Le blog de Dr André CHOUBEU - - Enseignements bibliques - Etudes bibliques - Conseils bibliques - Cours de Formation en théologie - Réponses aux questions bibliques
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

Articles récents

APOSTLES OR BISHOPS ?

24 Janvier 2012 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

 

 

 

 

 

APOSTLES OR BISHOPS?

By John Eckhardt

 

 

Introduction

 

With the current restoration of apostles to the Church there is a corresponding restoration of New Testament terminology. As I travel around the world emphasizing this current restoration, I am often asked the difference between apostles and bishops. There is some confusion concerning these two terms that needs to be resolved. Many leaders are opting to use the term “bishop” in describing their ministry. Some have even gone as far as using the term “archbishop”. Some are opting for the term “apostle”.

 

Some will contend that any term is irrelevant. However words and terms are very important in helping us understand truth. Wrong terminology can actually hinder people from understanding important truths that the Holy Spirit is restoring to today’s church.

 

This is true with the historical use of the word missionary. Peter Lyne states “The church for generations has used the term “missionary” to identify those sent out to foreign lands to plant and establish new churches. The Antioch model shows us the importance in releasing apostles for the planting and establishing of new churches. The events of Acts 13:1-4 have profound implications for the church today. So often we have sent the wrong people. At the heart of the church in Antioch was a team of prophets and teachers, but out of this group of five men the Holy Spirit singled out Barnabas and Saul for the wider work of evangelism and church planting. That these men were foundational to the establishing of the church in Antioch is without question. Their intensive program of teaching was a vital key to the development of the church. The contrast with contemporary church life is this. Had they been involved in any one of our churches today, they would have quickly become indispensable! New titles would have to be discovered, like ‘senior pastor’, to identify the importance of their role, and before long, their giftedness would become the cork in the bottle, preventing other gifts and ministries from developing. To cope with this dilemma, a name change has been inevitable. Apostles are now missionaries, the latter word coming from a Latin derivative, but essentially meaning the same thing. Some will feel that what I am saying here is simply semantics and of no particular importance. HOWEVER, WORDS ARE SYMBOLS OF IDEAS, AND A CHANGE OF NAME HAS SO OFTEN BROUGHT WITH IT A CHANGE IN UNDERSTANDING AND FUNCTION. A RETURN TO NEW TESTAMENT TERMINOLOGY COULD LEAD TO A REDISCOVERY OF APOSTOLIC PRIORITIES AND EFFECTIVENESS.

 

I agree wholeheartedly. Think of the difference between what comes to your mind when you hear the word APOSTLE to hearing the word MISSIONARY. There is a marked difference. Although both words mean essentially the same thing (a sent one), the word apostle carries a higher degree of authority. We expect more from apostles than we do from missionaries. The church is built upon the foundation of apostles, not missionaries (Eph.2:20). Although many missionaries were and are apostolic, many were and are not. Since many in the church have historically taught that there were nor more apostles after the apostolic age , we needed to replace their ministry with missionaries.

 

The word apostle is mentioned over seventy times in the New Testament. It is used more than any of the other ministry gifts. It is obvious that the Holy Spirit uses this word so often to emphasize the priority of the apostle’s ministry. It is the most important and primary gift in the church. This does not mean that we don’t need the other gifts. They are also important. The apostle however is set in the church FIRST by God (1 Cor.12:28).

 

The word PASTOR is mentioned only once in the King James New Testament (Eph.4:11). How is it that a ministry that is listed once gets more priority in most churches than a ministry listed over seventy times? Our tradition has kept us from emphasizing the ministry that the Holy Spirit has emphasized in the Word of God. Some believers and churches are afraid to use the term APOSTLE. But it is a New Testament word that describes the most important and up-front ministry in the church. We cannot be afraid to use New Testament terminology.

 

Which things we also speak, not in the words which man’s wisdom teacheth, but which the Holy Ghost teacheth; comparing spiritual things with spiritual (1 Cor.2:13)

 

The ASV says “combining things with spiritual words.” In other words the Holy Spirit gives us spiritual words to help us understand spiritual things. The word APOSTLE is a spiritual word that helps us understand a SPIRTUAL ministry. No other word can adequately describe this ministry.

 

In order to understand what the Holy Spirit is doing today we need to understand this word. We cannot be afraid of it. We cannot be blinded by tradition that limits this ministry to twelve. Unfortunately there are many leaders today who don’t understand this word. They are afraid to use it, or will substitute other words to replace it. But the fact remains that Jesus gave APOSTLES (Eph.4:11). If leaders don’t understand and have a revelation of the term APOSTLE, how can the Body of Christ as whole understand this ministry? If the church does not understand this word and gift, how can believers place a demand on this anointing and receive fully from this gift?

 

The word BISHOP is found four times in the King James New Testament. Again the word apostle is found over seventy times. You do the math. Which ministry is emphasized more by the Holy Spirit? In addition to these numbers the term ‘bishop’ has had a history of misuse. It has presently come to mean something that it never meant in the early church. Because of this the church has suffered in it’s understanding of apostolic ministry. This is unfortunate because the apostle’s ministry is much needed today.

 

The Holman Bible dictionary gives an excellent definition of the term BISHOP:

 

The English word “bishop” is the normal translation of the Greek noun episcopas , which occurs five times in the New Testament (Acts 20:28; Philem. 1:1; 1 Tim 3:2; Titus 1:7; 1 pet.2:25)… Paul, addressing the Ephesian “elders,” reminded them that the Holy Spirit made them “overseers” (episcopous) “to feed (verb which is cognate to the noun “pastor”) the church of the Lord.” From this many conclude that in Paul’s time “elder,” “bishop,” and “pastor” were terms used to describe three different functions of the same Christian leader, not three distinct ministerial offices. Moreover, according to Phillipians 1:1 the church at Phillipi had more than one bishop. During the second century A.D. churches came to have a single bishop, and then that bishop came to exercise oversight over nearby rural churches as well as the city church so that his ecclesiastical territory became known as a “diocese” or “see” (“eparchy” in the East). Bishops of churches that have been founded by apostles were said to be in succession to the apostles, and hence their teachings were held to be authentic and their authority collegial. By 400 A.D. in the West, the bishop of Rome began to assume extraordinary authority over other bishops. Today the Roman Catholic Church, the Eastern Orthodox churches, the Old Catholic Church, the Anglican Communion, and the (Lutheran) Church of Sweden teach the doctrine of apostolic (or Episcopal) succession.

 

Vines Dictionary defines bishop as follows : EPISCOPAS, lit., an overseer (epi, over, skopeo, to look or watch), whence Eng. “bishop,” which has precisely the same meaning, is found in Acts 20:28; Phil.1:1; 1 Tim.3:2; Tit.1:7; 1 Pet.2:25. Note: Presbuteros, an elder, is another term for the same person as bishop or overseer. See Acts 20:17 with verse 28. The term “elder” indicates the mature spiritual experience and understanding of those so described; the term “bishop,” or “overseer,” indicates the character of his work undertaken. According to the Divine will and appointment, as in the N.T., there were to be bishops in every local church, Acts 14:23; 20:17; Phil.1:1; Tit.1:5; Jas.5:14.

 

Roger Sapp states in his book The last Apostles on earth “As Martin Luther, John Calvin, and others were raised up by God in the dark Ages of Europe to be forces in the Reformation, they and others were the first to acknowledge the misuse of the term bishop. The Reformers correctly explained the relationship between these two terms. The terms presbyter (or elder) and bishop (or overseer) in the New Testament denote the same office – with this difference only, that the first term originated from the synagogue and the second from the Greek communities; and that one signifies the dignity of the office, while the other the actual practice of ministry… The equality and interchange of the terms elder and bishop continued until the close of the first century, as evidenced by the epistle of Clement of Rome written about A.D. 95. The Didache reveals that the equivalent meaning remained evident even near the end of the second century. However, with the beginning of the second century from Ignatius onward, the two terms began to be distinguished from each other. In other words, during the second century, the term episcopas began to lose its scriptural meaning and to be transformed into something else. During this time the term episcopas began to mean “a head of a congregation surrounded by a group of presbyters.” Decades later it came to mean a “head of a diocese and successor to the apostles.” The episcopas grew out of the “presidency” of the presbytery. The Reformation churches, i.e. the Lutherans, the Presbyterians, and the pre-Reformation Anabaptists, rejected the erroneous idea of bishops leading the Church; however, they did not reestablish the correct order of apostolic ministry.”

 

It is a common fact that words can change in meaning over a period of time. It is unfortunate that the scriptural meaning of the word bishop has changed because it has often given men holding unscriptural authority and positions in the Church. It is not surprising that the King James translators did not translate the word episcopas as overseer. They kept the term bishop in place because the Church of England still had in place the Episcopal form of church government, and this is true even until this day. 

 

John Tetsola states “the term episcopas (overseer), for example, developed a meaning that was quite different from the New Testament usage. It became one of the most significant ecclesiastical titles of the hierarchical church. We know that the term in English is “bishop,” meaning a church official who presides over many churches and the lower clergy. Thus, the original sense of the term episcopas, which was synonymous with elder, indicated a local

church official…In the end, every local church is responsible to teach its people the meaning of the terms it uses to describe its spiritual leaders, whether it be elders, overseers, ministers, preachers or pastors. Biblically sensitive church leaders will insist that the terminology they use represents as accurately as possible the original biblical terms and concepts of a New Testament eldership. The vocabulary Christians use to describe their church officials has great problems. Much of our church vocabulary is unscriptural and terribly misleading. Words such as clergyman, layman, reverend, priest, and bishop convey ideas contrary to what Jesus Christ and His apostles taught.”

 

The New International Version translates the word episcopas as overseer. Roger Sapp concludes in his book “ Perhaps it would be better to altogether dispense with the term bishop. It has been so strongly tied to traditional and historical misuse that its use will continue to perpetuate confusion and make the apostle’s role more difficult. Perhaps we simply need to use elder or overseer to describe this local church ministry to avoid confusion.”

 

The historical decline of apostolic ministry can be traced to the rise of bishops in the church. The doctrine of Apostolic Succession that teaches the bishops replaced apostles is a heresy. The Roman Catholic Church has taught that the bishop of Rome (pope) has inherited the authority of the apostle Peter. This is the teaching of Apostolic Succession at it’s worst. This teaching excludes any apostle who is not in direct line of the bishops from the time of Peter. The apostle Paul was raised up by God without any direct connection to Peter. Many other apostles have been raised up by God over the centuries without being in the line of bishops. This is a gift given by grace and has nothing to do with apostolic succession. No church has a monopoly on the gifts of God. They are given by the Holy Spirit irrespective of a denomination or certain group of churches.

 

The unfortunate truth is that many present day Pentecostals and Charismatics are embracing terms and concepts that were challenged by the Reformers hundreds of years ago. Although the Reformers were limited in their understanding of spiritual gifts, we have no excuse today. We have more knowledge of spiritual gifts than ever before. The Reformers did not reestablish the order of apostolic ministry. Their biggest fight was to restore the doctrine of  Justification by faith. Present day churches should reestablish the order of apostolic ministry. We should not return to concepts and religious systems that the Reformed changed hundreds of years ago. We should be progressing instead of regressing.

 

With the decline of apostolic ministry and the rise of unscriptural bishops the church entered into a long period of decline. The leadership of the church became corrupt as men often used ungodly means to rise to positions of power in the church. Because the bishoprick became an appointed position, favoritism and other things besides the anointing became the means of being appointed into these offices. Some bishops were corrupt and ungodly. Many were simply religious politicians who maneuvered their way into the coveted positions.

 

With the decline of apostolic ministry came the decline of apostolic power. One of the major characteristics of an apostle’s ministry is power. This includes signs, wonders and miracles (2 Cor.12:12). With the restoration of the apostle’s ministry will come a corresponding restoration of apostolic power. There is also a restoration of apostolic terminology. Terminology that is religious and outdated will be replaced by terminology that is current and scriptural.

 

We are presently in a period of great restoration. Truth and ministries that have been neglected for generations are being rediscovered by the church. This includes, but is not limited to, the apostle’s ministry. God is breaking the spirit of ignorance. We are in a time of reformation. Things that have been imposed on the church are now being removed. The unscriptural role of bishops was imposed on the church for hundreds of years. This is being removed and replaced by the proper order of apostolic ministry.

 

BISHOPS DO NOT REPLACE APOSTLES

 

This false concept is based on the doctrine of Cessationism. This is the teaching that the apostle’s ministry ceased after the death of the twelve. The bishops therefore replaced the twelve as the leaders of the church.

 

First of all there is no substitute for the apostle’s ministry. We need apostles in each generation just like we need evangelists, pastors, and teachers. When emerging apostles do not replace founding apostles, the church is in trouble. This cycle of deterioration has occurred in almost every movement and denomination. This is because of a lack of understanding concerning apostolic ministry.

 

After the death of the early apostles the church began to teach that the bishops (those ordained and set by the apostles) replaced the apostles as the governmental leaders of the church. The doctrine of apostolic succession was espoused by Clement of Rome. He intervened on the behalf of the presbyters of Corinth who were dismissed from the church. He ordered their reinstatement by insisting that an orderly succession of bishops was established by the apostles. This is found in the letter of the Roman Church to the Corinthians (c.a.96).

 

During the second century the church came under threat from false teachings, primarily the teachings of Gnosticism. These heresies posed such a threat to the church that Irenaeus proposed the concept that the true churches must be able to trace their leaders back to the apostles. He taught that an unbroken succession of bishops of dioceses founded by the apostles guarantees the truth that a church possesses. In this way one could differentiate true churches from the false ones lead by heretics. This is found in his writing Against the Heresies (c.a.185). Churches were therefore considered apostolic if they could trace their leadership back to the apostles.

 

The African orator Tertullian , in his treatise The Prescription of Heretics (c.a.200) proposed that a church need only have the teaching of the apostles in order to be apostolic. In other words there was no need to have apostolic succession in order to be a legitimate church. Clement of Alexandria (c.a 150- c.a.215) similarly proposed that a succession of doctrine rather than a succession of bishops is the most important characteristic of a true apostolic church.

 

Cyprian , the bishop of Carthage (c.a. 205- c.a.258), is perhaps one of the strongest proponents of apostolic succession. He maintains that the apostolate (the apostles) and the episcopate (the bishops) are one. In his view the bishops were the successors to the apostles and the apostles were the bishops of old. By the mid third century, the difference between the apostles and bishops disappears with Cyprian.

 

The development of the doctrine of apostolic succession ( an unbroken line of bishops from the apostles to the present bishop of Rome) was a response to the rampant heresies being taught in the early church. This doctrine was developed to test the whether a church was legitimate or not. If teachers (heretics) could not trace their leadership to the apostles, they were considered false. Only the apostles and the bishops that replaced them were considered valid teachers and carriers of apostolic tradition.

 

This teaching further states that only ordinations conducted by the bishops were valid. This teaching rests on the false doctrine of Cessationism. It rests on the false concept that bishops replaced apostles. Any teaching based on a lie is false because it rests on a false foundation. There have always been apostles in the church. Tradition has often hid them from our eyes, but this gift was never withdrawn from the church. Each generation needs apostles, prophets, evangelists, pastors and teachers. I agree with Tertullian in stating that the doctrine of the apostles is currently available through the New Testament. Any teaching outside of it is blatantly un-apostolic.

 

Paul was sent as an apostle without the laying on of the hands of the twelve. He was an apostle by the will of God, not by the will of man. Jesus sends apostles. Although they are usually released in the local church and confirmed by prophetic ministry, their origin is from God, not man. No man has to trace his ministry directly to one of the original apostles through the laying on of hands. This would be a fruitless endeavor for the multitudes of apostles the Lord is

sending today.

 

The apostle is a pioneer. They are set in the church first (Greek word Proton meaning first in time, order, or rank, 1 Cor.12:28). This pioneering anointing causes great breakthroughs and advancement. New Movements grow rapidly and have great momentum. This usually continues while the founding leader is alive. Movements usually try to maintain the leaders legacy by replacing the leadership with bishops, superintendents, and administrators. The movement begins to lose momentum as it becomes more administrative than apostolic. This process is called institutionalization.

 

Ernest B. Gentile defines institutionalization as the process whereby the church of Jesus Christ becomes an established, recognized organization, a structured and highly formalized institution, often at the expense of certain spiritual factors originally thought to be important. Derek Tidball defines it as the process by which the activities, values, experiences and relationships of the (religious) group become formalized and stabilized so that relatively predictable behaviour and more rigid organizational structures emerge. It is the name for the way in which free spontaneous and living (Church) movements become structured and inflexible.

 

Inflexibility is the characteristic of an old wineskin. New wine must be poured into new wineskins. New wineskins can become old wineskins quickly after the death of the founding leaders. This has happened to almost every movement in the past. It will continue to happen unless a group can identify and raise up emerging apostles to replace the founding apostles. When the founding leaders are replaced by bishops and administrators (governments in 1

Cor.12:28) the emphasis is on maintaining instead of advancing. The movement becomes less open to new ideas and revelation. It ceases to be a movement and becomes a monument.

 

And in the church God has appointed first of all apostles, second prophets, third teachers, then workers of miracles, and those having gifts of healing, those able to help others, those with gifts of administration, and those speaking in different kinds of tongues. (1 Cor. 12:28 , NIV).

 

The NIV translates the Greek word kubernesis as “those with the gift of administration.” The Kings James version uses the term governments. The gift of administration is a very important gift to the success of any church. It is not however set in the church first by God. In other words it is not intended to be the dominant anointing of the church. When the administrative gifts becomes the dominant gift  the priorities of the organization become

administrative instead of pioneering and advancing. The administrative gift cannot replace the apostolic gifts at the helm of the church. David Cartledge states “Where apostolic ministries are not in the church, or accessed by it, those without a ministry Gift will attempt to lead or govern the Church. The end result of this is a man-made bureaucracy. It becomes merely a democratic administration instead of a theocracy. The usual effect is the utilization of control mechanisms rather than modeled leadership…The attitudes of most denominations towards apostolic

 

leadership have tended to squeeze such gifted ministries out of their local churches. The resisted or rejected apostolic ministries have either formed independent churches, or movements that functioned without democratic or denominational restraint.”

 

There are many bishops who are apostles. There are also many apostles who have administrative abilities. This book is not intended to oppose leaders with genuine gifts and callings. I personally have many friends who identify themselves as bishops and yet they know they are apostles. My only desire is to remove any confusion or tradition that would hinder the many apostles that are emerging around the world. Many of these emerging apostles are in denominations that are more administrative than apostolic. The lack of movement in many organizations  has frustrated many emerging apostles. Many apostles end up leaving groups that they love in order to fulfill their ministries.

 

I believe that God always provides the gifts that we need in order to fulfill our destinies. It is not the will of god that movements start out with great power and momentum only to shrivel up and die after one generation. The apostolic gift is the key to continuous advancement and momentum. There is always another generation of apostles that should be in position to replace the founding apostles. When an organization or church becomes administrative at the expense of being apostolic, apostolic gifts are often choked out. This is because apostolic gifts tend to be to progressive, pioneering, and advancing for many organizations. Some would identify this as rebellion, but usually it is a desire to keep the group moving forward and walking in present truth.

 

This is unfortunate because the very gifts that churches need to advance are usually lost due to the organizational constraints placed upon them. This happened in the early church when bishops replaced apostles. The church became more ceremonial and traditional. The apostolic power and grace of the church in the book of Acts was lost. The Reformation of the Sixteenth Century began to change this. The Reformers however failed to restore the proper role of the apostle. Many Reformation churches kept the Episcopal (bishops) form of government. We are now seeing the restoration of apostles to their proper role in the church.

 

APOSTLES ORDAIN BISHOPS

 

The third chapter of First Timothy gives the qualifications of bishops (overseers, elders). Paul is giving apostolic instruction to Timothy concerning the government of the local church. Timothy is functioning as an apostle

(1 Thess.1:1 & 2:6). Apostles are responsible for the oversight and setting of leaders in local churches. The traditional concept of bishops being over groups of churches is really an apostolic function. The teaching that bishops replaced apostles removes the role of current apostles from the church.

 

Some have taught that the bishop is the highest office in the church. This is not true. God has set apostles first in the church. No amount of scriptural wrangling can remove them from this position in the church. Apostles ordain and set bishops (overseers, elders) in the church. Titus was sent by Paul to ordain elders (bishops, overseers) in the church at Crete (Titus 1:5). Paul and Barnabas appointed elders (bishops, overseers) in the churches they established (Acts

14:23). Roger Sapp states “We must recover the scriptural understanding of the apostle and the overseer, and for the sake of the Church put away the unscriptural ministry and the title of bishop. It is evident from a simple look at these passages that all or at least the vast majority of those Christian leaders who have accepted the title of bishop did not receive it from apostolic ministry and have accepted a role that usurps the role of the apostle. For present-day bishops to acknowledge this error to the churches that respect them will be difficult, but necessary, to make room for apostolic ministry to come forth. Otherwise, the “old wineskin” will not be suitable to hold the “new wine” of the Spirit that will be poured out in the days preceding the coming of the Lord. In some cases, it will not be difficult for the man of God to dispense with this title and to instruct those who look to him for leadership about the apostolic ministry over a short time. It will be for him a question of humility and love for the truth. In other cases, due to long tradition it may not be possible to do so without serious difficulties. In any case, the Lord will grant His servant grace to embrace the truth.

 

FIRST APOSTLES / LAST APOSTLES

 

God has set in the church first apostles, secondarily prophets, thirdly teachers…(1 Cor.12:28)

 

For I think that God hath set forth us the apostles last, as it were appointed to death; for we are made a spectacle unto the world, and to angels, and to men. (1 Cor.4:9)

 

The apostle’s ministry is the highest ranking ministry in the church. This does not mean that an apostle has jurisdiction over every church. There are different apostles who have different spheres of  influence.  Apostles have different geographical regions to which they are set and sent.

 

Although apostles are set in the church “first”, they are often treated as “last”. The rise of bishops to positions of prominence in the church coincided with the state’s recognition of the church. Bishops often became more powerful than natural rulers. This began when the Roman Emperor Constantine recognized Christianity as the religion of the Roman Empire. The bishop’s office eventually became a position of power and prominence.

 

Some leaders like the use of the term bishop because it is recognized by the world. Apostles have always been persecuted and hated by the world’s system. They know what it means to suffer and be treated as “last”. Many leaders are afraid to walk in true apostolic ministry because they fear rejection and persecution. Many desire honor from men rather than honor from God. Some religious leaders even receive titles such as “His Eminence”, or “His Holiness”. How disgusting this must be to God because it is a manifestation of pride and arrogance. We should not think of men above that which is written (1 Cor.4:6).

 

Many leaders don’t like the idea of being treated “last”. Many desire to be treated “first”. Being treated “last” is hard on the flesh. The flesh hates suffering, rejection, and persecution. The flesh loves flattering titles. Leaders must be aware of the subtle trap of religious pride. True believers and ministries cannot avoid suffering and persecution, especially apostolic ministries who minister in power and authority.

