LA VIE CONJUGALE DU PASTEUR - Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

LA VIE CONJUGALE DU PASTEUR

4 Juillet 2011 , Rédigé par dr-choubeu Publié dans #Etudes Bibliques

 

La vie conjugale du pasteur, et des autres...

(Etude présentée par Jacques DUBOIS au Groupe de Réflexion Biblique de Villeneuve et rédigée d'après ses notes)

Semblables mais distincts

Le récit biblique de la création nous montre clairement (Gen 2.18,20) que la femme, créée après l'homme, l'a été pour être une aide semblable à lui, le vis-à-vis de l'homme. Emerveillé, l'homme déclare qu'elle est os de ses os et chair de sa chair. Dans le mariage, ces deux êtres distincts deviennent une seule chair.

La femme donc, tout en se distinguant de l'homme, est pour l'homme, d'une certaine manière, un autre lui-même. Il n'y a donc pas supériorité d'un côté et infériorité de l'autre, mais au contraire complémentarité dans cette identité d'être humain.

Pour l'apôtre Paul aussi (Eph 5.28- 33), l'épouse est un autre soi-même, et aimer sa femme c'est s'aimer soi-même : les maris doivent aimer comme leur propre corps.

Comme le fait remarquer Henri Blocher (Révélation des origines, p. 89 à 105), le récit de la création ne comporte qu'une seule appréciation négative de Dieu sur son ouvre: Il n'est pas bon que l'homme soit seul. La vie humaine atteint sa plénitude communautairement. Le mariage est l'expression sublimée de cette réalisation, mais heureusement pour les célibataires, ce n'est pas la seule.

La femme (comme épouse) est le prochain le plus proche de l'homme (son mari). En tant que prochain, elle est distincte et indépendante de l'homme. Et pourtant, la femme dépend de l'homme, et l'homme dépend de la femme. D'ailleurs, suivant un curieux mais merveilleux paradoxe, l'homme, qui a été créé le premier, était un être solitaire, et c'est la femme, qui est venue après, qui engendre et crée la vie communautaire.

Les remarques de Saint-Augustin à ce sujet sont toujours pertinentes: si l'homme est la force de la femme (solidité de la côte), la femme est la douceur de l'homme (chair refermée, cicatrisée). Et Saint-Augustin n'a pas peur de pousser plus loin l'allégorie et dit aussi: La blessure du côté de l'homme a fait naître la femme. Par le Christ percé au flanc est née l'Epouse.

Privilèges et responsabilités

L'apôtre Paul n'aurait certainement pas contredit l'idée que l'on peut être un excellent pasteur célibataire, mais il ressort de ses épîtres que la plupart des pasteurs étaient mariés (1 Tim 3.2,12).

Le célibat a ses avantages, par exemple dans un ministère itinérant. Le pasteur est plutôt un résident. Et pour lui, le mariage est un cadre privilégié créé par le Seigneur. Ainsi, le pasteur n'est pas à la charge de ses paroissien(ne)s, mais surtout, son foyer devient un lieu d'accueil pour beaucoup. Le couple peut exercer l'hospitalité recommandée dans l'Ecriture (I Tim 3.2).

Le foyer constitue aussi un test valable et redoutable (I Tim 3.4-5). Si l'église est une famille élargie, la famille nucléaire est, d'une certaine manière, une église en miniature (Eph 5.22). Qui veut le plus, doit le moins!

Avoir une vocation à part entière

La femme qui accepte d'épouser un serviteur de Dieu doit savoir à quoi elle s'engage: elle s'engage à servir Dieu avec son mari. Ainsi, elle ne sera pas seulement l'épouse de son mari, mais la femme du pasteur. Ce fait aura de nombreuses incidences dans sa vie et dans son foyer.

Elle doit donc avoir aussi la vocation de servir Dieu, afin d'être prête à collaborer selon ses charismes, mais attention à ne pas lui en demander plus!

Cette collaboration revêtira diverses formes qui vont de l'accueil et de l'hospitalité, qui sont des constantes du ministère pastoral, à une foule d'activités spécifiques: travail de bureau, secrétariat, visites, école du dimanche, accompagnement des jeunes, musique, soins aux malades, chauffeur de taxi, fleuriste, cuisinière, jardinière, couturière, animatrice, etc.

Note à propos de l'hospitalité: Bien entendu, ce ministère déborde du cadre du seul foyer pastoral et concerne tous les chrétiens qui en ont la possibilité. Lire à ce sujet Rom 12.13; 1 Tim 3.2; 5.10; Tite 1.8; Hbr 13.2; 1 Pi 4.9; 3 Jean 5, textes à mettre en parallèle avec Mat 25.34-40.

Pour réussir son mariage: amour et confiance

Qu'est-ce qu'un mariage réussi?

C'est celui d'un couple dont les conjoints s'intéressent l'un à l'autre dans tous les domaines les concernant... s'aidant mutuellement dans toute la mesure du possible. 

Faut-il tout dire à l’autre?

Cela dépend du couple, de l'intérêt, de la capacité nerveuse, morale, spirituelle du conjoint à apprendre certaines choses. Cela est vrai dans les deux sens: une femme n'a pas plus que son mari l'obligation de tout lui dire. Quelquefois, la promesse du secret est la condition qui permet un partage authentique. N'oublions pas que l'amour véritable ne force jamais les confidences et accepte sans crainte la partie cachée des confidences reçues par l'autre.

