UNE AIDE QUI LUI CONVIENNE - Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

UNE AIDE QUI LUI CONVIENNE

16 Novembre 2014 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Etudes Bibliques

UNE AIDE QUI LUI CONVIENNE

UNE AIDE QUI LUI CONVIENNE

Genèse 2.18

POUR UNE MEILLERE COMPREHENSION

« Et Dieu dit: Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’ils dominent sur les poissons de la mer et sur les oiseaux du ciel et sur le bétail et sur toute la terre et sur tout reptile qui rampe sur la terre. Et Dieu créa l’homme à son image » (Genèse 1.26 Version Bible Annotée)

« IHVH Dieu dit: « Il n'est pas bien pour le glébeux d'être seul. Je ferai pour lui un auxiliaire comme un vis-à-vis de lui » (Genèse 2.18 Guy LAFON).

Il l’a créé à l’image de Dieu. Il les a créés mâle et femelle. Et Dieu les bénit, et Dieu leur dit: Fructifiez et multipliez et remplissez la terre et soumettez-la, et assujettissez-vous les poissons de la mer et les oiseaux des cieux et tout animal qui se meut sur la terre » (Genèse 1.26-28 Version Bible Annotée)

En lisant minutieusement ces lignes, nous comprenons que Dieu forme le projet de créer l’homme. Cet homme que Dieu décide de créer selon la formulation des Ecriture a une dimension plurielle parce cachant le féminin. S’il n’en était pas ainsi, les acteurs qui conditionneront le verbe « dominer » qui suit la décision de la création (Genèse 1.26) ne seraient pas au pluriel et le verbe non plus.

Le but de la création de l’homme :

Dieu dans ses principes est pragmatique car il ne fait ni à moitié, ni de manière qui laisse à désirer. Dieu ne fait rien pour rien, tout a un but, même si nous ne comprenons pas vite. Quelqu’un me disait que les asticots sont répugnants, mais sont efficace en médecine pour soigner les plaies bénignes. Et même sur les cadavres de toutes sortes, les asticots produisent la décomposition qui favorisera la fertilisation du sol en vue de meilleurs cultures. C’est aussi pour un but précis que la création de l’espèce humaine a été faite :

  • Dominer sur toute la terre.
  • En hébreux le verbe ¨qu’ils dominent¨ est au pluriel pour montrer que l’Homme créé est un, mais pluriel.
  • Comme le mystère de¨ faisons¨ d’une personne pluriel est le symbole divin de plusieurs en Un.
  1. La complexité du mystère est celle de la composition de l’Homme pluriel en « ish » (masculin) et « isha » (féminin) qui est à l’image de Dieu dans les actions à poser pour affirmer ou manifester leur existence ou le but de leur création.

L’essence divine dans l’homme

A notre image, selon notre ressemblance. Littéralement: Selon notre image, comme une ressemblance (un portrait) de nous. Le premier terme (tsélem) signifie proprement ombre, d’où contour, esquisse; il désigne plutôt le modèle, tandis que le second parait plutôt désigner la copie.

La réunion de ces deux termes met un accent bien pointu à la fois sur la ressemblance (à l’image) et la différence (un portrait) : toutefois au verset 27, le mot image est seul relevé.

Le pluriel employé prouve que l’homme est dans cette relation avec les êtres divins renfermés dans le sujet de faisons. Par conséquent, toute déconnexion à la relation divine à laquelle il se doit d’être fortement relié, entraine la perte totale de ce qu’il est supposé être, la source vitale étant Dieu. La réussite de cet être humain créé est aussi dépendante de la source de sa création que l’ampoule électrique l’est à l’interrupteur.

Certains pour une compréhension plus aisée sont allés plus loin pour affirmer que l’image de Dieu chez l’homme consiste dans le fait de son installation comme souverain de la terre et par là comme dépositaire ici-bas de la souveraineté divine. Toutefois, ne conviendrait-il pas d’avouer que cette relation de l’homme avec la terre n’est que l’effet de sa relation avec Dieu exprimée par le mot : à notre image, et ne peut servir à expliquer cette relation elle-même.

En poursuivant notre investigation, nous constaterons que le trait de beauté physique qui distingue l’homme est un effet de sa ressemblance morale avec Dieu. La vraie notion de l’image de Dieu dans l’homme ne saurait se trouver en dehors du trait de sa beauté morale. Elle consiste dans la possession de la personnalité, privilège qui a pour essence la volonté libre, disposant d’elle-même, et qui suppose à la fois l’intelligence capable de distinguer les partis à prendre, et le sens moral, indicateur de celui qu’il faut choisir. C’est par là que l’homme peut arriver à la sainteté, l’identité avec le bien, qui est le trait fondamental de l’essence divine.

