Jéricho - La lvioire - Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

Jéricho - La lvioire

5 Mai 2012 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Etudes Bibliques

Jéricho - La victoire

Jean-Pierre SCHNEIDER

Rencontrer un ange

Le peuple d'Israël a pris pied dans le pays à conquérir. Il y est entré par un miracle en traversant le Jourdain à pied sec, tout comme il était sorti d'Egypte par un miracle en traversant la mer des Joncs. Le décalage de 40 ans entre les deux événements était dû à l'incrédulité du peuple. Quelle est l'instruction qui en découle pour nous chrétiens aujourd'hui? Car tout ce qui a été écrit d'avance l'a été pour notre instruction, afin que, par la patience et par la consolation que donnent les Ecritures, nous possédions l'espérance (Rom 15.4).

La sortie d'Egypte (notre conversion) devrait être suivie de près par l'entrée en Canaan (jouissance de la vie de résurrection de Jésus-Christ). Saisir le salut par la foi et vivre la vie de sanctification et de victoire par la même foi, par le Saint-Esprit reçu à la conversion : ces deux aspects de la vie chrétienne ne devraient pas être marqués par un décalage de 40 ans ! Ne pas entrer dans la vie victorieuse n'est pas égal à perdre son salut, mais à perdre les bénéfices spirituels et pratiques promis à tout chrétien authentique.

Chrétiens découragés, relevez la tête ! Paul parle de patience, de consolation et d'espérance. Dieu veut vous faire découvrir que vous pouvez entrer en possession du pays des promesses. La prise de Jéricho peut vous y instruire. Que le Saint-Esprit dont vous portez le sceau (Eph 1.13) vous donne cette patience et vous console: il y a de l'espoir! Le cheminement d'Israël sous la conduite de Josué peut être le vôtre sous la conduite de Jésus (les deux noms veulent dire "Sauveur").

Le premier point à découvrir (ou à redécouvrir), c'est que "Dieu est vivant". Les Israélites ont vécu pendant 40 ans comme si Dieu était mort; Josué leur rappelle: Dieu est vivant parmi vous (Jos 3.10). Avez-vous vécu comme si Dieu était mort? Avez-vous vécu sans compter sur l'intervention de Dieu ? Vos activités chrétiennes peuvent-elles s'expliquer par vos capacités naturelles? Peut-être continueriez-vous à fonctionner bien chrétiennement même si Dieu mourait ? Quelle différence cela ferait-il ? As-tu le renom d'être vivant, mais tu es mort (Apoc 3.1)? Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre: tu le sais, mais y crois-tu ? Tout pouvoir ! Pas de limite à ce que le Seigneur peut accomplir dans ta vie ! Mais ce sera pas à pas qu'il te mènera sur le terrain de la vie victorieuse, et il te fera passer par où tu n'as pas encore passé (Jos 1.3 ; 3.4).

Dieu avait donné à Moïse un ange pour chasser l'ennemi devant le peuple. Il en envoie un à Josué qui lève les yeux vers la formidable forteresse de Jéricho - et il voit un ange ! Cet ange se présente comme un guerrier, l'épée tirée à la main. (A lire : Jos 5.13-15.) Josué, tout naturellement, veut savoir de quel côté ce guerrier se range. La réponse est catégorique: "D'aucun ! Je ne suis pas venu pour prendre parti. Je suis venu pour prendre la situation en charge." Josué est en face du chef de l'armée de l'Eternel. C'est lui le général. Ce n'est pas à nous de faire les plans, espérant que Dieu sera bien de notre côté. Jéricho n'est pas notre problème: Dieu s'en charge.

Josué l'a immédiatement compris: Parle, je t'écoute. Oui, bien sûr, nous écoutons Dieu. Cela ne suffit pourtant pas. Josué se prosterne en signe de soumission. Il connaît le récit du buisson ardent, mais il a oublié d'ôter ses sandales. Il pense marcher dans ses propres souliers. Josué doit redécouvrir ce que Moïse avait oublié : Dieu est présent, c'est lui qui me dit où aller, mes pieds suivront le chemin qu'il m'indiquera.

Dieu n'a pas changé. Le principe est resté le même : le buisson ardent, le chef de l'armée de l'Eternel, le Saint-Esprit en moi... Le Seigneur est présent, il veut prendre en charge. Ote tes souliers; mets-toi sur le terrain de l'entière dépendance de Dieu; marche dans la victoire que le Seigneur a déjà préparée et prends possession du pays qu'il a déjà conquis.

Jéricho représente la forteresse de Satan dans le pays à posséder, dans la vie du chrétien. Comment vaincre cet obstacle ? Héb 11.30 nous le dit: C'est par la foi que les murs de Jéricho tombèrent.
Avant de continuer, lisez Josué 6.

