LA FEMME ENVELOPPEE DU SOLEIL, L’ENFANT MALE ET LE DRAGON - Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

LA FEMME ENVELOPPEE DU SOLEIL, L’ENFANT MALE ET LE DRAGON

14 Mai 2013 , Rédigé par Dr André CHOUBEU

LA FEMME ENVELOPPEE DU SOLEIL, L’ENFANT MALE ET LE DRAGON

Les événements décrits dans ce chapitre marquent le commencement de la tribulation de sept ans, après l’enlèvement de l’Eglise. Les chapitres 6 à 11 nous ont présenté la vision sous l’angle des Juifs. Le chapitre 11 présente les deux témoins, la résurrection des saints de l’Ancien Testament et des martyrs en général, à la fin de la tribulation, et le commencement du règne de mille ans. Avec ce chapitre 11 se termine la vision sous l’angle des Juifs. Pour cette raison, le chapitre 12 ne peut pas être la prolongation du chapitre 11. Au contraire, il présente le début de la même vision, sous l’angle de l’Eglise. On peut dire qu’il décrit la même vision des événements futurs, comme un saint du Nouveau Testament les verrait. Étudions cette vision dans le détail.

«Un grand signe parut dans le ciel: une femme enveloppée du soleil, la lune sous ses pieds, et une couronne de douze étoiles sur sa tête. Elle était enceinte, et elle criait, étant en travail et dans les douleurs de l’enfantement » (Apoc. 12:1-2).

Jean contemple un grand signe dans le ciel: en d’autres termes, c’est la vision de quelque chose qui se passe dans les lieux célestes. Voici ce qu’il voit:

1. Une femme enveloppée du soleil,

2. La lune sous ses pieds,

3. Et une couronne de douze étoiles sur sa tête.

4. Elle était enceinte, et elle criait, étant en travail et dans les douleurs de l’enfantement.

De nombreux livres ont été écrits par d’éminents spécialistes de la Bible, pour tenter de prouver que la femme enveloppée du soleil était Israël, ou la Vierge Marie. Ceux qui prétendent qu’il s’agit d’Israël sont répartis en deux groupes, selon leur interprétation. Les premiers disent que «l’enfant mâle» représente Jésus-Christ, qui est né au temps marqué dans l’une des tribus d’Israël. Les seconds disent que «l’enfant mâle» représente les 144.000 qui reçoivent le sceau de Dieu pendant la seconde moitié de la tribulation de sept ans. Les Catholiques Romains croient fermement que la femme enveloppée du soleil est la Vierge Marie, et que «l’enfant mâle» est Christ, qui est monté au Ciel après Sa résurrection. Aucune de ces interprétations ne correspond à l’enseignement de la Parole de Dieu.

1. Dans Apoc. 4:1, Jean entend une voix qui lui dit: «Monte ici, et je te ferai voir ce qui doit arriver dans la suite.» «Ce qui doit arriver dans la suite» décrit évidemment les événements de la fin des temps. Les événements tels que la naissance de Christ, Son ascension, etc..., s’étaient déjà produits lorsque Jean a reçu sa vision. 2. Ni Israël ni la Vierge Marie n’ont été exaltés dans les lieux célestes avant la naissance de Christ.

3. Le fait que Christ devait naître d’une vierge n’était pas un mystère caché, au moment où Jean eut la vision. 4. Il est dit que cette femme «s’enfuit dans le désert, où elle avait un lieu préparé par Dieu.» Nous ne lisons nulle part dans la Bible que Dieu avait préparé une place pour Israël ou pour Marie, afin de les garder, en particulier après la naissance de Christ. 5. S’il était vrai que les 144.000 du chapitre 7 constituent «l’enfant mâle,» ceux-ci n’ont jamais été enlevés «vers Dieu et vers son trône.» Ils ont seulement reçu le sceau de Dieu sur leur front, pour être préservés afin d’entrer dans le Millénium. Cette femme n’est personne d’autre que l’Eglise du Nouveau Testament, remplie du Saint-Esprit. Paul, parlant de l’Eglise, dit:

«Mais la Jérusalem d’en haut est libre, c’est notre mère» (Galates 4:26). L’Eglise est aussi appelée l’Epouse, ou la «femme» de l’Agneau (Apoc. 19:7; 21:9; Ephésiens 5:25-31).

