LE PEUPLE DANS LE DESERT - Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

LE PEUPLE DANS LE DESERT

20 Mai 2014 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

LE PEUPLE DANS LE DESERT

LE PEUPLE DANS LE DESERT

(Première partie)

Jean-Pierre SCHNEIDER

Les 40 ans qu'Israël doit passer au désert sont, nous l'avons vu, un châ­timent imposé au peuple suite à son incrédulité. Tout père qui aime son fils le punit, nous dit Salomon dans ses Proverbes (13.24 ; 19.18). L'au­teur aux Hébreux nous dit que c'est aussi valable pour nous qui som­mes le peuple de la nouvelle alliance, qui est une alliance de grâce ; il cite Proverbes 3.11-12 et nous montre le but de toute correction divine: Dieu nous corrige pour notre véritable intérêt, afin de nous faire partici­per à sa sainteté (Héb 12.5-11).

J'ai d'emblée établi un parallélisme entre le peuple de l'ancienne et le peuple de la nouvelle alliance, entre l'israélite et le chrétien. Avant d'étu­dier le rapport qu'il y a entre les deux, il faut examiner la base qui fait de l'un un Israélite et de l'autre un chrétien. Je vous invite à interrompre votre lecture pour relire Exode 12.

La Pâque

Sans l'agneau immolé, il n'y a pas de libération de l'esclavage égyptien. Sans l'Agneau immolé, le Christ, il n'y a pas de libération du péché. Le sacrifice sanglant est toujours à la base du pardon de Dieu: Sans effu­sion de sang, il n'y a pas de pardon (Héb 9.22). Dieu pardonne et libère Israël à cause du sacrifice expiatoire de Christ accompli à la croix, pour ainsi dire rétrospectivement. Car le sang de l'agneau pascal dont l'israélite badigeonne l'encadrement de la porte de sa maison n'a aucune valeur en soi: Il est impossible que le sang des taureaux et des boucs ôte les péchés (Héb 10.4), ni celui des tourterelles, des veaux, des béliers, des brebis ou des agneaux... Tous ces animaux sacrifiés par les Israélites préfiguraient le sacrifice des sacrifices, celui offert volontaire­ment par le Fils de Dieu (les animaux sacrifiés n'avaient pas de choix à faire). Aussi le sacrifice de Christ est-il final. Tout sacrifice, sanglant ou non, offert après celui de Christ en vue de se faire pardonner est un affront à Dieu, comme si la mort expiatoire de Jésus à la croix n'était pas suffisante pour tous les temps. Car nous sommes sanctifiés, par l'offran­de du corps de Jésus-Christ, une fois pour toutes et par une seule offran­de, lia rendu parfaits à perpétuité ceux qui sont sanctifiés, vu qu'avec son propre sang... il nous a obtenu une rédemption éternelle (Héb 10.10,14; 9.12). Comme "éternel" veut dire "sans commencement ni fin", le sacri­fice de Christ a été la base sur laquelle Dieu a fait grâce dès le premier sacrifice offert par Abel dans Genèse 4 ; Caïn aussi a bénéficié de l'effi­cacité éternelle du sang de Christ, car quel autre signe que celui de la croix pensez-vous que I'Eternel aurait mis sur Caïn pour que personne ne le tue à cause de son meurtre (Gen 4.15) ?

Signification de la Pâque

Regardons la Pâque décrite dans Exode 12 de plus près (les versets indiqués entre parenthèses se rapportent à ce chapitre):

1. Toute l'assemblée d'Israël l'immolera (non les immolera, 6).

- Un seul peuple: Israël, qui préfigure l'Eglise.
- Un seul agneau, donc un seul sacrifice: Jésus-Christ.
- Chaque maison est l'expression locale du peuple entier.
- Chaque église est l'expression locale de toute l'Eglise.

2. Quand JE verrai le sang, je passerai... (13).

C'est Dieu qui apprécie la valeur du sang de l'agneau, et donc de Christ. (Les sentiments, les pensées, les expériences passées ne changent rien à la valeur du sacrifice aux yeux de Dieu.)
Le sang était dehors: la famille réunie dans la maison ne le voyait pas. Elle n'avait qu'à l'appliquer à sa maison et Dieu faisait grâce. Nous appliquons-nous le sang de Christ en croyant qu'il nous fait grâce ?

3. On mangera la chair de l'agneau rôtie au feu et vous n'en laisserez rien (8,10).

S'appliquer le sang, c'est une chose: recevoir le pardon.
Manger la chair, c'est autre chose: accepter Jésus-Christ dans sa totali­té (il fallait manger tout l'agneau) - être en communion continuelle avec lui.
L'agneau était l'objet de la réunion.
Jésus-Christ est l'objet de nos réunions.
Le feu est l'image du jugement qui purifie.
Christ a été jugé pour les péchés du monde afin de se purifier un peuple qui lui appartienne.

