HEBREUX 9.1-10 - LE CULTE DE L'ANCIENNE ALLIANCE - Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

HEBREUX 9.1-10 - LE CULTE DE L'ANCIENNE ALLIANCE

5 Mai 2012 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

Jean Chopard

Tabernacle-with-bronze-laver--tb-n030301_t.jpg


L'entrée en vigueur d'une nouvelle alliance, annoncée au chapitre 8, entraîne aussi un changement de culte. Un rappel du culte lévitique (Héb 9.1-10) précède l'explication du nouveau, inauguré par le Christ et dont il est le souverain sacrificateur.

1. Hébreux 9.1-5: les éléments du culte ancien

Dieu n'avait laissé ni à son peuple ni au hasard les modalités du culte a lui rendre. Les ordonnances sur le sujet occupent i 3 chapitres de 'Exo­de et presque tout le Lévitique. La principale est sans doute celle consa­crée au grand jour des expiations (Lév 1 6).

Aux destinataires de l'épître aux Hébreux, on comprend que l'auteur n'ait pas jugé utile d'expliquer les détails d'un culte qu'ils connais­saient bien, pour l'avoir pratiqué. On peut le déplorer cependant, pour les croyants de nos jours, qui auraient trouvé un commentaire inspiré combien riche en réflexions. Il se dégage, en effet, des éléments du culte ancien, maintes notions fondamentales encore valables pour le culte que Dieu attend de son Eglise.

1.1. Le tabernacle (Ex 26.1-30) 
Appelé tente de la rencontre, il était le lieu du rendez-vous de Dieu avec les fidèles. Au désert, 3 tribus campaient sur chacun des 4 côtés du tabernacle. Il était ainsi un lieu de rencontre de chaque tribu, non seulement avec Dieu, mais aussi avec les autres.

En Christ aussi, l'Eglise a un centre de ralliement unique pour rencon­trer Dieu. Le culte qu'elle lui offre, en Esprit et en vérité, manifeste son unité dans le Seigneur et devient le moyen par excellence de dévelop­per la communion fraternelle, à l'image de l'Eglise primitive (Act 2.42-47).

1.2. Le chandelier (Ex 25.31-40) 
Il répandait une lumière permanente, rappelant que Dieu est lumière (1 Jean 1.5) et que son approche n'est possible que pour celui qui marche dans la lumière constamment.

1.3. La table des pains (Ex 25.23-30) 
Les 12 pains de la présence constante (sur 2 rangs de 6), renouvelés chaque sabbat, représentaient les 12 tribus d'Israël (Lév 24.7-8), c'est-à-dire tout le peuple de Dieu, en perpétuel renouvellement, avec la succession des générations, mais vu comme uneoffrande à Dieu, constante et toujours sous son regard.

1.4. Le lieu très saint (Ex 26.31-33) 
Appelée aussi saint des saints, cette deuxième partie du tabernacle constituait l'habitation par excellence de Dieu. Elle n'était accessible que par le souverain sacrificateur, une seule fois l'an.

Depuis la déchirure du voile du temple, à la mort de Christ (Mat 27.51), un libre accès est offert par Lui vers Dieu à tout croyant (Héb 10.19).

1.5. L'autel des parfums (Ex 30.1-6) 
Il servait à offrir les parfums prescrits, signes des prières des rachetés (cf. Apoc 5.8), qui forment une part importante du culte. La composi­tion des parfums, elle aussi soigneusement réglementée (Ex 30.22-38), en excluait tout élément impur!

1.6. L'arche (Ex 25.10-16) 
Principal objet du tabernacle, elle figurait la présence de Dieu, avec ses exigences saintes.

1.7. La cruche d'or avec la manne (Ex 16.32-34) 
Souvenir impérissable de la nourriture périssable au désert, cet élé­ment du culte devait susciter la reconnaissance. Tout culte digne de ce nom rendu à Dieu, l'auteur de tout don parfait pour notre vie (2 Pi 1.3 Jac 1.17), pourrait-il manquer d'une authentique reconnaissance (Col 3.15) ?