«Une femme enveloppée du soleil»: Jésus est appelé «le soleil de la justice» (Malachie 4:2). Lorsque Jésus a été transfiguré sur la montagne, Son visage est devenu resplendissant comme le soleil, et Ses disciples Le virent glorieusement enveloppé de Sa justice intérieure. Pierre, qui avait contemplé cette vision sur la montagne, dit que lorsque nous souffrons joyeusement pour Dieu, le même «Esprit de gloire» et de Dieu repose sur nous (1 Pierre 4:14). Jésus, le «Soleil de la Justice,» révèle Sa plus grande justice et Sa plus grande gloire dans, et au travers de l’Eglise. Par conséquent, la femme enveloppée du soleil met l’accent sur le fait que l’Eglise partagera la justice et la gloire même de Christ. Le plus grand désir de Paul était d’être trouvé en Lui, non pas avec sa propre justice, «mais avec celle qui s’obtient par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu par la foi» (Philippiens 3:9).

«La lune sous ses pieds»: La femme avait la lune sous ses pieds. Dieu avait créé la lune comme un luminaire plus petit, pour présider à la nuit. Mais la lune n’a aucune clarté ni aucune gloire qui lui soit propre. Il faut pour cela qu’elle soit éclairée par le soleil. Elle tire sa lumière du soleil, et la réfléchit sur la terre. La lune signifie donc la grâce de Dieu, qui règne «par la justice pour la vie éternelle, par Jésus-Christ notre Seigneur» (Romains 5:21). Concernant sa vie de vainqueur et son ministère efficace, Paul a toujours confessé: «Non pas moi, mais Christ» ou «non pas moi, mais la grâce de Dieu qui est avec moi» (Galates 2:20; 1 Cor. 15:10). Ainsi, la femme debout sur la lune, ou ayant la lune sous ses pieds, nous parle de l’Eglise qui tient debout par la grâce de Dieu. Comme le dit Paul: «Etant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, à qui nous devons d’avoir eu par la foi accès à cette grâce, dans laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l’espérance de la gloire de Dieu» (Romains 5:1,2).

«Une couronne de douze étoiles sur sa tête»: La Bible Newburry dit qu’il s’agit de la «couronne à douze étoiles du vainqueur.» La «couronne» fait référence à notre appel à mener une vie de victoire, pour régner finalement avec Christ (Apoc. 2:10; 3:21). Les «étoiles» désignent les «anges» ou les serviteurs de Dieu dans l’Eglise (Apoc. 1:20). Les «douze étoiles» font donc référence aux douze apôtres, et aux saines doctrines que nous avons reçues des apôtres de Christ. Dieu nous exhorte à mener notre combat spirituel en nous conformant aux enseignements apostoliques, et à mener une vie de vainqueur. Sinon, nous ne recevrons pas la couronne des vainqueurs. Paul dit: «L’athlète n’est pas couronné, s’il n’a pas combattu selon les règles» (2 Timothée 2:5).

«Elle... criait, étant en travail et dans les douleurs de l’enfantement

»: Un travail d’enfantement dans la prière fait partie intégrante de notre vie de vainqueurs. L’Eglise de Dieu, ou encore le peuple de Dieu rempli du Saint-Esprit, crie et est en travail dans les douleurs de l’enfantement, pour être sanctifié et être trouvé parfait lors de la venue du Seigneur. «Nous aussi, qui avons les prémices de l’Esprit, nous aussi nous soupirons (ou nous combattons dans la prière) en nous-mêmes, en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps» (Romains 8:23). Conscient de cette vérité vitale, Epaphras, serviteur de Christ, combattait toujours avec ferveur dans la prière, afin que son Eglise soit parfaite et pleinement persuadée, et qu’elle persiste «dans une entière soumission à la volonté de Dieu» (Col. 4:12).

«Et un autre signe parut encore dans le ciel; et voici, c’était un grand dragon rouge, ayant sept têtes et dix cornes, et sur ses têtes sept diadèmes. Sa queue entraînait le tiers de étoiles du ciel, et les jetait sur la terre. Le dragon se tint devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer son enfant, lorsqu’elle aurait enfanté» (Apoc. 12:3,4).

Jean voit un autre signe dans le ciel. Cette vision concerne également ce qui se passe dans les lieux célestes. Voici ce qu’il voit:

1. Un grand dragon rouge, ayant sept têtes et dix cornes...

2. Et sur ses têtes sept diadèmes.

3. Sa queue entraînait le tiers des étoiles du ciel, et les jetait sur la terre.

4. Il se tint devant la femme..., afin de dévorer son enfant, lorsqu’elle aurait enfanté.

Cette seconde vision lui montre le dragon se tenant devant la femme dans les lieux célestes. Le dragon est Satan lui-même (Apoc. 12:9). Nous savons que Satan et ses anges sont des esprits déchus, et qu’ils demeurent dans les lieux célestes, depuis qu’ils ont été chassés du Ciel (Ephésiens 6:12). Le chapitre 12 de l’Apocalypse nous révèle que Satan sera précipité sur la terre (depuis les lieux célestes), dès que l’enfant mâle (l’Eglise des vainqueurs) aura été enlevé vers le trône de Dieu (Apoc. 12:5).

