LE MINISTÈRE DU PASTEUR, OU BERGER - Le blog de Dr André CHOUBEU
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dr André CHOUBEU

LE MINISTÈRE DU PASTEUR, OU BERGER

1 Janvier 2014 , Rédigé par Dr André CHOUBEU Publié dans #Enseignements

LE MINISTÈRE DU PASTEUR, OU BERGER

LE MINISTÈRE DU PASTEUR, OU BERGER

‘‘C’est lui qui a donné les uns comme Apôtres, les autres comme Prophètes, les autres comme Évangélistes, les autres comme Pasteurs et Docteurs’’ (Eph 4.11).

Introduction :

Le Pasteur est le plus visible des dons du ministère dans l’église aujourd’hui. Cependant, ce n’était pas le cas dans la première église du Nouveau Testament. Le mot ‘’Pasteur’’ est utilisé seulement une fois dans la Version de la Bible Anglaise New King James. (Ephésiens 4.11)

Du point de vue traditionnel, un fardeau impossible semble avoir été placé sur les Pasteurs à cause de notre manque de compréhension de ce don du ministère. Dans plusieurs congrégations locales, le Pasteur est responsable pour tout incluant gagner des âmes, prendre soin du troupeau, être responsable des finances, être l’enseignant et évangéliste.

Quand un homme se tient seul dans cette position, il devient très vulnérable, et des milliers de Pasteurs sont tombés dans une dépression, soit morale, spirituelle, physique, émotionnelle ou mentale. Plusieurs ont été la proie de l'orgueil par la flatterie. D'autres ont cédé à la fausseté des richesses et de la mauvaise administration financière parce qu'ils n'étaient pas sous le contrôle de Dieu.

Pourtant, du point de vue biblique, les cinq dons du ministère doivent fonctionner et opérer en équipe dans l’église locale, chacun opérant dans sa propre fonction ministérielle. Dans l’église du Nouveau Testament, nous voyons chacun des cinq dons du ministère en opération au lieu de laisser tous les ministères au Pasteur, comme cela s’est fait dans la tradition. La fonction des cinq dons du ministère dans l’église locale a été donnée par Jésus:

  • Pour préparer le peuple de Dieu au travail du ministère
  • Pour bâtir le corps de Christ
  • Pour apporter une unité dans la foi et la connaissance du Fils de Dieu
  • Pour apporter les saints à la maturité et à la plénitude de Christ

Le don du ministère de Pasteur ou berger est en fonction normalement seulement dans une église. Les autres dons du ministère seront en fonction dans l’église locale mais seront aussi envoyés, de temps en temps, pour bâtir d’autres croyants dans la foi ou pour établir d’autres églises.

Le Pasteur est défini comme :

Berger : Le mot Grec traduit par Pasteur dans Ephésiens 4.11 est ‘’poimen’’ qui veut dire berger, celui qui garde, surveille ou assemble, dirige et aussi nourrit le troupeau, en somme un surveillant.

‘’Poimen’’ est utilisé dix-huit fois dans le Nouveau Testament. Seulement une fois il est traduit par Pasteur. Les dix-sept autres fois il est traduit par berger.

Souvent nous utilisons le mot Pasteur parce que c’est le mot utilisé dans Ephésiens quatre où la liste complète des cinq dons du ministère sont donnés. Cependant, à cause de l’usage commun de l’Ecriture et la signification actuelle du mot ‘’poimen,’’ il serait biblique d’utiliser le mot ‘’berger.’’

Certains n’ont pas trouvé facile d’utiliser le terme ‘’berger’’ parce qu’ils ont fait autrefois l’expérience du manque d’équilibre.

Nous devons agir et non réagir. Nous devons agir sur la révélation de la Parole de Dieu alors qu’Il restaure la vérité du Nouveau Testament à Son corps aujourd’hui. Dans notre étude nous avons choisi d’utiliser les termes, Pasteur et berger, indifféremment parce qu’ils sont tous les deux bibliques.

Point à controverse ‘‘Pasteur– Docteur’’ :

Plusieurs pensent que Pasteur et docteur sont inséparables et qu’il y a seulement quatre dons du ministère. La raison pour cela est que Ephésiens quatre dit, ‘’ C’est lui qui a donné les uns comme Apôtres, les autres comme Prophètes, les autres comme Evangélistes.’’ Et ensuite le Pasteur et le Docteur sont mentionnés ensemble alors que le verset continue, ‘’les autres comme Pasteurs et docteurs.’’

