauvaise odeur appelle les mouches. On fait de son corps un objet d’exposition commercial.

  1. 12.       ORGUEIL : Très haute opinion de soi qui pousse à l’exposition et à la commercialisation de son  corps dans le domaine sexuel.
  2. 13.        SEXUALITE PAR IMAGINATION : Représentation active en pensée des choses obscènes et immorales : écrits, dessins, peintures photos, images films, romans ou des partenaires sexuels avec qui on se prostitue. Penser à un partenaire sexuel, jouir en pensée de la sexualité avec lui. 
  1. 14.         SEXUALITE AVEC DES APPAREILS : Certains hommes déçus par leurs conjoints, décident de ne plus jamais avoir affaire aux femmes. Satan pour les garder dans l’esclavage a fait fabriquer des appareils en plastiques en forme d’une femme. Lorsque ces appareils sont mis sous tension, ils vibrent et peuvent produire des caresses et des attouchements comme une femme. Ces appareils sont gonflés avant utilisation et dégonflés,  lavés après usage.
  2. 15.       PROXENETISME : Favoriser, tirer profit de la prostitution d’autrui.

      Par le proxénétisme, le sujet est un agent démoniaque jouant le rôle d’intermédiaire et de facilitateur dans l’accomplissement des desseins diaboliques, se dressant de fait comme du péché sexuel, devenant par-là, un ennemi de Dieu.

20.  FORNICATION : Relation sexuelle coupable avant le mariage

  1. 16.        PROSTITUTION, DEBAUCHE, PERVERSION : Recherche immodéré du plaisir sensuel ; obsession. Prostitution : Rapport sexuel contre argent.

- La prostitution fait de la prostituée un objet commercial de Lucifer au service du mal. Le corps devenant un champ, un marché, un comptoir de vente, il va de soi que, comme les animaux, la pourriture, la saleté, les fourmis, les vers, les reptiles, les oiseaux et autres existent dans le champ et le marché, le corps de la prostitution est un dépotoir de déchets de toutes sortes.

  1. 17.        VIOL : Violence et abus sexuel sur une personne de sexe opposé.

- Bien qu’involontaire chez la femme, le viol créé en celle-ci, un état de psychose, une haine poussée du genre masculin et la réminiscence, produit toujours un grand choc qui ne reste pas ici sans conséquences physiques. Parfois même mariée, certaines femmes à une période de leur vie, revoient cet acte odieux revenir dans leur esprit. Ceci a apporté des comportements hostiles de certaines femmes à l’égard de leur mari et a même conduit au divorce par manque de discernement chez le conjoint. En effet, à ce moment, là, la femme plongée dans la vision horrible du viol qu’elle avait subi, ne sait plus qu’elle est avec son époux légal, et pour se défendre instinctivement, elle fait violence pour se débarrasser de son bourreau.

  1. 18.          AVORTEMENT : Interruption volontaire par voie directe ou indirecte d’une grossesse.

L’avortement  est un crime pur et simple qui consiste à mettre fin à une vie humaine. Le meurtrier n’a pas la vie éternelle en lui (1 Jn 3.15). Aider, conseiller, contribuer directement ou indirectement donne lieu à une implication claire dans  l’avortement. Celui qui verse le sang en rendra compte (Gen 9.5-6). Toutes méthodes et pratiques d’avortement sont en abomination devant Dieu.

  1. 19.        PEDOPHILIE : Plaisir et passion sexuelle des hommes âgés envers les petites filles.
  2. 20.        ZOOPHILIE (BESTIALITE) : Relation sexuelle avec une bête
  3. 21.        SADISME : Perversion sexuelle qui fait souffrir physiquement ou moralement l’objet de ses désirs dans le but d’atteindre l’orgasme. Qui éprouve du plaisir à faire souffrir.
  4. 22.        MASOCHISME : Perversion (sexuelle) dans laquelle le sujet recherche  le plaisir sexuel dans les douleurs physiques et les humiliations.
  5. 23.        SATYRISME : Agression, violence et crime sexuel
  6. 24.       GIGOLETTE, TANTOUSE : Femme âgée qui garde, loge et entretien un jeune homme qu’elle pour satisfaire ses besoins sexuels.
  7. 25.       GIGOLO : Jeune homme entretenu par une femme plus âgée que lui pour  la satisfaction de ses désirs sexuels.
  8. 26.       FELLATION : Acte sexuel consistant à exciter les parties génitales masculines par les caresses buccales. Sucer, faire la pipe. 
  9. 27.       ANALINGUS : Acte sexuel consistant à faire des caresses buccales sur l’anus
  10. 28.       CUNINILINGUS : Pratique sexuelle qui met la bouche au contact des parties génitales féminines

29. - EXHIBITIONNISME : Perversion sexuelle qui consiste à exhiber ses organes génitaux. Goût de se montrer nu. – Par l’exhibition de sa nudité, les liens d’âmes très renforcés sont établis entre l’exhibitionniste et ceux qui  contemplent ce spectacle scandaleux. Certaines femmes satanistes font de la sorte pour envoûter et posséder les individus non avertis qui s’aventurent à cette scène diabolique qui ressemble étrangement au ‘‘strip-tease’’ (espèce de danse obscène dans les night clubs où les femmes danseuses se déshabillent devant les spectateurs.

30. - FETICHISME : Perversion sexuelle incitant l’individu à rechercher une satisfaction sexuelle par le contact ou la vue de certains objets sans signification érotique (photo, objet d’art, habit appartenant à une personne précise. - Le fétichisme qui est aussi une adoration secrète ou publique que l’on porte à un être humain, peut pousser une femme mariée à ne parvenir à l’orgasme  qu’en pensant à un partenaire pour qui elle a une grande passion. Dans le cas d’espèce, un puissant lien d’âme démoniaque est établi entre cette femme et cet homme à travers le lien sexuel.

  1. 31.       - ASEXUALITE : Absence totale des besoins sexuels chez une personne.         

      - L’Asexualité   quant à elle repousse l’idée de mariage chez le jeune homme ou la    jeune fille. Dans un couple ce démon sème le dégoût sexuel, dans l’ultime but de  pousser l’un des couples ou parfois les deux à se prostituer afin de déshonorer Dieu.

  1. 32.       - VAMPIRISME : Perversion sexuelle dans laquelle le sataniste pour parvenir à l’orgasme saigne sa victime. Le sujet masculin fait des rapports avec violence au point de détruire les parties intimes de la femme pour la faire saigner. A la fin, le sataniste lèche le sang de la femme.
  2. 33.          INCUBE : Démon mâle qui abuse d’une femme pendant son sommeil.
  3. 34.       SUCCUBE : Démon femelle qui vient s’unir à l’homme pendant la nuit.
  4. 35.       MISOGYNIE : Haine ou mépris des femmes. Les démons sèment à partir d’un fait cette haine des femmes dans le cœur des hommes pour les pousser à des pratiques ténébreuses et honteuses (Eph. 5. 11-12)
  5. 36.       ONANISME : Pratique qui consiste à provoquer le plaisir sexuel par l’excitation des parties génitales. Manipulation des organes génitaux pour parvenir à l’orgasme chez l’homme. Habituellement, cet acte paraît sans conséquences profondes aux yeux du profane.
  6. 37.       PEDERASTIE : Attirance sexuelle d’un homme âgé pour les jeunes garçons. Pratique homosexuelle
  7. 38.       MASTURBATION : Manipulation des organes génitaux pour parvenir au plaisir sexuel et à l’orgasme.
  8. 39.       SODOMIE : Relation sexuelle par voie anale.
  9. 40.       SATYRIASIS : Etat permanent d’excitation sexuelle chez l’homme.
  10. 41.       BEGUEULE : Personne qui se scandalise pour les choses insignifiantes.
  11. 42.       SEXUALITE PUBLIQUE : Dans des stades comme celui du football, de nombreux partenaires sexuels s’accouplent aux yeux des spectateurs qui apprécient ou disqualifient les méthodes des couples. On a accès à ces stades en payant des billets. 

43.  ABASIOPHILIE : Intérêt érotique répété, intense, incoercible consistant à choisir un(e) partenaire qui ne peut pas se déplacer sans avoir recours à une chaise roulante ou un autre type d'aide pour marcher.
44. ACROTOMOPHILIE : Intérêt érotique répété, intense, incoercible impliquant des personnes amputées ou qui portent une prothèse.
45. ALGOLAGNIE/ALGOPHILIE : Excitation sexuelle associée à une douleur ressentie ou suscitée (masochisme ou sadisme).
46. APOTEMNOPHILIE : Intérêt érotique répété, intense, incoercible impliquant le désir de devenir amputé (subir une amputation). 
47. ASPHYXIOPHILIE (Asphysie autoérotique) : L'asphyxie autoérotique est définie comme une paraphilie mais ne fait partie d'aucune nomenclature clinique. Ici, l'orgasme en tant que réaction somatique est un des effets désirés de l'asphyxie issue de la pendaison sexuelle. "
48. AUTOAGONISTOPHILIE : Intérêt érotique répété, intense, incoercible impliquant le désir d'être observé ou d'être sur une scène ou d'être filmé par une caméra comme acteur (actrice) en train d'avoir des relations sexuelles.
49. AUTOASSASSINOPHILIE : Intérêt érotique répété, intense, incoercible impliquant le désir de planifier la possibilité de sa propre mort dans une perspective massochiste par homicide.
50. AUTOGYNEPHILIE : Freud (1990) propose que les interactions sexuelles chez les individus normaux se divisent en 4 étapes: 
1.Localisation de la partenaire 
2.Interactions prétactiles 
3.Interactions tactiles 
4.Relation génitale 
Dans le voyeurisme, l'exhibitionnisme, le frotteurisme ou l'agression sexuelle, une de ces étapes seraient préférentiellement intensifiées ou il se produirait une distorsion ...L'exhibitionnisme pourrait être compris comme un trouble de la 2e étape soit les interactions prétactiles.
51. AUTONEPIOPHILIE : Intérêt érotique répété, intense, incoercible impliquant le désir de porter des couches (couches-culottes) ou d'être traité comme un enfant.
52. BAUBOPHILIE : Intérêt érotique répété, intense, incoercible impliquant le désir chez une femme de montrer ses organes génitaux (exhibitionnisme des organes génitaux).
53. BISEXUALITE : relation sexuelles avec des partenaires des deux sexes alternativement ou simultanément.
Note : On en distingue trois types selon Freud : l'un absolu, le second amphigène et le troisième circonstanciel. Le premier concerne les individus dont la sexualité ne vise que des congénères de même sexe. Le second constitue un "hermaphrodisme psychosexuel", mais contrairement à ce que pensait Krafft-Ebing de l'"hermaphrodisme psychique", il se manifeste, selon Freud, chez des sujets pour qui la sexualité peut avoir indifféremment pour objet l'un et l'autre sexe. Il s'agit en fait de ce que nous appelons aujourd'hui "la bisexualité". Le dernier, occasionnel, est celui qui relève de l'absence d'un objet sexuel normal dans des situations d'isolement telles que les pensionnats, les prisons, les bagnes ou les couvents. Freud rejette donc le caractère obligatoire congénital que certains avaient jusqu'alors attribué à l'homosexualité."
54. CATHETEROPHILIE : Intérêt érotique répété, intense, incoercible consistant à porter un cathéter dans l'urètre.
55. COPROPHEMIE : "plaisir de décontenancer des moralistes avec des paroles obscènes"."
56. COPROPHILIA/COPROPHILIE : Attitude d'intérêt complaisant pour tout ce qui touche aux excréments.
57. ECTOMORPHOPHILIE : Intérêt érotique répété, intense, incoercible impliquant un(e) partenaire qui présente une morphologie ectomorphe selon la classification de Sheldon c’est-à-dire un corps habituellement maigre.
58. ÉONISME : Le terme Éonisme est donc associé au désir que certains hommes éprouvent de se vêtir avec des vêtements qui sont socialement ou culturellement attribués aux femmes.
59. ÉPHEBOPHILIE : Intérêt érotique répété, intense, incoercible impliquant la recherche d'un(e) partenaire adolescent(e).
60. ÉROTOPHONOPHILIE : Intérêt érotique répété, intense, incoercible pour les meurtriers sexuels ou les meurtriers sexuels en série.
61. EXHIBITIONISM EXHIBITIONNISME : Tendance à exhiber ses organes génitaux, soit à titre de satisfaction sexuelle perverse, soit par suite d’attirance d’un partenaire.
62. FANTASME : Nous définissons le fantasme érotique comme une perception mentale consciente se présentant le plus souvent sous une forme plus ou moins imagée et ayant une valeur hédonique et excitatoire."
63. FETICHISM/FETICHISME : Perversion qui pousse l'individu à rechercher une excitation ou un plaisir sexuel exclusivement à partir d'un objet (sous-vêtement, bas, chaussures) ou d'une partie du corps du partenaire (cheveux, jambe, main). Perversion dans laquelle la satisfaction sexuelle est conditionnée par la vue ou le contact d'un objet déterminé (soulier, vas, dessous féminins).
64. FETICHISME AMOUREUX : Individu qui pour s'exciter sexuellement se plaît à (doit absolument, voir exclusivement) regarder, sentir écouter, toucher ou s'imaginer son fétiche, le "point de mire", le "centre d'attraction" de son désir, à savoir une "partie", une "fraction" (ou une "émanation", telle que la voix ou l'odeur) du corps - ou une "qualité psychique" - d'une personne particulière (qui peut être le sujet lui-même), ou bien de l'enfant, de l'homme ou de la femme en général ou un "objet inerte", fétiche associé, dans ses souvenirs ou de façon "inconsciente", à l'expérience de sa vie qui a éveillé en lui les émotions sexuelles les plus marquantes, laquelle expérience "fortuite"  date généralement de son enfance ou de son adolescence (âges "où toutes les associations sont fortes"), cette expérience "précoce" constituant souvent la "première" vraie "impression" amoureuse ou sexuelle du sujet." d'une déficience psychique (confusion de l'hypoglycémie ou de l'ivresse, démence).
65. FORNICOPHILIE : Intérêt érotique répété, intense, incoercible pour les petits animaux (serpents, grenouilles) et des insectes (fourmis) rampants sur les organes génitaux.
66. FROTTEURISM/FROTTEURISME : Perversion sexuelle de l'homme qui obtient un plaisir sexuel en se frottant furtivement contre les vêtements de femmes, des personnes étrangères dans une foule.
67. GERONTOPHILIE : Appétence sexuelle pathologique à l'égard des vieillards.
68. HYBRISTOPHILIE : Intérêt érotique répété, intense, incoercible pour des partenaires sexuels qui sont connus pour avoir commis des crimes (ex. viol, meurtre, vol à mains armées, outrage).
69. INCESTE : Relations sexuelles interparentales, dans la mesure où elles sont l'objet d'une prohibition sociale, la détermination des liens de parenté constitutifs de l'inceste variant avec les communautés sociales.
70. MASOCHISME : Perversion sexuelle dans laquelle la jouissance ne peut être obtenue que grâce à des souffrances physiques ou morales (flagellations, humiliations, insultes, etc.).
71. MESOMORPHOPHILIE : Intérêt érotique répété, intense, incoercible impliquant un(e) partenaire qui présente une morphologie mésomorphe selon la classification de Sheldon c’est-à-dire un corps habituellement puissant, compact en muscle.
72. MYSOPHILIE : Intérêt érotique répété, intense, incoercible impliquant un contact avec des objets souillés (sueur, saleté, objets ou articles ayant servis à l'hygiène lors des menstruations).
73. NECROPHILIE : Perversion se traduisant par une attirance sexuelle pour les cadavres
74. NYMPHOMANIE : Exagération pathologique du désir sexuel chez la femme.
75. ONDINISME : Synonyme d’urolagnie / urophilie, Érotisme urinaire; excitation sexuelle associée à la fonction urinaire chez le sujet lui-même ou chez un partenaire du même sexe ou du sexe opposé.
76. PARAPHILIE : trouble de la préférence sexuelle  
77. PEDERASTIE/PEDERASTY : Pratiques sexuelles entre un homme et un jeune garçon, enfant ou adolescent.
Note(s) : Étymologiquement, le terme pédérastie signifie attirance, attraction érotique pour les enfants ou les adolescents . Bien qu'il soit largement attesté, tant dans les dictionnaires de langue générale que dans les ouvrages spécialisés, que ce terme désigne aussi, par extension de sens, l'homosexualité masculine ou toute pratique homosexuelle masculine, certaines sources condamnent toutefois cet usage, qu'elles considèrent comme abusif ou impropre; cet emploi a en effet pour conséquence de pouvoir laisser croire que tous les hommes homosexuels sont attirés par les jeunes garçons et ont des relations sexuelles avec eux, ce qui est faux. Pédérastie est un terme aujourd'hui remplacé, dans son sens original, par le terme pédophilie. Ces deux termes ne sont toutefois pas de parfaits synonymes, puisque les pédophiles ne sont pas nécessairement attirés par les enfants du même sexe.
78. PEDOPHILIE/PEDOPHILIA : Perversion sexuelle d'un adulte qui manifeste un comportement ou des désirs érotiques à l'égard des enfants, quel que soit leur sexe.
Note(s) : Du grec pais, paidos, enfant, et philein, aimer. Parfois c'est une simple tendance, consciente, sans passage à l'acte. Ailleurs, le désir est inconscient ou reste platonique et sublimé dans des vocations pédagogiques. La pédophilie devient un crime grave lorsqu'elle se traduit en actes : entretiens, activités ou attouchements libidineux, sodomie, viol, etc. On parle alors d'agression sexuelle envers des enfants, punissable par la loi et, plus techniquement, de pédocriminalité, terme qui recouvre l'aspect social et juridique du crime et de ses conséquences.
79. PERVERS : Le pervers est un individu dont le plaisir sexuel est bloqué par l'idée de la castration. Par la perversion, il essaie de prouver qu'il n'y a pas castration. Dans la mesure où il est cru, le plaisir sexuel et l'orgasme deviennent à nouveau possibles."
80. PERVERSION : forme érotiques de la haine, est un fantasme généralement mis en acte mais parfois confiné à une rêverie diurne (soit auto-fabriquée soit produite par d'autres - il s'agit alors de pornographie). C'est une aberration habituelle, privilégiée, nécessaire à une satisfaction totale et dont la principale motivation est l'hostilité. On entend par "hostilité" le désir de faire du mal à un objet, d'où la distinction d'avec "agression", qui souvent n'implique que l'idée de la force. L'hostilité présente dans la perversion prend la forme d'un fantasme de vengeance masqué dans les actes qui constituent la perversion et destiné à transformer le traumatisme infantile en triomphe adulte. Pour engendrer un maximum d'excitation, la perversion doit comporter un certain risque.".
81. PERVERSION SEXUELLE/SEXUAL PERVERSION : Forme d'expression sexuelle caractérisée par le choix préférentiel et répétitif, voire exclusif, d'objets, de rituels ou de situations atypiques comme moyen d'excitation et d'obtention de la satisfaction sexuelle.
Note(s) : L'évolution des mentalités quant à ce qui est considéré comme normal, en matière de sexualité, a eu une influence directe tant sur la définition que sur la désignation des comportements sexuels qui s'écartent de cette normalité. Alors qu'on a déjà considéré comme anormal tout comportement sexuel qui se substituait à l'acte sexuel normal (coït visant à obtenir l'orgasme par pénétration vaginale avec une personne du sexe opposé d'âge équivalent), il n'en va plus de même aujourd'hui. Dans le processus évaluatif du caractère pathologique d'un comportement sexuel, la dichotomie normalité-anormalité a été délaissée au profit de la considération de certains éléments caractérisant le comportement sexuel, notamment le caractère inhabituel des moyens d'obtention de la satisfaction sexuelle, de même que la persistance et la rigidité dans le choix de ces moyens. Une évolution terminologique s'est produite parallèlement à cette évolution conceptuelle : l'ancien terme perversion sexuelle (et sa forme abrégée perversion, à tort considérée comme synonyme, puisqu'il existe des perversions autres que sexuelles) sont maintenant respectivement remplacés, dans les nosographies psychiatriques américaine et européenne, par les termes de paraphilie et de trouble de la préférence sexuelle, qui ne véhiculent pas de connotation morale. De même, en anglais, le terme paraphilia a remplacé sexual perversion, considéré comme désuet. Le fétichisme, le transvestisme fétichiste, l'exhibitionnisme, le voyeurisme, la pédophilie et le sadomasochisme sont classés dans les paraphilies.
82. PICTOPHILIE : nécessité de regarder des images pornographiques pour s'exciter, la production de films, de sites Internet ou de littérature de cette nature ainsi que son utilisation exclusive, en tant que spectateur."
83. SADISM/SADISME : Perversion du sens génital dans laquelle le sujet n'accède au plaisir qu'à travers une souffrance physique ou morale qu'il inflige à autrui.
Note(s) : Du nom du Marquis de Sade, la notion de sadisme, comme celle de masochisme, a été étendue au-delà du plaisir directement sexuel, pour désigner tout comportement où une satisfaction est obtenue par une agression exercée sur autrui. Sadisme et masochisme constituent un couple de tendances opposées et complémentaires qui coexistent chez le même individu (sado-masochisme), bien qu'habituellement une des deux perversions soit prépondérante.
Satyriasis/satyriasis : Exagération morbide des désirs sexuels chez l'homme.
84. SCOPOPHILIE : Terme(s) à éviter : scoptophilie : Perversion n'autorisant l'orgasme qu'à la vue du rapport sexuel de tiers.
85. SODOMIE/BUGGERY : Pratique du coït anal.
86. SOMNOPHILIE : Intérêt érotique répété, intense, incoercible consistant à rechercher un contact érotique (caresses, caresses orales génitales, sans forcer ou violenter la personne) avec une personne qui sommeille.
87. STIGMATOPHILIE : Intérêt érotique répété, intense, incoercible consistant à rechercher un partenaire érotique qui porte des tatouages, des scarifications ou dont la peau a été percée afin de recevoir des bijoux en or (anneaux ou des tiges) particulièrement dans la région génitale.
88. SYNDROME DE CLERAMBAULT-KANDINSKY : Érotomanie ou illusion délirante d'être aimé.
Trois phases d'évolution:
1.stade de l'espoir 
2.stade du dépit 
3.stade de la rancune. 
Pathologie qui se manifeste par la conviction d'être en communion amoureuse avec un personnage (d'un milieu social différent du nôtre), qui le premier a été épris et le premier a fait des avances.

