LES CAUSES DE LA CHUTE DES HÉROS (2) - Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

LES CAUSES DE LA CHUTE DES HÉROS (2)

2 Janvier 2013 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

CES OBSTACLES QUI CAUSENT LA CHUTE DES HEROS

 « Les fils d’Ephraïm, armés et tirant de l’arc, tournèrent le dos le jour du combat. Ils ne gardèrent point l’alliance de Dieu, et ils refusèrent de marcher selon sa loi. Ils mirent en oubli ses œuvres, ses merveilles qu’il leur avait fait voir » (Psaumes 78.9-11). 

Obstacles qui provoquent la chute

1-      Ils ont tourné le dos au combat

-          Ils n’ont pas gardé la loi de la guerre.

-          Le soldat est un homme de guerre et il n’y a pas de facilité sur les choses de Dieu, il faut le courage.

Il ne garda point les alliances de Dieu ; ils ne gardèrent point la loi de Dieu.

Le héros ne doit pas refuser de marcher selon la loi de Dieu.

      Les guerres saintes sont les guerres de l’Eternel et il faut les stratégies divines pour combattre :

« L’Eternel dit à Moïse: Ecris cela dans le livre, pour que le souvenir s’en conserve, et déclare à Josué que j’effacerai la mémoire d’Amalek de dessous les cieux. Moïse bâtit un autel, et lui donna pour nom: l’Eternel ma bannière.

Il dit: Parce que la main a été levée sur le trône de l’Eternel, il y aura guerre de l’Eternel contre Amalek, de générations  en générations (Ex 17.14-16)

David tomba très bas en péchant avec la femme de Urie le Hethien parce qu’il était chez lui au moment ou Israël était dans le champ de bataille.

  2-    Ils mirent en oubli les choses de Dieu

Chacun doit connaître ses origines. Connaître d’où je viens. Celui qui ne connaît pas ses origines est un homme instable. Comment est la doctrine fondamentale de ta foi ? Nous sommes nés pour servir Dieu et ne pas le faire équivaudrait a s’écarter du but de la création.

3-   Ils avaient oubliés que l’appel, l’élection, la fidélité sont les critères de sélection divine (Jg 7.1-7)

      L’auto proclamation des titres et fonctions deviennent des principes que Dieu ignore pourtant.

      Plusieurs sont Apôtres ou autres par prophétie            

4-  Ils avaient oubliés la grâce de Dieu pour entamer les murmures (1 Cor 10.10)

      Les murmures, les commérages, les préjugés, les fausses conceptions, les justifications sont le lot d’un grand nombre

5-  Ils avaient abandonné le pouvoir de Dieu pour devenir idolâtres (1 Cor 10.7)

Lorsque la présence de Dieu quitte plusieurs hommes de Dieu comme ce fut le cas de Saul, au lieu de  s’humilier pour revenir a l’Eternel,  ils s’allient aux démons et sorciers pour s’acquérir une puissance (1Sam 28.5-8).

6-  Ils étaient tombés dans l’impudicité (1 Cor 10.8)

Le signe de la fin tel que donné par le Seigneur Jésus Christ est plus d’actualité que jamais. L’immoralité sexuelle dans les églises locales est aussi accentuée que dans le milieu païen. Il y a les femmes de ministère, entendons concubine des Pasteurs ; à défaut de se masturber, les jeunes sœurs deviennent des lesbiennes et les jeunes frères en Christ se masturbent, qualifiant ces abominations de normales. Les divorces sont à la mode et nul ne s’en inquiète et l’abomination est installée en lieu saint.

7-  Ils avaient négligé la miséricorde de Dieu pour tenter Dieu (1 Cor 10.9)

Le problème de pardon, de véritable foi en Dieu dans sa Parole, de compassion voire de l’amour mutuel est criarde car les scandales sont nombreux et toujours justifiés. La raison prévaut sur la justice de Dieu de telle sorte que même l’injustifiable devient justifiable et des doctrines sont crées au jour le jour pour soutenir voire légaliser les abominations.

8-  Ils avaient été séduits par de gain sordide ou salaire d’égarement (Jude 11)

Des textes bibliques hors contextes sont cités pour dépouiller les biens des fideles. L’accent est plus mis sur la richesse spirituelle plus que la richesse spirituelle qui devait conditionner la croissance des biens matériels.