 

There are many leaders today who refer to themselves as bishops that are apostles. Many are aware of it, some are not aware. The word bishop means an overseer. The word apostle has a much broader definition and broader function. Apostles provide oversight to churches. They are also elders. The word apostle is a transliteration of the Greek word apostolos meaning “one sent forth”. A sent one has a variety of functions and duties including overseeing, planting, watering, encouraging, correcting, judging, activating, imparting, demonstrating, establishing, pioneering, mobilizing, teaching, preaching, and ordaining. Leaders who are apostles cannot limit themselves to managerial duties, but must fully express the grace that is upon the apostolic office. The same thing is true of many pastors. Pastors who are apostles need to recognize this gift and walk in it fully. Pastors cannot allow fear and tradition to hold them back. God has not

 

set in the church first pastors , but first apostles. This is an order of ministry for the local church.

Paul wrote to a local church when revealing God’s order of ministry.

 

Some will maintain that terms are not important. Terms and words are very important. Words have definitions. Words shape our way of thinking. Apostles cannot think like pastors. Apostles must think and act like apostles. Out lack of understanding of gifts and ministries can hinder us from walking in the fullness of God’s grace. We are not to be ignorant of spiritual gifts (1Cor.12:1).

 

THE STATEGY OF JESUS AND EMERGING APOSTLES

 

Jesus ordained twelve that they might be with him. Many have looked at the strategy of Jesus as a one time historical event. Jesus is however our perfect example. He is the apostle of our profession. He is the perfect sent one. His methods and strategies reflect the wisdom of an apostle.

 

Jesus did not raise up twelve pastors, evangelists or bishops. He raised up twelve apostles.

Is this a one time event or a model that modern apostles need to have? One of the failures of many apostles has been the failure to raise up emerging apostles. Many apostles raise up pastors to shepherd the churches that are birthed through their movements. This is not the wisdom of God for several reasons. The first reason is that the next generation of leaders also will need an apostolic anointing to continue in the momentum of the founding apostle. Jesus raised up leaders that would carry his message and penetrate to the uttermost parts of the world. Apostles have the ability to breakthrough and expand the movement begun by the founder.

 

God will place emerging apostles around a founding apostle. It is up to the founding apostle to discern who they are and mentor them. The failure to do so often causes the next generation to replace the apostle’s leadership with managers and administrators.  Some fellowships resort to voting in order to replace leaders. Without emerging apostles the fellowship is not in a position to advance and progress. The apostolic gifts in a church need to be recognized, encouraged, and released. This is the strategy of Jesus and it should be our strategy today.

 

Joshua is a type of an emerging apostle. The Lord told Moses to encourage him. Emerging apostles need to be encouraged. They need spiritual fathers who will mentor and train them. There are many emerging apostles in the church today. They cannot be locked into managerial positions that limit their anointings. They need to be released fully.

 

Timothy and Titus were emerging apostles who were trained by Paul. Emerging apostles will often be a part of the apostolic team. They will travel with an apostle and learn firsthand apostolic ministry. They will be a part of planting and establishing churches as well as ordaining ministers. Their gifts will take time to fully come forth, but through patience and maturity these gifts will be able to fully manifest.

 

When leaders step fully into apostolic callings, many emerging apostles will have a model to follow. Ministers will follow the models set before them. If all ministers see are bishops and pastors, this is all many will aspire to become. If they see apostles and prophets honored and received in the church, they will have a New Testament model before them. We are responsible for what we model before emerging ministries. Paul encouraged the church to follow him as he followed Christ. Paul presented a true apostolic model before the churches. He exposed false apostles and modeled the true.

 

We cannot afford to present old religious models before the church. Traditional models will not suffice. The church is built upon the foundation of apostles and prophets (Eph.2:20). It is not built upon the foundation of bishops and pastors. This is not to say we don’t need bishops (elders , overseers) and pastors. It simply means these are not foundational ministries. They are not the primary ministries of the church. When we replace foundational ministries with ministries that are not foundational, the church is in trouble.

 

Paul, an apostle, (not of men, neither by man, but by Jesus Christ, and God the Father, who raised him from the dead;) Gal:1:1

 

Paul always identified himself as an apostle. He never referred to himself as a bishop. Apostles are called and sent by Jesus. Bishops are appointed and set by apostles. Paul knew his calling and setting was not by man. He understood the authority of his calling was given directly by the Lord. When he corrected churches he did it based on his apostolic authority. His authority came form God and not from the church. Bishops that are set in their positions by the church are accountable to the churches that elect or appoint them. How can leaders walk in the necessary authority without the authority coming from God?

 

This is one of the reasons many organizations have a problem with apostles. Apostles operate in a level of power and authority that make many uncomfortable. Bishops who are apostles also walk in authority, but this authority comes from their apostolic grace. Apostles have the authority of a “sent one”. They have ambassadorial authority. Authority is a distinct mark of the apostle’s ministry. This authority is recognized in the spirit realm. Angels and demons recognize this authority. This authority registers in the spirits o people. Apostles are first in time, order, and rank.

 

Many organizations and denominations will have a hard time embracing the order of apostolic ministry because it is a threat to a pyramid type of leadership structure. When emerging apostles are raised up and released they will in turn raise up and release emerging ministries. This is a threat to control mechanisms that are set in place in many structures. Mature spiritual sons will raise up sons and daughters. There is a greater release of gifts and ministries when apostles are in place. Many emerging apostles will develop their own networks and spheres of influence.

 

THE DEPARTURE OF APOSTOLIC MINISTRY

 

For I know this, that after my departing shall grievous wolves enter in among you, not sparing the flock. Also of your own selves shall men arise, speaking perverse things, to draw away disciples after them (Acts 20:29-30)

 

Paul warned the church what would happen after his departure. Evidently the enemy could not do these things while he was present. The apostolic anointing provides a restraining influence to division and false ministry. The church is always susceptible to these attacks when the apostolic mantle departs. This happened historically with the death of the early apostles. The church drifted into tradition, ceremonialism, and heresy. This is the reason why the apostle’s ministry is so needed in the church.

 

And when the people saw that Moses delayed to come down out of the mount, the people gathered themselves together unto Aaron, and said unto him, Up, make us gods, which shall go before us; for as for this Moses, the man that brought us up out of the land of Egypt, we wot not what is become of him. (Exod.32:1)

 

Moses is a type of an apostle. The people began to rebel when he departed from the camp. His presence provided a restraining influence. This is what happens when strong leadership departs. People need strong leaders. The church needs the apostolic anointing to be present. The devil will do anything in his power to remove this ministry from the church. If there are no emerging apostles to replace the founding apostle, the church tends to choose leaders after the flesh. Every Moses needs a Joshua. Every Elijah needs an Elisha. Every Paul needs a Timothy. The church cannot afford to have a void in apostolic leadership.

 

Now after the death of Jehoiada came the princes of Judah, and made obeisance to the king. Then the king hearkened unto them.

And they left the house of the LORD God of their fathers, and served groves and idols: and wrath came upon Judah and Jerusalem for this their trespass. (2 Chron.24:17-18)

 

Jehoiada the priest mentored and trained the young king. He was a father to the king. He is a type of an apostolic ministry. His death marked the beginning of a spiritual decline for the nation. The princes of Judah came to the king and enticed him to disobey after Jehoiada’s departure. Jehoiada’s presence was a restraining influence to the powers of darkness. The apostolic ministry has the power to bind. This is another reason why the devil hates this ministry. He

wants it to die in the church. He has influenced the church to believe that the apostle’s ministry ceased after the death of the twelve.

 

The devil has always hated and feared the apostle’s ministry. It is the most misunderstood and persecuted ministry in the church. The enemy has successfully removed this ministry in it’s fullness from the church through tradition and false teaching. The major lie the enemy influenced the church to accept was that bishops replaced apostles. The enemy effectively stole the role of the apostle from the church. Thank God we are presently seeing a restoration.

 

This is why it has been necessary to view what happened in church history after the death of the early apostles. There is always a danger when apostolic ministry departs from the church. Paul warned of wolves entering the flock. The Corinthian church became divided and sectarian after Paul’s departure. The schisms in the Corinthian church were probably due to the fact that there were no strong apostolic leaders present in the church. Churches are more unified when the apostolic anointing is present. Without apostles the church is susceptible to the influence of spirit of division and carnality.

 

Also he made a molten sea of ten cubits from brim to brim, round in compass, and five cubits the height thereof; and a line of thirty cubits did compass it round about.

And under it was the similitude of oxen, three looking toward the north, and three looking toward the west, and three looking toward the south, and three looking toward the east: and the sea was set above upon them, and all their hinder parts were inward. (2 Chron.4:2-4),

 

The molten (brazen) sea was a type of the cleansing power of the word. It was the basin of water that the priests washed in before they ministered in the tabernacle. It is also a type of the apostle’s ministry. It rested upon a foundation of twelve oxen. Twelve is the number of government and the apostolic ministry. Oxen represent the laboring aspect of the apostolic ministry. The oxen faced every direction representing the apostles going into all the world. The church is built upon the foundation of the apostles and prophets. The enemy desires to remove this foundation from the church.

 

And king Ahaz cut off the borders of the bases, and removed the laver from off them; and took down the sea from off the brazen oxen that were under it, and put it upon a pavement of stones. (2 Kings 16:17)

 

King Ahaz removed the molten sea from its proper foundation. It placed it upon a pavement of stones. This is what the enemy did to the church. Church tradition has removed the church from its apostolic foundation. When apostles and prophets are not operating in the church, the church is not standing on its proper foundation. One of the ways the enemy did this is by influencing the church to believe that bishops replaced apostles. The church is not built upon the foundation of bishops, but apostles.

 

John Tetsola makes the important point that the church should be a non-clerical family. The separation of clergy and laity has brought much damage to the church. Bishops are sometimes referred to as “high clergy”, while those ministers under them as “low clergy”. Tetsola states “the local church is a non-clerical family. The early church was a people’s movement. The distinguishing mark of Christianity was not found in a clerical hierarchy, but in the fact that God’s Spirit came to dwell within ordinary, common people and that through them the Spirit manifested Jesus’ life to the believing community and to the world”.

 

With the institution of the clergy came a distinction in dress. Robes, collars, colors, staffs, and rings become the dress of bishops. Clerical dress became mandatory for those ordained as bishops. We are seeing a revival of this kind of wear among Pentecostal and Charismatic leaders who identify themselves as bishops. This is totally foreign to the early apostolic church. When the church becomes clerical it loses the simplicity that the early apostles desired. The result is a religious caste system that elevates men to positions of power and prominence that is dangerous and carnal.

 

Apostles are given for the perfecting of the saints. They are one of the five ministries given for this purpose. Apostles are called to activate believers to do the works of Jesus Christ. They are anointed to impart and stir up the gifts inside of the believers. There position is not one of fleshly prominence. They are usually treated “last”. They are driven and motivated by a commission, not by worldly fame and power. They are not clerical. In other words they do not represent some priestly order inside the church. They know that all believers are priests.

 

The church must be careful not to revert back to clericalism. The reformers challenged this concept and brought reformation by exposing it as a false system. Clerical terminology can hinder the church from being a non-clerical family. The division of the church into clergy and laity causes the saints to invest the majority of ministry into the hands of a few. The five-fold ministry is given to “perfect the saints for the work of the ministry”.

 

RESTORATION

 

We are presently living in a time of restoration. The Lord is restoring the order of apostolic ministry to the church. With restoration comes reformation. Adjustments and alignment to the truth is necessary in order to receive the new wine that is being released. Religious tradition is being challenged. The church is returning to New Testament terminology and truth.

 

Many leaders are beginning to embrace their true callings and ministries. They are being loosed from fear and tradition that has hindered them from walking in the higher callings. It is important that true apostles understand their function in order to release their gifts fully to the church. Apostles are more than bishops (overseers). They have a unique anointing to advance the church. Apostles must be free to minister in the church. They cannot be limited by false teachings and governmental structures that are not biblical. The truth will set us free.

 

God is also restoring prophets to their governmental positions in the church. This will not fully happen until apostles take their place. Religion and tradition has always been a hindrance to the release of the gifts of the Spirit. Apostles have the ability to activate the gifts through imparta-tion and the prophetic word. With the restoration of apostles and prophets will come the greatest release of the power of God. We must study to shew ourselves approved unto God. Ignorance will no longer be an excuse. God is opening his word and causing us to know his secrets. We are stewards of the mysteries of God.

 

The new leaders the Lord is releasing must shed the old religious garments of the past. We can- not sew a new piece of cloth on an old garment. The new anointing that God is releasing will not work with an old mentality. Remember words represent concepts and ideas. The way we thing is governed by our vocabulary. We must renew our minds according to the word of God in order to receive what God is releasing from heaven. Holding on to the old while trying to receive the new will not work. We cannot put new wine into old bottles.Un-Eveque.jpg

 

Voir les commentaires

QUAND LES FONDATIONS SONT RASEES, LE JUSTE, QUE FERAIT–IL ?

24 Janvier 2012 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

QUAND LES FONDATIONS SONT RASEES, LE JUSTE, QUE FERAIT–IL ?

(Psaumes 11.3)

 

Définition :

Le mot Fondation ou Fondement dans l’Ancien Testament est traduit de l’hébreu yasad qui signifie attacher fermement.

Ces termes sont employés distinctement au sens propre pour les bases des constructions (Job 4.19), des autels (Ex 29.12). Au sens figuré, il est question des fondations de la terre (Ps 24.2 ; Esa 24.18) et du monde habité (Ps 18.16) et de la voûte des cieux (Am 9.6).

Dans le même sens, il est dit qu’Israël sera le fondement des peuples (Esa 54.11 ; Pr 10.25 ; Esa 14.32) Les fondations du Temple de Salomon étaient faites de pierres magnifiques (1R 5.17 ; 6.37 ; 7.10 ; 1Ch 22.2).

Au sens figuré, Jésus-Christ est le fondement de l’Église, c’est-à-dire la vérité et le salut qu’il a apportés servent de soubassement à tout l’édifice nouveau (1Co 3.11). Il est la pierre angulaire (Esa 28.16 cité dans 1Pierre 2.6 et Eph 2.20). Dans ce dernier passage, les apôtres et les prophètes (de la nouvelle alliance) sont le fondement posé sur cette pierre angulaire et sur lequel les chrétiens sont édifiés. Dans Rom 15.20 et 1Cor 3.10, le fondement désigne le ministère d’évangélisation qui pose les premières pierres d’une nouvelle Église.

 

Compréhension du verset :

a)     Les fondements sont renversés : les lois les plus essentielles de la société sont violées. Il semble donc aux gens craintifs qu’il n’y a, pour le juste, plus rien à faire.

b)   Des considérations générales viennent à l’appui de cet argument : bien que les fondements de la société soient instables, qu’ont fait de tout temps les justes et les bons pour prévenir sa chute ? La prudence dicte l’abandon du bateau qui coule.

c)    La lutte de David et le triomphe sur une forte tentation consistant à défier Dieu par le fait de vouloir se tirer d’affaire par ses propres moyens, ceci dans une période de trouble.

 

À quels désordres de la nature pourrait-on comparer ceux de la société quand la foi est méprisée, l’autorité des lois les plus justes méconnue, les liens même de la famille foulés aux pieds, et que, de la sorte, « les fondements sont renversés ? » (Ps 11.3). Mais que fait alors le juste ? Réponse : Il se souvient que l’Éternel voit toutes ces choses, qu’il les hait, qu’il les réprimera ; puis il sait que le regard de sa face est propice à quiconque est droit de cœur (Ps 11.4-7).

 

Ceux qui craignent Dieu et qui le servent vraiment, font bien de placer en Lui toute leur confiance. Face au grand danger qui menace injustement la vie de David poursuivi sans raison par Saül alors que le Prophète l’avait oint et le consacré comme roi d’Israël, celui-ci décide que même s’il fallait qu’il succombe à la tentation de ne pas s’appuyer entièrement sur Dieu, il retient néanmoins qu’il se doit de lui faire absolument confiance, non seulement dans sa vie, mais même jusque dans sa mort.

David est bien conscient du grand danger encouru ; il est conscient de sa sécurité menacée à chaque seconde et du risque de la mort à tout moment, alors, il faut préserver sa vie, mais où et comment au-delà des efforts déjà fourni ? On lui donne des conseils et une politique à suivre, relatifs au monde, plutôt que la sagesse qui vient du ciel, mais il opte pour la totale confiance en Dieu qui dit et veille sur sa parole pour l’accomplir.

 

N’y a-t-il pas à nos jours des croyants, qui, très sensibles aux terreurs provoquées par leurs ennemis, sont tentés, par crainte du « qu’en dira-t-on », de déserter leur poste ou de négliger leur besogne devant Dieu ?

 

Conclusion : Les principes d’une religion sont les fondements sur lesquels la foi et l’espérance de la droiture sont basées.

Dieu gouverne le monde Nous pouvons voir ce que les hommes laissent paraître quant à leur personnalité, mais Dieu connaît leur véritable nature, comme l’affineur connaît la valeur de l’or quand il l’a traité. On dit que lorsque Dieu met à l’épreuve, Il ne veut pas s’imposer. S’Il afflige les justes, c’est pour les éprouver, donc c’est pour leur bien. Même si les persécuteurs et les oppresseurs peuvent prospérer quelques temps, Ils finissent toujours par périr à jamais. Dieu est un Dieu saint et par ce fait, les hait. Il est un juge plein de droiture, il les punira. Dans quelle horrible tempête les méchants sont précipités lors de la mort. Chaque homme a la mesure de la coupe qui lui est assignée. Pécheur impénitent, considérez votre destin. Le dernier appel à la repentance est sur le point de vous être adressé, le jugement arrive. Au travers de l’ombre obscure de la mort, vous passez dans les lieux de la colère éternelle. Hâte-toi, ô pécheur, d’aller à la croix de Christ. Comment se règle le cas entre Dieu et nos âmes ? Christ est-il bien notre espérance, notre consolation, notre sécurité ? S’il n’en est pas ainsi, notre âme sera ballottée dans toutes sortes de conflits et difficultés.

Dr André CHOUBEUinsolite_maison_renversee.jpg

 

Voir les commentaires

LA SOUVERAINETE DE DIEU SUR SON OEUVRE

22 Janvier 2012 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Etudes Bibliques

-.jpgLA SOUVERAINETE DE DIEU SUR SON OEUVRE

1 Samuel 1.1-4.21

 

Introduction :

Le livre de Samuel est l’un des livres de la bible qui fournit de grandes leçons dans le service du temple. Il illustre pour le mieux la mauvaise qualité du service fait pour Dieu par des hommes sans foi ni loi qui s’attribuent toutes sortes de titres honteux qui n’ont aucun lien avec la pensée divine dans son œuvre. Il illustre au mieux deux type d’hommes qui vont à l’église, les ambiants qui sont émotionnels, portés vers le folklore et l’aspect extérieur du service et enfin ceux qui ont le cœur porté vers Dieu, soupire après la qualité de service dans la maison de Dieu, soucieux du sens de l’éthique, de la sainteté, de la loyauté et de l’intégrité, parce que consacrés pour Dieu. Alors que les émotionnels s’attardent à la superficialité et à la jouissance de l’opportunité présente que leur offrent les circonstances, les consacrés regardent vers l’avenir, souffrant dans leur cœur de l’absence des principes divins dans ce qui se fait car leur yeux sont constamment fixés sur le modèle qu’exige Dieu tant dans l’architecture de la vision qu’à la condition spirituelle, physique, intellectuelle quem orale de celui qui fait le service.

Est-il encore pour un grand nombre besoin aujourd’hui de regarder vers le ciel pour demander comment, quand, pourquoi faire les choses de Dieu ? Des modèles sont taillés ici et là dans des buts égocentriquement inavoués dont la finalité vise la gloire du serviteur que de Dieu. Le ventre devenu une divinité qui est subtilement et silencieusement adoré, beaucoup de privilèges honteux lui sont octroyés au mépris de la sobriété, du jeûne, de l’abstinence, de la consécration ou du simple désir de préservation de l’amour de Dieu pour le prochain qui demande de ne rien faire pour être un objet de scandale ou une occasion de chute pour l’autre. Au diable toutes ces prescriptions qui demandent qu’il ne soit pas fait envers l’autre, ce que nous ne voudrions pas qu’on nos fasse ! Subitement, vive Moi-même et ses désirs qui deviennent des priorités sur l’axe de la parole de Dieu. Quel honte lorsque ignorant volontairement la droiture, les fils d’Eli imposeront leur modèle dans la perception des offrandes, allant même jusqu’à assouvir leur fin sexuelle sur les pauvres femmes fragiles quine demandent rien d’autre que de s’approcher de Dieu. Aveuglés pour la routine des dirigeants spirituels dont la déviance avait depuis longtemps provoqué un naufrage spirituel, les pauvres femmes se sont habitués au mensonge et à la falsification des Ecritures qui a occasionné un égarement plus accentué que celui dans lequel elles vivaient avant leur présence au temple.

Samuel est le type de croyant que demande Dieu car il vit au milieu des enfants corrompu d’Eli sans se distraire, imiter leur mauvaise manière de service, encore mois leur mauvaise façon de vivre. Quelle leçon pour nous !

L’heure est grave et l’interpellation à toute conscience de quiconque s’appelle serviteur ou servante de Dieu est d’actualité. Continuerons-nous jusqu’à la situation dramatique d’Ikabod ? Ne convient-il pas de s’arrêter un instant et reconnaître que le départ de la gloire de Dieu n’est pas immédiate, mais progressive jusqu’à ce qu’habitué au mal, nous soyons séduits faut de l’amour de la vérité ?

Un temps d’arrêt s’impose pour reconsidérer le livre de Samuel et repartir à zéro, mais vers une bonne destination.

Définition des mots : Souveraineté signifie autorité suprême (Deutéronome  4.39 ; 1 Chron 29.12 ; Job 9.12).

Etymologie : de souverain (autorité suprême d'une monarchie), venant du latin superus, supérieur.
La souveraineté est le principe de l'autorité suprême. En matière de politique, la souveraineté est le droit absolu d'exercer une autorité (législativejudiciaire et/ou exécutive) sur une région, un pays ou sur un peuple.

La souveraineté peut être détenue par :

Les principaux acteurs dans l’histoire du ministère de Samuel :

Elkana : Dieu a acquis

Anne (Channah) : Grâce

Penina : Corail (tumeur, cancer)

Eli : Dieu est élevé

Ophni : le nubien (égyptien)

Phinée : la bouche du serpent

Samuel (Shemuel) : Entendu ou exaucé de Dieu

 

Conduite des fils d’Eli :

  1. 1.      Cause de l’inconduite des fils d’Eli :

a)    Eli était âgé (1Sam 2.22)

b)   Eli avait 98 ans (1 Sam 4.15)

c)    Eli avait les yeux éteints ou complètement aveugle)

d)   La réprimande tolérante d’Eli à l’égard de ses fils :

-       1Sam 2.22 : Éli était fort âgé et il apprit comment ses fils agissaient à l'égard de tout Israël; il apprit aussi qu'ils couchaient avec les femmes qui s'assemblaient à l'entrée de la tente d'assignation.

-       1Sam 2.23 : Il leur dit: Pourquoi faites-vous de telles choses? car j'apprends de tout le peuple vos mauvaises actions.

-       1Sam 2.24 : Non, mes enfants, ce que j'entends dire n'est pas bon; vous faites pécher le peuple de l'Éternel.

-       1Sam 2.25 : Si un homme pèche contre un autre homme, Dieu le jugera; mais s'il pèche contre l'Éternel, qui intercédera pour lui? Et ils n'écoutèrent point la voix de leur père, car l'Éternel voulait les faire mourir.

