QUAND LES FONDATIONS SONT RASEES, LE JUSTE, QUE FERAIT–IL ? - Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

QUAND LES FONDATIONS SONT RASEES, LE JUSTE, QUE FERAIT–IL ?

24 Janvier 2012 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

QUAND LES FONDATIONS SONT RASEES, LE JUSTE, QUE FERAIT–IL ?

(Psaumes 11.3)

 

Définition :

Le mot Fondation ou Fondement dans l’Ancien Testament est traduit de l’hébreu yasad qui signifie attacher fermement.

Ces termes sont employés distinctement au sens propre pour les bases des constructions (Job 4.19), des autels (Ex 29.12). Au sens figuré, il est question des fondations de la terre (Ps 24.2 ; Esa 24.18) et du monde habité (Ps 18.16) et de la voûte des cieux (Am 9.6).

Dans le même sens, il est dit qu’Israël sera le fondement des peuples (Esa 54.11 ; Pr 10.25 ; Esa 14.32) Les fondations du Temple de Salomon étaient faites de pierres magnifiques (1R 5.17 ; 6.37 ; 7.10 ; 1Ch 22.2).

Au sens figuré, Jésus-Christ est le fondement de l’Église, c’est-à-dire la vérité et le salut qu’il a apportés servent de soubassement à tout l’édifice nouveau (1Co 3.11). Il est la pierre angulaire (Esa 28.16 cité dans 1Pierre 2.6 et Eph 2.20). Dans ce dernier passage, les apôtres et les prophètes (de la nouvelle alliance) sont le fondement posé sur cette pierre angulaire et sur lequel les chrétiens sont édifiés. Dans Rom 15.20 et 1Cor 3.10, le fondement désigne le ministère d’évangélisation qui pose les premières pierres d’une nouvelle Église.

 

Compréhension du verset :

a)     Les fondements sont renversés : les lois les plus essentielles de la société sont violées. Il semble donc aux gens craintifs qu’il n’y a, pour le juste, plus rien à faire.

b)   Des considérations générales viennent à l’appui de cet argument : bien que les fondements de la société soient instables, qu’ont fait de tout temps les justes et les bons pour prévenir sa chute ? La prudence dicte l’abandon du bateau qui coule.

c)    La lutte de David et le triomphe sur une forte tentation consistant à défier Dieu par le fait de vouloir se tirer d’affaire par ses propres moyens, ceci dans une période de trouble.

 

À quels désordres de la nature pourrait-on comparer ceux de la société quand la foi est méprisée, l’autorité des lois les plus justes méconnue, les liens même de la famille foulés aux pieds, et que, de la sorte, « les fondements sont renversés ? » (Ps 11.3). Mais que fait alors le juste ? Réponse : Il se souvient que l’Éternel voit toutes ces choses, qu’il les hait, qu’il les réprimera ; puis il sait que le regard de sa face est propice à quiconque est droit de cœur (Ps 11.4-7).

 

Ceux qui craignent Dieu et qui le servent vraiment, font bien de placer en Lui toute leur confiance. Face au grand danger qui menace injustement la vie de David poursuivi sans raison par Saül alors que le Prophète l’avait oint et le consacré comme roi d’Israël, celui-ci décide que même s’il fallait qu’il succombe à la tentation de ne pas s’appuyer entièrement sur Dieu, il retient néanmoins qu’il se doit de lui faire absolument confiance, non seulement dans sa vie, mais même jusque dans sa mort.

David est bien conscient du grand danger encouru ; il est conscient de sa sécurité menacée à chaque seconde et du risque de la mort à tout moment, alors, il faut préserver sa vie, mais où et comment au-delà des efforts déjà fourni ? On lui donne des conseils et une politique à suivre, relatifs au monde, plutôt que la sagesse qui vient du ciel, mais il opte pour la totale confiance en Dieu qui dit et veille sur sa parole pour l’accomplir.

 

N’y a-t-il pas à nos jours des croyants, qui, très sensibles aux terreurs provoquées par leurs ennemis, sont tentés, par crainte du « qu’en dira-t-on », de déserter leur poste ou de négliger leur besogne devant Dieu ?

 

Conclusion : Les principes d’une religion sont les fondements sur lesquels la foi et l’espérance de la droiture sont basées.

Dieu gouverne le monde Nous pouvons voir ce que les hommes laissent paraître quant à leur personnalité, mais Dieu connaît leur véritable nature, comme l’affineur connaît la valeur de l’or quand il l’a traité. On dit que lorsque Dieu met à l’épreuve, Il ne veut pas s’imposer. S’Il afflige les justes, c’est pour les éprouver, donc c’est pour leur bien. Même si les persécuteurs et les oppresseurs peuvent prospérer quelques temps, Ils finissent toujours par périr à jamais. Dieu est un Dieu saint et par ce fait, les hait. Il est un juge plein de droiture, il les punira. Dans quelle horrible tempête les méchants sont précipités lors de la mort. Chaque homme a la mesure de la coupe qui lui est assignée. Pécheur impénitent, considérez votre destin. Le dernier appel à la repentance est sur le point de vous être adressé, le jugement arrive. Au travers de l’ombre obscure de la mort, vous passez dans les lieux de la colère éternelle. Hâte-toi, ô pécheur, d’aller à la croix de Christ. Comment se règle le cas entre Dieu et nos âmes ? Christ est-il bien notre espérance, notre consolation, notre sécurité ? S’il n’en est pas ainsi, notre âme sera ballottée dans toutes sortes de conflits et difficultés.

Dr André CHOUBEUinsolite_maison_renversee.jpg

 

Partager cet article

Commenter cet article

Andre dongmo 15/02/2016 01:37

Merveilleux enseignement qui s,adresse a tout chretien car la nouvelle vie consiste a faire les recherches de ses fondement , puis combatre l,homme fort de la famille jusqu,a l,etablissement de la nouvelle benediction en jesus.