9-  Ils s’étaient plongés dans la rébellion et la révolte contre les serviteurs de Dieu (Jude ; Nbre 16)

Comme nous verrons plus bas, toute révolte contre un serviteur de Dieu ne peut rester sans conséquences présentes ou a venir. Dans le cas de Nombres 12, Aaron et Marie avaient jugé Moise sur ce qu’ils ignoraient. Marie et Aaron en effet, parlèrent contre Moïse au sujet de la femme éthiopienne qu'il avait prise, car il avait pris une femme éthiopienne. Cette femme au fait est Madianite, issue de la postérité d’Abraham par Ketura, femme qu’il prit après la mort de Sara (Genèse 25). Cette cushite, entendons éthiopienne est descendante d’Abraham elle aussi.

Bien que les deux ainés de Moise aient péché contre Moise, l’oint de l’eternel, seule Marie fut punie par Dieu. Dieu ne tint pas compte de tous les efforts de Marie pour que ce dernier soit admis dans le palais de Pharaon.

Koré, descendant de Lévi, se révolta avec Dathan et Abiram, tous trois descendants de Ruben, se soulevèrent contre Moïse, avec deux cent cinquante hommes des enfants d'Israël, des principaux de l'assemblée, de ceux que l'on convoquait à l'assemblée, et qui étaient des gens de renom (Nombres 16.1-2).

Voici les termes rebelles de leur propos : ‘‘C'en est assez ! car toute l'assemblée, tous sont saints, et l'Éternel est au milieu d'eux. Pourquoi vous élevez-vous au-dessus de l'assemblée de l'Éternel ?’’ (Nombres 16.3).

Cette déclaration parfois banale est une véritable rébellion contre Dieu. Jésus dit :

      ‘‘Celui qui vous reçoit me reçoit, et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m'a envoyé’’ (Mt 10.40).

‘‘En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui reçoit celui que j'aurai envoyé me reçoit, et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m'a envoyé’’ (Jean 13.20).

L’Apôtre Paul plus tard ira loin en disant : ‘‘Qui es-tu, toi qui juges un serviteur d'autrui? S'il se tient debout, ou s'il tombe, cela regarde son maître. Mais il se tiendra debout, car le Seigneur à le pouvoir de l'affermir’’ (Romains 14.4).

Se rebeller, juger, parler mal et monter des coups bas contre un serviteur de Dieu, celui là que Dieu connait et a choisi est simplement chercher sur soi la malédiction de Dieu. 

10-Ils avaient oublié la voie de sanctification pour se plonger dans le manger et le boire (Jude 12)

L’illustration de 1Rois 13 est largement suffisante pour démontrer que Satan utilise toujours sa vieille stratégie du jardin d’Eden, a savoir le manger et le boire pour faire chuter les héros :

‘‘Alors il lui dit: Viens avec moi à la maison, et tu prendras quelque nourriture. Mais il répondit: Je ne puis ni retourner avec toi, ni entrer chez toi. Je ne mangerai point de pain, je ne boirai point d'eau avec toi en ce lieu-ci; car il m'a été dit, par la parole de l'Éternel: Tu n'y mangeras point de pain et tu n'y boiras point d'eau, et tu ne prendras pas à ton retour le chemin par lequel tu seras allé. Et il lui dit: Moi aussi, je suis prophète comme toi; et un ange m'a parlé de la part de l'Éternel, et m'a dit: Ramène-le avec toi dans ta maison, et qu'il mange du pain et boive de l'eau. Il lui mentait. L'homme de Dieu retourna avec lui, et il mangea du pain et but de l'eau dans sa maison. Comme ils étaient assis à table, la parole de l'Éternel fut adressée au prophète qui l'avait ramené. Et il cria à l'homme de Dieu qui était venu de Juda: Ainsi parle l'Éternel: Parce que tu as été rebelle à l'ordre de l'Éternel, et que tu n'as pas observé le commandement que l'Éternel, ton Dieu, t'avait donné; parce que tu es retourné, et que tu as mangé du pain et bu de l'eau dans le lieu dont il t'avait dit: Tu n'y mangeras point de pain et tu n'y boiras point d'eau, -ton cadavre n'entrera pas dans le sépulcre de tes pères’’ (1Rois 13.15-22).

C’est inspiré que l’Apôtre Paul dit : ‘‘Car le royaume de Dieu, ce n'est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint Esprit’’ (Romains 14.17).