Aimer vraiment, c'est être prêt à donner à l'autre ce que l'autre est prêt à recevoir.

Qu'est-ce qu'un mariage réussi?

C'est une union dans laquelle les conjoints se réservent des moments, des journées pour se retrouver seuls. Pour vivre heureux, vivons cachés, dit une certaine forme de sagesse populaire. Une seule solution pour cela: partir à l'aventure, quitter l'environnement habituel, avec son téléphone, la sonnette de la porte d'entrée, et même parfois les enfants exigeants et un peu tyranniques.

C'est difficile à faire, en particulier quand on a des enfants en bas âge, mais il faut néanmoins prendre son jour de congé.

Le pasteur, pour sa femme, est d'abord un mari. Elle a droit à un traitement de faveur. Elle est sa Jérusalem, il n'a pas le droit d'être toujours à Samarie, et encore moins aux extrémités du monde (Act 1.8), sauf momentanément; et d'un commun accord (1 Cor 7.5).

Quelques difficultés

-Le pasteur a l'habitude de donner des conseils, plus que d'en recevoir! Acceptera-t-il les conseils de sa femme? C'est un baromètre de vraie spiritualité! Mais attention cependant: il ne faut pas que la femme se mette à "porter les pantalons", et que son mari devienne totalement dépendant d'elle.

-Le pasteur rentre souvent chez lui épuisé. Il n'a pas envie d'écouter, ni même de parler. Or sa femme, débordée par les enfants en bas âge et le travail domestique ingrat et routinier, voit en lui quand il rentre le premier adulte intelligent de la journée. L'épouse doit laisser à son mari le temps de décompresser. Ensuite le mari, comprenant son épouse, l'écoutera et partagera.

-Dehors, le pasteur soigne son image de marque. Il y va de sa "réputation"! A la maison... il redevient lui- même: il est peut-être impatient, voire indifférent. Triste situation, et contre-témoignage pour les siens. La femme en souffrira très vite, et les enfants se révolteront contre cette caricature hypocrite.

-Le pasteur conseille d'autres femmes. Certaines d'entre elles sont fragiles affectivement et peuvent effectuer un transfert sur lui (cela s'est déjà vu). Si ce qui précède n'est pas réglé, le danger est d'autant plus grand.

-Le mari est le pasteur. Il est au centre de la vie de la communauté. Sa femme n'est que sa femme. Elle court le danger de se déprécier elle-même, de ne vivre que par rapport à son mari, d'être à son ombre. Elle peut finir par ne plus être elle-même, ne plus avoir ses propres réactions, son propre jugement sur les êtres et sur les choses. Et c'est pire encore lorsque le mari encourage cette situation en infantilisant sa femme.

-Souvent les pasteurs épousent des femmes de valeur, cultivées, instruites, à la personnalité riche et attachante. Vont-elles s'épanouir et donner leur pleine mesure, ou s'étioler en végétant? La réponse dépend du mari, chef de sa femme!

Quelques bons conseils

Réfléchissons à la communion avec notre femme: 
-en réservant du temps pour elle dans la programmation de notre temps;
 
-en priant l'un pour l'autre, l'un avec l'autre;
 
-en comprenant les besoins spécifiques de l'autre, et en l'acceptant, le respectant, l'aidant, l'aimant;
 
-en échangeant et en discutant aussi sur des domaines qui ne sont pas spécifiquement chrétiens (livres, spectacles, concerts, sports, etc.);
 
-en nous laissant critiquer dans notre caractère, notre comportement, au dehors comme au dedans, et pour ceux d'entre nous qui prêchent, dans nos sermons (prions pour ne pas avoir une femme trop admirative, elle ferait notre malheur homilétique!) .

Demandons-nous à quand remonte la dernière fois où nous avons dit: "je t'aime, je t'apprécie".

Nous avons choisi notre femme. Personne d'autre ne peut la remplacer. Nous ne pouvons pas avoir de meilleure collaboratrice. Nous lui devons beaucoup plus que nous ne l'imaginons. Si nous voulons une preuve de cela, regardons ailleurs, dans les foyers où la femme refuse d'être l'aide de son mari: quel drame! Quelle amputation pour le mari!

Alors, ne nous contentons pas de dire notre appréciation et notre amour, mais prouvons-les: par un petit cadeau ("disons-le avec des fleurs", même si ce sont des fleurs des champs!). Et si nous sommes éloignés pour un temps... un coup de fil, c'est si facile!

Nous devons travailler activement au succès de notre mariage. Notre effort doit être quotidien. Faisons attention à ne point négliger l'autre, mais aussi à ne point nous négliger, à cause de l'autre.

Sachons que, dans le domaine du mariage, tout est possible, même que notre conjoint nous quitte, parce que l'esprit du siècle le veut ainsi et y travaille constamment.

Notre vie de couple doit être un modèle

pour Dieu -- qui nous aime en Christ
pour nous -- qui y trouvons notre réalisation
pour nos enfants -- qui y ont droit
pour l'église -- qui se sent bien dirigée
pour le prochain -- qui s'arrêtera chez nous le temps d'une visite
pour le monde -- qui recevra le témoignage de l'amour divin.
 

Lien : http://www.promesses.org/arts/124p25-28f.html

Partager cet article

Commenter cet article