-       Il honorait ses fils plus que Dieu (1Sam 2.30)

-       1Sam 3.13 : Je lui ai déclaré que je veux punir sa maison à perpétuité, à cause du crime dont il a connaissance, et par lequel ses fils se sont rendus méprisables, sans qu'il les ait réprimés.

    L’offense contre l’Eternel méritait la mort (Lévitique 24.11-13).

    Leurs actes blasphématoire méritaient la lapidation (Lévitique 24.15-16)

    Conséquences :

-       1Sam 2.30 : C'est pourquoi voici ce que dit l'Éternel, le Dieu d'Israël: J'avais déclaré que ta maison et la maison de ton père marcheraient devant moi à perpétuité. Et maintenant, dit l'Éternel, loin de moi! Car j'honorerai celui qui m'honore, mais ceux qui me méprisent seront méprisés.

-       1Sam 2.31 : Voici, le temps arrive où je retrancherai ton bras et le bras de la maison de ton père, en sorte qu'il n'y aura plus de vieillard dans ta maison.

-       1Sam 2.32 : Tu verras un adversaire dans ma demeure, tandis qu'Israël sera comblé de biens par l'Éternel; et il n'y aura plus jamais de vieillard dans ta maison.

-       1Sa 2.33 : Je laisserai subsister auprès de mon autel l'un des tiens, afin de consumer tes yeux et d'attrister ton âme; mais tous ceux de ta maison mourront dans la force de l'âge.

-       1Sam 2.34 : Et tu auras pour signe ce qui arrivera à tes deux fils, Hophni et Phinées; ils mourront tous les deux le même jour.

-       1Sam 2.35 : Je m'établirai un sacrificateur fidèle, qui agira selon mon cœur et selon mon âme; je lui bâtirai une maison stable, et il marchera toujours devant mon oint.

-       1Sam 2.36 : Et quiconque restera de ta maison viendra se prosterner devant lui pour avoir une pièce d'argent et un morceau de pain, et dira: Attache-moi, je te prie, à l'une des fonctions du sacerdoce, afin que j'aie un morceau de pain à manger.

  1. 2.      Inconduite des fils d’Eli
  2. 1Sam 2.12 : Les fils d'Éli étaient des hommes pervers, ils ne connaissaient point l'Éternel.

Ils étaient devenus les fils du diable, parce que s’étant détournés de l’intimité avec Dieu, ils étaient devenus des instruments du diable. Alors, ils étaient improductifs, sas valeur, inutile dans le programme de Dieu, des fils de la rébellion, des enfants de la destruction, remplis de méchanceté, ils avaient de mauvais comportement (inconduite), impies.

  1. 1Sam 2.13 : Et voici quelle était la manière d'agir de ces sacrificateurs à l'égard du peuple. Lorsque quelqu'un offrait un sacrifice, le serviteur du sacrificateur arrivait au moment où l'on faisait cuire la chair. Tenant à la main une fourchette à trois dents,
    1. Actions charnelles
    2. Dictature, intimidation (Mal 2.1-9)
    3. 1Sam 2.14 : il piquait dans la chaudière, dans le chaudron, dans la marmite, ou dans le pot; et tout ce que la fourchette amenait, le sacrificateur le prenait pour lui. C'est ainsi qu'ils agissaient à l'égard de tous ceux d'Israël qui venaient là à Silo.
      1. Une violation délibérée de la loi (Psaumes 51.3 ; Rom 3.23)
      2. Iniquité : mauvais acte qui va à l’encontre de l’éthique des bonnes mœurs (Rom 1.21-23)
      3. Faute : abandon du droit chemin (Rom 1.18 ; 1 Jean 3.4)
      4. Egarement : échec dans leur intension de servir Dieu (ils ne s’inspiraient pas de la volonté exprimée de Dieu dans le service) Rom 3.23
      5. Offense : intrusion de la volonté propre dans un domaine appartenant à l’autorité divine (Eph 2.1)
      6. Licence : situation d’anarchie d’ordre spirituelle (1 Tim 1.19)
      7. Incrédulité : insulte à la véracité (authenticité, exactitude, droiture) divine (Jean 16.9)
      8. 1Sam 2.15 : Même avant qu'on fît brûler la graisse, le serviteur du sacrificateur arrivait et disait à celui qui offrait le sacrifice: Donne pour le sacrificateur de la chair à rôtir; il ne recevra de toi point de chair cuite, c'est de la chair crue qu'il veut.

La graisse était selon les prescriptions lévitiques, brûlés sur l’autel, revenant à Dieu, mais les fils d’Eli se l’appropriaient (Lév.  7.31). Ils prenaient la place de Dieu, tellement ils se sont élevés eux-mêmes.

  1. 1Sam 2.16 : Et si l'homme lui disait: Quand on aura brûlé la graisse, tu prendras ce qui te plaira, le serviteur répondait: Non ! tu donneras maintenant, sinon je prends de force.

Dictature, intimidation et non soins portés sur les brebis.

  1. 1Sam 2.17 : Ces jeunes gens se rendaient coupables devant l'Éternel d'un très grand péché, parce qu'ils méprisaient les offrandes de l'Éternel.

La violation des instructions de Dieu dans le service occasionnait la mort à l’instar de l’exemple de Uzza qui toucha seulement l’arche et en mourut (2 Sam 6).

  1. 1Sam 2.18 : Samuel faisait le service devant l'Éternel, et cet enfant était revêtu d'un éphod de lin.

Bien que les enfants d’Eli soient toujours au service, l’Ephod, tenue de service, était porté par Samuel marquant une distinction avec les autres qui œuvraient au gré de leurs pensées. Les fils d’Eli étaient rejetés déjà par Dieu bien que encore en service, parce que Samuel était encore petit et pas suffisamment formé.

  1. 1Sam 2.19 : Sa mère lui faisait chaque année une petite robe, et la lui apportait en montant avec son mari pour offrir le sacrifice annuel.

La mère de Samuel reconnaissait déjà en lui le Serviteur de Dieu qui désormais était au soin de Dieu.

  1. 1Sam 2.20-21 : Éli bénit Elkana et sa femme, en disant: Que l'Éternel te fasse avoir des enfants de cette femme, pour remplacer celui qu'elle a prêté à l'Éternel! Et ils s'en retournèrent chez eux.  Lorsque l'Éternel eut visité Anne, elle devint enceinte, et elle enfanta trois fils et deux filles. Et le jeune Samuel grandissait auprès de l'Éternel.

La justice de Dieu s’est manifestée pour redonné à Anne 5 fils pour remplacer Samuel qu’elle avait donné à Dieu.

  1. 1Sam 2.22 : Éli était fort âgé et il apprit comment ses fils agissaient à l'égard de tout Israël; il apprit aussi qu'ils couchaient avec les femmes qui s'assemblaient à l'entrée de la tente d'assignation.

Enlisant Exode 38.8, nous nous apercevons qu’il y avait des femmes devant la tente d’assignation. Autrement dit, ces dernières étaient au service de Dieu de manière très discrète. Les fils d’Eli se sont inspirés de la méthode païenne de prostitution sacrée selon laquelle, les sacrificateurs de Baal, Astarté et autres couchaient avec les femmes de service. Toute femme dans cet ordre païen devait servir au temple de Baal en sorte que même la mariée devait servir une semaine par an, respectant les principes sacrés de cette prostitution qui n’échappait personne.

  1. 1Sam 2.27-29 : Un homme de Dieu vint auprès d'Éli, et lui dit: Ainsi parle l'Éternel: Ne me suis-je pas révélé à la maison de ton père, lorsqu'ils étaient en Égypte dans la maison de Pharaon? Je l'ai choisie parmi toutes les tribus d'Israël pour être à mon service dans le sacerdoce, pour monter à mon autel, pour brûler le parfum, pour porter l'éphod devant moi, et j'ai donné à la maison de ton père tous les sacrifices consumés par le feu et offerts par les enfants d'Israël. Pourquoi foulez-vous aux pieds mes sacrifices et mes offrandes, que j'ai ordonné de faire dans ma demeure? Et d'où vient que tu honores tes fils plus que moi, afin de vous engraisser des prémices de toutes les offrandes d'Israël, mon peuple?

La maison d’Eli avait méprisé la grâce de Dieu attachée au salut ou au service que Dieu nous lui avait attribué. Le privilège donné à Eli et ses fils étaient simplifié par ces derniers qui s’imposaient une rémunération taillée à la dimension de leurs ambitions criminelles.

         Conclusion : Quelle est la qualité de notre service devant Dieu ?

        Dr André CHOUBEU

 

 

 

 

Voir les commentaires

LA SPIRITUALITE DU FONDEMENT

19 Janvier 2012 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

LA SPIRITUALITE DU FONDEMENT

 

    ‘‘Lorsque les fondements vacillent que peut bien faire l’homme droit ?’’

    ‘‘Quand les fondements sont renversés, le juste, que fera-t-il ?’’

(Psaumes 11.3)

 

    Définition :

     L’Ancien Testament définit le mot hébreu yasad par attacher fermement.

     Le fondement est également défini comme une base solide, un élément essentiel, une certitude et une réalité.

     Fonder implique dont le fait d’asseoir les fondements d’une construction, d’une vie, d’un projet de manière à assurer sa durabilité certaine.

 

     L’usage biblique du mot fondement :

     Ces termes sont employés indifféremment au sens propre pour les bases des constructions (Job 4.19), des autels (Ex 29.12) et par ailleurs, du monde, des institutions, de la terre, d’une foi ou d’une confiance en Dieu dans toutes les circonstances de la marche périlleuse aux travers des péripéties de la vie de la pérégrination du croyant dans les zones parfois désertiques de son parcours.

 

     Israël autrefois et le croyant aujourd’hui est le fondement des peuples :

     Dans le même sens, il est dit qu’Israël sera le fondement des peuples (Isaïe 54.11 ; Prov. 10.25 ; Esa 14.32)

 

     Le fondement du temple de Jérusalem :

     La pose des fondations d’un immeuble (en particulier l’édification d’un temple (1Rois 6.37 ; Esdras 5.16) faisait l’objet d’une cérémonie religieuse. Les fondations du Temple de Salomon étaient faites de pierres magnifiques : ‘‘ Pour construire le temple, on utilisa les pierres telles qu’elles provenaient de la carrière ; ainsi, pendant tout le temps de la construction, on n’entendit pas un seul coup de marteau, ni de pic, ni d’aucun autre outil de fer’’ (1Rois 6.7).

     Les matériaux du fondement du temple de Dieu étaient tous de grand prix

     Le fondement du temple fut posé et pendant la durée de la construction du temple en 7 années, on n’entendit ni bruit, ni vacarme car tout doit faire silence devant Dieu (1 Rois 6.37).

     ‘‘Les fondations consistaient en grands blocs de pierres de prix ayant quatre et cinq mètres de long. Par-dessus ces fondations étaient posées des pierres taillées sur mesure et des poutres de cendre…. (1 Rois 7.10-12)

 

Temple dans le sens général exprime le bâtiment consacré à un culte (Joël 3.5 ; Esdras 5.14 ; Actes 19.27). Ce terme s’applique le plus souvent à l’un des temples élevés successivement à Jérusalem pour le culte de l’Éternel.

Le Temple de Salomon rassembla beaucoup de matériaux précieux, mais son symbolisme revêt une dimension plus grande aux regards de l’intérêt que Dieu porte sur la très louable vision de David de lui bâtir un temple. Examinons ensemble quelques aspects important de cette initiative qui pour nous aujourd’hui serait le sérieux attaché à notre sens de recherche de la volonté de Dieu pour notre vie et le travail spirituel ardu pour que le temple de Dieu que nous sommes soit bâti selon le modèle préconçu par Dieu pour l’individu que nous sommes chacun pour sa part :

-           La beauté et la précision dans la construction du temple :

Le plan du Temple reproduisait celui du tabernacle, mais les dimensions étaient doubles et la décoration plus somptueuse. L’intérieur mesurait 60 coudées de long, sur 20 de large et 30 de haut (1Rois 6.2) ; la hauteur différait donc en proportion de celle du tabernacle. Les murs étaient de pierres que l’on avait achevé de tailler dans la carrière (1Rois 6.7) ; la toiture et le plafond étaient en cèdre (1Rois 6.9). Des planches de cyprès recouvraient le sol ; les parois étaient lambrissés de cèdre depuis le sol jusqu’au plafond (1Rois 6.15 ; 2Chron 3.5). Tout l’intérieur était plaqué d’or (1Rois 6.20,22,30 ; 2Chron 3.7, etc.).

-           Des chérubins, des palmes et des fleurs étaient sculptés sur les parois. Le lieu très saint (débîr) était un cube de 20 coudées de côté (1Rois 6.16,20) ; des chambres plaquées d’or occupaient probablement l’espace, haut d’environ 10 coudées, entre le plafond et le toit (1Chron 28.11 ; 2Chron 3.9). L’arche se trouvait dans le lieu très saint (1Rois 8.6), sous les ailes de 2 immenses chérubins en bois d’olivier recouvert d’or. Ils étaient debout de chaque côté de l’arche. Chacun mesurait 10 coudées de haut (environ 5,25 m), la longueur d’une aile atteignait 5 coudées. Les ailes extérieures des chérubins touchaient les murs, tandis que les 2 autres ailes se rejoignaient. Au centre, au-dessus du propitiatoire, les 2 chérubins contemplaient l’arche (1Rois 6.23-28 ; 2Chron 3.10-13). Une cloison de cèdre, recouverte d’or des 2 côtés, séparait le lieu saint (hêkal) du lieu très saint (débir). Une porte à 2 battants en bois d’olivier, ornée de palmes, de fleurs, de chérubins, et plaquée d’or, traversait la cloison. Celle-ci était tenue, du côté du lieu saint, par des chaînettes d’or, et un voile analogue à celui du tabernacle la recouvrait (1Rois 6.16,21,31,32 ; 2Chron 3.14).

Les deux battants de la porte donnant accès au lieu saint depuis le parvis étaient de cyprès (1Rois 6.33,34).

Le sérieux, la précision, la beauté et la perfection des travaux du temple ne devait pas nous laisser indifférent. Mais en est-il toujours ainsi ? A chacune de nos consciences de donner une réponse !!!!!!!!!!!!!!!!!!

 

-           Le service dans le temple :

Le souverain sacrificateur devait offrir chaque jour l’encens, alors qu’il n’entrait qu’une fois par an dans le lieu très saint. Il y avait là, non pas un seul, mais 10 chandeliers d’or et 10 tables ; les pains de proposition ne se trouvaient sans doute que sur une seule table.

Le fondement de notre vie devait selon Dieu revêtir les différents aspects suivants :

 

  1. 1.     Sur le plan éthique et moral

     . vie comportementale correspondant à la vocation et aux fonctions que l’on exerce avec toutes les craintes nécessaires (pureté, simplicité, fidélité, intégrité. Modestie de l’alimentaire au vestimentaire, en passant par l’usage de la langue) 1 Pierre 2.12.

     Même si le frère, la sœur, le ministre de Dieu est dans la suffisance ou l’abondance matérielle ou financière, ceci ne doit pas le changer au milieu de ses frères, il doit plutôt être une source de bénédiction pour plusieurs.

  1. 2.     Sur le plan déontologique

      La soumission aux autorités et l’observation de la règle établie conforme à la Parole de Dieu ne doit pas faire l’objet ni de contestation, ni de critique ou de contrefaçon. Une vision divine ne devrait pas souffrir de raisonnement, mais d’obéissance dans son accomplissement.

     Nul s’il n’a pu se soumettre à l’autorité spirituelle ne pourra ni l’exercer, ni l’imposer à d’autre (Rom 13.1-7.

     Il faut être un bon coéquipier, capable de marche sur les mêmes traces que celles de tous les autres (2 Cor 12.14-18).

  1. 3.     Sur le plan de la vie dans le ministère

     Quiconque est engagé au service de Dieu ou à la vie de disciple doit être éloigné des séductions matérielles, doctrinales et sectaires.

     Le croyant, le ministre de Dieu doit accrocher à la croix de Jésus, l’orgueil, la course effrénée de l’argent. Il doit se mettre en garde au sexe opposé qui a tué beaucoup de héros

  1. 4.     Sur le plan doctrinal

Celui qui est engagé au service de Dieu ou à la vie de disciple doit exercer :

. La doctrine selon la piété (1 Tim 6.3-5)

. la vérité selon la piété (Tite 1.1)

. la saine doctrine (Tite 2.1 ; 2 Tim 4.1-6)

. un enseignement pur, digne et irréprochable (Tite 2.7-10)

. la doctrine de Dieu (Tite 2.10b)

. la vraie parole telle qu’elle a été enseignée (Tite 1.9 ; Deut 4.9 ; Hébreux 2.1)

. la parole dispensée droitement (2 Tim 2.15) et de façon homogène (1 Cor 4.17)

. le prédicateur doit être un modèle recommandable à toute conscience et en toute bonne conscience (2 Cor 4.2 ; 1 Pierre 3.16) comme le sel, la lumière du monde (Mt 5.13), la bonne odeur de Dieu (2 Cor 2.16), la lettre de Christ, lue et connue de tous (2 Cor 3.1), un ambassadeur (2 Cor 5.19 ; Actes 26.17 ; Jean 4.34), un homme fidèle, digne et capable de transmettre à d’autre (2 Tim 2.1-7)

 

 

  1. 5.   Sur le plan théologique

          . il s’agit d’une solide connaissance des Saintes Ecritures dans un Institut, une Ecole biblique ou une Université ayant une bonne profession de foi, tout en spécifiant qu’aucun diplôme théologique ne confère ni repentance, ni conversion, ni nouvelle naissance, ni vocation, ni appel, ni ministère, ni dons spirituels, aucun fruit de l’Esprit (Jean 7.15)

           . l’Apôtre Paul doit son éloquence et son érudition grâce à la formation qu’il a acquise du célèbre docteur Gamaliel, membre du Sanhédrin. Il a su utiliser ses prérequis (Actes 22.3)

           . Paul citait les philosophes de l’époque et leur fermait la bouche (Acte 17.17-34), parce qu’il lisait d’autres livres utiles en dehors des parchemins qui étaient une portion de l’Ancien Testament (2 Tim 4.13)

 

       La durabilité du fondement est aussi fonction des matériaux employés :

La Bible, code de vie par excellence laisse comprendre que notre corps est le temple de Dieu. Lorsque nous pénétrons la profondeur des Ecritures Saintes, nous voyons comment était le fondement du temple de Salomon. Il devait en être aussi de notre vie. L’Apôtre Paul dans 1 Corinthiens 3 parle de la manière dont nous bâtissons. Il fait allusion à divers matériaux, notamment de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, de la paille ou du chaume : ‘‘Or, si quelqu'un bâtit sur ce fondement avec de l'or, de l'argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l'œuvre de chacun sera manifestée’’  (1 Cor 3.12).

Qu’en est-il de la vérité que cela véhicule ?

Or : L’or est un emblème d’intégrité (Lamentations 4.2) et de grande valeur (Apoc 3.18). L’or symbolise ce qui est divin et inaltérable dans le sanctuaire, l’arche, type le plus complet du Christ, est faite de bois d’acacia recouvert d’or, comme la table des pains de proposition et l’autel des parfums; quant au chandelier à 7 branches, il est d’or pur (Ex 37.1-2, 10-11, 25-26,17). Nous comprenons immédiatement par cette illustration du bois d’acacia (nature humaine de Christ) enduit d’or (intégrité, justice, droiture, pureté, sainteté dans sa vie et conduite sur la terre en tant qu’homme et serviteur de Dieu), que le croyant né humainement (acacia) est revêtu de Christ (or) pour agir dans sa nouvelle nature gracieusement offerte à la croix du calvaire.

Celui qui rend ministère avec ruse, compromission, brutalité, négligence, superficialité, n’a pas bâti avec l’or. L’Or étant le métal le plus précieux mentionné dans la Bible est aussi le symbolisme de ce qui est divin, la nature divine («or pur») ; la justice intrinsèque de Dieu («or»). C’est ce fondement qui devait dans cet aspect être posé pour un ministère que Dieu agrée.

 

Argent : Dans la construction du tabernacle et le Temple l’argent avait été utilisé pour les socles (Ex 26.19) les clous, le revêtement des chapiteaux, les tringles (27.10; 38.19), les plats, les calices (Nbres 7.13 ; 1Ch 28.17) les bassins (Ez 1.9, 10) les couteaux (2 Rois 12) les chandeliers courants, les tables (1Chron 28.15,16).

L’utilisation de l’argent sur les courtines et les tentures qui étaient suspendus à des tringles par les crochets d’argent (Ex 26.19) démontre que nous sommes accueillis à Christ non en vertu de la perfection de sa vie (fin lin retors), mais en raison du prix payé pour notre rachat (argent). Les colonnes du parvis ne reposaient pas sur les socles d’argent, mais d’airain, symbole de la manifestation de Dieu en jugement (Nbres 21.9). La rédemption ne met pas seulement en relief la miséricorde de Dieu, mais elle satisfait la justice de Dieu en manifestant sa grâce (Rom 3.21-26).  C’est ainsi que dans le tabernacle, les ais debout, fixés à leurs bases d’argent et unis par des traverses étaient recouverts d’or symbolisent les rachetés du Seigneur, nés de nouveau, devenus «participants de la nature divine» (2 Pierre 1.4) et lorsqu’ils sont considérés dans le sanctuaire, comme les ais, on ne voit plus que l’or qui les recouvre. C’est ainsi qu’ils forment, telles les «pierres vivantes» aujourd’hui, la maison de Dieu (1 Pierre 2).

En ce qui nous concerne, nous et les responsables de l’assemblée, le service pour Dieu, dans son ensemble, devrait avoir les mêmes qualités que le travail accompli à cette époque de la construction du tabernacle. Il devrait en être ainsi dans tout ce qui touche le domaine public et légal, où tant de corruptions, de tentations et de convoitises sévissent. L’argent étant un métal précieux brillant, est le symbole de la richesse et de la rédemption ou rachat (Lév 30.16). Le ministère doit dans cet aspect, être exclusivement basé sur Dieu qui a intervenu pour notre rachat, non par le nombre important de nos œuvres ou de quelques efforts personnels, mais par sa grâce.

En effet, le fondement avec de l’or de l'argent et des pierres précieuses (1Cor 3.12), consiste à recevoir et propager les vérités pures de l'Évangile. Ceux-là, ne détiennent rien que la vérité telle qu'elle est en Jésus Christ, et prêchez rien d’autre que cela. Ils sont semblables à la déclaration de l’Apôtre Paul : ‘‘Si nous-mêmes ou un ange venait à prêcher un autre évangile que celui que nous vous avons prêché, qu’il soit anathème’’ (Galates 1).

Par là, Dieu veut une construction sur de bonnes bases, rendant l'ensemble des actions ministres dépendent uniquement du Christ comme le grand prophète de l'église. Dès lors, Christ est pris pour unique guide et maître infaillible. Ainsi, chaque ouvrier doit recevoir de Christ et répandre la doctrine  qu'il enseigne dans leur pureté, sans aucun mélange corrompu parce que rien n’y est ajouté ni diminué. 

