LES FAUSSES CONCEPTIONS DE LA NOTION DU PECHE - Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

LES FAUSSES CONCEPTIONS DE LA NOTION DU PECHE

8 Août 2012 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

LES FAUSSES CONCEPTIONS DE LA NOTION DU PECHE  

Introduction :

Il nous arrive souvent d’être butté devant des situations parfois si alarmantes que l’incertitude et une pléthore de questions foisonnent dans nos pensées. Que s’est-il vraiment passé ? Où est la véritable cause de nos malheurs ?

Dans nos précédentes confessions, nous nous sommes repentis de nos iniquités et de certains manquements de nos parents et ancêtres ont été revus et confessés. Mais le péché des parents fermerait-il la porte a notre bénédiction ? Malgré nos lamentations et pleurnichements, la situation demeure inchangée. L’aspect de notre péché reste et notre conscience ne nous fait pas de cadeau car il est écrit : « Mais si vous n’agissez pas ainsi,  vous péchez contre l’Eternel. Sachez alors que les conséquences de votre péché retomberont sur vous » (Nombres 32.23). Nos confessions ont-elles vraiment tenu compte du péché dans ses implications réelles telles que vues par Dieu ? 

Qu’est-ce que le péché ?

Le péché en effet qui est une faillite, un manquement, un manque d’objectif, une déviation, ce qui est faux, ce qui n’est pas juste, ce qui est tordu, ce qui n’est pas droit, une erreur ou une faute, une chute, une inutilité ou futilité, une ignorance de Dieu ou des choses de Dieu, une inattention, une insuffisance, une infraction à la loi de Dieu, un refus d’admission et un refus de soumission à la loi de Dieu. Le péché dans sa multi dimension en hébreux peut se classer ainsi : 

  1. Transgression : une violation délibérée de la loi ; l’homme est placé à la croisée du bien et du mal et choisi volontairement la voie du mal en franchissant la ligne de démarcation divine entre le bien et le mal (Actes 5.8-9 ; Psaumes 51.3-6 ; Gen. 2.17 ; 3.6-7 ; 1 Jean 3.4).

    Exemple : l’homicide, le vol, l’escroquerie, l’adultère, la fornication (2 Sam 13.1-17), le mensonge, la rétention de la dîme, la résistance au Saint-Esprit, la vengeance, la désobéissance etc.)

  1. Iniquité : Un acte mauvais en soi, acte inné, acquis par les habitudes ou l’environnement étant expressément interdit ou non (Esther 1.10-12 ; Rom 1.21-25 ; Prov. 6.12-14).

    Exemple : Psaumes 51.7 ; Lév. 10.1-2 ; Gen 5.13 ; Gen 4.3,5,8-17. Un habillement indécent, une attitude provocante, incitation à la convoitise etc.

    Descendance de Caïn :

-    Lemec devient le père de la polygamie (Gen 4.19)

-    Jabal (petit fils de Lemec) est le père des nomades (instabilité) (Gen 4.20)

-    Jubal (autre petit fils de Lemec) est le père de la musique mondaine (4.21)

-    Tubal (petit fils de Caïn) inventa les armes de destruction massive (4.22)

-    Lemec tua plus de personnes que son père Caïn (Gen 4.23-24)

Un milieu, une ville, une famille, une habitude, une tradition peut être un facteur potentiel d’iniquité. Il est dit en leadership : « une pensée créé un acte, un acte créé une habitude et une habitude créé une destinée »

  1. La faute : Un abandon du droit chemin (Rom 1.18 ; Jacques 4.17 ; Luc 12.47 ; Prov. 18.9).

    Exemple : la désobéissance, l’orgueil, la résistance, la cupidité, la corruption,   le découragement, la rétrogression, le retard, le bavardage, les plaisanteries, les moqueries, les insultes, les mauvaises manières héritées des autres, etc.

  1. L’égarement : Un échec dans la tentative d’atteindre le but divin (Rom 10.2-4 ; 9.30-33 ; Gal 4.17 ; 5.4 ; Phil 3.6-9 ; Nbres 22).

    Exemple : la non-réalisationn d’un vœu, le refus de payer ses dîmes pensant pénaliser le Pasteur ou l’église, un service mal rendu devant Dieu (prier sans concentration, prier sans s’être dépouillé au préalable, œuvrer pour Dieu avec murmures, servir avec des buts inavoués etc.)