Il y a assez dans cette interprétation pour établir que le ministère du Pasteur est certainement à un degré plus large qu’un ministère d’Enseignant.

Ils y a des personnes qui sont très efficaces comme Pasteurs et ont un cœur de Pasteur, mais ce sont des Enseignants médiocres. Il y a aussi des Enseignants qui sont bien doués dans la Parole mais qui n’ont pas un cœur de Pasteur et qui semblent avoir une pauvre relation avec les personnes qu’ils enseignent.

Sans se soucier des différences de pensées dans ce verset, nous avons choisi de les étudier, pour bien les comprendre, comme cinq dons du ministère différents.

Ceux qui sont appelés et qui fonctionnent dans les cinq dons du ministère ont chacun leurs forces et leurs limites. C’est une des raisons pourquoi les cinq dons du ministère devraient fonctionner dans chaque église locale. Chacun des dons du ministère doit circuler et opérer ensemble pour préparer, bâtir et affirmer tous les croyants dans cette église pour qu’ils puissent parvenir ‘’ à la mesure de la stature parfaite du Christ.’’

Quand Jésus place différents ministères dans l’église, Il le fait avec un dessein et avec un grand soin. Il réalise la variété des besoins qui existent dans Son peuple et Il était concerné à ce que chacun de ces besoins soit remplis par l’opération balancée de ces dons du ministère en opération dans chaque église locale. Si chacun des dons du ministère n’est pas en opération sur une base régulière dans l’église locale, il sera impossible pour ce corps de croyants de parvenir à une maturité complète et équilibrée dans leur service et leur vie chrétienne.

Les Pasteurs sont surveillants

Actes 20.28 : Prenez donc garde à vous-mêmes et à tout le troupeau au sein duquel le Saint-Esprit vous a établi Evêques, pour faire paître l’Eglise de Dieu qu’il s’est acquise par son propre sang.

Nourrir les Brebis : Le mot Grec pour surveillant est ‘’ episckopos.‘’ Il est aussi traduit par ‘’ Evêque.’’ Le mot veut dire celui qui nourrit la brebis. C’est une référence à un Pasteur ou un berger.

L’Evêque dans la signification de l’Ecriture, est une fonction dans l’église locale et l’Evêque n’est pas quelqu’un qui a une autorité sur un groupe d’églises locales comme le fait l’Apôtre.

Du point de vue traditionnel, l’Evêque, qui fait partie d’une hiérarchie ecclésiastique, ne prend pas forme par une révélation ou modèle du Nouveau

Testament, mais par une tentative de l’homme pour améliorer le plan et dessein de Dieu pour l’église locale indépendante. Un Evêque ne peut pas prendre la place de ceux que Dieu a établi Apôtres et Prophètes.

Les bergers sont les surveillants du troupeau. L’image visuelle est celle d’un berger assis près de la montagne surveillant les brebis qui sont sous sa garde.

Tous les anciens, ou surveillants d’une église locale doivent fonctionner comme bergers même s’ils ont un don du ministère autre que celui de Pasteur. Paul dit que ceux qui désirent ce don du ministère désirent une belle activité (1 Timothée 3.1).

Une fonction, pas un titre :

Notons que le ‘’Pasteur’’ ou ‘’berger’’ est une fonction, pas un titre. C’est la même chose pour chacun des cinq dons du ministère. L’apôtre, le Prophète, l’Evangéliste et l’Enseignant sont des fonctions pas des titres.

Les Pasteurs ou bergers devront toujours garder à l’esprit que les croyants sont par le Seigneur considérés comme des brebis. Les termes ‘’ brebis’’ et ‘’troupeau’’ ne sont pas les termes les plus flatteurs que l’on peut utiliser pour décrire le peuple de Dieu. Bien au contraire, ces termes s’appliquent bien pour décrire notre dépendance totale à la direction, la provision et le soin de Dieu pour notre vie de tous les jours.

Besoin de soins spéciaux :Les brebis ont besoin de soins spéciaux. Elles sont les plus dépendantes de toutes les créatures de Dieu. Elles ne peuvent tout simplement pas y parvenir par elles-mêmes. Même au temps de la première famille, les brebis devaient être gardées. (Genèse 4.2).