Du bois, du foin, du chaume : Les ouvriers qui utilisent le bois, du foin ou du chaume sont ceux qui s'écartent de l'esprit du Christ dans beaucoup de détails, substituent leurs propres fantaisies et les inventions des doctrines et des institutions. Certains peuvent, dans la simplicité de leur cœur, construire en bois et de chaume sur les bonnes bases, ne sachant pas qu'ils ont fait ; toutefois, il est certain qu’au jour du Seigneur leur inconduite sera manifestée à la lumière.  Maintenant nous pouvons être trompés en nous-mêmes et les autres, mais il y a un jour où toute folie des hommes qui ont confondu leur propre justice à la justice divine, verront leur déguisement exposé à la lumière de la justice de Dieu.

Les Ecritures parlent du fondement de la nouvelle Jérusalem en ressortant les pierres précieuses qui constitueront ses douze fondements. Puisque la nouvelle Jérusalem nous attend, pourrons-nous y entrer et y habiter avec un mauvais fondement de notre vie ? N’est-il pas dit qu’il est impossible aux méchants de demeurer dans l’assemblée des saints ? Prenons donc garde à nous-mêmes et regardons l’importance que Dieu donne à la nouvelle Jérusalem et son fondement.

 

Pierres précieuses : La Bible mentionne particulièrement 3 listes des pierres précieuse : les 12 pierres gravées du pectoral du souverain sacrificateur (Ex 28.17-21; 39.10-14), les 9 pierres de la parure du roi de Tyr, les 12 pierres des fondements de la nouvelle Jérusalem (Apoc 21.19-20). Souvent les pierres précieuses sont citées comme un symbole de splendeur céleste (Ex 24.10; Isa 54.11-12; Eze 1.26; 10.1; Apoc 4.3), de beauté éclatante (Lam 4.7 ; Soph 5.14), de grande valeur (Prov 17.8 ; Job 28.16-19), d’extrême dureté ou solidité (Eze 3.9 ; Zach 7.12 ; Jér 17.1), de durée inaltérable (1Co 3.12) ou revêtant un éclat particulier (Apoc 9.17).

 

Le 12e fondement de la muraille de la nouvelle Jérusalem est d’améthyste (Apoc 21.20). C’est une variété transparente de quartz qui est limpide, pourpre, ou d’un violet tirant sur le bleu; le manganèse est, pense-t-on, à l’origine de sa couleur.

Le grec bêrullos d’Apoc. 21.20 est traduit par béryl, pour désigner le 8e fondement de la nouvelle Jérusalem. Le béryl est un minéral de roche, formé surtout de silice et d’alumine ; il est d’ordinaire vert ou vert bleuâtre; il en existe des variétés bleues, roses, jaunes, ou couleur d’aigue-marine ; il est apparenté à l’émeraude.

Le Calcédoine, pierre précieuse sert de 3e fondement de la nouvelle Jérusalem (Apoc 21.19). La calcédoine est dure, parce que formée surtout de silice ; de couleur laiteuse, donc beaucoup plus terne que le quartz typique, elle peut être gris pâle, brun bleu, etc.

Chrysolithe en grec : pierre d’or. Minéral fait surtout de silice et de magnésie; il y a 2 variétés de chrysolithes, l’une noble, l’autre commune. La pierre précieuse transparente est d’un vert jaunâtre et clair; La chrysolithe est le 7e fondement de la nouvelle Jérusalem (Apoc 21.20). 

Chrysoprase. : en grec est pierre d’un vert doré. La chrysoprase forme le 10e fondement de la nouvelle Jérusalem (Apoc. 21.20).

Emeraude, en grec smaragdos ; bareget et baregat (brillant comme l’éclair), était la 3e pierre de la 1re rangée du pectoral (Ex 28.15,18 ; 39.11). Le grec, smaragdos, pierre précieuse d’un beau vert, l’arc-en-ciel lui est comparé (Apoc 4.3), cette pierre est le 4e fondement de la nouvelle Jérusalem (Apoc 21.19).

Hyacinthe : Pierre précieuse formant le 11e fondement de la nouvelle Jérusalem (Apoc 21.20). Le mot hébreu rendu quelquefois par hyacinthe, figure aussi dans Exode 28.19 où il désigne la première pierre du 3e rang du pectoral.

Saphir, en hébreu sappir et grec sapphiros sur le pectoral du souverain sacrificateur, était la pierre centrale de la 2e rangée (Ex 28.18). Le saphir orne le 2e fondement de la nouvelle Jérusalem (Apoc 21.19). Les princes d’Israël sont comparés à des saphirs polis (Lam 4.7) qui avait une grande valeur (Job 28.16 ; Cant. 5.14; Es. 54.11). Le saphir est l’une des 3 variétés de corindons, les autres étant le corindon proprement dit, et l’émeri. Elle était de couleur bleue, transparente (Ex. 24.10); sa dureté n’est surpassée que par celle du diamant.

Sardoine, Cornaline, Sardius (Apoc 4.3) constitue le 6e fondement de la nouvelle Jérusalem (Apoc 21.20). Le mot sardoine rend l’hébreu ‘odem, pierre rougeâtre, figurait comme première pierre au premier rang du pectoral (Ex 28.17).

 

Le Sardoine sorte de calcédoine différente de la précédente, de son nom grec sardonux occupait le 5e fondement de la nouvelle Jérusalem (Apoc 21.20).

Topaze, en grec topazion, probablement de l’hébreu pitdah ’était la 2e pierre de la première rangée du pectoral (Ex 28.17). Elle orne le 9e fondement de la nouvelle Jérusalem (Apoc 21.20).

Bois : le bois vient d’une plante qui a été semé ou bien qui a poussé de manière naturelle sur la terre.  Pendant sa vie, la plante est alimentée par la sève qui vient de la terre. Le bois est essentiellement terrestre et de vie très courte. Une fois la plante coupé des racines, elle commence par se dessèche et chaque supplémentaire conduit à sa dégradation finale. Le bois est un élément précaire de moindre valeur. Nous conclurons que bien que le bois soit plus résistant que la paille, il révèle son caractère, charnel, naturelle, brute (Jacques 3.14-16).

Poser le fondement d’un ministère à la suite des querelles, mésentente d’avec ses frères d’hier, de la jalousie parce qu’on n’a pas fait ceci ou cela, par division, par ambition personnelle, etc, sans que cela soit par appel de Dieu confirmé par d’autres personnes et d’une séparation paisible, relève d’un fondement avec du bois.

Paille : La balle de froment et d’orge, broyée, était souvent mélangée à des fèves ou à de l’orge. Les Hébreux donnaient ce fourrage au bétail, aux chameaux, aux ânes, aux chevaux (Gen 24.25, 32 ; Jude 19.19 ; 1Rois 5.8 ; Esaïe 11.7). Les Egyptiens mêlaient de l’argile à de la paille (ou chaume) dont ils faisaient des briques, afin de les rendre plus compactes et d’en prévenir le fendillement. Un incendie est suffisant pour que la construction ne soit plus. La considération d’un tel édifice en matière de jugement de valeur ou d’appréciation est minable. Comparativement à de l’or ou à de l’argent ou de pierres précieuses.

Celui qui rend ministère avec ruse, compromission, brutalité, négligence, superficialité, n’a pas bâti avec l’or car il est écrit : « La sagesse d’en haut, elle, est d’abord pure, ensuite pacifique, conciliante, raisonnable, pleine de compassion et de bons fruits, sans parti pris, sans hypocrisie. Or le fruit de la justice est semé dans la paix par les artisans de paix » (Jacques 3.17-18). (1 Cor 3.11-12)

Toute ces précisions voudrai faire voir le sérieux que doit être selon la description de Paul, le fondement de toute œuvre ou Assemblée (église locale) que l’on est appelé à bâtir pour le compte de Christ, ayant au préalable été appelé, formé et équipé. Les pierres précieuses ne sont pas à la portée de la main ou ne se trouvent pas si facilement ; il faut creuser, chercher, parfois même au risque de sa vie pour trouver une pierre précieuse, et jamais en grande quantité. Il faut donc creuser sérieusement dans le fondement de Dieu pour trouver des pierres précieuses, la parole certaine de Dieu qui servira au fondement de l’édifice qu’est le croyant. La parole que nous donnons est-elle celle qu’il faut au moment qu’il faut pour bâtir dans un croyant l’élément fondamental au moment convenable ?

Conclusion :

Le jour du jugement, lors du retour de Christ (1 Cor 4.5) sera l’occasion de manifester la véritable qualité de l’œuvre de chacun. Le sujet est le Jour et non pas l’œuvre de l’homme (Mal 4.1). Le feu illumine aussi bien qu’il brûle (2Th 1.7, 8). Il est fréquemment le symbole de l’activité de Dieu (Ex 3.2 ; 13.21; 19.18 ; Actes 2.3). L’œuvre bâtie, selon l’expression de Paul doit être faite sur le fondement exclusif qu’est Jésus-Christ. Ceux qui ont un ministère dans l’Église sont envisagés ici.  Le travail que nous faisons pour le Seigneur est une charge qui nous a été attribuée par confiance. Aussi devrons-nous rendre compte en fonction de la dimension de la confiance qui nous a été faite (Mt 25.14-30 ; Luc 19.12-27). En effet, on donnera à celui qui a, et il sera dans l’abondance, mais à celui qui n’a pas on enlèvera même ce qu’il a et l’esclave inutile sera chassé dans les ténèbres du dehors ; c’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents.

De même, les ennemis du Seigneur qui n’ont pas voulu son règne sur eux, seront égorgez devant lui. Vouloir le règne de Jésus, c’est coopérer avec lui dans sa volonté parfaite et non permissive. En effet, le temps du tribunal de Christ (2 Co 5.10), l’œuvre de chacun se révélera dans le feu. Le feu du jugement divin servira de test (Job 23.10 ; Zach 13.9 ; 1Pierre 1.1,17-18 ; Apoc 3.18). D’après 2 Cor 5.10, le bois, le foin et le chaume représente des choses sans valeur qui ne résisteront pas au jugement par le feu (Col  2.18). (1 Cor 3.13)

    ‘‘Lui donc la voix ébranla alors la terre et qui maintenant a fait cette promesse, une fois encore, j’ébranlerai non seulement la terre, mais aussi le ciel. Ces mots : une fois encore, indique le changement des choses ébranlées comme étant faite pour un temps afin que les choses inébranlables subsistent. C’est pourquoi, recevant un royaume inébranlable, montrons notre reconnaissance en rendant à Dieu un culte qui lui soit agréable avec piété et avec crainte car notre Dieu est aussi un feu dévorant’’ (Hébreux 12.26-29).                                     

       Dr André CHOUBEU

       BP. 9042 DOUALA (Cameroun)

       Tél.  (237) 77 75 71 60 / 22 12 34 72

 

 

 

ERLICH.jpg

 

Voir les commentaires

LES CAS DE BAPTEME A PROBLEME

18 Janvier 2012 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Etudes Bibliques

LES CAS DE BAPTEME A PROBLEME

 Bapteme-par-immersion.jpg 

Introduction :

 

Dans le parcours du ministère, j’ai rencontré des cas parfois alarmants. Mon constat à la suite de tout cela est l’absence des éléments du fondement de la fois. Ces situations parfois mettent en difficultés des âmes et les rend errantes. Pour élucider cette pensée, nous verrons quelques cas de baptêmes dont le fondement problématique conduit à une remise en cause de sa forme extérieure :

 

1-      Baptême de Simon le magicien

 

Une lecture attentive » de Actes 8.1-13 permet de découvrir que Simon crut non par conviction de son état de pécheur perdu et destiné à la condamnation éternelle, mais plutôt par admiration des miracles et grands prodiges qui s’opéraient par les Apôtres (Actes 8.13).

La cupidité et la folie des grandeurs restent si attachés à Simon qu’il sollicite financer pour obtenir le pouvoir d’imposer les mains sur les hommes afin que le Saint-Esprit descende sur ceux-ci (Actes 8.18-19). La réplique de l’apôtre Pierre atteste bien que Simon était encore sous les liens de la méchanceté et des mauvaises pensées. C’est pourquoi lui dira-t-il : « Mais Pierre lui dit: Que ton argent périsse avec toi, puisque tu as cru que le don de Dieu s’acquérait à prix d’argent! Il n’y a pour toi ni part ni lot dans cette affaire, car ton coeur n’est pas droit devant Dieu. Repens-toi donc de ta méchanceté, et prie le Seigneur pour que la pensée de ton coeur te soit pardonnée, s’il est possible;  car je vois que tu es dans un fiel amer et dans les liens de l’iniquité. » (Actes 8.20-23)

La réponse de Simon : « Priez vous-mêmes le Seigneur pour moi, afin qu’il ne m’arrive rien de ce que vous avez dit. » (Actes 8.24), atteste bel et bien qu’il est totalement ignorant de la doctrine de repentance qui conditionne le baptême d’eau. Le baptême étant une confession extérieure de la foi intérieure, à la mort avec Christ dans la vie du péché et la résurrection avec lui dan la vie de la justice à travers l’œuvre accomplie à la croix, il est évident que Simon ne s’était jamais repenti. Son baptême ne peut donc plus trouver l’expression qu’en une espèce de bain publique.

 

2-      Baptême par émotion

 

Ce cas de figure est fréquent dans nos églises. Nous allons le démontrer par illustration bien réelle. Un jour une fille vit la gigantesque organisation festive à l’occasion du baptême de sa sœur cadette. Elle alla aussitôt vers sa mère et dit : «  Maman, si je me faisais  baptiser, ferait-on aussi pour moi une fête aussi grandiose que celle de ma petite sœur ? » La réponse fut « oui ». A la prochaine occasion de baptême, elle fut sur la liste des baptisés. La fête eut effectivement lieu selon son cœur et elle en fut ravie. L’objectif de celle-ci fut atteint non pour le salut, mais pour la fête.

 

Une femme avait accepté l’évangile deux ans auparavant et son mari incrédule venait d’être convaincu de son état de pécheur perdu par un message poignant d’un Evangéliste. Sans tarder, cet homme dit au Serviteur de Dieu : Mon crime est grand car j’ai persécuté Christ, son Eglise et ses Serviteurs. Ma femme a souffert de torture entre mes mains depuis deux ans et maintenant, je m’en repens vraiment. Que dois-je faire pour que mes péchés soient effacés pour toujours et que Christ dans sa miséricorde m’accepte pour la vie éternelle ? L’Evangéliste sans ambages lui lut Acte 2.37-39 et l’homme inconsciemment dit comme Philippe : Il y a le fleuve qui coule à 200m de ma maison, pourquoi ne pas aller me baptiser maintenant ? Le baptême fut remis le soir à cause des exigences professionnelles de cet homme et au moment du baptême, sa femme qui était à l’Eglise à cause de la soif d’enfanter et d’être guérie de sa stérilité sauta sur l’occasion et dit vivement : Mais je suis à l’église avant mon mari et il vient à être baptisé avant moi, non, je me fais baptiser aussi !

 

3-      Baptême pour un intérêt

 

Un jeune homme sollicita une fille pour le mariage. Cette dernière de répondre à l’homme « Je t’aime, tu réponds à mon goût, mais tu n’es pas dans notre église. Tu es encore un païen et notre pasteur a dit que nous ne pouvons épouser que les frères en Christ ». « Et si je venais et me faire baptiser ? » Lui répliqua le garçon. « Mon oui pour le mariage serait acquis » dit la fille. Aussitôt dit aussitôt fait.

 

Un jour un frère vint nous voir en exigeant de le baptiser à nouveau. Le connaissant depuis plusieurs années, nous nous opposâmes à cette initiative que nous qualifions de malheureux. Mais le frère fut si ferme  qu’il décida de nous quitter pour aller se faire baptiser à nouveau ailleurs. Il ajouta : « Si vous ne m’écoutez pas, il est impossible pour moi de me laisser vaincre par vous ; car vous jugez sur les apparences extérieures (mon zèle ; mon engagement pour Christ et ma détermination à vivre exclusivement selon qu’il est écrit) mais vous ignorez sur quel fondement avait été posé mon ancien baptême. La voie que j’ai choisie conclue-t-il, est la condition sine qua non à mon salut. Baissant le ton,  nous l’avons minutieusement interrogé sur son passé et il nous relata cette triste histoire : « Très endetté et poursuivi j’errais ça et là afin d’échapper à mes créanciers, jusqu’au jour ou en profonde crise dans mes tribulations je rencontrais un frère qui annonçait l’évangile. Dans sa prédication il disait entre autres : venez à Jésus tel que vous êtes. Quand un homme donne sa vie à Jésus son passé est effacé, les dettes envers les créanciers sont annulées, et Dieu frappera d’aveuglement et d’oubli ceux qui le poursuivent ». Ces mots me concernaient personnellement. Je posais alors la question : J’ai les dettes et je suis poursuivi ; que faut-il donc que je fasse ? Repens toi et fais toi baptise et tu seras protégé pour toujours par Christ, fut sans hésitation la réponse. Quand me ferai-je donc baptiser ? ‘‘Même maintenant’’ me répondit l’Evangéliste. C’est ainsi que je me fis baptisé sans hésitation. » Pendant huit ans il persévéra, la grâce de Dieu lui permit de se réconcilier avec ses créanciers et de solder ses dettes. Mais il y a quelques jours, nous dit-il, au cours d’une prière il demanda au Saint-Esprit sa restauration pour servir Dieu en Esprit et en vérité. C’est pendant ces moments que ses yeux s’ouvrirent et il s’aperçut que Christ était pour lui non son Sauveur et Seigneur personnel, mais un bienfaiteur qui l’aida à sortir d’une situation délicate. Convaincu maintenant, conclut-il de regarder Christ comme l’auteur et le consommateur de sa foi, il se doit de conformer sa vie aux exigences scripturaires car  ses paroles de l’Ecriture retentissaient sans cesse à son cœur :

 

 « Après avoir entendu ce discours, ils eurent le coeur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres: Hommes frères, que ferons-nous ? Pierre leur dit: Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera » (Actes 2.37-39).

 

4-      Baptême par tradition

 

Les Saintes Ecritures sont sans équivoques : « Mais à tous ceux qui l’ont reçue (la Parole), à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu » (Jean 1.12-13).

 

La visitation de Dieu est devenue de plus en plus rare et la religiosité s’est progressivement installée à tel point que même dans les milieux pentecôtistes authentiques, une forme de tradition qui ne dit pas son vrai nom se substitue au service devant Dieu selon les méthodes et les principes de Dieu.  Cette forme s’intensifie à tel point que faire participer les bébés et les enfants à la Table Sainte sans être au préalable baptisés devient normal et toute cette amalgame est soutenue parfois par des prétendues révélations ou expériences reçues de Dieu. Il en va aussi des enfants nés de familles chrétiennes qui une fois parvenus à l’âge de baptême sont systématiquement doigtés et conduits aux eaux de baptême. Leur conversion devient pour ainsi dire, non plus selon la conviction du Saint-Esprit, mais bien par la volonté de l’homme ou selon le sang. Cette pratique n’est ni moins, ni supérieure à celle du Catholicisme Romain où chaque enfant est par essence enfant de l’église à cause de son lien de sang. Cette malheureuse aventure disqualifie d’office le nouveau baptisé de la course vers le paradis, parce que lui donnant un faux départ. Puissions-nous à ces heures de la fin, nous référer seulement à la Bible pour dire et faire ce qu’elle ordonne. Un commentaire d’un auteur inconnu a ressorti cette phrase bien significative : ‘‘La bible est le livre le plus haït par ses ennemis et persécuté par ses amis’’.

 

5-      Baptême par précipitation

 

Toujours au cours d’un ministère rendu, j’ai reçu une sœur qui me dit : ‘‘Pasteur, prière t’occuper sincèrement de ma sœur que voici. En effet, j’ai reçu Christ la première et lui ai parlé de l’Evangile. Au milieu de nombreuses tribulations, elle n’a pas hésité à venir à l’église avant son époux  accablé par une maladie têtue à tout traitement. Comme ce couple était riche, ils ont donné 1.500.000F CFA à l’église le premier dimanche où ils ont fait culte avec nous. Au cours de la semaine, le Pasteur les a fait baptisé et le deuxième dimanche, ils étaient consacrés Anciens d’église et assis devant. Depuis lors, elle dit être parvenue, n’a plus besoin de conseil sinon du Pasteur seul. Son comportement allait de mal en pire et sa sœur après l’avoir réprimandé vertement, l’a amené à voir les choses à la manière de Dieu, tout en l’invitant à l’humilité car elle n’était encore qu’une nouvelle convertie. Si Dieu m’a choisi comme Ancienne, répliqua-t-elle à sa sœur, c’est parce que je suis digne. Toi jalouse, reste tranquille ! Imaginez vous-même la suite de la vie spirituelle de cette soeur et vous comprendrez qu’elle n’ira que de scandale en scandales jusqu’au jour où elle descendra de sa suffisance pour se repentir et repartir avec Christ sur de bonnes bases selon les Saintes Ecritures. On ne brûle pas les étapes quand on veut marcher avec Dieu et lui plaire !

 

 ‘‘Et tout le peuple qui l’a entendu et même les publicains ont justifié Dieu, en se faisant baptiser du baptême de Jean; mais les pharisiens et les docteurs de la loi, en ne se faisant pas baptiser par lui, ont rendu nul à leur égard le dessein de Dieu’’ (Luc 7.29-30).

 ‘‘Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné’’ (Marc 16.16)

 

      Conclusion :

Aux regards de ces cas non exhaustifs, nous convenons qu’il est plus que jamais à cette période de la nuit très avancée de faire un arrêt pour prendre conscience de qui est Dieu et de ce que veut Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ. Pour éviter des désagréments dans la marche des frères dans le Seigneur, soyons partenaires du Saint- Esprit dans le champ.

 

      Dr André CHOUBEU

 

Voir les commentaires

L’IMPROVISATION DANS LE SERVICE DE DIEU

16 Janvier 2012 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

L’IMPROVISATION DANS LE SERVICE DE DIEU

 

(Actes 19. 13-20)

 

 

 

 

 

Introduction :

 

 

 

Quel est le Dieu que servent plusieurs aujourd’hui ?

 

Pensons-nous qu’il ait changé,  ou que sa Parole ait perdu de puissance ?

 

Serait-il possible désormais de le servir avec négligence sans que cela emporte des  conséquences ? Est-ce en criant fort, en se faisant inciser comme les prophètes de Baal et d’Astarté dont parle 1 Rois 18 que nous nous ferons entendre ? Dieu est-il si loin qu’il faut tant de bruit pour le réveiller ou attirer son attention sur notre état pour qu’il prenne garde ?

 

Dans le livre des Actes des Apôtres à son chapitre 19 et des versets 13 à 20, l’exemple des sept fils de SCEVA nous servira de base d’appui pour une étude sur ce sujet. L’attitude dans le service (verset 13-15), les conséquences inhérentes (verset 16-20) donne une leçon afin que nous sachions que le Dieu d’aujourd’hui est le même qu’hier et éternellement. Sa parole et son service sont sacrés à toujours et le non respect des principes fondamentaux par lui seul posés entraîne un feu étranger devant sa face. Les fils d’Aron en furent victimes et la colère de Dieu sur eux fut sans miséricorde (Lev. 10.1-2). Le mauvais service des fils d’Eli le Sacrificateur (1 Samuel 4.6) entraîna une lourde défaite à Israël (trente mille morts 1 Samuel 4.10), la mort de leur père (1 Samuel 4.18), la rétention de l’arche de l’alliance par les Philistins (1 Samuel 4.17) et un accouchement prématuré (1 Samuel 4.19) à un fils qui porta un nom de malédiction (IKABOD) ce qui signifie : «La gloire de Dieu est enlevée » (1 Samuel 4.21). Il n’en demeura pas moins des enfants de Noé  dont l’un vit la nudité de son père et alla en faire une honteuse campagne à ses frères. Cet acte malheureux occasionna une malédiction au fils de Cham (Genèse 9.20-27). N’oublions pas que l’attitude des jeunes hommes qui se moquèrent du Prophète Elisée en l’appelant chauve, début à Dieu et pour conséquence, les loups les déchirèrent (2Rois 2.23-25).