La femme enveloppée du soleil demeure dans les lieux célestes tout au long de la période du Nouveau Testament. Satan aussi demeure dans les lieux célestes pendant toute la durée de la même période. Il est l’ennemi de l’Eglise.

«Ayant sept têtes et dix cornes»: Le chiffre sept est le chiffre de la perfection. Ici, les «sept têtes» désignent la perfection dans le péché, car le diable est «pécheur dès le commencement» (Jean 8:44). Les «sept têtes» suggèrent aussi qu’il est le maître des sept empires mondiaux suivants: L’Egypte, l’Assyrie, Babylone, L’Empire Médo-Perse, la Grèce, Rome, et l’Empire de la Bête, c’est-à-dire l’Empire de l’Antichrist, qui prendra le pouvoir après l’enlèvement de l’Eglise.

Les «cornes» représentent la force et la puissance. Les «dix cornes» représentent les «royaumes» fédérés qui, dans les derniers temps, se soumettront à l’Antichrist, qui recevra lui-même sa puissance du dragon. (Pour avoir des explications complémentaires concernant les «sept têtes» et les «dix cornes,» voir les notes de Apocalypse chapitre 17:3,9).

«Et sur ses têtes sept diadèmes»: Les «diadèmes», ou couronnes, représentent le règne et l’autorité. Comme nous l’avons déjà vu, le diable a autorité sur les rois de cette terre et sur les nations. Il est appelé «le prince de la puissance de l’air» (Ephésiens 2:2), et «le dieu de ce siècle» (2 Cor. 4:4).

«Sa queue entraînait le tiers des étoiles du ciel, et les jetait sur la terre»: Les «étoiles» représentent les serviteurs de Dieu, qui sont dans Sa main droite (Apoc. 1:20; 2:1). Comme cette vision concerne des événements du futur proche, ces «étoiles» ne font pas référence aux «anges déchus,» mais aux saints et aux serviteurs de Dieu qui brillent actuellement comme des étoiles. Le messager de Dieu dit à Daniel: «Ceux qui auront été intelligents brilleront comme la splendeur du ciel, et ceux qui auront enseigné la justice à la multitude brilleront comme les étoiles, à toujours et à perpétuité» (Daniel 12:3).

La «queue» du dragon représente la subtilité de Satan, dont il se sert pour introduire dans l’Eglise certaines doctrines pernicieuses pour corrompre les pensées des saints de Dieu, afin de les détourner de la simplicité qui est en Christ. Paul dit que Satan envoie ses propres «faux apôtres,» des ouvriers trompeurs, qui se déguisent en apôtres de Christ. Satan lui-même peut se transformer en «ange de lumière» (2 Cor. 11:3,4,13,14). «Le prophète qui enseigne le mensonge, c’est la queue» (Esaïe 9:15).

«Le dragon se tint devant la femme..., afin de dévorer son enfant, lorsqu’elle aurait enfanté»: Lorsqu’il est dit que le dragon tente de dévorer l’enfant, il s’agit d’une expérience spirituelle, qui doit être interprétée de manière spirituelle. Nous avons déjà vu que la femme, tout comme le dragon, demeurent dans les lieux célestes pendant toute la période de l’Eglise, c’est-à-dire depuis le jour de la Pentecôte jusqu’à l’enlèvement de l’Eglise. Au cours de cette période, l’Eglise doit être édifiée dans le caractère de Jésus. «Pour vous, bien-aimés, vous édifiant vous-mêmes sur votre très sainte foi, et priant par le Saint-Esprit, maintenez-vous dans l’amour de Dieu, en attendant la miséricorde de notre Seigneur Jésus-Christ pour la vie éternelle» (Jude 20,21). Mais avant qu’une personne puisse être ainsi édifiée, Satan envoie ses esprits méchants pour détruire le bon caractère de cette personne et la faire rétrograder.

Ce travail de Satan se poursuit dans les lieux célestes, dans le monde spirituel. Ceci ne peut pas être compris par l’homme charnel. C’est pourquoi l’Esprit de Dieu dit à l’Eglise: «Que celui qui a des oreilles entende...» (Apoc. 2:7). Quant aux apôtres, ils exhortaient l’Eglise, disant: «Travaillez à votre salut avec crainte et tremblement» (Philippiens 2:12). Ils les pressaient à faire partie de ceux qui pourront dire: «J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé ma course, j’ai gardé la foi» (2 Timothée 4:7). Mais les yeux du dragon épient davantage l’enfant mâle que la femme, parce qu’il est certain que cet enfant mâle est digne de monter sur le trône, et qu’il sera enlevé. Même aujourd’hui, les efforts principaux de Satan sont concentrés sur les élus, ou les saints qui vivent en vainqueurs, et qui sont, pour ainsi dire, cachés dans l’Eglise. Puisse le Seigneur illuminer les yeux de notre compréhension spirituelle, pour que nous puissions voir ces choses.