1.8. La verge d'Aaron (Nom 17.16-26) 
Un bois sec, symbole de mort, qui bourgeonne, attestait d'avance la résurrection de Christ. De même que la fleur annonce le fruit, la résur­rection du Christ fait penser à la résurrection des croyants. Rassem­blés au culte, ils sont déjà ici-bas le fruit qui satisfait le Seigneur (Es 53.11), en attendant la vue d'ensemble de l'immense récolte accumu­lée au cours des siècles.

1.9. Les tables de l'alliance (Ex 25,16 ; 40.20 ; Deut 10.3-5) 
Sommaire de la loi, les 10 commandements demeurent l'expression de la volonté de Dieu, révélée en vue du jugement.

Christ a apporté un autre aspect de cette même volonté (voir Jean 1.17), qui est de faire grâce au pécheur, tout en restant juste (Rom 3.26).

1.10. Les chérubins sur le propitiatoire (Ex 25.17-22) 
Apparus en Gen 3.24 comme gardiens de la sainteté de Dieu, ils re­gardent constamment le couvercle de l'arche, où le sang du sacrifice d'expiation couvrait le péché.

De même, les anges admirent dans 'Eglise les conséquences de l'oeuvre du salut en Christ (1 Pi 1.12).

2. Hébreux 9.6-10: Les limites du culte ancien


Malgré son origine divine et l'abondance harmonieuse de ses rites, le culte de l'ancienne alliance restait limité et imparfait, sur plusieurs plans.

2.1. Ses adeptes 
Il était réservé au seul peuple d'Israël, au temple de Jérusalem. Au­jourd'hui l'Eglise entière adore, sur toute la terre.

2.2. Son lieu 
La Samaritaine paraissait souffrir de la primauté et de l'exclusivité de Jérusalem. Jésus lui annonça plus et mieux même que son attente (Jean 4.20-24).

2.3. Ses participants 
Seuls les sacrificateurs, tous de la tribu de Lévi, exerçaient les fonc­tions relatives au tabernacle. En Christ maintenant, chaque croyant est sacrificateur (1 Pi 2.9-10), déjà par son témoignage oral quotidien, en tout lieu (Héb 13.15)

2.4. Les "distances" subsistent (Héb 9.8) 
Dans le culte ancien, Dieu restait lointain pour l'Israélite (cf. Héb 7.19)

De même, tant que subsiste en lui un obstacle du vieil homme, le cro­yant ne jouit pas de la pleine communion voulue par Dieu pour les siens.

2.5. La conscience reste chargée (Héb 9.9) 
La répétition des sacrifices rappelle les péchés (Héb 10.1-3). En l'ab­sence de siège dans le tabernacle, le sacrificateur servait toujours de­bout. Il ne pouvait ni goûter ni offrir le repos! En Christ, au contraire, nous qui avons cru, nous entrons dans le repos(Héb 4.3) étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu (Rom 5.1).

3. Conclusion

En Eden, L'Eternel Dieu se promenait dans le jardin au frais du jour (Gen 3.8). Il avait une libre et constante communication avec sa créa­ture. La rupture fut la conséquence du péché (Gen 3.24).

Mais Dieu n'a pas cessé de chercher à rejoindre et gagner l'homme per­du loin de lui. La Parole devint chair et tabernacla avec les hommes (Jean 1.14); par Christ, Dieu a été manifesté en chair (1 Tim 3.16).

Au terme du plan d'amour de Dieu, retentit le "tout accompli" de l'his­toire: Voici, le tabernacle de Dieu est avec les hommes, et il taberna­clera avec eux (Apoc 21 .3).

Que ces souvenirs, d'une part, et ces perspectives, d'autre part, ani­ment et orientent notre vie entière, afin d'offrir à Dieu le culte raisonna­ble lui revenant, en retour de ses compassions envers nous (Rom 12.1).

Jean Chopard

Lien : http://www.promesses.org/arts/74p24-27f.html

 

Partager cet article

Commenter cet article