LA MALADIE DU POUVOIR - DEVIANCES DU LEADERSHIP - Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

LA MALADIE DU POUVOIR - DEVIANCES DU LEADERSHIP

5 Mai 2012 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

La maladie du pouvoir

Bernard COUSYN

DEVIATIONS DU LEADERSHIP :

Quelques types bibliques

Suite à l'article du numéro précédent, il convient de reprendre les quatre types de déviations énoncés "Bible en main", pour nous rendre compte, entre autres, des caractéristiques et des symptômes ayant trait à la perversion de certains leaderships.

Ce faisant, il faut se garder d'enfermer la totalité d'un personnage dans une des déviations décrites, pour en conclure p. ex. qu'un tel est uniquement autoritariste. Soyons bien conscients que, même si les personnages décrits dans la Bible avaient tissé des relations familiales et sociales teintées de leur propre personne, et même s'il est vrai que nous leur ressemblons beaucoup, il ne faut pas en conclure autre chose que ceci: le problème de l'autorité dans un groupe a été vécu d'une certaine manière par un tel, et il n'est pas question de lui jeter la pierre! Evidemment, dans le cadre de notre étude, certains aspects ne peuvent pas être relevés.

 

Le vedettariat: Saül

(voir 1 Sam 1 5, chapitre auquel se réfèrent les versets cités entre parenthèses)
Saül, le premier roi d'Israël, devait mettre son honneur à être un exemple pour son peuple et un bon conducteur spirituel. Au lieu d'exercer son autorité à orienter les regards d'Israël vers l'Eternel pour veiller à ce que nul ne se prive des bénédictions de Dieu, Saül se soustrait à la théocratie en désobéissant à la parole de Dieu (11). Au lieu d'anéantir les Amalécites (selon l'ordre de Dieu, 3), il choisit d'épargner ce qui lui semble bon - alors que Dieu l'avait jugé mauvais (8-9)! Par cette indépendance à l'égard de la volonté de Dieu, il signe son propre rejet (22-23). Seulement, Saül a goûté à la royauté et s'accroche à l'autorité qu'elle lui confère. Le rejet prononcé par Samuel ne semble pas trop le toucher, pourvu qu'il puisse rester à son poste de leader, auquel il s'accroche désespérément.

Son seul souci, c'est que cette déclaration de rejet reste entre Samuel et lui: une vedette ne doit pas avoir de défauts! Saül veut donc paraître en public comme si rien ne s'était passé: Honore-moi en présence des anciens et de mon peuple, dit-il (30). Il désire être confirmé dans sa position de vedette.

La Bible nous rapporte un détail symptomatique sur ce Saul-vedette. Il justifie devant Samuel son manque de respect pour la parole de Dieu en ces mots: Je craignais le peuple (24). N'est-ce pas là un argument tricherie? En tant que vedette, l'honnêteté ne l'aurait-elle pas obligé à dire: "Je craignais de déplaire au peuple" ?

Posons-nous cette question: qu'est-ce qui nous importe davantage, ce que les gens pensent de nous ou ce que le Seigneur pense de nous ? Craignons-nous davantage le jugement des gens... ou le jugement de Dieu ?

 

Le laisser-faire: Ruben

(Les références bibliques se rapportent aux chapitres 37-45 de la Genèse.)
Etre le premier d'une grande famille en Israël donnait plus de devoirs que de droits. Le droit d'aînesse comprenait la gérance de la maison paternelle en l'absence temporaire ou définitive du père. Se préparer à cette tâche avec sérieux et respect incombait donc à Ruben, l'aîné de la famille de Jacob.
La préférence de Jacob pour son onzième fils Joseph et les songes de ce dernier, dont le contenu était humiliant pour ses dix frères, leur fit concevoir le projet de se débarrasser de ce cadet aux ambitions envahissantes.

La première réaction de Ruben, le chef de ce groupe remuant et hostile, est de canaliser l'énergie meurtrière de ses frères vers une "solution de secours" pour éviter le pire (37.20-22). Déjà là, il aurait fallu une action énergique, digne d'un chef. Ruben devait s'interposer avec autorité entre Joseph et ses frères.

