CONSCIENCE ET CONVERSION - Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

CONSCIENCE ET CONVERSION

1 Novembre 2015 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

CONSCIENCE ET CONVERSION

CONSCIENCE ET CONVERSION

Michel Field Évangéliste

Lire : Tite 1:10-16.

« ...ils montrent que l'œuvre de la loi est écrite dans leurs cœurs, leur conscience en rendant témoignage, et leurs pensées s'accusant ou se défendant tour à tour. » (Romains 2:15).

La conscience est une puissance programmée en nous…pour passer des jugements moraux sur nous-mêmes, approuvant ou désapprouvant nos actions, pensées, et projets, et nous montrant si ce que nous avons fait est…mauvais, et que nous méritons de souffrir pour cela…Paul dit que Dieu a écrit la connaissance de Ses lois dans chaque cœur humain (Rom. 2:14-15) et l'expérience le confirme.

Notre texte d'ouverture dit,

« ...leur conscience en rendant témoignage...» (Romains 2:15).

Regardons ensemble à trois questions concernant la conscience de l'homme et comment la Bible y répond.

I. Premièrement, d'où vient la conscience de l'homme?

Il est dit que quand Dieu créa le monde,

« L'Éternel Dieu forma l'homme de la poussière de la terre, Il souffla dans ses narines un souffle de vie et l'homme devint un être vivant. » (Genèse 2:7).

Ce qui a fait que l'homme soit différent des animaux s'appelle le « souffle de vie. » En hébreux, on trouve le terme « neshamah » qui est traduit par « souffle de vie. » Strong fait remarquer que cela signifie « esprit » (#5397). Le « neshamah » devint l'esprit de l'homme, indépendant de l'âme (intellect) et des fonctions du corps. Ce « souffle de vie » a donné à l'homme deux choses qu'aucun animal ne possède – (1) la capacité de connaître Dieu (2) et la capacité de faire la différence entre le vrai et le faux. On peut également dire que le « souffle de vie » en l'homme lui donna son esprit humain à partir duquel son intellect (aussi connu sous le nom d'âme) fut activé. Avec cette intelligence, il pouvait penser et prendre des décisions. Mais les animaux ont aussi une intelligence. C'est l'esprit de l'homme, provenant du « souffle de vie » qui a rendu l'homme différent. Le « neshamah, » ou « souffle de vie » devint l'esprit de l'homme et lui donna la capacité de connaître Dieu personnellement, et celle de connaitre le vrai du faux.

La fonction de la conscience est donnée dans les Proverbes, chapitre 20:27,

« Le souffle de l'homme est une lampe de l'Éternel; Il pénètre jusqu'au fond des entrailles. »

Le « souffle » de l'homme dans ce verset est encore notre terme hébreu « neshamah » qui signifie « inspiration divine » ou « esprit » et découle du même terme « souffle de vie. » Proverbes 20:27 nous montre que « neshamah, » fut donné à Adam par Dieu et devint « l'esprit [souffle] de l'homme » (Proverbes 20:27). C'est le premier des trois éléments qui permettent à l'homme d'agir – esprit, âme et corps. L'âme est l'intellect. L'esprit [souffle de vie] est la conscience et la capacité de connaître Dieu. Le corps est la chair. The « neshamah » devint l'esprit de l'homme, doté de sa conscience qui lui permet de sonder ce qui se trouve au plus profond de lui-même. C'est elle qui lui montre quand il n'est pas dans la vérité.

« David sentit battre son cœur, après qu'il eut ainsi fait le dénombrement du peuple. » (II Samuel 24:10).

« Cœur », dans ce verset, fait référence au « neshamah » de David, l'activité de sa conscience. C'est à dire que sa conscience était agitée parce qu'en dénombrant [faire le recensement] ses sujets, il avait péché contre Dieu.