89. TRANSSEXUALISME/ TRANSSEXUALISM : Sentiment délirant d'appartenir au sexe opposé, malgré une morphologie sexuelle normale, le plus souvent associé au désir de changer de sexe. Conviction qu'a un sujet d'appartenir à l'autre sexe, qui le conduit à tout mettre en œuvre pour que son anatomie et son mode de vie soient le plus possible conformes à sa conviction.
90. UROLAGNIE : Synonyme d’urophilie et ondinisme : Érotisme urinaire; excitation sexuelle associée à la fonction urinaire chez le sujet lui-même ou chez un partenaire du même sexe ou du sexe opposé.
91. VOYEURISME/VOYEURISM : Synonyme de scopophilia ou scopophilie (nom  féminin) : Perversion n'autorisant l'orgasme qu'à la vue du rapport sexuel de tiers.
92. ZOOPHILIE : Synonyme de folie des antivivisectionnistes : Intérêt érotique répété, intense, incoercible consistant à rechercher un contact érotique (caresses, caresses orales génitales, sans forcer ou violenter le partenaire) avec un animal.  Amourpathologique des animaux se traduisant surtout par la crainte que la moindre souffrance leur soit infligée.

93. MECANOPHILIE : Pratique du sexe avec des objets

94.  AXILISME : attirance pour les aisselles.
95.  CHRONOPHILIE : attirance sexuelle pour une personne d'un âge complètement différent.
96.  ZOOPHILIE : faire acte sexuel avec animal.
97.  NECROPHILIE : aimer faire l'amour avec des cadavres ! Souvent ceux qui sont en chambre froide
98.  BONDAGE Pratique sexuelle associée au sado-masochisme qui consiste à entraver la liberté d'un individu en l'immobilisant avec des liens de toute sorte. Il s'agit en général de jeux érotiques consensuels. Toutefois, les techniques de bondage sont multiples (bâillon, chaîne, corde, étoffe, etc.) et peuvent représenter, dans certains cas, un réel danger pour le sujet qui se prête à de telles pratiques. 
99.  AUTONEPIOPHILIE : être attiré par les couches culottes.
100.  FETICHISME : être attiré par les objets, à collectionner etc.
101.  EMETOPHILIE : être attiré par le vomi !?
102.  SALIROPHILIE : être attiré par la salive, jeux et ingestion.
103.  ACOMOCLITISME : être attiré par les pubis rasés ! Les libertins recommandent cette hygiène.
104.  UROPHILIE ou douche dorée ou Ondinisme: pratiquée par certains adeptes  (femme fontaine).
105.  FIST-FUCKING : insertion de la main ou du poing fermé dans le vagin ou l'anus ! deux mains !

106.  NANOPHILIE : être attiré sexuellement par les naines/nains.
107.  SCATOPHILIE : être attiré par les excréments ou l'acte du partenaire.
108.  SIDERODROMOPHILIE : être attiré à faire l'amour dans un train de nuit, rideaux enlevés (exhibitionnisme) ou dans les toilettes. Ces pratiques s’en vont jusque dans un avion, dans l’eau !
109.  ACROTOMOPHILIE : être attiré sexuellement par personne amputée
110.  LICTIOPHILIE : être attiré ou action de lécher une personne.
111.  SITOPHILIE : être attiré sexuellement par le jeu de la nourriture dans l'acte d'amour.
112.  SPERMOPHILIE : être attiré sexuellement par le sperme (jeux manipulations, ingestion).
113.  SCOPOPHILIE : aimer regarder des films X ou strip-tease, ou peep-show..etc.

114.  MAIEUSOPHILIE : être attiré sexuellement par les femmes enceintes.
115.  COPROPHILIE : être attiré par les sécrétions naturelles du corps !!....au sens large du terme.
116.  KLYSMAPHILIE : être attiré pour les lavements !
117.  MELANGISME : Pratique sexuelle qui implique d'avoir des relations sexuelles avec des individus autres que son partenaire amoureux officiel sans toutefois qu'il y ait pénétration lors de ces rapports. 

118.  CAUDAULISME : mettre sa femme à la disposition d'un autre homme ou femme, l'autre partenaire regardant, ne pratiquant pas
119.  COTE A COTE : partenaire de jeux qui s'allongent sur le lit mais ne doivent pas se toucher ! (dur...dur..).

120. AUTO-FELLATION : pratique sexuelle qui consiste à se prodiguer une  fellation soi-même, en parlant d'un homme. Bien sûr, cet exercice n'est à la portée que de sujets extrêmement souples physiquement. Selon le rapport Kinsey, 1% seulement des hommes parviendraient à la pratiquer. 
121. ATTRACTION (n.f.) se dit d'une attirance physique intense entre deux individus. On parle également de pouvoir d'attraction lorsque l'on fait référence à la capacité de séduction d'un individu. 

122.  AVALER  (v.) dans une dynamique sexuelle, avaler signifie bien souvent ingurgiter les fluides du partenaire, notamment le sperme lors d'une fellation. Toutefois, la plupart des femmes présentent peu de goût pour cette pratique. Il est à noter que les fluides corporels véhiculent facilement des MST.

123. BISEXUALITE  (n.f.) Se dit de l'orientation sexuelle d'un individu qui se sent attiré par les hommes aussi bien que par les femmes. 
124. BIZUTAGE (n.m.) Le bizutage constitue une forme d'initiation à certaines pratiques sexuelles. S'il est exercé sous la contrainte, il constitue un délit passible de sanction. 
125. BUKKAKE Pratique sexuelle de groupe, apparue au Japon dans les années 1990, pendant laquelle un sujet, en général à genoux et ligoté, se fait couvrir de jets de sperme. On met en scène l'humiliation du sujet, et plusieurs hommes se masturbent autour de la personne visée dans le but d'éjaculer sur son corps, et plus spécifiquement sur son visage. 

126. CYBERSEXE (n.m.) Il s'agit de toute forme de consommation sexuelle ou d'échanges à caractère sexuel via le net. Il peut s'agir de discussion sur chat avec des internautes, d'exhibition via des webcams, de voyeurisme par le biais de sites érotiques, etc. 

127. DILATATION Pratique sexuelle peu commune qui consiste en l'élargissement exagéré d'un orifice, notamment l'anus ou le vagin, à des fins des pénétrations  extrêmes.  En général, ces dilatations sont préparatoires au fisting, c'est-à-dire à la pénétration pratiquée avec la main. 

128. DOUBLE PENETRATION Pratique sexuelle peu fréquente dans la vie courante, mais que la pornographie élève presque à un standard dans ses mises en scène. Elle consiste pour un individu à être pénétré simultanément par deux pénis ou  godemiché, suivant l'une de ces formules : pénétration double anale, pénétration vaginale ou pénétration anale en simultané avec pénétration vaginale. 

129. ESCLAVAGISME (n.m.) Pratique sexuelle qui place un individu consentant dans une position de soumission vis-à-vis un autre individu. Dans ces conditions, le soumis accepte de satisfaire les désirs du dominant
130. GOUINE (n.f.) Autrefois péjoratif à l'excès, aujourd'hui son sens a légèrement basculé dans le fantasme masculin : la gouine est souvent sujet de désir dans la pornographie, on lui attribut une fonction précise dans laquelle elle allume l'homme pour ensuite se faire posséder par lui, triomphant de son aversion envers les hommes. Or dans la réalité, la gouine est toujours une femme qui est sexuellement attirée par d'autres femmes. 
131. hypersexualité : (n.f.) Se dit des personnes qui souffrent d'un besoin constant de satisfaire leurs pulsions sexuelles et qui en viennent à articuler toute leur vie autour de potentielles aventures sexuelles. Parfois, l'obsession devient si intense que les sujets peuvent en venir à des violences sexuelles sur eux-mêmes ou sur autrui. 

132. LAP DANCE Danse érotique, aussi appelée "danse contact", qui a cours dans certaines boîtes de nuit ou clubs spécialisés destinés aux spectacles de strip-teases. Les danseurs, hommes ou femmes, s'isolent alors avec un sujet payeur et s'adonne à une prestation qui vise à l'émoustiller en créant le contact physique pendant la danse. 