«Elle enfanta un fils, qui doit paître toutes les nations avec une verge de fer. Et son enfant fut enlevé vers Dieu et vers son trône» (Apoc. 12:5).

La véritable Eglise est appelée «l’enfant mâle,» pour les raisons suivantes:

Bien que tous les chrétiens baptisés du Saint-Esprit forment l’Eglise de Dieu, tous ne seront pas enlevés au retour du Seigneur. L’apôtre Paul dit qu’il est décidé à parvenir, s’il le peut, «à la résurrection d’entre les morts» (Philippiens 3:11). Cela signifie qu’il y aura une résurrection d’entre les morts des saints parvenus à la perfection, et que cette résurrection sera sélective. C’est pour cela qu’il nous faut courir vers le but, «pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ» (Philippiens 3:14). C’est pour cela que l’Eglise doit combattre. Ainsi, seuls seront enlevés ceux qui auront atteint le but et qui auront «gagné Christ» (Philippiens 3:8), parce qu’ils auront tout surmonté. Ceux-là seuls constituent «l’enfant mâle.» L’Eglise qui doit être enlevée est comparée à un enfant. Christ a dit à Ses disciples: «Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux» (Matthieu 18:3). Cela signifie que nous devons grandir dans l’humilité. Christ, qui est le Dieu Tout-Puissant, est représenté comme un Agneau, à cause de Son humilité.

L’Eglise, qui est l’Epouse de l’Agneau, doit devenir aussi humble que Lui. Paul dit: «Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ, lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et après s’être trouvé dans la situation d’un homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix» (Philippiens 2:5-8). Chaque doctrine de Christ est une étape sur le chemin de l’humilité. Seuls ceux qui s’humilient comme de petits enfants peuvent être unis en un corps parfait. C’est la raison pour laquelle l’Eglise qui est enlevée vers le trône de Dieu est appelée «l’enfant mâle.» Bien que Christ soit modeste, doux et humble comme un agneau, Il est pourtant aussi appelé le Lion de Juda, parce qu’il a vaillamment affronté Satan et ses attaques, comme un lion, et Il l’a vaincu. De même, bien que Dieu nous exhorte à être humbles comme des enfants, Il veut que nous soyons des «hommes,» de bons soldats de Christ remplis de vaillance, pleins d’assurance comme des lions, afin de vaincre Satan. Paul dit: «Soyez des hommes, fortifiez-vous» (1 Cor. 16:13). Dans sa première épître, Jean écrit: «Je vous ai écrit, jeunes gens, parce que vous êtes forts, et que la parole de Dieu demeure en vous, et que vous avez vaincu le malin» (1 Jean 2:14). Paul dit aux Corinthiens: «Pour la malice, soyez enfants, et, à l’égard du jugement, soyez des hommes faits» (1 Cor. 14:20). L’Eglise, Corps de Christ, doit grandir jusqu’à la mesure de la stature parfaite de Christ, à l’état d’homme fait. C’est pourquoi l’Eglise qui est enlevée vers le trône de Dieu est appelée «un enfant mâle.» Cet enfant mâle, l’Eglise, constitue un seul corps. Nous qui sommes plusieurs, nous ne formons qu’un seul corps. «Il n’y a ici ni Grec ni Juif, ni circoncis ni incirconcis, ni barbare ni Scythe, ni esclave ni libre; mais Christ est tout et en tous» (Colossiens 3:11). L’enfant mâle ne désigne donc pas une seule personne, mais l’assemblée des saints, des élus qui, parmi l’Eglise baptisée dans le Saint-Esprit, ont vaincu le dragon ou Satan. «Ils (le groupe élu) l’ont vaincu à cause du sang de l’agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort» (Apoc. 12:11).

Bien que l’Eglise prie d’une manière générale, dans le monde entier, ceux qui sont les élus, au sein de l’Eglise, sont ceux qui crient à Dieu nuit et jour, qui combattent avec ferveur dans la prière pour vaincre toutes choses et être transformés à l’image du Seigneur, afin de pouvoir être enlevés à Sa venue. Ils croissent en force et en puissance dans leur être intérieur, et sont remplis de sagesse, pour pouvoir paître toutes les nations avec une verge de fer, c’est-à-dire la verge de l’autorité et de la fermeté de caractère. Tous ceux qui sont baptisés dans le Saint-Esprit et qui forment actuellement l’Eglise ne seront pas enlevés. Seuls les vainqueurs, les saints qui constituent l’enfant mâle, seront enlevés lorsque le Seigneur viendra.

