IL FAUT QU'IL REGNE - Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

IL FAUT QU'IL REGNE

18 Avril 2014 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

IL FAUT QU'IL REGNE

IL FAUT QU'IL REGNE

Joël PROHIN

« Il faut qu'il règne ! » Au milieu d’un ample développement sur la résurrection, l’apôtre Paul fait retentir cette exclamation (1 Cor 15.25). C’est une des multiples « nécessités » de la Bible : de même qu’il « fallait » que Jésus souffre et meure sur la croix (Luc 9.22 ; 17.25 ; 24.7,26,44 ; Jean 3.14, etc.), il faut qu’un jour Christ règne. Ce sujet du règne de Christ n’emporte pas l’unanimité, loin s’en faut. Toutefois cet article essayera de mettre en évidence ce qui nous semble être quelques caractéristiques importantes de ce règne dans le futur1.

Il faut qu’il règne… un jour sur la terre

Après sa mort et sa résurrection, notre Seigneur est monté au ciel, à la vue de ses disciples. Gardant pour l’éternité son corps glorifié, il a reçu une place d’honneur, « à la droite de Dieu »2. Pour autant, de très nombreux passages, tant dans l’Ancien que dans le Nouveau Testament, montrent que Jésus ne restera pas pour toujours dans son lieu de gloire actuel ; pris littéralement, dans leur sens premier, ils annoncent son retour personnel sur terre.

La lecture des prophètes montre que Jésus n’a accompli lors de sa première venue qu’une partie des prophéties le concernant. Les prophéties sur le Serviteur souffrant s'étant accomplies exactement, cela nous rend parfaitement confiants sur l’accomplissement des prophéties relatives au Roi glorieux.

Les annonces se précisent dans le Nouveau Testament : Jésus a laissé ses disciples avec la promesse de venir les chercher (Jean 14.1-3) et Paul a reçu la révélation d’un retour du Seigneur pour prendre avec lui ceux qui lui appartiennent (1 Thes 4.13-18 ; 1 Cor 15.51-54). Jean, lui, a eu la vision d’un futur troublé par des jugements terribles, suivi par un règne de « mille ans » (Apoc 20.6).

Deux passages (1 Cor 15 et Apoc 19-21) éclairent particulièrement les grandes lignes chronologiques du futur. Après un cycle de jugements effroyables, la venue de Jésus Christ amènera une nouvelle période pour la terre3, qui aboutira finalement à de nouveaux cieux et une nouvelle terre.

Il faut qu’il règne… sur le peuple d’Israël

« Nous ne voulons pas que cet homme règne sur nous » (Luc 19.14). « Nous n’avons de roi que César » (Jean 19.15). Il avait pourtant rang de roi, celui que le premier évangile présente comme « le fils de David ». Mais le peuple juif du 1er siècle n’a pas voulu de ce roi différent, qui voulait changer les cœurs avant de dominer sur un peuple, et il l’a crucifié. Pourtant, sa royauté a été proclamée jusque dans son rejet : l’écriteau sur la croix comme la supplique du brigand repentant étaient là pour affirmer qu’il demeurait roi sur Israël.

Au travers de terribles épreuves, une partie du peuple d’Israël reconnaîtra un jour en Jésus Christ « celui qu’ils ont percé » (Zach 12.10). Ce « reste » fidèle sera prêt à accueillir son Messie, qui introduira pour son peuple un temps de bénédiction extraordinaire (Ps 72).

Le peuple d’Israël aura une place particulière dans le règne : c’est à Jérusalem qu’on viendra adorer le vrai Dieu et apporter des offrandes (Zach 14.16 ; 8.13,23). La mission jusque là inachevée du peuple que Dieu s’était choisi, sera pleinement remplie : par Israël, Dieu sera connu sur toute la terre (Jér 3.17 ; Es 60.3 ; 66.19).

Affirmer la prééminence future d’Israël n’est certainement pas « politiquement correct » aujourd’hui et ne doit en rien justifier des menées politiques pour devancer le « temps de Dieu ». Ce plein « retour en grâce » d’Israël ne peut pas avoir lieu indépendamment de son Messie. Aussi prêcher Jésus aux Juifs est-il sans doute actuellement le plus grand service à rendre à ce peuple !

Il faut qu’il règne… sur la création

Adam avait été placé par Dieu pour dominer la création (Ps 8). Mais l’introduction du péché l’a fait partiellement déchoir de cette place. Au lieu de régner sur la création, l’homme la fait plutôt souffrir (Rom 8.20,22). Les désastres écologiques qui se multiplient ne le montrent que trop.

Mais Dieu ne laisse pas les choses en l’état : il envoie le « dernier Adam », qui, un jour, occupera en perfection la place de l’homme sur la création. L’épître aux Hébreux, en appliquant à Christ le Ps. 8, indique bien que ce rétablissement est encore à venir : « nous ne voyons pas encore maintenant que toutes choses lui soient soumises » (Héb 2.8).