133. LIBERTINAGE (n.m.) Pratique sexuelle très en vogue à l'heure actuelle qui comprend l'échangisme, le mélangisme, le triolisme, etc. Les libertins se revendiquent d'un courant sexuel libre dans lequel ils s'adonnent, sans avoir à rendre de compte à qui que ce soit, à toutes les pratiques sexuelles non-condamnables par la loi. 
134. LIVE SHOW Spectacle érotique diffusé par webcam dans lequel une hôtesse, ou animatrice, se livre à différents actes érotiques, à la demande d'internautes via un chat. 
135. MASTURBATEUR  Accessoires du domaine des "sex toys", les masturbateurs sont des reproductions de latex, simulant un vagin. Le jouet opère des pressions sur le pénis comme s'il s'agissait de contractions vaginales, ce qui procure un plaisir intense à l'utilisateur.

136. NATURISME (n.m.) Comportement spécifique qui pousse certains individus à vivre nus, en harmonie avec la nature, la majeure partie du temps. Cet éclatement dans la nudité se déroule le plus souvent dans des clubs nature spécialisés.  

137. NUDISME (n.m.) Comportement spécifique qui pousse certains individus à vivre nus, chez eux ou dans des endroits qui font la promotion de ce type de vie. Dans la philosophie nudiste, seule la nudité est à considérer, contrairement à la notion de respect de la nature chez les naturistes. 

138. NYMPHOMANIE (n.f.) Longtemps considérée comme une dépravation, la nymphomanie est cette affection qui pousse certaines femmes à rechercher les plaisirs sexuels dans une mesure excessive, ce qui nuit à leur vie sociale. Il s'agit en fait d'hypersexualité et ce phénomène peut se traiter grâce à une médication adéquate. 

139. OBSESSION DES PIEDS État d'une personne dont tous les désirs sexuels s'expriment par une adoration exclusive des pieds. On dira des ces individus qu'ils sont : fétichistes de pieds. En fait, dans la logique sexuelle du fétichiste de pieds, c'est le pied qui se substitut au sexe de l'autre. 

140. OBSCENITE (n.f.) Les obscénités verbales ou gestuelles ne sont pas tolérées dans les milieux publics. Cela dit, dans la chambre à coucher, elles deviennent souvent les composantes de jeux érotiques dont certains partenaires se nourrissent abondamment afin de s'exciter. Souffler des grivoiseries à l'oreille d'un partenaire peut s'avérer fort stimulant, il suffit de ne pas dépasser les limites de l'autre… 

141. ONANISME (n.m.) Référant directement au mythe biblique d'Onan qui refusait de féconder son épouse, l'onanisme désigne, en terme médical, toute éjaculation en dehors du vagin féminin. Aujourd'hui, on l'associe le plus souvent à la masturbation masculine. 

142. ONDINISME (n.m.) Pratique sexuelle qui implique un rapport à l'urine. On appelle cette pratique également "douche dorée" ou encore "golden shower". Le sujet qui urine arrose le ou les partenaires sur une ou plusieurs parties du corps, pouvant même solliciter de la personne qui reçoit une telle offrande de la boire. 
143. ORGIE (n.f.) Depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours, l'orgie a toujours été symbole d'une dépravation outrancière. Toute manifestation sexuelle orgiaque soulève encore de nombreuses critiques. Pour certains, elle reste toutefois acceptable, particulièrement lorsqu'elle est cautionnée par des clubs spécialisés. Très prisée du monde de la pornographie, l'orgie reste l'un des fantasmes les plus récurrents de l'esprit humain. 
144. PIERCING Pratique de marquage identitaire qui consiste à percer un endroit du corps pour l'orner d'un bijou : arcade sourcilière, nombril, nez, langueglandmamelonslèvres vaginales, etc. Certains lui accordent une valeur érotique par sa capacité à intensifier les sensations de la partie qui est percée. 
145. POLLUTIONS NOCTURNES  Causées en général par une surproduction de spermatozoïdes, les pollutions nocturnes sont le résultat de rêves érotiques qui produisent une éjaculation pendant le sommeil. Ce sont surtout les adolescents qui les subissent et il s'agit d'un phénomène parfaitement normal. 

146. POUPEE GONFLABLE Accessoire du domaine des "sex toys", la poupée gonflable est un substitut féminin, à son effigie. Au départ, il s'agissait de ballons gonflables parfaitement grotesques, mais pratiques pour l'homme esseulé. Aujourd'hui, ces poupées sont de véritables petits chefs-d'œuvre de réalisme et leur fabrication en latex leur donne une texture presque humaine. Cela dit, il faut y mettre le prix. 
147. RACOLAGE  (n.m.) Se dit d'une pratique de séduction forcée afin d'appâter un potentiel client chez les prostituées. 
148. SANDWICH Pratique sexuelle qui consiste, pour une femme, à se faire prendre par deux partenaires simultanément ; l'un derrière pratiquant une pénétration anale et l'autre devant pratiquant une pénétration vaginale. 
149. SCATOLOGIE (n.f.) Pratique sexuelle qui consiste à ressentir de l'excitation à la vue d'excrément. Certains s'y vautrent, certains en mangent, certains en font déguster à d'autres. 

150. SEX-SHOP (n.m.) Boutique spécialisée dans les accessoires reliés au domaine de la sexualité. Apparus en France vers la fin des années 1960, ils connaissent actuellement un succès croissant via Internet en préservant l'anonymat de l'acheteur. 
151. TRIBADISME (n.m.) Autre nom poétique pour désigner le lesbianisme, c'est-à-dire l'attirance physique d'une femme envers d'autres femmes. Toutefois, certains lui accordent aussi une valeur de position sexuelle, consistant en des frottements vulve contre vulve
152. TRIOLISME (n.m.) Pratique sexuelle qui implique trois personnes à titre de partenaires sexuels et/ou amoureux. 

153. AVENTURE  Type d'union temporaire, durant par convention entre deux jours et un mois, impliquant l'harmonie sexuelle et la conscience de sa durée limitée chez les partenaires.

154. AVENTURIERE  Femme sans scrupules, qui n'hésite pas si nécessaire à mettre son sexe au service de son ambition

155. AMAZONE Prostituée abandonnant le trottoir pour la chaussée et mettant des chevaux-vapeur au service de l'amour comptant.

156. ALLUMEUSE Femme qui excite le désir du plus grand nombre d'hommes et ne donne rien à personne. Cette attitude lui vaudra tôt ou tard d’être fille-mère ou viol silencieux.

157. AFFRIOLANT(E) Qui émoustille, excite, dirige l'imagination vers l'au-dessous. C'est une qualité impérative de la lingerie féminine.

158. AGUICHER Attirer en provoquant, en taquinant.

159. ABUSER  d'une femme (particulièrement une vierge) : la prendre alors qu'elle est sans défense parce quelle est naïve ou ignorante, ou ivre (viol dionysiaque), ou endormie, ou dévêtue pour un bain, un examen médical, un essayage, etc. 

160. LES MUTILATIONS GENITALES FEMININES (MGF)

Les MGF regroupent les interventions aboutissant à une mutilation ou à une ablation partielle ou complète des organes génitaux externes de la femme, qui sont exercées pour des raisons culturelles ou autres, mais non à des fins thérapeutiques ou médicales.

Les différents types de mutilations
Il existe quatre différents types de mutilations:

  • le type I, la clitoridectomie, consiste à retirer la peau recouvrant le clitoris ainsi qu'à enlever, ou non, soit une partie ou la totalité du clitoris;
  • le type II, le plus courant et sans doute le plus connu, est l'excision, qui réfère à une ablation du clitoris et à une ablation partielle ou totale des petites lèvres;
  • le type III, considéré comme la forme la plus extrême, est connu sous le nom d'infibulation et consiste en l'excision du clitoris et des petites lèvres ainsi qu'en l'incision des grandes lèvres, qui sont ensuite cousues. À la suite de cette intervention, l'ouverture vaginale disparaît pour laisser la place à un minuscule orifice permettant le passage de l'urine et du sang menstruel;
  • le type IV contient diverses pratiques et opérations non classées, tels l'étirement du clitoris, le perçage des petites ou des grandes lèvres, etc.

Les MGF sont principalement admises dans les sociétés africaines, mais également en Asie et parmi la population immigrée dans d'autres pays, comme au Canada. Dépendamment de l'ethnie ou des générations observées, les MGF peuvent être effectuées à tout âge. Le plus souvent, les MGF sont pratiquées sans anesthésie, dans des conditions d'hygiène précaires, avec des instruments aussi divers que des couteaux, des ciseaux, des lames de rasoir, des morceaux de verre, etc. 

LA SEXUALITE ET SON IMPLICATION SPIRITUELLE

 

Pour ramener le péché contre nature dans le domaine sexuel comme au temps de Noé, l’ennemi de nos âmes a inventé le système de la sexualité occulte. Cet aspect gagne de plus en plus d’ampleur en sorte que 99% des êtres humains de deux sexes y sont impliques consciemment ou inconsciemment. Ces  phénomènes sont dus à des causes diverses : 1 cor 6.12-20 retrace les vérités fondamentales sur les conséquences et leçons attachées au péché sexuel de toute nature.

1-   L’aliment bien que passager dans l’intestin broyé, produit les éléments indispensables pour l’entretien, la croissance de tout le corps (v. 13). La gloutonnerie est un péché.

2-   Le corps humain au-delà des philosophies toxiques et destructrices n’a aucun besoin  d’immoralité (v. 13)

3-   Le corps du croyant a été racheté à grand prix et  non seulement ne lui appartient plus, mais est désormais la propriété du Seigneur Jésus-Christ pour l’accomplissement des bonnes œuvres d’avance prévues par le Père Céleste à la seule gloire de son nom (Eph 2.10,13.)

4-   Tout est permis, mais tout n’a pas d’utilité. Tout ce qui asservi rend esclave et n’apporte aucun profit réel et véritablement appréciable est à proscrire (v.12.). Tout ce qui ne construit pas est à rejeter, même si c’est permis (1 Cor. 10.23).

5-   Si nous vivons encore dans la chair, nous ne devons plus marcher selon la chair ; nous sommes en effet morts au péché par notre nouvelle naissance et notre baptême d’eau ; nous devons donc vivre et marcher dans la vie de la résurrection en Christ. « Car Dieu ne nous a pas appelés à l’impureté, mais à la sanctification » (1 Thes. 4.  7-8) v. 14.

6-   Nos corps sont des parties liées à Christ, constituant ses membres pour faire l’œuvre de Dieu. Le caractère sacré du chrétien, comme membre du corps de Christ est à considérer à juste titre ; ce qui interdit formellement et sans équivoque toute  immoralité. (v. 15)

7-   Par le péché sexuel on devient par alliance un avec le partenaire dans tout ce qu’il est et lui aussi un avec vous dans tout ce que vous êtes. Le monde spirituel scelle cette alliance selon la parole de Dieu (Gen. 2. 24, Mat. 19. 5) et  considère la chose comme un mariage de fait. Les démons qui  ont poussé l’homme à cette abomination, veillent pour trouver une désobéissance à cette alliance afin de mieux cribler et affliger le coupable.

 

Comme aux jours de l’Apôtre Paul, les libertins se disent tout permis car le corps a des exigences qu’il faut à tout prix satisfaire. Ainsi, les besoins sexuels sont classés sur le même plan que les besoins physiques. Pour ces hommes là, bien que l’acte sexuel soit consommé, l’esprit n’est pas affecté. Mon corps diront-ils a péché, mais mon esprit est intact ; et c’est en esprit qu’on adore Dieu. Le Saint-Esprit en Paul leur fait comprendre que la vie sexuelle engage la personne tout entière, déjà liée au Christ ressuscité. L’union en Christ ne devrait plus souffrir de compromission dans une autre union irrégulière. 

Par ailleurs, certains croyants comme au temps des corinthiens, estiment le célibat plus spirituel que le mariage. Mais lorsque l’instinct sexuel se faisait trop pressant, ils se jugeaient autorisés à fréquenter  une prostituée.  Cela disaient-ils ne regarde que le corps, prétendant que la satisfaction des désirs sexuels est semblable au manger et au boire.

 

En s’unissant avec une prostituée, on devient un avec elle. En s’unissant au Seigneur, on devient spirituellement un avec lui.

Tous autres péchés qu’un homme peut commettre ne touche pas directement son corps, tandis que celui qui se livre à la prostitution introduit le péché dans son propre corps.

Le corps est le sanctuaire même du Saint-Esprit qui nous a été donné par Dieu, et maintenant demeure en nous. Nous ne sommes donc plus maîtres de notre corps et ne pouvons pas en disposer à notre gré. Nous dégagerons deux aspects principaux dans le contenu occulte des péchés sexuels : L’exhibition ; le fétichisme.

 

LE COTE OCCULTE  DE LA SEXUALITE

 

Le diable a tellement investi dans ce domaine, que ses ambitions sont non seulement de pousser l’homme dans le péché, mais à utiliser son corps et nuire à sa vie. Le corps humain étant devenu le lieu de manifestation de son cynisme, il utilise plusieurs procédés pour vilipender l’être humain dans le seul but de discréditer la gloire de Dieu. Nos nombreuses recherches auprès des personnes qui avant leur foi avaient été des agents du diable nous ont conduit à la découverte de quelques une de méthodes du monde de ténèbres en rapport avec la sexualité :

 