11-Ils avaient oublié la purification de leurs anciens péchés (2 Pierre 1.9)

      Plusieurs frères et sœurs comprennent mal le sens de la grâce au point de vivre continuellement dans le péché parce que la grâce de Dieu est là. Par le baptême d’eau, le croyant apporte un témoignage extérieur à sa foi intérieure. Comment ne pas comprendre que le vieil homme est enterré et que le nouvel homme en Christ qui sort des eaux du baptême doit exprimer son identification à la vie victorieuse de la résurrection de Christ ? Paul ne dit-il pas : ‘‘Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde ? Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché ? Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection,   sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché; car celui qui est mort est libre du péché. Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus; la mort n'a plus de pouvoir sur lui. Car il est mort, et c'est pour le péché qu'il est mort une fois pour toutes; il est revenu à la vie, et c'est pour Dieu qu'il vit. Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus Christ. Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n'obéissez pas à ses convoitises. Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d'iniquité; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice. Car le péché n'aura point de pouvoir sur vous, puisque vous êtes, non sous la loi, mais sous la grâce. Quoi donc! Pécherions-nous, parce que nous sommes, non sous la loi, mais sous la grâce? Loin de là! Ne savez-vous pas qu'en vous livrant à quelqu'un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l'obéissance qui conduit à la justice?’’ (Romains 6.1-16)

12-Ils étaient oisifs et stériles ayant rejeté la croissance spirituelle sont devenus aveugles (2 Pier 1.9)

      La marche avec Christ doit obligatoirement obéir aux principes spirituels, lesquels consistent comme les enfants d’Israël dans le désert à suivre la nuée, symbole de la révélation divine par le Saint-Esprit pour avancer dans le programme de Dieu. Nombreux sont ceux qui croient être avec Dieu alors qu’ils ont été longtemps rejetés. Certains se sont avancés sans Dieu vers une destination étrangère pendant que d’autres sont restés loin voire très loin de Dieu. C’est a juste titre que Denis Mock a écrit : ‘‘l’Eglise est un organisme spirituel, conduit par des hommes spirituel, avec une parole spirituelle, utilisation des méthodes spirituelle pour une fin spirituelle’’ (Ministère de l'Eglise/ Administration/ Enseignement). Tout principe intellectuel ou humain pour diriger l’église conduira à l’introduction du feu étranger dans le service de Dieu.  Nous devons retenir que les deux fils d’Aaron en moururent (Lévitique 10)

13-Ils se moquèrent des anciens oubliant que les stratégies de combat peuvent changer en leur défaveur

     ‘‘Que celui qui revêt une armure ne se glorifie pas comme celui qui la dépose!’’ (1Rois 20.11) 

14. Ils ne portèrent pas de respect aux leaders et les jugèrent :

      a) Attitude a adopter devant un leader en faute

          - Bien que Dieu aie rejeté et que la royauté aie été selon Dieu, la conduite à son égard :

‘‘Samuel dit à Saül: Je ne retournerai point avec toi; car tu as rejeté la parole de l'Éternel, et l'Éternel te rejette, afin que tu ne sois plus roi sur Israël’’ (1Sam 15.26)

Le signe de rejet total de Saul est confirmé :

‘‘Et comme Samuel se tournait pour s'en aller, Saül le saisit par le pan de son manteau, qui se déchira.  Samuel lui dit: L'Éternel déchire aujourd'hui de dessus toi la royauté d'Israël, et il la donne à un autre, qui est meilleur que toi’’ (1Sam 15.27-28).

La position irréversible de Dieu :

 ‘‘Celui qui est la force d'Israël ne ment point et ne se repent point, car il n'est pas un homme pour se repentir’’ (1Sam 15.29).

Attitude du Prophète Samuel a l’égard de Saul :

‘‘Saül dit encore: J'ai péché! Maintenant, je te prie, honore-moi en présence des anciens de mon peuple et en présence d'Israël; reviens avec moi, et je me prosternerai devant l'Éternel, ton Dieu. Samuel retourna et suivit Saül, et Saül se prosterna devant l'Éternel’’ (1Sam 15.30-31).

Samuel continue le service en préservant Saul et le peuple de l’interdit :

‘‘Puis Samuel dit: Amenez-moi Agag, roi d'Amalek. Et Agag s'avança vers lui d'un air joyeux; il disait: Certainement, l'amertume de la mort est passée. Samuel dit: De même que ton épée a privé des femmes de leurs enfants, ainsi ta mère entre les femmes sera privée d'un fils. Et Samuel mit Agag en pièces devant l'Éternel, à Guilgal.’’ (1 Sam 15.32-33)

Attitude de David, oint roi face à Saul :

Samuel prit la corne d'huile, et l'oignit au milieu de ses frères. L'esprit de l'Éternel saisit David, à partir de ce jour et dans la suite. Samuel se leva, et s'en alla à Rama. L'esprit de l'Éternel se retira de Saül, qui fut agité par un mauvais esprit venant de l'Éternel’’ (1Sam 13.-14).

