DANS LA VOLONTÉ PARFAITE DE DIEU - Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

DANS LA VOLONTÉ PARFAITE DE DIEU

15 Mai 2017 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

Comment pouvons-nous être dans le centre de la volonté de Dieu à chaque instant, sans aucun doute. La réponse se trouve dans 1 Thessaloniciens 5 :16-18 :

″Soyez toujours joyeux. Priez sans cesse. En toutes circonstances, rendez grâce ; car telle est à votre égard la volonté de Dieu en Christ-Jésus.″

Ces versets nous garantissent que nous sommes dans le centre de la volonté de Dieu, quand nous nous réjouissons, prions, et remercions, en tout temps.

Une part importante de faire la volonté de Dieu c’est l’utilisation d’un petit organe du corps, la langue. La langue a tout avoir avec le cours de notre vie. Dieu dit, dans Jacques 3 :2-6 :

″Nous bronchons tous de plusieurs manières. Si quelqu’un ne bronche pas en paroles, c’est un homme parfait, capable de tenir tout son corps en bride. Si nous mettons le mors dans la bouche des chevaux, pour qu’ils nous obéissent, nous dirigeons aussi leur corps tout entier. Voyez encore les navires : si grands qu’ils soient, et poussés par des vents impétueux, ils sont dirigés par un très petit gouvernail au gré du pilote. De même, la langue est un petit membre, mais elle a de grandes prétentions. Voyez comme un petit feu peut embraser une grande forêt ! Or la langue aussi est un feu, elle est le monde de l’injustice : la langue a sa place parmi nos membres, elle souille tout le corps et embrase tout le cours de l’existence, embrasée qu’elle est par la géhenne.″

Dieu nous dit que la langue dirige le cours de notre vie comme un gouvernail d’un navire ou le mors dans la bouche du cheval dirige tout son corps, le guide.

La langue est au corps et à la vie du chrétien, comme le gouvernail est au navire et le mors au cheval. Quand la langue est utilisée négativement, comme ″Monde iniquité″ cela produit beaucoup de choses qui sont secondaires.

Si je suis chrétien et que je me plains et grogne, le monde ne sait pas que je suis différent des païens. Ma spiritualité est partie, mon témoignage est sans effet, je répands un monde de ténèbres parce que j’ai choisi d’amplifier le problème avec ma bouche au lieu d’amplifier la réponse en louant Jésus.

Quand je suis dans une épreuve, je dis : ″Seigneur, je te remercie pour une raison, parce que tu l’as dit″, immédiatement j’entre dans une nouvelle dimension.

Vous pensez peut-être que c’est fou de louer Dieu quand tout s’écroule autour de vous ? C’est parfait. Il y a aucun endroit que Dieu dit de le louer que cela devait avoir du sens pour nous ; Il a dit, ″de le faire. Et vous saurez que vous êtes dans ma volonté″. Quand nous sommes dans sa volonté, Il répond à nos prières.

Demandez n’importe quoi et Pour Sa gloire, vous allez le recevoir. ″Quoi que ce soit que nous demandions, nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements et que nous faisons ce qui lui est agréable.″ (1 Jean 3 :22)

″ Voici l’assurance que nous avons auprès de lui : si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute. Et si nous savons qu’il nous écoute, quoi que ce soit que nous demandions, nous savons que nous possédons ce que nous lui avons demandé.″ (1 Jean 5 :14-15)

″Si vous demeurez en moi et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé.″ (Jean 15 :7)

Tout de suite nous voyons que nous sommes en position de recevoir des réponses à nos prières, nous devons en premier lieu garder Ses commandements et faire ce qui lui est agréable. C’est une grosse commande l’obéissance ne vient pas naturellement à la race humaine.

″Seigneur,″ Je proteste, ″Je ne peux pas garder tes commandements.″ ″C’est une bonne chose que tu sais cela,″ Il répondit. ″Certainement tu ne peux les garder mais tu peux désirer, de le faire. Et quand tu décides que tu veux les garder, alors J’interviens et prends en charge, de les garder pour toi.″

(Phil. 2 :13) ″Car c’est Dieu qui opère en vous le vouloir et le faire selon son dessein bienveillant.″

Ce qui fait le plus plaisir à Dieu : c’est la louange (Ps. 107:8) ″ Qu’ils célèbrent (louent) l’Éternel (pour) sa bienveillance Et pour ses merveilles en faveur des humains″.