    Les fausses conceptions, le jugement, les critiques, les préjugés, les intoxications, les fausses confessions, l’attitude de Saphira et Ananias, la dissimulation, la duplicité, la ruse, la malice, l’hypocrisie, l’expansion de faux bruits,

  1. L’offense : Une intrusion de la volonté propre dans un domaine appartenant à l’autorité divine (Ex 32.1-6 ; Dan 3.1-5 ; 1 Sam 13.8-12 ; Rom 10.2-3 ; Ez 28.2

Exemple : l’idolâtrie, la fausse adoration, les pratiques occultes dans l’intention de fasciner les gens empruntant les œuvres du diable à la manifestation du Saint-Esprit. Tenter d’aider Dieu dans son action (2Sam 6.1-11)

Auto-attribution des titres et ministères dans l’église pour des buts inavoués. Refus de se soumettre aux autorités spirituels sous prétexte qu’on dépend du Saint-Esprit. 

  1. La licence : Une situation d’anarchie d’ordre spirituel (1 Tim 1.9-10 ; 2 Tim 3.1-5 ; Rom 2.17-24 ; Jude 16-19 ; 2 Chron 26.16-21).

Exemple : la polygamie ou vie de débauche dans l’église, la révolte, l’insoumission à Dieu et l’autorité spirituelle, la rébellion, l’intoxication, le blasphème, la vie d’indépendance, la prostitution (vagabondage) spirituelle etc.  Vie hypocrite dans le péché, monter sur la chair étant dans le péché, mépris de la piété et manque de dévotion pour Dieu et les choses saintes. 

  1. Incrédulité : Une insulte à la véracité divine ; c’est par fausseté que l’homme refuse de connaître Dieu (Jér. 9.6), car Dieu s’est révélé à tout homme par :

-    la création (Rom 1.20 ; Ps 19.2-5)

-    la conscience (Rom 2.14-15 ; 1 Jean 3.20)

-    le témoignage de l’histoire (Nombre 32.23 ; Ps 7.15-17)

          Croire en Dieu : reconnaître l’existence de Dieu. Le diable croit en Dieu et tremble (Jacques 2.19)

          Croire Dieu : reconnaître la véracité du témoignage de Dieu (1 Jean 5.9-13). Accepter les déclarations de Dieu et s’y attacher.

          Esaïe 5.2 ; Mt 27.3-5 ; 2 Cor 10.3-5 

Le péché place l’homme devant une triple situation : 

-    un acte : la violation volontaire ou la faillite dans l’accomplissement dans la volonté révélée de Dieu (Gen 3.6)

-    un état : l’absence de droiture : Gen 3.7 ; Ps 32.1-5)

-    une disposition : l’inimitié contre Dieu (Gen 3.8-13)

Les mots, qui décrivent le péché dans quelques-unes de ses formes. Hébreu:

1. « CHATA, » sortir du chemin, manquer le but.

2. « PESHA, » transgresser.

3. « AVLAH, » tordre, agir d’une manière perverse.

Grec:

1. « HAMARTIA, »  manquer le but. 2.   « PARAPTOMA, »    s’éloigner de la loi, de la vérité, du droit. Offense. 3.  « PARABASIS, »    aller au delà de la vérité et du bien, une transgression.                                 4.  « ANOMIA, »   indiscipliné. Iniquité. 5.  « ASEBEIA, » irrévérence. Impiété

Définition.  « Le péché est le manque de conformité, ou la transgression de la loi de Dieu. »

Conclusion :418284_454965291203693_32286553_n.jpg 

Faisons-nous attention à la profondeur des péchés avec leurs conséquences désastreuses ? Classons nous certains péchés dans la rubrique ‘‘péchés mignons’’ ?

Sommes-nous des ministres de péché parce que le pardon est là ?

Savons-nous que péché même confessé peut toujours laisser des conséquences a l’instar de celui de David ?

Jérémie posa une question importante qui devait être notre méthode devant les situations de stagnation : ‘‘Pourquoi ma souffrance est-elle continuelle? Pourquoi ma plaie est-elle douloureuse, et ne veut-elle pas se guérir? Serais-tu pour moi comme une source trompeuse, Comme une eau dont on n'est pas sûr ? C'est pourquoi ainsi parle l'Éternel: Si tu te rattaches à moi, je te répondrai, et tu te tiendras devant moi; Si tu sépares ce qui est précieux de ce qui est vil, tu seras comme ma bouche. C'est à eux de revenir à toi, Mais ce n'est pas à toi de retourner vers eux’’ (Jérémie 15.18-19).

Dr André CHOUBEU

Partager cet article

Commenter cet article