Il est vrai qu'il intervient, mais on a le sentiment d'une capitulation de la part de cet aîné, suivie d'une longue série de regrets: le type même du laisser-faire.

Juda profite d'une absence de Ruben pour vendre son frère Joseph à des nomades, et Ruben ne peut plus rien contre ce fait accompli. Son laisser-aller a perdu Joseph. Ruben ne proteste même pas contre la supercherie que ses frères manigancent pour tromper leur père (37.29-35).

Les années passent, mais Ruben ne peut oublier. "L'événement Joseph" ressurgit lors de la famine qui mène les fils de Jacob en Egypte. Ruben ne proteste même pas quand ses frères mentent en disant qu'ils sont d'honnêtes gens (42.11). Malgré tout, dans le groupe Ruben garde sa place à cause de son rang d'aîné (43.33). Cependant il n'a plus d'autorité sur ses frères. Son incapacité de gérer le groupe le bloque. Cela doit se remarquer, puisque Joseph a discerné le manque d'autorité de l'aîné, vu qu'il recommande à ses frères de ne pas se quereller en route (45.24)!

 

L'autoritarisme: Diotrèphe  (3 Jean 9-11)

La Bible est moins explicite sur ce cas, mais on soupçonne un homme d'église au caractère de dictateur. Comment est-il arrivé à être le leader? Nous n'en savons rien, sinon qu'il est celui qui commande et qu'il y tient (9). Pour Diotrèphe, l'autoritarisme est la seule solution, puisque les reltelechargement.jpgations avec tous sont coupées. Il est le "tyran du presbytère" que le groupe subit, dont les actes et les paroles nuisent à l'église (10). Les paroissiens ne sont plus considérés comme des frères à part entière, mais comme des pions que l'on déplace, admet ou refuse selon son bon vouloir! C'est ainsi que dans l'église, parfois, des ministères deviennent progressivement des magistères...

 

Le paternalisme: Rébecca

(Les références bibliques se rapportent aux chapitres 25-27 de la Genèse.)
Peut-être aurait-il fallu dire: "Rébecca, la mère poule". En tout cas, il y a dans 'Ecriture des femmes qui présentent certains types de déviation, en particulier dans les relations familiales.

Dans le cas présent, le problème remonte à la naissance des jumeaux Esaü et Jacob (25.24-28). Le texte biblique nous apprend que l'amour de Rébecca pour son fils Jacob est exclusif et oppressant, au point où elle lui dicte sa conduite sans lui laisser le choix (27.8,15-17).
Le chantage affectif est manif este. Sous couvert de vouloir son bien, Rébecca exerce une véritable dictature sur le jeune homme, au mépris de la morale, bousculant l'autre fils Esaü, trichant avec son mari Isaac... L'une des caractéristiques de cette prise en charge autoritaire est l'acceptation par Rébecca des conséquences que ses décisions peuvent avoir pour elle (27.13). Cette attitude a un nom: la direction de conscience.

Quand son fils Jacob est en danger de subir la vengeance d'Esaü, qui est furieux d'avoir perdu la bénédiction paternelle (alors qu'il l'avait méprisée en la vendant à Jacob contre son plat favori: 25.33-34), c'est encore Rébecca qui fait front. Elle trompe de nouveau Isaac pour éloigner Jacob, en alléguant un prétexte de mauvaise compagnie féminine pour son fils (27.46). Remarquons que l'argument ne sonne pas faux, car les mésalliances ont déjà fait souffrir la famille (26.34), de sorte qu'Isaac est tout à fait convaincu que Jacob doit partir.

Le témoignage prêchant l'exemple, quoi d'étonnant Jacob devienne tricheur à tour?

 

Conclusion

Il serait intéressant de rechercher dans la Bible les problèmes relationnels entre les divers personnages afin d'étudier la manière dont Dieu intervient.

Ayant examiné les écueils qu'un leader doit éviter, on peut maintenant se poser la question: quelle est la mission du leader?

Le prochain article se proposera d'établir un projet général valable pour tout leader-pédagogue en action au sein d'un groupe, pour autant que son objectif avoué soit de faire connaître le Seigneur. 

Lien : http://www.promesses.org/arts/74p21-23f.html

 

Partager cet article

Commenter cet article