-          Saul est jaloux de David et cherche à le tuer, mais David se préserve du mal :

‘‘Les femmes qui chantaient se répondaient les unes aux autres, et disaient: Saül a frappé ses mille, et David ses dix mille. Saül fut très irrité, et cela lui déplut. Il dit: On en donne dix mille à David, et c'est à moi que l'on donne les mille! Il ne lui manque plus que la royauté. Et Saül regarda David d'un mauvais œil, à partir de ce jour et dans la suite’’ (1Sam 18.7-9).

-          Saul tente de tuer David :

Le lendemain, le mauvais esprit de Dieu saisit Saül, qui eut des transports au milieu de la maison. David jouait, comme les autres jours, et Saül avait sa lance à la main. Saül leva sa lance, disant en lui-même: Je frapperai David contre la paroi. Mais David se détourna de lui deux fois. Saül craignait la présence de David, parce que l'Éternel était avec David et s'était retiré de lui’’ (1Sam 18.10-12).

-          Saul utilise des stratégies pour tuer David, mais David resta l’intègre et Dieu l’élevait

Il l'éloigna de sa personne, et il l'établit chef de mille hommes. David sortait et rentrait à la tête du peuple; il réussissait dans toutes ses entreprises, et l'Éternel était avec lui. Saül, voyant qu'il réussissait toujours, avait peur de lui; mais tout Israël et Juda aimaient David, parce qu'il sortait et rentrait à leur tête’’ (1Sam 18.13-16,21).

-          La vie de Saul est livrée entre les mains de David, mais David refuse de porter main sur l’Oint de Dieu

Les gens de David lui dirent: Voici le jour où l'Éternel te dit: Je livre ton ennemi entre tes mains; traite-le comme bon te semblera. David se leva, et coupa doucement le pan du manteau de Saül.

Après cela le cœur lui battit, parce qu'il avait coupé le pan du manteau de Saül. Et il dit à ses gens: Que l'Éternel me garde de commettre contre mon seigneur, l'oint de l'Éternel, une action telle que de porter ma main sur lui! Car il est l'oint de l'Éternel. Par ces paroles David arrêta ses gens, et les empêcha de se jeter sur Saül. Puis Saül se leva pour sortir de la caverne, et continua son chemin.

Après cela, David se leva et sortit de la caverne. Il se mit alors à crier après Saül : O roi, mon seigneur! Saül regarda derrière lui, et David s'inclina le visage contre terre et se prosterna’’  (1Samuel 25.5-9).

De nouveau, la vie de Saül est livrée entre les mains de David qui à cause de l’onction évite sa mort :

David et Abischaï allèrent de nuit vers le peuple. Et voici, Saül était couché et dormait au milieu du camp, et sa lance était fixée en terre à son chevet. Abner et le peuple étaient couchés autour de lui.  Abischaï dit à David: Dieu livre aujourd'hui ton ennemi entre tes mains; laisse-moi, je te prie, le frapper de ma lance et le clouer en terre d'un seul coup, pour que je n'aie pas à y revenir. Mais David dit à Abischaï: Ne le détruis pas! Car qui pourrait impunément porter la main sur l'oint de l'Éternel ? Et David dit: L'Éternel est vivant! C’est à l'Éternel seul à le frapper, soit que son jour vienne et qu'il meure, soit qu'il descende sur un champ de bataille et qu'il y périsse. Loin de moi, par l'Éternel! De porter la main sur l'oint de l'Éternel! Prends seulement la lance qui est à son chevet, avec la cruche d'eau, et allons-nous-en’’ (1Sam 26.7-11).

-          Réaction de David face au roi oppresseur :

Et il dit: Pourquoi mon seigneur poursuit-il son serviteur? Qu'ai-je fait, et de quoi suis-je coupable?