La création physique de l’homme

L’homme au pluriel que l’on peut appeler espèce humaine en Français et en hébreux Adam avait en son sein la femme. De la définition hébreu du mot, Adam : אדם homme terrestre, roux, de couleur du sang, du mot אדם adam, rouge. Le mot Adam peut désigner ici la première créature humaine et peut aussi indiquer l’espèce tout entière comme renfermée dans son premier représentant. L’origine de ce nom est expliquée de différentes manières. La plupart le mettent en rapport avec le substantif adamah (le sol), mot que l’on fait dériver soit de adâm, être rouge, soit d’une racine arabe qui signifie joindre, en ce sens que la superficie du sol forme une couverture étroitement unie au corps de la terre.

Dans le premier cas, l’homme serait appelé ainsi à cause de la couleur de son corps; dans le second, en tant que tiré du sol qui recouvre la terre. Dans les deux cas, ce mot rappelle son humble origine, ce qui est conforme à l’esprit des Hébreux, d’après lequel le plus élevé des êtres terrestres n’est que poussière en face de Dieu (Genèse 3.19).

Un extrait de l'Entête (Béréshit en hébreux, genesis en grecque), une traduction fidèle de André Chouraqui reproduit le texte en ces termes : Genèse 2.7 : « IHVH-Adonaï Elohîms forme le glébeux ­ Adâm, poussière de la glèbe ­ Adama. Il insuffle en ses narines haleine de vie: et c’est le glébeux, un être vivant ».

  • Dieu voit que l’espèce humaine plurielle conçu en esprit, et constituée du mâle et de la femelle ne peut pas régner sur la création matérielle.
  • Dieu forme donc l’homme de la poussière de la terre et par son souffle dans ses narines, l’homme devient un être vivant (Genèse 2.7)
  • L’inactivité de la femme ou espèce femelle en l’homme Adam n’a pas produit le résultat escompté ou attendu de Dieu (Genèse 2.15)
  • Dieu constate et juge de l’importance de la matérialisation de l’espèce humaine qui sera la pointure qui lui convienne.

Certaines versions bibliques disent : « je lui ferai un vis-à-vis. L’expression vis-à-vis signifie : qui se tient en face, non en réplique, non en contestation, non en reproche, non en réprimande, non en critique, non en contraste, non en divorce, ni en adversaire. Mais en accord, en amie, en complice, en partenaire ; offrant son corps, son âme, sa force, son potentiel pour qu’ensemble les deux unis soient forts, stables, s’élevant dans la demeure des hauteurs (Genèse 2.18)

LE MYSTERE DIVIN DANS LA CREATION DE LA FEMME

  • Dieu fait tomber l’homme dans un profond sommeil et en sort la femme de sa côte.
  • Jésus meurt sur la croix et de sa côte transpercée sort le sang de l’alliance pour le rachat de l’Eglise.

Symbolisme de la femme cote de l’homme

La côte qui servi à créer la femme portait les germes de la vie qui est dans l’homme au pluriel (Adam).

La côte est gauche et couvre le cœur pour assurer la stabilité du corps ou être car le cœur est l’organe de la vie. Toute perturbation du cœur entraine systématiquement un déséquilibre organique qui perturbe la vie entière.

DIEU REAFFIRME SES PRINCIPES (Genèse 3.25)

  • Apres la chute, les deux s’accusent et Dieu prononce un décret très fort :

¨La postérité de la femme écrasera la tête du serpent¨ (Genèse 3.15) ; c’est comme pour dire Monsieur Adam, la vie est dans cette femme malgré ses failles. Sache que seul, tu ne pourras réussir ; souviens-toi de la période de ta solitude dans le jardin d’Eden.

  • L’homme affirme et confesse ce que Dieu a dit. Il voit au-delà de la faiblesse de sa femme, la vie abondante et appelle sa femme Eve qui signifie vie.
  • Dans la diversité que traverse chaque couple, il y a une mine d’or dont on ne peut en jouir qu’en la creusant.

SUPERIORITE DE L’HOMME SUR LA FEMME

  • Chef de la femme (1Cor 11.3)
  • Femme = 1 os sur 208
  • Femme = gloire de l’homme (1Cor 11.7)
  • Femme a été tirée de l’homme (1Cor 11.8)
  • Femme a été créée à cause de l’homme (1Cor 11.9)
  • Voile de la femme marque l’autorité de l’homme sur elle (1Cor 11.10)
  • Homme et femme sont complices (1Cor 11.11)
  • Homme est fils ainé de la femme (1Cor 11.12)

Conclusion :

Nous sommes créés pour un but, celui d’adorer Dieu à travers non nos actes religieux, mais notre vie entière dans toute sa complexité. Puisse chacun reconnaitre son identité, ses limites et attributions telles que voulues par Dieu par que l’harmonie règne là où il y avait le désordre.

Dr. André CHOUBEU

Partager cet article

Commenter cet article