4. On mangera sa chair avec des pains sans levain (8).
Le levain est le symbole du mal dans toute la Bible.
Le sang sur le cadre de la porte donne la sécurité (il n'y a plus de con­damnation).
Mais si on laisse entrer le mal (le levain), la communion avec Dieu est interrompue.

5. On le mangera avec des herbes amères (8)

Elles signifient les souffrances de Christ.
Elles signifient la crucifixion de notre chair (Gal 6.14)
Elles signifient la mise à mort du vieil homme (Rol 6.6)
Renoncer à notre Moi pécheur : chose amère pour la nature charnelle!

6. Concerne le verset 11:

Les reins ceints: lier les vêtements qui gênent à la marche, c'est lier, ren­dre inoffensif ce qui encombre dans la marche spirituelle.
Serrer la ceinture: une discipline à exercer (1 Cor 9.27).
Les souliers aux pieds: quitter l'endroit de la servitude, l'esclavage du péché. Quitter parfois son lieu géographique. Etre sur pied de paix et non de guerre (Eph 6.15)
Le bâton à la main: c'est l'emblème du pèlerin. Il sert à s'appuyer dessus (Ps 23.4).
La Pâque signifie donc non seulement le départ d'Egypte (esclavage du péché) et la libération de Pharaon (Satan), mais aussi la formation d'un peuple dans la communion avec Dieu, l'acceptation inconditionnelle de son Fils comme Sauveur, l'exclusion du mal, le renoncement au Moi crucifié à la croix avec Christ, une marche fidèle pour apporter le mes­sage de la paix en s'appuyant sur les promesses et la personne du Seigneur Jésus-Christ.

Quel programme! Est-il mis à exécution dans ma vie? Dans ma famille? Dans mon église? Dans mon peuple qui se dit peut-être encore chré­tien?... Ou sommes-nous un peuple dans le désert?

Le désert

Dans la Bible, le désert n'est jamais là où l'on demeure: on y passe pour arriver ailleurs. Elie marcha 40 jours et 40 nuits pour arriver à la monta­gne de Dieu (1 Rois 19.8). Jésus passa 40 jours et 40 nuits dans le désert pour y être tenté (Mat 4.1-2). Israël devait traverser le désert pour arriver à Canaan mais il n'était pas prévu qu'il y reste 40 ans! Le chiffre 40 signifie une période passagère qui doit déboucher sur une déli­vrance.

Bien entendu, le désert peut aussi signifier la solitude (la chambre où l'on rencontre Dieu). Le désert peut être le silence loin de la foule (la méditation qui accompagne la lecture de la Bible). Ainsi l'apôtre Paul se retira pendant 7 ans dans une région désertique en Arabie, en Syrie et en Cilicie (GaI 1.17-21), où Dieu le prépara à sa grande tâche mission­naire. Se retirer dans ce désert-là est aussi important que de vivre en communauté avec les autres et de travailler avec les autres. Les deux se complètent un seul des deux constitue un déséquilibre - le moine ou l'activiste.

Cependant, le désert dont il est question dans le Pentateuque est tout autre. Il ne faut pas s'imaginer des dunes de sable sans aucune végéta­tion, tel le Sahara. Il s'agit plutôt d'étendues désertiques où le bétail trouve assez de nourriture pour subsister, mais où l'eau peut faire cruel­lement défaut. Par son incrédulité, donc par sa faute, Israël reste 40 ans dans le désert, c'est-à-dire toute une génération, selon le consensus biblique. Ce n'était pas le plan de Dieu pour son peuple. Ce n'est pas non plus le plan de Dieu pour le chrétien pourtant, la grande majorité des chrétiens sont dans le désert au lieu d'être en Canaan, pays des promesses que Dieu leur a destiné, Ils sont sortis d'Egypte, mais ils ne sont jamais entrés en Canaan. Ils sont dans le désert, et tout le beau pro­gramme qui devait se réaliser une fois libérés de l'esclavage du péché reste en suspens. Pourquoi ?

Dans le prochain numéro, nous allons chercher à comprendre le pour­quoi du comportement du peuple d'Israël, comportement qui explique son incrédulité et son séjour au désert. Du même coup, nous compren­drons aussi pourquoi le chrétien reste dans le désert spirituel, car ce sont les mêmes raisons qui l'y maintiennent.

Lien : http://www.promesses.org/arts/74p6-8f.html

Partager cet article

Commenter cet article

ambassadrisse@yahoo.fr 20/05/2014 14:56

Bne nourriture très le contenu voilà un repas qui m'enrichi quel le compréhension et reponse q j n'avais jamais reçu merci Sgr pr la vie d ton Serviteur