L’enfant mâle ne représente pas les 144.000 Israélites

Certains enseignent que l’enfant mâle représente les 144.000 Israélites que les anges ont marqués du sceau sur leur front, comme nous le lisons au chapitre 7. Ceci n’est pas l’interprétation correcte, pour les raisons suivantes:

1. Les Israélites sont marqués du sceau par les anges, alors que l’enfant mâle naît de l’Eglise, qui est scellée par le Saint-Esprit (Eph. 4:30).

2. Ce n’est qu’après l’enlèvement de l’enfant mâle (les vainqueurs) sur le trône de Dieu que ces 144.000 Israélites reçoivent le sceau, au milieu de la grande tribulation.

3. Il n’est pas dit que ce sont les 144.000 Israélites qui sont enlevés vers Dieu et Son trône. En ce qui les concerne, ils sont préservés de la mort pour entrer dans le Millénium sur la terre. 4. Le pouvoir de paître toutes les nations avec une verge de fer n’appartient qu’à Christ et à l’enfant mâle (l’Eglise des vainqueurs) (Apoc. 2:26,27; 12:5; 19:15). Il n’est dit nulle part dans les Ecritures que ce sont les 144.000 Israélites qui reçoivent ce pouvoir.

5. Les 144.000 Israélites du Chapitre 7 ne sont qu’un groupe d’Israélites, alors que l’enfant mâle est composé de toutes les nations, baptisées en un seul corps par le Saint-Esprit. «Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres, et nous avons tous été abreuvés d’un seul Esprit» (1 Cor. 12:13). 6. C’est par le ministère éternel d’un tel Corps de Christ sanctifié, l’enfant mâle, que toutes choses seront réunies dans les cieux et sur la terre (Ephésiens 1:9,10). Paul parle de cela comme étant le mystère de la volonté de Dieu, révélé aux seuls apôtres et prophètes. «Nous faisant connaître le mystère de sa volonté, selon le bienveillant dessein qu’il avait formé en lui-même, pour le mettre à exécution lorsque les temps seraient accomplis, de réunir toutes choses en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre» (Ephésiens 1:9,10). Mais les 144.000 Israélites sont appelés «serviteurs de Dieu,» ce qui implique qu’ils ont un ministère à accomplir sur la terre au cours du règne de mille ans. 7. Pour être enlevé vers le trône de Dieu et vers Dieu, il est nécessaire d’être un avec Christ et avec Dieu. Ceci fut la prière de Christ concernant Ses disciples et Son Eglise. «Ce n’est pas pour eux seulement que je prie, mais encore pour ceux qui croiront en moi par leur parole, afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un comme nous sommes un» (Jean 17:20-22).

Ceci était le désir de Jésus concernant à la fois les Juifs et les païens, qui sont devenus le Corps de Christ au cours de la dispensation de la grâce. Cependant, les 144.000 Israélites ne font pas partie du Corps de Christ, parce qu’ils ne commencent leur ministère qu’après l’enlèvement de l’enfant mâle, au milieu de la tribulation de sept ans.

8. Il n’y aura aucun martyr parmi les 144.000 Israélites, parce qu’ils seront marqués du sceau pour être gardés en vie et entrer dans le règne de mille ans, alors que le groupe représenté par l’enfant mâle comprend des martyrs, tels que les apôtres, Etienne et d’autres encore, qui sont morts pour la Parole de Dieu, au cours de la période de la Grâce.

Pour toutes ces raisons, nous comprenons que l’enfant mâle soit différent des 144.000 Israélites.

Les autres noms donnés au fils mâle constituant l’Eglise

Le fils mâle constituant l’Eglise est appelé de bien d’autres noms dans la Parole de Dieu, selon la relation qui existe entre Christ et l’Eglise. Voici certains de ces noms:

L’Eglise Ephésiens 1:22

La femme de l’Agneau Eph. 5:32; Apoc 21:9

Le temple, l’habitation de Dieu Ephésiens 2:21,22

Le soldat, le combattant Ephésiens 6:10-17

L’homme fait Ephésiens 4:13

La vierge 2 Corinthiens 11:3

La Nouvelle Jérusalem Apoc. 21:10

L’assemblée des premiers-nés Hébreux 12:23

Les prémices Jacques 1:18; Rom. 8:23

Le Corps de Christ Ephésiens 1:23

La colombe Cantique des cantiques 6:9

Le royaume de Dieu Matthieu 16:28; Héb. 12:28

Le précieux fruit Jacques 5:7

L’Epouse de Christ Apoc. 19:7

Les élus 1 Pierre 1:2

Une vigne Cantique des cant. 7:12

Un jardin fermé Cantique des cant. 4:12; 5:1

Un palmier Cantique des cant. 7:8

Une source fermée Cantique des cant. 4:12

L’héritier Romains 8:17

Il y a encore bien d’autres épithètes pour désigner le fils mâle constituant l’Eglise.