  1. SERVIETTES HYGIENIQUES : Pendant la période menstruelle de la femme, les satanistes demandent les serviettes hygiéniques des femmes pour sucer et ainsi nourrir le totem en lui. Le sang étant la vie, la vitalité de la femme est puisée et cette dernière se fane, se revêt mystiquement du masque de la vieillesse.
  2. RECUEIL DU SPERME : Plusieurs femmes satanistes se revêtent dans le vagin, d’une garniture en caoutchouc, menu de poche pour conserver le spermatozoïde de l’homme pendant les rapports sexuels. A la fin, elles boivent le sperme et se revitalisent pendant que leur victime devient une cavité du type tonneau vide.
  3. COMMERCE DE SPERMATOZOÏDE : Après le rapport sexuel, les gouines ou lesbiennes recueillent le sperme de l’homme pour aller vendre. Les gouines sont de la branche maçonnique. Pour elle, la sexualité n’a qu’un but commercial ou occulte parce qu’elles sont frigides.
  4. SEXUALITE PUBLIQUE : Certains satanistes recrutent un jeune garçon et une jeune fille et leur demandent de s’accoupler devant quelqu’un pour un salaire allant parfois à plus de 100.000F. Pendant lesdits rapports, le sataniste procède à des incantations pour soumettre ces jeunes aux esprits afin de leur faire subir des sorts de son choix. Leur obéissance au sataniste est un acte de consécration au service de Satan. Plus tard, ces jeunes seront des grands satanistes.
  5. SEXUALITE INVISIBLE : un sataniste peut manifester ses sentiments envers une femme qui cède. Au moment de passer à l’acte sexuel, la femme se déshabille, mais l’homme, sans se déshabiller, se dédouble et couche avec la femme qui, bien en face de son partenaire pourtant distancé, sens un homme sur elle. Ceci ouvre de grandes portes au sataniste, qui ayant déposé son esprit humain sur la femme peut la prendre quand il veut par sa présence invisible.
  6. FIANÇAILLES ET MARIAGE AVEC LES COLONS SPIRITUELS : Un esprit peut prendre la forme humaine dans un songe pour demander la main à une femme. Lorsque (dans le songe) la femme accepte, le processus des fiançailles est engagé. Tous les enregistrements se font dans les registres d’état - civil du monde des ténèbres. Dès lors, la femme inconsciemment, commence les visites dans le monde des ténèbres pour rencontrer la famille. Lorsque toute la procédure aboutie, la femme se voit en tenue de noces, parfois suivi des festivités nuptiales. Les visites spirituelles suivantes se font dans la nuit.  Ceci explique la raison du «sommeil de la mort». De centaines de femmes qui, pour qu’on les réveille, il faille faire de  grands bruits et pendant longtemps.  Lorsque ces bruits se font, dans le monde des ténèbres, elle entend, mais il faut tout mettre en ordre là-bas avant de revenir. Suivant ces visites, des cadeaux que l’on voit en songe et qui peuvent bien se matérialiser dans la journée. Plus tard,  lorsque le mariage dans le monde visible sera fait, l’époux pourra vite mourir suite à la jalousie du mari spirituel.
  7. LES FIANÇAILLES : pendant le sommeil, un esprit prend le visage humain pour venir demander en mariage une femme. Quand l’approbation est faite devant les témoins du monde des ténèbres, la chose devient scellée. Au réveil, la fille naïve dira : «Merci Seigneur, parce que tu m’as donné un époux». Les visites dans le monde spirituel commencent alors pour la fiancée où il y aura la présentation du futur mari devant la famille de la femme si toutefois celle-ci est impliquée dans les activités occultes du monde des ténèbres. La dot et toutes les formalités s’y dérouleront comme cela se fait dans notre monde. Au cas où les parents ne sont ni sorciers, ni satanistes, les esprits chercheront dans la famille paternelle de la femme, un défunt parent qui fut sorcier (souvenons-nous que chacun de nous a  trente personnes parentes à partir du père et de la mère constituant les quatre générations dont parle Exode 20.5). L’esprit de ce mort viendra siéger pour prendre la dot. Ils fixeront la date du mariage.
  8. VISITE DE LA FIANCEE DANS LE MONDE DES TENEBRES : A travers les repas de nuit, les ponts sont établis. Et par les cadeaux physiques ou dans les songes, le monde des ténèbres atteint ses objectifs. Ici, il faut faire attention aux choses que les enfants de Dieu ramassent souvent en route disant que ‘‘le Seigneur les a bénis’’. Ces manifestations des visites sont diversifiées :

-    Dans un songe, on se voit dans l’eau ou en train de traverser l’eau. Par la suite, on peut se retrouver dans une maison ou avec des personnes. Même si ces choses sont  oubliées au réveil, il n’en demeure pas moins que l’alliance soit scellée.

       -   Toujours en songe, on se retrouve dans une ville et dans une maison où on se sent comme chez soi. Le premier cas est pour les esprits des eaux tandis que le deuxième est pour les esprits du cimetière.

 

  1. MARIAGE : Il se passe comme dans notre monde : en tenue, devant le Maire et parfois aussi à l’église. L’anneau est porté et les mariés accompagnés, suivi des festivités. Il est évident que tous ne se ressemblent pas.

Dès lors, une nouvelle vie commence : fatigue, grossesse, vertige, vomissements, douleurs d'enfantement. Certains de ces faits sont manifestés dans le corps physique, les autres sont vus en songe. L’habit porté lors des noces donne au marié ou à la mariée, le vêtement d’un corps spirituel, pour faciliter par le dédoublement, les voyages astraux dans le monde des ténèbres.  Ceci permet de mener les activités conjugales du monde des ténèbres sans obstacle.

Ces traits saillants permettent de desceller les femmes mariées dans le monde des ténèbres. On trouve parfois une femme profondément endormie. C’est avec trop de peine qu’on la réveille. Il arrive de fois, que même transportée et déposée ailleurs, elle ne se réveille pas, parce que son esprit est parti dans le monde des ténèbres. Et lorsque qu’on parvient à la réveiller, elle se relève tout en sueur comme quelqu’un surpris dans un fait flagrant. La couleur de leurs yeux détermine la classe de leur appartenance dans le domaine occulte :

                               -   Yeux bleus                      : Sorcellerie

                               -   Yeux noirs                       : Sorcellerie de haut rang

                               -   Yeux rouges                    : Sataniste

                                      -   Yeux vifs scintillants       : Magicien, sataniste possédant

                                                                                     de méchants esprits

                                      -    Yeux blanc doux             : Enfant de Dieu

      Une fois réveillée, cette dernière peut dire : «Je rêvais que j’étais dans une belle maison»,  «je mangeais un bon plat de viande ou buvais le vin rouge ». Il faut noter ici que ce repas (viande) n’est rien d’autre que la chair humaine et le vin rouge, le sang humain. Toutefois qu’un enfant de Dieu se voit en train de manger, danser, participer aux festivités nocturnes ou coucher avec un partenaire sexuel, qu’il comprenne qu’il est affecté et peut même participer à la «sorcellerie inconsciente ».

 

  1.  MANIFESTATION DES ESPRITS (maris ou épouses)

Certains esprits indiquent à leur conjoint les signes caractérisant leur présence :

             -      Odeur de parfum

             -      Vent

-      Mauvais odeur quand ils viennent pour faire des problèmes à leur conjoint suite à une violation d’alliance.

-      Bruit dans la maison

-      Sensation de présence

-      Tous ceux qui vivent de telles circonstances, maintiennent difficilement un lien de mariage heureux dans ce monde :

-      Divorce facile

-      Mariages successifs suivis de divorces

-      Eventuelle mort ou mutilation du mari physique par le mari  spirituel

-      Le conjoint physique est défiguré

-      Le mari physique peut être rendu impuissant dans son foyer, mais avec une prostituée, il est normal et fait des enfants.

    

  1. AFFECTIONS DEMONIAQUES :

 

Tout attachement, passion, penchant pour le sexe opposé n’est toujours pas naturel, mais il y en a qui sont démoniaques par suite de l’enjeu des esprits à cet effet :

 

       CHARME : Cette méthode est utilisée pour envoûter et posséder son partenaire. Dans la nourriture, la femme peut mettre ses impuretés, une nourriture peut être mise dans le sexe et après donnée à l’homme selon les indications des marabouts ou des esprits.

       INCANTATIONS : Les esprits sont envoyés pour envoûter ou capturer le partenaire que l’on met ensuite en cage et conservé pour soi seul.

      SEDUCTIONS : Les habits, la coiffure, les gestes et autres sont des appâts sataniques pour attirer et affaiblir les esprits des sujets à conquérir.

a)    Bonbon, glace, boisson etc. sont les moyens par lesquels on véhicule les charmes. 

b)   Les rouges à lèvres ont des qualités spécialement conçu pour l’attirance. Dans le cas d’espèces, ces femmes souvent assises ou marchent en solitaire et mettent une force attractive par le billet de leurs démons de séduction afin de faire venir comme des captifs, des hommes vers eux. Elles exercent alors sur les hommes des principes de sorcellerie :

              - Intimidation

              - Manipulation

              - Domination

c)    Les bijoux  (colliers, boucles, bagues) ont tout aussi des qualités conçues pour attirer et  envoûter.

d)   Les vêtements sataniques sont conçus à but précis pour les missions ténébreuses.

  1. CONJURATION : Pendant l’acte sexuel avec un sataniste, il peut arriver que ce dernier, laisse sa place à un démon qui conserve son corps alors que lui-même est ailleurs. Il peut pendant l’acte sexuel, conjurer les esprits pour faire sur son partenaire l’objet de ses désirs (mort, vie, maladie, esclavage, accident, divorce, etc.).

 

Plusieurs femmes se voient en songe comment elles sont en train d’allaiter. Il arrive même parfois que ces dernières réalisent qu’elles ont pendant  ces moments là des seins qui coulent anormalement  alors qu’elles n’ont aucun bébé en main. Ces choses font partie des implications dans les effets très néfastes de la sexualité occulte. Dans le cas d’espèces, elles ont des maris spirituels dans le monde des ténèbres.

Une délivrance sérieuse des colons (maris) spirituels devient d’une grande nécessité.

 

CONSEQUENCES BIBLIQUES DES PECHES SEXUELS

 

La violation de l'alliance avec Dieu, l'attachement aux coutumes est une prostitution (Ez 14.3 Jér. 3.8-9). Par notre consécration à Dieu, il ne nous est plus permis l'impudicité que seul le livre de Proverbes dépeint avec gravité (Prov 6. 25-35) :

v.26 :   Par la prostitution, on devient un objet qui satisfait un instinct. (Le pain est au sens propre, une nourriture qui ne rassasie pas, et sensé se trouver dans tout domicile).  Par sa prostitution, la femme infidèle détruit son foyer et met l’incertitude parmi sa descendance. Un étranger peut facilement devenir héritier. Un enfant adultérin bénéficie toujours d’une attention singulière de la maman infidèle, qui prépare malicieusement l’avenir de son enfant, en supposant que plus tard, le secret peut être découvert. Dans ce cas, l’adultérin sera à l’abri.

v.27 : Le feu est le symbole de la colère de Dieu. Mettre le feu dans ses seins, c’est provoquer la colère de Dieu sur soi. Les vêtements sont le symbole de la justice humaine. Le feu du jugement de Dieu se manifeste sur la justice humaine. Toute justice approuvée de Dieu, vient de celle de la croix. Paul dans les épîtres dit que nous serons avec Dieu, si nous sommes trouvés vêtus et non nus.

v.28 : Nous ne marchons pas par la vue, mais par la foi. Si nos pieds sont enflammés par le feu du jugement de Dieu, nous devenons paralytiques et notre course s’arrête.

v.29 : Celui qui se prostitue ne restera pas impuni. La punition biblique réservée aux rebelles est l’enfer. Deutéronome dit qu’il n’y aura aucun  prostitué, ni aucune prostituée parmi les fils d’Israël.  Lorsque Phinnées transperça de sa lance l’israélite et la prostituée Madianite qu’il  avait introduite dans sa tente,  la colère de Dieu cessa parmi le peuple (Nbres 25.1-12).

v.30 : Bien que l’impudicité soit un péché que l’on peut commettre une seule fois de sa vie pour assouvir son instinct sexuel, il n’en demeure pas moins, qu’il soit punissable et de manière sévère.

v. 31 : Faire une restitution au septuple exprime l’idée d’une réparation au superlatif absolu (suprême). Il n’y a en effet que la vie humaine qui peut compenser un dommage  dans ce cas. Donner tout ce qu’il a dans sa maison, veut dire qu’il paiera avec toutes ses richesses. La réparation étant spirituelle, seules les richesses spirituelles paieront ce forfait. ‘‘Mon Esprit ne restera pas toujours dans l’homme dit l’Eternel (Gen 6)

V .32 : Le ciel étant pour les intelligents, les sages, les justes et non les insensés, ceux qui se prostituent sont des fous et n’ont pas de place au ciel, mais en enfer. Ils sont donc perdus par leur prostitution.

v.33 : Opprobre (la honte), la plaie et l’ignominie sans fin ne sera qu’en enfer (Esaïe 66). Par conséquent, ceux qui commettent ce péché, y sont d’office candidats.

v.34 : Celui qui provoque la jalousie de Dieu, doit savoir que Dieu est un feu dévorant. C’est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant. Il n’y aura aucune pitié pour les impies qui comparaîtront devant le trône blanc.

v.35 : Une fois en enfer, il n’y a plus d’issue de salut, parce qu’on a foulé aux pieds le Fils de Dieu, profané le sang de l’alliance et outragé l’Esprit de grâce.

Tout serviteur de Dieu qui se prostitue perd son efficacité pour ne plus devenir qu'une photocopie qui n'a plus l'empreinte de l'original.

Dr André CHOUBEU

 


Voir les commentaires

LES PRINCIPES D’UNE EGLISE DYNAMIQUE

7 Décembre 2011 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

k1647695.jpg

Genèse 49.2-4

Nous voulons tirer de la vie de Ruben les principes à tirer pour retrouver la position gouvernementale, la première place en tant qu’aîné selon le principe du droit d’aînesse.

Jacob dit : tu es impétueux comme les aux. Le mot de l’hébreu veut dire Pakaze le qualifiant à quelqu’un d’instable, à une personne ayant des sentiments éparpillés. Jacob son père voulait dire : tu as été crée pour l’excellence mais vue ton instabilité, tu n’accéderas pas à la prééminence ! La leçon à retenir ici est que la vie de péché peut nous priver de posséder et d’hériter les promesses de Dieu en Christ.

Ruben et la perte de son droit d’aînesse.
L’excellence en dignité et en puissance, la double portion qui lui fut refusée et retirée. Gen 49.3-Deut 21.15-17

Il aurait été fort, solide et stable sont onction ne serait pas retirée, mais son seul point fort était de discerner et choisir des terres fertiles pour ces troupeaux. Voyons en Ruben un peuple pastoral. Privé de tout, il va exceller dans la découverte des terres propices pour son pâturage et sa progéniture !

En tant que leader pour construire une église forte, dynamique et la faire grandir non pas simplement en nombre mais pour atteindre la maturité. De ce fait il nous revient la charge de découvrir un endroit où la mentalité permettra d’établir une église puissante, prospère, influente et dynamique.

Un territoire jalousement protégé mais perdu. Nombres 21.21-25

Israël voulait passer par le territoire du roi Sihon pour sa destinée finale mais celui-ci refusera, le passage d’Israël sur ces terres. Les territoires du roi Sihon étaient des territoires de grande valeur, très riches, possédant des vignes. Le territoire que Sihon, roi des Amoréens protégeait jalousement tombera aux mains d’Israël et cette victoire sera décisive et stratégique pour le peuple de Dieu.

Rubenites, un peuple pastoral ou berger.
Ruben était un peuple pastoral car il possédait un cheptel considérable. Quand Ruben vit que les territoires décris dans Nombres 32.1-5, il trouva qu’elles étaient idéales pour l’élevage des troupeaux, il les désira de tout son cœur au point d’abandonner la possession que Dieu leur avait réservée dans la terre promise de l’autre côté du Jourdain. Les territoires qu’il venait de découvrir étaient celles que le roi Sihon protégeait dans le livre de Nombres au chapitre vingt et un!

Ruben les désira plus que tout pour ces troupeaux. Rien ne pouvait l’empêcher de posséder ces territoires pour ses troupeaux et pour ses enfants. Mat 13.44

C’est ce que recherche nos églises, bâtir un environnement où les fidèles grandiront et prospérerons en Esprit, lieu où se trouve un pâturage de grande qualité (lieu des ressources spirituelle, lieu qui ne connaît pas de sécheresse). Si seulement nos cœurs pouvaient battre comme celui de Ruben pour trouver un lieu comme celui-ci, lieu où nos brebis deviendront forts, bénis, stables où ils grandiront dans un bon environnement et dans les conditions souhaitées par le Maître !

Comme Ruben, nous savons que notre héritage n’est pas de ce côté ci du Jourdain (terre) mais de l’autre côté du Jourdain (terre promise), le ciel. Mais avant le retour de Christ nous cherchons de bâtir une église qui permettra à nos fidèles de développer une bonne vie spirituelle le permettant d’atteindre leur plein potentiel et maturité sur la terre avant de vivre une glorieuse vie éternelle avec Lui.

Nom 32.5  Ils dirent laisse-nous de ce côté-ci, ne nous fait point passer ce Jourdain.