 

Il importe donc plus que jamais auparavant, de prendre conscience car non seulement notre Dieu est un feu dévorant, mais encore, il ne reçoit et ne recevra jamais : « Tout service fait à Dieu sans qu’il (Dieu) en soit le Seigneur ».

 

 

 

L’ATTITUDE DE CERTAINS DANS LE SERVICE (Actes 19.13-15)

 

 Actes 19.13 : Ils allaient d’un endroit à l’autre (ambulants,  itinérants) chasser les esprits mauvais hors des malades :

 

Attitude d’instabilité spirituelle : Manque de maîtrise spirituelle, morale et sociale. Attitude volatile. Manque de maturité spirituelle. Impossibilité de surveiller le travail effectué de manière à pouvoir rendre compte. Semer à tout vent.

 

L’exorcisme consiste à rendre ministère au service des possédés pour leur délivrance. Ce service exige par ailleurs une parfaite connaissance de la Relation d’Aide. Il suffit non de ce lancer dans le travail seulement, mais d’être formé au préalable par des hommes avertis et acquérir de surcroît de l’expérience car les cas ne se ressemblent jamais en matière de délivrance. Il faut être formé et équipé pour bien servir Dieu.

 

Ils essayèrent d’utiliser le non du Seigneur Jésus à cet effet :

 

L’expression essayer d’utiliser traduit un manque d’assurance, de certitude, de conviction. Caractéristique de l’esprit d’improvisation dans l’ouvre à accomplir pour le Seigneur.

 

La prédication, l’empressement pour servir Dieu est un zèle amer à l’origine de la mort d’UZZA dans le livre de (2Samuel 6.1-11).

 

La célébrité et la gloire personnelle : (Actes 8.4-25)

 

Le cas de Simon n’est pas moins révélateur à ce sujet très important. La nature humaine aime toujours la première place alors que le Saint-Esprit aime l’humilité. Le Seigneur ne nous recommande-t-il pas que « celui qui veut être grand doit être le serviteur des autres ? » . Littéralement Saul signifie « Grand » alors que Paul signifie « Petit ». Tirons –en des leçons profitable car il est écrit : « Dieu s’oppose aux orgueilleux, mais il traite les humbles avec bonté » (Jacques 4.6). Souvenons-nous toujours que l’orgueil est à la base de tout péché et fut la cause de la chute du grand chérubin aujourd’hui appelé Satan (1Tim. 3.6).

 

Ils disaient aux esprits mauvais : je vous ordonne de sortir au nom de ce Jésus que Paul prêche :

 

Un esprit d’imitation : désir de suivre une nouvelle mode ou façon de faire dans la délivrance. Paul n’est rien d’autre qu’une star, un modèle de puissance. Il faut donc être aussi comme lui pour acquérir la gloire. Que d’instabilité même dans la doctrine biblique aujourd’hui parmi les Serviteurs dit de Dieu ! Combien sont des prostitués spirituels à cause du désir de paraître ? Combien réclament des ministères de puissances (dons de miracles, de guérison) juste pour être vus et non pour rendre gloire à DIEU ? Combien de Serviteurs de Dieu  n’aiment plus attendre pour recevoir de DIEU, pour être formés comme Samuel aux pieds d’Eli ? Plusieurs ne se croient-il pas plus connaisseurs et spirituels que leurs Pasteurs ? Combien de Serviteurs de Dieu  n’ont plus de domicile fixe ? Plusieurs n’ont pas de ‘‘ pouls’’ spirituel  en sorte qu’aujourd’hui, ils croissent deux heures dans la prière, la crainte de Dieu pour régresser demain jusqu’à atteindre le point Zéro ? Combien imitent et vivent justement des apparences et jamais de fond ?

 

Beaucoup de Serviteurs de Dieu  courent après des bergers qui ne sont que des vrais loups garous à cause de la quête de puissance. Aujourd’hui on est baptisé « au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit », demain c’est au nom du Jésus et après demain au nom de Mahomet et autres. Il me souvient ce serviteur de Dieu dont le baptême fut au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, plus tard au nom de Jésus seul et récemment encore repris au nom de Jésus par des personnes différentes, juste pour empocher quelques poignées de Francs CFA. Quel scandale ! Grand nombre n’est–il pas vagabond allant d’église en église pour des raisons inavouées ? N’est-il pas convenable d’obéir à cette parole de Dieu pour voir des jours heureux et la connaissance au service de Dieu dans un ministère venant d’en haut et non de soi ou des autres : « Celui qui est descendu est celui qui est monté au plus haut des cieux afin de remplir tout l’univers. C’est lui qui a fait des dons particuliers aux hommes : des uns il a fait des Apôtres, d’autres Prophète d’autres encore des Evangélistes, des Pasteurs ou des Enseignant. C’est ainsi qu’il a rendu le peuple de Dieu apte à accomplir son service, pour faire croître le corps du Christ.De cette façon, nous parviendront tous collectivement à l’unité de la connaissance du Fils de Dieu ; nous deviendrons des adultes dont le développement atteindra à la stature parfaite du Christ. Alors, nous ne serons plus des enfants emportés par les vagues ou le tourbillon de toutes sortes de doctrines, trompés par les hommes recourant à la ruse pour entraîner les autres dans l’erreur. Au contraire, en  proclament la vérité avec amour, nous grandirons en tout vers le Christ, qui est la tête. C’est grâce à lui que le corps forme un tout solide, bien uni par toutes les articulations dont il est pourvu. Ainsi lorsque chaque partie fonctionne comme elle doit, le corps entier grandi et se développe par l’amour »   (Ephésiens 4.9-16)

 

 

 

Actes 19.14 : c’est ainsi qu’agissaient les fils d’un grand prêtre juif nommé SCEVA :

 

Il n’y a point de salut, encore moins le service devant Dieu par hérédité. Il n’y a aucune transmission automatique de la gloire du fils au père dans le service de Dieu. N’est-il pas écrit : Cependant certains l’ont reçu et ont cru en lui ; il leur a donné le droit de devenir enfants de Dieu. Ils ne sont pas devenus enfants de Dieu par une naissance naturelle, par une volonté humaine : c’est Dieu qui leur a donné une nouvelle vie (Jean 1.12-13)

 

Combien ne sont chrétiens que de sang ? Combien ne suivent que la masse par leurs parents, leurs frères, leurs sœurs, leurs amis ou encore juste parce qu’ils visent un intérêt ? Combien peuvent vivre leur foi comme Daniel, isolé dans la cour du roi à Babylone ou comme Joseph en Egypte ?

 

Actes 19.15 : Mais un jour, l’esprit mauvais leur répondit : «  je connais Jésus et je sais qui est Paul ; mais vous, qui êtes-vous ?

 

Le don de Dieu n’est pas un mérite. Certains bénéficient de la grâce de Dieu dans l’accomplissement d’une tâche et se croient aussitôt investi d’un ministère. Cette attitude d’orgueil les pousse à mépriser les autres, rejeter les conseils pour chuter quelques instants après  par manque de maturité, de conseils ou d’expérience.

 

Les fils de SCEVA avaient quelques fois réussit l’exploit de chasser des démons et se croyaient maîtres dans le domaine alors qu’ils auraient recherché l’humilité pour s’attacher au Saint-Esprit.

 

Dieu se glorifie parfois même sans tenir compte de nous dans bien de situations, mais continue avec nous pour nous instruire afin que nous connaissions parfaitement ses voies pour le servir selon ses desseins.

 

Ces derniers manquaient de réelle relation personnelle avec Dieu. Ils n’avaient aucune expérience propre, ni de personnalité spirituelle propre dans le service. Il faut connaître Dieu pour mieux le servir.

 

Qui es-tu devant Dieu ? Au service de qui es-tu réellement ? Qu’est-ce que tu es en vérité et que fais-tu de ce que tu es ? Certainement tu dis : je crois en Dieu, mais il est écrit « tu crois qu’il y a un seul Dieu. Très bien. Les démons le croient aussi et il tremblent de peur ». (Jacques 2.19)

 

 

 

LES CONSEQUENCES DU SERVICE FAIT A LA MANIERE DES HOMMES

 

 

 

Actes19.16 : Et l’homme possédé de l’esprit mauvais se jeta sur eux et se montra plus fort que tous ; il les maltraita avec une telle violence qu’ils s’enfuirent de sa main nus et couvert de blessures :

 

La défaite, l’humiliation publique et les blessures spirituelles. Il est impossible de chercher à soumettre le diable alors qu’on lui est soumis ou redevable.

 

Combien de Serviteurs de Dieu agissent la tête baissée sans consulter Dieu et sans avoir rien n’entendu de Lui ?

 

Combien de Serviteurs dit Dieu  sont aujourd’hui terrassés par un ennemi qu’ils devaient normalement vaincre depuis ?

 

Quelle honte et choc as-tu gardé en sorte qu’amertume, rancune, haine, idée de vengeance ou jalousie demeure en ton cœur ?

 

«   Certainement, si tu as bien agis, tu relèverais la tête. Mais si tu agis mal, le péché se couche à la porte, mais toi domine sur lui » (Genèse 4.7).

 

Pourquoi agir au nom du Seigneur  sans être mandaté par lui ? Les conséquences des actions non conformes à la parole de Dieu sont multiples :

 

Aujourd’hui nous un grand nombre de Serviteurs de Dieu  sont sous le coup de fortes emprises démoniaques ; des maladies mystiques à cause des liens occultes, etc.

 

 

 

Actes 19.17 : Les habitants d’Ephèse, et non juifs apprirent ce fait ; ils furent tous saisirent de crainte et l’on éprouva un grand un respect pour le nom du Seigneur Jésus :

 

L’échec ou les mauvaises actions des Serviteurs de Dieu se répandent très rapidement (voir ce que David a dit sur la nouvelle de Saül dans 2 Samuel 1.20). Un mauvais service, une mauvaise action des chrétiens est une occasion de blasphème donné au diable et à ses démons pour transformer en scandale et s’en référer pour salir le nom de notre Grand Dieu (Romains 2.17-24)

 

Il est dit par le Seigneur Jésus : Celui qui fait tomber dans le péché (scandale) un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on lui attache au cou une grosse pierre et qu’on le  noie au fond de la mer (Mathieu 18.6)

 

Actes 19.18 : Beaucoup de ceux qui étaient devenus croyants venaient avouer à haute voix le mal qu’ils avaient fait : Un grand nombre de ceux qui avaient pratiqué la magie apportèrent leurs livres et les brûlèrent devant tout le monde. On calcula la valeur de ces livres et l’on trouva qu’il y en avait pour 50.000 pièces d’argent :

 

Dieu veille toujours sur son Nom pour en répandre la crainte partout. C’est donc par la crainte de Dieu que devaient commencer les fils de SCEVA : c’est -à- dire la confession, la destruction des pratiques du passé dans leur vie avant d’entrer dans ce service.

 

Le prix des livres se chiffre exactement à 195 x 50.000 = 9.750.000 FCFA selon le barème de conversion de la Bible Scofield.

 

Plusieurs d’entre les Serviteurs de Dieu aiment brûler les étapes. Commencer par la fin et la gloire en reniant les souffrances des débuts ? (Philippines 3.10).

 

Combien veulent défier Satan maintenant en dévoilant ce qui leur est très cher et que le diable leur a toujours dit de cacher ?

 

Actes 19.20 : c’est ainsi que, par la puissance du Seigneur, la Parole se répandait et se montrait pleine de force :

 

Par la force du Seigneur … Si les Serviteurs de Dieu  ne veulent pas servir Dieu, Dieu se servira lui-même pour atteindre ses objectifs sacrés. Rien ne bloquera l’expansion de la Parole de Dieu (Luc 19.40 ; 1Cor. 9.16). Ce n’est pas par la séparation qu’on peut travailler avec Dieu (Hébreux

 

10.25)

 

Que penses-tu de ces remarques ? Les principales embûches à l’explosion spirituelle du Serviteur de Dieu ou chrétien d’aujourd’hui :

 

  • La Mode spirituelle
  • La Prétendue hérédité spirituelle
  • Le fait de savoir les choses sur Dieu sans connaître Dieu
  • L’agitation intérieure, l’instabilité, l’activisme, le tourisme spirituel
  • Faire l’œuvre de Dieu sans être dans son plan
  • Absence de maturité.

 

Puisse chacun s’examiner sincèrement car impérativement un jour :

 

Nous dirons à Dieu :

 

‘‘– Que Ta volonté soit faite (et nous serons sauvés)

 

Ou bien Dieu nous dira :

 

- Que ta volonté soit faite ! (et nous serons perdus)’’

 

 

 

Et puisqu’il ce jour là il sera demandé beaucoup à celui à qui il a beaucoup demandé, ou bien Dieu est notre Dieu ou bien vous êtes notre propre Dieu !

 

Chacun de nous doit faire son choix et supporter les conséquences.

 

MARANATHA !

 

 

 

Dr André CHOUBEU

BP 9042 DOUALA (Cameroun)

Tél. (237) 77 75 71 60 

 

 

 

 Nouvelle-image--10-.png

Voir les commentaires

AVOIR LA BONNE VISION DE LA MISSION

16 Janvier 2012 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Etudes Bibliques

2.jpg

 

INTRODUCTION :

 

De plus en plus, l’approche missionnaire perd son éthique au profit du confort personnel alors que la mission est la raison d’être de l’Eglise et par conséquent du croyant dans l’une des manifestations de sa foi. Une mission à quelqu’un confiée est une marque d’estime, de confiance, une délégation de pouvoir pour exercer une autorité au nom d’un autre. Échouer à une mission est un sacrilège, un outrage, une horreur ; ne pas l’effectuer est à la fois une rébellion, une insubordination et voire une trahison. Le savons-nous vraiment ?

 

 Définition :

 

       Mission : Mot dérivé du latin « missio », action d’envoyer.  Le mot Mission selon le dictionnaire petit Robert signifie charge donnée à quelqu’un d’aller accomplir quelque chose ou de faire quelque chose

 

      Vision : façon de voir, de concevoir un ensemble de choses complexes ; image mentale, idée.

 

Une profonde compréhension du mot mission marque un tournant décisif dans la vie du missionnaire face à la tâche qui lui est confiée. Le contraire fait de lui un aventurier en quête des motifs injustes, impures et honteux de Dieu dont il prétend être l’envoyé :

 

-    Commission : Attribution d’une charge, d’une fonction par une autorité :

 

"Jésus, s'étant approché, leur parla ainsi: Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde"  (Mt 28.18-20)

 

"Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné"  (Mc 16.15-16).

 

· Charge : Ce qui pèse sur quelqu’un ; fardeau, obligation fonction dont on a tout le soin, la responsabilité morale de quelqu’un face à quelque chose. Fonction que  l’on donne d’accomplir.

"Pour moi, je n'ai usé d'aucun de ces droits, et ce n'est pas afin de les réclamer en ma faveur que j'écris ainsi; car j'aimerais mieux mourir que de me laisser enlever ce sujet de gloire. Si j'annonce l'Évangile, ce n'est pas pour moi un sujet de gloire, car la nécessité m'en est imposée, et malheur à moi si je n'annonce pas l'Évangile!"  (1 Cor  9.15-16)

 

-    Délégation : Acte par lequel une autorité donne à quelqu’un, le droit d’agir à sa place

" Jésus, ayant assemblé les douze, leur donna force et pouvoir sur tous les démons, avec la puissance de guérir les maladies. Il les envoya prêcher le royaume de Dieu, et guérir les malades"  (Luc 9.1-2).

"Après cela, le Seigneur désigna encore soixante-dix autres disciples, et il les envoya deux à deux devant lui dans toutes les villes et dans tous les lieux où lui-même devait aller"  (Luc 10.1)

-    Mandat :   Pouvoir qu’une personne donne à une autre d’agir en son nom

"Jésus leur dit de nouveau: La paix soit avec vous! Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie. Après ces paroles, il souffla sur eux, et leur dit: Recevez le Saint Esprit. Ceux à qui vous pardonnerez les péchés, ils leur seront pardonnés; et ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus  " (Jean 20.21-23)

"Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents; s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris " (Mc 16.17-18)

 

-    Ambassadeur : mission, fonction d’un ambassadeur qui est un représentant permanent d’un État auprès d’un État étranger

"Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière" (1 Pierre 2.9).

 

"Ainsi, dès maintenant, nous ne connaissons personne selon la chair; et si nous avons connu Christ selon la chair, maintenant nous ne le connaissons plus de cette manière. Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.

 

-    La vie du missionnaire :

"Vous savez que je n'ai rien caché de ce qui vous était utile, et que je n'ai pas craint de vous prêcher et de vous enseigner publiquement et dans les maisons, annonçant aux Juifs et aux Grecs la repentance envers Dieu et la foi en notre Seigneur Jésus Christ. Et maintenant voici, lié par l'Esprit, je vais à Jérusalem, ne sachant pas ce qui m'y arrivera; seulement, de ville en ville, l'Esprit Saint m'avertit que des liens et des tribulations m'attendent. Mais je ne fais pour moi-même aucun cas de ma vie, comme si elle m'était précieuse, pourvu que j'accomplisse ma course avec joie, et le ministère que j'ai reçu du Seigneur Jésus, d'annoncer la bonne nouvelle de la grâce de Dieu" (Actes 20.20-24)

 

Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation. Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation. Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous; nous vous en supplions au nom de Christ: Soyez réconciliés avec Dieu! Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu " (2 Cor 5.16-21)

" Priez pour moi, afin qu'il me soit donné, quand j'ouvre la bouche, de faire connaître hardiment et librement le mystère de l'Évangile, pour lequel je suis ambassadeur dans les chaînes, et que j'en parle avec assurance comme je dois en parler" (Eph 6.19-20)

           Au vu de cette définition, la mission est :

 -       Le cœur de Dieu

"J'entendis la voix du Seigneur, disant: Qui enverrai-je, et qui marchera pour nous? Je répondis: Me voici, envoie-moi" (Es 6.8)

-    La raison d’être de la venue de JESUS sur la terre

"Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle" (Jean 3.16)

-    La raison d’être du missionnaire :

 

"Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions "(Eph 2.10)

"Avant que je t'eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais, et avant que tu fusses sorti de son sein, je t'avais consacré, je t'avais établi prophète des nations"(Jér 1.5)

"Avant que je t'eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais, et avant que tu fusses sorti de son sein, je t'avais consacré, je t'avais établi prophète des nations"(Jér 1.5)

-    La raison d’être de l’église

 "En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce, que Dieu a répandue abondamment sur nous par toute espèce de sagesse et d'intelligence, nous faisant connaître le mystère de sa volonté, selon le bienveillant dessein qu'il avait formé en lui-même, pour le mettre à exécution lorsque les temps seraient accomplis, de réunir toutes choses en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre " ( Eph 1.7-10)

  

-    Perte de tous les droits au profit de la mission

 

"Quelle est donc ma récompense? C'est d'offrir gratuitement l'Évangile que j'annonce, sans user de mon droit de prédicateur de l'Évangile. Car, bien que je sois libre à l'égard de tous, je me suis rendu le serviteur de tous, afin de gagner le plus grand nombre. Avec les Juifs, j'ai été comme Juif, afin de gagner les Juifs; avec ceux qui sont sous la loi, comme sous la loi (quoique je ne sois pas moi-même sous la loi), afin de gagner ceux qui sont sous la loi; avec ceux qui sont sans loi, comme sans loi (quoique je ne sois point sans la loi de Dieu, étant sous la loi de Christ), afin de gagner ceux qui sont sans loi. J'ai été faible avec les faibles, afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous, afin d'en sauver de toute manière quelques-uns. Je fais tout à cause de l'Évangile, afin d'y avoir part"  (1 Cor 9.18-22)

·    Évangéliser, faire des disciples

·    Implanter des églises locales

·    Encourager et fortifier les églises locales existantes

·    Équiper et former des pasteurs et des responsables d’église pour l’œuvre du ministère

·    Accepter avec joie les souffrances pour la cause de Christ 

"Sont-ils ministres de Christ? -Je parle en homme qui extravague. -Je le suis plus encore: par les travaux, bien plus; par les coups, bien plus; par les emprisonnements, bien plus. Souvent en danger de mort, cinq fois j'ai reçu des Juifs quarante coups moins un, trois fois j'ai été battu de verges, une fois j'ai été lapidé, trois fois j'ai fait naufrage, j'ai passé un jour et une nuit dans l'abîme. Fréquemment en voyage, j'ai été en péril sur les fleuves, en péril de la part des brigands, en péril de la part de ceux de ma nation, en péril de la part des païens, en péril dans les villes, en péril dans les déserts, en péril sur la mer, en péril parmi les faux frères. J'ai été dans le travail et dans la peine, exposé à de nombreuses veilles, à la faim et à la soif, à des jeûnes multipliés, au froid et à la nudité. Et, sans parler d'autres choses, je suis assiégé chaque jour par les soucis que me donnent toutes les Églises. Qui est faible, que je ne sois faible? Qui vient à tomber, que je ne brûle? S'il faut se glorifier, c'est de ma faiblesse que je me glorifierai! Dieu, qui est le Père du Seigneur Jésus, et qui est béni éternellement, sait que je ne mens point!. A Damas, le gouverneur du roi Arétas faisait garder la ville des Damascéniens, pour se saisir de moi; mais on me descendit par une fenêtre, dans une corbeille, le long de la muraille, et j'échappai de leurs mains" (2 Cor 11.23-33)

·    Être le serviteur des autres à cause de Christ

 

"Nous ne nous prêchons pas nous-mêmes; c'est Jésus Christ le Seigneur que nous prêchons, et nous nous disons vos serviteurs à cause de Jésus" (2 Cor 4.5)

  

·    Souffrir les souffrances de Christ

"Nous sommes pressés de toute manière, mais non réduits à l'extrémité; dans la détresse, mais non dans le désespoir; persécutés, mais non abandonnés; abattus, mais non perdus; portant toujours avec nous dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre corps. Car nous qui vivons, nous sommes sans cesse livrés à la mort à cause de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre chair mortelle. Ainsi la mort agit en nous, et la vie agit en vous" ( 2 Cor 4.8-12)

·    Les présents ne sont rien par apport à la gloire à venir

 

"Nous portons ce trésor dans des vases de terre, afin que cette grande puissance soit attribuée à Dieu, et non pas à nous. Nous sommes pressés de toute manière, mais non réduits à l'extrémité; dans la détresse, mais non dans le désespoir" (2 Cor 4.7-8)

·    Une ambition : combattre le bon combat et achever la course

"J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi. Désormais la couronne de justice m'est réservée; le Seigneur, le juste juge, me le donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement" (2 Tim 4.7-8) 

RAPPEL TRES IMPORTANT :

 

Le fondement apostolique de l’église (Actes 1.1-11) tire son origine des desseins rédemptifs de Dieu pour nous :

         - Depuis le commencement des dispensations, Dieu veut habiter avec l’homme et communiquer constamment avec lui :

         1.  Communication chaque soir avec Adam au jardin d’Eden (Gend 3.8)

         2.  Alliance avec Abraham et ses descendants (Gend 17.7)

         3.  Construction du Tabernacle (Exode 15.2)

         4. Salomon construit le temple (2 Chron 5.13-14)

         5. Jésus annonce l’établissement de l’église (Mt 16.16-18)

         6.  Dans l’éternité, la Nouvelle Jérusalem (Apoc 21.3)

 

Demeurer dans le temple pour un service permanent en construisant selon le modèle céleste (Héb 8.5), assure la communication non discontinue permettant de recevoir instructions missionnaires pour avancer sur le fondement apostolique de l’Église. Le mot Église se définit en grec "ek kaleo" signifiant  "appelé hors de". De cette définition ressortent trois concepts clés :

 

        A—  Vocation : "Et ceux qu’il a prédestinés, Il les aussi appelés ; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés ; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés"  (Rom 8.30)

         B— Séparation : "Vous au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de Celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière" (1 Pierre 2.9).

