LES VRAIS BERGERS - Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

LES VRAIS BERGERS

14 Juin 2012 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

320598 252193488172484 213620955363071 705778 159086441 n

Par Jacques-Daniel Rochat

Paissez le troupeau de Dieu qui est sous votre garde, non par contrainte, mais volontairement, selon Dieu; non pour un gain sordide, mais avec dévouement; non comme dominant sur ceux qui vous sont échus en partage, mais en étant les modèles du troupeau. Et lorsque le souverain berger paraîtra, vous obtiendrez la couronne incorruptible de la gloire. (1 Pierre 5. 2-4). Jésus est mort sur la croix et ressuscité… Mais après avoir accompli son oeuvre, Jésus ne restera pas sur la terre car il doit quitter physiquement notre monde pour rejoindre son Père. Après la résurrection, Jésus sait donc qu'il va partir et qu’il n'est plus que pour quelques jours parmi les siens. Bien sûr, l'Esprit viendra soutenir l'église… Mais lui absent, ce sont les hommes qui auront la charge de son héritage. Que vont-ils en faire? C'est dans ce contexte de départ, qu'il s'approche de Pierre et lui pose trois fois la même question. Jésus lui dit pour la troisième fois: Simon, fils de Jonas, m'aimes-tu? Pierre fut attristé de ce qu'il lui avait dit pour la troisième fois: M'aimes-tu? Et il lui répondit: Seigneur, tu sais toutes choses, tu sais que je t'aime. Jésus lui dit: Prend soin de mes brebis.(Jean 21:17) Pourquoi cette insistance ? Certes ces trois demande sont un écho au triple reniement de ce disciple chancelant. Mais le projet de Jésus n'est pas seulement de relever Pierre. Jésus sait qu'il va partir, il sait que tout l'héritage de son ministère sera désormais à la garde de la poignée d'hommes et de femmes qui l'on suivit. Qui portera son onction? Qui incarnera désormais son amour parmi les hommes? Alors Jésus cherche où il pourra accrocher son précieux ministère. Et pour trouver où il peut confier sa mission, il propose cette "équation du royaume": M'aimes-tu? Alors Prend soin de mes brebis. Car Jésus voit déjà la foule immense des hommes et des femmes qui peupleront la terre. Et cette humanité qui traverse le temps et l'espace suscite la même intense compassion que celle qui l'a maintes fois saisi . M'aimes-tu? Alors… Cet appel est limpide, et si tu aimes Dieu un tant soit peu, alors devient un berger, devient un serviteur qui incarne l'amour de Dieu pour les hommes. Car la manière dont tu prends soin des autres est le seul vrai moyen de mesurer l'amour que tu portes réellement à Dieu. Le monde a besoin de berger. Dieu cherche de vrais pasteurs qui portent les hommes dans leur coeur et qui soient prêts à se consacrer aux autres pour leur permettre de grandir et de s'épanouir. Car le bon berger prend soin de ses brebis et le célèbre psaume 23 nous montre que cela concerne toutes les facettes de la vie: il me conduit près des eaux paisibles… il restaure mon âme… Aujourd'hui notre vision du pasteur est souvent déformée car l'église a fait du poste de pasteur une fonction qui s'occupe essentiellement de prédication et de gestion des cultes; ainsi, la formation que l'on donne à ces ministères est essentiellement intellectuelle . Certes, il est important que les pasteurs ou les responsables soient capables d'enseigner et connaissent bien la Bible. Mais le ministère pastoral du Christ va beaucoup plus loin, car le vrai pasteur doit avoir une vision des besoins spirituels, relationnels, intellectuels et matériels de son troupeau. Tous les ministères (pasteur, docteur, évangéliste, etc.) devraient incarner le ministère du Grand berger qui prend soin de son troupeau avec la vision de répondre à l'ensemble des besoins nécessaires à son développement. Il ne s'agit donc pas seulement d'enseigner mais aussi de prier avec autorité pour la délivrance, d'apporter les clés pour le pardon et de justes relations, d'aider les membres à trouver de quoi manger et d'apporter un développement et une croissance dans tous les domaines de la vie. Car l'église doit être une source de salut et de développement pour que les hommes vivent dignement dans leurs familles, dans leurs quartiers et dans leurs régions. Ce développement global de la communauté touche donc l'hygiène, la santé, la justice, la construction sociale et les structures économiques. Si l'évangile ne touche pas les choses concrètes de la vie, il ne sert plus à rien et ne sera jamais un signe divin pour le monde. Les débats théologiques subtils ou les questions sur la fin du monde n'ont jamais amené les personnes à Christ. Par contre, quand l'évangile apporte le pardon entre des voisins, du pain aux affamés, la guérison ou l'assistance aux malades, une société de justice. Là il devient une puissance qui attire