SI TU VEUX ALLER LOIN - Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

SI TU VEUX ALLER LOIN

5 Octobre 2012 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

SI TU VEUX ALLER LOIN entiers-longueur-silhouette_-k9742634.jpg  (adaptation résumée)

R. Shallis

INTRODUCTION

   Le miracle vient de se faire: tu es né de nouveau ! Tu es à présent un enfant de Dieu et tu as la vie éternelle qui vient directement de la Source de toutes choses: du Créateur.

   Avant, tu étais mort spirituellement. Maintenant, tu vis dans la présence de Dieu. Il est autour de toi, mais Il est aussi en toi. Tu es la demeure du Saint-Esprit. Dieu pénètre ta pensée; il remplit ton cœur.

   Avant, tu ne connaissais pas Dieu, mais maintenant tu connais le cœur de Dieu, par Jésus son fils crucifié pour toi et vivant pour te sauver. C'est une explosion d'amour indescriptible que tu découvres. Avant, tu étais aveugle. Maintenant, tu vols Dieu. La vie de Christ s'épanouit en toi comme une fleur qui a ses racines dans la terre (ta vie physique) et qui pousse et va s'épanouir dans l'atmosphère céleste de Dieu (ta vie spirituelle).

   Tout en étant la même personne qu'avant, tu vis à la fois dans le royaume des hommes et dans le royaume de Dieu.

   J'ai vécu dans ce royaume depuis presque cinquante ans.

   Voilà donc la raison de ces articles: aider ceux qui débutent dans la vie éternelle.

   Ce que J'ai appris lentement, en souffrant, Je te l'offre en résumé. Que Jésus-Christ fasse de toi et sans délai un homme, une femme de Dieu !

   C'est mon humble prière et c'est précisément ce que Dieu veut.

1. DÉFAITE OU PLÉNITUDE 

LE PREMIER CHOC: tes trois ennemis

   Après avoir découvert Dieu, tu découvres le mal. A la lumière de la face de Dieu, tu prends conscience du mal et tu en souffres comme Dieu en souffre.

   Parce que tu appartiens maintenant à Dieu, les « forces du mal » se dressent contre toi. Elles ne peuvent pas te vaincre, car Christ est plus fort que le mal. Mais ces forces du mal sont puissantes et dangereuses: tu dois apprendre à les connaître et à les combattre avec les armes de Dieu.

   Le mal provient de trois sources: du diable, du monde et de la « chair ».

Ton premier ennemi: le diable

   Qui est le diable? Il n'est pas tel qu'on le dessine parfois, avec des cornes, une queue et des pieds de bouc. Il faut lire Ezéchiel 28.12-19 et Esaïe 14.12-14. Ces deux passages parlent de Satan. La Bible dit que Satan fut créé par Dieu sans péché; il était le plus puissant des esprits, très beau et très intelligent. Mais il voulut « être semblable au Très-Haut ». Dès cet instant, il fut « précipité, chassé de la présence de Dieu ». Mais il est toujours en liberté, et Dieu permet pour le moment à Satan d'exercer une grande puissance. « Satan » veut dire « ennemi ». Satan est l'ennemi de Dieu. Il sait qu'un jour il sera jeté dans l'abîme et finalement en enfer. Le feu éternel a été préparé pour le diable et ses anges (Apoc. 20.1-3, 10). Les hommes qui suivent Satan iront en enfer avec lui (Mt. 25.41).

   Le diable (ce mot veut dire « le calomniateur ») accuse les disciples de Christ. Il commande une armée de démons, que nous devons combattre avec les sept armes de Dieu (Ep. 6.11-18). Mais celui qui tourne le dos à Satan ne peut pas se défendre contre lui. Il faut lui faire face. Le diable cherche qui il dévorera, mais nous devons lui résister avec une foi ferme et il fuira loin de nous (I Pierre 5.8 ; Jacques 4.7), car celui qui est en nous est plus grand que celui qui est dans le monde (I Jean 4.4).

   Satan ne cherche pas simplement à nous faire pécher; il cherche surtout à détourner les hommes de la vérité de Christ. Christ seul nous donne une image juste de Dieu. Satan veut nous donner une idée fausse de Dieu, pour nous faire croire qu'il est lui-même Dieu. Ce qui intéresse Satan, c'est d'aveugler l'homme en ce qui concerne le Seigneur Jésus-Christ (2 Cor. 3.14 ; 2 Cor. 4.3-4).

Ton deuxième ennemi: le monde

   La Bible parle de deux sortes de « monde »:

  • la terre sur laquelle nous vivons.
    Au commencement, quand Dieu eut fini de créer le monde, il dit que tout cela était «très bon». Tout reflétait la joie et la grandeur du Créateur. Quand Dieu a créé l'homme et la femme, il les a faits à son image et unis par le mariage. Cela aussi était très bon. Quelle beauté que le mariage comme Dieu le concevait! Malheureusement, le péché a tout abîmé.
  • le « monde », selon la Bible, est tout autre chose que la terre. C'est tout le système mondial que les hommes ont fait et que Dieu con­damne parce qu'il envahit la terre et la dégrade. Ce système n'est pas soumis à l'autorité de Dieu. La Bible révèle la vérité étonnante et terrifiante que le dieu de ce monde, c'est Satan (2 Co. 4.4) Il est appelé également « le prince de la puissance de l'air » et « l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion » (Ep. 2.2). Jésus l'appelle « le prince de ce monde » et il ajoute qu'il est déjà jugé (Jean 12.31 ; 14.30 ; 16.11), heureusement!