Besoin d’être nourri : Les brebis doivent être nourries : ‘‘David s’en allait de chez Saül et revenait pour faire paître le troupeau de son père à Bethléhem.

David se leva de bon matin. Il remit le troupeau à un gardien, prit sa charge et partit, comme Isaï le lui avait ordonné. Lorsqu’il arriva au camp, l’armée sortait pour se ranger en bataille et lançait la clameur de guerre’’ (1 Samuel 17.15,20).

David ne laisserait jamais le troupeau sans surveillance. Contrairement à la plupart des animaux, les brebis n’ont aucune habileté à trouver le manger et l’eau par elles-mêmes. Elles ont aussi un très mauvais sens de la direction.

Se perdre facilement :

Les brebis se perdent facilement et ont tendance à errer à l’abandon : ‘‘Mon peuple était un troupeau de brebis perdues; leurs bergers les égaraient, les détournaient par les montagnes; elles allaient de montagne en colline, en oubliant leur gîte’’ (Jérémie 50.6).

Ezéchiel 34.12 : Comme un berger fait la revue de son troupeau quand il est au milieu de ses éparses, ainsi je ferai la revue de mes brebis et je les arracherai de tous les lieux où elles ont été disséminées, un jour de nuée et de brouillard.

Esaïe 53.6 : Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie; et l’Eternel a fait retomber sur lui la faute de nous tous.

Besoin de protection: Les brebis sont sans défense. Elles sont susceptibles à toutes sortes d’attaques. Elles n’ont aucune défense naturelle comme les griffes, les mâchoires puissantes ou l’habileté de courir vite.

Par elles-mêmes, ce sont des proies faciles pour toutes sortes d’animaux sauvages.

Matthieu 10.16 : Voici: Je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudents comme les serpents, et simples comme les colombes.

Les brebis sont en sécurité seulement quand elles sont serrées les unes contre les autres. Elles doivent avoir un gardien ou berger pour les protéger la nuit.

De la valeur : Même avec tous leurs défauts, les brebis étaient une possession de grande valeur. Les brebis produisent de la viande pour la nourriture et la laine pour les vêtements. Elles ont l’habileté à se déplacer ensemble et répondent à la voix de leur berger (Jean 10.3).

Besoin du berger pour survivre : ‘‘Lorsqu’il a fait sortir toutes celles qui lui appartiennent, il marche devant elles; et les brebis le suivent, parce qu’elles connaissent sa voix’’ (Jean 10.4).

Elles savent que sans le berger pour les nourrir, les diriger, les surveiller et prendre soin d’elles, elles ne survivront pas comme Son peuple.

JESUS, NOTRE BERGER

L’utilisation du mot, berger, était vraiment descriptif au temps du ministère de Jésus et l’établissement de la première église. Bergers et brebis étaient une grande partie de la vie économique. Les bergers étaient envoyés partout.

Cependant, le travail du berger n’était pas un travail d’honneur et de prestige.

Jésus fait une description complète du berger dans Jean 10.1-16.

La bergerie était un mur entourant un endroit ouvert d’où les brebis allaient et venaient. Souvent, plusieurs troupeaux venaient dans une bergerie alors il y avait plusieurs bergers pour la protection la nuit, alors les bergers pouvaient se reposer.

Jésus est la Porte : Dans quelques bergeries il n’y avait pas de porte. Le berger guidait les brebis dans un endroit sécuritaire et ensuite dormait dans l’ouverture de la bergerie pour protéger les brebis pendant la nuit.

Jésus disait qu’Il était la porte et seulement l’homme qui entrait par la porte, ou était appelé par Dieu, pouvait être le vrai berger des brebis.

Connaître sa voix : ‘‘Lorsqu’il a fait sortir toutes celles qui lui appartiennent, il marche devant elles; et les brebis le suivent, parce qu’elles connaissent sa voix. Elles ne suivront point un étranger; mais elles fuiront loin de lui, parce qu’elles ne connaissent pas la voix des étrangers’’ (Jean 10.4,5).

Dans les grands troupeaux au temps de Jésus il y avait un chef berger qui sortait ses brebis le matin. Les brebis connaissaient la voix de leur berger et elles attendaient jusqu’à ce qu’il vienne et les appelle.