le monde. Les personnes qui aiment et servent le Seigneur sont donc appelées à prier et à travailler à un développement durable de leur région. Les mauvais pasteurs Malheureusement, dans tous les pays du monde, il existe aussi des mauvais pasteurs qui n'expriment pas le cœur du vrai berger. Ces pasteurs ou ces responsables spirituels utilisent leur fonction comme un simple gagne pain ou pour agir de manière mauvaise. Par exemple, dans de nombreuses régions du tiers-monde, les familles gagnent moins d'un dollar par jour! Et pourtant certains n'hésitent pas à multiplier les offrandes et à exploiter leur assemblée pour vivre eux-mêmes dans les richesses. Ils s'offrent des voitures de luxe et habitent de somptueuses demeures. Ils promettent la prospérité à ceux qui leur donnent de l'argent… et se présentent comme des exemples de ceux qui ont étés bénis ! Est-ce que cela est juste ? Est-ce que ces personnes incarnent réellement le ministère de celui qui s'est abaissé pour venir au niveau des hommes ? Est-ce cela, la vraie vision de la prospérité… Non! Ces personnes ne sont pas des bergers mais des loups qui dévorent le troupeau de Dieu. Ils appauvrissent les autres dans le dessein de devenir riches. Un avertissement solennel Toutes ces choses sont des scandales et les épîtres lancent de nombreux avertissements envers ces personnes qui détournent et corrompent le message de l'évangile. Elles sont: …des fontaines sans eau, des nuées que chasse un tourbillon: l'obscurité des ténèbres leur est réservée. … ils promettent la liberté, quand ils sont eux-mêmes esclaves de la corruption… (Voir 2 Pierre 2. 1-20, voir aussi Tite 1. 10-11, 16)). La Bible nous avertis en de nombreux endroits que ceux qui agissent de cette manière seront jugés très sévèrement. Car celui qui a une fonction dans l'église a une position de modèle envers les autres. Il a donc aussi une plus grande responsabilité envers Dieu et la colère du Grand Berger se manifestera envers ceux qui auront utilisé leur position spirituelle (et donc le nom de Jésus) pour faire le mal. Ces faux bergers sont donc dans une situation très dangereuse, car un jour, ils devront répondre devant Dieu de leurs actions. Il est donc important qu'ils s'humilient et se détournent de cette voie avant qu'ils ne tombent à jamais. Ainsi, si votre pasteur ou le responsable prend vos biens essentiels pour s'enrichir lui-même, il n'est pas digne de l'Évangile. Une juste gestion des richesses. Un bon berger est une personne qui sait être juste avec les richesses. Judas n'était pas ferme sur ce plan et son attrait pour l'argent l'a conduit à vendre Jésus, son frère, le Fils de Dieu. Cet exemple tragique nous montre combien il est important d'être intègre envers les richesses car l'amour de l'argent exerce une très forte séduction sur les hommes et peut nous conduire à devenir un instrument du diable. La bonne gestion des biens de l'église nécessite donc de prendre les précautions suivantes: 1. Vivre un principe d’égalité La première règle susceptible de nous protéger est de considérer que le pasteur, l'évangéliste ou le responsable doit vivre avec des richesses égales avec la condition de vie de ses frères. Ainsi, un pasteur qui vit dans une région avec peu de ressources doit avoir une vie correspondante avec ceux qu'il sert. Les dons qu'il peut recevoir des autres sont un moyen de lui permettre d'être à plein temps au service de l'église, mais cela ne doit aucunement l'amener à vivre avec des richesses supérieures à celles des autres. 2. Être serviteur Le vrai ministre de Christ est un serviteur, c'est quelqu'un qui élève les autres. Il ne donc pas dominer les autres mais les conduire avec humilité. Cette attitude de service est celle qui s'est manifestée en Jésus. Il est descendu vers nous, non pour prendre des richesses mais pour nous les donner. Il est venu en serviteur et a présenté la grandeur de son amour en lavant les pieds de ses disciples. Cet exemple du bon berger, qui donne sa vie pour ses brebis, est le modèle à suivre et à mettre devant chaque candidat qui désire servir Dieu. 3. Bien gérer les ressources Les diverses offrandes, dîmes et collectes ne sont pas la propriété des pasteurs mais de l'église. Elles doivent servir au fonctionnement de la communauté et permettre d'apporter un soutien aux plus pauvres. Pratiquement cela signifie qu'elles devraient êtres gérées par un petit comité de personnes intègres et justes et de façon transparente. Certes, les responsables de l'église peuvent avoir besoin d'outils plus coûteux pour exercer leur ministère (véhicule, téléphone, sonorisation, etc.) mais ces moyens doivent êtres adaptés au niveau de vie du pays et servir à l'ensemble de la communauté. Par ailleurs et comme le montrent de