         C— Communion : "Appelés à sortir des ténèbres, à se séparer du monde, nous nous unissons dans la communion en son nom pour bâtir notre foi en Christ" (1 Cor 14.26).

 

LES CONSEQUENCES DE LA rébellion à la mission

 

La mission étant une marque de confiance de celui qui envoie en mission (Dieu), il n’en demeure pas moins que s’opposer à la mission devient une rébellion.

L’envoi en mission dans ses termes implique une injonction d’obéir et non une supplication. Résister, refuser, désobéir à l’ordre missionnaire devient de fait une rébellion contre l’autorité et entraîne de graves conséquences car Jésus dit : "Celui qui vous écoute, m’écoute, et celui qui vous rejette me rejette; et celui qui me rejette, rejette celui qui m’a envoyé" (Luc 10.16).  N’est-il pas écrit : « Car la rébellion est comme le péché de la sorcellerie (en hébreux : divination) et la résistance, l’entêtement, la persistance est comme l’iniquité et la sorcellerie » (1 Sam 15.23).

Quelques conséquences du manque de la vie de témoignage dans une vie de croyant :

 

1.  Mt 28.18-20 : Perte de la présence de Dieu (Alors, je serai  toujours avec vous).

2.  Mt 24.14 : Ouvrier de l’antichrist (on s’oppose à la venue du Seigneur)

3.  Luc 9.62 : On est rétrograde car on a refroidi dans l’amour

4.  Rom 1.18 : on devient fils de la colère pace qu’on cache la vérité

5.  Mt 25.30 : On est mauvais ouvrier et mérite l’enfer

6.  Jér 48.10 : On est sous la malédiction  car faisant avec négligence l’œuvre de Dieu

7.  Jér 48.10 : on  est sous la malédiction car  s’opposant à la  justice divine

8.  Ez 6 3.16-21 : Meurtrier car coupable mort des méchants

9. Jacques4.17 : On pèche en refusant de faire le bien

10. Apoc. 2.4-5 : On a abandonné le premier amour et mérite d’être  rejeté

11. Apoc 3.15-16 :   -  on est ni  froid, ni bouillant

                               -  on est à vomir

12.  Mt 22.11-12 : On manque de vêtement de justice et sera jeté hors du banquet  des noces de l’Agneau

 

Conclusion :

 

Au delà de cette compréhension peut-on affirmer être tous des missionnaires au réel sens du terme et compréhension selon Dieu dans sa Souveraineté et volonté parfaite ? N’en aimons-nous  pas falsifier le sens au profit de notre léthargie, passivité et laxisme spirituels, Dieu reprenant Job dit :

"Anéantiras-tu jusqu'à ma justice? Me condamneras-tu pour te donner droit? " (Job 40.8)

Au missionnaire indélicat il fut dit : "Celui qui n'avait reçu qu'un talent s'approcha ensuite, et il dit: Seigneur, je savais que tu es un homme dur, qui moissonnes où tu n'as pas semé, et qui amasses où tu n'as pas vanné; j'ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre; voici, prends ce qui est à toi. Son maître lui répondit: Serviteur méchant et paresseux, tu savais que je moissonne où je n'ai pas semé, et que j'amasse où je n'ai pas vanné; il te fallait donc remettre mon argent aux banquiers, et, à mon retour, j'aurais retiré ce qui est à moi avec un intérêt. Ôtez-lui donc le talent, et donnez-le à celui qui a les dix talents. Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l'abondance, mais à celui qui n'a pas on ôtera même ce qu'il a. Et le serviteur inutile, jetez-le dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents"  (Mat 25.24-30).

Dr André CHOUBEU

Voir les commentaires

LE MAUVAIS SERVICE DEVANT DIEU

13 Janvier 2012 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

Pasteur.jpg

 

Introduction

 

De tout temps, Dieu veut un homme qui fera sa volonté : Esaïe 6.8-13).

Ce service est souvent fait de manière si incomplet qu’il finit par être une source de malédiction que de bénédiction : (Jér 48.10 ; Mal 2.1-2).

Que de fois, nous avons attendu la bénédiction et la malédiction est venue ? Avons-nous demandé pourquoi ?

Plutôt, nous nous sommes mis à maudire Dieu, à le juger, à convoiter.

 

ANANIAS ET SAPHIRA : 

Leur péché et ses conséquences : 

Faux calcul : Ils se sont convenus pour faire une mauvaise équation mathématique sur le dos de l’Eternel. Dieu hait les faux poids et les fausses balances (Prov 11.1) 

Orgueil : Ils ont vu que Joseph surnommé Barnabas (fils d’exhortation) a vendu un champ et donné le prix aux apôtres ; cela a été hautement apprécié, et ils ont voulu défier ce modèle unique pour s’inscrire aussi sur le tableau d’honneur.

Imitation : Comme Joseph a fait, pourquoi pas nous  aussi ? Alors, nous serons bien vu par les Apôtres et les frères 

Duplicité : les deux se sont entendus pour user d’artifices de tromperie,  pour faire double jeu. 

Complicité : Ils se sont entendus pour mentir étant chacun convaincu qu’ils agissent mal. 

Mensonge : Ils se sont entendus pour mentir de manière bien délibérée. 

Fourberie : Les deux n’ont pas eu un cœur juste pour agir droitement devant Dieu. Ils ont manqué d’intégrité et corrompu leur voie 

Préméditation du mal : Leur péché n’est pas le fait d’une attaque démoniaque, mais d’une réflexion préalable sur le mal et la manière de s’y prendre. 

Ruse : Les deux s’entendent pour agir devant les frères comme s’ils étaient des vrais saints, justes dans leur action alors qu’au fond d’eux-mêmes ils savent qu’ils mentent. Ils sont conscients qu’ils cachent quelque chose aux autres. 

Vol : Ce qu’ils ont consacré à Dieu, ils le retiennent injustement, mentant contre la vérité. Ils tombent sous le coup du parjure que décrit Zach 5.1-4. 

Hypocrisie : Du fond d’eux-mêmes, ils sont convaincus du péché, mais, se cachent derrière le faux  simulant passer pour des hommes intègres, loyaux et obéissants, qui aiment la Communauté. 

Doute : Ils ne sont pas certains du lendemain, ne croient pas en   Dieu et se disent «Et si demain, rien ne va plus, alors, que ferons-nous» ? 

13. Incrédulité : Ils ne croient pas à la puissance de Dieu.    

      Ils mettent en cause la toute puissance de Dieu et ne

       Le croit pas capable de les préserver au mauvais jour. 

14. Confiance en soi-même : Ils croient que leur raisonnement le meilleur et que Dieu a tort. 

Blasphème : Ils ont menti au Saint-Esprit qui sonde les cœurs  et les reins connaissant toute la vérité (Deut 29.29) 

Refus de la vérité : La vérité consistait à vendre et à donner tout le produit de la vente comme l’avait fait Joseph. 

Egoïsme : Ils ont bénéficié des biens des autres, maintenant, ils         cachent les leurs. Alors au mauvais jour, quand rien n’ira plus, et que les autres se lamenteront, nous serons heureux pouvaient-ils se dire. 

18.  Escroquerie : Ils veulent continuer à profiter des autres comme avant, même après avoir caché une partie de leur vente, se faisant comme nécessiteux alors qu’ils avaient une réserve. 

 Endurcissement : Lorsqu’ils sont interrogés, le Saint-Esprit insiste sur le prix pour bien les ramener à sentir leur péché et se repentir, mais ils s’endurcissent volontairement pour la mort.

Conclusion :

Dans l’histoire biblique, tout mauvais service devant Dieu entraînait la mort physique :

Les deux fils d’Aaron, Nadab et Abihu meurent pour avoir offert un feu étranger à Dieu. Le feu de la colère de Dieu sortant du trône, les a consumés.

UZZA meurt frappé par l’Eternel pour avoir voulu soutenir l’arche alors qu’il n’était pas qualifié pour le service de Dieu.

Dr André CHOUBEU

Tél. (237) 77 75 71 60 / 22 12 34 72

E-mail : chandre403@gmail.com

Voir les commentaires

LES FONDEMENTS DE LA FOI

13 Janvier 2012 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

19.gif

 

Introduction :

 

De plus en plus, nous assistons à une espèce de foi au rabais, ce dû à un mauvais départ. Le fondement de notre foi étant Jésus Christ, une base christocentrique permettra un fondement certain qui garantira évidemment un comportement sain, provenant de la nature de Christ en nous que communique la connaissance exacte des Ecritures Saintes. Mais au-delà du dire et de faire, il y a un gouffre, ce gouffre persistant est le résultat d’une vie irrégénérée provenant du mauvais entendement de ce que Dieu a dit dans sa Parole. Toute superficialité engendre un fondement sur le sable mouvant du temps. Mais une vraie consécration nous assoit en Christ pour jouir les bienfaits de la foi en un Dieu vivant er vrai.

 

I- LA CONSECRATION

 

Jean 17.17 : ‘‘Sanctifie-les par ta Vérité, ta Parole est la Vérité’’

 

Définition : Dans l’Ancien Testament, les termes «consécration, dédicace, sanctification et sainteté » traduisent divers mots hébreux qui dérivent d’une racine commune signifiant «mettre à part » et s’appliquant aux hommes et objets.

Ces mots expriment une qualité morale seulement lorsqu’ils s’appliquent à Dieu ou aux saints anges (Lév 11.45 ; Dan 4.13)

Consécration : Par essence, elle est un acte par lequel une personne s’engage solennellement au service de Dieu (corps, âme, pensée, force, bien), dépendant exclusivement de Dieu désormais.

 

S’engager au service de Dieu veut : ‘‘Mettre sa personne en gage de fidélité manifestée par sa confession verbale qui se traduit en acte devant témoins (croyants, païens, anges, démons)’’ (Héb. 12.1-3).

 

Chant : I-  ‘‘Au pied de la croix sanglante où tu t’es donné pour moi,

                  Mon âme émue et tremblante, O¨Jésus se livre à toi

 

                  Me voici pour ton service, je ne garde rien pour moi

                  Sur l’autel du sacrifice, je me place par la foi

 

                  A la gloire, aux biens du monde, je renonce à jamais

                  Que le Saint-Esprit m’inonde, de ta joie et de ta paix

             

                  Si ma faiblesse est bien grande, ta force est plus grande encore,

                  O Jésus qu’elle me rende fidèle jusqu’à la mort’’.

 

           II- ‘‘La voix du Seigneur m’appelle, prends ta croix et viens suis-moi !

                  Je réponds : Sauveur fidèle, me voici, je suis à toi !

             

                  Mais le chemin du Calvaire est étroit et périlleux,

                   C’est un chemin solitaire, difficile et ténébreux.

 

                  Il faut quitter ceux qu’on aime, savoir être mal jugé

                  Endurer l’injure même, du monde être méprisé.

 

                  Oui perdre sa propre vie, consentir à n’être rien,

                 N’avoir qu’une seule envie, aimer Jésus le seul bien !’’

 

Quelques textes bibliques établissent l’homme comme un être tripartite et non bipartite comme le précise la Psychologie :

«Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soient conservés irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus Christ». (1 Thes 5.23)

«Car la Parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrant jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles ; elle juge les sentiments et les pensées du cœur». (Héb 4.12)

A la lumière de ces deux passages des Ecritures saintes, nous comprenons que l’œuvre du salut accomplie à la croix par le Seigneur Jésus doit avoir son effet non seulement sur une, mais sur toutes les parties de notre être humain. La délivrance par Christ doit donc intervenir sur tous nos membres spirituels et physiques afin que notre être tout entier soit réellement     le temple du Saint-Esprit et un instrument entre les mains de Dieu pour l’accomplissement de ses desseins.

Ainsi, la consécration ne concerne pas seulement un aspect, mais toute la vie de l’homme à savoir : ‘‘esprit’’, ‘‘âme’’ et ‘‘corps’’ qui doivent être gardés irrépréhensibles pour le jour du Seigneur :

 

L’esprit : L’esprit est la partie du corps qui permet à l’homme d’entrer en contact avec l’Esprit de Dieu et percevoir les choses du monde spirituel. Dieu habite dans l’esprit régénéré. L’esprit de l’homme est divisé en trois parties :

Conscience : La conscience est l’organe du discernement, qui distingue le bien du mal en vertu d’un jugement spontané, direct. Le travail de la conscience est indépendant ; elle ne se plie pas aux opinions du dehors. Si l’homme fait mal, elle élèvera sa voix accusatrice.

La conscience est le dépôt de la loi divine qui éclaire tout homme et rappelle à l’ordre lorsque les prescriptions divines sont violées. Tout homme (jusqu’aux enfants) a une conscience vivante quand on ne l’a pas fait flétrir. Les païens au tribunal de Dieu seront jugés par leur conscience bien qu’ils n’aient pas connu Christ. Les  bébés lorsqu’ils mordent les seins maternels savent qu’ils ont mal agi et les petits enfants se cachent une fois le forfait commis et lorsqu’ils sont châtiés pour des mauvaises actions, parfois ils ne pleurent pas. Ceci est une preuve de la loi divine imprimée dans la conscience. :

«Car il ne suffit pas d’écouter la lecture de la loi ou de l’approuver pour être absout ; Dieu ne tiendra pour juste que ceux qui accomplissent ses prescriptions. Les peuples païens, qui n’ont pas la loi, en observent souvent naturellement les préceptes. Ils trouvent en eux-mêmes ce qu’il convient de faire et obéissent aux impératifs de leur sens moral. Ils démontrent par leur comportement que l’essence de la loi est gravée dans leur cœur. Leur conscience et leur discernement moral en témoignent : de là, ces raisonnements par lesquels on se cherche des excuses, ces pensées qui tantôt accusent, tantôt absolvent ; de là aussi, ces jugements qui approuvent ou condamnent les conduites d’autrui. Tout cela paraîtra en pleine lumière le jour où, conformément à l’évangile que je prêche, Dieu lèvera le voile sur la vie sécrète des hommes et la jugera ; leurs pensées intimes, leurs mobiles inavoués, tout ce qu’on a pris tant de soin à cacher sera démasqué». (Rom 2.13-16)

(Héb 10.22 : «Allons donc à lui d’un cœur droit et sincère avec la joyeuse assurance que nous donne la foi, sachant que nos cœurs ont été purifiés de tout ce qui pesait sur nos consciences, tout comme nos corps sont lavés lorsque nous les avons baignés dans l’eau claire») n’étant plus redevable au diable, l’homme s’acquitte librement de son devoir.

La fonction de la conscience dans l’esprit humain : Deut 2.30 ; Ps 34.18 ;

Jean 13.21 ;  Actes 17.16 ;  Rom 8.16 ; 1 Cor 5.3 ; 2 Cor 2.12 2 Tim 1.7

 

Intuition : L’intuition est l’organe sensible de l’esprit humain. Il est diamétralement différent du sens physique et de la sensibilité psychique. L’intuition implique une perception directe, indépendante de toute influence extérieure. Cette connaissance, qui nous vient sans aucun secours de l’intelligence, du sentiment ou de la volonté, est une connaissance intuitive. Nous «savons» véritablement par notre intuition ; notre intelligence nous aide simplement à «comprendre». C’est par son intuition que les révélations de Dieu et les visions se font connaître au croyant, ainsi que tous les mouvements du Saint-Esprit. Le croyant doit donc être attentif à ces deux évènements :  la voix de la connaissance et l'enseignement de l'intuition. (Eph 5.18-21 : «C’est la voie qui mène à une vie de plénitude. Ne cherchez pas l’ivresse que produit le vin – cela mène à une vie déréglée, au libertinage et à la perdition- mais buvez à long trait à la coupe de L’esprit, laissez-vous constamment à nouveau remplir par le Saint-Esprit et cherchez en Lui votre plénitude. Comment ?  Que votre joie déborde dans vos entretiens fraternels, qu’elle s’exprime par le chant de Psaumes, hymnes et de cantiques inspirés. De tout votre être, chantez et jouez pour Dieu et que, du secret de votre cœur, une musique s’élève sans cesse vers Lui où que ce soit, à tout moment et pour toute chose, apportez à Dieu le Père, l’hommage de votre reconnaissance au nom de notre Seigneur Jésus Christ. Par respect pour Christ, prenez chacun votre place dans l’ordre établi, vous soumettant les uns aux autres.») L’intuition reçoit donc les instructions pour agir en toute chose.

Les fonctions de l’intuition dans l’esprit de l’homme : Mt 26.41 ;  Mc 2.8 ; 8.12 ;  Jn 11.33 ; Actes 18.25 ; 20.22 ; 1 Cor 2.11 ; 16.18 ; 2 Cor 7.13

      Comme l’âme a ses sens, ainsi en est-il de l’esprit. L’esprit est intimément lié à l’âme, et en est cependant très différent. L’âme possède plusieurs sens. Mais l’homme spirituel est capable de déceler un autre jeu de sens – logé dans la partie la plus secrète de son être- qui n’a absolument aucune ressemblance avec le premier. Là, dans les profondeurs les plus intimes de sa personne, il peut se réjouir, s’attrister, prévoir, aimer, craindre, approuver, condamner, décider, discerner. Ces mouvement sont perçus dans l’esprit et sont tout à fait distincts de ceux qu’exprime l’âme par l’entremise du corps.

Les versets suivants expliquent cette sensibilité de l’intuition : Mt 26.41 ; Mc 2.8 ; 8.12 ; Lc 1.47 ; Jn 4.23 ; 11.33 ; 13.21 ;  Actes 17.16 ; 18.25 ; 19.21 ; 20.22 ; Rom 12.11 ; 1 Cor 2.11 ; 14.15,16 ; 2 Cor 2.12 ; 4.13 ; Eph 1.17. Nous pouvons à partir de ces textes relever la sensibilité de l’esprit et même elle est aussi étendue que celle de l’âme. La différence ne peut être reconnue que si nous sommes spirituellement mûris par l’œuvre de la croix et de L’esprit. C’est quand le chrétien vit spirituellement que son sens spirituel se développe pleinement. C’est lorsque le Saint-Esprit est descendu dans une vie, son homme intérieur est fortifié, et il possède la sensibilité qui lui permet de sonder les différentes capacités sensitives de son esprit.

Cette sensibilité spirituelle s’appelle intuition  car elle se manifeste directement, sans raison ni cause. Sans aucun processus, ce qui vient de l’intuition se manifeste inopinément, ce qui n’a besoin d’aucune cause extérieure pour émerger à l’improviste de l’homme intérieur.

La marche par l’esprit est une vie par son intuition, parce que l’intuition exprime la pensée de l’esprit, et que c’est l’esprit, de son côté, qui exprime la pensée de Dieu. Il arrive parfois, que nous percevions, dans nos profondeurs intimes, le même moniteur, muet et silencieux, entrant en mouvement et nous contraignant à accomplir une chose qui ne nous paraît pas du tout raisonnable, et qui est contraire à ce que nous faisons d’habitude ou désirons, ce que nous n’aurions pas aimé faire, si le Saint-Esprit n’entrait en action pour nous utiliser dans les voies de Dieu. C’est le Saint-Esprit qui exprime sa pensée par notre intuition.

Pour parvenir, il nous convient d’apprendre à discerner l’origine de nos sentiments : d’où viennent-ils ? De l’homme extérieur ou de l’homme intérieur ?

Communion : La communion, c’est l’adoration de Dieu. Les organes de l’âme ne sont pas compétents pour adorer Dieu. Dieu n’est pas saisi par nos pensées, nos sentiments ou nos intentions, car Il ne peut être connu directement que dans notre esprit. Notre adoration de Dieu et les communications de Dieu avec nous, se situent dans l’esprit. Elle se manifeste dans «l’homme intérieur» ; elle ne se manifeste pas dans l’âme. (Gal 5.16, 22-24 : «Voici donc mon conseil : Marchez sous la direction de l’Esprit et vous ne risquerez pas de satisfaire les convoitises de votre être naturel. Vos désirs égoïstes et coupables ne parviendront pas à leurs fins. Laissez donc l’Esprit vous conduire, obéissez à ses instructions et ne cédez pas aux appétits de vos instincts naturels car l’Esprit de Dieu produit bien autre chose. Le fruit de l’Esprit c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, le bon caractère, l’amabilité, la serviabilité, la bonté, la générosité, la fidélité, la confiance dans les autres, la douceur, la modestie, l’humilité, l’aptitude à céder et à s’adapter, la tempérance, la chasteté, la maîtrise de soi. Aucune loi n’interdit cela, et   contre ceux qui vivent ainsi, elle n’a pas besoin d’intervenir. Or ceux qui appartiennent à Jésus Christ ont cloué à la croix leur vieille nature avec ses passions et ses désirs. Celui qui a pris Jésus Christ pour Maître est mort,  avec Lui, à ses projets et à ses plans personnels») La communion communique et marche en accord avec Dieu. 

La fonction de communion dans l’esprit de l’homme : Luc 1.47 ; Jn 4.23 ; Rom 1.9 : 7.6 ; 8.15 ; 1 Cor 6.17 ; 14.15 –16 ; Apoc 21.10

 

Nous pouvons donc conclure que ces trois éléments, la conscience, l’intuition et la communion, sont dans une profonde dépendance mutuelle, et que leurs fonctions sont coordonnées. La relation qui unit la conscience à l’intuition, c’est que la conscience juge d’après l’intuition ; elle condamne toute conduite qui ne suit pas les directives données par l’intuition. L’intuition est reliée à la communion ou à l’adoration par le fait que c’est intuitivement que Dieu est connu de l’homme et que c’est par l’intuition qu’Il lui révèle sa volonté.

 

L’âme : L’âme est la conscience que l’homme a de lui-même. C’est par l’activité de son âme qu’il prend conscience de son existence. Elle est le siège de la personnalité. L’intelligence, la pensée, les idéaux, l’amour, le sentiment, le discernement, le choix, les décisions, ne sont que des expériences variées de l’âme.