Nom 32.7-11 
Moïse dit pourquoi voulez-vous décourager les enfants d’Israël de passer dans le pays que l’Eternel que l’Eternel leur donne ? Moïse cherchait à éviter l’expérience de Kadès-Barnéa croyant que la tribu de Ruben voulait échapper à la guerre.

Nom 32.16-19 Moïse finit par comprendre que leurs motivations internes ne cachaient pas la rébellion comme autre fois mais l’attachement à cette nouvelle découverte qui garantissait l’avenir de ces brebis. Nous voulons tirer ici les principes que nous avons découverts pour bâtir une église dynamique. Le but est de bâtir un groupe à l’Eternel sur terre semblable au camp de Dieu comme fit David en son temps.  1Chr 12.21-22

L’ardent désir de trouver un lieu propice pour les brebis doit être notre motivation première en tant qu’administrateurs des buts de Dieu sur terre. L’insistance de Moïse n’a pas été capable de décourager Ruben. Les villes choisies révèlent le bien fondé de son ardent désir pour trouver un vrai lieu où les brebis grandiront et s’épanouiront. Nom 32.4,5,16

Le bien être des brebis était sa priorité, sa préoccupation et sa motivation première; il cherchait à laisser un héritage à la génération future. Une église stable et dynamique qui sera une bénédiction pour les générations avenir.

Ruben choisit dix villes stratégiques, significatives et prophétiques.
Le chiffre 10 dans la bible décrit le gouvernement, un aspect gouvernemental de l’église est révélé ici !

Nom 32.1-4 Ruben choisi dix villes dont il chercha à tout prix le contrôle et la possession.

Galaad : en hébreux  rocheux, dur, rugueux ou fortifié étant situé sur une montagne. En Galaad se trouvait une forme de troupeaux capable de grimper sans tomber. Cant 4.1; 6.5 En choisissant Galaad, Ruben voulait que son troupeau grimpe sans tomber, qu’il prospère à tout égard et grandisse. Ce que Ruben voulait c’est ce que nous désirons pour nos églises, si nous voulons avoir des fidèles forts qui grandissent, il nous faudra bâtir sur un lieu fortifié, sur la montagne un lieu qui ne sera pas facilement secoué ni conquis. Puisse Dieu nous aider à construire des vrais Galaads en ces temps difficiles !

Atharoth : veut dire couronnes, diadèmes, qui reflète un aspect royal ! Etat de ce qui est couronné et majestueux, qui a trait à la royauté. Nous sommes à la recherche des atharoths, nos églises (nos vies) doivent ressembler à un lieu majestueux et qui développe un sentiment royal et de grandeur. Où tout dégage une odeur royale démontrant que Dieu est grand glorieux et majestueux ! Notre adoration, notre louange, nos prières sont imprégnées de ces sentiments royaux qui les rendent magnifiques et majestueux. Quand vous vivez dans cet environnement d’Atharoth, vous avez un  sentiment royal de vous-mêmes. 1P2.9  Ap5.10

Ruben chercha un lieu où son troupeau vivra une culture royale, l’église est une expression royale de Dieu sur terre. C’est le lieu où l’on retrouve un peuple ayant un caractère royal et non une mentalité banlieusarde ou rétrograde.

Dibon : signifie un lieu plein d’eau, où l’on se lave, lieu d’ablution. Eglise est semblable à un lieu où l’on est purifié d’impureté et mentalités inculquées par les coutumes et entourages par la parole de Dieu. Hé10.22

Jaezer : signifie aide utile, qui est entouré de mur qui est le symbole de protection. Les valeurs d’une église représente un système  disciplinaire biblique au sein du quel évolue le troupeau car un homme sans discipline est semblable à une ville sans muraille. Quand la muraille tombe, le serpent (diable) aura l’accès facile ! Ecc10.8   Deut32.8   Prov22.28

Ruben chercha ce lieu ayant des limites divines et bibliques. Un Jaezer spirituel est l’image d’une église où le troupeau vit dans la discipline.

Nimra : signifie limpide, eau pure qui n’a pas été souillée. Ceci fait allusion à la nourriture pure donnée au temps convenable. Les écritures s’interprètent par les écritures. Elles parlent d’elles-mêmes. Nimra est un endroit où un enseignement riche, une prédication ointe est libérée pour donner la vie aux brebis. Mat 24.45

Hesbon : signifie forteresse, un lieu fort. Hesbon représente un lieu impénétrable, difficilement accessible vu sa position forte et stratégique. Nous voulons en bâtissant discerner les  points faibles par le quel l’ennemi cherchera à entrer; nous basant humblement sur nos échecs et erreurs du passé pour nous assurer un avenir meilleur en Christ. Notre prière est que Dieu nous aide à bâtir des églises semblables à Hesbon des lieux fort et sûr non accessible de l’intérieur et de l’extérieur, une vraie bergerie. Jean 10.5

Eleale : veut dire le lieu où le Seigneur est élevé. Un lieu où Dieu seul est élevé, magnifié, exalté, adorer et louer car il est écrit : il ne donnera sa gloire à personne. Où l’on est libre d’élever Dieu et reconnaître Ses hauts faits comme aux jours du roi David! Es 42.8  Apoc 4.11; 5.12

Sebam : signifie herbe parfumée de couleur verte, ce qui apporte la guérison et fait porter des fruits bien garnis. Nous sommes le champ de Dieu où la vie et la guérison sont communiquées d’une manière constante. Lieu où notre langage et notre comportement apporter la guérison! Guérit physiquement et guérit spirituellement en Sa présence, car Il est venu nous donner la vie en abondance. Jean 10.10 ; 3 Jean 2

Nebo : décrit un caractère prophétique, un lieu où Dieu se manifeste par son Esprit, où le peuple de Dieu est bénéficiaire des grâces spirituelles qui pourront contribuer à l’épanouissement spirituel des croyants. L’endroit où Dieu parle et se révèle continuellement. 1Cor 14.1,5,12

Beon : veut dire une maison d’habitation, lieu où le Seigneur habite là où se situe Son trône. L’église est le lieu où Dieu est assis dans sa gloire, c’est le tabernacle de Dieu. Lev 26.11 Ez 37.27  Ruben a voulu y construire des parcs et de villes pour ses troupeaux et ses petits enfants. Assurant ainsi la sécurité maximum des brebis (fidèles) contre les attaques extérieures.

Conclusion : Ruben avait sans aucun doute une vision prophétique digne du berger (pasteur) cherchant à dynamiser, structurer ses brebis (son église) en leur offrant le maximum de soin et d’attention pour une croissance optimale. C’est pourquoi il se déterminera à persuader Moïse pour occuper ses terres aux richesses intarissables et inépuisables qui sont pour nous le tableau de l’église que Jésus viendra chercher.

Lien : http://www.portedunordglobale.org

 

 

Voir les commentaires

LA CROISSANCE SPIRITUELLE

6 Décembre 2011 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Etudes Bibliques

images--2-.jpg

Le désir de Dieu est que nous devenions mature et responsable, son but est que nous soyons comme Christ afin de le représenter correctement sur terre. La croissance spirituelle demande un grand sacrifice, nous devons pour cela être prêt à payer le prix. Ephésiens 4:11-16

COMMENT GRANDIR ?

En méditant et en se nourrissant de la Parole de Dieu.

a.       La parole de Dieu pourvoit à tout ce dont tu as besoin pour la croissance spirituelle, elle fortifie, elle traite tous les problèmes de la vie : spirituels et naturels. Deut 8:1

b.       Elle donne à ton esprit la stabilité et l’habilité de discerner.

c.       C’est un antidote contre les mauvais enseignements. La parole de Dieu est pour tout le chrétien, ce n’est pas une option. 2 Tim 2:15 / Col 3:16 / Pro 4:10 / 2 Jean 7-11

d.       La croissance spirituelle est progressive et il faut demander à Dieu de nous donner la soif de sa parole. 
1 Pierre 2:2

e.       Plus tu lis et médite la parole de Dieu, Plus tes pensées charnelles du passé commenceront à s’effacer. Hébreux 6:12 / Col 1:10-11

IL FAUT ETRE EN COMMUNION ET EN RELATION D’AUTRES CHRETIENS

Soyez en communion avec ceux qui sont dans la foi, qui sont prêts à vous supporter, vous  encourager au moment des attaques. Hébreux 10:23-25

La communion aide à fortifier ta foi et à bâtir des relations.

La communion aide aussi à être couvert. Eph5:21

Faits-toi membres d’une église qui a de bonnes doctrines et soumets-toi à l’autorité de cette église, entre dans la commission, ne reste pas seul, engages-toi dans l’église. Psaume 133:1-3

C’est un moyen aussi de se protéger contre les attaques du diable. Héb 10:23-25, Ex 17:8-13.

IL FAUT PRIER

La prière bâtit ta relation, ta communion avec Dieu et augmente ta confiance en Dieu, la prière augmente aussi le discernement spirituel. Matthieu 26:41

IL FAUT TÉMOIGNER

Or notre grand témoignage, c’est notre style de vie, beaucoup viendront à Christ non par rapport à ce que nous disons mais démonstration de Christ dans nos vies, par rapport à la manière dont nous vivons. 
2 Corinthiens 3:2-3

Notre vie est jugée par rapport au fruit que nous produisons. Galates 5:22
Il faut amener les autres en Christ par le message du royaume. Actes 1:8 / Jean 15:8

IL FAUT APPRENDRE A VAINCRE L’ENNEMI

Soumettez-vous à Dieu, résistez à la tentation, ne donnez pas accès à l’ennemi portez toutes les armes de Dieu.Eph 6:10-17 / Jacques 4:7-8

IL FAUT COMBATTRE LA NATURE CHARNELLE

Le chrétien doit savoir comment affronter et combattre les désirs charnels, il ne faut jamais permettre que nos émotions puissent nous contrôler et nous dominer. 1 Jn 2:15-16 / 1 Cor 10:13 / Eph 4:22-27 / Pro 25:28

  

IL FAUT COMBATTRE LORGUEIL

L’orgueil nous empêche de reconnaître que nous sommes fautifs, même quand nous avons besoin d’aide. 
Pro3:34; 22:10 / Michée 7:9
 

Les gens orgueilleux n’ont pas l’esprit enseignable. Matthieu 18:2-4
L’orgueil nous empêche d’aller loin avec le but de Dieu. 1 P 5:5-6 / Rom 12:3-5

AVOIR TOUJOURS LES YEUX TOURNES VERS CHRIST

Dans tout ce que tu fais, laisse que Christ soit le centre de ta vie. Psaume 37:4-5

Il faut qu’il ait la première place dans ta vie et q’il ait le droit de gouverner ta vie de te contrôler. Héb 12:1-3 / Marc 12:28-30

ETRE PATIENT

La patience développe l’endurance, cela fait partie du processus de maturité. Rom 5:1-5
Cette procédure permet à Dieu de bâtir notre foi et d’accomplir ce qu’il a préparé pour nous d’avance.  Hébreux 6:12 / Jacques 5:7-11

APPRENDRE A SE SOUMETTRE A L’AUTORITE

Le royaume de Dieu, c’est le Royaume de l’autorité, Chaque chrétien doit apprendre comment faire partie de la chaîne de commandement. Dieu ne peut jamais nous déléguer  l’autorité si nous même nous n’avons pas encore appris à nous soumettre à l’autorité humaine.

Le leadership est établi pour notre protection. Rom 13:1-4
Notre réaction ou attitude vis à vis des personnes que Dieu a mis devant, déterminera :

-  Notre croissance. Héb 13:17

-  La paix de l’esprit ainsi que notre relation avec les autres. Mat 8:5-13 / Prov 3:1-2

CONCLUSION
Une plante mature ou mûre produit des fruits. Nous en tant que chrétiens devons être reconnus par rapport à la qualité des fruits que nous produisons. Le désir de notre cœur doit être de produire de bons fruits. Gal 5.22

Lien : http://www.portedunordglobale.org

 

 

 

Voir les commentaires

LA DESTINEE DE L’EGLISE

5 Décembre 2011 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

LA DESTINEE DE L’EGLISE

La particularité de l’objet de ce  sujet vient du fait  que beaucoup parmi des enfants de Dieu ont toujours lié la destinée ultime de l’église, soit aux biens matériels, soit aux miracles; alors que la Bible nous donne une indication contraire comme nous le verrons tout au long de cette étude.

Avant de rentrer dans la profondeur de cette analyse, définissons les mots tels que : destinée et ultime.

Définition

La destinée : veut dire puissance souveraine réglant d’avance tout ce qui doit être. Ce mot signifie aussi vie. En d’autres termes, la destinée qui vient du mot destination veut dire lieu ou l’on doit se rendre ou encore la position que l’on doit occuper.

Ultime: vient de ultimus qui veut dire dernier ou final dans le temps.

Nous pouvons donc définir la destinée ultime comme la dernière position que l’église doit atteindre ou occuper.

Matthieu 6:33 nous dit : de chercher premièrement le royaume de Dieu et sa justice…

Ce verset nous enseigne que la destinée ultime de l’église c’est : le royaume de Dieu et de sa justice non les matériels.

Le royaume : c’est aussi le perfectionnement des saints pour accomplir l’œuvre du ministère, l’édification du corps de Christ en vue de parvenir à l’unité de la foi, avoir la connaissance du fils de Dieu et atteindre la stature parfaite de Christ, etc. 

Prenons le cas d’Israël pour montrer que les matériels et les miracles ne peuvent être la finalité d’un enfant de Dieu mature. 

Pendant leur marche de l’Egypte vers la terre promise, les enfants d’Israël ont bénéficié de différents privilèges matériels et miracles de la part de Dieu :

-          Le passage de la mer rouge (miracle)     Exode 14:19-23

-          Ils ont mangé la manne dans le désert   Exode 16:4, 31

-          Ils ont bu l’eau du Rocher d’Horeb          Exode 17:6

Mais cela ne leur a pas permis d’atteindre leur destination qui était la terre promise et non les miracles. Ils sont tous morts sauf Caleb et Josué qui sont arrivés à la terre promise.

Les miracles et les biens matériels ne peuvent pas être les buts poursuivis par un enfant de Dieu. C’est plutôt le royaume de Dieu qui est l’objectif final à atteindre. C’est pour cela que Dieu a donné les 5 dons du ministère. 

Pourquoi les 5 dons du ministère ont-ils été donnés ?

Ephésiens 4:11-13

o         Les 5 dons du ministère : Apôtre, Prophète, Evangéliste, Pasteur et Docteur ont été donnés par Dieu pour une raison majeure : le perfectionnement des saints.

o         Le perfectionnement : c’est l’action de rendre meilleur. Hébreux 6:1 dit : « tendez à ce qui est parfait ».Ceci veut  dire que le chrétien, l’église doit tendre vers la perfection.

o         Le perfectionnement que Dieu veut est que l’église atteigne plusieurs objectifs.      
Lorsqu’un apôtre, un prophète, un évangéliste, un pasteur ou un docteur prêche, il essaie seulement de déverser la dimension de la grâce qui a été mis en lui, afin que l’église ait une compréhension claire de la Parole de Dieu, ou encore qu’elle sache quelle est sa destinée finale.

Le perfectionnement conduit à accomplir l’œuvre du ministère. 

1.  L’œuvre du ministère 

Il y a ici deux mots importants :

L’œuvre : dans son sens général, désigne l’activité de Dieu et le travail des hommes. Cela s’apparente à une action ou un ouvrage.

Le ministère : se caractérise par le terme service ou gouvernement.

