AU COMMENCEMENT DIEU (2) - Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

AU COMMENCEMENT DIEU (2)

18 Octobre 2014 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

AU COMMENCEMENT DIEU (2)

2. Au commencement de Dieu

L’Evangéliste Jean nous introduit dans le mystère des méandres du Dieu sur qui seul peut reposer avec vérité l’existence de toutes choses puisque étant lui-même la source et l’origine de toutes existence. Il est évident que sans la Parole, personne n’aurait connu Dieu. Si par la révélation on peut percevoir Dieu dans ce qu’Il est, c’est encore la Parole qui en est la source et l’authentification. Plus que jamais, l’Evangile de Jean restitue Dieu dans la vérité de qui il est et de ce qu’Il fait. Au commencement était la Parole rappellent les premiers mots de la Genèse et il ne s’agit point d’un simple rapprochement dans les termes, mais d’une analogie profonde. Si la Genèse raconte la création de l’univers, l’Evangile de Jean retrace la création nouvelle d’un monde moral. Nous avons là sans faille deux commencements, liés entre eux par un trait d’union qui est Christ dans l’impact et le rôle précis à cette époque de la marche de la création. Il vient unir le passé au présent en renversant les méandres des moindres controverses pour ramener toute chose en Lui au commencement de Dieu. Il est lui-même Dieu ‘‘car c’est lui qui est notre paix, lui qui des deux peuples n’en a fait qu’un: il a renversé le mur de séparation, l’inimitié, ayant abrogé par l’immolation de sa chair la loi des ordonnances avec ses rigoureuses prescriptions, afin de fondre en lui-même les deux dans un seul homme nouveau, en faisant la paix, et de les réconcilier, l’un et l’autre unis en un seul corps avec Dieu par la croix, en détruisant par elle l’inimitié. Et il est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient proches; car par lui nous avons accès les uns et les autres auprès du Père, dans un seul et même Esprit. Ainsi donc vous n’êtes plus des étrangers, ni des hôtes de passage; mais vous êtes concitoyens des saints et membres de la famille de Dieu, édifiés que vous êtes sur le fondement des apôtres et des prophètes, dont Jésus-Christ lui-même est la pierre angulaire. C’est en lui que tout l’édifice bien ordonné s’élève, pour former un temple saint dans le Seigneur; c’est en lui que, vous aussi, vous êtes édifiés, pour être par l’Esprit-Saint, une demeure où Dieu habite’’ (Ephésiens 2.14-22).

Dans l’introduction, Jean remonte à l’origine de toutes choses pour nous montrer l’Auteur de cette double création du monde physique et enfin du monde spirituel. Même si les mots au commencement ne reportent pas la pensée au-delà de la première création, la Parole n’ayant pas été elle elle-même créée, était au moment où toutes choses furent créées, parce qu’étant antérieure à toute la création, et par conséquent au temps lui-même (Prov. 8.23 ; Jean 17.5 ; Eph 1.4). Dans cette pensée, Jean met le doigt pour désigner l’éternité passé et futur renfermée en Dieu.

Si la préexistence éternelle du Fils de Dieu n’est point un sujet qui doit faire débat, nous convenons la vérité chrétienne clairement enseignée dans tout le Nouveau Testament (Col 1.17 ; 1Jean 1.1 ; Apoc 3.14 ; Michée 5.1), parce que ressortant des paroles de Jésus lui-même (Jean 6.62 ; 8.58 ; 17.5,24), il va s’en dire que puisque c’est par elle que tout a été créé et doit être conduit jusqu’au bout, elle doit rester au centre de tout notre être. Jésus est la personne, la Parole éternelle, par laquelle ont eu lieu la création et toutes les révélations divines.

On ne peut donc être au commencement de Dieu en rejetant la parole par laquelle nous avons été ou pouvons être au commencement de la création et des prévisions divines. La Bible affirme à propos de la Parole :

(1) que celui qui s’est ensuite manifesté comme le Christ existait avant que la création commence;

(2) qu’il était présent avec Dieu;

(3) qu’il était divin;

(4) qu’il était la Parole;

(5) que toutes choses ont été faites par lui, ou à travers lui. (v. 3).

Dieu démontre sa puissance créative à travers la Parole, et à travers la même parole il manifeste sa volonté. Dans les écrits sur le sujet de la Parole et la création, il y a des mystères appartenant à la nature divine et à la relation entre le Fils et le Père, que seule l’éternité nous permettra de les comprendre. Ils sont trop profonds pour la compréhension humaine, mais une chose est claire: Dieu a créé, et il parle aux hommes au travers de sa Parole. Comme nous exprimons nos pensées par des mots, de la même manière Dieu révèle sa volonté par sa Parole, et quand la Parole est faite chair, pour enseigner les hommes, nous la reconnaissons en Jésus-Christ.

Dieu est tout en tous et existe depuis toujours par lui-même. Il est avant l’éternité passé et à venir puisque l’Eternité se définit par rapport à Lui. Il jure par lui-même étant le seul Celui qui est, entendons qui était, qui est et qui revient.

Comme le dit une chanson, ‘‘mon espérance n’est bâti sur autre chose qu’en Christ, le Rock Séculaire’’.

En effet, au commencement de Dieu qui n’a pas de commencement Lui-même, toute chose a été conçue et amené à l’existence. Tout ce qui existe donc sans être dans le commencement de Dieu n’a pas d’issue. En fait, il est évident selon Ephésiens 1.4 que tout ce qui est d’origine divine a existé dans le Dieu de commencement avant tous les siècles.

Le commencement de Dieu s’illustre donc comme le point de départ de tout ce qui a existé, existe et existera. Une importante question se pose alors, ce que nous sommes, faisons ou projetons faire se situent-elle dans le commencement de Dieu pour bénéficier de la fin de tout selon le programme de Dieu ? La fin ici ne signifie pas la fin de Dieu, mais l’atteinte des objectifs de Dieu pour et dans sa création. L’homme créé a chuté, Dieu l’a racheté par la mort substitutive de Christ sur la croix de Golgotha. La sentence gracieuse du jardin d’Eden a été pour Dieu l’occasion de donner un coup de massue à Satan, écrasant sa tête, et faisant passer l’homme d’habitant de la terre à habitant éternel de la cité céleste par Christ.

Dr. CHOUBEU

Partager cet article

Commenter cet article