L’âme est la personnalité de l’homme, le centre de décision, le libre arbitre entre le corps et l’esprit, donnant à l’homme d’assumer la responsabilité de ses actes. (Marc 7.21-23). L’âme c’est le ‘‘Moi’’.

 

Ce qui constitue la personnalité de l’homme, ce sont les trois principales facultés,  à savoir : la volonté, l’intelligence et le sentiment.

La Volonté : la volonté est l’instrument de nos décisions, elle révèle  notre capacité de choisir. Elle exprime notre consentement ou notre refus. «Nous voulons» ou «Nous ne vouons pas». Sans la volonté, l’homme est réduit à un automate.

Dieu en dota l’homme pour faire de ce dernier la copie de sa sainteté et amour. L’homme par sa chute (Genèse 3.1-6) livra sa volonté au service du mal, devenant l’instrument de la manifestation de l’esprit du mal c’est-à-dire le diable. D’où, le prédicateur ou dispensateur du bien initialement prévu par Dieu, l’homme par rébellion est devenu adversaire du bien au profit du mal (Esaïe 5.8-25). Christ en triomphant de l’ennemi (Jean 12.31) et son système (1 Jean 2.16-17 ; Col 2.15), a délivré l’homme de la mauvaise volonté (Jean 3.19) en s’établissant Roi pour gouverner et guider la volonté vers et dans le chemin de la Sainteté, instaurant le royaume d’amour et de justice dans nos cœurs et vie.

 Toute volonté  qui ne contribue pas à la paix au pardon, à l’amour et à la justice divine n’est ni de Dieu, ni pour Dieu (Héb 12.14-17 ; Rom 12.17-21 ; Jacques 3.13-18).

 Ainsi, il faut qu’une pensée soit conçue selon Dieu, analysée pour Dieu et manifestée dans l’homme par Dieu.

L’âme et la faculté de sa volition : Ps 27.12 ; 41.3 ; 35.25 ; 1 Chron 22.19 ; Job 6.7 ; 7.15 ;

 

L’intelligence : L’intelligence, ou l’intellect, est l’organe qui rend l’homme capable de savoir, de penser, d’imaginer, de se souvenir et de comprendre. L’intelligence (au sens qualificatif), le raisonnement, la sagesse, le savoir-faire, ces facultés-là dépendent toutes de l’intelligence, ou de l’intellect. On peut dire que l’intelligence c’est le cerveau.

L’intelligence est l’instrument de nos pensées ; elle manifeste nos capacités intellectuelles. Les effets sont la sagesse, la connaissance et le raisonnement. Son absence rend l’homme idiot.

Dieu donna l’intelligence à l’homme afin que par l’entendement   une communication permanente puisse être établie entre eux. Cette communication refléterait en l’homme le miroir de ce que Dieu est.

Comme Prophète (Deut 18.15-19), Christ apporte au cœur de l’homme, la connaissance de la vérité qui éclaire son entendement jadis obscurci par les ténèbres du péché (Eph 4.17-18, établissant le royaume de la vérité en l’homme. L’intelligence permet à l’homme d’apprécier Dieu dans ses multiples dimensions et d’en demeurer reconnaissant tout en le louant, le contemplant et l’adorant. Quiconque se dit consacré et qui n’a pas l’intelligence toujours tournée vers les choses de Dieu, est un menteur et la vérité n’est point en lui. Réflexion, méditation, espérance, pensée doivent exclusivement être concentrées sur Dieu pour Le glorifier et Lui demeurer  fidèle.

L’intelligence occupe une grande place dans la vie de l’homme, parce que sa       pensée exerce facilement une influence sur ses actes.

 

L’âme et la faculté d’intelligence ou de l’entendement : Prov 19.2 ; Ps 13.3 : Lam 3.20 ; Prov 2.10 ; 3.21-22 ; 24.14 

 

Les sentiments et les émotions : L’instrument de nos préférences et de nos antipathies est dans la faculté du sentiment. Par lui nous sommes rendus capables d’exprimer l’amour ou la haine, de nous montrer joyeux, triste – ou heureux.  

Toute lacune dans cet organe rend l’homme aussi insensible que le   bois ou la pierre.

Dieu mit en l’homme le sentiment afin que par l’émotion l’homme soit un vase de ses bénédictions et joie. Lorsque l’homme a péché, il a eut un sentiment de culpabilité et l’émotion de peur du châtiment est née en lui (Gen 3.7-13). Christ par le sacrifice expiatoire de son propre corps lave le repentant de son sentiment de culpabilité, et efface dans sa conscience, la faute commise. Comme Souverain Sacrificateur, Il délivre nos sentiments de la pression malheureuse et des émotions de misère d’une conscience accusatrice (Rom 7.24 ; Ps 25.16 ; Mt 5.4), établissant le royaume de paix et de joie dans nos cœurs et vie. Quiconque donc vit encore sous le coup des émotions charnelles (désolation, Luc 23.27-31 ; Mal 3.13-15 ; inquiétudes, soucis, chagrins, découragement etc. …), les sentiments d’infériorité et de complexité devant les faits et les situations prouve que l’on est un consacré intellectuel, émotionnel c’est-à-dire psychique mais pas spirituel.

 

L’âme et la faculté du sentiment ou de l’émotion :

1. Emotion affective : 1 Sam 18.1 ; Cant 1.7 ; Luc 1.46 ; Zach 11.8 ; Deut 6.5

2. Emotion de désir : Ps 84.3 ; Es 26.9 ; Mt 12.18 ;

3. Emotion de sentiment ou de sensibilité : Luc 2.35 ; 1 Sam 30.6 ; Es 61.10 ; Job 19.2 ; Ps 107.5 ; 42.6 ; Es 55.2 ; Mt 26.38 ; Jn 12.27

 

La vie de l’âme :

L’âme est donc un des trois éléments de l’homme. La vie de l’âme, c’est la vie naturelle de l’homme, celle qui le fait exister et qui l’anime. C’est la puissance par laquelle l’homme devient ce qu’il est. La vie de l’homme n’est autre que l’âme pénétrant le corps. En se joignant au corps, l’âme devient la vie de l’homme. La vie est le phénomène de l’âme. La vie de l’homme est simplement la combinaison de ses énergies mentales, émotionnelles et volitionnelles (de la volonté). Dans le domaine naturel, la «personnalité» embrasse ses différentes parties de l’âme. La vie de l’âme est la vie naturelle de l’homme. C’est là un fait des plus importants à reconnaître, parce qu’il influence considérablement sur le développement de notre vie chrétienne, soit vers la spiritualité, soit vers le psychique.

 

Le corps :

Le corps est la partie de l’être composé de cinq sens lui permettant d’entre en contact avec le monde visible. Ces sens sont : le toucher, la vue, le goût, l’odorat, l’ouï.

Ceci donne à l’homme de connaître Dieu, l’expérimenter, le vivre pour l’aimer et l’adorer. Lorsqu’un seul de ces organes est encore sous l’influence de Satan, il n’y a pas consécration et ainsi tout service prétendu fait pour Dieu est charnel. Jacques 3.14-16 dit : «Si, par contre, votre cœur est plein d’amère jalousie, si vous êtes animés d’un esprit d’intrigue et d’ambition égoïste, il n’y a vraiment pas lieu de vous vanter (de votre sagesse), ce serait un défi à la vérité. En effet, une telle «sagesse» ne vient certes pas du ciel, elle est bien de ce monde, elle est le produit de votre nature irrégénéré et du diable. Car là où règne la jalousie et l’esprit de rivalité, là aussi habite la discorde, le désordre et toute sorte d’agissements inspirés par le mal».  

 

Pour faciliter la compréhension des fonctions de l’esprit, de l’âme et du corps, nous reproduisons l’explication de Watchman Nee tirée de son livre «l’homme spirituel» dit :

‘‘C’est par son élément  corporel que l’homme entre en contact avec le monde matériel. On peut donc définir le corps comme cette partie de nous-même, par laquelle nous prenons conscience du monde. L’âme comprend l’intelligence, qui vient à notre aide dans l’état actuel de notre existence, et les émotions, qui procèdent de nos sens. Puisque l’âme appartient au moi de l’homme, et révèle sa personnalité, on la définit comme la partie qui nous donne conscience de nous-même. L’esprit est cette partie par laquelle nous communions avec Dieu, et par laquelle seule il nous est possible de percevoir Dieu et de l’adorer. Parce qu’il concerne notre relation avec Dieu, l’esprit est appelé l’élément qui nous donne la conscience de Dieu. Dieu habite dans l’esprit (régénéré), le moi habite dans l’âme, tandis que les sens habitent le corps.

Par son esprit, l’homme est en relation avec le monde spirituel et avec l’Esprit de Dieu, et par son corps, il est en relation avec le monde extérieur, qu’il affecte et par lequel il est affecté. L’âme se situe entre ces deux mondes, tout en appartenant à l’un et à l’autre. Elle est liée au monde spirituel par l’esprit et au monde matériel par le corps. L’esprit ne peut pas agir directement sur le corps. Il lui faut un intermédiaire, et cet intermédiaire est l’âme, qui est produite par le contact entre l’esprit et le corps, les liant l’un à l’autre. L’esprit peut s’assujettir le corps par l’entremise de l’âme, en sorte qu’il obéisse à Dieu ; de même le corps, par l’intermédiaire de l’âme, peut entraîner l’esprit à l’amour du monde.

De ces trois éléments, c’est l’esprit qui est le plus noble, car il est relié à Dieu. Le corps est le plus inférieur, car c’est avec la matière qu’il est en contact. Entre eux deux, l’âme les relie l’un à l’autre et prend aussi son caractère des leurs. L’âme rend possible à l’esprit et au corps de communiquer entre eux et de collaborer. Le travail de l’âme consiste à maintenir les deux autres éléments dans leurs rôles respectifs, de façon à ce qu’ils ne perdent pas leur juste relation, à savoir que l’élément inférieur, le corps, soit assujetti à  l’esprit, et que le plus élevé, l’esprit, puisse gouverner le corps par l’entremise de l’âme. C’est l’âme,  sans contredit,  qui est le facteur de premier plan. Elle est tournée vers l’esprit, pour qu’il lui donne ce qu’il a reçu du Saint-Esprit afin que, une fois parvenue à la perfection, elle transmette au corps ce qu’elle a obtenu ; puis le corps, lui aussi, peut avoir part à la perfection du Saint-Esprit, et devenir ainsi un corps spirituel.

L’esprit est donc la partie de l’homme qui occupe la zone la plus intime de son être. Le corps est l’élément le plus inférieur, et il occupe la place la plus extérieure. Entre les deux demeure l’âme, et l’âme exerce le corps à obéir aux ordres de l’esprit. C’est là le sens du rôle intermédiaire qu’elle est appelée à jouer. Le corps est l’abri extérieur de l’âme, tandis que l’âme est l’enveloppe extérieure de l’esprit.

La puissance de l’âme est extrêmement substantielle puisque c’est là que s’amalgament l’esprit et le corps, qui font  d’elle le siège de la personnalité et de l’influence que l’homme exerce. Avant que l’homme ne tombât dans le péché, la puissance de l’âme était complètement sous la domination de l’esprit. Sa force était donc la force de l’esprit. L’esprit ne peut pas de lui-même agir sur le corps ; il ne peut que par l’entremise de l’âme.

Je répète : l’âme est le siège de la personnalité. C’est là que sont la volonté, l’intelligence et les émotions de l’homme. De même que l’esprit est utilisé pour communiquer avec le monde spirituel, et le corps avec le monde naturel, ainsi l'âme se tient entre les deux  et emploie ses capacités à discerner si c’est le monde spirituel  ou le monde matériel qui doit régner. Quelques fois aussi, l’âme elle-même prend le contrôle de la personne par son intelligence, créant ainsi un monde intellectuel qui impose son hégémonie.  Pour que ce soit l’esprit qui gouverne, il faut le consentement de l’âme, autrement, l’esprit est incapable de régler le fonctionnement respectif de l’âme et du corps. Mais c’est à l’âme qu’il appartient de décider, parce que c’est en elle que réside la personnalité. En réalité, l’âme est le pivot de l’être entier, parce que c’est à elle qu’appartient la volonté de l’homme. Ce n’est que lorsque l’âme accepte de prendre une humble position que l’Esprit de Dieu se trouve  capable de diriger l’homme entier. Si l’âme s’insurge contre la position qu’on l’invite à prendre, l’esprit sera incapable d’exercer son empire. C’est ainsi que s’explique la libre volonté de l’homme ; l’homme n’est pas un automate qui obéit passivement à la volonté de Dieu. Il jouit au contraire d’un pouvoir souverain pour prendre les décisions de lui-même.  Il possède l’organe de sa propre volonté et peut choisir, ou de suivre la volonté de Dieu ou de lui résister pour suivre celle de Satan. L’esprit étant la plus noble partie de l’homme,  Dieu désire que ce soit Lui qui contrôle l’être entier. Cependant la volonté –qui est la partie cruciale de l’individualité - appartient à l’âme. C’est la volonté qui détermine si c’est l’esprit qui va gouverner,  ou bien le corps, ou même elle-même. Parce que l’âme possède une telle puissance et parce qu’elle est l’organe de l’individualité de l’homme. La Bible appelle l’homme «une âme vivante’’

 

I.1 :   LA CONSECRATION PRATIQUE

 

Les chapitres 6 et 7 du livre des Nombres retrace une progression stimulante dans la consécration par une croissance spirituelle.

 

I.1.1 : Séparation :   (Nombres 6.1-12)

Le Naziréen (celui qui est séparé), prototype du Seigneur Jésus était entièrement consacré à l’Eternel. Il se devait de s’abstenir du vin, symbole de joie naturelle (Psaumes 104.15 ; Eccl 10.19 ; Prov 31.6-7).

 Par sa consécration, l’homme trouve au contraire toute sa joie dans le Seigneur (Phil 4.4,10 ; Ps 34.6). Toute joie empruntée ou provoquée par autre chose que le Saint-Esprit pour reconnaître les bienfaits de Dieu serait comme si l’on ajoutait de l’ivresse à la soif (Deut 29.19), une espèce d’état de possession démoniaque. Dans la souffrance l’Apôtre se réjouit  (Phil 2.17-18).

Celui qui se consacre est sorti du monde, et ayant sorti le monde de son esprit et les habitudes du monde de sa vie. Alors, ne se nomme plus dans sa vie ce qu’on appelle si couramment «ma manière, ma préférence, ma coutume, mon habitude, mes…mes … ». Celui qui veut venir après moi, dit le Seigneur : «Qu’il renonce à lui-même ; qu’il se charge chaque jour de sa croix et qu’il me suive. Celui qui voudra sauver sa vie la perdra et celui qui la perdra à cause de moi la sauvera» (Luc 9.2.3).

La longue chevelure du naziréen, véritable honte pour l’homme (1 Cor 11.14),  était le signe visible de sa séparation du monde et son acceptation de l’opprobre par amour pour Dieu.

T’aimes-tu encore tellement que tu es prêt à défendre ta cause toi-même ? A ne pas pardonner, supporter les injustices, garder rancunes, avoir de la  haine, jalousie et malice alors que Dieu : «A moi la vengeance et la rétribution » (Rom 12.19).

Quel est encore le lien naturel, sentimental, égoïste, matériel ou spirituel qui rendent vain tes nombreuses décisions ou engagements verbaux de consécration ?

 Libère-toi maintenant de ces chaînes d’esclavage par le nom puissant de Jésus. Son précieux sang te donne le pouvoir sur une quadruple dimension.

Le sang de Jésus a coulé dans quatre circonstances revêtant des significations très différentes :

 

A- Son sang a coulé à Gethsémané :     (Luc 22.43 : Mt 26.36-46)

La libération de la volonté de «moi» pour la mettre au service de la volonté d’autrui a de tout temps été très difficile voire pénible eu égard à l’égoïsme, à l’égocentrisme, à l’amour de soi. Perdre sa vie, ses intérêts au profit d’un autre sans espoir de contrepartie est l’éternel combat que livre Satan à l’âme humaine afin de faire de la volonté de l’homme le point de départ du mal vers l’extérieur. Jésus, fils de l’homme dans sa condition humaine n’a pas échappé à ce dur, triste, pénible et douloureux combat. Il savait pourquoi il était venu dans le monde. Il était conscient par sa nature divine, conscient des enjeux de taille du combat de Golgotha et chaque seconde qui passait le rapprochait de ce terrible moment. Laissant de côté sa nature divine par laquelle il savait avec forte précision toutes les souffrances qui l’attendaient l’une après l’autre, libre d’utiliser cette nature divine pour passer outre la souffrance, plan de Dieu sur Lui en vue de notre salut, sachant que l’esprit est disposé mais que la chair est faible, il a dans une intense prière de trois heures lutter pour soumettre la volonté de la chair à celle de son Père.

Depuis combien de temps luttes-tu contre la volonté de Dieu dans ta vie ? Quant au renoncement de moi, de ma, de mon, ou de mes dans telle chose ou situation ? Sache cependant que : «Ces grumeaux de sang ont coulé pour libérer notre volonté afin que nous puissions dire comme Lui devant sa souveraineté : «Seigneur, non pas ma volonté, mais la tienne». Tu sais du fond de toi, que tu as souvent prononcé ces paroles des lèvres, mais ton cœur mentait. Parfois, tu l’as fait sincèrement pour capituler (rechuter) quelques instants après devant les difficultés. Alors acceptes-tu maintenant : 

               -Offrir tout ton corps à Dieu comme un sacrifice vivant pour que du feu de purification, Il brûle les interdits pour en faire un vase de son choix ?

               -Laisser que Dieu combatte les ronces et les épines de ta vie pour que tu sois un instrument de paix et de bénédiction pour les autres ?

               -Laisser ton dos pour qu’on laboure par le fouet, les injures, les calomnies et médisances au profit de la gloire de Dieu ?

               -Recevoir les crachats sur ta figure, supporter les injustices diverses car l’Apôtre Paul a porté sur lui et veux aussi que nous portions sur nous «les marques de Jésus» (Gal 6.17)

                -Pardonner à ceux qui te font tort et prier pour tes ennemis ?

Cesses de lutter, offre-toi et le sang de Jésus transformera ta volonté pour qu’elle serve Dieu. Au moment où tu fais cet acte de réelle alliance avec Dieu maintenant, puisses-tu laisser que chaque parole de ce cantique devienne pour toi une prière :

                -Aussi longtemps qu’étranger sur la terre, Je foulerai les sentiers douloureux

                  Fais qu’en tout temps, à tout bien je préfère, ce que tu veux, Seigneur !

                  Ce que tu veux 

               - Oui qu’en tout temps, sous la croix la plus dure, au jour mauvais comme au      

  jour radieux, je puisse dire éloignant tout murmure comme tu veux Seigneur !

  Comme tu veux !

-Je ne demande, O mon Dieu ! qu’une chose : Sois mon trésor, mon appui   précieux ; pour tout le reste, ordonne fait, dispose comme tu veux Seigneur ! Comme tu veux !

-Etablis donc sur mon cœur ton empire ; rège si bien et par de si doux nœuds que rien jamais ne m’empêche de dire : Comme tu veux, Seigneur ! Comme tu veux !

-Et puis un jour, sans trouble sans alarme, je chanterai sur des bords plus heureux, l’hymne qu’ici, je mêle avec mes larmes : Comme tu veux, Seigneur ! Comme tu veux !

 

B-  Le sang a coulé quand Il fut battu de verge (Mt 27.26 ; Jn 19.1)

      Le supplice de la flagellation chez les romains était une chose horrible qui précédait la crucifixion. Pilate, reconnaissant Jésus innocent, cru que cette flagellation qui à elle seule suffisait parfois pour provoquer la mort, obtiendrait par-là  l’approbation des accusateurs du Seigneur comme châtiment exemplaire, cautionnant sa libération (Luc 23.22 ; Jean 19.1-5).

Voici comment les romains procédaient à la flagellation : La victime était déshabillée jusqu’à la taille, puis on l’attachait, replié à un poteau. Ensuite, on le frappait sur le dos jusqu’à ce que toute la chair soit lacérée par des déchirures. Le fouet utilisé était constitué des lanières de cuir alourdies de plomb ou de petites pointes qui s’enfonçaient dans la chair provoquant des déchirures et faisant coule le sang. La flagellation provoquait une douleur atroce et affaiblissait considérablement la victime sur le plan physique, morale et occasionnait une forte tension nerveuse. Pour un innocent, supposez quelle haine ou idée de vengeance l’animerait ou le hanterait pour tuer quelques-uns uns de ses bourreaux avant de s’éteindre soi-même ou être achevé !  Pourtant à cause de toi, Christ a tout supporter afin que s’accomplissent les Ecritures  dans Esaïe 50.5-6 :

«Je n’ai point résisté»

 «Je ne me suis point retiré en arrière»

 «J’ai livré mon dos à ceux qui me frappaient »

 «Et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe »

 « Je n’ai point dérobé mon visage aux ignominies et aux crachats »

Toi donc, peux-tu dire comme le Seigneur, le modèle de la souffrance pour que s’accomplisse sur toi cette Parole de Dieu qui doit être le partage du croyant ?

Ce sang de la flagellation a coulé afin que par les meurtrissures de cet affreux supplice, tes maladies soient guéries (Es 53.5 ; 1 Pierre 2.24).

Crois-tu à la vérité et as-tu la foi pour en bénéficier de la grâce qui en découle ?

Décharge ta maladie sur Jésus qui a souffert pour toi comme substitut et tu verras la puissance de son précieux sang et alors, tu expérimenteras le miracle de Dieu.

 

Le sang a coulé par la couronne d’épines  (Mt 27.28-29 ; Jean 19.2-6)

La malédiction du péché d’Adam a eu pour conséquence, la terre stérile, les épines, les ronces, la pauvreté, les souffrances, d’où absence complète de bénédiction (Gen 3.17-18). En portant les épines sur sa tête, le sang qui en coulait a une puissance qui ôte la malédiction et nous rempli de toute sortes de malédictions en Christ (Gal 3.13-14 ; Eph 1.3).

Es-tu encore sous la malédiction ? Reconnais tes péchés, confesses-les et le sang de Jésus changera les malédictions d’hier en bénédictions d’aujourd’hui et demain.

La couronne d’épines est accompagnée des signes (manteau, couronne, sceptre) tous caractérisant des vérités prophétiques profondes :

         -Manteau : Les juifs se moquaient de Jésus comme Prophète (Mt 26.68).

Ils n’avaient plus de roi depuis environ 620 ans. Entre temps les prophètes comme les plus élevés les gouvernaient par les oracles de Dieu pendant 220 ans. Depuis Malachie jusqu’à la naissance du Messie, soit 400 ans après, Israël n’avait ni vrai roi, ni vrai prophète.

         Les romains à leur tour le revêtent de manteau écarlate (habit des chefs militaires et roi) en signe de moquerie. Toi, acceptes-tu Jésus pour Roi de ta vie ou te moques-tu toi aussi de Lui ?

          -Couronne : La couronne chez les romains est la marque d’autorité royale.

          -Le sceptre : Chez les romains, le sceptre est l’emblème de commandement.

Acceptes-tu Christ dans vie comme Roi, Monarque absolu pour régner, disposer, ordonner, commander et gouverner de manière souveraine, ou es-tu de ceux qui se plaignent de leurs sorts, admirent les hommes par motif d’intérêt refusant la honte pour rechercher leur propre gloire ?