Ces deux mots réunis nous conduisent à considérer comme l’œuvre du ministère : tout travail ou service que l’on a à faire pour l’avancement du royaume de Dieu.           

L’œuvre du ministère englobe aussi tous les travaux de l’église comme exhorter, aller gagner les âmes, apporter les finances, etc.

Les 5 dons du  ministère ont été aussi donnés pour conduire l’église vers sa destinée finale. Signalons que cette destinée n’est ni le ciel ni l’enlèvement.

L’église est plutôt en destination de Sion ou Jérusalem. Sion est une position sur la terre. Cependant, Il vivait dans la puissance de l’éternité.

Ce que nous poursuivons, ce n’est pas le ciel, mais plutôt l’accomplissement du travail de Dieu sur la terre. D’ailleurs, le ciel n’est pas ce que nous croyons. C’est une dimension en Jésus-Christ où les rachetés rentreront en un clin d’œil. Cette dimension est au milieu de nous sur la terre mais nos yeux ne sont pas capables de la saisir comme cela fut le cas du serviteur d’Elisée. 2Rois 6:16-17 

2.  Edification du corps de Christ.

Le mot édification veut dire : instruction qui signifie formation ou enrichissement. 

Dieu a donné les 5 dons du ministère pour instruire, former ou encore enrichir les saints dans la connaissance de la Parole de Dieu, mais aussi pour les éclairer ou illuminer quant à la destinée.

Au-delà, Dieu a besoin d’un peuple qui connaît avec précision et exactitude la voie à suivre pour l’enseigner à ceux qui viendront dans la maison de Dieu comme le dit Esaïe 2:2-3. Pour accomplir cette mission, il faut un peuple mature qui est une position de qualification ou de reconnaissance qui vient de Dieu comme nous le montre l’histoire du Roi David. 2 Samuel 5:1

Nous sommes sur la terre mais nous vivons dans l’éternité avec Christ parce que nous L’avons reçu comme Sauveur et Seigneur en naissant de nouveau. C’est ce qu’Il disait dans livre de Jean : « Père, Je veux que là où Je suis qu’eux aussi y soient ». Mais Jésus était avec les apôtres sur la terre, Il était assis au même moment était assis avec Lui ! 

3.  Les conséquences.

Une communauté édifiée parviendra à l’unité de la foi, aura la connaissance du fils de Dieu et atteindra la mesure de la stature parfaite de Christ. 

1.      Parvenir à l’unité de la foi

L’unité de la foi est un élément fondamental des buts de Dieu. Nous le croyons parce que Gen 1:26, nous donne une importante indication à ce sujet,  « Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance… ».  Ce passage montre l’unité qui existe entre le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Genèse 11:4 donne aussi un exemple d’un peuple uni qui avait un même langage et qui voulait atteindre un même but. 

L’église d’aujourd’hui doit tout faire pour répondre favorablement à cette exigence de Dieu. L’unité de la foi doit se manifester d’abord au niveau de l’église globale (universelle) pour affecter les communautés locales. Ce qui est une dimension qui conditionne le retour de Christ.

NB: l’église ne peut atteindre ou parvenir à l’unité de la foi que si elle est correctement bâtie. Ceci demande la libération et restauration des sages architectes ! La dimension apostolique ici est très importante pour retrouver notre ‘le premier amour’. 1Corinthiens 3:10 Ap 2.1-5

Cette grâce est un moyen solide qui amène le peuple à atteindre la connaissance du fils de Dieu et la stature parfaite de Christ. 

2. La connaissance du fils de Dieu  Ephésiens 4:13

Nous devons avoir la vraie connaissance de Jésus. Le mot connaissance veut dire : avoir l’exactitude et la précision de qui est Jésus- Christ. 

Pour y arriver, il faut:

1.      Réunir toutes les informations sur Jésus et les garder. Cela ne peut être possible que par une connaissance de la saine doctrine. 1 Timothée 4:3

2.      Se discipliner pour maintenir un rythme de travail régulier. 1 Corinthiens 9:27

3.      Développer un grand intérêt et une écoute de la Parole de Dieu. Amos 8:11

4.      Appliquer toutes les connaissances acquises. Esdras 7:10 

3. Atteindre la mesure de la stature parfaite de Christ

o         Devenir comme Christ est l’identité finale de chrétien, de l’église. Là où tout ce qui est en Christ ou prend place dans notre homme intérieur régénéré.

  • Ceux qui ont cette vue des choses ne peuvent jamais être satisfaits du système de vie babylonien, ni de l’acquisition des biens matériels car ce qui les attend est bien supérieur. Ca nous pousse à bouger, migrer, voyager, avancer avec Dieu. Nous continuons le voyage comme nos aînés car lorsque la ville saint apparaîtra, elle n’attirera vers elle que ceux qui ont les même caractères qu’elle à savoir : pureté, transparence… Hébreux 11:9-10

Lieu : http://www.portedunordglobale.org63839_153279621360739_100000361052565_360878_1997956_n.jpg

 

Voir les commentaires

L'EGLISE

2 Décembre 2011 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

 

L’EGLISE


Présentation

 

Au-delà d’être avant tout un corps particulier de gens, choisi en Christ avant que le monde ne fut créé ; c’est ce qui est établi de façon précise dans Éphésiens 1 :4. Il y est spécifié que l'Église, ce corps particulier de personnes, a été « élue en lui ». Tout aussi précisément que Christ a été élu (Luc 9:35 ; cf. Psaume 89:19, Esaïe 42:1) et établi (Hébreux 1:2, 3:2) ; ainsi l’a été l'Église, il n’en demeure pas moins qu’il y a d’autres contexte que l’on pourrait ainsi utiliser pour définir l’Eglise.

Ainsi, nous en venons au mot « Église » lui-même. Comme nous le savons, ceci traduit le mot grec ekklesia, un mot très riche et complet qui fut approprié par Christ et les apôtres et employé pour décrire ce corps élu de toute éternité : l'Église. L'équivalent moderne de ce mot est notre mot « assemblée » un mot qui porte en lui-même tous les éléments de la signification de l'original grec. Dans le monde grec, certaines personnes étaient choisies, élues, pour une fonction officielle soit dans le conseil municipal, ou dans le gouvernement provincial ou national selon que cette fonction s'exerçait respectivement dans une cité ou dans une province ou dans un état. Et à une date donnée, quand il y avait des affaires d'état à régler, et quand une session devait être convoquée, les messagers s'en allaient pour réunir les hommes, pour convoquer l'assemblée en vue de traiter les affaires de l'état ou de la cité. Un tel groupe d'hommes était appelé ekklesia.

Ce n'était pas une affaire d'Église ou « ecclésiastique », comme nous le pensons; c'était une affaire purement politique, soit d'une municipalité, d'une province ou d'un état ; c’était « l’Assemblée » . Cela exprimait l'idée d'une compagnie élue, réunie pour traiter les affaires du royaume. C'est le terme qui fut approprié et appliqué à l'Église. Et combien est riche cette idée! Une compagnie élue, appelée ensemble dans le but de continuer l’œuvre du Royaume !


Définir l’Eglise


« Que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel » - Matthieu 6:10 LSG


« Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. Je te donnerai les clefs du royaume des cieux : ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. » Matthieu 16:18-19 LSG

 

Le mot « Eglise » vient du mot grec « EKKLESIA » qui signifie : 

  • Sortir hors de …
  • Groupe de citoyens engagés, informés et soucieux d’apporter un impact rédempteur à une nation.
  • Groupe de personnes qui se réunissait pour partager des informations.

C’est encore la collaboration, l’effort cohérent d’une compagnie équipée et développée, appelée pour prendre des décisions. L’église est donc l’expression d’une structure informée, intelligente et rédemptrice du royaume de Dieu sur la terre. 

Lorsque Jésus-Christ faisait cette déclaration dans Matthieu 16, concernant l’Eglise, à Pierre devant les autres disciples, il ne pensait pas à une structure religieuse. En effet, il n’a pas dit qu’il bâtirai l’une des structures religieuses de ce temps qui étaient les synagogues ou les temples. Par cette déclaration, Christ faisait allusion au fait debâtir une structure beaucoup plus complexe et panoramique que ces dernières (Les disciples avaient une idée claire de ce dont Christ parlait lorsqu’il parlait de bâtir son Eglise car à chaque fois qu’ils ne comprenaient pas une chose, ils s’empressaient de lui poser des questions). 

Nous savons également qu’Hérode avait son église et que cela n’avait rien à voir avec un quelconque environnement religieux. 

“Car vous avez amené ces hommes, qui ne sont coupables ni de sacrilège, ni de blasphème envers notre déesse. Si donc Démétrius et ses ouvriers ont à se plaindre de quelqu’un, il y a des jours d’audience et des proconsuls; qu’ils s’appellent en justice les uns les autres. Et si vous avez en vue d’autres objets, ils se régleront dans uneassemblée légale.” (Actes 19:37-39 LSG2) 

  • Nous voyons qu’il y a des marchands qui se sont réunit pour accuser les personnes que Paul a formé, car le fait de proclamer la vérité à affecter leur commerce (statut de Diane).
  • Ici, l’un des secrétaires est en train de nous démonter que chaque problème concernant la ville doit comparaître devant l’Ekklesia.
  • « Jésus répondit : Il est écrit : L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. » Matthieu 4:4 LSG

Ce que l’église n’est pas:

 

Après lecture de ce qui suit, nous comprenons donc que l’Eglise n’est pas:  

  • Un bâtiment contenant des personnes ;
  • Un rassemblement de personnes :
    • Qui viennent prier, chanter et danser pour Dieu seulement mais ayant une connaissance superficielle par négligence de la profondeur de la connaissance et de la révélation. Osée 4:6
    • Qui s’asseoient et comptent sur les révélations ou ressources du passé ;

« Je te donnerai les clefs du royaume des cieux: ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tudélieras sur la terre sera délié dans les cieux. » (Matthieu 16:19 LSG2) 

« que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. » (Matthieu 6:10 LSG)

« Jésus leur dit de nouveau : La paix soit avec vous ! Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. » (Jean 20:21 LSG)

Nous constatons ici le mandat de l’église de prendre les clefs du Royaume de Dieu et établir de l’établir en fonction de la volonté du créateur. Au travers de ces passages, nous voyons que Dieu nous donne une « Procuration » pour exercer son autorité et forcer son royaume sur la terre. 

L’église de Christ à donc un très grand pouvoir et cela nous pousse à prendre conscience de notre responsabilité personnelle. L’Eglise de Christ n’est pas un endroit où nous venons recevoir des bénédictions car elles sont déjà un acquises : 

“Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus–Christ, qui nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ !” (Ephésiens 1:3 LSG) ; 

Ici nous constatons que la bénédiction est quelque chose que nous avons déjà reçue en Christ. Elle est incluse lorsque nous acceptons Christ dans notre vie ; Elle est également proportionnelle au niveau de travail et de développement pour notre salut.

 

Lien : http://www.portedunordglobale.org

 

images.jpg

 

Voir les commentaires

LE ROYAUME DE DIEU

2 Décembre 2011 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

LE ROYAUME

 

Le Royaume de Dieu est un profond travail intérieur du Saint-Esprit dans le cœur de l'homme, et qui propulse l'homme à la perfection. Il s'agit d'un dessin délibérément descendu du ciel des valeurs spirituelles éternelles de Dieu dans l'homme intérieur qui nous habilite à honorablement représenter Dieu sur la terre. Le Royaume de Dieu est personnel avant qu'il ne soit public, subjectif avant d’être objectif, individuel avant d’être corporatif ou collectif. Il ne s'agit pas de l'application d'un ensemble de codes externes, faire ceci et ne faites pas cela, mais consiste à avoir un ensemble de valeurs célestes, et consiste en l'alignement de votre vie à ces valeurs célestes au point d’une transformation délibérée, progressive, et vrai. C'est la règle non contestée et le gouvernement de Dieu qui est d'abord mis en place dans nos cœurs, puis il se déplace vers l'extérieur apportant ainsi un impact réel dans toutes les échelles de la société.

 

Il s'agit d'un mode de vie complet vécu dans l'obéissance à Dieu. Les lois de Dieu dans Son Royaume, et si nous sommes des citoyens de ce royaume de Dieu, les lois de Royaume prévaudront et régiront notre propre cœur, notre vie, nos portefeuilles, nos relations, nos préférences. Il règne sur tout. C'est le Royaume de Dieu. Il possède notre cœur et contrôle nos passions. Le Royaume de Dieu est le système d’opérations ou la réalité fonctionnelle et active du monde à venir.

Le Royaume de Dieu doit être interne. Les changements externes doivent être le reflet de la transformation intérieure, car en alignant nos cœurs de l’intérieur, Les règles de vies externes sont influencées et changées. 

Définir le Royaume:

Le mot « Royaume » englobe deux mots : Un Roi, et un Royaume ; et, est plus vaste que l’Eglise locale.

Le mot “Royaume” vient du mot grec “Basiléa” qui signifie : la sphère où Dieu règne, l’endroit où son autorité est incontournable et incontestable. La notion du Royaume englobe non seulement la vie de l’église mais également la vie économique, politique, sociale, etc. du monde qui nous entoure.

Le Royaume n'est pas le concept vague d'une vie dans le ciel pour tous les bons chrétiens, mais c'est plutôt un vrai gouvernement provenant du ciel qui donne la permission de gouverner sur les affaires des hommes.

 Le Royaume c’est un processus spirituel qui nous envahit, qui combat la superficialité et qui éveille et produit en nous la vraie vie intérieure.

Le Royaume nous permet de vivre par l’intérieur.

 « Le Royaume de Dieu est au–dedans de vous ». Luc 17:21  

C’est l’établissement de la droiture dans l’âme humaine et la soumission de la volonté humaine à celle de Dieu.

Le Royaume n’est pas :  Une vision séparatiste.

Le Royaume est différent du concept de l’enlèvement.

Il y a un paradoxe entre le mandat que Christ nous a laissé en tant que fils du Royaume dans Matthieu 28: 18-19 et le comportement de fuite ou encore de départ imminent de l’Eglise actuelle. Nous constatons que l’Eglise dans sa forme actuelle résulte en la mise en marge de la société en créant un monde « chrétien » et en négligeant le mandat d’origine. Ce style de vie monastique consiste en la séparation entre ce qui est Chrétien (venant de Dieu) d’avec les choses Païennes (qui provienne du monde). 

Or la parole nous dit: 

“Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.” (Jean 3:16 LSG2) 

Le départ imminent est la clef de la doctrine pentecôtiste. 

Les théories décrites dans l’Eschatologie font voir l’Eglise comme une entité faible et apeurée dont la principale motivation est la fuite de ce monde. Or en étudiant l’histoire de l’Eglise, nous remarquons que l’Eglise est née dans la puissance de la résurrection comme décrite dans le Livre des Actes. Et Même dans le moment le plus faible de l’Eglise il doit toujours y  avoir un moment de triomphe et de puissance de résurrection. Cela nous arrive à démontrer le processus l’environnement ou l’Eglise doit grandir et ceci en dépit des circonstances environnantes, l’Eglise doit être une entité triomphante sur la terre. 