   Les hommes rejettent le Dieu véritable, le Dieu de Jésus-Christ; c'est pourquoi ils adorent forcément un autre dieu, celui qui est l'enne­mi de Dieu.

   Dieu dit que Satan a aveuglé l'intelligence des incrédules pour les empêcher de comprendre l'Evangile de Christ (2 Cor. 4.4). Jean dit que le monde entier est sous la puissance du malin (1 Jean 5.18).

   Dieu nous dit de ne pas aimer le monde et les choses qui sont dans le monde, car « si quelqu'un aime le monde, l'amour du Père n'est point en lui » (1 Jean 2.15). Jésus avertit les disciples, disant « si le monde vous hait, sachez qu'il m'a haï avant vous » (Jean 15.18).

   Comprenons-le bien, le monde est notre ennemi. Il n'aime pas Jésus. C'est le monde qui l'a crucifié.

   La terre (c'est-à-dire: la création) est une joie pour l'enfant de Dieu, mais le monde est pour l'enfant de Dieu un sujet de tristesse, d'an­goisse. Autrefois, il se sentait chez lui dans le monde, maintenant tout est changé. L'enfant de Dieu n'appartient plus au monde et à son Dieu; il appartient à un autre royaume, le royaume du Dieu véritable.

   Jésus dit: Prenez courage! J'ai vaincu le monde (Jean 16.33). Et encore: Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils (Jean 3.16).

   Nous ne pouvons donc pas aimer le système du monde qui vient du diable mais nous devons aimer les hommes qui sont dans le monde.

Ton troisième ennemi: le péché qui habite en toi (en ta « chair »)

   Certains enfants de Dieu commencent à douter de leur salut quand ils voient qu'ils sont encore capables de pécher, même après la nouvelle naissance. Nous sommes conscients de pensées, de paroles et d'actes qui ne glorifient pas Dieu. L'Esprit de Dieu nous montre beaucoup de péchés qu'auparavant nous tolérions ou dont nous n'étions même pas conscients. Nous nous sentons coupables vis-à-vis de ce Christ qui a payé nos péchés au prix de son sang.

   Mais prends courage, mon frère! L'apôtre Paul dit qu'il avait le même problème dans sa merveilleuse lettre aux Romains (chapitre  6, 7 et 8), et il montre la solution divine.

   Au chapitre 6, Il parle de l'homme esclave du péché, au chapitre 7 de la puissance du péché et au chapitre 8 de la puissance de l'Esprit de Dieu qui triomphe du péché. L'homme étant esclave du péché, le seul moyen d'échapper à cet esclavage est de changer de maître, en acceptant l'autorité de Jésus-Christ.

   Quand tu te soumets totalement à Jésus-Christ, la puissance du péché est brisée et tu deviens enfin libre.

   Nous ne pouvons rien faire pour mériter le pardon de Dieu, ni pour naître de nouveau. C'est une grâce de Dieu. De même, nous ne pouvons rien faire pour nous délivrer de la puissance du péché. Il nous faut simplement accepter la délivrance comme une grâce de la part de Dieu.

   L'Esprit de Dieu laisse le croyant libre d'accepter ou de refuser son action. Il ne le « sanctifie » pas de force.

   Quand nous laissons le Saint-Esprit libre, il agit en nous. Il produit la vie de Christ en nous. Cela ne se fait pas par nos propres efforts mais par la force de l'Esprit de Dieu qui est en nous. Notre volonté devient libre pour faire la volonté de notre créateur. L'Esprit de Dieu agit comme la sève qui monte dans un arbre jusque dans les branches pour former les feuilles, la fleur, les fruits et la semence permettant à l'arbre de se reproduire. La sève qui est la vie de l'arbre agit en silence, comme le Saint-Esprit, qui produit la vie de Christ en nous jusqu'à ce qu'il y ait, dans notre vie spirituelle, la fleur du caractère de Christ.

2. TON CONFLIT INTÉRIEUR: une bataille dans ton cœur entre tes deux natures

   Le Nouveau Testament enseigne très clairement que « l'enfant » de Dieu a deux natures.

   Lis très attentivement Rom. 7.14-25.

   Au v. 15, Paul dit « Je ne sais pas ce que je fais, je ne fais pas ce que je veux, Je fais ce que je hais ».

