LES SOLIDES FONDEMENTS D’UN BON MARIAGE - Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

LES SOLIDES FONDEMENTS D’UN BON MARIAGE

27 Mars 2015 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

LES SOLIDES FONDEMENTS D’UN BON MARIAGE

LES SOLIDES FONDEMENTS D’UN BON MARIAGE

Les Ecritures dans sa considération des fondements insistent sur : « Si l’Eternel ne bâtit la maison, Ceux qui la bâtissent travaillent en vain; Si l’Eternel ne garde la ville, Celui qui la garde veille en vain » (Psaumes 127.1). « Quand les fondements sont renversés, le juste, que ferait-il ? » (Psaumes 11.3)

La réflexion sur ces versets nous conduit à comprendre que le vrai fondement inébranlable d’un foyer est scellé par l’unité dans l’esprit, dans l’âme et dans la chair :

  1. Unité dans l’esprit

Le mariage, nous devons le savoir est autant spirituel que physique. Son auteur est spirituel et l’acte sexuel bien que physique, tire son essence de l’esprit. Si l’esprit n’est pas disponible, ne consent pas à l’acte sexuel, celui-ci devient simplement une hostilité, une bestialité ou la zoophile, la nécrophilie qui est appelée aussi le vampirisme. La frustration avait atteint un niveau élevé dans la vie d’une femme et au moment de l’acte sexuel, elle offrait son corps alors que son esprit était ailleurs dans les critiques, murmures, plaintes et accusations diverses et parfois elle comptait simplement les tôles ou méditait sur d’autres choses. Elle ne pouvait jamais parvenir à l’orgasme. Cette indisposition de son esprit ne donnait pas accès à son cerveau d’apprécier la sensation du plaisir sexuel, et cette paralysie fermait la porte à la fonction hormonale et le glaire ne pouvant pas circuler, la sécheresse de son vagin empêchait la possibilité de transport des spermatozoïdes et la stérilité restait maître du jeu dans le foyer.

Pour maintenir l’unité de l’esprit dans le couple, il faut privilégier l’intérêt et la recherche du bonheur de l’autre au lieu du sien seulement. Il faut beaucoup de sagesse à la femme car devant une décision de l’homme qui compromet la volonté de Dieu, il faut aller en prière. Dieu alors, au travers de la prière de la femme qui est une autre partie de son mari, touchera le cœur de son époux afin qu’il revienne sur sa décision qui peut constituer un danger pour le foyer. L’unité de l’esprit se cultive plus dans la prière commune, la lecture de la Parole de Dieu, les activités communes, les paroles d’encouragement, l’admiration de l’autre, la proximité, les rapports sexuels précédés d’une préparation pour disposer l’un et l’autre en sorte que l’appétit aiguisé, prédispose les organes génitaux pour cet exercice sacré.

  1. Unité dans l’âme

L’âme est la partie de l’être humain qui sert de centre de délibération des actes, faits et pensées, pour ordonner au corps de poser une action qui peut être favorable ou défavorable à l’esprit au profit ou non de la satisfaction de moi. L’âme est constituée de la volonté, de l’intelligence ou raisonnement et des sentiments. Pour que l’âme se soumette à une autre personne ou à Dieu, il faut que Christ ait été introduit comme Roi dans notre volonté, Prophète dans notre intelligence et Sacrificateur dans nos sentiments et émotions. Lorsque Christ est intronisé comme Souverain dans notre vie, l’humilité, la soumission et le désir de l’amour pour le bien être de l’autre prennent place dans le cœur et l’unité de l’âme devient une réalité. Lorsque dans le couple, l’intimité sexuelle est atteinte et l’orgasme (le plus haut point du plaisir sexuel qui est son aboutissement et qui coïncide chez l’homme avec l’éjaculation) est fréquent, l’unité de l’âme des conjoints est une expérience continuelle. Dans cet état, quand bien même les difficultés surviennent, l’amour qui émane du lien d’âme des deux couvre la multitude des fautes du partenaire.

  1. Unité dans la chair

L’unité de la chair dans le couple devient une réalité dès le premier jour des noces où après la bénédiction nuptiale, les mariés font l’expérience sexuelle pour la première fois. Les deux deviendront une seule chair, dit la Bible. Une relation sexuelle sensible, dans le mariage, est l’affirmation muette de l’autre : « tu es la personne la plus précieuse de ma vie ». Cela transmet le silencieux message de gratitude : « merci d’être là » ; d’espoir : « j’espère que tu seras là demain », et d’accomplissement : « je me découvre complètement quand je suis confondu avec toi ». Ce mystère, cette relation en « ‘‘une seule chair’’ dit Joyce Huggett, offre par conséquent beaucoup de condition nécessaire à la maturité émotionnelle. L’acceptation, la confiance, la réussite et l’affirmation de soi produisent des gens complets, et une sexualité enthousiaste produit un autre fruit. C’est le lieu où on trouve la réconciliation après les querelles et les désaccords. L’unité sexuelle transcende les différences. Ce n’est pas à dire que les différences d’opinions soient automatiquement résolues lorsque deux personnes font l’amour. Tout conflit dans le mariage doit tout de même être traité avec patience et pardon. Mais lorsque les couples jouissent de l’intimité sexuelle, leur motivation à préserver l’unité totale du mariage devient très forte. En ce sens, l’unité sexuelle transcende les différence et fournit au couple la détermination à travailler à sa relation ».

L’unité dans la chair est aussi ce sens éveillé qui demande que dans le couple, les deux conjoints prennent minutieusement soin des besoins physique de l’autre, en vêtement, en matière de santé, de propreté et autre, allant jusqu’à l’argent de poche.

(Extrait de mon Lire non publié intitulé ‘‘Le Secret d’un Foyer Heureux’’

Dr André CHOUBEU

Partager cet article

Commenter cet article