Nos langues pourvoient une lecture très précise de la condition de nos âmes, et nos âmes prospèrent seulement quand elles sont sur l’emprise de l’Esprit de Dieu au lieu sur notre contrôle personnel.

″Mon âme, bénis l’Éternel ! Que tout en moi (bénisse) son saint nom ! Mon âme, bénis l’Éternel, Et n’oublie aucun de ses bienfaits ! C’est lui qui pardonne toutes tes fautes, Qui guérit toutes tes maladies.″ (Ps 103 :1-3)

Quand l’âme bénit le Seigneur, elle prospère : ″Bien-aimé, je souhaite que tu prospères à tous égards et que tu sois en bonne santé, comme prospère ton âme.″ (3 Jean 1 :2)

La prospérité de l’âme est un résultat naturel quand nous nous réjouissons, prions, et remercions (rendre grâce) au Seigneur.

″Pourtant tu es le Saint, Tu sièges au milieu des louanges d’Israël.″ (de ton peuple) ( Ps 22 : 3 (4) )

Si vous vous mettez en position de propriétaire de votre âme, il n’y aura pas de prospérité, elle sera dans le désordre, pas en accord avec Dieu, parce que Dieu n’a jamais eu l’intention que nous devenions propriétaire. Il a dit ″Soyez mon hôte (steward)″.

Un hôte n’a aucune responsabilité, excepté une chose – loyauté (faithfulness). Un propriétaire doit donner tout ce qu’il a dans l’ordre de protéger ses droits. Être un hôte suffit d’être loyal au patron. Quand commencent les troubles, nous pouvons interpeller le patron ″Hey Boss ! On a un problème, ici. Qu’est-ce que tu vas faire avec ? J’admets que c’est moi qui nous ai mis dans ce pétrin, mais je compte sur toi pour me secourir.″

Un hôte a la vie facile, pas d’ulcères, parce qu’il n’a jamais à prendre de décisions. Il est libre, seulement Jésus peut rendre un homme libre. Ne possédant rien, il peut se réjouir des possessions de Dieu.

Cette liberté a été perdue dans le Jardin d’Éden.

Dieu n’a jamais dit que c’était facile d’abandonner la propriété de son âme. Mais ça peut être fait.

″Au bord de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon appelé Pierre, et André, son frère, qui jetaient un filet dans la mer ; en effet ils étaient pêcheurs. Il leur dit : Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d’hommes.

Aussitôt, ils laissèrent les filets et le suivirent.″ (Matt 4 :18-20)

Quand Jésus leur a présenté son invitation de tout abandonner, leur propriété et devenir des hôtes, ils ont laissé leurs filets tout de suite sans rouspéter. Ils ont tous laissé tombés pour le suivre. Ils ont donné instantanément leur droit de propriété quand ils ont vu Jésus.

À n’importe quel moment, quand vos sentiments font mal, c’est une indication directe que vous agissez comme propriétaire. Personne ne peut violer vos droits à moins que vous ayez des droits à être violés. N’importe quel temps, vous sortez vos pilules de martyre et commencez un party de pitié, lamentez, ″Pauvre de moi, personne ne me comprend,″ vous êtes sur la mauvaise route. Quand vous êtes mal pris, votre âme fait n’importe quoi sauf de prospérer. Prospérité, santé, et tous les autres signes d’abondances vivant en Jésus seront très loin de vous.

Les enfants de Dieu ne réagissent jamais à ces choses quand ils marchent dans l’Esprit. Ils répondent toujours aux besoins des autres. Réaction ou réponse ? Ceci est le baromètre par lequel nous pouvons dire dans quelle dimension nous vivons : la dimension de propriétaire – domaine dans l’âme de Pied Léger, ou la dimension d’hôte (stewardship) – dans l’Esprit, par lequel toutes choses fonctionnent comme Dieu ordonne.

Ministère pour la

Connaissance de Dieu

(Bibliothèque Chrétienne Évangélique MCD)

Diffusion de l’Évangile

Michel Field, Évangéliste

www.facebook.com/evangeliste.michel.field

fieldmichel@sympatico.ca

Partager cet article

Commenter cet article