Les prophètes évoquent à plusieurs reprises une terre où les mauvaises herbes seraient remplacées par de beaux arbres (Es 55.13) et où les animaux sauvages perdraient leurs instincts meurtriers (Es 11.6-8 ; 65.25). Il nous est difficile actuellement de trancher sur la portée littérale ou symbolique de tels passages ; qu’il nous suffise de savoir que, lorsque le Créateur prendra les rênes de sa création, celle-ci pourra enfin être « affranchie de la servitude de la corruption, pour jouir de la liberté de la gloire des enfants de Dieu » (Rom 8.19-21). Dans le millénium, plus de pollution, plus de gaspillage inutile de précieuses ressources naturelles, plus de destruction d’espèces rares, mais une terre renouvelée, qui pourra donner tous les trésors de richesses prévus par son Créateur (Amos 9.13-14) !

Il faut qu’il règne… comme Prince de paix

« Paix sur la terre ! » avaient chanté les anges à la naissance du Sauveur (Luc 2.14). L’enfant qui venait de naître avait été annoncé comme le « Prince de paix » (Es 9.6). Et pourtant, l’homme de Nazareth a été un sujet supplémentaire de conflit sur la terre (Luc 12.51) et les hommes se sont déchirés à son sujet. Plus généralement, la guerre a été une triste constante de l'histoire humaine depuis son début. Les conflits atteindront leur paroxysme dans la période qui précédera immédiatement le millénium (Apoc 16.12-16 ; 19.19-21).

Mais une espérance de paix demeure : le Prince de paix viendra un jour régner. Sous sa domination, guerres et armes disparaîtront : "De leurs épées ils forgeront des socs, et de leurs lances, des serpes : une nation ne lèvera pas l'épée contre une autre nation, et on n'apprendra plus la guerre. […] Ils habiteront en sûreté, car maintenant il sera grand jusqu'aux bouts de la terre. Et lui sera la paix" (Mich 4.3 ; 5.4 version JND).

Il faut qu'il règne… comme Roi de justice

« Il n’y a pas de juste, pas même un seul », constatait le psalmiste, suivi par l’apôtre (Rom 3.10). Une seule exception : « Jésus Christ, le juste » (1 Jean 2.1) : il a fait et dit ce qui était juste, mais cela n’a pas plu. A l’issue d’un procès qui fut un sommet d’injustice, il fut condamné, non sans que sa justice soit proclamée : par Judas, par la femme de Pilate, par le centurion, etc. Et désormais tout croyant peut reconnaître Jésus comme sa « justice » (1 Cor 1.30).

Mais il faut plus : il est nécessaire que les injustices révoltantes qui se sont accumulées depuis tant de siècles fassent place à la justice parfaite du Roi de justice qui aura enfin le pouvoir (Ps 85.10 ; 94.15). « Voici, un roi régnera en justice, et des princes domineront avec droiture. L'homme vil ne sera plus appelé noble, et on ne dira pas l'avare généreux » (Es 32.1-8). « C'est un sceptre de droiture que le sceptre de ton règne. Tu as aimé la justice, et tu as haï la méchanceté » (Ps 45.6-7).

Il faut qu’il règne… pour apporter le bonheur

Dieu n’a pas créé l’homme pour être malheureux : comme en témoignent les si nombreuses « béatitudes »4 qui parsèment l’Écriture, il veut le bonheur de sa créature. Et pourtant que de pleurs, de tristesses, de déceptions, d’angoisses, de faillites, etc. Malgré tout, confusément, l’espoir d’un « lendemain meilleur » existe au fond du cœur de beaucoup d’hommes. Est-ce une illusion ? Non, car la prospérité, la longévité, la santé, le bonheur sont devant pour l’humanité. Soumise au Roi des rois, elle ne subira plus les conséquences du péché et pourra se développer (Es 25 ; 65.20-23).

Il faut qu’il règne… comme monarque absolu

La sagesse humaine recommande, à juste titre, de séparer les pouvoirs pour qu’ils s’équilibrent et qu’aucun ne l’emporte sur les autres. Le règne terrestre de Christ sera différent : il concentrera en sa personne tous les pouvoirs : judiciaire (« L'Éternel est notre juge »), législatif (« l'Éternel est notre législateur ») et exécutif (« l'Éternel est notre roi », Es 33.22).

Aujourd’hui, on n’en reconnaît aucun à Christ , mais le jour va venir où, de gré ou de force, tout genou fléchira (Phil 2.11). Lors de sa première venue, il était là pour sauver le monde, pas pour le juger. Mais lui qui est déjà maintenant établi « juge des vivants et des morts » (Act 10.42) jugera :

– les nations révoltées lors de l’introduction du millénium (Mat 25.31-46 ; Apoc 19. 11-21) ;
– les hommes qui ne se soumettront pas à son pouvoir absolu pendant le règne en les faisant mourir prématurément (Es 11.4 ; Ps 2.8-12) ;
– les morts à la fin du millénium, jusqu’à la mort qui sera anéantie (Apoc 20.11-15).