Que le roi, mon seigneur, daigne maintenant écouter les paroles de son serviteur: si c'est l'Éternel qui t'excite contre moi, qu'il agrée le parfum d'une offrande; mais si ce sont des hommes, qu'ils soient maudits devant l'Éternel, puisqu'ils me chassent aujourd'hui pour me détacher de l'héritage de l'Éternel, et qu'ils me disent: Va servir des dieux étrangers! Oh! Que mon sang ne tombe pas en terre loin de la face de l'Éternel! Car le roi d'Israël s'est mis en marche pour chercher une puce, comme on chasserait une perdrix dans les montagnes.  Saül dit: J'ai péché; reviens, mon fils David, car je ne te ferai plus de mal, puisqu'en ce jour ma vie a été précieuse à tes yeux. J'ai agi comme un insensé, et j'ai fait une grande faute. David répondit: Voici la lance du roi; que l'un de tes gens vienne la prendre.  L'Éternel rendra à chacun selon sa justice et sa fidélité; car l'Éternel t'avait livré aujourd'hui entre mes mains, et je n'ai pas voulu porter la main sur l'oint de l'Éternel. Et comme aujourd'hui ta vie a été d'un grand prix à mes yeux, ainsi ma vie sera d'un grand prix aux yeux de l'Éternel et il me délivrera de toute angoisse. Saül dit à David: Sois béni, mon fils David! Tu réussiras dans tes entreprises. David continua son chemin, et Saül retourna chez lui’’ (1Sam 26.18-25).

-          Réaction de David à la nouvelle de la mort de Saul :

2Sam 1.1-27 :

a)     Un homme arrive auprès de David pour annoncer la mort de Saul et déclare être l’auteur de sa mort, juste pour chercher la faveur de David :

Combien parmi les Pasteurs et fideles font du mal sur les autres pour chercher la faveur du berger ?

De même que David mis a mort le menteur, ceux qui tuent par les paroles, les commérages, les complots sont spirituellement morts

b)     A la nouvelle de la mort de Saul, David déchire ses vêtements et jeûne jusqu’au soir

De nos jours, combien ne se réjouissent pas face a la mort de leur ennemis ?

La réputation de David n’aurait pu être établie sans cette attitude négative de Saul à son endroit.

c)      David fait une complainte sur la mort de Saul et Jonathan

Avant de parler négativement de la mort d’un autre, savons-nous si la notre serait pire ? 

       Puisse chacun relire attentivement les propos ci-après de David sur Saul et Jonathan pour saisir la profondeur de la pensée divine devant les situations ! Bien que Saul fut ennemi, David se contenta pas de la salir, le noircir, mais il reconnut ses valeur et en pleurait la perte. Il ne regarda pas avec empressement le trône royale qui était pourtant le sien, mais dans l’humilité, il se remettait ainsi a Dieu qui seul peut aider a mieux faire.  De nos jours, on aurait non seulement jubilé, mais on aurait proclamé tout haut : Voila, je vous l’avais dit, Saul n’avait plus Dieu, c’était juste qu’il tombe devant l’ennemi. Puisse la lecture de ces propos nous servir désormais car Dieu ne se plait pas à voir la chute d’un géant :

‘‘Montagnes de Guilboa! Qu'il n'y ait sur vous ni rosée ni pluie, Ni champs qui donnent des prémices pour les offrandes! Car là ont été jetés les boucliers des héros, Le bouclier de Saül; L'huile a cessé de les oindre.

Devant le sang des blessés, devant la graisse des plus vaillants, l'arc de Jonathan n'a jamais reculé, et l'épée de Saül ne retournait point à vide.

Saül et Jonathan, aimables et chéris pendant leur vie, n'ont point été séparés dans leur mort; Ils étaient plus légers que les aigles, Ils étaient plus forts que les lions. Filles d'Israël! Pleurez sur Saül, qui vous revêtait magnifiquement de cramoisi, qui mettait des ornements d'or sur vos habits.

Comment des héros sont-ils tombés au milieu du combat? Comment Jonathan a-t-il succombé sur tes collines?  Je suis dans la douleur à cause de toi, Jonathan, mon frère! Tu faisais tout mon plaisir; Ton amour pour moi était admirable, Au-dessus de l'amour des femmes.

 Comment des héros sont-ils tombés? Comment leurs armes se sont-elles perdues?’’ (2Sam 1.21-27) 

      Chaque homme doit avoir un mentor (entendons ici un coach) : Paul avait Barnabas pour mentor ; Josué avait Moïse. La présence à nos côtés de telles personnes nous conduit à une espèce de formation interactive qui nous fonde sur des principes de transformation active et pratique à effet visible dont l’impact autour de nous n’a plus besoin d’autres expressions que ‘‘venez et voyez’’.

« Il s'appliqua à rechercher Dieu pendant la vie de Zacharie, qui avait l'intelligence des visions de Dieu; et dans le temps où il rechercha l'Éternel, Dieu le fit prospérer » (2 Chron 26.5)   

Dr Andre CHOUBEU

Obstacles.jpg

Partager cet article

Commenter cet article