   Il y a en quelque sorte « deux Paul ». Rappelons-nous qu'avant sa conversion, Paul s'appelait Saul. Relisons tout ce passage ainsi : « Je (Saul) ne fais pas ce que je (Paul) veux, mais je (Saul) fais ce que je (Paul) hais. Or si je (Saul) fais ce que je (Paul) ne veux pas, je (Paul) reconnais par là que la loi est bonne, et maintenant ce n'est plus moi (Paul) qui le fais, mais c'est le péché qui habite en moi (Saul) ». Et au v. 20: « Si je (Saul) fais ce que je (Paul) ne veux pas, ce n'est plus moi (Paul) qui le fais, c'est le péché qui habite en moi (Saul) » ; v. 21 « Je trouve donc en moi cette loi: quand je (Paul) veux faire le bien, le mal est attaché à moi (Saul) ; car je prends plaisir à la loi de Dieu selon l'homme Intérieur (Paul), mais je vois dans mes membres une autre loi qui lutte contre la loi de mon entendement et qui me rend (Saul) captif de la loi (ou de l'autorité) du péché qui est dans mes membres ».

   Et puis au v. 24, il s'écrie : « Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps (ou mieux traduit, de la force) de cette mort? » Mais Paul finit triomphalement: « Gloire soit rendue à Dieu ! C'est par Jésus-Christ notre Seigneur que je suis délivré... »

   Tout comme Paul reconnaissait en lui deux natures qui se font la guerre, tu as aussi deux natures. Ton ancienne nature (personnalité), ne s'est jamais souciée de Dieu et refuse à présent de se soumettre à Sa volonté. La Bible dit que « le cœur de l'homme est incurablement mauvais et tortueux par-dessus tout » (Jér. 17.9). Le NT affirme qu'on ne peut rien faire avec cette ancienne nature. Toutes les religions essaient de rendre cette ancienne nature meilleure, mais Dieu sait que c'est impossible. Dieu veut tout recommencer, créer une toute nouvelle vie et refaire ta personnalité.

   Ta nouvelle personnalité veut faire la volonté de Dieu et elle ne peut faire que la volonté de Dieu. Paul dit: « C'est Christ qui vit en moi » (Gal. 2.20). La nouvelle nature ne peut pas pécher, car elle vient de Dieu. Dieu l'appelle son enfant et l'enfant ressemble à son père. Jean dit: « Celui qui est né de Dieu ne pèche pas et ne peut même pas pécher » (1 Jean 3.9-10; 1 Jean 5.18). Mais il nous dit aussi dans cette même épître (1 Jean 1.8-10) que nous faisons de Dieu un menteur et que nous nous séduisons nous-mêmes si nous disons que nous n'avons pas de péché.

   L'apôtre Paul et l'apôtre Jean parlent tous deux de cette guerre intérieure entre les deux natures du chrétien. Les gens autour de nous ne comprennent rien de ces choses. Dans la Bible, Dieu a créé des mots nouveaux pour nous faire comprendre ces choses.

   Le NT appelle l'ancienne nature « le vieil homme », « le péché qui habite en moi », « le péché dans la chair », quelquefois « le péché » tout court, ou « la chair » tout court.

   Cette expression « la chair » revient très souvent dans les lettres de Paul ; mais il ne faut pas la confondre avec le mot « corps », pour lequel il existe en grec un mot différent. Selon Paul, le corps du croyant est le temple du Saint-Esprit (1 Cor. 6.19); mais « la chair » est plutôt la racine du péché dans notre âme aussi bien que dans notre corps. Au retour de Christ, dans notre corps ressuscité, nous serons pour toujours débarrassés du péché et de toutes ses racines.

   La nouvelle nature porte de même plusieurs noms. Entre autres « le, nouvel homme », « l'homme intérieur », « la nature divine », « celui qui est né de Dieu », « le Christ qui vit en moi ». Mais l'expression la plus courante dans les écrits de Paul, c'est « l'esprit ». Notre esprit régénéré et l'Esprit de Dieu sont liés, comme l'enfant et sa mère avant la naissance.

   Il ne faut pas confondre âme et esprit. Pour Dieu, l'âme de l'homme est morte, si elle ne possède pas ce que la Bible appelle l'esprit. L'homme naturel (c'est-à-dire sans l'esprit), même s'il est le plus intelligent, ne peut pas comprendre « les choses de Dieu », puisque c'est spirituellement qu'on les discerne (1 Cor. 1.18-25; 1 Cor. 2.14-15). Il manque à l'homme naturel ce sens spirituel qui permet de connaître Dieu, qui est Lui-même Esprit (Jean 4.23).

   La Bible dit que la sagesse humaine n'est pas celle qui vient d'en-haut, mais elle est terrestre, charnelle, diabolique (Jacques 3.15). Mais, au contraire, l'âme de l'enfant de Dieu est pénétrée, éclairée et transformée par son esprit régénéré.

   Il y a donc une solution au problème de ton conflit intérieur, mais c'est une solution miraculeuse. Elle est le commencement de la vie éternelle, et la vie éternelle est un miracle perpétuel.

Lien : www.promesses.org

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

gg 03/04/2016 02:00

que dit votre Psaume 83:18 ??