«Et la femme s’enfuit dans le désert, où elle avait un lieu préparé par Dieu, afin qu’elle y fût nourrie pendant mille deux cent soixante jours» (Apoc. 12:6).

La femme qui s’enfuit dans le désert représente le reste de l’Eglise, après l’enlèvement de l’Epouse. Ce reste comprend deux groupes:

1. Ceux qui garderont les commandements de Dieu.

2. Ceux qui ne les garderont pas.

Le désert mentionné ici ne concerne pas un endroit particulier, mais désigne le monde entier, parce que la terre elle-même sera comme un désert à cette époque, en raison de la pénurie de nourriture spirituelle. La Parole de Dieu ne sera plus prêchée sur la terre. Satan, l’Antichrist et le faux prophète seront les maîtres de la terre (Apoc. 13:2,5). La femme, qui était jusqu’ici dans les lieux célestes, au bénéfice des bénédictions spirituelles, est maintenant abaissée sur le plan terrestre. Cependant, ceux qui garderont les commandements de Dieu et le témoignage du Seigneur Jésus-Christ recevront la grâce de Dieu. Ce sera un temps de grâce et de miséricorde qui ne durera que trois ans et demi, ou encore mille deux cent soixante jours.

Dans la parabole des dix vierges, Jésus précise que «cinq d’entre elles étaient folles, et cinq sages.» Cette parabole correspond à la première moitié de la tribulation de sept ans, parce que:

1. Il est dit que «toutes (aussi bien les folles que les sages) s’assoupirent et s’endormirent,» alors qu’il est demandé à l’Eglise, pendant la période de la Grâce, de veiller constamment. «Ne dormons donc point comme les autres, mais veillons et soyons sobres. Car ceux qui dorment, dorment la nuit, et ceux qui s’enivrent, s’enivrent la nuit» (1 Thessaloniciens 5:6,7). Les vierges folles et les vierges sages, toutes endormies, font référence à l’expérience de ceux qui seront laissés après l’enlèvement, et qui traverseront la période de la tribulation, que Jésus appelle «la nuit où personne ne peut travailler.» Par conséquent, le «milieu de la nuit» fait référence au milieu de la tribulation de sept ans.

2. Certains anciens manuscrits font apparaître le premier verset de Matthieu 25 de la manière suivante: «Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l’époux et de son épouse.» Le sens est alors clair.

Jésus ne vient pas pour prendre dix vierges, mais «une vierge pure» (2 Corinthiens 11:2). Il est donc évident que Jésus vient d’abord enlever Sa vierge pure, qui devient Son Epouse, et qu’Il revient chercher les vierges sages, à la fin de la première moitié de la grande tribulation, pour les rassembler dans le Ciel. «Ce sont ceux qui viennent de la grande tribulation; ils ont lavé leurs robes, et ils les ont blanchies dans le sang de l’agneau» (Apoc. 7:14). Les vierges folles se voient refuser l’entrée du Ciel. Il est clair qu’elles finiront par se joindre à l’église oecuménique du faux prophète. Par le baptême du Saint-Esprit, nous devenons des lampes remplies du Saint-Esprit et de puissance. Mais si nous voulons que nos lampes brûlent, il faut de l’huile. Ici, l’huile représente la grâce de Dieu, que nous recevons par la révélation de la Parole de Dieu, par le Saint-Esprit. «Et maintenant, frères, je vous recommande à Dieu et à la parole de sa grâce, à celui qui peut édifier et donner l’héritage avec tous les sanctifiés» (Actes 20:32).

Au cours de la première moitié de la tribulation de sept ans, le Saint-Esprit exercera Son ministère en faveur des saints de la tribulation d’une manière très limitée, comme Il le faisait pour les saints de l’Ancien Testament. Par exemple, Jean-Baptiste, qui n’a pas reçu le baptême dans le Saint-Esprit, et qui n’appartenait pas à l’Eglise baptisée du Saint-Esprit, a vécu et a exercé son ministère «comme une lampe qui brûle et qui luit» (Jean 5:35)

«Et il y eut guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon. Et le dragon et ses anges combattirent, mais ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne fut plus trouvée dans le ciel. Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui» (Apoc. 12:7-9).

Après l’enlèvement du fils mâle, qui est l’Eglise, il y aura une guerre dans le ciel entre Michel et ses anges, et le dragon et ses anges. Le dragon et ses anges seront précipités sur la terre. Le dragon ne peut pas travailler efficacement en dehors d’un corps humain, de préférence le corps d’un homme qui lui est entièrement consacré. Il trouvera cet homme en la personne de l’Antichrist, qui satisfera joyeusement tous ses désirs, et par le moyen duquel il inaugurera un règne de terreur, encore appelé la grande tribulation. Nous le verrons quand nous étudierons le chapitre treize.