Jésus utilisa cette façon de parler, mais ils ne comprirent pas ce qu’Il leur disait (Jean 10.6-10).

Le Bon Berger : ‘‘Moi, je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis. Mais le mercenaire, qui n’est pas berger et à qui les brebis n’appartiennent pas, voit venir le loup, abandonne les brebis et s’enfuit. Et le loup s’en empare et les disperse. C’est qu’il est mercenaire et qu’il ne se met pas en peine des brebis. Moi, je suis le bon berger. Je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent’’ (Jean 10.11-14).

Jésus montre la différence entre une personne qui prend soin des brebis pour l’argent " employé " et le vrai berger qui donnera sa vie pour protéger ses brebis (Jean 10.15,16).

Jésus est le Grand Berger : ‘‘Que le Dieu de paix – qui a ramené d’entre les morts le grand berger des brebis …’’ (Hébreux 13.20).

Berger des Âmes : Jésus est notre Berger et le gardien de nos âmes (1 Pierre 2.25).

Berger en Chef :

Jésus est le berger en chef. : ‘‘Lorsque le souverain Pasteur paraîtra, vous remporterez la couronne incorruptible de la gloire’’ (1 Pierre 5.4).

Berger Compatissant :

Jésus avait de la compassion pour les personnes, se référant à elles comme étant ‘’ lassées et abattues, comme des brebis qui n’ont pas de berger.’’ Le Pasteur doit avoir de la compassion et être leur berger (Matthieu 9.36).

Le ministère de Jésus comme Berger est le modèle du ministère de chaque personne qui est appelée comme berger ou Pasteur dans l’église locale.

QUALIFICATIONS SPÉCIFIQUES DU BERGER (PASTEUR)

En plus des qualifications générales des anciens, les bergers (Pasteurs) doivent aussi avoir quelques qualités et ont développé des habiletés spécifiques qui les équiperont pour fonctionner dans ce don du ministère en particulier :

Guider les Brebis :

Le berger (Pasteur) doit être capable de guider les brebis (Jean 10.4). Lorsqu’il a fait sortir toutes celles qui lui appartiennent, il marche devant elles; et les brebis le suivent, parce qu’elles connaissent sa voix.

Si les bergers doivent guider les croyants dans l’église locale, ils doivent déjà marcher dans les voies de Dieu. Ils doivent avoir une connaissance de la vérité de la Parole de Dieu et avoir fait l’expérience de ces vérités à l’œuvre dans leurs vies.

Comme conducteurs, si les bergers veulent que les croyants dans l’église prient, ils doivent être des personnes de prière eux-mêmes. S’ils veulent que les croyants soient fidèles dans leurs dîmes et offrandes, ils doivent être des donateurs fidèles eux-mêmes. S’ils veulent que les personnes soient gagneurs d’âmes, alors ils doivent être aussi gagneurs d’âmes. Les bergers doivent être des exemples pour les croyants : ‘‘Souvenez-vous de vos conducteurs qui vous ont annoncé la parole de Dieu; considérez l’issue de leur vie et imitez leur foi’’ (Hébreux 13.7).

1 Timothée 4.12 : Que personne ne méprise ta jeunesse; mais sois un modèle pour les fidèles, en parole, en conduite, en amour, en foi, en pureté.

1 Pierre 5.2,3 : Faites paître le troupeau de Dieu qui est avec vous, non par contrainte, mais volontairement selon Dieu; ni pour un gain sordide, mais de bon cœur; non en tyrannisant ceux qui vous ont été confiés, mais en devenant les modèles du troupeau

1 Cor 11.1 : Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même de Christ.

Nourrir le Troupeau : Le berger doit être capable de nourrir le troupeau (Jérémie 23.4 ; Jérémie 3.15 ; Actes 20.28).

Si les brebis doivent être nourries pour grandir, elles doivent être nourries avec la bonne nourriture et l'eau spirituelle de la Parole de Dieu.

Se nourrir eux-mêmes : Les bergers doivent s’adonner eux-mêmes à l’étude de la Parole de Dieu et à la prière. Si les bergers doivent nourrir les brebis, ils doivent premièrement eux-mêmes avoir un festin dans la Parole de Dieu (Actes 6.4 ; Jérémie 10.21).