L'histoire bien connue de « Pinocchio » de Collodi, raconte l'histoire d'une marionnette qui désire de tout son cœur devenir un petit garçon. Tant qu'il est une marionnette, c'est un criquet qui lui sert de conscience. Mais aussitôt qu'il devient un véritable petit garçon, son cœur reçoit une vraie conscience lui montrant le vrai du faux. Nos premiers parents furent créés avec une conscience vivante et agissante, mais plus tard ces consciences furent altérées devinrent aussi peu fiables que le criquet de Pinocchio!

II. Deuxièmement, qu'arriva-t-il à la conscience de l'homme?

Nos premiers parents péchèrent dans le jardin d'Éden. À la chute, l'image de Dieu fut déformée au dedans de l'homme, et sa conscience s'arrêta de fonctionner correctement. Lorsqu'Adam, après avoir péché, fut confronté par Dieu il eu recours à différentes excuses, et Ève également (Genèse 3:11-13). Ni l'un ni l'autre ne sentirent aucun remord car leur conscience étaient devenues dénaturées et altérées. Il en fut de même pour le premier fils d'Adam, Caïn. Et même lorsque Dieu le surpris en train de tuer son frère, il ne montra aucune conviction de péché, mais ne fit que s'excuser. Ce qui montre qu'après la chute, la conscience de l'homme n'était plus fiable. Et depuis Adam, cette conscience dénaturée et altérée s'est retransmise de génération en génération.

Mais cet état peut devenir pire encore, car plus une personne pèche, plus sa conscience s'abîme et se corrompt. Plus l'homme s'enfonce dans son péché, plus sa conscience s'obscurcit et devient souillée. Il est dit que dans les temps anciens les hommes,

« … [Ils] se sont égarés dans leurs pensées, et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. » (Romains 1:21).

Et à l'époque de Paul, les hommes sont décrits comme ayant,

« ...l'intelligence obscurcie, [ils sont] étrangers à la vie de Dieu, à cause de l'ignorance qui est en eux, à cause de l'endurcissement de leur cœur. Ayant perdu tout sentiment, ils se sont livrés à la dissolution, pour commettre toute espèce d'impureté jointe à la cupidité. » (Éphésiens 4:18-19).

« Tout est pur pour ceux qui sont purs; mais rien n'est pur pour ceux qui sont souillés et incrédules, leur intelligence et leur conscience sont souillées. » (Tite 1:15).

Et alors que les hommes continuaient à pécher, leur conscience souillée portait la marque de la flétrissure en péchant de plus en plus,

« ....Disant des mensonges par hypocrisie, ayant leur

conscience cautérisée au fer rouge; » (I Timothée 4:2.)

Je me rappelle avoir été durant mon enfance dans un cirque quand il se tenait encore sous la grande tente avec la sciure de bois sur le sol, vers les années ‘50. Mais avant d'entrer sous le grand chapiteau pour le spectacle, on allait voir les « attractions foraines », attractions aussi bizarres et qu'étranges, qui se tenaient à côté du grand cirque. Je regrette que ces anciennes traditions n'existent plus. C'était le côté merveilleux des cirques classiques sous chapiteau.

Dans ces « attractions foraines » je vis un jour un homme avec des écailles comme celles d'un alligator. C'était véritable. Je vis aussi une femme avec deux têtes. Il y avait également l'homme le plus grand du monde. Et puis je vis un jour un homme qui tenait une épée devant un feu brûlant jusqu'à ce que la lame fût d'un rouge écarlate, puis il la posa sur sa langue. Une fine vapeur sortit de sa bouche. J'étais tout près de lui. Il n'y avait aucun trucage. Il avait mis la lame rougie par le feu sur sa langue! Cet homme pouvait véritablement poser cette lame brûlante sur sa langue sans avoir mal! L’homme me dit que comme il le faisait souvent, il ne sentait maintenant plus rien. Sa langue avait été cautérisée par le feu tant de fois que sa surface avait développé un cal, c'est à dire qu'elle s'était épaissie et durcie et ne sentait plus la douleur. Il n'avait pas mal. Quelle illustration, pour moi, de ce verset sur les hommes qui « ...disent des mensonges par hypocrisie, ayant leur conscience cautérisée au fer rouge » (I Timothée 4:2)! En d'autres mots, plus vous continuez à pécher, plus le cal de votre conscience se développe, jusqu'à ce que le feu du péché rend votre conscience incapable d'éprouver une souffrance quelconque, quelque soit le nombre de vos péchés.

