LE DISCIPLE SUR LE CHEMIN DE LA MATURITE Les Ecritures enseignent que chaque personne... - Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

Publié depuis OverBlog et Twitter et Facebook et LK

29 Novembre 2014 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

LE DISCIPLE SUR LE CHEMIN DE LA MATURITE

Les Ecritures enseignent que chaque personne n’a pas à être un spectateur qui assiste passivement, mais doit être un participant qui contribue activement pour sa croissance : « Ainsi, mes bien-aimés, comme vous avez toujours obéi, travaillez à votre salut avec crainte et tremblement, non seulement comme en ma présence, mais bien plus encore maintenant que je suis absent » (Phil. 2.12).

En ce qui consiste l’œuvre de la rédemption, tout a été accompli à la croix. Dieu en a été satisfait, la vie a été sauvée, mais elle doit grandir pour arriver à la maturité spirituelle. Cette autre étape ne concerne pas Dieu, mais le croyant. C’est pour répondre à cette exigence que l’Apôtre Pierre dit en substance : « Comme sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu, lesquelles nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise, à cause de cela même, faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à la vertu la science, à la science la tempérance, à la tempérance la patience, à la patience la piété, à la piété l’amour fraternel, à l’amour fraternel la charité. Car si ces choses sont en vous, et y sont avec abondance, elles ne vous laisseront point oisifs ni stériles pour la connaissance de notre Seigneur Jésus-Christ » (2 Pierre 1.3-8).

Par ce texte, nous comprenons que les efforts individuels sont requis dans la programmation du temps, notre engagement et disponibilité pour Dieu qui au moyen du Saint-Esprit transformera notre méthode de pensée pour façonner en nous, la façon d’agir de Jésus. Plusieurs autres exemples illustrent cette vérité.

« La libération de la croix doit avoir son effet dans le domaine de l’esprit, du corps et de l’âme, ayant un impact spirituel et physique sur l’homme. Cependant l’ignorance n’a pas permis à certains d’aller jusqu’au bout en s’appropriant la puissance de la Parole de Dieu dans toutes les parties de leur vie. Nous lisons : ‘‘Cela dit, il cria d’une voie forte : Lazare, sors de là ! Et voici que le mort sorti du tombeau : il avait les pieds et les mains entourés de bandes de lin, le visage recouvert d’un linge. Jésus dit à ceux qui étaient là : Déliez-le de ces bandes et laissez le aller !’’ (Jean 11.43-44).

Ce texte illustre parfaitement l’état de l’homme à la nouvelle naissance. Par sa foi en la mort expiatoire de Christ et sa résurrection triomphante, il est sorti de la prison infernale du péché où Satan l’avait tenu en captivité. De la mort spirituelle, il est passé à la vie éternelle par l’Esprit de Dieu en lui. Il est sorti de la tombe de la mort, il vit, mais il doit agir, respirer et marcher. Lazare est sorti de la tombe par le renouvellement du souffle de vie en lui, mais avait encore :

- Les pieds liés : Les bandes qui enlaçaient encore ses pieds l’empêchaient d’expérimenter dans la marche de la foi la résurrection opérée par Christ. Cet obstacle était réel, le contraignant à rester sur place, voir les mêmes choses, vivant les mêmes expériences de la vie nouvelle sans autres témoignages. Cet état conduit finalement à la routine, à la passivité religieuse.

- Les mains liées : Les mains permettent d’agir, d’exercer, de travailler. Mais les liens le contraignent à l’échec, l’incapacité, à l’insuccès, à l’inactivité, à la passivité, à une attitude amorphe conduisant à la sécheresse et la stérilité.

- Le visage enveloppé : Ne pouvant pas voir, Lazare restait dans l’aveuglement bien qu’ayant la vie. Il lui est impossible de percevoir quelque chose. Sa pensée est obscurcie et sa vision limitées aux bandes sur ses yeux. Il ne peut bouger, ni envisager bouger.

- Déliez-le de ces bandes et laissez-le aller : Ce n’est pas le Seigneur qui l’avait lié de même que ce n’est pas Lui qui avait scellé le tombeau. C’est pourquoi il avait dit : « Otez donc la pierre » (Jean 11.41). De même que vous avez placé la pierre pour fermer la tombe, ôtez-la et de même que vous avez bandé les mains, les pieds et le visage, ôtez vos bandes. Aussi longtemps que les bandes ne sont pas ôtées, la stagnation est absolue.

Notre vie du passage de la mort spirituelle à la nouvelle naissance laisse notre nature vulnérable aux anciennes habitudes. Le Saint-Esprit à travers la régénération nous en délivre à la seule condition que nous acceptions l’école de formation du caractère qui consiste à être disciple de la vérité derrière Jésus.

‘‘Que le Dieu de paix vous rende lui-même entièrement saints et qu’il vous garde parfaitement esprit, âme et corps pour que vous soyez irréprochables lors de la venue de notre Seigneur Jésus Christ’’ (1Thés 5.23).

Ce texte biblique pose les exigences divines pour une croissance personnelle en vue de l’enlèvement. Cependant plus que jamais, des situations invivables de tourments divers, traumatisant les croyants, poussant un grand nombre d’entre eux à des interrogations inquiétantes sur Dieu et sa toute puissance. Souvent, ceci est dû à un manque d’encadrement dans le processus de sa croissance dans le discipulat.

Le discipulat demande l’effort entier d’un croyant engagé. Les croyants doivent faire eux-mêmes des pas vers la croissance. Tout comme un étudiant doit travailler pour s’instruire afin d’arriver à une excellence professionnelle, un chrétien doit se perfectionner spirituellement, se laisser façonner par Dieu, afin que sa vie toute entière, consacrée au Seigneur, soit utile à son Maître. Etre adulte, ou mature, ce n’est pas seulement avoir un ensemble de connaissances théologiques, une tête bien pleine, mais agir d’une manière responsable. S’il est vrai que nous ne serons jamais parfaits, car la perfection est en Christ seul, appliquons-nous à ne plus brocher en nous conduisant comme des enfants, mais à devenir des hommes adultes, responsables, matures en Christ : «C'est pourquoi, laissant les éléments de la parole de Christ, tendons à ce qui est parfait, sans poser de nouveau le fondement du renoncement aux œuvres mortes » (Hébreux 6.1)

Dr. André CHOUBEU

Partager cet article

Commenter cet article