Alors qu’il nous semble que la victoire de la Croix laisse encore beaucoup trop d’ennemis actifs, un jour tous seront mis sous ses pieds (1 Cor 15.25-27).

Il faut qu’il règne… pour sa joie personnelle

Au cours de sa première venue, notre Seigneur a été « l’homme de douleurs » et, même s’il pouvait trouver sa joie en son Père alors qu’il était rejeté, les pleurs ont été son « pain ». Toutefois, il avait devant lui une joie qui lui était réservée (Héb 12.2) : la joie de retourner auprès de son Père, la joie de voir des hommes et des femmes se tourner vers lui comme leur Sauveur, la joie d’avoir l’Église, son Épouse auprès de lui, mais aussi la joie du royaume. Il en a parlé de façon imagée lors de l’institution de la cène. La coupe qu’il donnait à ses disciples évoquait aussi pour lui la joie future qu’il goûtera dans son règne : « Je ne boirai plus désormais de ce fruit de la vigne, jusqu'au jour où j'en boirai du nouveau avec vous dans le royaume de mon Père » (Matt 26.29).

Il faut qu’il règne… pour l’éternité

Dans sa vision, le prophète Daniel avait vu « quelqu'un de semblable à un fils de l'homme », à qui on « donna la domination, la gloire et le règne ; et tous les peuples, les nations, et les hommes de toutes langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle qui ne passera point, et son règne ne sera jamais détruit » (Dan 7.13-14). Pierre parle du « royaume éternel de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ » (2 Pi 1.11). Au-delà du millénium, le règne continue dans l'éternité qui s'ouvre, sur des nouveaux cieux et une nouvelle terre (Apoc 21.1).

Le royaume prend alors une nouvelle forme : Jésus, qui a régné dans le millénium comme homme, remet à Dieu son royaume et comme Fils de Dieu s'absorbe, pour ainsi dire, dans la Divinité, « afin que Dieu soit tout en tous » (1 Cor 15.28). Nous conservons la sobriété de l'Écriture sur cet avenir lointain, sans doute trop éloigné de notre compréhension actuelle pour que nous puissions le concevoir nettement…

Il faut qu’il règne… dès aujourd’hui dans notre cœur

Le royaume de Christ n'est pas seulement une spéculation sur le futur. Son règne doit dès maintenant commencer, en premier lieu dans nos cœurs5. Nous sommes actuellement un « royaume » pour notre Seigneur (Apoc 1.6), en attendant un jour d'être rois avec lui, le Roi des rois. C'est pourquoi les textes bibliques qui nous semblent s'appliquer plus directement au royaume futur de Christ doivent nous parler aujourd'hui, nous qui sommes déjà volontairement les heureux sujets du Roi. Oui, il est digne de régner toujours plus sur notre cœur ! Oui, nous sommes déjà introduits spirituellement dans le « siècle à venir », dans les « choses nouvelles » !

« Que ton règne vienne! » prient et chantent des milliers de chrétiens chaque jour. Comment pouvons-nous aller dans le sens de cette demande ? En reconnaissant l'autorité totale de Jésus Christ sur tous les domaines de notre vie et en portant l'évangile à ceux qui ne sont pas encore ses sujets.

1Les sujets prophétiques ne doivent pas occasionner des divisions dans l'Église : des chrétiens fidèles, étudiants attentifs de l'Écriture, parviennent à d'autres conclusions que les nôtres ; plusieurs de nos lecteurs partagent sans doute leur position, que nous respectons profondément. Et qui sait si les uns et les autres nous ne serons pas surpris quand nous vivrons effectivement les événements annoncés ?
2Cette expression n'est qu'une image pour indiquer l'honneur et le pouvoir que Jésus a reçus dans le ciel.
3Apocalypse 20 mentionne 6 fois la durée du règne : « 1000 ans », ce qui milite pour prendre cette durée littéralement, tout comme les 3,5 ans indiqués plus haut dans le même livre. Toutefois, il est possible que « 1000 » soit un chiffre symbolique et n'indique qu'une longue période, de durée indéterminée mais finie. Par simplicité, dans la suite de l'article, nous retiendrons le terme de "millénium" pour définir cette période.
4Une béatitude désigne un verset où les personnes qui remplissent certaines conditions sont proclamées bienheureuses. Il s'agit d'un état objectif à la suite d'une bénédiction de Dieu, bien plus qu'une émotion subjective.
5C'est pourquoi certaines traductions préfèrent le terme de "règne" à celui de "royaume", car il est moins connoté spatialement ou temporellement en français.

Lien : http://www.promesses.org/arts/145p12-15f.html

Partager cet article

Commenter cet article