Faire tomber la forteresse

Josué s'attendait vraiment à ce que les murs tombent: Poussez des clameurs, car l'Eternel vous a donné la ville ! A la regarder, elle paraissait toujours aussi imprenable que jamais. Quel est l'obstacle qui empêche la vie de Christ de s'épanouir en vous ? Vous attendez-vous à le voir tomber ? Par la foi, les murs de Jéricho tombèrent, après qu'on en eut fait le tour pendant sept jours(Héb 11.30). Ils ne tombèrent pas le premier jour...

Le chiffre sept semble jouer un rôle important: 7 sacrificateurs, 7 trompettes, 7 jours, 7 tours. C'est le chiffre de la perfection divine. Dieu est une trinité, et il est le créateur. Or la terre est caractérisée par les 4 points cardinaux, et la création est représentée par les 4 êtres vivants dans l'Apocalypse (4.5-7). Le chiffre 7 représente donc le Dieu trinitaire créateur (3 + 4). Le symbolisme du chiffre 7 quatre fois répété indique clairement que la victoire est donnée par Dieu. Mais si certains expliquent la chute des murailles par un tremblement de terre (pourquoi pas?) ou par les vibrations créées par les cris du peuple (peu probable), il y a manifestement une intervention directe de Dieu, donc un miracle.

Pourquoi le peuple devait-il faire le tour de la ville le septième jour, pourtant le jour de repos, le sabbat? Ce jour devait être sanctifié (= mis à part) pour glorifier Dieu, et il était défendu de faire son propre travail ce jour-là. Or, si les murs de Jéricho sont tombés, c'était l'oeuvre de Dieu (comme les guérisons de Jésus faites le sabbat), et non celle des Israélites. Leur "oeuvre" était une cérémonie religieuse...

Quant aux "trompettes", il s'agissait du "chophar yobelim", du cor des jubilés, qui symbolise la proclamation de l'Evangile, qui est à la fois une déclaration de guerre à Satan et la proclamation de la victoire (dont le jubilé est l'expression). - Prophétiquement, la septième et dernière trompette sonnera aussi le septième jour (à la fin de la semaine prophétique) pour annoncer la victoire finale de Jésus-Christ sur Satan (1 Cor 15.52 ; Apoc 11.15).(1)

L'interdit

La ville sera vouée à l'Eternel par interdit, elle et tout ce qui s'y trouve. Hommes, femmes, enfants, bébés, les animaux, tous doivent mourir.

Choquant, n'est-ce pas ? Mais c'est un ordre de Dieu. Deut 13.16 montre que c'est le sort des communautés adonnées à l'idolâtrie. Israël ne devait pas en être contaminé. En devenant l'instrument d'un châtiment si terrible, Israël devait comprendre, d'une part, quel serait son propre sort s'il tombait dans le même péché, d'autre part, que Dieu est saint et ne peut tolérer l'idolâtrie et la conduite immorale qui l'accompagne.

Rien de ce qui servait Satan ne devait subsister. Rahab, elle, avait servi l'Eternel en hébergeant les deux Israélites envoyés en reconnaissance par Josué. Le cordon de fil écarlate (Jos 2.18) qui signifie le salut pour Rahab et les siens est un symbole du sang de Christ qui sera répandu pour le pardon du péché du monde entier (1Jean 2.2).

Jéricho est un type des prémices. La première récolte appartient à Dieu, de même que le premier-né (que les païens offraient souvent en sacrifice). Jéricho représentait les prémices du pays de Canaan c'est pourquoi la ville entière était vouée à Dieu.

C'est un autre fil qui traverse toute la Bible : ce que nous avons appartient en propre à Dieu, car qu'avons-nous que nous n'ayons reçu ? Si Dieu demande les prémices, c'est pour nous rappeler qu'il doit être honoré le premier, qu'il en a l'emploi prioritaire. Dans l'AT, la loi avait fixé 10 % les dons dus à Dieu. C'était le minimum. En plus, il y avait les offrandes qui étaient proportionnelles à l'affluence individuelle. Le principe est resté le même. Aucun chrétien qui a pratiqué la dîme et l'offrande (le maximum de ce qu'il pouvait donner sans précipiter sa famille dans les dettes) n'a jamais manqué du nécessaire. Je puis en témoigner. Deux textes seraient ici à relire: Mal 3.8-10 et 2 Cor 8.13-15.

Le peuple d'Israël exécuta exactement l'ordre de Josué. Jéricho devait dès lors rester ouverte à tout venant, en témoignage de l'ennemi vaincu. Aussi une malédiction est-elle prononcée contre quiconque rebâtirait Jéricho (6.26), malédiction qui se réalisa 500 ans plus tard contre Hiel (1 Rois 16.34).

Jéricho est vaincue, le bastion le plus formidable de l'ennemi est anéanti, le pays peut être conquis. Tout est bien! Et pourtant...

Jean-Pierre SCHNEIDER

 

Lien : http://www.promesses.org/arts/77p15-18f.html165637 1647475360392 1642183768 1489243 6785852 s[1]

 

Partager cet article

Commenter cet article