 

Frère, accepte maintenant une fois pour toute la couronne et toutes les marques et signes de honte que peuvent t’infliger les hommes ou le diable ici bas afin qu’uni en esprit à Christ, la couronne de gloire d’honneur soit ton partage dans l’éternité (Apoc 2.7, 10-11,17, 26-28 ; 3.5,11-12,21).

 

Le  sang a coulé lorsqu’on a percé la côte de Jésus  (Jean 19.33-37)

La vie est dans le sang (Lév 17.11). Sans effusion de sang, il n’y a point de pardon (Héb 9.22). Dans l’Ancien Testament, le sang des animaux servait d’expiation (Gen 3.20-21 ; 4.4 Lév 4.22-26 ; 5.1-6). En attendant l’accomplissement de la promesse d’une promesse postérité d’Adam qui écraserait la tête du serpent après avoir été blessé au talon (Gen 3.15) dont le sang expiatoire laverait tout péché (Rom 3.25). Le sang de Christ qui a coulé sur la croix a satisfait les exigences divines dans sa justice pour le pardon de nos péchés et présente plusieurs aspects :

La condamnation : Nous sommes sauvés de la condamnation de la loi (Gal 3.13)

La substitution :    Il a pris notre place, portant sur Lui, la peine de nos châtiments

                                    (Lév 1.4 ; Esaïe 53.5-6 ; 1 Pierre 2.24)

3.   La propitiation :     Le sang démontre que la juste sentence de la loi qui

          (expiation)          nous  condamnait a été exécutée (Col 2.14). Ceci  transforme     

                                     le trône de jugement en trône de miséricorde (Héb 9.11-15) en

                                     trône de grâce (Héb 4.14-16)

4.   La réconciliation :  Les péchés qui dressaient un mur d’inimitié étant détruits par

                                     le sang de la croix, la réconciliation devient évidente

                                     (Eph 2.13-16)    

      5.   L’efficacité :            Toutefois que le croyant pèche, le sang de Jésus est toujours

                                             efficace pour effacer son péché quand il confesse. (1 Jn 1.5-9)  

      6.   La justification :      Nous croyons et marchons dans la lumière, sommes regardés

                                            ou considérés par Dieu comme justes à cause du sang de

                                           Christ.

      7.   La rédemption :   Naturellement, l’homme est esclave, vendu au péché (Rom 7.14)

                                        Condamné à la mort (Ez 18.4 ; Rom 6.23). Par son sang, Jésus

                                        Christ nous a rachetés de l’esclavage du péché et de la mort (1 Jn

                                        5.11-13 ; Héb 2.14-15). Il a par son sang, remporté la victoire de notre salut sur le diable et son système (Col 2.15). Par la rédemption, je suis sauvé, racheté pour appartenir, moi et tout ce qui peut être à moi, à Jésus Christ.    

Sens-tu encore les liens d’iniquité dans ta vie ? Es-tu encore sous l’empire démoniaque ? Sen-tu encore un fardeau étranger peser sur toi ? Acceptes la puissance du sang de Jésus pour ta délivrance car la malédiction est partie, et il n’y a plus de condamnation pour ceux qui sont en Jésus Christ, et qui marchent non selon la chair, mais selon l’Esprit (Rom 8.1 Version Colombe). T’appartiens-tu encore alors que tu es racheté par le sang de Christ pour demeurer propriété de Dieu ?

 

Les Saintes Ecritures retracent de manière concise et précise, l’indispensabilité du sang de Jésus dans tous les artères de la vie du croyant :

L’Eglise est acquise par le sang de Jésus  (Actes 20.28)

Nous sommes justifiés par le sang de Jésus (Rom 5.9)

Nous avons la rédemption et le pardon des péchés par le sang de Jésus (Eph 1.7)

Christ est notre paix en Dieu par son sang (Col 1.20)

Le sang de Jésus purifie la conscience des œuvres mortes (Héb 9.14)

Nous ne pouvons servir véritablement Dieu qu’à travers le sang de Jésus (Héb 9.14)

Le sang de Jésus est le sang de la sanctification (Héb 13.12)

Le sang de Jésus rachète de la vaine manière de vivre des ancêtres (1 Pierre 4.18-19)

Le sang de Jésus nous purifie de tout péché (1Jn 1.7)

Le sang de Jésus nous délivre de nos péchés (Apoc 1.5)

Le sang de Jésus rachète les hommes de toutes tribus pour Dieu (Apoc  5.9)

Le sang lave et blanchi la robe de ceux qui ont été mis à mort pour Christ (Apoc 7.14)

Le sang de Jésus est le gage de la victoire (Col 2.13-14)

Par la sante cène,nous sommes en communion avec le sang de Christ (1Cor 10.16)

Le sang de Jésus fait office d’alliance entre l’homme et  Dieu (1 Cor 11.25)

Le péché contre le sang de Jésus :

 

                      --     Mt 26.28

1Cor 11.17-22,27-29 

                      --       Héb 10.29

 

2. L’ADORATION  (Nombres 6.13-21)

 

L’adoration, les louanges, les actions de grâces caractérisent la vie de celui qui vit en Christ (Héb 13.15-16 ; Col 3.15-17). Dieu siège au milieu des louanges et doit être exalté en tout temps (Ps 34.2).

Combien de temps consacres-tu à l’adoration journalière ? N’as-tu du temps que pour te plaindre ? Réalise et expérimente la puissance des louanges (1 Thes 5.18) en toute chose bonne comme mauvaise à tes yeux et tu verras les miracles de Dieu en toi et autour de toi.

 

BENEDICTION  (Nombres6.22-27)

 

Devenir en Christ objet de bénédiction, le consacré doit par sa vie, ses actes, ses pensées et paroles communiquer la bénédiction de Dieu aux hommes. Comme dispensateur de la grâce, du mystère de Dieu (1 Cor 4.1-5), le consacré se doit en tout temps de bénir et jamais maudire (Rom 12.14-16 ; 1 Cor 4.11-13 ; Mal 2.7).

Puisque tu seras jugé pour tes paroles (Mt 12.36-37), examine tes paroles désormais, afin d’être toujours instrument de paix et de bénédiction pour les autres.

 

4. LE SERVICE       Nombres 7.1-89 ; Héb 13.12-16)

 

Celui qui est fidèle dans les petites choses l’est aussi dans les grandes (Luc 16.10). Le croyant a été sauvé pour servir :

Annoncer les vertus de Christ aux hommes (1 Pierre 2.9)

Dispenser les mystères de Dieu (1 Cor 4.1-2)

Exercer le ministère de la réconciliation (2 Cor 5.18-19)

Exerce les fonctions d’ambassadeur pour Christ (2 Cor 5.20)

Exerce les fonctions de sacrificateur pour Dieu (Apoc 5.10)

Equipé des dons pour le service (Rom 12.6-8)

Puisqu’il est dit ‘‘maudit soit celui qui fait avec négligence l’œuvre de l’Eternel’’ (Jér 48.10 ; Agée 1.2-11), certainement, tu n’es pas béni parce que tu as renoncé la raison de ta consécration. Par amour pour le service, plusieurs dédicacent (consacrent) des biens matériels à la gloire de Dieu.

Plusieurs conséquences sont le lot de ceux qui négligent le service :

Rébellion contre Dieu (Mt 28.19)

Ils sont fils de la colère (Rom 1.18)

Ils perdent la puissance divine en eux (Rom 1.16)

Jésus aura honte d’eux (Marc 8.38)

Ils sont des criminels aux yeux de Dieu (Ez 3.18 ; 22.30-31)

Ils sont des destructeurs (Prov 18.9)

Ils sont des mauvais ouvriers (Mt 25.30)

Ils sont anathèmes (1Cor 16.22)

Ils ont l’esprit anti-christ (Mt 24.14)

Ils sont privés de la présence et grâce de Dieu (Mt 28.20)

Ils sont sous la colère de Dieu (Rom 1.18)

etc.…

Tu comparaîtras devant le tribunal de Christ pour rendre compte de ton service (1 Pierre 4.17-19 ; 2 Cor 5.10). Du fond de ton âme, travailles-tu plus pour toi que pour Dieu ?

Ne fais-tu rien du tout ? Es-tu rétrograde parce que tu es  fatigué par trop de combats ?

Que diras-tu à Christ pour la confiance qu’il t’a faite en te disant : « Comme le père m’a envoyé, moi aussi, je t’envoie » ? Envoie-t-on  n’importe qui ? (Jn 20.21)

Lui diras-tu comme ce serviteur méchant : « J’avais peur de toi, parce que tu es un homme sévère, récoltant où tu n’as pas semé » ? (Luc 19.20-21)

Alors, médites sur ton sort et réveille-toi car Christ revient bientôt pour rendre à chacun selon son œuvre.

 

5.  LA VERITE   (Jean 18.38 ; 14.6)

 

Ponce Pilate posa cette question pertinente : Qu’est-ce que la Vérité ? (Jean 18.38).

Le Seigneur Jésus avait dit au Juifs qui avaient cru en Lui : « Si vous demeurez dans ma Parole, vous êtes vraiment mes disciples ; vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira (Jean 8.31-32).

Nous savons que la loi mosaïque avec toutes ses ordonnances constituait le principe de la vie juive. Depuis sa naissance jusqu’à sa mort, la marche, les activités, les relations devaient être selon les prescriptions scripturaires. Le sérieux et la profondeur de la Parole du Seigneur aux juifs doivent susciter en chacun des interrogations et même une remise en cause de certaines attitudes personnelles. Les juifs avaient toute la loi, mais le formalisme et la pratique extérieure et non intérieure avaient rendu inefficace toute la parole qu’ils avaient reçue pour la transformation de leur être (Mt 7.1-13). Le Seigneur Jésus dit : ‘‘Je suis le chemin, la vérité et la vie’’ (Jean 14.6). Ainsi, les Ecritures, Parole de Dieu révèle la vérité comme une personne que l’on doit accepter. Accepter Jésus, c’est reconnaître en Lui, le chemin de Dieu pour le bien, pour la vie ; c’est accepter sa mort expiatoire pour le salut ; c’est accepter le renoncement de soi pour se consacrer à Lui et se soumettre entièrement à Lui ; c’est accepter son règne absolu, souverain dans notre vie ; c’est se laisser désormais conduire par Lui qui est lumière ; C’est vivre désormais de sa vie (Gal 2.20) ; c’est désormais faire tout par Lui et pour Lui ; c’est accepter perdre mes droits et privilèges au profit de la seule volonté de Dieu.

Quiconque marche dans la vérité a ces caractéristiques dans sa vie. Il est délivré :

du désir d’être estimé

du désir d’être recherché

du désir d’être préférer à d’autres

du désir d’être loué

du désir d’avoir de l’influence

du désir d’approbation

du désir de paraître

du désir d’autorité 

Ainsi, la crainte d’humiliation, du mépris, des querelles, du ridicule, de la contradiction, d’être repoussé, du blâme, des injures et des calomnies (2 Cor 4.7-12 ; 6.3-10) ne constituent plus un obstacle sur sa route vers le ciel. 

Toutefois, quiconque n’a pas l’amour de la vérité, Dieu lui envoie une puissance d’égarement (2 Thes 2.11-12)

La vérité étant Christ, Christ est lumière (Jn 8.12) ; La pierre de l’angle, un rocher protecteur (1 Pierre 2.1-8), le berger (Jn 10.7,20) ; la Parole (Jn 1.1) , Dieu (Jn 1.1).

La Parole de Dieu étant essentiellement amour, celui qui hait son frère devient meurtrier et perd la vie éternelle (1 Jn 3.15). Toute la Parole de Dieu étant la vérité (Ps 119.142), rejeter un seul mot équivaudrait à tout détruire (Jacques 2.10) et toute la justice antérieure est oubliée (Ez 18.24). Rien ne doit être ajouté ou retranché de la Parole de Dieu (Deut 4.2 Prov 30.6 ; Gal 3.15 ; Apoc 22.18). La désobéissance à la vérité est semblable à la pratique sorcière et celui qui résiste devant la vérité est un idolâtre (1Sam 15.23).

Dans la marche de la foi, le croyant consacré fait à tout moment l’expérience de la sanctification par l’action du Saint-Esprit au moyen des Saintes Ecritures (2 Cor 3.18 ; Jn 16.8-11 ; 1 Thes 5.23-24). Par l’effet de la sanctification, les étapes de la vie du croyant sont ainsi énumérées : Tite 2.11-13 :

L’œuvre de la foi d’où conversion à Dieu en abandonnant les idoles (1 Thes 1.9 ;

Jean 6.28-29)

Le travail de son amour, c’est servir le Dieu vivant et vrai (1 Thes 1.9 ; Rom 12.11)

La fermeté de l’espérance, c’est attendre des cieux Jésus Christ (Phil 3.20-21)

Broches-tu quelque part ? Es-tu devenu stérile ou oisif dans la connaissance de Christ ? As-tu mis en oubli la purification de tes anciens péchés  devenant un chine qui mange ce qu’il a vomit ? Mets en pratique 2 Pierre 1.3-11 ; 2 Cor 13.5 ; Luc 15.17-20 et reviens vers ton Père.

 

Dr André CHOUBEU

Tél. (237) 77 75 71 60 / 2 12 34 72

E-mail : chandre403@gmail.com

Voir les commentaires

LE CHEMIN DU BRISEMENT

9 Janvier 2012 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

LE CHEMIN DU BRISEMENTle-christ-portant-sa-croix---francesco-zaganelli.jpg

 

(Esaïe 62.8-10 ; 27.4-5 ; 48.10-11 ; Deutéronome 8.2-3 ; Psaumes 105.16-45 ; Rom 8.28)

 

Introduction :

Dans le côté positif de l’adversité se trouve une ressource spirituelle de grande valeur pour voir la nature de Christ se manifestée en nous. A peine venons-nous d’embrasser le chemin de Dieu, que très vite, nous sommes fasciner par les miracles, la puissance, la manifestation des dons de puissance. Fasse à ces choses, notre tapioca comme on le dit si bien en africain gonfle (nous devenons orgueilleux) et nous croyons être parvenus aux sommités. Aussitôt, nous nous estimons meilleurs que les autres, les seuls aimés de Dieu. Dans le fond, c’est la grâce de Dieu qui agit en nous et non que la nature de Christ, but final de Dieu pour nous comme à se manifester. C’est en effet, cette nature de Christ là, qui est le but final du salut car sans elle, les desseins de Dieu en nous ne peuvent être véritablement atteints.

 

Le chemin de la régénération ou de la restauration introduit el croyant dans le Royaume de Dieu qui est personnel avant qu'il ne soit public, subjectif avant d’être objectif, individuel avant d’être corporatif ou collectif. Il ne s'agit ici pas de l'application d'un ensemble de codes externes, faire ceci et ne faites pas cela, mais consiste à avoir un ensemble de valeurs célestes, et consiste en l'alignement de votre vie à ces valeurs célestes au point d’une transformation délibérée, progressive, et vrai. C'est la règle non contestée et le gouvernement de Dieu qui est d'abord mis en place dans nos cœurs, puis il se déplace vers l'extérieur apportant ainsi un impact réel dans toutes les échelles de la société.

Il s'agit d'un mode de vie complet vécu dans l'obéissance à Dieu. Les lois de Dieu dans Son Royaume, et si nous sommes des citoyens de ce royaume de Dieu, les lois de Royaume prévaudront et régiront notre propre cœur, notre vie, nos portefeuilles, nos relations, nos préférences. Il règne sur tout. C'est le Royaume de Dieu. Il possède notre cœur et contrôle nos passions. Le Royaume de Dieu est le système d’opérations ou la réalité fonctionnelle et active du monde à venir.

Le Royaume de Dieu doit être interne. Les changements externes doivent être le reflet de la transformation intérieure, car en alignant nos cœurs de l’intérieur, Les règles de vies externes sont influencées et changées[1].

Il nous devient donc évident de comprendre qu’en résumé, le Royaume de Dieu n’est rien d’autre que la nature de Christ qui doit habiter et se manifester en nous et à travers nous pour impacter le monde afin que s’accomplisse ce qui est dit par Romains ‘‘la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l'enfantement en attendant la manifestant des fils de Dieu’’. Nous entendons ici, la manifestation de la nature divine en Christ dans la vie des sauvés afin que tout soit comme au début de la création dans l’harmonie du jardin d’Eden.

 

Définition : La régénération ou « palingenesia » en grec, communément appelée « nouvelle naissance est le changement de nature que produit en l’homme le Saint-Esprit qui communique à ce dernier, une nature nouvelle. La justification change le statut de pécheur que le coupable avait devant Dieu, mais la régénération transforme son être moral et spirituel. La justification intervient à cause de la culpabilité ; la génération est rendue nécessaire à cause de la corruption.

La restauration implique la réparation, le rétablissement, la remise en bon état ou en ordre ce qui avait été déséquilibré.

 

Processus : le chemin de la restauration qui suit la régénération est une méthode exclusivement divine et souvent mal comprise. Elle est essentiellement due :

 

 * non à cause des œuvres : Job 9:20 15:14 25:4 Ps 143:2 Esa 57:12 Lu 10:27-29 ; Ro 3:20,28 4:5 9:11,16,30 11:6 Ga 2:16 3:16-21 Eph 2:4,8,9 ; 2Ti 1:9

* mais selon sa miséricorde : 4 Ps 62:12 86:5,15 130:7 Mic 7:18 Lu 1:50,54,72,78 ; Eph 1:6,7 Heb 4:16 1Pe 1:3 2:10

* de la régénération : Jean 3:3-5 1Co 6:11 Eph 5:26 1Pe 3:21

* le renouvellement : Ps 51:10 Ro 12:2 Eph 4:23 Col 3:10 Heb 6:6

 

Pour atteindre ses objectifs, Dieu agit comme dans Jérémie 18.1-6 dans le but d’atteindre les trois aspects du travail du potier :

  1. Modèlement : le modèle est la forme extérieure, la structure, la construction, l’apparence. Notre modèle s’affiche alors par notre caractère, notre comportement et notre conduite. Ceci introduit notre manque d’intégrité, la duplicité, la malice etc.…
  2. Tourner le tour : Lorsque le potier mélange l’argile au tour et tourne, il y a une espèce de malaxation qui vise à l’accommodation de l’argile qui est appelé à former un seul corps en vue de la forme qui lui est réservée. Cet aspect fait appel aux circonstances de la vie (agitation, trouble, perturbation, difficultés…) qui permettent qu’on soit façonné.
  3. Processus du potier : Ce processus et la façon dont le potier procède pour toucher l’argile. Dieu touche notre vie, manipule, maintient et dirige le pot vers lui pour que notre vie soit façonnée à sa façon et bien près de lui. 

Méthodes diverses :

  1. Voie de rejet : Joseph passe par le rejet pour devenir Premier Ministre.
  2. Voie de la perte : Dieu peut vouloir que nous perdions une chose afin de nous introduire dans l’excellence de ses dons pour nous. Paul a considéré tout le privilège du passé comme une perte à cause de l’excellence de la connaissance de Christ (Phil 3.7-9). Si nous ne perdons pas nos vieilles attitudes, nous ne pouvons entrer dans les nouvelles.

-      Ruth perd son mari pour épouser Boaz.

-      Anne perd son mari pour devenir intercesseuse en vue du salut.

-      Moïse perdit sa position de roi d’Egypte pour devenir libérateur d’Israël

  1. Voie de l’incompréhension : Dieu permet aussi que nous soyons incompris, puis rejeter pour entrer dans les bénédictions divines.

-      Noé incompris, fabriqua l’arche selon le plan, le modèle et le temps de Dieu en vue de son salut et de celui de sa famille.

-      Christ, incompris, fut crucifié pour notre salut et entra dans sa gloire

-      Jean incompris, fut jeté dans l’île de Patmos après avoir échappé à l’huile bouillante et reçu la révélation divine d’Apocalypse pour l’église.

  1. Voie de l’humiliation : Dieu permet parfois (Eccl 7.21-22) que nous soyons humiliés pour changer de caractère

-      Jacob chez son oncle Laban

-      David chassé par Absalom

  1. Voie d’accusation, de mépris, d’insultes : Dieu permet ces choses pour nous apprendre à rechercher sa face, devenir humble, savoir pardonner et compter sur lui seul. Cette méthode nous aidera aussi à voir nos fautes pour pouvoir nous repentir.

-      Joseph accusé passa de chez Potiphar à la prison de l’Egypte en vue de son accession au poste de la primature.

-      Jésus subit ces atrocités en vue d’accomplissement de la prophétie d’Esaïe 53

-      Job insulté par ses amis reconnu ses iniquités et se remis à Dieu (Jos 42).

 

Conclusion : Pour parvenir à ce niveau élevé d’intimité avec Dieu il faut être élève obéissant inscrit  à l’Ecole de Dieu. Les voies de Dieu sont toujours meilleures car dit-il : « Car je connais les projets que j’ai formés sur vous, dit l’Eternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance » (Jér 29.11).

Les voies de Dieu sont les méthodes divines par lesquelles il nous forme dans son école en vue de nous faire entrer dans ses desseins rédemptifs pour nous. Le prophète Esaïe dans ses propos nous aide à comprendre que le chemin de régénération quipasse par le brisement total en ces termes : ‘‘Il n'y a point en moi de colère; mais si je trouve à combattre des ronces et des épines, Je marcherai contre elles, je les consumerai toutes ensemble, à moins qu'on ne me prenne pour refuge, qu'on ne fasse la paix avec moi, qu'on ne fasse la paix avec moi’’ (Esaïe 27.4-5). Poursuivant la description de ce merveilleux, mais très difficile parcours car contraire à nos aspiration charnelle, le Prophète dit encore : ‘‘Je t'ai mis au creuset, mais non pour retirer de l'argent; Je t'ai éprouvé dans la fournaise de l'adversité. C'est pour l'amour de moi, pour l'amour de moi, que je veux agir; car comment mon nom serait-il profané? Je ne donnerai pas ma gloire à un autre’’ (Esaïe 48.10-11).

 

Laissons donc Dieu nous mouler, nous façonner au lieu de passer notre séjour terrestre au comptoir des réclamations, des murmures, des critiques, des comparaisons, des jugements, des plaintes diverses infondés.

 

Un jour, un frère fit cette prière poussé par l’Esprit Saint : « Seigneur, tu m’as secoué, secoué, j’ai murmuré, mais je n’ai pas compris que tu m’aimais. Tu voulais faire tomber les branches mortes pour que je rajeunisse, mais je voulais m’attacher toujours à mes vieilles méthodes. Je me repens, Seigneur, je me soumets Seigneur, je suis vaincu, je me livre, fais de moi ce que tu veux. Je te supplie, Seigneur, accepte-moi tel que je suis ». Puissions-nous dès ce pas, être comme ce frère, en rejetant l’attachement criminel et cruel à notre nature charnelle à laquelle nous attachons encore tant de valeur. ‘‘C'est déjà certes un défaut chez vous que d'avoir des procès les uns avec les autres. Pourquoi ne souffrez-vous pas plutôt quelque injustice? Pourquoi ne vous laissez-vous pas plutôt dépouiller?’’ (1 Cor 6.7).

 

Dr André CHOUBEU



[1] Cette expression détaillée de ce qu’est le royaume de Dieu vient du site http://www.portedunordglobale.org

 

 

Voir les commentaires