«Et j’entendis dans le ciel une voix forte qui disait: Maintenant le salut est arrivé, et la puissance, et le règne de notre Dieu, et l’autorité de son Christ; car il a été précipité, l’accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit» (Apoc. 12:10).

«Il a été précipité, l’accusateur de nos frères»: Cela signifie que

Satan est jugé dans les lieux célestes, et qu’il est précipité sur la terre, bien que cela ne représente pas son jugement ultime. En tant qu’Eglise, nous avons un rôle à jouer pour préserver notre unité, outre le fait d’être baptisés dans le Saint-Esprit. Paul dit: «Je vous exhorte, frères, par le nom de notre Seigneur Jésus-Christ, à tenir tous un même langage, et à ne point avoir de divisions parmi vous, mais à être parfaitement unis dans un même esprit et dans un même sentiment» (1 Corinthiens 12:10). Satan hait une telle unité. Son activité dans l’Eglise, en tant qu’accusateur de nos frères, est de provoquer des divisions et de monter les saints les uns contre les autres. Avertissant les Galates de se tenir en garde contre les subtilités de Satan, Paul leur écrit: «Mais si vous vous mordez et vous dévorez les uns les autres, prenez garde que vous ne soyez détruits les uns par les autres. Je dis donc: Marchez selon l’Esprit, et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair» (Galates 5:15,16). Satan tente de dévorer le fils mâle en causant des divisions, par la haine, les disputes, l’envie, etc..., afin que tous les membres de l’Eglise se dévorent les uns les autres. Nous qui appartenons à l’Eglise qui est le fils mâle, efforçons-nous d’être en paix avec tous les hommes et de garder l’unité de l’Esprit.

«Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort» (Apoc. 12:11).

«Ils l’ont vaincu»: Les «vainqueurs» mentionnés ici sont le fils mâle qui a été enlevé «vers Dieu et vers son trône.» Ceci est évident parce que personne n’a été mentionné jusqu’ici comme ayant vaincu le dragon. Le verset 17 de ce même chapitre mentionne cependant un autre groupe, appelé «le reste de sa postérité.» Ce sont les martyrs de la tribulation, qui refuseront d’adorer la bête ou son image, et de recevoir sa marque (Apoc. 20:4), et qui ont lavé leurs robes dans le sang de l’Agneau (Apoc. 7:14). Cependant, ils ne sont pas les mêmes que les vainqueurs mentionnés dans ce verset 11.

Au verset 10, Satan est appelé «l’accusateur de nos frères.» «Ils l’ont vaincu par le sang de l’agneau et par la parole de leur témoignage..., » et ils ont été enlevés vers le trône de Dieu, en tant qu’enfant mâle. Paul mentionne ces frères dans Hébreux 2:11, en disant: «Car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d’un seul. C’est pourquoi il n’a pas honte de les appeler frères.»

«C’est pourquoi réjouissez-vous, cieux, et vous qui habitez dans les cieux. Malheur à la terre et à la mer! Car le diable est descendu vers vous, animé d’une grande colère, sachant qu’il a peu de temps» (Apoc. 12:12).

Pendant ce temps, il y aura une grande joie dans le Ciel parmi les saints, tandis que les habitants de la terre seront véritablement dans une grande détresse, parce que le diable les persécutera.

«Quand le dragon vit qu’il avait été précipité sur la terre, il poursuivit la femme qui avait enfanté l’enfant mâle» (Apoc. 12:13).

Ce verset nous enseigne que seule la femme est persécutée, car elle représente ceux qui sont restés de l’Eglise, et non l’Eglise tout entière. Ceci parce que la semence de la femme (le fils mâle) a déjà été enlevé dans le Ciel (Apoc. 12:5). Ce n’est qu’après cet événement que Satan est précipité sur la terre, et que la tribulation commence.

«Et les deux ailes du grand aigle furent données à la femme, afin qu’elle s’envolât au désert, vers son lieu, où elle est nourrie un temps, des temps, et la moitié d’un temps, loin de la face du serpent» (Apoc 12:14).

Les «deux ailes du grand aigle» représentent la prière et la louange (2 Cor. 1:11). Paul nous exhorte à persévérer dans la prière, et d’y veiller avec actions de grâces (Colossiens 4:2). Il dit aussi: «Ne vous inquiétez de rien; mais en toutes choses faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces» (Philippiens 4:6).

«Un temps, des temps, et la moitié d’un temps» signifie trois ans et demi. Cela signifie que son séjour sur la terre ne durera que trois ans et demi, c’est-à-dire la première moitié de la tribulation de sept ans.