“Et je vis descendre du ciel, d’auprès de Dieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, préparée comme une épouse qui s’est parée pour son époux. Et j’entendis du trône une forte voix qui disait: Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux.” (Apocalypse 21:2-3 LSG) 

Ce passage nous montre qu’il n’y a, en réalité, aucun départ imminent vers le ciel mais que c’est la Jérusalem céleste qui descend sur la terre à cause de la fidélité des fils et des filles du Royaume de Dieu. Matthieu 6:9; Ephésiens 4:11-14.

b. Le royaume de Dieu n’est pas superficiel et vague.

C’est un gouvernement venant du ciel sur les hommes et qui leur donne l’autorité et la permission de gouverner sur les affaires des hommes.

« …Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. » (Matthieu 28:18 LSG) 

C’est également l’établissement de la soumission, la droiture et de la justice dans l’âme humaine. 

« Quoi donc ! la cité fidèle est devenue une prostituée ! Elle était remplie d’équité, la justice y habitait, Et maintenant il y a des assassins ! » (Esaïe 1:21 LSG)

« Je rétablirai tes juges tels qu’ils étaient autrefois, Et tes conseillers tels qu’ils étaient au commencement. Après cela, on t’appellera ville de la justice, Cité fidèle. » (Esaïe 1:26 LSG)  

c.  Le Royaume est l’établissement d’une culture dominante.

Nous devons traiter l’ensemble des mentalités, des codes de valeurs, des traditions et des langues qui nous empêchent de forcer la culture du Royaume dans nos environnements locaux afin qu’il n’y ai que le Royaume de Dieu qui puisse être représenté.

Ainsi donc, étant la race de Dieu, nous ne devons pas croire que la divinité soit semblable à de l’or, à de l’argent, ou à de la pierre, sculptés par l’art et l’industrie de l’homme.” (Actes 17:29 LSG)

“20 ¶ Interrogé par les Pharisiens pour savoir quand viendrait le royaume de Dieu, il leur répondit : Le royaume de Dieu ne vient pas de telle sorte qu’on puisse l’observer. 21 On ne dira pas : Voyez, il est ici, ou : Il est là. Car voyez, le royaume de Dieu est au–dedans de vous.” (Luc 17:20-21 SER)

Ce que Jésus dit ici est fondamentale, "Vous ne pouvez pas le voir!" Vous ne pouvez pas mettre le doigt sur quelque chose de particulier et dire qu'il est ici - le royaume. Ce n'est pas comme ça que ça fonctionne. Les Pharisiens étaient à la recherche d'une chose extérieure. Jésus a dit, ce n'est pas là-bas, c'est ici!

Lien : http://www.portedunordglobale.org

 

 

images--1-.jpg

 

Voir les commentaires

CONSEILS PRATIQUES TOUCHANT À L’ÉTHIQUE DU MINISTÈRE ITINÉRANT

5 Novembre 2011 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

CONSEILS PRATIQUES TOUCHANT À L’ÉTHIQUE DU MINISTÈRE ITINÉRANT1

 

Fais l’œuvre d’un évangéliste, remplis bien ton ministère (1Tm 4.5)

Nous croyons avoir une bonne conscience, voulant en toutes choses nous bien conduire (Hé 13.18)

Je marche dans l’intégrité… mon pied est ferme dans la droiture (Ps 26.11-12)

Les itinérants réunis à Répit 2002 proposent, ici, une série de conseils qui leur paraissent d’une importance fondamentale dans l’exercice du ministère itinérant, afin que rien n’y fasse obstacle.

+ + +

1. Rappelons-nous que l’impact du message de l’Evangile que nous prêchons dépend, avant tout, de notre propre condition spirituelle, à savoir : notre engagement personnel envers Christ et son Eglise en même temps que de l’authenticité de notre communion avec Dieu, de notre pureté morale et de notre intégrité intellectuelle.

2. Etre invité par une Eglise locale ou un groupe d’Eglises ne sera jamais ni un dû ni un droit. C’est un privilège qu’il convient d’apprécier et dont nous devons être reconnaissants. Ceux auxquels nous nous adressons doivent pouvoir percevoir cette attitude en nous. C’est la conscience de notre responsabilité et l’esprit de service qui doivent, en toutes circonstances, caractériser et donner vie à notre ministère.

3. Nos messages et notre enseignement tiendront compte des particularités des communautés qui nous invitent. On évitera ainsi toute polémique susceptible de nuire à l’accueil de l’Evangile. Veille sur toi-même et sur ton enseignement (1Tm 4.16). Il est vrai que l’itinérant est au service de la Parole avant de l’être du milieu qui l’invite. En ce qui concerne les points théologiques secondaires, il doit conjuguer les deux fidélités: ne rien laisser de ses convictions mais les taire si la liberté de les exprimer ne lui en a pas été clairement donnée et si les dire s’oppose aux positions de ceux qui l’accueillent.

4. La connaissance préalable du milieu qui nous invite permettra une meilleure adaptation à l’auditoire et, par là, un meilleur impact. Relier la prédication à la réalité de l’Eglise locale produira des prolongements sérieux et durables dans la vie des auditeurs que les responsables auront à suivre.

5. Dans l’esprit biblique de la soumission des ministères les uns aux autres, il est capital de respecter les ministères pastoral (pasteur et anciens) et diaconal des communautés qui nous reçoivent.

Honnêteté et loyauté à leur égard sont de rigueur pour manifester clairement notre engagement envers le Seigneur lui-même, et envers les Eglises locales qui sont le reflet de l’Eglise qui est son corps.

6. Par respect des responsables d’Eglise, nous nous garderons de déposer livres, circulaires personnelles, K 7, C.D. ou publicité pour notre association, de les distribuer ou de les vendre sans en avoir préalablement reçu l’accord des responsables.

7. La prédication et l’enseignement biblique ne sont vraiment utiles et efficaces que nourris constamment de la Parole de Dieu qui nous appelle à l’humilité. Tout désir de paraître, en transformant la prédication en spectacle, en fait un contre témoignage. Qu’as-tu que tu n’aies reçu? (1 Co 4.7). Ceux d’entre nous qui travaillent sur des supports artistiques en sont particulièrement conscients, eux qui, d’un spectacle, font une prédication.

8. Amour et compassion doivent être perçus dans nos messages, d’autant plus que nous avons à présenter la gravité du péché et la réalité de la perdition. Méfions-nous du désir de plaire ou de la quête de la popularité qui nous pousseraient à négliger ces deux réalités essentielles de la proclamation de l’Evangile.

9. Cette proclamation doit être nourrie d’enthousiasme, si nous voulons voir le Saint-Esprit interpeller et convaincre les auditeurs relativement au péché, à la perdition et à la nécessité de se repentir pour recevoir le salut offert en Jésus-Christ.

10. Un engagement pour une ou plusieurs réunions doit être considéré comme ayant priorité sur toute autre activité; autant en ce qui concerne la préparation que la prestation elle-même.

11. La fatigue, les déceptions, le manque de motivation personnelle, les petits ennuis de santé, les soucis familiaux ou autres ne sauraient être regardés comme suffisants pour différer ou renoncer à des engagements de prédication publique. Ténacité et courage font partie de la foi qui se repose entièrement sur le Dieu puissant. Il peut faire au-delà de ce que nous osons penser et demander. Ses interventions miraculeuses pour secourir, guérir, renouveler les forces nécessaires ne manquent pas lorsque l’on ose dépasser ses propres craintes et celles de la famille pour aller accomplir la tâche pour laquelle on est attendu. Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse (2Co 12.9).

12. Se faire remplacer pour un message ou une série de réunions ne devrait donc être envisagé qu’en cas d’impossibilité notoire: maladie grave, décès d’un proche parent, situation familiale gravissime. Si, toutefois, l’impossibilité était insurmontable, ne mettons jamais les responsables d’une Eglise devant cette décision sans avoir d’abord tout fait pour trouver un remplaçant qui soit à la hauteur de la tâche et qui leur convienne.

13. Certains conflits ne pourront être évités. Dans toute la mesure possible, il convient de les gérer au mieux avec les responsables d’Eglise de sorte qu’ils restent circonscrits et ne dégénèrent pas en querelles. Il ne faut pas qu’un serviteur de Dieu ait des querelles (2 Tm 2.24). Toute querelle, tôt ou tard, nuirait inévitablement à notre ministère. Elle ferait rapidement tache d’huile et freinerait les invitations. Bien pire, elle hypothéquerait aussi le ministère de la parole auquel Dieu nous a appelés.

14. Il importe d’éviter les entretiens seul à seul, à l’écart des regards, avec une personne de l’autre sexe. Dans le climat actuel d’amoralité où la suspicion est de mise, le diable aurait tôt fait d’utiliser des personnes que ne contrôle pas le Saint-Esprit pour discréditer et nous et l’Evangile. Lorsque l’on pratique la «cure d’âme» seul à seul, on peut difficilement contrer les insinuations ou les attaques calomnieuses. Le Seigneur a envoyé ses disciples deux à deux (Lc 10.1). Pour les entretiens, il est généralement possible de s’associer une tierce personne: collaborateur, pasteur, ancien ou diacre. C’est plus important encore si l’on a affaire à un cas difficile. Notre épouse peut être cette tierce personne lorsqu’elle nous accompagne.

15. Tout entretien touchant à la relation d’aide (ou cure d’âme) relève du secret professionnel. Nous devons être reconnus comme sérieux en ce domaine si nous voulons connaître la bénédiction de Dieu et voir des victoires remportées à la gloire de notre Seigneur Jésus-Christ. Toutefois, un grave problème se pose au regard de la jurisprudence actuelle concernant les cas de pédophilie ou de meurtre. Il convient d’être très prudent et très clair pour gérer ce genre de situation.

16. En tant qu’itinérants, il est bon de nous sentir engagés les uns envers les autres dans un respect sans faille. Cela implique rejeter toute critique du ministère des autres et refuser d’entendre des critiques à leur sujet. En cas de médisances rapportées sur l’un ou sur l’autre, il convient de l’en avertir très vite afin de lui permettre d’agir sans attendre pour mettre fin à la rumeur, si cette dernière n’a pas de fondement.

17. Faisons tout pour simplifier la tâche de celui qui nous accueille: ne pas abuser de son hospitalité, par exemple, en usant sans gêne du téléphone ou autre commodité; ne rien demander qui ne soit absolument indispensable, montrer de la reconnaissance… en bref, user du respect le plus strict de la politesse et de la discrétion (cf. Phm 4.10-12).

18. Les questions d’argent sont parfois source de conflits dans l’œuvre de Dieu. Il est essentiel d’être au-dessus de tout soupçon dans la gestion des dons reçus. Pour éviter toute suspicion de la part des autorités, voire des Eglises, il est préférable de dépendre d’un Eglise ou d’une œuvre. Il est important de transmettre à celle-ci tout don reçu lors de l’exercice du ministère (réunions, entretiens, visites, etc.).Contentez-vous de votre solde (Luc 3.14). N’oublions pas que l’amour de l’argent est une racine de tous les maux (1Tm 6.10). Souvenons-nous des fils de Samuel (cf. 1S 8.1-9). Selon les cas, nous pouvons signer un reçu sur place ou faire envoyer un reçu par l’association à laquelle nous sommes rattachés. Les problèmes sont gommés quand tout se fait par chèque à l’ordre de l’association.

1 Texte élaboré lors de la retraite de janvier 2002 organisée par REPIT (Retraite pour les Evangélistes Pionniers et Itinérants Travaillant en France). La Revue réformée a déjà publié un des documents produits à l’occasion de cette rencontre dans son numéro 2000/5: « Des ministères négligés: l’évangéliste itinérant».

 

 

47057_157416214280413_100000361052565_382734_1185367_n.jpg

 

Voir les commentaires

RETOUR AUX FONDEMENTS

1 Novembre 2011 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Etudes Bibliques

162950_169056983136980_100000980376143_356747_8335652_s-1-.jpgRetour aux fondements

Henri LÜSCHER

La fin du vingtième siècle avec ses grands chambardements approche à grands pas. Elle est caractérisée par le renversement des fondements sur lesquels reposait la société occidentale. Profondément marquée par des siècles de culture chrétienne qui plongeait ses racines dans les Ecritures, elle a subi une érosion lente pour aboutir à un changement de paradigme dans son concept du monde. Le psalmiste pose une question pertinente: Quand les fondements sont renversés, le juste, que ferait-il?(11.3) Quelle sera notre réponse?

Il est bon de revenir un peu en arrière dans le temps. La Réforme nous a légué quelque chose d'inestimable. Par elle, Dieu a opéré un retour aux Ecritures, seule norme de notre foi dans tous les domaines de la vie. Cette foi n'était pas floue. L'ensemble des vérités bibliques constituait le fondement de la foi des Réformateurs. Il engendrait une confiance; et une obéissance totales en la Bible, Parole de Dieu qui avait autorité sur leur intelligence, leur cour, leur vie. Il n'y avait pas de concept relativiste ou pluraliste quant aux fondements de la foi. En revanche, le dualisme entre le spirituel et le matériel, l'invisible et le visible, la nature et la grâce, le temporel et l'éternel a contribué à une sécularisation progressive de la société occidentale. Les lumières et le rationalisme ont encore diminué l'impact de l'Evangile produit par la Réforme. Avec Hegel, au début du 19e siècle, le monde a été bouleversé dans sa manière de penser par le principe dialectique: thèse, antithèse, synthèse. Plus rien n'était absolu, vrai, sans cette démarche philosophique préalable. Ici, on trouve l'origine du relativisme qui a marqué également la théologie.

Au milieu du siècle passé, Darwin, sans doute influencé par la philosophie de Hegel, a publié son fameux ouvrage "De l'origine des espèces par voie de sélection naturelle", ce qui marqua le début de la diffusion de la théorie de l'évolutionnisme. Roger Liebi écrit avec pertinence: "On exagère à peine en disant que Darwin a posé l'un des fondements essentiels de la cosmologie dominante du 20e siècle. Il est l'auteur d'un tournant décisif dans la manière de penser des pays occidentaux hautement civilisés. Innombrables furent ceux qui commencèrent à se détacher du christianisme. La perspective biblique, selon laquelle Dieu créa le monde et la vie, et fit l'homme à son image, devint pour eux toujours plus inacceptable. L'enseignement de Darwin conduisit aussi à de toutes nouvelles conceptions en philosophie, en psychologie, en pédagogie, en sociologie, en théologie, en histoire, en astronomie, ainsi qu'en beaucoup d'autres domaines" (Le Nouvel Age, p. 11, éd. Bibles et Traités Chrétiens, CH-1800 Vevey). Le marxisme, l'existentialisme et le pragmatisme ne sont que le prolongement de ces philosophies.

En résumé, toute la crise actuelle à tous les niveaux est la conséquence de l'humanisme séculier qui a déshumanisé l'homme, aussi paradoxal que cela paraisse. Dans tous les domaines, il est en faillite. Alors les hommes cherchent leur bonheur ailleurs, dans l'irrationnel, puisque le matérialisme rationnel ne leur a apporté que le goût amer d'une illusion chimérique. Le Nouvel Age se substitue au rationalisme. On parle d'être en harmonie avec soi-même, avec la nature, l'environnement, le cosmos, etc. Pour se déstresser, on a recours à la spiritualité orientale, au mysticisme, à l'astrologie, à la médecine parallèle, à la psychologie moderne, etc. Des termes comme amour, unité, paix, n'ont plus la connotation que la Bible leur donne.