Régime équilibré : Les bergers doivent veiller à ce que les croyants soient nourris avec un régime approprié et qu’ils soient constamment exposés au ministère des autres Anciens qui sont Apôtres, Prophètes, Evangélistes et enseignants. Ils découvriront par-là que la nourriture qu’ils reçoivent est la manne fraîche de ce que Dieu dit et accomplit encore aujourd’hui (Jérémie 15.16 ; Ephésiens 4.13).

Communique Habilement : Les bergers doivent être habiles en nourrissant par la Parole. Ils doivent être capables de communiquer à tout âge spirituel, du plus jeune au plus mature car le troupeau aura des brebis de tout âge (Jean 16.12 ; Esaïe 40.11,29).

Avoir une relation personnelle : Le Pasteur doit avoir une relation personnelle avec la brebis (Jean 10.27 ; Jean 10.3).

L’église locale doit avoir un nombre suffisant de bergers faisant partie des Anciens, en sorte que chaque brebis est connue par son nom et que chacune ait une relation personnelle avec un berger. Plutôt que les bergers seraient àl’écart des croyants, les bergers doivent être accessibles, prenant le temps de les connaître et de communiquer personnellement avec elles. Les bergers doivent prendre le temps pour être avec les personnes. Même si Ezéchiel n’était pas un Pasteur, il est un excellent exemple d’un directeur qui prend le temps nécessaire pour être avec les personnes qu’il dirige (Ezéchiel 3.15).

Source de force : Les Pasteurs deviennent une source de force et d’encouragement pour les personnes avec qui ils sont liés (Phil 1.27,28 ; Hébreux 13.7. Ceci est le genre de relation intime nécessaire pour le berger afin d’être capable d’avoir un cœur de compassion pour les brebis (Luc 15.4).

Donner sa vie : Le berger doit être prêt à donner sa vie pour la brebis : ‘‘Comme le Père me connaît, et comme je connais le Père; et je donne ma vie pour mes brebis’’ (Jean 10.15). Lire aussi 1 Jean 3.16 ; Apocalypse 12.11).

Les bergers doivent avoir un sens profond de l’engagement et de loyauté pour les brebis. Quand le peuple sait que leur berger est complètement engagé envers lui, il deviendra complètement engagé envers ce berger. Cet engagement implique un investissement de temps, d’intérêt et d’effort pour les brebis (Jean 10.11).

Réprimandés pour leur indifférence : Dans la bible, il est bien fait mention des bergers qui furent réprimandés pour leur indifférence au soin des brebis (Ezéchiel 34.4 ; Jean 10.12 ; Jérémie 23.2).

Amour profond : Venant d’un amour profond, les bergers continueront à surveiller les brebis sachant qu’ils devront rendre compte à Dieu pour chacune d’elles (Hébreux 13.17). Le berger placera le bien-être de la brebis au-dessus de sa vie et de son ministère. Le ministère du berger c’est de rechercher celles qui sont égarées. Le berger cherchera toujours à atteindre ceux qui sont froids dans leur relation avec Dieu. Il sera vigilant envers ceux qui s’égarent. Il ira à eux. Il les appellera et leur rendra visite, les encourageant à revenir au bercail.

Garder le Troupeau : Le berger gardera le troupeau du danger : ‘‘Je sais que parmi vous, après mon départ, s’introduiront des loups redoutables qui n’épargneront pas le troupeau’’ (Actes 20.29). Le berger sera toujours vigilant au danger extérieur ou intérieur pour le troupeau. Il connaît celles qui sont blessées et celles qui s’égarent ou tombent. Il est vigilant si quelqu’un tente d’apporter une fausse doctrine ou qui tente d’apporter la division ou des conflits.

Prend soin des indigents :

Le berger prendra soin de ceux dans le besoin : ‘‘Voici le jeune que je préconise: détache les chaînes de la méchanceté, dénoue les liens du joug, renvoie les libres ceux qu’on écrase, et que l’on rompe toute espèce de joug; partage ton pain avec celui qui a faim et ramène à la maison les pauvres sans abri; si tu vois un homme nu, couvre le, et ne te détourne pas de celui qui est ta propre chair’’ (Esaïe 58.6,7). Le berger aidera toujours le blessé, le pauvre, la veuve et l’orphelin. Il visitera et priera pour les malades. Il apportera du réconfort à ceux qui ont perdu une personne dans la mort.