Hitler s'était tellement habitué au péché, c'est à dire qu'il pratiquait le péché depuis si longtemps, qu'à la seconde guerre mondiale, il put ordonner la torture d'enfants juifs par le Dr. Mengele, surnommé « l'ange de la mort », un tueur en série nazi d'une cruauté impitoyable, qui trouvait son plaisir à couper ouvert l'estomac des enfants pour voir le temps qu'ils prenaient à mourir. Hitler put ordonner que 6 million de juifs soient passés à la chambre à gaz seulement parce qu'ils étaient juifs, sans qu'un seul remord ne tiraille sa conscience. De même le roi Henri VIII d'Angleterre, ordonnant que deux de ses deux femmes innocentes soient décapitées, et sans le moindre remord de sa conscience, s'en allait manger un repas royal et dormir à poing fermés, tellement sa conscience était devenue insensible, « cautérisée par le fer rouge» de ses péchés!

Et je dois vous avertir, vous les jeunes de cette église, que votre conscience était déjà dénaturée à votre naissance. Vous avez hérité de la conscience altérée de votre ancêtre Adam. Déjà, il faut réaliser que votre conscience ne fonctionnait pas comme il se doit au départ! À cela, il faut ajouter les péchés de votre enfance. Chaque mensonge que vous avez dit à votre mère, souillait votre conscience. Chaque fois que vous avez triché à l'école, chaque fois que vos pensées ont été attirées par l'impureté sexuelle, votre conscience se dégradait un peu plus – jusqu'à ce que finalement, elle soit cautérisée. Vous avez commencé à la cautériser au fer rouge du péché. Vous l'avez fait, un sourire étrange sur les lèvres – un large sourire même, tout en riant du fer rouge du péché que vous étiez en train d'appliquer sur votre conscience – la cautérisant encore et encore de péchés de plus en plus énormes – que je ne nommerai pas dans cette église. Certains d'entre vous avez cautérisé votre conscience sans aucune limite, prenant même plaisir à commettre ces péchés qui la marque comme au fer rouge. Je n'ai pas besoin de les nommer. Vous les connaissez déjà. Vous savez comment ils l'ont marquée. Vous savez comment ils ont émoussé votre sens du bien et du mal. Vous savez aussi comment il vous est devenu impossible d'en ressentir du remord. Et vous avez certainement pensé, de nombreuses fois, je suis sûr, que vous avez été abandonné à la dépravation, commettant le péché qui ne se pardonne pas, parce que vous avez cautérisé votre conscience, vous moquant délibérément de Dieu, commettant péché sur péché, et détruisant votre conscience autrefois jeune et tendre!

Et aujourd'hui, vous venez à moi pour me demander de l'aide pour recevoir une conviction de péché! Que puis-je faire pour vous? Vous êtes l'auteur de votre ruine. C'est vous qui avez cautérisé votre conscience. Que puis-je faire pour un homme qui a provoqué la mort de son cœur et brûlé sa conscience au-delà de toute possibilité? Je ne peux vous aider Je ne peux que vous regarder avec pitié – une créature au bord de la ruine, sans futur ni espoir. Je ne peux qu'avoir pitié de vous. Je ne peux vous aider de quelque manière que ce soit – car vous êtes déjà perdu. Oh oui, un homme dont la conscience est cautérisée est déjà tragiquement perdu et condamné. Jésus a dit,

« ....mais celui qui ne croit pas est déjà jugé » (Jean 3:18).

