Pour un évangile authentique - Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

Pour un évangile authentique

4 Décembre 2014 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

Pour un évangile authentique

Pour un évangile authentique

John MacArthur

« Je m'étonne que vous vous détourniez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ pour passer à un autre évangile, non pas qu'il y ait un autre évangile. » (Gal 1.7)

Qu'est-ce que l'Évangile ? Que diriez-vous à quelqu'un qui désirerait devenir chrétien ? Quelles vérités essentielles faut-il croire pour être sauvé ? Le paradoxe est que ces questions, élémentaires au demeurant, font l'objet de larges débats au sein de l'Église.

Je crains que, dans bien des milieux, un tout autre message ait remplacé la bonne nouvelle du salut. Une organisation traditionnelle a produit un film pour aider les chrétiens à conduire une personne à Christ. Franchement, la vision erronée qu'il présente de l'Évangile est effrayante.

En trente minutes de film, aucune mention de la résurrection. Il est question de pardon sans définir le péché ; il invite à faire confiance à Christ, sans expliquer la foi. Aussi incroyable que cela puisse paraître, le film conseille aux croyants de ne jamais parler à un non chrétien de la seigneurie de Christ, de la soumission à sa personne, de l'abandon de notre volonté, du renoncement au péché, ou de l'obéissance à Dieu. Ces vérités n'auraient pas leur place dans la prédication de l'Évangile, mais devraient être réservées pour une phase ultérieure, après que la personne se soit convertie au christianisme !

L'intention est louable : préserver l'Évangile de la grâce seule, sans les ouvres humaines. Il faut expliquer cette vérité biblique : le salut ne peut en aucune façon se gagner ou s'obtenir par les efforts de l'homme. Cependant, par crainte d'enseigner la justice personnelle, sont gommés du vocabulaire évangélique les termes bibliques de repentance, d'obéissance et de soumission.

La foi n'est plus que l'adhésion intellectuelle à quelques vérités fondamentales sur Christ. On peut croire sans obéir. La foi est dépouillée de sa connotation morale, la marche chrétienne selon la justice devient une option. Même la manière dont nous invitons les gens à se tourner vers Christ reflète cette déviation : « Prenez une décision pour Christ ! » Quand pour la dernière fois avez-vous entendu une prédication évangélique exhortant les pécheurs à se repentir et à suivre Christ ? Cependant, n'est-ce pas là le langage que Jésus lui-même a tenu (Mat 4.17 ; Marc 8.34) ?

Cette question peut susciter la controverse. Cependant, tout le monde s'accorde sur ce point : la plus importante question à laquelle soit confrontée l'Église, aujourd'hui, est celle d'une redéfinition de l'Évangile. L'Évangile que nous présentons a des conséquences éternelles. S'il est l'Évangile véritable, il peut conduire des hommes et des femmes dans le royaume éternel. Si le message est corrompu, il peut donner de faux espoirs à des personnes non encore sauvées, tout en les maintenant dans un état de condamnation éternelle. Ce n'est pas une subtilité de théologiens. C'est une question que tout croyant doit comprendre et assimiler parfaitement.

Voici quelques-unes des manières dont on peut aborder la question :

1. Reçoit-on Jésus comme Seigneur et Sauveur, ou comme Sauveur seulement ?

Certains disent qu'on peut refuser d'obéir à Christ tout en le recevant comme Sauveur : le don de la vie éternelle est accordé en gage de la foi même à ceux qui rejettent les exigences morales et spirituelles de Christ. Pour eux, la soumission accompagnant la foi salvatrice est une idée nouvelle.

Or, il n'y a encore pas si longtemps, nul n'aurait osé suggérer que l'on puisse être sauvé tout en s'obstinant à refuser de s'incliner devant l'autorité de Christ. Presque tous les passages bibliques majeurs traitant de la foi qui sauve soulignent la seigneurie de Jésus (Act 2.21,36 ; Rom 10.9-10).

2. La repentance est-elle essentielle au salut ?

Certains disent que le fait de se détourner du péché est une ouvre humaine qui, comme telle, ne saurait être associée au salut. Pour faire correspondre l'appel biblique à la repentance avec leur manière de voir, ils redéfinissent la repentance en la réduisant à un simple changement d'opinion quant à l'identité de Jésus.

Cependant, si l'on s'en tient à l'enseignement biblique, la repentance est une volte-face complète par rapport au péché et à soi-même, pour se tourner vers Dieu (1 Thes 1.9). Pas plus que la foi elle-même, la repentance n'est le résultat d'efforts humains. Elle n'est pas davantage un travail de préparation exigé en vue d'amener le pécheur au salut. La vraie repentance est inséparable de la foi, et comme elle, elle est l'ouvre de Dieu qui agit dans le cour de l'homme. Elle est la réaction inévitable que Dieu produit dans le cour de la personne qu'il est en train de racheter.