«Vers son lieu, où elle est nourrie...»: Elle trouvera un lieu de protection préparé par Dieu (Apoc. 12:6), où elle sera nourrie spirituellement et physiquement, pendant une période de trois ans et demi. Elle sera gardée en partie par la loi, et en partie par la grâce (voir les commentaires après Apoc. 15:2,3).

«Et, de sa bouche, le serpent lança de l’eau comme un fleuve derrière la femme, afin de l’entraîner par le fleuve» (Apoc. 12:15).

«De l’eau comme un fleuve»: Ceci fait référence à la persécution inouïe qui sera causée par les démons qui appartiennent à Satan. En ces jours-là, les habitants de la terre seront possédés par ces démons. Fortifiés par la puissance de ces esprits démoniaques, les hommes persécuteront le reste de l’Eglise. Le roi David, qui avait souffert entre les mains de tels hommes, a dit: «Les liens de la mort m’avaient environné, et les torrents de la destruction m’avaient épouvanté» (Psaume 18:5).

«Et la terre secourut la femme, et la terre ouvrit sa bouche et engloutit le fleuve que le dragon avait lancé de sa bouche» (Apoc. 12:16).

Ici «la terre» représente les inconvertis. La terre qui «engloutit le fleuve» signifie que les habitants de la terre se combattront et se détruiront les uns les autres. Ainsi, la femme (le reste de l’Eglise) pourra être préservée d’une destruction totale pendant une courte période.

Nous voyons beaucoup d’exemples semblables dans la Bible. Il est dit que «les fils d’Ammon et de Moab se jetèrent sur les habitants de la montagne de Séir pour les dévouer par interdit et les exterminer; et quand ils en eurent fini avec les habitants de Séir, ils s’aidèrent les uns les autres à se détruire. Lorsque Juda fut arrivé sur la hauteur d’où l’on aperçoit le désert, ils regardèrent du côté de la multitude, et voici, c’étaient des cadavres étendus à terre, et personne n’avait échappé» (2 Chroniques 20:23,24).

«Et le dragon fut irrité contre la femme, et il s’en alla faire la guerre aux restes de sa postérité, à ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus-Christ» (Apoc. 12:17).

Nous remarquons que l’Eglise de Dieu baptisée dans le Saint-Esprit est composée de trois groupes:

1. Ceux qui se portent «vers ce qui est en avant,» et qui courent vers le but, «pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ» (les vainqueurs ou le fils mâle) (Philippiens 3:14). 2. Ceux qui ne grandissent pas à la mesure de la stature parfaite de Christ. Ils sont appelés des «bébés en Christ.» Ils ne seront pas enlevés à la venue du Seigneur. S’ils meurent comme martyrs pendant la tribulation, ils feront partie des «restes de sa postérité.» 3. Ceux qui ont reçu le Saint-Esprit, mais qui ont rétrogradé et qui sont déchus de la grâce de Dieu. Eux non plus ne seront pas enlevés. De toute évidence, ils iront rejoindre l’Antichrist. Les deux derniers groupes forment la femme qui s’enfuit dans le désert, où elle rencontre le dragon qui est furieux contre elle. Mais nous lisons dans ce verset que Satan ne fera la guerre qu’aux restes de sa postérité «qui gardent les commandements de Dieu,» et qui refusent de prendre la marque de la Bête. La femme elle-même recevra la marque de la Bête et rejoindra l’Antichrist et ses adeptes. Mais «les restes de sa postérité,» qui se sont enfin décidés à rester fidèles à Dieu durant la première moitié des sept années de tribulation, résisteront à l’Antichrist, et périront comme martyrs. Ils ne seront pas tous rassemblés en un seul lieu, mais ils seront répartis sur toute la terre. Lorsque le «signe du Fils de l’homme» apparaîtra dans le ciel, ils seront tous rassemblés et enlevés. «Alors le signe du Fils de l’homme apparaîtra dans le ciel, toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel avec puissance et une grande gloire. Il enverra ses anges avec la trompette retentissante, et ils rassembleront ses élus des quatre vents, depuis une extrémité des cieux jusqu’à l’autre» (Matthieu 24:30,31). Ceci est appelé la résurrection des martyrs de la tribulation, et se produira à la fin de la première moitié de la tribulation de sept ans.

C’est à ce moment-là que les yeux des Israélites s’ouvriront pour voir Jésus, «celui qu’ils ont percé,» et qu’ils «pleureront sur lui» et L’accepteront comme leur Messie (Zacharie 12:10). Au même moment, ils rompront leur alliance avec l’Antichrist. C’est à ce moment précis que la persécution des Israélites commencera, que Jérémie appelle le «temps d’angoisse pour Jacob» (Jérémie 30:7).

Partager cet article

Commenter cet article