Ce n'est pas une condamnation future, quand vous serez mort. Oh non, j'ai pitié de vous parce que vous êtes « déjà jugé [et condamné]. » (Jean 3:18). Votre conscience marquée par le fer rouge, cautérisée et défigurée, ne peut être restaurée et il n'y a aucun espoir pour vous. Vous êtes « déjà jugé [et condamné]. » – aussi certain d'aller en enfer que si vous y étiez déjà. Et rien de ce que je puisse dire ou faire ne peut vous aider en aucune manière.

III. Troisièmement, comment Dieu peut-Il encore agir?

Peut être que…remarquez que je dis « peut être. » Mais si vous prenez ce « peut être » pour une certitude, vous êtes doublement condamné. C'est extrêmement dangereux, et terrifiant, de penser que c'est une chose acquise, et c'est pour cela que je le dis avec beaucoup de prudence – il se peut que Dieu vous accorde une conviction de péché. Il ne promet pas cette conviction à tout le monde. S'Il vous a déjà accordé cette conviction une fois auparavant, il n'y a aucune garantie qu'Il vous la donne à nouveau. Très souvent, l'Esprit de Dieu ne revient pas visiter ceux qui ont déjà connu la conviction de leurs péchés. Mais il se peut, il se peut peut-être, qu'Il vous donne une certaine conviction.

«....en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement » (Jean 16:8).

Après le rejet, les ricanements et les moqueries, la folie dont vous avez fait preuve, vous ne méritez pas même la plus infime conviction de Sa part – et si Dieu vous accorde encore quelque conviction de péché, chérissez-la et attachez-vous à ce sentiment de culpabilité comme s'il était un lingot d'or. Si vous venez à le perdre, il se pourrait que vous ne le retrouviez jamais, mais vraiment jamais plus!

Venez devant Dieu comme un mendiant! Venez et inclinez-vous avec humilité, sachant que le puissant Roi ne vous doit rien! Dans votre cœur, vous lui avez craché au visage toutes ces années. Pensez-y! Vous avez craché au visage de Christ par votre attitude. Mais Christ ne vous doit rien. Il ne vous doit que colère, châtiment et feux de l'enfer – et à cette heure, vous vous dîtes éventuellement dans votre cœur, « C'est vrai – Dieu ne me doit rien d'autre que les flammes de l'enfer. Je ne mérite pas autre chose! » Puis, si vous sentez que vous ne méritez que cet épouvantable jugement, je vous conjure de venir à Jésus comme cette femme pécheresse qui était venue à Lui et répandait ses larmes à Ses pieds. Venez à Lui, vous misérable vermisseau. Venez à Lui en pleurant et gémissant, comme l'a fait John Sung le soir, dans le dortoir de son université. Comme Bunyan et Whitefield l'ont fait également, poussant des cris de supplication pour Sa grâce, venez à Lui et confessez vos péchés. Peut être aura-t-Il compassion de vous. Mais je dis « peut être » car il n'est pas certain que votre heure ne soit déjà passée. Il se peut que vous ayez déjà perdu pour toujours, par votre persistance à pécher, ce jour de grâce. Venez pleurer devant Christ, et Il vous donnera peut être une autre chance – bien qu'en ce qui vous concerne, ce ne soit pas certain. Venez prendre place devant la chaire. Venez ici. Agenouillez-vous et pleurez devant Lui pour recevoir Sa compassion, et Il vous entendra peut être et vous donnera une autre chance de passer par cette conviction de péché et vous purifier de Son Sang précieux. La Bible enseigne que seulement « le Sang de Christ » peut

« ....purifier votre conscience des œuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant! » (Hébreux 9:14).

« Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon cœur !

Éprouve-moi, et connais mes préoccupations !

Regarde si je suis sur une mauvaise voie,

Et conduis-moi sur la voie de l’éternité ! »

(Psaume 139:23-24).

Diffusion de l’Évangile

Michel Field, Évangéliste

fieldmichel@sympatico.ca

Mettant l’Élan dans l’Évangile

"Mon peuple péril, parce qu’il lui manque la connaissance" Osée 4:6

"Crie à plein gosier, ne te retiens pas, élève ta voix comme un cor" Ésaïe58:1

Partager cet article

Commenter cet article