3. Qu'est-ce que la foi ?

Certains disent que la foi n'est que la croyance en certains faits. Un théologien en vogue affirme que la foi n'est rien de plus que l'assurance en l'offre divine de la vie éternelle.

Or, selon la Bible, l'objet de la foi n'est pas l'offre divine ; c'est la personne de Jésus-Christ. C'est la foi en lui, qui sauve et non le simple fait d'accepter ses promesses ou ce que la Bible dit de lui. La foi qui sauve dépasse la seule acceptation de certains faits. Les démons eux-mêmes ont cette sorte de foi (Jac 2.19).

Croire en Jésus signifie le recevoir entièrement, tel qu'il est (Jean 1.12). Cela implique deux choses : le confesser en tant que Sauveur et se soumettre à lui en tant que Seigneur. En fait, l'Écriture utilise parfois le mot « obéissance » comme synonyme de foi (Héb 5.9).

4. Qu'est-ce qu'un disciple?

Depuis une centaine d'années environ, un disciple est une sorte de chrétien supérieur. Selon cette nouveauté, on devient croyant à la conversion, et plus tard disciple, quand on passe de la foi à l'obéissance.

Cette conception permet d'obéir aux exigences redoutables de Jésus seulement bien après la conversion. Lorsque Jésus exhorte chaque être humain à renoncer à lui-même, à se charger de sa croix et à le suivre (Marc 8.34) ; lorsqu'il exige de tout laisser (Luc 14.33) et de quitter père et mère (Mat 19.29), il demanderait simplement aux croyants d'accéder au niveau supérieur et de devenir des disciples.

Mais les propres paroles de Jésus contredisent cela : « Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs » (Mat 9.13). Tout son ministère repose sur la prédication de l'Évangile, et ces redoutables exigences en sont une composante essentielle. Tout croyant est disciple et vice versa. Dans les Actes, le terme « disciple » signifie « chrétien », dès les premiers jours de l'Église (Act 6.1-2,7 ; 11.26 ; 14.20 ; 15.10).

5. Quelle est la preuve du salut ?

Dans leur zèle à éliminer les ouvres comme condition du salut, certains sont allés jusqu'à prétendre que les ouvres elles-mêmes ne sont pas une confirmation valable de la conversion. Ils enseignent qu'on peut être authentiquement sauvé et cependant ne jamais manifester le fruit du salut, à savoir une vie transformée.

Quelques-uns ont même avancé l'idée absurde qu'une personne née de nouveau pouvait à la longue se détourner de Christ, renier Dieu et sombrer dans l'athéisme, et cependant toujours posséder la vie éternelle. Un auteur a inventé une formule pour désigner de telles personnes : « des croyants incroyants » !

L'Écriture affirme clairement qu'une personne sauvée ne pourra jamais perdre son salut. Il en ressort tout aussi clairement qu'un chrétien authentique ne sombrera jamais dans l'incroyance totale. Ce genre d'apostasie est la preuve que la personne n'est jamais passée par une nouvelle naissance réelle (1 Jean 2.19).

Une personne sauvée voit sa vie transformée en mieux (2 Cor 5.17). Elle est sauvée « pour de bonnes ouvres » (Éph 2.10), et il lui est impossible de ne pas manifester au moinsquelques-uns des fruits qui sont la marque du racheté (Mat 7.17). Ses désirs changent ; elle commence à haïr le péché et à aimer la justice. Elle ne sera pas sans péché, mais la tendance générale de sa vie ira dans le sens d'une diminution du péché et d'une justice accrue.

Il est essentiel que vous repassiez ces questions cruciales dans votre cour. Étudiez l'Évangile que présente l'Écriture. Usez de discernement lorsque vous écouterez un orateur. Passez toutes choses au filtre de la Parole de Dieu. Et par-dessus tout, assurez-vous que le message que vous communiquez aux incroyants est l'Évangile authentique de Christ.

John MacArthur, « Pour un évangile authentique », repris de Promesses, 97, 1991/3, p. 14. Texte original paru dans Evangelicals Now, juin 1990, sous le titre « Getting the Gospel Right », traduit par Dominique Mallol, avec la permission de Word of Grace Europe (Tony Ruston, Dit).

Source : http://www.promesses.org/arts/162p7-9f.html

Partager cet article

Commenter cet article