nombreux textes bibliques, une part des offrandes doit servir à soutenir les plus pauvres. La première église de Jérusalem consacrait une part importante de ses ressources à nourrir les veuves. Ainsi, les offrandes ne rentraient pas dans la poche des Apôtres, mais l'argent était utilisé pour assister les personnes démunies. Avec de telles actions, l'église n'est plus seulement un lieu pour les prédications, la prière et les chants, mais elle devient aussi un lieu ou l'amour de Dieu est tangible et concret. Car si l'évangile est une puissance pour libérer les hommes de l'emprise des ténèbres il est aussi une force pour rétablir la dignité et la justice. Et ce développement, c'est d'apporter une sagesse qui permet de gérer les ressources avec intelligence dans un principe d'assistance des uns des autres et d'intégrité. La vraie onction Aujourd'hui on parle beaucoup de l'onction. Certaines personnes pensent qu'elles ont une grande onction parce qu’elles font des miracles ou des choses spectaculaires. Mais la vraie onction ne réside pas uniquement dans ces choses. Jésus parle même de ceux qui auront chassé des démons ou fait des miracles en son nom sans le connaître! La vraie onction du Royaume de Dieu est limpide… c'est celle qui était sur Jésus! Et cette onction est clairement définie par Jésus lorsqu'il commence son ministère. L'Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu'il m'a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, Pour publier une année de grâce du Seigneur.(Luc 4:18-19 voir aussi Esaïe 61.1-4). Selon ce texte, le cœur de l'onction du Messie n'est pas de faire des actions qui frappent le regard, mais d'aider des personnes. Ainsi, la puissance de délivrance et les miracles sont des moyens que Dieu utilise pour manifester son amour aux hommes. Seule cette onction "amour" est réellement issue de Dieu. De grands miracles sans amour n'impressionnent pas Dieu, car le Royaume de Dieu ne repose pas sur des choses spectaculaires mais sur l'amour. Si donc nous avons des dons de révélations, de délivrance ou de guérisons, cela est bien. Mais nous devons garder toutes ces choses dans le cadre de l'amour et du service car c'est là seulement qu'ils sont en Dieu et dans l'Esprit du Royaume. Plusieurs serviteurs de Dieu ont considéré les dons spirituels ou leur vocation comme des biens personnels et les ont utilisés, pour dominer leurs frères ou pour obtenir des avantages matériels. Cela a fini par corrompre les bénédictions divines et ils se sont éloignés de Dieu. Gardons-nous de faire la même chose et soyons donc des serviteurs humbles et aimants, conscients d'être nous aussi sous le ministère de Christ. Ce que nous avons reçu ne nous appartient pas, cela est à Dieu et nous serons jugés non en fonction de ce que nous avons reçu, mais de ce que nous aurons fait des biens que Dieu nous a confiés. Et ce chemin, c'est de nous engager à être un serviteur: • Humble: qui ne se considère pas comme supérieur aux autres et qui utilise ses dons, ses capacités et son ministère pour servir. • Juste: qui ne regarde pas à l'apparence, à la position des autres, mais à la justice et la vérité dans l'amour. • Intègre: qui gère les richesses et l'argent de manière honnête dans la transparence et pour le profit des personnes qui lui sont confiées. • Dévoué: qui se préoccupe des pauvres et des démunis en visant à leur apporter une aide concrète. Ce chemin n'est pas facile, mais c'est celui qui fait de nous un associé du grand berger. Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ: lui qui était de condition divine n'a point regardé son égalité avec Dieu comme une proie à arracher, mais il s'est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et il a paru comme un vrai homme, il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix. C'est pourquoi aussi Dieu l'a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. Philippiens 2:5-11. DÉMARCHE PRATIQUE: Voici les questions que l’on peut se poser et aussi partager dans les groupes. Attention, le but n’est pas de critiquer les autres mais de vivre un temps de partages et de prière en vue de devenir soi-même un berger à l’image de Christ. • Quels sont les bons modèles de « bergers » que je connais et pourquoi sont-ils bons ? • Suis-je tenté par le pouvoir sur les autres ou les séductions matérielles ? • Quelles sont les choses que Dieu m’appelle à faire et pourquoi ? Textes à lire pour compléter cette étude : Les avertissements aux mauvais bergers Ézéchiel 34 :2-10, Matthieu 23, Luc 11, Esaie 56:11, Jérémie 50:6, Jude 1 :3-21 Christ, le bon berger et les invitations à être un bon berger Ézéchiel 34:23, Zacharie 13:7, Jean 10:14, Hébreux 13:20 Tiré du Lien des Cellules de Prière

Partager cet article

Commenter cet article