Corriger et discipliner : Le Pasteur corrigera et disciplinera ceux qui ont péché. Le berger possède la houlette et le bâton. Le bâton est utilisé pour atteindre et secourir, mais la houlette est utilisée pour la correction et la protection : ‘‘Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi: ta houlette et ton bâton, voilà mon réconfort’’ (Psaume 23.4).

Si nous voulons être matures il doit y avoir de la discipline. Le berger qui aime vraiment les brebis les disciplinera.

Conducteur des conducteurs : Les bergers seront conducteurs des conducteurs. Les bergers auront un équilibre dans l’utilisation de leur temps. Ils ne s’occuperont pas seulement de ceux qui sont blessés, mais ils passeront plus de temps au développement de ceux qui ont le désir de grandir en maturité dans leur vie chrétienne.

A lieu de prendre tout leur temps à ‘’éteindre les feux’’ ils prendront la majorité de leur temps à ‘’allumer les feux’’ dans la vie de ceux qui sont complètement engagés. Ils reconnaîtront les dirigeants et ceux que Dieu appellera dans les cinq dons du ministère et prendront le temps de les instruire pour le travail auquel Dieu les aura appelés.

Nourrir les Brebis : Le berger nourrira les brebis de la Parole de Dieu avec amour et habileté : ‘‘Après qu’ils eurent mangé, Jésus dit à Simon Pierre: Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu plus que ne le font ceux-ci? Il lui répondit: Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit: Prends soin de mes agneaux!’’ (Jean 21.15).

Le plus grand geste d’amour que le berger peut donner à Jésus c’est d’être assidu à nourrir Ses brebis dans les vérités de la Parole de Dieu. Selon les instructions sur lesquelles Jésus insiste en les répétant trois fois, la fonction la plus importante du berger est de nourrir les brebis. Tous ces secteurs du ministère du berger (Pasteur) doivent être gardés en équilibre avec l’utilité la plus efficace. Lorsque les bergers sont fidèles dans tous ces secteurs la brebis répondra aussi en étant fidèle et engagée dans le travail du Seigneur de l’église locale. Les brebis saines se reproduiront elles-mêmes. En le faisant, l’église locale grandira et étendra son ministère. Alors que le berger est fidèle avec les brebis qu’il a, le Seigneur lui donnera plus (Matthieu 25.21).

Opère dans les dons : ‘‘Aspirez aux dons les meilleurs. Et je vais encore vous montrer une voie par excellence’’ (1 Cor 12.31). Les bergers doivent opérer librement dans tous les dons du Saint-Esprit. Cependant, les dons de révélations sont spécialement importants pour le ministère du berger.

A travers l’opération de la parole de connaissance et de la parole de sagesse, le berger saura quand il y a un besoin dans la vie d'un certain croyant. Dans le temps parfait et opportun de Dieu, il appellera ce croyant ou ira à sa maison juste au moment où il aura besoin du ministère personnel. Dieu avertira le berger d’un danger par l’opération du don du discernement des esprits. Il y a une grande protection pour l’église et une grande efficacité dans le ministère du berger qui est guidé, moment par moment, par l’opération des dons de révélation du Saint-Esprit.

Conclusion :

C’est le ministère le moins décrit dans le Nouveau Testament, mais qui est l’expression de la vie de Jésus, le bon berger, retrace les principes et le fonctionnement étant le modèle céleste requis. C’est lui qui donne l’enseignement correspondant aux besoins de la communauté et qui prend soin de chaque croyant. Par ce ministère se communique en outre à l’église locale le sens de l’aide fraternelle envers celui qui est dans la difficulté.

Dr. André CHOUBEU

Tél. : (+237) 99 58 65 05 / 77 75 71 60

Partager cet article

Commenter cet article

cadet-marthe 23/03/2016 19:06

Très enrichissant. J'aime

Jean Jacques Séraphin 04/02/2016 08:22

Merci pour la leçons en concernant le ministère du pasteur. je pense que ça c'est très intéressants surtout pour moi un jeune pasteur en commençant la mission. on a vu ici que le pasteur fait corriger et discipliner mais il faut toujours ce référé la bible car ça c'est la base. on a une demande; de m'envois les "Clé de résoudre les conflits dans l'église ou paroisse" et le méthode de la réussite pour développer l'église" puisse que je fait mon licence an théologie en concernant à la théologie pratique. C'est pasteur Séraphin à Madagascar