Face à ce déferlement de séductions sataniques et à la désorientation de l'Eglise dans un monde où elle devrait être le sel de la terre, n'y a-t-il pas un retour aux Ecritures Saintes à opérer en laissant libre cours à l'Esprit de Dieu qui veut parler à nos cours? Lui seul peut produire la repentance, l'obéissance à la Parole de Dieu et la mise en pratique des directives divines. L'objectif des articles publiés dans ce numéro est d'avertir nos lecteurs des temps que nous vivons en nous encourageant à revenir aux vérités centrales de la Réforme: Sola Scriptura, Solus Christus, Sola gratia, Sola fide, Soli Deo gloria. Ces vérités claires et fondamentales révélées dans les Ecritures ne se négocient pas. Il n'y a pas de compromission possible. Jésus n'affirme-t-il pas: Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi ? L'apôtre Pierre n'est pas moins explicite: Il n'y a de salut en aucun autre; car il n y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. (Jean 14.6; Act 4.12). Paul, dans sa 2e lettre aux Corinthiens, retrace la vie chrétienne au milieu des difficultés. Toutes nos ressources sont en Christ, qui nous fait toujours triompher (2.14). Les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles, mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser les forteresses. Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s'élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l'obéissance au Christ (10.4-5). C'est Jésus seul, l'Esprit seul et l'Evangile seul par contraste à un autre Jésus..., un autre esprit... et un autre évangile provenant de Satan lui-même qui se déguise en ange de lumière (11.4, 13-15).

Que Dieu nous fasse la grâce de persévérer dans la foi telle que les Ecritures nous l'enseignent. C'est pourquoi, affermissez votre pensée, soyez sobres et ayez une parfaite espérance en la grâce qui vous sera apportée, lors de la révélation de Jésus-Christ. (1 Pi 1.13).

H.L



Lien :http://www.promesses.org/arts/120p1-2f.html

 

Voir les commentaires

DECLARATION DE CAMBRIDGE

1 Novembre 2011 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

Déclaration de Cambridge

Alliance des Evangéliques Confessants 
Cambridge, Massachusetts (USA), le 20 avril 1996 

Traduction Frank HORTON

Aujourd'hui les églises évangéliques sont de plus en plus dominées par l'esprit du siècle plutôt que par l'Esprit du Christ. En tant qu'évangéliques nous nous appelons à nous repentir de ce péché et à recouvrer la foi historique chrétienne.

Au cours de l'histoire, les mots changent de sens. A l'heure actuelle c'est ce qui est arrivé au mot "évangélique". Par le passé il servait de lien d'unité entre chrétiens venant d'une grande diversité de traditions ecclésiastiques. Etre évangélique, c'était confesser sa foi. Etre évangélique, c'était adhérer aux vérités essentielles du christianisme telles qu'elles avaient été définies par les grands conciles ocuméniques de l'Eglise. De plus, les évangéliques partageaient en héritage commun les "sola" de la Réforme protestante du 16e siècle.

Aujourd'hui la lumière de la Réforme a été affaiblie d'une manière significative. En conséquence, le mot "évangélique" est devenu tellement inclusif qu'il a perdu sa signification. Nous sonmes confrontés au danger de perdre l'unité forgée pendant des siècles. En tenant compte de cette crise, et à cause de notre amour pour le Christ, pour son évangile et pour l'Eglise, nous nous efforçons d'affirmer tout à nouveau notre adhésion aux vérités centrales de la Réforme telles qu'elles ont été confessées historiquement par les évangéliques. Nous affirmons ces vérités, non pas à cause de leur rôle dans nos traditions, mais parce que nous croyons qu'elles sont centrales à la Bible.

I. Sola Scriptura: L'érosion de l'autorité

L'Ecriture seule est la règle inhérente de la vie de l'Eglise, et pourtant l'église évangélique à l'heure actuelle a séparé l'Ecriture de sa fonction d'autorité. Dans sa pratique, l'Eglise se laisse diriger trop souvent par la culture ambiante. Techniques thérapeutiques, stratégies de marketing, rythme du monde des divertissements: tout cela correspond beaucoup plus à ce que l'Eglise désire, à sa manière de fonctionner, et à ce qu'elle offre, que ne le fait la Parole de Dieu. Nombre de pasteurs ont négligé le contrôle légitime qu'ils doivent exercer sur l'adoration, y compris sur la substance doctrinale de la musique. Au fur et à mesure qu'on a abandonné dans la pratique l'autorité biblique, que ses vérités ont disparu de la pensée chrétienne, et que ses doctrines ont perdu leur pointe, l'Eglise a été progressivement dépouillée de son intégrité, de son autorité morale et de son orientation.

Plutôt que d'adapter la foi chrétienne pour la faire correspondre et satisfaire aux besoins ressentis par les consommateurs, nous devons proclamer la loi comme l'unique mesure de la justice véritable, et l'évangile comme l'unique annonce de la vérité salvatrice. La vérité biblique est indispensable à la compréhension de l'Eglise, à son édification et à sa discipline.

L'Ecriture doit nous porter; au delà de nos besoins ressentis jusqu'à nos besoins réels, et nous libérer de l'habitude que nous avons de nous voir au travers des images séduisantes, des clichés, des promesses et des priorités d'une culture de masse. C'est seulement à la lumière de la vérité de Dieu que nous sommes rendus capables de nous comprendre et de voir comment Dieu a pourvu à nos besoins. Il est donc indispensable de prêcher et d'enseigner la Bible dans l'église. Les sermons doivent être une exposition de la Bible et de ses enseignements, et non pas l'expression des opinions du prédicateur ou des idées courantes de l'époque. Nous ne devons accepter rien de moins que ce que Dieu a donné.

L'ouvre du Saint-Esprit dans l'expérience ne saurait être dissociée de l'Ecriture. L'Esprit ne parle pas selon des moyens qui seraient indépendants de l'Ecriture. Séparés de l'Ecriture, nous n'aurions jamais connu la grâce de Dieu en Christ. C'est la parole biblique, et non pas l'expérience spirituelle, qui est le critère de la vérité.

Première thèse: Sola Scriptura

Nous réaffirmons l'Ecriture inerrante comme unique source de la révélation divine écrite, qui seule peut lier notre conscience. La Bible seule enseigne tout ce qui est nécessaire pour notre salut (et délivrance) du péché, et constitue la règle selon laquelle tout comportement chrétien doit être mesuré.

Nous déclarons qu'aucun credo, concile ou individu ne peut lier la conscience du chrétien, que l'Esprit Saint ne parle jamais indépendamment de ou contrairement à ce qui est présenté dans la Bible, et que l'expérience personnelle spirituelle ne peut jamais être un véhicule de la révélation. 

II. Solus Christus: L'érosion d'une foi centrée sur le Christ

Au fur et à mesure que la foi évangélique s'est conformée à l'esprit du siècle, ses intérêts se sont confondus avec ceux de la culture ambiante. Les résultats ont été, d'abord, une perte des valeurs absolues et l' émergence d'un individualisme permissif; la guérison s'est substituée à la sainteté, le rétablissement à la repentance, l'intuition à la vérité, la sensation à foi, le hasard à la providence, et gratification immédiate à l'espérance persévérante. Le Christ et sa croix ont été déplacés du centre de nos préoccupations. 

Deuxième thèse: Solus Christus

Nous réaffirmons que notre salut est accompli par le Christ historique seul grâce à son ouvre de médiateur. Sa vie sans péché et l'expiation comme substitut à notre place seules suffisent pour notre justification et notre réconciliation avec le Père.

Nous déclarons que l'Evangile n'est pas prêché si l'on ne déclare pas l'ouvre expiatoire du Christ et si l'on ne sollicite pas la foi en Christ et en son ouvre.

III. Sola Gratia: L'érosion de l'Evangile

La confiance injustifiée dans la capacité de l'homme est un produit de la nature humaine déchue. Cette fausse confiance remplit maintenant le monde évangélique - à partir de l'évangile de l'estime de soi jusqu'à l'évangile de la santé et de la richesse; à partir de ceux qui ont transformé l'Evangile en un produit à vendre et les pécheurs en des consommateurs qui désirent acheter, jusqu'à d'autres qui considèrent que la foi chrétienne est vraie parce qu'elle est efficace. Tous "ces dérapages" réduisent au silence la doctrine de la justification, quels que soient les engagements officiels de nos églises.

La grâce de Dieu en Christ est non seulement nécessaire, mais reste la seule cause efficace du salut. Nous confessons que les êtres humains naissent morts sur le plan spirituel et sont incapables de collaborer avec la grâce qui régénère.

Troisième thèse: Sola Gratia

Nous réaffirmons que par le salut nous sommes délivrés de la colère de Dieu, et cela par sa grâce seule. C'est l'ouvre surnaturelle du Saint-Esprit que de nous conduire au Christ en nous libérant de notre esclavage au péché et en nous ressuscitant de la mort spirituelle à la vie spirituelle.

Nous déclarons que le salut n'est en aucun sens une ouvre humaine. Les méthodes, techniques et stratégies humaines ne peuvent, par elles-mêmes, accomplir cette transformation. La foi ne peut être produite par notre nature humaine non-régénérée.

IV. Sola Fide: L'érosion de l'article principal

La justification est par la grâce seule au travers de la foi seule à cause du Christ seul. Il s'agit là de l'article par lequel l'Eglise tient debout ou s'écroule. Aujourd'hui nombre de responsables, savants et pasteurs qui prétendent être évangéliques négligent, déforment, voire parfois nient cet article. Bien que la nature humaine déchue ait toujours refusé d'admettre la nécessité de la justice de Christ imputée, la pensée moderne alimente peu à peu ce mécontentement à l'encontre de l'Evangile biblique. Nous avons permis à ce mécontentement de dicter la forme de notre ministère et le contenu de notre prédication.

Nombre de ceux qui sont dans le mouvement pour la croissance de l'Eglise croient que la compréhension sociologique des participants au culte est tout aussi importante pour le succès de l'Evangile que la proclamation de la vérité biblique. Par conséquent, les convictions théologiques sont souvent divorcées d'avec l'ouvre du ministère. L'orientation vers le marketing dans beaucoup d'églises va encore plus loin, pour effacer la distinction entre la Parole biblique et le monde, priver la croix de Christ de son aspect choquant, et réduire la foi chrétienne à des principes et des méthodes qui assurent le succès des corporations mondaines.

Tout en prétendant croire à la théologie de la Croix, ces mouvements en réalité la vident de sa substance. Il n'y a pas d'autre évangile que celui de la substitution du Christ à notre place, grâce à laquelle Dieu lui a imputé notre péché et nous a imputé sa justice. C'est parce qu'il a enduré notre jugement que nous pouvons maintenant marcher dans sa grâce, assurés pour toujours de son pardon, acceptés et adoptés comme enfants de Dieu. Il n'y a pas d'autre fondement pour notre acceptation devant Dieu que l'ouvre salvatrice du Christ... pas même notre patriotisme, notre dévouement ou notre rectitude morale. l'Evangile déclare ce que Dieu a fait pour nous en Christ, et nous dissuade de chercher à obtenir la faveur de Dieu par quelque autre voie que ce soit.

Quatrième thèse: Sola fide

Nous réaffirmons que la justification est par la grâce seule au travers de la foi seule grâce au Christ seul. Par la justification, la justice de Christ nous est imputée comme unique satisfaction possible de la justice parfaite de Dieu.

Nous déclarons que la justification ne repose sur aucun mérite qui nous soit propre, ni sur la base d'une infusion de la justice de Christ en nous par voie sacramentelle. Nous déclarons de même qu'une institution qui prétend être une église mais qui refuse ou condamne la sola fide ne peut être reconnue comme une église légitime.

V. Soli Deo Gloria: L'érosion d'une adoration centrée sur Dieu

Partout où, dans l'Eglise, l'autorité biblique a été perdue, le Christ a été déplacé, l'Evangile a été biaisé ou la foi pervertie, cela a toujours été pour une seule raison: nos intérêts ont remplacé ceux de Dieu et nous appliquons nos méthodes à l'accomplissement de son ouvre. Que Dieu ne soit plus au centre de la vie de l'Eglise aujourd'hui est un fait répandu et lamentable. C'est cette perte qui nous permet de transformer l'adoration en divertissement, la prédication de l'Evangile en marketing, la foi en une technique, l'éthique en appréciation agréable de nous-mêmes, et la fidélité en une quête du succès. En conséquence, Dieu, le Christ et la Bible ont perdu une grande partie de leur valeur à nos yeux et ne pèsent plus beaucoup pour nous.

Dieu n'existe pas pour satisfaire nos ambitions humaines, nos convoitises, notre appétit de consommation, ni même nos intérêts spirituels personnels. Nous devrions de nouveau centrer notre adoration sur Dieu lui-même, plutôt que sur la satisfaction de nos besoins personnels. Dieu reste souverain dans l'adoration, et non pas nous. Nos soucis devraient concerner le royaume de Dieu et non pas notre propre sphère, notre popularité ou notre succès.

Cinquième thèse: Soli Deo gloria

Nous réaffirmons que parce que le salut est de Dieu et a été accompli par lui, ce salut est pour la gloire de Dieu, et nous devons le glorifier, lui, toujours. Nous devons vivre notre vie entière devant sa face, sous son autorité et pour sa gloire seule.

Nous déclarons que nous ne pouvons pas glorifier Dieu convenablement si nous confondons l'adoration avec le divertissement, si nous négligeons la Loi ou l'Evangile dans notre prédication ou si nous permettons à la recherche de l'épanouissement de soi, l'estime de soi ou la réalisation de soi de devenir les options préférées de notre "évangile".

Conclusion

Un appel à la repentance et à la réformation

La fidélité de l'Eglise évangélique dans le passé contraste de façon marquante avec son infidélité actuelle. Au début de ce siècle, les églises évangéliques soutenaient un effort missionnaire remarquable et construisaient de nombreuses institutions religieuses au service de la vérité biblique et du royaume de Christ. C'était une époque où le comportement chrétien et son attente étaient tout à fait distincts de ceux de la culture. Aujourd'hui ils ne le sont souvent plus. Aujourd'hui le monde évangélique est en train de perdre sa fidélité à la Bible, sa boussole morale et son zèle missionnaire.

Nous nous repentons de notre mondanité. Nous sommes tombés sous l'influence des "évangiles" de notre culture sécularisée... qui ne sont pas des évangiles. Nous avons affaibli l'Eglise par notre manque de repentance sérieuse, notre aveuglement face aux péchés en nous-mêmes que, pourtant, nous voyons si clairement chez les autres, et notre échec inexcusable d'annoncer efficacement à d'autres l'ouvre salvatrice de Dieu en Jésus-Christ.

Nous appelons sincèrement les évangéliques égarés qui se sont écartés de la Parole de Dieu dans les domaines développés dans cette Déclaration. Nous y incluons ceux qui déclarent qu'il y a une espérance de vie éternelle en dehors d'une foi explicite en Jésus-Christ, qui prétendent que ceux qui rejettent le Christ dans cette vie sont annihilés plutôt que de subir le juste jugement de Dieu au travers d'une souffrance éternelle, ou qui affirment qu'évangéliques et catholiques romains sont un en Christ là même où la doctrine biblique de la justification n'est plus confessée.

L'Alliance des Evangéliques Confessants invite tout chrétien à envisager d'incorporer cette Déclaration dans l'adoration de l'église, comme dans son ministère, ses principes, sa vie et son ouvre d'évangélisation.

Pour la gloire de Christ. 
Amen 

Taduction F. H

 

Voir les commentaires